Partagez
 

 make it right (lundi, 15h15)

Aller en bas 
AuteurMessage
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
make it right (lundi, 15h15) Empty
Message (#) Sujet: make it right (lundi, 15h15) — Lun 20 Avr - 20:55

Elle ne pensait pas avoir à se réadapter si rapidement, Aera : son passage d'une chambre 5* à une chambre 3* nécessite aussi de devoir tout changer de place dans le dressing dont elle s'était attribué un coin idéal pour ranger toutes ses affaires. Et comme elle est venue avec deux valises, tout est question d'optimiser la place : foutre les fringues qui ne serviront pas dans l'une de ces valises à garder dans la chambre qu'elle partage cette semaine avec Michaela, et ranger soigneusement les autres pour s'épargner de les froisser plus qu'elles ne le sont déjà. Personne ne lui a rien demandé, cela dit, même pas les nouveaux locataires des chambres prestige qui auraient pu exiger qu'elle s'exécute sur le champ, mais elle le fait par question de principe et d'éducation très rigoureuse enseignée par sa mère, jamais à court d'initiatives pour faire d'elle une parfaite femme au foyer. Dommage que ses tentatives aient à ce point foiré : Aera n'a absolument rien de la femme au foyer et ne compte pas sur Thrown Dice pour changer ça. Affairée à replier, décaler, ranger, elle ne lève la tête que quand elle entend d'autres pas sur le plancher de bois. Ses yeux se posent sur @Lejla qui vient d'entrer dans la pièce et qu'elle accueille d'un sourire gêné. Elle n'a rien contre elle, mais à en juger par la chronique d'Elena, il semblerait que la réciproque ne soit pas vraie et au fond d'elle, ça l'emmerde. Pas parce qu'elle peut pas concevoir qu'on ne l'apprécie pas – les goûts, les couleurs... - mais parce qu'elles n'ont littéralement jamais échangé la moindre parole, qu'elles ne se connaissent pas, et que juger sans connaître est un truc qu'elle a en horreur. « Salut Lejla » fait-elle avant de reprendre son activité. « Comment ça va ? » ajoute-t-elle sans s'interrompre dans le pliage. Ce n'est qu'une fois le dernier pull plié et rangé qu'elle se décale du pauvre coin de dressing dont elle devra se contenter cette semaine qu'elle s'approche de la candidate américaine. « D'ordinaire j'ignorerais, mais puisqu'on doit cohabiter pour les semaines à venir autant établir les choses directement : est-ce que je dois croire ce qu'Elena a dit me concernant ou est-ce que c'était encore une tentative de créer des problèmes là où y en a pas ? » Pas réputée pour son sens de la diplomatie, Aera court, fonce, à la résolution de cette histoire qui la dérange sans qu'elle puisse mettre le doigt sur ce qui pose à ce point problème. Ca doit être un truc d'égo dont elle pensait pas dépendre à ce point, ça, le fait qu'elle est à ce point dans la moyenne que son nom n'est littéralement jamais ressorti à part dans cette chronique, et que ça la bouffe plus qu'elle veut l'admettre. « Si tu le penses vraiment y a pas de problème, c'est juste que je perdrai pas mon temps à essayer de mieux te connaître. » Elle lui offre un sourire, histoire de compenser le fait qu'elle a l'air sur la défensive et de lui faire comprendre que d'une façon ou d'une autre, ça ne la dérange pas : le tout, c'est seulement de le savoir.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Lejla
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12066-lejla 
make it right (lundi, 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: make it right (lundi, 15h15) — Mer 22 Avr - 22:50

Il faut voir le bon côté des choses en ce lendemain de prime. Lejla n’a pas eu besoin de déménager toutes ses choses d’une chambre à l’autre. Malgré cette première semaine de jeu, elle n’a pas réussi à gravir la hiérarchie sociale du groupe et se retrouve encore une fois dans la chambre bas de gamme, en perdant en plus deux de ses colocs préférés aux prénoms similaires, Cami et Maci. Elle savait qu’elle devrait faire un effort supplémentaire si elle voulait se démarquer et prendre réellement sa place dans le jeu. Ce n’est pas dans sa nature d’être la miss-m’as-tu-vu de son entourage. Elle a donné il y a quelques années et ça n’avait pas été à son avantage. Sauf qu’ici c’est différent. Le concept même d’une telle émission de télé-réalité est de se mettre en valeur aux yeux du public et auprès des coéquipiers qui partagent leur quotidien pour s’assurer d’avancer et d’assurer leur pérennité dans le jeu au fils des semaines. Il était temps de changer son mind game, de se bouger et de pousser la note de la socialisation à un autre niveau. Beaucoup plus facile à dire qu’à faire dans son cas, alors qu’elle avait l’impression de bien s’en sortir. Après avoir passé un peu inaperçue dans les chroniques, à l’exception de cette d’Elena, elle se rendait bien compte qu’il lui faudrait en faire un peu plus. Elle pousse la porte du dressing qu’elle squatte sans en avoir réellement l’autorisation pour venir se chercher une veste avant d’aller à l’extérieur. Ses lèvres s’étirent en réponse au sourire d’Aera, allant en direction de la petite section qu’elle considère sienne. « Salut Aera. Oui, quand même. Toi ? » Elles sont plus dans les politesses qu’autre chose, comme elles ne se connaissent pas beaucoup. C’est d’ailleurs une bonne chose qu’elles se retrouvent dans la même pièce, puisque Lejla avait l’intention d’essayer de passer un petit moment avec la coréenne pour rattraper le coup d’Elena de la veille. Elle n’a pas le temps de placer un mot de plus qu’Aera se lance, n’étant pas étonné qu’elle aborde elle-même le sujet. Peut-être que Lejla aurait aussi cherché à avoir des explications si la situation avait été inversée. C’est normal. Elle la trouve un peu plus sur la défensive qu’elle ne l’aurait pensé. Elle est assez tranchante lorsqu’elle lui dit qu’elle n’aurait pas perdu son temps à apprendre à la connaître si l’info était fondée. « À voir la réaction de plusieurs, elle est vraiment douée pour foutre la merde, la Elena. » elle répond d’abord avec sourire légèrement sarcastique perché aux lèvres. On devait lui donner ça, elle devait faire de la bonne télévision. Elle doit déjà se retrouver parmi les idoles de Jill. « Non, tu ne dois pas la croire. » Lejla n’a jamais mentionné le nom d’Aera et ainsi que la citation qui y était associée. « Tu te serais vraiment arrêté à une ligne défavorable dans une chronique pour ne pas vouloir apprendre à me connaître? C’est un peu précipité. Je veux dire, on n’a pas le choix de répondre à ce genre de questionnaire, évidemment qu’on va froisser des esprits. Je crois qu’on ne devrait pas trop prendre ça au sérieux. » Elle non plus elle n’aime pas trop se faire dire qu’elle n’est pas inspirante et qu’elle est inutile, mais comme il est impossible de se sentir proche et connaître tout le monde réellement en une poignée de jours, elle a décidé de ne pas trop s’en faire avec ça. C’est plutôt une motivation dans son cas. « Mais encore une fois, je te jure que je n’ai pas dit ça, et que j’aimerais bien en apprendre plus sur toi. Je crois qu’on peut surement se trouver quelques points communs. » elle ajoute avec un sourire bienveillant. Même après un départ un peu houleux, Lejla considère qu’elles ont tout le temps devant elle pour rectifier la situation. Si Aera est ouverte à l’idée, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
make it right (lundi, 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: make it right (lundi, 15h15) — Ven 24 Avr - 15:51

« Oui ça va » répond Aera en offrant à la candidate un sourire gêné. Pas qu'elle n'ait rien à lui dire, encore qu'à l'heure actuelle elles n'ont jamais vraiment échangé, plutôt qu'elle sait pas quoi faire de la chronique d'Elena ni quoi penser de Lejla. C'est pour ça qu'elle s'occupe de l'éléphant dans la pièce avant toute chose, juste pour savoir comment se situer par rapport à elle. Certains ici diront qu'ils s'en foutent complètement, même si on parle d'eux, même si on ne les apprécie pas. Aera a un avis plus nuancé sur la question : une fois les choses claires, elle s'en foutra et passera à autre chose. C'est le doute qui est difficile à gérer, et il faut croire que la Maslov a bien réussi son coup, parce qu'elle est certaine de ne pas être la seule à ne pas savoir qui croire. Lejla met heureusement rapidement un terme à ses interrogations avec une réponse qui a le mérite d'être claire. Non, elle ne l'a pas mentionnée, et l'information vaut à Aera d'offrir son première véritable sourire à l'Américaine. « Non, c'est plutôt que si une personne n'a pas spécialement envie de me connaître, je ne vais pas spontanément chercher à passer du temps avec. Mais je suis d'accord avec toi : on n'aura pas le choix que de froisser certaines personnes à un moment, le tout c'est de pas avoir le sentiment de pas l'avoir vu venir. » Elle renchérit d'un nouveau sourire, nettement plus avenant que les précédents. Sa logique ne lui semble pas biaisée : ils sont 20, pourquoi perdre du temps à tenter de se rapprocher de personnes si celles-ci n'ont pas envie de la connaître plus que ça ? Les journées passent à un rythme infernal, si bien qu'elle a parfois l'intention que le temps lui manque ; autant s'assurer de ne pas s'investir pour se heurter à une impasse. Quant aux égos froissés... elle doute de prendre les prochaines chroniques d'Elena autant à cœur, parce qu'elle saura en gros les personnes avec lesquelles elle s'entend et ceux qui lui passent au-dessus. Il n'y a rien de blessant à ne pas apprécier tout le monde de la même façon, qu'elle songe. « T'inquiètes, je te crois » répond-elle pour rassurer la candidate. Les points communs, s'ils existent, ne viendront probablement de leur mode de vie qui lui semble radicalement différents à première vue : Aera vient de la ville, est urbaine jusqu'au bout des ongles même si elle apprécie de passer du temps en campagne à l'extérieur. Lejla, à l'inverse, de ce qu'elle sait, consacre sa vie et son quotidien à la nature. « Je sais pas pourquoi mais quand j'entends rancher, je pense tout de suite à un gros américain avec un chapeau de cowboy et un accent incompréhensible. » Elle a du voir trop de films, et sans doute qu'il y a de véritables clichés partout. « T'as toujours fait ça ou tu t'es reconvertie ? » Elle est curieuse, Aera, parce que c'est pas commun ce que fait Lejla. « Ca consiste en quoi au quotidien ? » Elle a une vague idée, mais si vague qu'elle est probablement à des kilomètres de la réalité d'un rancher.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Lejla
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12066-lejla 
make it right (lundi, 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: make it right (lundi, 15h15) — Lun 27 Avr - 20:59

Elle a droit à un sourire qui semble sincère de la part d’Aera pour la première fois depuis qu’elle est entrée dans la pièce, et ça a quelque chose de rassurant. Bâtir des relations sur des malentendus, ça ne l’intéresse pas et c’est pourquoi elle ne tarde pas à rectifier le tir tout en essayant d’apporter une certaine nuance aux propos de la candidate. Elle peut comprendre qu’on puisse de pas avoir envie de s’ouvrir à une personne qui a émis une opinion négative à notre égard, mais pour Lejla, ça serait un indicatif de pousser la note un peu plus. De prouver que la personne n’a pas raison de prendre sa première impression comme un point de non-retour. Lejla est beaucoup trop têtue. Elle voudrait la faire changer d’idée. Elle saisit bien la façon dont Aera voit les choses et elle acquiesce d’un signe de tête « C’est sûr. Mais bon, la chance c’est qu’on a touuuuut le temps pour s’expliquer ici. » elle confesse dans un rire léger. « Impossible de s’échapper des petits conflits et malentendus. » Bon, il y aura la possibilité d’éviter une personne peut-être une journée ou deux, mais ça devient limité. Bref, le plus important c’est que ça semble derrière elles maintenant et qu’Area confirme qu’elle la croit. Il n’y a plus de soupçons à avoir. Elle lâche un rire spontané face à la caricature entendue de ce qu’est un rancher. Qu’elle se rassure elle n’est pas la seule à avoir cette unique vision de son mode de vie. « On dirait que tu viens de décrire mon beau-père. » Désolé Robert. Il n’est même pas gros en plus, il est plutôt en forme pour un homme de son âge. « Je plaisante. Le chapeau et les bottes de cowboy, c’est encore d’actualité. Pour l’accent incompréhensible, celui du Wyoming est bien moins pire que celui du Texas. » Comme elle peut le constater, Lejla a bien adopté l’accent du nord-ouest américain quand elle y est débarquée et a l’impression que tout le monde arrive à la comprendre. Sauf quand il lui arrive de le jouer plus gros qu’il ne l’est. « Toujours fait ça. Ma mère a épousé mon beau-père quand j’avais environ six ans et le ranch lui appartenait. C’est un truc familial. » Elle a bien compris depuis qu’elle est ici que son métier et son mode de vie attirent une certaine curiosité. Elle a toujours su que ce n’était pas commun, pourtant, comme c’est la seule chose qu’elle connaisse, elle a un peu de difficulté à se transposer dans un autre contexte. « C’est assez répétitif pour être honnête. Je m’occupe principalement des chevaux, mais on fait aussi l’élevage de bétails. C’est n’est pas trop gros, ça nous permet de garder un côté très eco-friendly et durable à l’entreprise. Bon évidemment, si t’es vegan, je crois qu’on ne partagera pas le même point de vue. » elle ajoute avec une certaine touche d’humour, sachant pertinemment qu’il s’agit d’un sujet sensible pour plusieurs. « En bref, je passe plus de la moitié de mon temps avec des animaux et l’autre avec ma famille. J’écoute du country et je dis yee-haw quand j’arrive dans une pièce. » ok, elle arrête de déconner, elle se marre toute seule de sa grosse caricature personnelle qui est terriblement proche de la réalité. Heureusement qu’elle n’est pas unidimensionnelle. « On est pareil, alors ? On peut être copine? » elle demande malicieusement. On gage que seulement avec cette seule description, elles n’ont rien en commun. Mais c’est un peu ça la beauté de la chose de cette émission non ? De se retrouver avec des gens qu’ils n’auraient jamais côtoyés dans leur quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
make it right (lundi, 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: make it right (lundi, 15h15) — Mar 28 Avr - 14:40

« C'est vrai, c'est pas le temps qui manque » elle confirme en riant, encore qu'elle se surprend à trouver que le temps passe très très vite depuis le début de l'aventure, que les journées s'écoulent sans qu'elle les voie passer et qu'elle croit pas avoir encore fait le tour ni des lieux ni des candidats. Ca viendra sans doute, surtout quand ils seront de moins en moins nombreux. « De toute façon c'est pas ma politique de m'échapper des conflits » répond-elle honnêtement. Aera, elle a toujours préféré jouer cartes sur table avec les gens, parler pour résoudre les problèmes ou convenir que ça ne le fera tout simplement pas et faire comprendre à l'autre son opinion de lui ou d'elle. L'hypocrisie c'est un truc qui la dépasse, de même que le passif agressif. On a parfois tendance à dire d'elle qu'elle est trop directe dans sa façon d'aborder les choses et qu'elle prend pas assez de pincettes, mais elle a jamais vu ça comme un défaut. Y a qu'à voir avec Lejla, il a suffit de rentrer directement dans le vif du sujet pour clarifier les choses et leur permettre d'apprendre à mieux se connaître, justement. Si ça c'est pas la preuve que sa technique fonctionne... Celle-ci répond à ses questions, non sans manquer d'une pointe de sarcasme qu'Aera ne manque pas, encore qu'elle était prête à la croire sérieusement quand elle parlait de yee-haw, parce que y a peut-être un fond de vérité si on imagine toujours les cowboys en train de faire ça. « Oh là non, je suis pas du tout vegan » confirme-t-elle dans un nouveau rire. Tu peux pas être coréen et vegan, c'est incompatible, il y a trop de nourriture qui dépendent littéralement des animaux, elle finirait par ne plus manger du tout si elle devait s'abstenir de toucher à la viande, aux œufs et au reste. « Et entre nous, j'avoue que je comprends pas le veganisme... » admet-elle, même si certains se sentiraient peut-être attaqués par le message. Le tout, c'est de pas abuser des richesses de la nature, et de choisir soigneusement ce qu'on mange. Sans compter que pour elle, détruire des forêts entières pour produire plus d'avocats ou elle ne sait quoi, c'est pas nécessairement meilleur pour le monde. Mais le débat serait interminable, et Lejla n'est de toute façon pas de ce bord-là donc elle n'aura pas besoin d'argumenter davantage. « J'en déduis que t'aimes les animaux du coup ? Pas uniquement en steaks, j'entends » fait-elle, sourire moqueur aux lèvres. Elle n'a jamais eu d'animal de compagnie, et encore moins le genre dont s'occupe sûrement Lejla. C'est probablement mieux comme ça cependant, parce qu'elle aurait le cœur brisé de les voir mourir après avoir vécu avec elle, ça vaut pas la peine. A la question finale, Aera jette un regard amusé à la candidate. « Je pense avoir trouvé ma jumelle cachée, à tout point de vue » elle plaisante avant de se fendre d'un nouveau rire. Elles n'ont littéralement rien en commun, vraiment, et c'est peut-être la candidate avec laquelle c'est le plus flagrant. Mais ça ne la dérange absolument pas, parce qu'elle s'entoure jamais  de gens comme elle : elle finirait par devenir dingue, c'est la diversité des caractères et des vies qui lui plaît. « Et t'aimes faire quoi sur ton temps libre du coup ? » Peut-être qu'elles se trouveront des affinités insoupçonnées autour d'un amour particulier pour la fête ou l'alcool ? Pas qu'Aera soit à ce point fêtarde ou finisse bourrée chaque fois qu'elle fout le pied dehors, elle a appris à être raisonnable, mais faut bien admettre qu'elle sort peut-être plus souvent que d'autres. « T'es pas américaine à la base si ? » Elle croit se rappeler avoir vu dans son portrait qu'elle était d'un pays slave... L'Ukraine ? Elle sait plus. « Tu te plais là-bas ? J'ai toujours l'impression que les Américains de la campagne sont des caricatures, avec leur amour des armes et leur racisme. Mais toi t'as l'air d'être tout sauf ça, du coup je me dis que c'est peut-être moi qui crois trop ce que je lis... » Une possibilité qu'elle ne veut pas exclure, déjà parce que ce serait faire preuve d'un gros manque d'ouverture d'esprit, et ensuite parce que c'est toujours facile de juger sans y avoir jamais mis les pieds.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Lejla
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12066-lejla 
make it right (lundi, 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: make it right (lundi, 15h15) — Ven 1 Mai - 16:59

« C’est une bonne politique. » elle ne peut qu’approuver. Elle aime bien cette politique de ne pas s’échapper des conflits et de plutôt les affronter de face. C’est surement ce qu’elle détecte le plus rapidement chez Aera, sa franchise, son côté direct. Pas de flafla ni question de tourner autour du pot. Lejla aussi préfère aborder certains sujets sans détour, bien qu’elle se montre souvent un peu trop conciliante. De peur de vexer, de blesser. Alors que d’un autre côté, elle n’a jamais eu peur d’affirmer ses opinions et d’aller de l’avant. C’est contradictoire, elle en a bien conscience. Mais c’est ce qu’elle aime, elle. Parce qu’on aime bien attribuer une catégorie au gens, les mettre dans une boite et se conforter à l’idée qu’ils sont ce que nous nous représentons d’eux. C’est un automatisme. Lejla, elle sait bien qu’elle est ce cliché ambulant de la fille du mid-west américain et que le ranch est tout ce qui la représente pour quelqu’un qui n’en connait pas plus sur elle. Et ils n’ont pas tort. Elle ne peut pas nier cette partie omniprésente de son histoire. Elle l’aime sa vie, elle ne va jamais se plaindre ce celle-ci. C’est tout ce qu’elle connait. Mais parfois elle aimerait crier qu’elle est beaucoup plus que ça. La fille du ranch. C’est peut-être pour ça qu’elle répond avec une bonne dose d’ironie, une touche d’humour pour rire d’elle-même et ce qu’elle représente. Elle n’en veut pas à Aera de poser des questions, cette dernière vient avec une curiosité intéressée et ça fait partie du jeu – de la vie en générale – de vouloir en apprendre plus sur les autres. Et malgré ce court échange, elle l’apprécie bien Aera. Elle l’apprécie surement un peu plus lorsqu’elle lui dit qu’elle n’est pas vegan. « Ouf. Non, mais j’ai rien contre les personnes vegans… » elle vient pour continuer, avant de se faire devancer par la coréenne lui dit qu’elle ne comprend pas trop pourquoi ce que les gens trouvent au veganisme. « Moi non plus. Ça doit être une question de culture, d’habitude. Enfin, je peux comprendre d’un point de vue environnemental, mais je crois que tout est une de connaître la provenance des aliments que nous mangeons. »  L’enjeu se trouve dans la durabilité de l’élevage et l’éthique qui l’entoure plus que le simple fait de manger de la viande ou non. « Vous mangez beaucoup de viandes chez toi? Je ne connais pas trop la bouffe coréenne je dois avouer. » Ce n’est pas qu’elle n’a jamais voulu s’ouvrir sur le monde, mais c’est qu’il n’y a pas une grande variété de restaurants dans son coin de pays. Elle n’est pas complètement attardée socialement, elle a déjà mangé autre chose qu’un burger, c’est juste que ses choix sont limités, disons-le comme ça. « Bonne déduction. » sa réponse accompagnée d’un rire léger avant d’ajouter « C’est peut-être un peu étrange à dire, mais par moment, j’ai l’impression de connecter plus facilement avec les animaux que les humains… » elle souffle comme pour marquer son amour pour les animaux et le lien affectif qu’il y a entre elle et certains d’entre eux. C’est sûr qu’en lui disant ça, en plus de tout le reste, Aera doit se dire qu’elle a devant elle sa jumelle cosmique. Comment quelqu’un pourrait en douter? Elle capte le regard amusé de la candidate non sans sourire à sa plaisanterie. « Tellement contente de t’avoir trouvé, je pensais être seule dans ce monde, personne pour me comprendre. » elle ironise à nouveau, mettant l’emphase sur leurs différences, ce qui n’est pas pour déplaire à Lejla. Son temps libre ? « Quel temps libre? » elle répond du tac au tac, un petit rictus aux lèvres. « C’est un mode de vie, avoir un ranch. La vie perso et le travail est imbriqué l’un à l’autre… Je décroche un peu le vendredi soir pour aller boire une bière avec des amis et pour la messe le dimanche. » plus pour faire plaisir à sa mère et son beau-père que parce qu’elle est profondément croyante, bien qu’elle ne le dira jamais haut et fort. « Je sais, ma vie est palpitante. » D’un point de vue externe, ils doivent se dire qu’elle a la vie la plus ennuyante du dernier siècle. Elle s’en contente bien, ça ne lui dérange pas trop, à elle. « J’étais un peu plus wild, quand j’étais jeune… » elle ajoute, comme pour se donner une twist plus captivante à sa vie un peu monotone dont elle en fait la description. « Et toi, qu’est-ce que tu fais de ton temps libre? Qu’est-ce qui te passionne ? Histoire qu’on puisse voir encore une fois à quel point nous sommes compatibles dans un test de l’amitié? » Lejla elle parle, mais elle veut bien en apprendre plus sur la personne qui se trouve devant elle. Jusqu’ici, Aera se classe encore dans la catégorie de presque inconnu dans la tête de Lejla. Elle relève lorsque la candidate aborde le fait qu’elle n’est pas américaine à la base. « C’est drôle, parce que t’es la première ici qui me pose la question. » À croire qu’ils ont un peu tous zappé l’info. C’est vrai qu’avec son accent américain bien défini, on peut oublier que l’anglais n’est pas sa langue première. « Bulgare. » qu’elle précise en mettant une identité sur ses origines. « Oui, je me plais. » Elle aurait beaucoup de négatif à dire sur l’État dans lequel elle vit, mais ce n’est pas assez pour enterrer tout qu’elle y perçoit de positif. Elle préfère ne penser qu’aux belles choses qui représentent sa maison. « T’as pas complètement tort, tu sais. Le pays est extrêmement divisé au niveau idéologique et y’a effectivement une majorité des américains de campagne qui sont racistes, pro-armes, contre l’avortement et qui votent pour un clown orange comme Président. » elle ne mâche pas ses mots. C’est un sujet sensible, pour Lejla, faut l’excuser. « Alors la presse internationale ne fait pas un tableau complètement erroné de la situation. Ta perception est totalement normale. » Elle s’imagine bien qu’en Corée du Sud, on ne parle pas des États-Unis de la même façon que dans les médias américains. « Mais bon, après il y a une bonne partie des gens qui sont démocrates et qui démontrent une plus grande ouverture d’esprit. » Aera comprendra sans difficulté que Lejla se retrouve dans cette deuxième catégorie.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: DRESSING-
Sauter vers: