Partagez
 

 could it be, w/gianni (lundi, 13h35)

Aller en bas 
AuteurMessage
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Lun 4 Mai - 2:05

You been missing from the spot tonight
Missing, missing, missing you
I'll be hanging at the spots you like

- @gianni -

Le repas du midi tout juste terminé Roma se retrouve à trainer dans la salle à manger, son assiette vide en guise de compagne. Elle a partagé un bon moment autour d’un bon repas avec quelques candidats, mais sitôt le repas terminé que les voilà déjà parti à leurs occupations. Roma elle se demande ce qu’elle va faire, y a plusieurs chois qui s’offrent à elle. En pleine réflexion elle joue avec un sa fourchette, sa jambe droite est pliée le genoux contre le rebord de la table en bois de chêne. Oui ça doit être du chêne, vu les gros noeuds qui sont visibles. Elle est pas experte en la matière, mais elle quitte sa fourchette pour venir dessiner les contours du noeud. C’est comme ça qu’on connait l’âge d’un arbre ? Non c’est autre chose, ça se passe dans la découpe non ? Elle fronce le nez d’un air absent, essayant de se concentrer sur les activités qui s’offrent à elle pour le reste de la journée. Sa main retourne à la fourchette, elle se disait qu’elle pourrait dessiner ou retourner à ses croquis de bijoux. Mais bon l’autre jour elle s’est presque endormis sur un croquis de bracelet, elle y aurait presque retrouvé une trace de feutre sur le bout de son nez. Elle chasse cette idée d’un geste de la tête. Peut-être qu’elle pourrait aller faire du sport ? Non, rien que d’y penser elle pourrait se taper un bon fou rire la Roma. Elle fait pas de sport elle, à moins que courir pour attraper le prochain métro ça compte pour du sport ? Non, en plus elle est jamais allé dans la salle de sport persuadée de pas comprendre comment utiliser la moitié des machines. Ce serait un carnage. Alors next. Voilà qu’elle commence à se balancer sur sa chaise. Quand elle voit la plus grande de ses gamines faire la même chose, elle a tendance à l’envoyer bouler. Mais si Jessie le fait, c’est certainement parce qu’elle a déjà vu sa mère se balancer comme ça, quand elle cherche l’inspiration. Un jour elle a même provoqué la chute de sa gamine histoire de lui donner une leçon. Tout était contrôlé, pas la peine d’appeler les services sociaux. Y avait genre des gros coussins derrière, donc pas de casse. Juste une Jessie qui a fulminer pendant des heures et une Roma au bord de la crise de rire. Ces deux là, elles se cherchent toujours en même temps. Pendant que Sonja, elle regarde de ses grands yeux mi amusée, mi effrayée. Elle manque de tomber mais se rattrape au rebords de la table de justesse. « Wow. » L’idée la fait rire et elle se rend compte de la présence de Gianni, sans trop savoir si ça fait trois plombe qu’il est là ou bien s’il vient juste d’arrive. A défaut, autant faire semblant de pas avoir faillit casser la chaise là. Quand elle le voit là, torse nu, elle peut pas s’empêcher de rire. D’ailleurs c’est sa réaction à chaque fois qu’elle l’a croisé depuis le début de la semaine. « Tu te rends compte à quel point c’est indécent. » Pire que l’indécence même. Regardez moi ce corps, c’est quand même bien trouvé comme gage, bien qu’un peu facile. D’ailleurs de mémoire elle se demande si c’est quelque chose qui a déjà été proposé à ja gente féminine. C’est toujours plus simple de faire se balader des torses musclés point de vu CSA. « Tout ça là. » Elle complète en faisant un geste de la main désignant le pack de six qu’il se trimballe là. Ça doit-être les bien-faits de la salle de sport. En tout cas ça lui offre une distraction bien mérité, parce que là elle était sur le point de se faire chier pendant deux heures à essayer de se trouver une occupation digne de ce nom. « T’as pas trop peur des courants d’air ? » Elle va bien finit par épuiser toutes les répliques à ce sujet. Non mais elle le taquine, surtout que bon elle était plutôt d’accord par rapport au sondage des fans là. « Au moins t’as la parade parfaite pour déconcentrer ceux qui courent après ton secret. » Tout de suite c’est quand même plus difficile de le regarder droit dans les yeux. Elle rigole doucement, décidant qu’elle l’a bien assez taquiné sur le sujet. « Je vais être honnête, je l’aime bien ce nouveau look. » Enfin presque. Elle ricane, faisant malencontreusement tombé la fourchette avec laquelle elle joue depuis le début de cette conversation.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni En ligne
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Mar 5 Mai - 0:20

Gianni l'avouait sans vergogne, s'il avait pris la peine d'aller déjeuner au restaurant d'altitude, c'était uniquement pour pouvoir enfiler un pull et une veste le temps du trajet et du repas. Il voulait bien se plier aux exigences de la production le reste du temps, ça ne lui demandait pas non plus d'efforts insurmontables d'occulter le fait qu'il passait une partie de ses journées le torse à l'air, mais chez lui les repas étaient une institution à eux seuls. Sans compter que cuisiner dans l'accoutrement qu'on lui avait imposé n'était pas non plus recommandé, ce qui lui avait donné une excuse en or. Mais parce qu'il n'allait pas passer toute son après-midi à marcher autour du chalet pour le simple plaisir de garder ce qu'il avait sur le dos, l'italien s'était dit qu'il apprécierait d'autant plus de ressortir plus tard s'il rentrait maintenant. C'était quand même pas de bol cette histoire, il aurait suffi que le climat soit un peu plus favorable pour qu'il vive beaucoup mieux la situation. Parce que chez lui, à Manduria, il arrivait fréquemment qu'il ne s'encombre même pas de t-shirt en pleine saison quand il organisait des activités sur la plage avec des clients, ou en plus petit comité avec sa famille ou ses amis. Là-bas, entre la plage et les oliviers, ça n'avait rien d'étonnant de faire tomber la chemise dès qu'un rayon de soleil pointait le bout de son nez. Ici, par contre, il comprenait mieux pourquoi il n'adoptait pas exactement la même garde-robe depuis son arrivée, et un peu moins pourquoi dans cette histoire de sondages, on avait décidé que Costa et lui écoperaient d'une telle punition. Gianni était donc monté retirer ses deux épaisseurs, puis redescendu avant de se diriger vers la salle à manger où son regard capta la présence de Roma. Il ne sut pas si c'était lui qui l'avait surprise ou elle qui s'amusait dans son coin, mais l'image à laquelle il eut droit lui tira un sourire amusé, qui s'étira à sa remarque. « Tu serais pas entrain d'essayer de m'accuser de t'avoir déconcentrée ? Parce qu'elle a bon dos la punition d'Ophélia, si tu veux mon avis. » Il s'amusa au moment de s'approcher, tirant une chaise à coté de la sienne et reposant son regard sur elle. Lui, en tout cas, allait essayer de ne pas en rajouter avec une chute qui lui vaudrait des bleus qu'il ne pourrait peut être même pas espérer cacher. « Je suis sûr que t'as sorti la même chose à Costa. Tu sais, ton futur allié. » Gianni eut un sourire imperceptible et leva les yeux au ciel une seconde, mais Roma le connaissait maintenant assez pour savoir qu'il n'était pas sérieux quand il adoptait ce ton-là. Ou du moins, pas entièrement. Parce qu'évidemment, pour lui qui s'était mouillé à sortir son nom comme celui d'une alliée malgré les équipes et le reste, ça l'avait un peu fait tiquer sur le coup qu'elle ne l'ait pas considéré même s'il n'avait pas l'intention de prendre ce genre de choses à cœur. C'était un jeu, ils étaient tous adversaires en soi même si les frontières étaient un peu brouillées par les teams, et Gianni y voyait juste une occasion de jouer le jeu des chroniqueurs, en réagissant à ce qui se disait. « Si, clairement, j'en viens à penser que c'est pas un hasard si on m'a fait dormir avec le médecin du casting cette semaine. » Il s'amusa, bien que cette logique ne s'appliquerait pas à Costa et donc, ça n'était assurément qu'une coïncidence. Mais attraper la crève, c'était un risque qu'il courait depuis le prime et la perspective de rester encore plusieurs jours comme ça n'était pas très enthousiasmante. « C'est ta façon de me dire qu'il t'intéresse ? » Gianni questionna plus sérieusement, non sans curiosité, parce que jusqu'ici il n'avait pas eu le sentiment que son secret était particulièrement menacé comparé à deux ou trois autres sur la piste desquels tout le monde semblait lancé. Mais c'est sa prochaine remarque qui lui fit arquer un sourcil amusé et l'italien se pencha d'un air intrigué, notant à peine le bruit de sa fourchette qui termina sa course sur le bois de la table. « Tu penses que je devrais l'adopter définitivement ? » Un rictus au coin des lèvres, il envisagea cette option une seconde... avant de secouer la tête d'un air pas très convaincu. « Tu sais qu'à cause de toi, demain j'aurai une menotte au poignet. J'espère que tu t'en veux un peu. » Lui non, bien sûr, mais c'était histoire de la faire un peu culpabiliser parce que dans cette histoire, tout s'était joué à un seul nom, et notamment sa liberté. Gianni exagérait, on avait vu pire supplice que de passer une journée menotté à Cami, mais pour le principe il se devait de glisser vers le sujet. « Comment tu comptes te faire pardonner ? » Il s'accouda à la table, l'air d'attendre une proposition convaincante qui pourrait suffire à ce qu'il passe l'éponge, bien que ce soit déjà fait.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Mar 5 Mai - 2:03

Elle fait l’idiote à pas savoir quoi faire de son temps. Ceux avec qui elle a mangé ont déjà quitté la pièce pour aller faire elle ne sait trop quelle activité. Elle aurait certainement pu se greffer à un groupe sans trop de soucis, mais elle avait pas tellement envie pour le moment. Surtout qu’elle a été un peu plus lente que la moyenne des candidats à finir son assiette, la pièce c’est donc vidée devant elle alors qu’elle se battait avec un reste de salade. Maintenant qu’elle se retrouve face à sa solitude elle peut bien essayer de brainstormer pour trouver une occupation qui la change un peu du quotidien ici, de la routine qui s’installe en cette troisième semaine. Au lieu de trouver l’idée de génie, elle manque de tomber de sa chaise. Spectacle que Gianni n’a pas loupé, il semblerait. Vu le petit sourire qu’il se trimballe sur le visage. Roma elle était bien décidé à « faire comme si ». C’est sans compté sur la réparti de l’homme à moitié nu en face d’elle. Elle lui répond d’un sourire taquin. « Imagine si j’étais tombée, j’aurais pu me faire très mal et ça aurait été uniquement de ta faute. » C’est qu’elle bouderait presque. La suite elle l’a pas du tout senti venir, mais pas du tout. D’ailleurs ça la prend tellement au dépourvu qu’elle sait pas trop sur quel pied danser là. Il la taquine, ça c’est sûr, mais elle se demande si y a pas un brin de jalousie dans ce qu’il vient de lui raconter. Bien sûr elle aurait pu le cité, forcément. Comme lui l’a fait, bien qu’elle ne s’y attendait pas vraiment maintenant qu’ils sont dans des équipes différentes. Ça veut pas dire qu’elle le considère pas comme un allié. « Attend, j’arrive pas à savoir si t’es vraiment jaloux ou si tu me charie là. » Elle se concentre, plisse les yeux pour essayer de lire en lui. Mais faut croire que l’aspect torse nu de sa nouvelle garde robe l’empêche de réfléchir correctement. Elle arrive tout de même à lui balancer quelques explications. « J’aurais aimé qu’on soit dans la même équipe, sérieux. » Qu’est-ce qu’elle a foutu Kara, elle l’a pas classé comme il faut, c’est sûr. « Et pour te répondre non je n’ai pas tenu ce discours à Costa, pas encore du moins. » Elle tire la langue d’un air taquin. Elle sait qu’il attend pas spécialement de justification de sa part, mais si y a ne serait-ce qu’un millimètre de Gianni qui est déçut de la réponse de Roma… ça la foutrait mal. Parce que bien sur qu’elle le considère comme son allié, elle a juste pensé équipe. En attendant dans cette tenue il risque fort d’attraper froid. Peut-être bien qu’il devrait passer ses journées près du feu ? « Oh la, je m’avancerais pas. Vu comment il « crush » sur toi, je me méfierais si un jour il te propose un examen. » Un éclat de rire anime ses lèvres et brise le calme ambiant. C’est Natéo qui l’a dit il semblerait ? Ou bien c’est la publication de son mec sur sa page qui a mit ça dans la tête de Roma, elle sait plus trop, mais la rumeur cours déjà. En tout cas cette situation peut au moins l’aidé à envouté quelques personnes qui pourrait éventuellement se lancer sur son secret. Elle imagine bien Gianni tenter d’hypnotisé avec un pectoral droit dansant. « Bien sûr qu’il m’intéresse ton secret, j’ai une autre cible en ce moment mais méfie toi. » Qu’elle assène avec sa fourchette menaçante qui lui tombe bientôt des doigts. Remarque c’est quand même un look sympa et elle se prive pas de le lui dire. Le sourcil arqué, le corps légèrement penché en avant, il lui demande s’il devrait l’adopter définitivement. « Moi je dirais pas non, mais j’ai peur de perdre Maci si jamais tu persistais dans ce nouveau look. » La pauvre. Elle mime la surprise face à la suite de leur conversation, l’extrémité de sa main droite venant épouser ses lèvres. Est-ce qu’elle s’en veut ? En réalité pas vraiment. Enfin peut-être un peu, mais pas suffisamment pour que ça compte. En réalité ça la saoule un peu, parce que Maslov elle va du coup obtenir tout ce qu’elle veut à force de faire des caprices comme ça et des menaces complètement ubuesques. Rapprochant le pouce de son index elle lui répond: « Un tout petit peu. » Pas vraiment donc et ça la fait rire. En plus elle doit se faire pardonné maintenant. Espérons que Ashley lui fera pas le même coup. « Ce que tu veux. » C’est cadeau elle lui laisse le champs libre pour lui demander ce qu’il veux. « Je te préviens, maintenant je risque de donner ton nom à toutes les questions de Maslov, parce qu’elle semble attendre que ça. » Du potin, du potin, c’est une accro aux dramas elle s’en délecte. Il parait que c’est une journaliste politique sérieuse en réalité. On se demande ce qui lui est arrivé.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni En ligne
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Mer 6 Mai - 17:28

Bien sûr que Gianni avait débarqué à temps pour surprendre Roma se balançant sur sa chaise, et bien sûr qu'il s'en servait maintenant pour se dédouaner dans l'hypothèse où la candidate voudrait l'accuser de l'avoir déconcentrée en apparaissant face à elle dans cet accoutrement qu'elle n'avait pas manqué de pointer du doigt. Et c'est vrai, en arrivant ensemble deux semaines plus tôt, ils n'auraient sûrement pas imaginé qu'elle le verrait torse-nu au milieu de la salle à manger à l'heure du déjeuner et pour une histoire de sondage. A la rigueur, à la piscine ça n'aurait rien eu de bien étrange, mais là ça tombait un peu comme un cheveu sur son assiette. « Tu sais bien que j'étais prêt à te rattraper à la patinoire, t'oserais douter de mes réflexes aujourd'hui ? » Il rétorqua, les lèvres pincées dans une moue amusée. En vérité il serait même plus apte à plonger en direction du sol pour lui éviter une chute qu'il n'aurait sûrement fait des miracles s'ils avaient été tous les deux déséquilibrés une fois sur la glace, mais pas sûr que ce soit la semaine pour s'étaler par terre. Et il aurait été tenté d'ajouter qu'au pire, une Adler hors circuit c'était toujours une adversaire de moins à faire reculer, mais à la place il préféra se fendre d'une remarque au sujet de l'une de ses réponses à Elena. Découvrir qu'elle ne l'avait envisagé comme allié à ce stade, ça lui avait juste donné envie de se faire plaindre un peu, pour la forme ou peut être parce que c'était plus facile que d'admettre que ça lui avait peut être mis un petit coup, quand même. Gianni n'avait pas foi en beaucoup de promesses à ce stade de l'aventure, mais il le pensait quand il lui avait dit qu'en étant entré avec elle, elle aurait toujours une certaine place à l'échelle de son jeu. L'italien croisa les bras sur son torse. « Je te charrie. » Il expulsa après une seconde, avant d'ajouter. « A moitié. » Et d'étirer un sourire en coin, parce qu'au fond tout ça ça n'avait pas tant d'importance tant que des décisions vraiment capitales n'avaient pas à être prises. Par conséquent, sa prochaine remarque le fit lentement acquiescer. « Si tu dis ça parce que t'auras peut être à m'handicaper à un moment ou à un autre, c'est le jeu. On prendra tous des décisions plus ou moins évidentes, qui se heurteront plus ou moins à nos principes. C'est comme ça. » C'était comme ça du moins qu'il voyait le jeu, et pour ça qu'il était convaincu que tout le monde était venu, avec pour seul but d'aller au plus loin dans l'aventure de manière individuelle, sans pour autant que ça veuille dire qu'il n'accordait pas une certaine importance à avoir certains alliés. Roma semblait voir les siens essentiellement du coté des Adler, lui fonctionnerait aussi en équipe mais tâcherait aussi de trouver un juste équilibre entre sa loyauté et le feeling qu'il pourrait avoir avec certains. Mais d'une manière générale, c'était pour lui qu'il était ici. « Ça te fait bien rire tout ça, avoue. Alors que personne se soucie de savoir si nos mères ou nos sœurs sont gênées de nous voir comme ça... » Gianni conserva un air sérieux l'espace d'une seconde, levant le menton jusqu'à trouver une caméra qui traînait là, avant de se raviser et de se mettre à rire. « Je plaisante. Tu parles que ça doit les faire marrer aussi. » Parce que pendant une seconde elle avait du se demander si sa mère était à ce point à cheval sur ce genre de choses pour qu'il s'en inquiète. En réalité, pas vraiment et le plus gros risque qu'il prenait c'était d'en entendre parler par son père, en dehors de ça il aurait peut être juste droit à une vanne signée Ludovica sur le réseau social parce que c'était bien le genre à trouver ça drôle. « Ça va, j'ai pas eu droit à ce genre de proposition et de toute façon je crois que personne serait tellement à l'aise à l'idée de se faire ausculter par quelqu'un qu'il croisera le lendemain au petit-déjeuner. » L'idée lui tira un sourire amusé, mais clairement, c'était le genre de choses qu'il avait toujours cloisonnées, même quand dans une ville comme Manduria le médecin de famille était souvent quelqu'un qui vous avait vu grandir. Et il ne remettait pas en cause le professionnalisme de Natéo, mais disons qu'il avait toujours préféré que ses médecins lui portent un intérêt purement médical, il y avait des choses avec lesquelles on ne badinait pas. Son aveu au sujet de son secret lui valut de prendre un air intrigué, puis de sourire légèrement. « J'en prends note, alors. Et à propos, c'était bien joué pour Izïa. C'était peut être pas son secret mais ça va sûrement lui permettre de parler plus librement après ça. » C'était difficile de se mettre à la place de quelqu'un qui venait avec son vécu, son histoire, mais il avait eu l'impression que ça avait de l'importance pour Izïa d'expliquer ce qui lui était arrivé. Et certains auraient pu être frustrés de ne pas toucher du doigt son secret mais de son point de vue, c'était déjà un joli coup. Quant à l'idée qu'il puisse adopter définitivement ce look, elle n'avait pas tort, Maci avait déjà l'air un peu troublée ce n'était sûrement pas la peine d'en rajouter. « Il faudrait vraiment que j'y ai pris goût pour vouloir lui imposer ça, alors. Et c'est pas vraiment parti pour. » Il railla en fantasmant le moment où il pourrait de nouveau s'habiller comme bon lui semblait à l'intérieur, pas certain que ça lui manquerait beaucoup, d'avoir froid et de faire le show pour la production. Roma, en tout cas, ne semblait pas rongée par la culpabilité de le savoir menotté dès demain et ça le faisait rire, parce qu'il aurait peut être balisé face à une sanction plus handicapante à long terme mais qu'une journée, ça irait encore. « Ce que je veux, vraiment ? Tu poses aucune condition ? » Son sourire s'étira mais il lui laissa le choix d'estimer qu'elle avait assez confiance en lui ou non. Aera avait posé des limites lorsqu'elle avait dit lui devoir une faveur et il n'aurait sûrement pas été jusque là de toute façon, mais ici l'affront était réel. « Je préfère que tu donnes mon nom quand t'as envie de le donner, mais je note quand même que c'était plus facile de citer un potentiel allié à l'échelle de l'aventure qu'un potentiel crush à l'échelle... de deux semaines de jeu. » Il releva avec malice, juste parce que ça l'avait fait tiquer et qu'il se demandait si pour elle c'était réellement compliqué de nommer n'importe quel candidat pour la première question alors que personne n'irait sûrement croire que ça voulait dire grand chose tant qu'ils se connaissaient tous encore à peine et alors que lui par exemple avait besoin de se faire une idée plus précise de la personne en face à lui. Crush, c'était le genre de mots qui devaient faire parler, Elena savait très bien ce qu'elle faisait.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Ven 8 Mai - 2:13

Il marque un point, elle lui avait fait confiance les premiers jours pour la rattraper en cas de chute sur la glace. Mais là elle était quand plus perplexe sur sa capacité d’action réaction face à une chute de sa chaise. Elle acquiesce d’un geste de la tête. « Ouais… on va dire que t’as raison. » Elle lui répond d’un air mitigé, le rire au bord des lèvres. Elle a confiance en lui, mais clairement vu qu’elle aurait été en réalité l’unique fautive de cette chute, elle va pas non plus lui demander qu’il sauve son coccyx. Elle sait pas trop comment ils en viennent à parler de la chronique d’Elena, à croire que c’est leur sujet de conversation favoris… mais maintenant que c’est sur la table elle a du mal à se faire une idée de ce qu’il pense à ce sujet. Elle hésite entre taquinerie et jalousie. Bien sûr qu’elle le considère comme un allié. Elle plisse ses yeux sombres pour essayer de le sonder un peu, parce qu’il la charrie mais pas totalement. Alors elle se demande s’il a pas été vraiment piqué par sa réponse, c’est un peu déstabilisant pour Roma. Elle est peut-être pas assez clair. Elle adore Gianni, elle pas besoin de le dire dans une chronique qu’ils sont des alliés potentiels. Ils le sont quasiment depuis l’entrée dans jeu. Mais vu que c’est un jeu, elle a surtout besoin de quelqu’un dans son équipe pour aller loin. Leur alliance à eux deux, elle est implicite, pas besoin de la formuler ou de l’étaler dans une chronique. Même si elle doit avouer que ça lui a fait plaisir qu’il la mentionne malgré qu’ils ne soient pas dans la même équipe. Elle hoche la tête à la positive. C’est vrai qu’elle aimerait pas devoir l’handicapé, déjà que ses réponses pour Elena l’a mis dans une mauvaise posture. « Oui, je sais bien. » Elle mordille sa lèvre inférieur ses pupilles brunes agitées par la réflexion. « Bien sûr j’ai pensé à toi. » Elle formule dans le vague ayant l’impression que c’est quelque chose qu’il a besoin d’entendre, même si rien n’entache pour autant leur relation. « Pour la question sur l’allié, mais j’ai préféré penser équipe. » C’est aussi pour ça qu’elle regrette qu’il ne soit pas dans son équipe, le choix aurait été bien plus simple, même en ayant Costa le stratège dans leur rang. En attendant la situation de l’italien la fait bien rire, elle aimerait pas être à sa place, mais c’est marrant. Il mentionne le faite que personne se demande si les familles ça les gênent pas de voir les italiens réduit à leur physique le temps de la semaine. Elle fait non de la tête avant de pouffer de rire, parce que ouais elles doivent se marrer. « Ils doivent tous te charrier. » Qu’elle siffle entre ses dent, d’un air taquin. Si elle était à sa place, sa famille à elle serait certainement choqué à vie. Mais bon de toute façon vu qu’elle est déjà en disgrâce dans sa famille, difficile de tomber plus bas. Y en a un qui doit être bien content de cette situation, c’est son coloc de la semaine. Le boss de son équipe, qui jusqu’ici n’a pas été timide sur sa préférence pour Gianni. « Tout dépend de l’auscultation, mais oui je me suis jamais dis que ce serait cool d’aller diner avec mon gynécologue. » C’est un peu gênant de fréquenter un type qui a tout vu de vous. Ce serait même assez glauque, bien que c’est une situation qui doit arriver non ? Il doit bien exister un gynécologue qui rencontré sa futur femme après lui avoir ausculter le vagin ? Y a toujours des histoires un peu folles de rencontres improbables. Genre la bonne soeur qui tombe amoureuse du prêtre. Alors pourquoi pas ? « Merci. » Elle étire un sourire tendre. Oui elle s’est pas mal débrouillée, même si elle est tombée à coté elle est plutôt fière d’avoir validé son buzz, même si clairement elle prenait aucun risque. « J’espère que ça va lui être bénéfique. J’ai un peu peur pour elle, que tout ça ce soit trop. Trop d’un coup après autant de temps à voir personne ou presque. » C’est qu’elle a réussit à s’attacher assez rapidement à Izïa et elle aimerait pas que que ses efforts lui pètent entre les doigts. Elle a beaucoup de courage, mais elle a déjà remarqué Roma qu’elle peut facilement se laisser dépasser par les interactions sociales et leurs subtilités. Elle ne lit pas toujours bien entre les lignes, se contentant d’analyser avec les données qu’on lui donne. Elle est maline, c’est pas le soucis. Elle a juste passé trop de temps avec elle-même et son ordinateur. Roma elle aime bien le look de Gianni, mais encore une fois elle pense à ses petits camarades et principalement Maci qui vivrait certainement pas très bien la chose. Déjà que pour son anniversaire elle a faillit tomber dans les pommes la pauvre. En même temps Roma elle la comprend, y a pas si longtemps que ça à coté d’un Gianni elle serait certainement resté silencieuse à se demander s’il est l’oeuvre d’un Dieu. Rien que ça. Il y prend goût non ? Il est pas dupe il sait bien l’effet qu’il fait aux femmes et certains hommes, même déjà habillé et c’est certainement pas pour lui déplaire non ? « Je vais quand même essayer de voir avec Ophélia si on peut pas vous imposer une journée top-less histoire de booster l’audience. » Oui elle pense à l’audience, elle est sympa. Une journée, Maci elle devrait pouvoir le supporter. Pour le truc des menottes elle doit quand même se faire pardonner, enfin pour la forme. Elle accepte de se plier à ce petit jeu, lui laisser carte blanche sur la faveur à demander. Parce qu’elle sait qu’elle a merdé, c’est une petite affaire d’ego ça. Elle a juste pas supporté que la Maslov elle essaye de foutre la merde dans ses relations. Alors clairement elle allait pas lui donner de quoi sustenter le vampire qu’elle est. « Zéro conditions. » Parce qu’elle a confiance en lui et qu’elle a du mal à l’imaginer lui demander de faire un truc glauque. Au pire elle a toujours son libre arbitre, elle hésitera pas à l’envoyer chier s’il dépasser les bornes. Mais quelque chose lui dit que ce sera pas le cas. Elle a peut-être tord, mais au moins ça lui permettra de mettre à jour le véritable visage de Gianni, s’il s’avérait qu’elle faisait fausse route à son sujet depuis le départ. Elle en doute. En attendant elle risque de faire péter du Gianni à toutes les sauces si ça peut contenir la Maslov. Elle fait la moue face à ce qu’il dit, il a raison. Elle voit pas l’intérêt de parler de lui si la question ne lui inspire pas son prénom. Mais c’est vrai que depuis la première chronique de Maslov elle s’est un peu obligée à pas trop le mentionner histoire de pas trop donner matière à inventer des histoires encore. Ils se connaissent peu, s’entendent très bien et Roma elle veut préserver ça au maximum. Pour la suite de la phrase, il la rate pas. « T’es dur. » Elle fait semblant de bouder. Mais encore une fois il a pas tord, ça lui coutait pas grand chose de parler d’un crush fictif, ça n’engageait à rien. « Y a pas si longtemps que ça, je savais même pas ce que c’était un crush, alors laisse moi donner de l’importance à ce mot. Ça se balance pas à la légère. » Elle fronce le nez, mi-amusée mi-agacée. Elle savait où elle mettait les pieds en entrant dans cette aventure, mais c’est qu’au fur et à mesure qu’elle prend réellement conscience des rouages de celle-ci. Il faudra qu’elle apprenne à jouer le jeu. Mais ce qu’elle aimerait avant tout c’est jouer le jeu, tout en gardant la main sur tout ça. Elle veut pas se laisser embarquer dans un délire qui lui correspond qu’à moitié. Etre la meuf dont on parle dans toutes les chroniques pour parler d’une idylle fictive, très peu pour elle.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni En ligne
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Dim 10 Mai - 18:38

Gianni en rajoutait volontiers avec cette histoire d'alliés, parce que c'était toujours agréable de savoir que les gens qui nous inspiraient confiance étaient tentés de se fier à nous en retour, mais il y avait quand même une petite part de vraie là-dedans, même s'il ne le confessa qu'à demi-mots. Roma était assez grande pour décider d'avec qui avancer dans cette aventure et il était le premier à dire qu'il fonctionnerait en équipe jusqu'à un certain point, au moins, mais ça ne l'empêchait pas de fonctionner au feeling la plupart du temps. Il avait de la chance d'être tombé dans une équipe où la plupart des membres lui inspiraient des sentiments positifs, alors ce n'était pas trop compliqué, mais il y avait aussi plusieurs candidats qu'il appréciait de l'autre coté. C'était peut être ce qui rendrait la perspective de les handicaper à un moment ou à un autre un peu plus difficile, mais ils étaient dans un jeu et il en avait accepté toutes les règles. « C'était la réponse la plus logique, même si on n'a aucune idée de ce qu'adviendront les équipes dans quelques semaines ou d'à quel point les liens qu'on aura pu nouer changeront notre vision des choses. » Notamment si ces liens se nouaient en dehors des équipes, comme ça commençait déjà à être le cas un peu partout autour d'eux. « Et c'est dingue, parce que y'a encore quelques temps l'une de mes grosses préoccupations c'était de faire tourner un hôtel. » Il s'amusa, en constatant que c'était deux poids deux mesures, quelque part. Les questionnements qu'ils rencontraient dans ce cadre pouvaient avoir l'air un peu superficiels quand on comparait avec le reste. Et pourtant, ça avait sûrement du sens pour tout le monde de se trouver ici, et quelque fois c'était juste rafraîchissant d'avoir d'autres choses à l'esprit. Ici, s'ils échouaient, ils s’asseyaient sur un joli chèque mais c'était à peu près tout. A l'extérieur, c'était la vraie vie, les vrais problèmes, et tous ces trucs qu'il résumait à deux-trois mots parce que c'était plus simple. Alors une parenthèse, même si c'était pour parler stratégies à l'heure du déjeuner, ça faisait juste parfois du bien. Et il n'avait aucun mal à imaginer qu'en effet, s'il y avait bien des personnes susceptibles de trouver sa situation particulièrement drôle cette semaine, c'était ses proches. Déjà parce qu'ils avaient l'habitude, et ensuite parce qu'ils se charriaient tous facilement. L'avantage d'être une famille un peu atypique mais soudée. « T'en profites parce que tu sais que la prod' aurait jamais osé donner ce gage à deux femmes, ça aurait soulevé trop de polémiques. » Gianni lui lança un regard en coin, conscient que c'était pratique pour la production que ce soient deux hommes qui aient terminé premiers de ce sondage parce que ce gage aurait pris une toute dimension si on avait demandé à deux candidates de passer la semaine en soutien-gorge, au mieux. « Surtout que ça doit être bizarre, la vie sexuelle d'un gynéco. Tu crois qu'ils ont encore envie de leur femme quand ils rentrent chez eux après une journée de boulot ? » Après avoir passé la journée entre les jambes de leurs patientes, spéculum à la main. Gianni se demandait déjà comment ces types-là se découvraient cette vocation, il aurait justement peur que son rapport au sexe change à cause de ça et de perdre ce débordement de plaisir qui passait aussi par la découverte d'un corps, l'appréhension ressentie, puis la rencontre de deux êtres et pas seulement sur le plan sexuel. C'était un ressenti tellement à part. Au sujet d'Izïa, il pouvait voir que Roma était fière, mais aussi préoccupée depuis que la candidate leur avait révélé ce qui lui était arrivé et comment cette émission représentait sa première confrontation au monde extérieur depuis son traumatisme. « Je suis sûr qu'elle sait qu'elle peut venir t'en parler si tout ça lui pèse trop. Ça doit déjà compter pour elle, que ce soit toi qui t'en sois rapprochée. » Il assura doucement. Les deux candidates paraissaient proches et Gianni supposait que ça rendait ça plus facile, de savoir que quelqu'un avec qui on avait bien accroché se rapprochait de notre secret. Que ça donnait aussi un sens encore plus particulier à tout ça. « Ton secret, à toi, tu penses qu'il pourrait changer la façon dont on te perçoit ? » Gianni posa la question sans inquiétude, pourtant, parce qu'il se savait sans doute capable d'accepter chacun ici avec son secret, quoi qu'il implique et tant que ça ne remettait pas tout en question. Ça le ferait chier de découvrir que quelqu'un avec qui il avait sympathisé s'était payé sa tête, et il y avait quelques trucs difficilement pardonnables même par quelqu'un comme lui, mais d'une manière générale il ne s'en faisait pas trop. Ça changerait peut être s'il nouait des liens vraiment solides dans l'aventure ou s'ouvrait véritablement à certains. Gianni s'amusa par la suite de cette histoire de gage et clama avec conviction que ce serait mieux pour pas mal de monde, y compris Maci qui semblait un peu troublée par la situation, qu'on ne leur demande plus de si tôt de retomber la chemise. Roma pourtant semblait y tenir, une idée qui tira à l'italien un rire décontenancé. « Franchement, ça marcherait si Costa et moi on était particulièrement pudiques d'ordinaire, mais si tu dormais pas avec l'élite tu saurais que c'est pas le cas. » Il étira un sourire entendu, sous-entendant que personne n'avait tellement besoin qu'il soit sous l'effet d'un gage pour l'admirer sans son t-shirt, n'étant pas le premier candidat à s'encombrer d'épaisseurs quand le contexte le justifiait un minimum. Il n'irait pas se balader torse-nu en plein Hallstatt, mais entre la salle de bain, sa chambre, la piscine, la salle de sport ou le dressing, il y avait déjà de quoi offrir quelques images aux monteurs si vraiment ils avaient envie de se cacher derrière une histoire d’audiences. Et si Gianni n'était pas véritablement rancunier au sujet de cette histoire de menottes, il ne trouvait pas inintéressante la perspective d'obtenir réparation rien que pour la forme. Roma disait ne poser aucune condition et son expression se fit plus joueuse, tandis qu'il fit mine d'y réfléchir. « Tu me dessinerais un truc sur la peau ? » Il posa d'une voix calme, après plusieurs secondes. « Juste un petit, genre là, sur le bras. » Pas forcément quelque chose de compliqué, pour qu'il n'ait pas trop de regrets lorsque ça s'effacerait au bout de quelques lavages. C'était juste l'idée un peu folle qui lui était venue, comme ça, et une manière d'obtenir de Roma quelque chose de suffisamment symbolique pour enterrer cette histoire une bonne fois pour toutes, sans la compromettre pour autant. Gianni n'était pas le genre de type à sauter sur l'occasion, des trucs bizarres il aurait pu lui en demander un paquet mais il préférait garder ses traits d'humour douteux pour quand ils se connaîtraient mieux. Quant à la question d'Elena, il est vrai qu'il ne l'avait pas abordé avec autant de solennité de son coté, comme le terme crush qui ne voulait pas dire tant de choses que ça à ce stade. « Mais t'as peut être déjà eu des crushs sans savoir que c'en était, par exemple pour ton mari. » Gianni voyait cela dit que le sujet n'était pas le plus confortable qui soit pour Roma, alors il n'insisterait pas dans ce sens si elle ne préférait pas. C'était son droit de vouloir que ce mot ait un vrai sens, il n'allait pas l'en priver. « J'ai crushé un moment sur mon ex avant d'oser lui proposer de sortir avec moi. » Il confia, en se gardant de préciser qu'il était adolescent et que donc, il n'avait pas su vraiment identifier à l'époque le moment où elle avait cessé d'être un crush et commencé à lui plaire pour de vrai. Aujourd'hui, ce serait différent.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Lun 11 Mai - 18:19

Les choses prennent des proportions dingues ici. C’est facile de laisser piéger par la rumeurs ou par les attentes qu’on peut avoir de certain. Roma elle est comme ça, elle se laisse porter par l’image qu’elle a des gens. Leur imagine tout un tas d’histoires et d’interactions qui parfois ne vont pas toujours avec la réalité. Ayant pourtant un bon feeling sur ce que peuvent être les gens qu’elle fréquente. Elle sait donc que Gianni est pas fâché, mais quand même un peu déçu de sa réponse. Elle tente de lui faire comprendre que c’était une réponse plutôt logique finalement, qu’elle a pas réfléchis cent sept ans. Et que le fait qu’il ne soit pas dans son équipe, ça l’a un peu éliminé d’office dans son esprit. Sans pour autant oublier tout ce qu’ils se sont dis et la complicité qu’ils partagent dans ce jeu. Il est un allié aux yeux de Roma, mais pas dans le sens stricte du terme. Un atout, un repère, un ami, quelqu’un de confiance. C’est plus nuancé, parce qu’actuellement il faut penser équipe si on veut aller plus loin. Ça va aller vite, clairement. Peut-être que d’ici quelques semaines ils se seront oubliés finalement ? Qui-sait ? Elle en doute, parce qu’elle l’apprécie vraiment, au point de chercher à passer un moment avec lui, au moins une fois dans la semaine. Un moment en dehors de leurs interactions de groupe, un moment à eux. Elle lui répond d’un sourire vague, espérant qu’ils ne sont pas destinés à devenir des ennemis jurés. La conversation dévie sur autre chose. « Ah ouais ça remet en perspective ce qui se passe ici. » Elle rigole doucement quand il parle de sa gestion d’hôtel. C’est clairement plus prenant qu’un jeu d’alliance et de trahison. Au final une réponse à une question totalement orientée c’est pas forcément très important quand on pense à ce qu’ils ont laissé en allant se perdre dans la campagne autrichienne. Pareil pour cette histoire de gage torse nu, c’est limite au niveau de l’image que ça donne, l’homme objet tout le tralala. Mais au final, c’est divertissant. Faut pas se mentir, ça va faire de l’audience. La production essaye certainement d’inciter aux rapprochements en mettant les deux italiens dans cet accoutrement plus proche de l’Adam que de l’homme moderne. « C’est vrai, ça m’arrange bien. »  Ça lui évite de sortir les discours féministes. Mais bon de toute façon elle aurait été épargné, c’est plus pour Cami et les autres amazones de la bande que ça aurait été compliqué. Elle éclate d’un rire sonore quand il parle de l’aspect vie conjugale du gynécologue. Elle n’y avait pas pensé à cet aspect. « Bah j’espère bien, parce que les pauvres…. »  Note à elle-même ne pas tomber amoureuse d’un gynécologue, parce que s’il est pas capable de la satisfaire après le boulot, parce qu’il a trop vu de vagin…. C’est un motif de rupture. « Y a peut-être quelque chose là… ça se trouve le taux de divorce dans ce genre de couple est hyper élevé ? »  Ou peut-être même que tous les hommes gynécologue finissent par fréquenter la gente masculine ? Qui sait ? La conversation dérive sur le buzz de Roma et la libération qu’à du ressentir Izïa en pouvant parler plus librement de son histoire. Roma reste inquiète, parce qu’elle a peur que toute cette expérience soit vraiment compliqué pour elle. Bien sûr à ce moment là elle ne connait pas encore toute l’étendue de la complexité de l’américaine. Elle ne doute pas qu’elle bénéficie d’une aide toute particulière. « Oui, j’imagine. » Elle peut venir lui parler quand elle veut c’est certain. Après elle ne sait pas si le fait qu’elles soient proches rassure Izïa pour la découverte de son secret. Peut-être. Elle relève la tête, quittant son regard pensif pour se concentrer sur la question de Gianni. « C’est possible oui, même si je pense pas que ça puisse gravement entacher une relation tissé ici. »  Mais oui ça pourrait changer quelque chose pour certains. Elle ne sait pas trop. Elle a du mal à se projeter là dessus, peut-être que son histoire ne touchera personne. « Et toi ? » Elle retourne la question, assez attentive à ce qui va suivre. Y a une petite voix en elle qui espère qu’il lui réponde par la négative, parce que Roma elle veut pas changer d’avis sur lui, elle veut pas le voir différemment à moins que ce soit positif. En ce qui concerne le gage des deux italiens, Roma elle est pas contre une journée imposée histoire de booster les audiences. Mais semblerait que ce ne soit pas utile. A croire que fréquenter la haute société du chalet, ça lui fait louper des trucs intéressants à Roma. « Va falloir que je trouve un moyen de faire partie de la plèbe alors. » Non parce que le mini-bar des semaines passées, les douches à la pression nickel, c’est bien. Mais y a quand même un sacré avantage à perdre quelques étoiles. Elle rigole doucement à cette idée. Ce serait peut-être plus simple que lui grimpe les échelons non ? Ayant confiance en lui, elle lui offre la possibilité de lui demander tout ce qu’il veut. Pas de conditions. C’est un peu son moment là, de lui prouver qu’elle a raison de lui avoir donné sa confiance. Parce que s’il lui sort un truc salace… Elle rigole quand il lui demande de lui dessiner un truc sur le bras. « T’as passé le test haut la main. »  Bien joué Gianni. Un autre aurait certainement profité pour lui demander un truc limite, limite. Elle cherche du regard son carnet qui doit être quelque part dans le coin, avec son feutre noir, pendant qu’ils parlent de crush. Dans sa petite caboche romantique, Roma elle a donné beaucoup trop d’importance à ce terme. Elle a pas de crush ici et arrive pas à se projeter assez loin pour en imaginer un de viable. « Avec mon mari ? »  Elle demande l’air de dire ’t’es sérieux’, en même temps y a qu’elle qui connait son histoire. Enfin elle retrouve son feutre. Du coup c’est le bon moment pour rapprocher sa chaise de celle de Gianni et de lui emprunter son bras. Son index et son majeur parcours la surface de son avant-bras. « Non j’ai pas eu ce genre de sentiments pour mon mari. » Pas de coups de coeur. Mais depuis elle en a eut pas mal de coups de coeurs Roma, ça n’a jamais duré assez longtemps pour que ça se transforme en un amour inconditionnel, mais c’était quand même mémorable. Elle sourit tranquillement sans le regarder, se concentrant sur son avant-bras qu’elle commence à décorer d’un coup de crayon souple et délicat. Elle dessine les racines et les branches extraordinaires du Banian, en version miniature. Un arbre très courant en Inde et qui l’a toujours fasciné, par ses racines, sa grandeur et son aura réconfortant. Dans ses racines elle cache également le symbole de l’Om, ça rend pas mal non ? « Et toi alors ? Tu crois que ton potentiel crush pour Cami va se confirmer ? »  Elle demande, mutine, tout en donnant la touche final à sa version miniature du Banian.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni En ligne
could it be, w/gianni (lundi, 13h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: could it be, w/gianni (lundi, 13h35) — Jeu 14 Mai - 19:10

Gianni ignorait quels étaient les risques pour que Roma et lui prennent deux directions opposées dans cette aventure, mais qu'il le veuille ou non il savait que ça restait une possibilité malgré tout. Il suffisait de prêter attention aux rubriques pour comprendre que certains montaient déjà des alliances, ce qui le dépassait un peu. Il avait beau avoir bien accroché avec quelques candidats, ça ne lui viendrait pas à l'idée de proposer de s'allier à ce stade, pour la simple raison qu'il serait incapable de promettre à qui que ce soit qu'il ne verrait pas un intérêt à lui passer devant à un moment donné de l'aventure. Et lui avait déjà besoin de plus de trois semaines pour accorder aveuglément sa confiance rien qu'à l'extérieur, alors dans un jeu où le chacun pour soi devait faire faire pas mal de choses, il restait deux fois plus sur ses gardes. Alors il aurait apprécié que Roma cite son nom pour le symbolisme que ça aurait eu, mais il était conscient que les équipes allaient déjà faire ressortir des instincts différents d'une personne à l'autre. Et tout ça remettait pas mal de choses en perspective quant à leur vie dehors. « T'avais conscience en venant ici de tout ce que ça impliquait, de se couper de l'extérieur pendant des semaines ? » Lui n'avait peut être pas exploré la question en profondeur, pour pas mal de raisons qui faisaient qu'entre autre il n'avait pas envie de se projeter outre mesure et préférait vivre les choses telles qu'elles se présentaient à lui pour les vivre vraiment à fond. C'était pas trop son truc, de peser le pour et le contre avant de prendre une décision parce qu'à trop réfléchir on ne faisait pas grand chose et qu'il préférait se lancer quitte à se planter. Des remords plutôt que des regrets, toujours. Et s'il n'était pas surpris que Roma préfère voir deux hommes dans cet accoutrement en partie parce que le cas inverse aurait créé la polémique, il ne put s'empêcher de glisser, mutin. « Je me plaindrais pas si la production décidait de prendre le risque, cela dit. » Et c'était peut être pas lancé avec beaucoup de sérieux, mais il aurait pas déprécié pour autant que la punition s'inverse ne serait-ce qu'histoire de pouvoir en profiter un peu. C'était pourtant pas lui qui risquait le plus d'épier ce genre de spectacles du coté des candidates en temps normal, préférant l'idée d'en profiter de façon plus hasardeuse et un peu moins coupable, mais après cette semaine il verrait de bons cotés à la situation. « Y'a sûrement des types qui tombent sous le charme de leurs patientes, mais bon ça c'est partout pareil. Quand tu bosses dans un hôtel où des notables viennent parfois rechercher la tranquillité et la discrétion, t'apprends à reconnaître ce genre de types. » Ceux qui débarquaient un matin avec une fille à leur bras et dont vous saviez pertinemment qu'elle n'était pas leur épouse, parce qu'avec les relations qui se tissaient au fil du temps dans le milieu tout le monde finissait par connaître tout le monde, ne serait-ce que de loin. Gianni évitait de juger leur vie privée, c'était clairement pas ses affaires, mais il fallait avoir un culot monstre pour payer du bon temps à votre maîtresse pendant que votre femme vous imaginait en voyage d'affaires. Pas un truc qu'il se verrait faire, lui, mais chacun se débrouillait avec sa conscience. Et que ça compte pour Roma d'avoir contribué à libérer la parole d'Izïa, ça n'étonnait pas Gianni qui était convaincu que la candidate saurait trouver en elle un soutien pour les jours où elle en aurait besoin. Une réflexion qui le poussa à l'interroger sur la façon dont son propre secret pourrait changer le regard que les autres posaient sur elle. Et sa réponse, bien qu'il n'en ait pas vraiment douté au fond, soulagea peut être une part de lui qui n'avait aucune certitude sur personne tant qu'ils cachaient tous quelque chose. « Ça veut dire qu'il t'empêche pas d'être toi-même, par exemple à cet instant ? » Il demanda, en reposant son regard sur elle, sans pour autant tellement douter que ce soit le cas parce que Roma, il ne l'imaginait pas vraiment mentir ou jouer un rôle quelconque pour se protéger. Mais il avait entendu pas mal de trucs dans ce goût-là, sur des gens révélant un visage inattendu au moment de leur révélation, alors il y pensait comme tout le monde et n'aimerait pas se rendre compte que des personnes à qui il avait commencé à s'attacher s'étaient jouées de lui. « Comme toi. Ça pourrait changer certains regards, mais pas vraiment les liens que je pourrais tisser. » Il ne voyait pas vraiment de raison pour que ce soit le cas, parce qu'il n'avait aucun besoin de tromper qui que ce soit sur celui qu'il était pour protéger ce qu'il cachait. C'était pas quelque chose d'anodin, pas pour lui, mais si ça tendrait à expliquer certaines choses ça ne devrait pas altérer la façon dont il se serait lié à certains. Quant à l'idée d'une journée topless imposée, Gianni n'était pas sûr d'avoir très envie de rempiler, mais c'était l'occasion de la taquiner sur sa place récurrente dans les meilleures chambres. « Ça dépend, t'es peut être très heureuse dans ton confort, je te jugerais pas. Nous on a juste la chaleur humaine, après tout, 'faut dire que la nuit le chauffage déconne pas mal... » L'italien se fendit d'un sourire narquois, pas sûr que ce genre de perspective suffise à lui faire regretter de ne pas dormir dans une chambre de dix mètres carrés sur un sommier moyennement confortable. La vérité, c'est que Gianni ne pensait pas s'habituer aussi vite à ce confort relatif, lui qui n'avait pas vraiment l'habitude. Peut être qu'il s'était fait une raison : c'était pas le grand luxe, mais il avait été plutôt chanceux avec ses camarades de chambre jusqu'ici. Et c'était pas un petit détail pour lui qui détesterait avoir à faire semblant de s'intéresser à la personne qui dormait à deux mètres de lui. Finalement, face à une Roma assez en confiance pour le laisser décider librement d'une requête à lui soumettre, c'est porté par l'envie de faire un truc qui changeait un peu tout en profitant d'avoir une artiste à coté de lui qu'il lui demanda de lui faire la démonstration de son talent directement sur le bras. Elle parut rassurée, et l'italien suivit ses gestes du regard tandis qu'elle s'empara de son carnet. La discussion portait sur cette histoire de crush, et c'est intrigué qu'il rebondit sur ses confessions. « Ah non ? Quel genre de sentiments, alors ? » Il demanda, ses yeux suivant le parcours du crayon que Roma faisait glisser sur sa peau tandis que les mots de la jeune femme résonnaient dans son esprit. Est-ce qu'il y avait bien eu des sentiments entre son mari et elle, et est-ce qu'elle essayait simplement de lui dire que ça lui était tombé dessus sans prévenir ? Il l'ignorait mais accueillit sa prochaine question par un haussement d'épaules. « J'en sais rien, j'ai voulu jouer le jeu de la rubrique mais ça voulait pas dire grand chose à ce stade à part que je la trouve jolie et sympa. Je me suis dit qu'au pire, ça entretiendrait juste les rumeurs. » Celles qui voulaient qu'il soit un dragueur né, et vu que quel que soit le nom qu'il aurait pu donner le résultat aurait été le même. Autant passer outre, lui savait ce qu'il en était et qu'il y avait beaucoup de second degré là-dessous. Voilà tout ce qu'il y avait de croustillant à dire au sujet de sa réponse, parce qu'il y avait pas mal de facteurs qui faisaient qu'ici comme ailleurs il avait besoin de plus de temps pour dire qu'une fille pouvait potentiellement l'intéresser. Cami était son type, mais si on allait par là elles étaient plusieurs dans ce cas. « Et si tu veux mon avis y'a surtout anguille sous roche avec Louis. » Alors sans savoir si les deux candidats se tournaient autant autour que ça en donnait l'impression, il aurait tendance à dire que c'était par là qu'il fallait plutôt regarder. Reposant son regard sur le dessin finalisé, Gianni contempla le résultat. « Stupendo. C'est incroyable, t'as fait ça en quelques minutes... » C'était la première fois qu'il la voyait à l’œuvre pendant qu'elle dessinait, et c'était d'autant plus fascinant quand on voyait à quel résultat elle pouvait arriver en quelques coups de crayon. « C'est un arbre spécial ? Et ce symbole, ça représente quoi ? » Il avait le sentiment que ça avait un sens particulier pour Roma, sûrement dans sa culture, et était curieux de le découvrir comme la raison pour laquelle elle l'avait choisi. « Merci. » Il finit par souffler, sourire aux lèvres, en venant claquer un baiser sur sa joue pour exprimer sa reconnaissance d'une manière un peu moins gênante que s'il lui avait offert une accolade, quoi qu'à la longue il finirait par ne plus penser à sa tenue.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: SALLE A MANGER-
Sauter vers: