Partagez
 

 Tout oublier. (jeudi s3, 20h10)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) Empty
Message (#) Sujet: Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) — Lun 4 Mai - 2:21

@cami

Costa, il a fait les choses bien. Il a laissé s'écouler quelques jours, pour être débarrassé de Gi et de leurs dates officiels respectifs et pour pouvoir se concentrer sur ce qui est vraiment important. Camilla, il lui a juste demander d'être au resto d'altitude vers 20h le jeudi soir, avec un petit sourire, mais si elle avait fait un tant soit peu attention à la tronche qu'il a tirée quand il a capté que son méga date, son occasion en or de papoter avec une gonzesse ou, vraiment dans le pire des cas, un pote, il allait le passer avec le seul gars du jeu qu'il calcule pas vraiment depuis le début, si elle a vu la déception dans ses yeux, elle a pigé, Cami, ce qu'il avait dans la tête. Ouais, c'est débile, et puéril, mais Costa il se sent carrément exclu de ce petit délire dates à deux ou trois, où tout le monde est content de son binôme ou, au moins, intrigué. Lui, il en a pas grand chose à faire de Nateo, mais le simple fait qu'il se retrouve dans cette position de date alors que ça aurait pu être quelqu'un de plus intéressant pour lui, ça le fait descendre plus bas dans son petit classement interne. Bref, Costa, ça l'a bien fait chier. Donc il décide de se venger et pour ça, il a balancé sa petite invitation à Cami, l'autre grande oubliée qui s'est retrouvée avec Aera. Alors qu'ils auraient pu switcher et tout le monde aurait été content. Lui, que ça soit Camilla ou Angelina, il aurait été satisfait. Donc, un peu avant l'heure, il attrape une chemise blanche, un pull noir, histoire d'être quand même classe, qu'il enfile une fois dehors, par habitude. Il a pris le réflexe d'avoir toujours au moins un pull sur lui, qu'il peut enfiler à volonté selon ses envies d'aventures. Un peu relou de toujours devoir y penser, mais on s'y fait. A ce stade, il a presque oublié sa condition de semi-nu permanent. Bref, il est là, posé au bar du restaurant, en attendant Cami, dont il finit par percevoir les pas sur le plancher. Il se retourne, capte son regard, étire un large sourire. « Bienvenue, la snipeuse » il l'accueille en la rejoignant pour lui désigner une table installée. C'est Emre qui a tout préparé, amusé par l'idée à la con de Costa. ça change pas beaucoup des tables habituelles mais c'est quand même sympa de sa part. « J'ai décidé de nous organiser un contre-date parce qu'il n'y a pas de raison qu'on se fasse niquer par rapport aux autres » il annonce, au cas où ses intentions n'étaient pas encore des plus claires. Bon, Cami elle en a probablement rien à branler, surtout qu'elles sont plutôt potes, Aera et elle, mais lui, il déconne pas du tout avec ça. Il se sent floué. « En tout bien tout honneur, bien sûr » il précise, l'évidence. Cami, elle est beaucoup trop bienveillante pour qu'il songe à réellement la draguer. Pas que d'autres nanas d'ici puissent ne pas l'être, mais y'a un truc trop sur le fil avec elle, un peu comme sa petite soeur. Puis, bon, y'a Louis, aussi. « Je me suis même habillé pour l'occasion, comme tu vois. » il plaisante en faisant mine de se présenter tel un cadeau d'un geste des bras. Et ça, l'air de rien, ça change, cette semaine. Si ça, ça ne prouve pas ses intentions pures.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) — Lun 4 Mai - 17:36

Cami, elle attend vingt heures passées pour daigner se pointer, histoire de se faire désirer. Comme quand elle débarque avec une heure de retard en soirée, la bouche en coeur, pour être le centre de l'attention pendant quelques instants. Dix minutes de retard étant un minimum à respecter afin de provoquer l'impatience des foules, histoire de se dire qu'elle n'a pas attendu ça depuis quelques heures. Ses opales scrutent le minois de Costa qui l'accueille pour lui exposer son plan de contre date. C'est vrai que Costa n'était pas super enchanté dimanche en découvrant son partenaire de date, elle, elle estimait être plutôt bien tombée avec Aera. Les deux s'entendent bien. « Hello le tombeur » elle roucoule ravie de pouvoir se foutre de sa gueule sur le sujet. Costa, il déchaine les foules dans le chalet à en croire la dernière rubrique d'Elena. Toutes les meufs semblent être sur ses cotes mais violemment, sauf Cami qui préfère simplement lui gratter l'amitié, c'est suffisamment épuisant. Elle se sent d'autant plus légitime avec son statut de non-soupirante pour voir le tâcler en douceur sur le sujet. « J'avais peur que tu m'oublies, avec tout ce beau monde autour de toi » elle soupire, l'air fragile sur ses traits. « Je suis honorée d'avoir été choisie » elle continue de sa petite voix fluette posant une main juste en dessus de sa clavicule pour signaler l'émerveillement d'être son élue du soir. Costa l'embarque jusqu'à leur table dressée, et elle lui fait le même coup que la dernière fois, attendant patiemment qu'il prenne l'initiative avant de lui donner un petit coup de pouce. Ses opales pleines de certitudes se confrontent à celles de son camarade. « Tu ne me tires pas la chaise ? » souffle la poupée d'un air étonné parce qu'il a intérêt à bien faire les choses, un date c'est grave sérieux. Elle n'en n'a jamais fait d'officiel dans sa vie, bien trop gênant. L'italien mentionne qu'il s'est couvert pour cette grande occasion. « Merci de me respecter » elle répond dans un sourire, c'est clair que ce n'est pas voir le torse tout pâle de Costa devant elle qui la fait kiffer actuellement. « Tu as prévu un petit menu ? » se renseigne la parisienne. J'espère qu'il a pas oublié qu'elle était feuj. « Un date, c'est pour faire connaissance, on parle de quoi alors ? » elle glisse direct. Qu'il ne s'inquiète pas, elle va pas lui sortir le classique "dis moi quelque chose que les autres ne savent pas". « Je suis sûre que dans une autre vie, on aurait pu être frère et soeur, tu ne penses pas ? » elle énonce.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) — Mar 5 Mai - 20:34

Programme chargé ce soir, vu qu'il doit pas oublier de se pointer à la petite sauterie d'équipe organisée par Kara un peu plus tard dans la soirée. Il a prévu son cadeau, pas sa tenue mais bon, vu les circonstances, ça sera vite plié. De toute façon, sa target du moment, c'est Camilla, le reste il y pensera après. Il a fait les choses bien, Costa, quand il est allé voir Emre il y a deux jours pour lui expliquer son petit plan débile. N'empêche que ça marche du tonnerre parce que Cami, elle a l'air plutôt contente quand elle débarque, avec son petit sourire de nana timide. Même si avec lui, elle prend vachement la confiance. Quand elle commence à se foutre allègrement de sa gueule, il regrette pas de l'avoir invitée. « Je te l'ai dit que tu étais ma préférée » il rétorque avec un petit sourire. Elle a peut-être douté de lui, mais son coeur était pur, sa déclaration sincère et il lui prouve aujourd'hui. Il s'est donné comme jamais, il a prévenu le staff du restaurant pour qu'ils puissent leur offrir un truc beau, un vrai date digne d'eux, pas comme celui pourri dont Costa a hérité, il a même demandé sa bénédiction à Louis (non). « Exigeante » il note, en s’exécutant néanmoins parce qu'on est un latin lover ou on ne l'est pas. Il va même jusqu'à la repousser délicatement sous ses jambes pour que madame prenne place. Il s'attend à ce qu'elle l'engueule de nouveau comme elle l'avait fait quand elle avait réclamé un câlin pour sortir les griffes direct après, du genre en lui balançant une remarque sur le fait qu'elle sait comment s'asseoir toute seule. Il contourne la table pour s'installer face à elle en tirant sur le col de sa chemise qui perce par-dessus son pull. ça lui fait presque bizarre d'être habillé. Mais il se devait de respecter sa promise de la soirée, déjà qu'elle s'est tapée Gi en menottes et à poil toute la journée du mardi, il peut bien faire ça pour sa santé mentale. « J'ai laissé ça au chef, tu mérites le travail d'un professionnel » et allez, il est parti, Costa, c'est si gros que c'est juste du délire entre eux. En réalité, s'il voulait réellement draguer il pourrait être aussi lourd que ça. Un peu bourré, en boite, face à une italienne, ça passe crème. « Mais Emre m'a dit qu'il avait refait cinq fois son menu, de peur de t'empoisonner » il précise parce que la nana a décidé d'avoir un régime spécial relou qui l'empêche de manger de la viande et du laitage au même repas. Totalement improbable. « Tu bois quoi ? » il roucoule en roulant des billes vers Emre qui fait mine de traîner derrière son bar mais qui est ready comme jamais. ça fait un peu d'animation pour lui qui doit se faire chier toute la journée avec ses quatre clients par semaine à tout casser. « De ta couleur préférée et du pays que je rêve de visiter » il s'amuse pour singer ces dates si ennuyeux qu'on voit toujours dans les films. « Là, j'ai fait une blague, il faut que tu rigoles en secouant tes cheveux » il explique. C'est pas ça l'astuce ultime pour savoir si tu vas pécho ou pas ? Les nanas qui jouent avec leurs cheveux pour attirer le mâle et qui rient à gorge déployée pour satisfaire l'ego, en balançant la tête en arrière pour dévoiler leur cou dans un appel à la passion ? Cami, elle explose tout ça en une seule phrase. « Aïe, la brotherzone » il grimace dans une dernière vanne pourrie avant de redevenir un peu plus sérieux. Il sait pas trop comment interpréter sa question, ni même ce qu'elle veut dire. Il pige pas si elle le pense sérieusement, ou pas. « Tu voudrais pas faire partie de ma famille, crois-moi » il finit par répondre. Elle a déjà une petite idée de ce à quoi elle ressemble, vu qu'il lui a déjà brièvement parlé de ses parents. En réalité, sa famille, elle est cool. Il est très proche d'eux, mais elle s'articule dans un environnement beaucoup plus hostile et s'inscrit dans une dynamique compliquée, avec des enjeux qu'elle n'a pas envie de subir. Faire partie de sa famille, c'est accepter des parents qui restent ensemble par habitude, des fins de mois sans argent, pas de chambre à soi, un quartier ravagé par la camorra. « Dans une autre vie, on pourrait être n'importe quoi, ce qu'on veut » il souffle. Parce que dans une autre vie, où ils seraient frère et soeur, clairement, ça ne serait pas une version parallèle de sa famille actuelle. « Tu changerais ta vie, si tu pouvais ? » Lui, la réponse, il la connait.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) — Mer 6 Mai - 21:16

Costa fait mine de lui flatter l'ego encore un peu. Petits battements de cils pour le remercier. « Je vais finir par te croire, arrête » minaude Cami en tentant d'avoir l'air trop saucée de faire partie de ses favorites. Elle le prévient là. Il va clairement moins rigoler quand elle va se pointer en pleine après midi pour lui réclamer des massages des mollets ou du dos et s'outrer de sa non-exécution alors qu'elle est sa pref. Cami va le prendre au mot. Costa lui signale qu'ils se sont arrachés les cheveux pour éviter de lui présenter une assiette trop vide. « Cela fait parti du package que tu as accepté » elle rappelle l'air de rien avant d'éprouver une once de compassion pour le cuistot qui a dû galérer. A chaque fois qu'elle sort, c'est comme ça, une salade en guise de repas. Elle a survécu plus de six mois dans le pays du boeuf donc elle est grave rodée. Mais là, ils en sont au stade de l'apéritif encore. « Tu me fais pas le coup du "je vais te commander un cocktail qui te ressemble" ? » elle s'étonne, presque déçue qu'il vienne de louper cette occasion en or. On lui a souvent fait ça, à Cami, en pensant surement que ça la rendrait plus réceptive. A part gratter un verre gratis et trouver une sortie de secours derrière l'excuse de la pause clope, ça n'a jamais mené à rien, qu'on se le dise. « Un sex on the beach » Un classique de petite meuf qui a besoin de sa dose de sucre pour faire passer l'alcool. Et puis c'est bien dans le thème de leur chine de trois phrases inventée de toutes pièces. « Quelle pression » elle minaude avant de passer une main dans sa crinière ondulée pour faire la sirène quelques secondes. Il pourra même sentir le doux parfum de son huile Moroccanoil qu'elle a foutu sur ses pointes, juste pour lui. A plus de quarante balles le flacon, il a intérêt à se sentir flatté par son sens extrême du détail. Sa remarque lui arrache un air narquois. « Je préfère ne pas te faire espérer et finir par ne jamais te choisir, tu comprends ? » elle roucoule pour faire référence à leur dernière conversation. Cami, elle grandit pour lui annoncer cash la sentence, un rictus amusé trônant sur son visage. Costa, elle le voit grave comme le grand frère un peu relou qui la respecte pas trop, pour lui gratter des hug le matin sans sa permission avant sa première de café. Il ne comprend pas comme c'est important ça, lui, le buveur de jus d'orange. Costa, il la calme en deux secondes avec sa famille pour lui faire comprendre que c'est mort. Cami, elle laisse juste couler le bail sans insister parce que ça va plomber inutilement l'ambiance. La question de Costa est trop vaste. « Je n'ai pas de réponse arrêtée sur la question » Ouais, elle a vit chopé sa technique du oui mais non maintenant. « J'ai pris quelques décisions de merde parfois » elle concède. Cami même si elle n'en donne pas l'air, normal, c'est une petite meuf à embrouilles de base. Louis, il a capté dès le début qu'elle était vraiment spé dans son genre. A cumuler les situations hyper border, à se plonger dans ce qu'elle produit pour finir par rebondir dans une jolie pirouette habillement amenée guise d'héritage familial. « Mais ça ne m'empêche d'aimer ce que je suis en train de vivre, ici ou dehors » elle lui répond, Cami elle ne se trimballe pas non plus avec d'énormes regrets derrière elle. La parisienne se sent hyper légère dans ce qu'elle est. Ça l'emmerderait de ne pas arriver à s'approprier ce qu'elle vit. « Je me suis toujours écoutée » elle lui dit, sans trop savoir si c'est un point dont elle doit se satisfaire. « Je ne sais pas si c'est bien ou juste grave inconscient » Cami ajoute. Y a rien qui arrive à faire pression sur elle au fond, elle lévite au dessus de cette espèce de réalité anxiogène d'ultimatum. « Et toi ? » elle rebondit bien évidemment. « T'as fait des choses dont tu as honte maintenant ? » elle demande en suivant un très mince fil rouge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) — Sam 9 Mai - 21:33

Le coup du : je vais te commander un cocktail qui te ressemble ? Il plisse le nez, mécontent de ne pas piger la référence. « Dis donc ils ont l'air chelou vos dates en France » il note. C'est ça les techniques de drague des frouzes ? Ou des israéliens ? Ça a l'air un peu pourri, tu m'étonnes qu'elle soit célib si tous les mecs qu'elle rencontre lui font ce genre de punchlines pétées. Et de la part d'un rital armé de toute sa beauferie, ça veut dire quelque chose. « Tu me fourniras le script complet la prochaine fois » il se moque gentiment. Elle le reprend sur chaque phrase, la prochaine fois faudra qu'elle prenne les choses en mains pour pas être déçue perpétuellement. Comme quand elle lui annonce direct qu'il est recal dans la catégorie grand frère. Voilà qui est douloureux. « Ta considération me touche. » Il sourit mais en vrai, il pige un peu où elle veut en venir. Cami, elle lui fait penser à Giulia. Pas forcément parce qu'elles se ressemblent foncièrement, que ça soit dans le physique ou dans la personnalité, mais simplement à cause de leurs interactions débiles et sans queue ni tête, totalement dépourvues d'intérêt romantique. Il capte maintenant que c'est sans doute ce qu'elle a voulu dire, mais sa sentence à lui n'en est pas moins vraie. Il ne rajoute rien, l'écoute tranquillement tandis qu'elle raconte.« T'aimes quoi, ici ? » il demande, curieux. C'était pas vraiment ce qu'elle sous-entendait, probablement, mais lui c'est un truc qu'il a capté et extrait de sa phrase, et ça l'intéresse. La réalité, c'est qu'il sait pas trop ce qu'elle fout là, Cami, à saboter son image de fille maligne en s'affichant dans une télé-réalité. Il s'adosse à sa chaise, glisse un sourire à Emre qui pose devant eux un Sex on the beach et une bière. C'est intéressant la manière dont elle expose les choses. Cami, il se rend compte que c'est une nana sur laquelle il peut globalement calquer sa manière de penser, sur certains aspects. Sur beaucoup d'autres, ils sont très certainement radicalement opposés. « Je pense qu'il n'y a aucune raison d'écouter qui que ce soit à part soi-même » il cale, parce que lui il ne trouve pas inconscient du tout de s'écouter. Peut-être qu'en termes de sécurité, de socialisation, de bienséance, c'est mieux de tenir compte des autres. Pour lui, c'est juste une perte de temps. Il ne laissera jamais à quiconque le pouvoir d'avoir un poids dans les décisions, bonnes ou mauvaises, qu'il prend pour lui. « Non, je ne changerais rien » il répond sans réfléchir une seconde. C'est un peu une tête dure à ce niveau-là, Costa. Rien que par fierté, il dira jamais qu'il regrette quoi que ce soit, et de toute façon, il est le genre à estimer que les erreurs font partie de la vie et à s'en foutre un peu d'en faire. « Les hauts compensent largement les bas. » Bien sûr qu'il a eu des moments compliqués à cause de certaines décisions, de certains contextes, à cause de trucs indépendants de sa volonté. Mais à côté, il s'est toujours démerdé pour se créer la vie qu'il voulait. Et la fin justifie les moyens, lorsque ça implique des merdes en chemin. « Je n'ai honte de rien. » ça parait logique, du coup. Il est pas forcément arrogant en disant ça, sa voix elle est neutre, il fait pas le gars, pour une fois.« ça ne veut pas dire que je n'ai jamais fait de honteux » il se sent obligé de préciser quand même, parce qu'il a conscience qu'il est loin d'être un enfant de cœur et que prétendre le contraire serait malhonnête, vu le nombre d'enroules auxquelles il a pris part pendant sa vie. « Mais souvent le jugement vient de ceux dont je me fous ou qui ne se remettent jamais en question, donc je ne vois pas pourquoi je devrais en tenir compte. » Il hausse les épaules en attrapant son verre qu'il fait rouler entre ses doigts. Le pire, c'est que souvent, ces deux catégories de personnes n'en forment qu'une seule. Ceux qui s'imaginent tout savoir, tout connaitre, représenter une espèce de bien-pensance insupportable pour les gars comme lui, qui viennent des banlieues oubliées. « C'est ma façon de t'avouer que j'ai déjà volé une sucette à un bébé » il ironise avec un fin sourire. C'est certainement vrai, d'ailleurs, même s'il s'en souvient pas forcément. Le connaissant, c'était probablement un gamin de touristes et il a aussi probablement donné la sucette à un gamin de son quartier à lui. Et puis il a été trop vieux pour s'en prendre aux bébés, il a changé de cible. ça peut paraître honteux pour certains. Pour lui, c'est juste de la nécessité, de la justice.« J'ai du mal à imaginer qu'on puisse avoir envie de faire de la politique » il songe tout haut, en suivant le fil de ses pensées, parce que oui, c'est entre autres d'eux qu'il parle. « Chez nous, ce sont tous des guignols et des vendus. » Au niveau de Naples en tout cas. Honnêtement, la politique italienne plus globale il s'en branle franchement, en trente ans ou presque, rien n'a jamais rien changé à rien. « Qu'est-ce qui t'intéresse là-dedans ? » il demande quand même. Cami, c'est le genre de truc qui la branche, donc elle doit un avis totalement différent sur la question. Un genre d'inside par rapport à lui.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: Tout oublier. (jeudi s3, 20h10) — Lun 11 Mai - 19:58

Cami attend patiemment qu'il prenne soin d'elle, en commençant par la chaise, puis par appeler Emre quand elle s'est décidée. Costa lui demande ce qu’elle aime ici. « Je suis dans un endroit bien loin de ceux que je squatte habituellement et tout ce que j’ai à faire, c’est apprendre à les connaitre des gens intéressants » elle se marre en haussant les épaules dans une certaine nonchalance. Cami ne voit pas tellement ce qu’elle ne pourrait pas apprécier ici si ce n’est la mesquinerie de quelques chroniqueurs mais c’est réellement accessoire par rapport à ce qu’ils peuvent vivre ici. Et ils l’ont tous accepté en venant ici. « Il faut être plutôt exigeant pour dire que ce n’est pas sympa, tu ne trouves pas ? » termine la parisienne avant qu’ils enchainent sur tout autre chose. Costa va plutôt dans son sens. « T’écoutes pas ce que ta famille peut te conseiller par exemple ? » la môme demande en relevant ses yeux de son cocktail, paille en bouche pour commencer la dégustation, laissant le côté adulte et viril du binôme à Costa et sa bière. Parce que c’est ce qu’elle fait souvent, elle sollicite les avis de tout monde pour finir tiraillée au milieu de tout ce bordel trop compacte avant de prendre sa décision qui frustre tous ses petits conseillers estimant que c’est encore du bullshit. Elle attend le stade où elle ne ressentira plus se besoin d'avoir ce type de soutien psychologique. L’italien répond à la négative à ses questions. La parisienne l’écoute avec une certaine attention, expulsant un simple : « Ils viennent d’où les jugements qui t’importent alors ?  » pour comprendre. « A contrario, tu es le plus fier de quoi dans ta vie ? » glisse la poupée pour chercher un mood bien plus sympa. Costa effleure comme sujet la politique et elle se contente de lui offrir un regard curieux en attendant de voir où il veut en venir. « J’ai envie de croire en notre génération » Cami se contente d’étirer lentement sans se vouloir idéaliste. Elle y croit vraiment, à l’éveil des consciences et au rejet des schémas dysfonctionnels qui nécrosent les avancées. Cami, elle en a rien à faire de passer pour naïve de service auprès de Costa parce qu’elle a en mémoire de nombreuses conversations avec des gens de son âge qui allaient dans illustration de ses propos. « Au début c’était juste un moyen de ne pas me faire niquer aux repas de famille » elle explique tout simplement de sa voix fluette. « Entre les bouquins que je n’avais pas lu et ça où je captais pas encore, j’avais l’impression d’être super loin d’eux » Elle s’était rapidement sentie limitée Cami, dans son rôle d’éternelle dernière. La parisienne avait juste saisi cette opportunité pour se rapprocher d’eux, commencer à s’y intéresser pour de ne pas se retrouver sèche lorsque les sujets seraient abordés. Cami avait tellement eu ce besoin de s’intégrer qu’elle s’était même tapée à seize ans les mille page de la belle du seigneur parce que sa grande soeur lui avait dit qu’elle ne comprendrait pas ce qu’est l’amour tant qu’elle était ignorante d’Albert Cohen. « Et après j’ai aussi pigé qu’il y en a partout, des choix politiques, alors je l’utilise juste en vecteur pour me permettre de décrypter ce qu’il se passe autour de moi » elle ajoute. Même son attitude est chill, l’ignorance l’angoisse réellement. « Et puis actuellement ça me permet de rester attacher à là d’où je viens. Mes parents m’ont toujours dit que j’étais celle qui s’était le plus adaptée après notre départ, j’ai jamais su comment le prendre » Elle souffle dans un sourire, parce qu’au fond, Cami ça la fait profondément chier d’être différente d’eux, animée par sa volonté de ne faire qu’un avec sa collectivité familiale. « Faut juste dépasser les apparences et le jeu de dupes du milieu » Elle concède même si c’est difficile, d’analyser les discours préparés à envoyer les interlocuteurs à un endroit précis. Ici, c’est un peu ce qu’ils font, chacun à leur échelle. Quelques secondes de silence s’étiolent avant qu’elle ne recroise ses prunelles : « Tu penses que la révélation de ton secret changera la façon dont les autres peuvent te voir ? » Cami interroge. « Pour t’aider, on m’a dit que t’étais cool et charismatique » elle roucoule un peu moqueuse bien que ce soit vrai.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: RESTAURANT D'ALTITUDE-
Sauter vers: