Partagez
 

 after hours (lundi - 1h15)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lejla
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12066-lejla 
after hours (lundi - 1h15) Empty
Message (#) Sujet: after hours (lundi - 1h15) — Lun 4 Mai - 4:48

@louis

Difficile de ne pas ressentir de la satisfaction face à sa première place au sauvetage de ce soir, écartant l’inquiétude de devoir quitter ces lieux pour encore une semaine. Lejla n’allait pas crier victoire trop rapidement non plus, les votes avaient été assez serrés et rien ne lui confirmait qu’elle ne se retrouverait pas dans la même position au prochain prime. Pour l’instant, elle veut bien apprécier le moment présent et ne pas trop se soucier des prochaines étapes du jeu. Que le dénouement qui lui importe là, maintenant. Elle traine quelque temps au salon pour terminer sa bière en compagnie de Santo et Jill, qui n’auront pas à pleurer son départ ce soir, avant de les laisser filer chacun de leur côté. Lejla elle pique deux autres bières avant de s’éclipser du salon, ayant son petit plan d’après prime bien ancré dans sa tête. En même temps, la production lui avait facilité la tâche avec cette nouvelle attribution des chambres. Lejla et Louis, chambre deux étoiles. C’était presque trop beau pour être vrai. Elle sur le coup, elle est juste franchement heureuse de pouvoir passer plus de temps avec Louis. Parce qu’elle le dit et elle peut le répéter, ça ne lui dérange pas. Elle l’aime bien Louis. Tout simplement. Ça ne devrait pas être plus compliqué que ça. Il ne devrait pas y avoir cinquante mille sous-entendus ou de non-dit. Elle a conscience que tout ne fonctionne pas uniquement avec sa perception. Qu’ils sont dans un jeu, que les caméras sont sur eux 24h/24 et que tout geste et parole sont soumis à une interprétation propre à chacun. Les désavantages de participer à une télé-réalité, elle imagine. Elle a pleins de questions elle aussi, mais pour l’instant, elle est trop sur son high de victoire de fin de prime pour se prendre la tête avec la perception de leur duo ou quoi que ce soit d’autre. Elle fait un détour vers son ancienne chambre pour récupérer ses affaires et se payer la gueule de Jill une dernière fois parce qu’elle se retrouve toute seule dans celle-ci. Puis elle redescend au deuxième pour découvrir ses nouveaux quartiers. Première fois qu’elle a droit à un upgrade depuis le début, y’a de quoi être fière, même si elle est loin de pouvoir atteindre le statut de reine que côtoie Rosa depuis deux semaines. Elle ouvre la porte non sans une certaine difficulté pour y découvrir son nouveau coloc qu’elle gratifie d’un sourire sincère. « Qu’est-ce qu’on va faire avec toi Louis. C’est la dégringolade, mon cher. » sa nouvelle façon de dire bonsoir. Elle le pique dans son égo parce qu’elle sait qu’il se plaisait bien à être au top la semaine dernière alors qu’aujourd’hui il se retrouve écarté du podium de popularité ainsi que dans une chambre semi-médiocre avec elle. Elle ose croire que sa présence rend la situation un peu moins pénible. « Attrape. » elle l’avertit avant de vérifier ses réflexes en balançant la bière qu’elle lui a apportée en sa direction. Lejla elle envoie valser ses Vans dans le coin de la chambre pour se laisser doucement échouer sur le lit qu’elle s’appropriera pour la semaine. « Moi, je suis sur une lancée. » regardez-là qui ne se prend pas pour de la merde. Un sauvetage et la voilà qui perd toute modestie. Heureusement que le petit rictus qui s’invite sur ses lèvres témoigne du non-sérieux de ses paroles. Comme une pro, elle vient décapsuler sa bière sur le bord de la table de chevet en prenant soin de ne pas abimer le mobilier. Elle n’a pas envie d’avoir la prod sur le dos. Elle prend le temps de prendre une gorgée laissant quelques secondes de silence pour bien capter le moment. « Je suis contente d’être encore ici. » qu’elle souffle finalement, beaucoup plus en douceur et en toute honnêteté, comme si la pression venait réellement de retomber.
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
after hours (lundi - 1h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: after hours (lundi - 1h15) — Mar 5 Mai - 1:35

C’était un peu n’importe quoi ce prime. Louis il n’a pratiquement prêté attention à rien mis à part les conneries de Maslov, trop occupé à intervenir dans les discussions de ses voisins ou à embêter Cami comme un adolescent pratiquant le qui aime bien châtie bien. Il a même raté la chute d’Ashley, parce que d’après les récits des autres le mec s’est taulé royal. Ca le frustre d’avoir raté ça, Louis c’est le genre de connerie qui le fait mourir de rire dans sa plus belle preuve d’immaturité. Ajoutez à ça le départ de deux mecs biens et sa dégringolade terrifiante qu’il aurait pu dramatiser dans un de ses désormais célèbres racontars et, oui, ce prime ça avait été du n’importe quoi. Le seul truc sympa, et tout de même notable, c’était le sauvetage de Lejla. Il en était soulagé, Lejla c’était sa pote. Le courant passait plutôt bien entre les deux et ce depuis la première semaine. L’illustration parfaite du très célèbre "être sur la même longueur d’onde". Forcément en plus de sa présence dans le chalet il était ravi de récupérer l’américaine en colocataire pour la semaine, ça complétait sa panoplie de la grande colonie de vacances parfaite. C’était toujours mieux avec les potes. Enfin… quand ils savaient ouvrir une porte quoi. « C’est ouvert. » Il se sent le besoin de mentionner vu sa galère. Louis il est là depuis quelques minutes déjà, la valise ouverte et quelques affaires déjà en vrac, l’accueillant tout en sourire. Lejla direct elle arrive et elle se fou de sa gueule. « Lejla c’est l’hécatombe. » Il surenchéri l’air grave, il devrait s'inquiéter qu'une meuf qui s'est douché deux semaines à l'eau froide le prenne en pitié. « Je suis dévasté. » qu’il ajoute à toute allure, refermant sa valise négligemment. Il se redresse à temps pour attraper ce qu'elle lui envoie, à quelques centimètres près ils étaient bons pour s’endormir dans une odeur de bière poisseuse. L'objet dans les mains, il analyse rapidement la bouteille de bière avec grande satisfaction. « Meilleure idée. » Le compliment c’est peut-être une mauvaise idée pour une fille qui se la pète. Il ricane un peu à la voir prendre la conf’ comme ça. « Bah c’est bien t’arrête surtout pas, le chemin est encore long. » Un petit sourire narquois sur les lèvres, il change direct d’expression lorsqu’elle décapsule tranquillement sa bière sur la table de chevet. « Attend, comment tu fais ça ? » Il veut qu’elle lui apprenne son truc sur le champ, c’est pas négociable. Lejla elle doit avoir des sacrées habitudes de country girl qui expliqueraient la fluidité et le naturel de son geste. D'un coup il l'imaginait bien dans son ranch paumé à décapsuler une quinzaine de bières en une soirée, posée sur une botte de paille. « C’est cool que tu sois encore là. » Sincère, Louis. Il ne voulait pas voir partir ceux avec qui il avait vraiment connecté, même si depuis le début entre Avalon et Kai le destin semblait se répéter. Il fallait peut-être qu'il songe à changer ses fréquentations, aussi. « Ca m'aurait bien fait chier que tu partes. » Il se demande ce que ça fait de se sentir sur la sellette, de savoir que d'un moment à l'autre tu retournes au vestiaire récupérer ta vie. « T'étais stressée ? » Ce qu'il veut savoir c'est si elle a vraiment eu peur de partir, mais Louis il sait pas trop formuler ses phrases lorsqu'il ne s'agit pas d'envoyer des pics.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Lejla
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12066-lejla 
after hours (lundi - 1h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: after hours (lundi - 1h15) — Mer 6 Mai - 8:03

« Un vrai carnage. » Elle peut continuer comme ça encore longtemps s’il le veut. En ajouter une petite couche pour s’arrimer à la dramatisation de la situation. Ça lui vient naturellement de se foutre un peu de sa gueule pour le coup, elle sait qu’il est capable d’en prendre et que surtout, il peut facilement inverser les rôles. « Si tu continues comme ça, ce sera les nominations cette semaine. » Elle se montre super optimiste pour le coup. Non, mais sérieusement, il ne devrait pas trop s’en faire avec tout ça, elle n’a pas l’impression que la place de Louis est réellement menacée ici. Au moins, Lejla elle a un bon remède à son désarroi. Heureuse aussi de voir qu’il a de bons réflexes, parce qu’à quelques secondes près et il éclatait la bouteille de bière par terre. « Mais tu connais l’expression lentement, mais surement. Je me la suis appropriée depuis le jour 1. » elle lui déploie sa mimique tout aussi malicieuse bien que moins perfectionné que celle du français. C’est qu’il est un pro de ce petit sourire narquois et ironique qui te donne l’impression qu’il se moque d’eux à longueur de journée, mais qu’on a envie de provoquer encore et encore. Elle se prend facilement à ce jeu-là. Lejla, elle décapsule sa bière sans grande cérémonie, n’ayant pas l’impression de faire quelque chose de spécial tant c’est une habitude chez elle. Lejla elle avait quatorze ans et elle débouchait déjà les bières de son demi-frère et de ses amis quand il faisait des petites fêtes improvisées autour d’un à l’abri des parents sur le domaine. Elle a même connu Logan de cette façon. Elle était trop jeune pour qu’il la remarque réellement à l’époque alors qu’elle aurait tout fait pour avoir son attention. « Quoi, ça ? Je suis capable de le faire avec mes dents aussi. » elle relève la tête pour croiser son regard en levant sa bière. Elle déconne, elle ne ferait jamais ça à sa précieuse dentition. Elle roule doucement sur son matelas pour se rapprocher du candidat sans renverser sa bière partout. Elle prend une première gorgée de sa bière avant toute chose, la déposant sur la table de chevet pour venir saisir celle de Louis. « Tu dois placer le goulot juste ici, sur le bord de la table et après tu donnes un bon coup avec le bas de la paume de ta main. » Elle lui montre comment se placer et mime le coup, lui laissant le soin de s’exécuter. Elle est assurée qu’il va abimer la table par manque d’expérience, mais bon, c’est loin d’être la fin du monde. Reprenant sa bière, son sourire s’accorde aux paroles de Louis dans une simple sincérité. Elle apprécie qu’il lui dise ça, vraiment. Elle ne veut pas tomber un peu trop rapidement avec emo Lejla, alors elle tourne ça un peu à la blague quand il lui dit que ça l’aurait bien fait chier qu’elle parte. « Bah voyons, tu m’aurais vite oublié. » Après deux semaines, qu’est-ce qu’ils connaissent tous l’un de l’autre. Rien, ou presque. Si elle était stressée? « Mouais, un peu. Difficile de savoir ce que pensent les téléspectateurs de nous. Je me suis dit que peut-être je les ennuyais et qu’ils auraient voulu me voir partir. Je n’ai jamais autant ressenti le besoin de plaire face à des inconnus que depuis que je suis ici. » elle souffle presque amusée de cette constatation qu’elle fait à voix haute. Ça doit venir avec les caméras et tout ce qui y est rattaché. Parce qu’à la base, elle s’est toujours un peu foutue de l’opinion des autres. Alors qu’ici, c’est intrinsèquement relié à leur avancement dans l’aventure. Une gorgée de bière de bière après, elle vient loger son menton dans la paume de sa main pour renouer le contact visuel avec le français. « Parle-moi de La Casa Rosada. » elle change de sujet, parce qu’elle a plus envie de parler d’elle. C’est son tour de lui parler de lui. Qu’elle en apprenne un peu plus sur sa petite vie en Corse et tout ce qui s’y rattache.
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
after hours (lundi - 1h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: after hours (lundi - 1h15) — Jeu 7 Mai - 17:59

Lejla elle a autant d’insistance que lui lorsqu’il s’agit de jouer avec les limites, elle force jusqu’à ce que l’autre abdique. Elle ne va pas lui voler sa discipline phare comme ça, Louis il a vingt-six années de règne incontesté derrière lui.Sa dégringolade elle leur permet une super colocation cette semaine quand même. « Le malheur des uns fait le bonheur des autres comme on dit. » Il prend ses airs de grand sage en partant du principe qu’elle est ravie de se retrouver avec lui ce soir, mais elle lui colle directement la réalité des futures nominations en pleine face. Une dégringolade pareille ce n’est pas forcément de bon augure mais il préfère se dire que sur ce coup-là c’est un combat entre lui et lui-même. Rien à voir avec les autres s’il a pu paraître moins investi la semaine dernière. « Si tu me portes la poisse ça va très mal se passer. » Il prévient d’avance parce que si ça arrive il se fera un malin plaisir de lui remettre la faute dessus et Lejla elle n’aura pas fini d’en entendre parler. Il récupère sa binouze avec une habilité discutable pendant qu’elle lui dépeint un semblant de stratégie archi-bancale. Mouais, ça ressemble plus à une excuse qu’à un vrai plan son truc. « Ah c’est pour ça que t’as préféré commencer tout en bas, histoire de t’attribuer le mérite de la montée. » Il note avec son petit sourire faisant échos à celui de Lejla. Il faut qu’ils fassent attention, ils commencent à se déteindre dessus autant l’un que l’autre. La preuve, Louis il lui veut immédiatement s’instruire de sa maîtrise de pilier de bar lorsqu’il la voit décapsuler sa bouteille comme une pro. Elle sait aussi le faire avec ses dents parait-il mais ça il connait déjà et c’est par choix qu’il a décidé de ne pas s’y attarder. « Non ça par contre épargne-moi. » Il n’a pas non plus envie d’une démo, c’est le genre de truc qui le fait grimacer comme si une dent pouvait se péter d’un moment à l’autre. Il prend précieusement note des explications de Lejla sur la manip, jamais aussi attentif que pour ce genre de connerie, et récupère sa bouteille pour la caler dans son exacte reproduction. « Comme ça ? » Il demande confirmation avant de taper avec sa paume, griffant le bois et tapant son doigt contre le meuble. « Putain. » Il ne lâchera pas jusqu’à ce qu’il y arrive et après deux récidives la capsule se tordant sans se dégriffer du goulot. « C’est pas mal. » Il ne va pas demander l’avis de Lejla sur la question puisqu’il est parfaitement conscient de son échec qui l’amène à terminer l’ouverture à la main. Accoudé sur le dos, il se délecte de sa première gorgée et se permet une petite confession. La western girl elle n’en prend pas un mot, sous-estimant la puissance de sa mémoire. « J’avoue. » Il feinte comme une mission drague mise à découvert. Son regard glisse sur Lejla qui lui confie son stress vis-à-vis de son image à l’extérieur. Louis il pense que c’est le piège majeur de ce genre d’émission. « Tu devrais pas te prendre la tête. » Elle est bien au-dessus de ça, c’est se réduire à l’opinion public de bas étage que de se façonner en fonction de ça. Louis il est trop terre-à-terre pour penser que ça a un quelconque impacte sur le dénouement final de toute façon. « Ca sert à rien, on a aucun pouvoir sur les images qu’ils diffusent à l’extérieur. C’est la prod qui décide de qui ils font gagner, pas nous. » Le seul contrôle qu’ils ont à leur échelle ce sont les nominations. Lejla elle ferait mieux de se préoccuper de l’intérieur plutôt que de l’extérieur. « T’auras beau donner ton max ça changera rien. Te réduis pas à ça, t’as passé l’âge de vouloir plaire à l’ensemble du lycée. » Quelque part ça l’emmerde qu’une fille comme elle doute autant sur un sujet qui, lui, lui est futile. Il croit rêver lorsqu’elle lui demande de lui parler de La Casa Rosada. « T’es la première à m’en parler. » il s’anime d’un grand sourire, se redressant en position assise absolument ravi de l’initiative. « Tu sais ce que c’est la Casa Rosada ? » Il commence par demander en parfaite accroche de son topo avant d’embrayer. « C’est le siège du gouvernement argentin, c’est une super belle bâtisse rose pâle en plein Buenos Aires. » Ca c’est pour le côté anecdote, Lejla elle doit s’en carrer même s’il lui recommanderait volontiers d’aller visiter un jour. « Je me suis lancé dans ce projet d’échoppe y a un an au sortir de mes études. J’avais pas envie de rejoindre ces groupes et start-up de faux-culs où mes potes se sont rués comme si c’était une victoire de troquer ta dignité contre 37K à l’embauche. Ça m’angoisse ce genre de vie routinière. » Une gorgée de bière et il reprend. « Pour l'instant je galère mais je suis heureux de ma petite merde. De toute façon c’est normal, tu peux pas être rentable direct avec un commerce de proximité. Clairement j'ai pas informé mon banquier de mes vacances pépouz à l'autre bout du monde pour durée indéterminée. » Déjà que le mec n'était pas son meilleur pote, il n'allait pas en plus s'infliger de lui expliquer comment il allait assurer le remboursement de ces deux mois sans revenu. Louis il avait convaincu un de ses potes de jouer le bourreau de l'interim, sort of, qui assurait la permanente de la boutique à sa place. Il préférait ne pas y penser d'ailleurs, ça le faisait imaginer le pire.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Lejla
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12066-lejla 
after hours (lundi - 1h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: after hours (lundi - 1h15) — Dim 10 Mai - 3:38

Regardez-le qui a tout de suite tiré la conclusion qu’elle était heureuse de se retrouver à partager une chambre avec lui pour toute la semaine. Ok, c’est la vérité, mais Lejla veut bien partir du principe que ça aurait pu l’emmerder aussi. Kara lui avait dit la semaine dernière qu’il était insupportable alors qu’ils étaient dans la même chambre, elle devrait peut-être se fier à ça pour appréhender leur colocation. « Qui a dit que ça faisait mon bonheur d’être avec toi dans cette chambre toute la semaine ? » le problème, c’est qu’elle est incapable donner cette réplique avec sérieux et crédibilité pour le coup. Malgré toute l’ironie qu’elle aimerait y mettre, ça sonne terriblement faux et son sourire mi-amusé, mi-agacé vient le prouver. C’est bon, il a gagné la joute verbale pour cette fois-ci. Qu’il n’en prenne pas l’habitude. « Tes menaces ne m’atteignent pas. » de toute façon, elle plaisantait, elle ne pense aucunement qu’il a des chances de se retrouver nominé cette semaine. Si ça se trouve, il était en quatrième position pour la cote de popularité. Elle, maintenant qu’elle a été sauvée une fois, elle se sent bien remontée pour la suite. En toute honnêteté, elle n’est pas pleine d’espoir pour la suite, mais elle préfère être positive se la jouer un peu au-dessus de ses affaires plutôt que de déjà penser aux prochaines éliminations. Ça lui a donné un boost à l’égo, elle va bien en profiter au moins pour ce soir. Demain, elle redeviendra modeste à ce sujet. « Tout le monde va aimer l’histoire de la petite dernière qui s’est faufilée jusqu’à la victoire. Ils doivent déjà travailler sur le scripte de ma vie, à Hollywood. » ce qu’il ne faut pas entendre. « A Star is Born in Hallstatt. » elle souffle, le nez en l’air, fière de lui sortir ses meilleures conneries comme si lui seul pouvait les accueillir convenablement. Et qu’il arrête de la narguer aussi, il est plus trop en position de pouvoir le faire avec sa dégringolade. Surtout s’il veut qu’elle lui apprenne tous ses secrets. Comme par exemple, comment ouvrir une bouteille de bière comme un champion. Bon, on repassera pour le l’habileté, lorsqu’il s’éclate le doigt sur le meuble à sa première tentative, Lejla qui retient de pouffer de rire en hochant la tête pour de l’encourager. « Ça se passe super bien. » elle remarque moqueuse, le laissant poursuivre et n’ayant certainement pas l’intention de l’aider. Elle se contente de rouler des yeux à sa petite réplique lorsqu’il affirme qu’il l’aurait effectivement oublié si elle était partie ce soir, exactement le genre de réponse à laquelle elle s’attendait. Ce n’est pas qu’elle est terriblement anxieuse au point de s’abattre face à l’opinion du public et la laisser peser sur elle, mais il faut avouer que le fait d’avoir été sur le banc des nominés avait soulevé des doutes en elle. Lejla, elle n’a pas vraiment de plan B si jamais on lui montre la porte de façon précoce. Elle est d’accord avec lui, elle ne devrait pas se prendre la tête avec ça. « Je sais. » elle acquiesce dans un soupir. « Tu crois qu’ils ont déjà un plan établi ? Genre qu’ils donnent plus de temps à l’écran à certains plus qu’à d’autres » Lejla avant de venir ici, elle était persuadée que plusieurs éléments et rebondissements étaient scriptés et que les candidats savaient plus ou moins au courant de leur parcours ce qui allaient leur arriver. Maintenant qu’elle est de l’autre côté de l’écran, elle a pris conscience qu’ils étaient plutôt laissés à eux-mêmes et que si la prod tirait bel et bien les ficelles, ils étaient dans le noir total pour le reste. « T’as raison, je vais essayer de passer par-dessus. » elle n’a pas envie de douter d’elle-même chaque semaine en se demandant si elle est assez appréciée ou non pour résister à l’élimination. « Et pour ton info, je n’étais pas de celles qui voulaient plaire à tout le monde au lycée. » elle ajoute, d’un ton léger, alors qu’elle est sérieuse pour le coup. Lejla, elle était loin d’être miss popularité et ça ne lui a jamais dérangé. Mais sa réputation lui fait encore des échos dans son petit trou perdu dans les montagnes. Elle change de sujet. C’est beaucoup plus simple de retourner toute l’attention sur Louis. Ça l’intéresse aussi, toute l’histoire autour de son business et de son move de vie vers la Corse. Elle est un peu surprise d’être la première à lui en parler, alors que ça fait depuis quelques jours qu’elle en savoir plus à ce propos. L’enthousiasme de Louis est contagieux, Lejla se surprenant à sourire autant que lui lorsqu’il se redresse pour se lancer sur le sujet. « Aucune idée. » Elle n’a effectivement jamais entendu parler de la Casa Rosada et ce que ça peut représenter. Ok donc c’est en Argentine. Elle se souvient avoir noté mentalement qu’il y avait fait un échange étudiant. Elle lui posera des questions à ce sujet. Elle saisit exactement ce qu’il veut dire par l’angoisse de la routine, alors qu’elle-même s’en échappe pour la première fois depuis des années. Elle a toujours admiré ces personnes qui passent à l’action, même s’ils sont incertains du taux de réussite qu’aura leur projet. Elle ne connait rien aux différentes dynamiques du marché du travail dit normal, mais elle est bien capable de saisir que ce genre de boulot, où on te vend du rêve en te disant que c’est the place to be si tu veux une grosse carrière, ça finit par t’aliéner après un moment. C’est censé de donner l’impression d’avancer, jusqu’à ce que tu te rendes compte que tu fais du sur place. Tant que ça le rend heureux, elle a envie de dire que c’est ça l’important. « On dit bonsoir à ton banquier. » elle se tourne vers la caméra qui les fixe en envoyant un signe de main, amusée. « Et pourquoi la Corse exactement ? Pas le droit de me dire à cause du soleil et des plages. » parce que ça allait un peu de soi, mais qu’il devait bien y avoir plus que ça, non ? « C’est vraiment cool, comme projet. Et bon, tu vas te faire un peu de pub ici par le fait même, ça va peut-être aider les affaires. C’est du bon PR. » comme ça son banquier ne pourra pas trop être en colère qu’il se soit poussé ainsi en reportant ses responsabilités. Elle voit le bon côté des choses, elle. « J’ai beaucoup d’admiration pour les gens qui se lancent en affaires. C’est beaucoup de sacrifices à la base, mais quand ça te passionne. » et quand elle le voyait s’animer pour les raconter les hauts et les bas, elle se dit que Louis il devait être sur son X. « Je suis dans la gestion d’un business, mais quand c’est familial, c’est pas nécessairement pareil. J’avais pas à me lancer, à sauter dans le vide. C’était pas vraiment un choix. » ce qui est un peu faux, son beau-père lui avait laissé la décision entre ses mains, mais au final, elle avait un peu l’impression que c’était pour lui donner un sentiment de fausse liberté. Comme si le choix lui revenait. C’était la bonne décision, elle ne regrettera jamais de s’être autant investie dans le ranch. C’est toute sa vie, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
after hours (lundi - 1h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: after hours (lundi - 1h15) — Jeu 14 Mai - 0:35

« T’as raison, vis dans l’insouciance. » il évoque avec un petit air qui en dit long sur de possibles représailles, ce qui a bien évidemment vocation à la laisser sur ses gardes. Qu’elle se rassure, lui, il ne va pas le menacer de l’étouffer pendant son sommeil. Louis il est moins lâche que ça. En revanche Lejla il va vraiment falloir la redescendre sur Terre, elle prend la conf sévère. « Un peu mainstream le nom de ton film. T’aurais pu dire La consécration d’une… on dit comment chez toi… une wyomin girl ? » Il baragouine dans un yaourt l’appellation qu’il a déjà entendu dans un extrait de conversation entre les américaines. Il y avait des syllabes qui lui échappaient encore dans son anglais bien français. Il faisait des efforts sur l’accent pour améliorer publiquement le fardeau que ces teubés raclant les R leur faisaient porter mais il s’en sortait encore moyennement face à ce genre de mot trop technique. « J’espère qu’ils m’ont inclus dedans. Louis le magnifique. Enfin en même temps comme je vais te mettre la pâtée en finale ils n’auront pas trop le choix. » il mentionne avec une petite grimace de désolation. Karma ou pas, il galère à décapsuler sa bière comme le lui a enseigné Lejla. Ça semblait simple quand elle le faisait elle. « C’est une question d’entrainement. » Elle pouvait compter sur lui pour relever le défi haut la main d’ici demain soir, Louis il allait se faire une session pour bosser le truc comme un forcené jusqu’à ce que le geste soit fluide. En attendant, Lejla elle se prend trop la tête à propos de l’opinion publique. Il n’aime pas voir une meuf cool comme elle qui n’a rien à envier aux autres se rabaisser pour une simple histoire d’opinion public. « Ouais je pense que ça fonctionne comme ça. » Louis il ne regardait pas les télé-réalités mais pour avoir souvent subit ce genre de discussions malgré lui c’était le genre de réflexions qui en sortaient. La télé-réalité n’avait rien de réel, c’était avant tout un business dont le but était de faire de l’audience. Ils n’avaient que le rôle qu’on souhaitait leur donner, c’est tout. « Mais oui, qu’est-ce que ça change au final, ils t’oublieront dès la prochaine saison. » A chaque casting celui d’avant se faisait ringard et ainsi de suite, eux ils seraient défraichis d’ici un an. « Ouais je disais ça pour l’image, j’imagine bien que tu faisais partie du poney club. » il glisse avant de se réfugier derrière une gorgée ambrée en anticipation des représailles. Lejla c’est la première ici à réellement lui demander des infos sur son petit business. Le seul avec qui il avait déjà pu effleurer le sujet était Santo mais ils s’étaient finalement plus focalisés sur la Corse que sur le projet en lui-même. Il agite sa main en direction de la caméra à l’instar de Lejla pour saluer son banquier, espérant sincèrement qu’il ne soit pas du genre à regarder ce genre d’émission. « Bah si. En partie. » Il esquisse un large sourire. « J’avais envie de bouger et de me rapprocher au plus près de ce que j’avais vécu en Argentine mais sans me détacher de mon pays. » Louis en y mettant le pied il avait vu la Corse comme sa terre promise et pour l’instant il ne s’y était pas trompé. Il a son petit sourire de victoire lorsque Lejla pointe l’exposition que l’émission offre à son échoppe. Le coup de communication c’était une opportunité qu’il n’avait pas manqué de lister lorsqu’il avait pesé les pour et les contre de sa participation. « C’est exactement le but… parmi tant d’autres mais disons que j’y ai vu un intérêt. » Théoriquement ça devait aider ses affaires s’il ne se discréditait pas trop à l’antenne. « Franchement je ne regrette pas même si c’est beaucoup de galère et hyper angoissant par moments, la moindre des petites victoires est une fête. » Il n’était pas de nature à s’angoisser facilement et pourtant il craignait déjà pour ses premiers cheveux blancs avec cette histoire de boutique, son endettement c’était un truc qui l’empêchait de dormir dans les jours les plus sombres. « Quand même, ça ne te parait pas aussi légitime parce que t’as toujours baigné dedans et tu ne dois plus te rendre compte des responsabilités. Si t’avais eu le choix t’aurais fait quoi ? » Lejla elle semblait avoir voulu faire plaisir à beaucoup de monde dans sa vie, au point de réprimer ses réels désirs. C’était déjà l’impression qu’elle lui avait donné en lui parlant de son mariage et sa vie pro ne semblait pas épargnée.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CHAMBRES 2 ÉTOILES-
Sauter vers: