Partagez
 

 addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Lun 4 Mai - 7:01


@izïa
addicted to a life that’s so empty


Carl il est en tête-à-tête avec lui-même ce matin et il se demande ce qui lui vaut de trouver cette cuisine aussi vide quand il y entre. C'est vrai que chacun a un peu son propre rythme dans ce chalet mais il est quand même rare de ne voir aucun candidat dans le coin à cette heure-ci. Ou alors sa tablette est pas du tout à l'heure et il est beaucoup plus tard qu'il le pense, mais l'horloge dans le salon lui a indiqué le contraire il y a quelques minutes. Dans le fond lui ça le dérange pas plus que ça, c'est sûr que c'est toujours un peu triste de déjeuner tout seul mais dans sa colloc à Brighton l'ambiance était la même le matin et il avait bien fini par s'y habituer. Carl ça le change quand même de ses familles d'accueil où tout le monde se marchait dessus pour pouvoir choper le lait dans le frigo, ici ils ont beau être entrés à vingt il a jamais fait la queue pour pouvoir se laver ou manger, c'est vraiment un autre monde. Alors oui y'a des moments comme celui-là où il cracherait pas sur un peu de compagnie l'irlandais, et faut croire que quelqu'un là-haut l'a entendu puisque @Izïa rentre dans son champ de vision quelques secondes seulement après qu'il se soit fait cette réflexion dans sa tête. Il est content qu'Izïa soit le deuxième visage qu'il voie ce matin après celui de Maci, ça lui donne direct le sourire car il est pas forcément aussi à l'aise avec tout le monde qu'il l'est avec elle ici. « Coucou, bien dormi ? On déjeune ensemble si tu veux, je commence à peine là. » Sur ces mots il tapote la tabouret voisin au sien car il rate jamais une occasion de manger sur le comptoir quand la propreté de celui-ci lui permet, il trouve ça plus pratique que d'amener son bol et son verre dans la salle à manger à chaque fois. Il fait tournoyer sa cuillère dans son lait avant de se saisir du paquet de céréales pour effectuer le petit mélange sans lequel il peut pas débuter sa journée - ouais, Carl il verse toujours le lait avant les céréales et il comprend vraiment pas les gens qui procèdent d'une autre façon, c'est son autre unpopular opinion avec le café qu'il trouve infect. « C’est pas la marque de céréales que je mange d’habitude au petit-déjeuner alors ça me perturbe. Non mais sérieux, schoko kirsch müsli ? Je sais même pas si je le prononce bien. » Deux semaines après son entrée la confusion est toujours présente, c’est à se demander s’il s’en remettra un jour. La marque Kölln ça fait partie de ses grandes découvertes dans cette aventure, c’est pas mauvais à vrai dire mais ça vaut vraiment pas ses Lucky Charms. « Et puis en principe j’ai quelques minutes pour avaler mon bol avant de devoir conduire les enfants à l’école moi, le matin c’est toujours la course surtout avec ma dernière famille. Ils mettaient mille ans à se réveiller alors on partait constamment en retard. » C'est peut-être bien la première fois que Carl évoque le quotidien qui était le sien en tant qu'au pair, on a vu des confidences plus intéressantes de bon matin mais c'est le genre de discussion sans prise de tête qu'il aime avoir avec elle. « C’est bizarre ici j’ai l’impression d’avoir du temps pour moi à l’infini, toi aussi t’as cette impression ? On est un peu livrés à nous-mêmes et en même temps on est pas si libres, c’est un peu effrayant quand on y pense. » Ses yeux suivent le mouvement de ses céréales noyées dans leur lait et tournant sur elles-même, puis il ajoute « Et genre ça m’arrive aussi de plus savoir quel jour on est tellement les journées se ressemblent. » Ce serait sûrement différent s’il se donnait la peine de faire des choses constructives pour les combler, enquêter sur les secrets par exemple, mais on aura compris que c’est pas trop son délire à Carl de se creuser la tête là-dessus. Il est généralement pas si bavard le matin, faut croire qu’il a avalé une pile électrique à la place de son triptan en se levant. « Euh.. Izïa ? » il laisse entendre en sortant la tête de son bol pour créer un contact visuel qui est important pour lui à ce moment-là. Il préfère regarder les gens dans les yeux Carl quand il leur parle, surtout lorsqu'il s'apprête à ouvrir son cœur comme c'est le cas, là. « Je sais que j'suis pas venu te voir après la révélation mais je voulais pas retourner le couteau dans la plaie tu sais, et puis.. ça m'a rendu trop triste ce que t'as raconté l'autre jour. Les autres le savent pas mais je me suis caché dans ma chambre pour pleurer après, les histoires comme ça me font toujours trop de peine. » Il est pas tellement gêné de l'avouer, sa grande émotivité est connue de tous à présent et c'est pas comme s'il avait pas déjà pleuré devant Maci quand elle lui a raconté que son chéri était devenu un héros de guerre. Y'a des histoires comme ça qui le touchent directement au cœur, et ça l'attriste d'autant plus qu'il se rend compte qu'il a vraiment eu une vie facile par rapport à ses camarades qui ont pour la plupart affronté des choses très compliquées. « Je t'obligerai jamais à en parler mais si un jour t'en as besoin j'espère juste que tu sais que je suis là. » Et là-dessus il vient tout naturellement chercher sa main sur la table, ces petits contacts sont assez habituels entre eux et c'est d'ailleurs la seule candidate avec laquelle il ait eu un semblant de proximité physique depuis son entrée dans le chalet. Izïa lui a assuré très tôt dans le jeu qu'elle le défendrait au moindre ennui qu'il rencontrerait avec un camarade alors ça lui semble bien normal de lui apporter son soutien en ce moment, même si d'autres candidats l'ont certainement fait avant lui c'est vraiment important de lui rappeler qu'elle peut compter sur lui et aussi d'une certaine façon qu'elle peut être triste en sa présence, il la jugera jamais pour ça.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Mar 5 Mai - 14:08

Tu as passé la fin de nuit et le levé de soleil dans le coin piano. Tu as enchaîné les morceaux avant de poser ta tête sur le piano et de fermer les yeux. À leur réouverture tu t'es levée avec cette mission de rechercher un peu de compagnie. Tu jettes un coup d'oeil sur ta montre qui indique dix heures passées. Tu changes de direction, descend les marches pour rejoindre la cuisine. Tu y trouves Carl. Tu souris timidement. "Je n'ai pas encore très faim, mais je veux bien passer ce moment avec toi." Déclares-tu avant de t'installer au comptoir et à ses côtés. Il te parle des céréales qui s'avère être différente de celle qu'il mange d'habitude. Ton regard se tourne vers le paquet. "C'est la bonne prononciation." Dis-tu avant de croiser son regard. Tu souris de nouveau timidement et l'écoute parler de sa famille d'accueil. "Ils te manquent ? Peut-être qu'ils suivent l'émission et peut-être qu'à la fin de cette aventure la famille va vouloir te ré-embaucher... tu dirais quoi si c'était le cas ?" Tu n'as jamais parlé d'avenir avec Carl, ce matin est le bon moment pour y remédier ou du moins aborder le sujet. "On est mardi. N'hésite pas à me demander si tu as des doutes, je serais là pour t'aider." Dis-tu avant d'acquiescer. Ton regard descend sur son bol, mais remonte à l'appel de ton prénom. "Oui ?" Sa confession te fais sourire. Tu n'entends pas ta petite voix, mais elle doit certainement écouter votre échange. Il te prend ta main. Tu enregistres le geste. Tu cherches le bon moyen pour le remercier de son empathie, de sa bienveillance et surtout d'être lui. Tu te rapproches et dépose un bisou sur sa joue puis tu recules et souris. "Mon père est mort le 11 septembre. Je ne suis pas la seule a avoir perdue quelqu'un ce jour-là et je ne suis pas la seule a avoir êté traumatisée... J'ai cherché à comprendre, mais ça ne sert à rien. Il a été tué dans un immeuble par des personnes qu'on ne connaît pas du tout. L'homme peut-être cruel, mais il ne faut pas généraliser. Il y a toujours de l'espoir." Cette phrase, c'est Athénaïs qui l'a dite en premier. Tu ne fais que répéter, mais toi aussi tu crois en l'humanité. "J'enregistre que tu es là pour moi. Merci." Tu souris. "Comment tu te sens au sujet de Rosamie ? Tu es prêt pour ton date d'ailleurs ?" Tu changes de sujet pour reconcentrer le sujet sur vous, sur cette aventure et ta petite voix t'en remercie.

@Carl

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Mer 6 Mai - 3:49

Il sourit un peu bêtement quand Izïa l’informe vouloir passer ce moment avec lui même si elle n’a pas faim, il se sent comme un privilégié alors qu’il en est sûrement pas un mais l’important c’est qu’il puisse le croire. Elle semble toujours disposée à lui accorder de son temps et il sait pas trop s’il mérite qu’on soit aussi disponible pour lui Carl, mais faudrait pas qu’il y prenne goût. « Merci. » il souffle sans rien perdre de son sourire, avant de bloquer sur les céréales d’ici qui n’ont vraiment rien à voir avec celles qu’il pourrait trouver dans la cereal cafe où il a pris l’habitude de s'approvisionner pour sa consommation perso à l’extérieur. « Tu comprends l’allemand toi ? Je trouve que c’est pas une langue très.. belle à entendre. » Et il s’efforce de pas le dire trop fort, des fois que les murs auraient des oreilles et que ça lui vaille un procès en place publique la prochaine fois qu'il descendra au village. Izïa accueille ses confessions sur son expérience d’au pair avec intérêt, c’est tout du moins l’impression que ça lui donne et avec elle il a vraiment le sentiment de pouvoir parler de tout. Même quand ce qu’il dit n’est pas bien intéressant ni bien profond - ce qui est le cas 90% du temps - elle ne passe jamais dessus sans réagir alors que d’autres auraient sûrement été tentés de l’ignorer sans pression. « Ils m’ont viré tu te rappelles ? » il laisse entendre en référence à ce qu’il croit lui avoir dit durant la première semaine. Il comprendrait qu’Izia ait zappé cette info parce qu’il était tard et lui-même ne saurait plus vraiment se souvenir de ce qu’il a pu lui confier en dehors de ça. « J'suis pas sûr de pouvoir dire qu’ils me manquent parce que l’ambiance à la maison sur la fin était pas dingue, et j’me suis jamais tellement senti à ma place parmi eux. Mais ça m’a quand même fait quelque chose de quitter les enfants parce qu’ils étaient gentils, Angela la maman aussi l’était au début, mais bon.. et puis le père il était jamais là je sais même pas s’il connaissait mon nom. » Ce qui lui a assurément évité bien des ennuis d’ailleurs, déjà qu’Angela était pas tendre vers la fin de son contrat il avait bien assez d’un parent sur son dos. « Ils voudront jamais me réembaucher et ça me dit rien non plus, c’est une histoire qui appartient au passé pour moi. » il conclut en lissant la surface de son lait avec le dos de sa cuillère. Carl il hésite vraiment à reprendre son job en sortant mais c'est pas uniquement cette dernière expérience qui l'a dégoûté des séjours au pair, depuis le début en fait il s'épanouit pas là-dedans alors il se demande si ça vaut la peine de continuer sachant qu'en plus niveau salaire il peut pas espérer quelque chose de fou non plus. « C'est quoi le premier truc que tu feras en sortant toi ? » il l'interroge avant de se voir rappeler la date du jour. Izïa contrairement à lui elle perd pas la notion du temps et il remarque qu'elle le laisse jamais patauger dans ses interrogations quand elle est en capacité d'y répondre. Il trouve ça cool, d'autant plus quand elle ajoute qu'il doit pas hésiter à la solliciter s'il est pris de doutes. « Dis pas ça à la légère, je pense que tu ferais vite une overdose de toutes mes questions ! » il remarque dans un léger rire. S'il dit ça c'est parce qu'il est assailli au quotidien d'interrogations internes auxquelles il trouve rarement une réponse tout seul, alors si Izïa se propose de lui apporter ces réponses il pourrait en venir à se reposer un peu trop sur elle. En fait Carl il gagnerait à passer un peu moins de temps sur sa tablette et à ouvrir un peu plus de bouquins, parce que l'autre jour il a quand même attendu qu'Aera lui confirme que Séoul se trouvait en Corée de Sud alors que ça il aurait pu le trouver lui-même dans n'importe quel livre de géo à la bibliothèque. Il lance Izïa sur sa révélation de l'autre jour, sans trop savoir si elle est disposée à en parler et à vrai dire il est assez surpris par la légèreté du ton avec lequel elle aborde le sujet. Elle dépose un baiser sur sa joue au passage et il est à peu près sûr que son visage vire complètement au rouge à ce moment-là. Les petits gestes de tendresse commencent à devenir assez habituels entre eux mais le bisou il y avait pas encore eu droit Carl, et ça lui file des petits frissons partout. « T’es drôlement optimiste en tout cas, je trouve ça admirable par rapport à ce que t’as vécu. » Elle dit qu'il y a toujours de l'espoir et c'est beau, elle a un sacré mental Izïa surtout qu'elle se refuse aussi à mettre tous les gens dans le même sac ce que d'autres personnes auraient pu être tentées de faire après un tel traumatisme. Carl il peut qu'approuver une telle ouverture d'esprit et positivité. « En 2001 j’avais qu’un an alors je me souviens pas très bien de tout ça, mais j’ai l’impression que le monde s’en remettra jamais vraiment. » C'est une date que personne oubliera jamais et qui a mené à prendre de grandes décisions par la suite, même si ça Carl il le sait pas, il se rend pas compte de tout ce que ces attentats ont impacté et il a du mal à voir plus loin que les pertes humaines. Izïa le lance à son tour sur un sujet perso et lui demande comment il se sent vis-à-vis de Rosamie et de son date à venir. Il laisse échapper un petit soupir, et c'est comme ça qu'il a pris l'habitude d'amorcer chaque réponse sur le sujet. « Oh, pas très bien. Elle a évoqué la possibilité de prendre ses distances avec moi, ça m’a rendu triste. Les autres arrêtent pas de dire que j’vais finir par la faire fuir et je commence à croire qu’ils ont raison.. » Il est dans un de ses jours de semi lucidité Carl, et c'est dommage que ces phases-là ne durent jamais longtemps avec lui. « Mais ça me rassure un peu que le public croit en nous, enfin que les gens dehors aient envie eux aussi de nous voir ensemble. » Il va pas mentir, ça lui a fait bien plaisir de découvrir qu'ils étaient le ship plébiscité par les téléspectateurs et même si pour certains ça vaut probablement rien, pour lui au contraire c'est lourd de sens et de symbolique. « Ça m’empêchera pas de profiter de mon date en tout cas, ce sera l’occasion de découvrir un peu plus Lejla et puis ce sera mon tout premier date aussi alors j’ai assez hâte. » Carl aurait été content dans tous les cas parce que dans sa situation il peut pas trop se permettre de faire le difficile, mais là il serait vraiment fou de se plaindre sachant que Lejla est une très jolie demoiselle qu'il connait pas encore très bien et qu'en temps normal il aurait juste jamais réussi à décrocher un date avec une fille pareille. « Et toi t’es prête pour ton date avec Santo ? Il a l’air cool, pas prise de tête et en plus vous aurez la piscine pour vous tous seuls, la chance ! » Ils seront pas tous logés à la même enseigne au niveau du cadre mais quand il y pense la terrasse c'est pas mal non plus, peut-être un peu moins original mais Carl de toute façon il sera beaucoup plus focus sur sa partenaire de date que sur l'environnement autour donc c'est pas tellement pour le déranger. « Je suis content que t’aies retrouvé ta montre tu sais. » il commente dans un timide sourire alors que ses yeux se posent sur ladite montre au poignet d'Izïa. Il a pu se rendre compte l'autre jour que cette perte l'affectait beaucoup, et il est à la fois soulagé pour elle et soulagé de se dire qu'ici les trucs disparaissent pas longtemps et que personne n'a de tendance klepto qui devrait les inquiéter.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Ven 8 Mai - 1:49

Carl te remercie pour rester avec lui. Tu acquiesces et t'installes. Il lit le paquet de céréales. "Oui." Tu réponds à sa question pour la langue, pour la suite de sa phrase tu penches la tête. "Quelle langue tu aimes ?" Demandes-tu pour t'informer un peu plus sur Carl, ses goûts et ses pensées. Tu évoques son ancienne famille d'accueil et lui pose quelques questions dessus. "Oui je m'en rappelle, mais on peut changer d'avis parfois... non ?" L'être humain est malléable, têtu, mais la remise en question est perçu comme une qualité de la vie sociétale et non un défaut. "Si tu as tiré une croix dessus c'est le principal." Dis-tu avant de lui adresser un sourire timide. Être compatissante, c'est le bon moment de l'être. "Ce n'est pas moi qui vais décider." Déclares-tu avant de perdre ton sourire. Tu n'as aucune idée de ton après. Tu reprends la main dans la discussion et lui propose ton aide pour résoudre ses moindres questionnements. "Je ne parle pas pour rien dire. Chacun de mes mots sont réfléchis. Je suis une dure à cuire alors j'insiste, si tu as des questions tu n'hésite pas, je serais là." Carl parle du 11 septembre. Carl évoque ton passé. Tu exposes un point de vue. Il dit que tu es optimiste, toi tu te visualises plutôt comme étant rationnelle. "Ce fut un événement traumatisant." Commentes-tu sans apporter plus d'informations. Tu ne sais pas parlé de sentiments, et pour cette date, bien que ta petite voix t'as libérée la parole, reste un sujet tabou et interdit. Tu changes de sujet, le concentre sur le présent et sur la situation Rosamie et Carl. En choisissant cette discussion, Carl va se focaliser sur ça et non plus sur le 11 septembre. Il fonce tête baissé et se confie. "Concrètement comment tu visualises ta relation avec elle ?" Demandes-tu avant d'écouter sa réponse sur son date. "Ce sera aussi mon premier." Ta confession a le pouvoir de le rassurer au vu de sa personnalité. "Je suis dans son viseur." Dis-tu à Carl. "Ce date va être un bon challenge." Rajoutes-tu. "Où se déroule le votre ?" Tu n'as pas de préférence pour le lieu. Tout te va. Rien ne te déplaît. Il te parle de ta montre. Automatiquement tu baisses la tête pour poser ton regard dessus. "Elle t'intrigue, tu veux la voir de plus près ?" Tu défais le bracelet et la lui tend. Être docile. Toujours.  "Merci pour ton soutien. Sans cette montre... j'aurais du écourter mon aventure." Avoue-tu.  

@Carl

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Dim 10 Mai - 1:19

Izïa lui confirme qu'elle comprend l'allemand et ça lui fout un petit complexe de plus, même s'il commence à avoir l'habitude de se sentir franchement ordinaire et médiocre à ses côtés avec les capacités qu'elle a et démontre au quotidien dans ce jeu. De son côté il saurait pas trop dire s'il y a une langue qu'il aime plus qu'une autre, il aimerait bien en apprendre une nouvelle Carl pour sortir un peu du lot et impressionner sa famille mais ça demande du courage et beaucoup de volonté et il n'excelle ni dans l'un ni dans l'autre. « Le français ça a l'air joli mais compliqué. En Irlande c'est généralement la deuxième langue que t'apprends à l'école mais moi j'sais plus pourquoi j'ai choisi espagnol à la place. » En vrai Carl il se rappelle très bien pourquoi il a fait ce choix-là, il assume juste pas du tout. Le village d'où il vient est jumelé à une ville française alors c'était l'option la plus logique aux yeux de ses parents à tel point qu'ils avaient même pas pris la peine d'en discuter, sauf que Carl en a décidé autrement pour une raison qu'il trouve lui-même un peu absurde aujourd'hui. Quand on voit ce qu'il a gardé de ses cours d'espagnol en plus, ça valait pas le coup d'envoyer valser les traditions. « Y'a d'autres langues que tu maitrises toi, à part l'allemand du coup ? » Il s'attend honnêtement à ce qu'il y en ait au moins une autre, parce qu'Izïa n'a de cesse de l'impressionner depuis le début et il sent qu'il a encore des tas de trucs incroyables à découvrir sur elle. Il hausse brièvement les épaules à l'évocation de sa famille d'accueil et du fait qu'il est toujours possible de changer d'avis. « Pas eux. » il l'informe simplement sans en dire plus. Il les imagine vraiment pas revenir sur leur décision après tout ce qu'il y a eu, et de son côté il désire pas non plus renouer le contact. La famille n'a pas été satisfaite de lui en tant qu'au pair et lui ne s'est pas épanoui dans ce rôle-là alors en fin compte c'est sûrement mieux pour tout le monde que ça se finisse comme ça, même si ça fait forcément un peu tâche dans son parcours. « C'est gentil, j'y penserai alors. » Il la gratifie d'un sourire et enregistre qu'il peut la solliciter en cas de questions, sur tout et n'importe quoi. C'est décidément pas dans cette aventure qu'il apprendra à compter un peu moins sur les autres Carl, mais avec ce genre de mains tendues il aurait sûrement tort de se priver. Izïa parle du 11 septembre comme d'un évènement traumatisant et il peut que la croire là, si quelqu'un ici en sait quelque chose c'est bien elle. « J'imagine.. enfin non, j'ai du mal mais c'est sans doute parce que je l'ai pas vécu. En tout cas j'en ai des frissons chaque fois que je revois les images à la télé, ça fait peur.. » Carl il était beaucoup trop jeune au moment des faits pour en avoir conservé un quelconque traumatisme mais ça l'empêche pas d'avoir une grosse pensée pour les victimes chaque année à cette date symbolique. En fait Izïa, avant même de la connaitre, il pensait déjà un peu à elle. Le sujet Rosamie arrive dans la discussion sans tellement de transition mais ça va il gère, c'est devenu tellement commun qu'on l'interroge là-dessus même lorsque le sujet initial ne s'y prête pas d'emblée. La question qui lui parvient le pousse à mener une réflexion qu'il souhaite pas forcément avoir tout de suite. « J'peux pas tellement te répondre Izïa parce qu'il y a rien de très concret justement, je sais juste que j'ai envie d'être avec elle aujourd'hui. Enfin si, y'a quand même un truc concret je crois. Avant tout on est un duo elle et moi, on est rentrés dans ce jeu ensemble et c'est le premier repère que j'ai trouvé ici tu vois ? Alors si un de ces quatre toutes mes illusions doivent s'effondrer comme un château de cartes et que quelque chose doit se briser entre nous j'espère au moins qu'il nous restera ça, ce lien du début. » Ce lien il est fort en symbolique aux yeux de Carl, il continue de voir la naissance de leur duo comme le meilleur truc qui lui soit arrivé ici alors que ça a pourtant marqué le début des ennuis pour Rosamie et lui. Tout est parti de là, il le sait mais il est incapable de regretter quoi que ce soit Carl quand bien même cette histoire le condamne à souffrir. Izïa voit son date avec Santo comme un challenge en se sachant dans la ligne de mire du candidat. « Ça me mettrait un peu la pression moi à ta place. Enfin j'espère que vous parlerez d'autre chose que des secrets ce soir, y'a plein d'autres trucs que vous pourriez échanger tous les deux j'en suis sûr ! » C'est pas trop le ton supposé de ces dates mais c'est laissé à l'appréciation de chacun après tout. « Sur le balcon, c'est un peu moins original. » il l'informe dans un léger rire même si dans le fond ça lui convient très bien à Carl, il a pas besoin d'un cadre particulièrement dépaysant pour faire plus ample connaissance avec Lejla. La perte de la montre d'Izïa l'avait sacrément embêté l'autre jour alors il est bien content de la voir aujourd'hui avec celle-ci au poignet, et quand elle lui propose de la regarder de plus près faut avouer que ça le surprend un peu. Il hésite peut-être deux secondes avant de répondre. « Oh oui ! J'osais pas te demander. » Carl il se sent honoré d'avoir une montre qui possède une telle histoire entre les mains, il en contemple chaque détail jusqu'à ce qu'Izïa laisse entendre un truc qui le secoue. « Quoi ? » il demande en relevant la tête. Il savait que cette montre était importante pour elle, mais au point de compromettre la poursuite de son aventure si elle ne la retrouvait pas il était loin de s'y attendre. « Mais.. c'était vraiment crucial de la retrouver alors. » Ça le soulage et ça l'inquiète en même temps, c'est étrange ces sentiments contradictoires qui s'emparent de lui à ce moment-là. « Je peux te demander une faveur Izïa ? » il reprend finalement sans trop savoir comment formuler la suite car y'a un truc qui le tracasse un peu depuis leur confrontation, il sait pas comment l'amener dans le présent échange et surtout comment l'évoquer sans trop en dire au cas où quelqu'un suivrait leur discussion au même moment dans la salle d'observation. « Je sais pas trop ce qui m'attend ici, mais est-ce que tu veux bien ne rien dire aux autres concernant.. Angela ? » Il espère qu'Izïa saisira où il veut en venir et qu'il n'aura pas besoin de préciser davantage le fond de sa pensée. Carl pour sa sérénité il aimerait que ce nom-là ainsi que tout ce qui peut y être associé et dont Izïa a personnellement connaissance reste entre eux. Un jour il sera probablement obligé d'en parler, mais en attendant il apprécierait grandement que les autres n'en sachent rien pour une raison qui est évidente pour lui mais certainement un peu moins évidente pour Izïa.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Dim 10 Mai - 14:53



"C'est une langue à plusieurs temps et complexe, mais avec un peu d'entraînement et de volonté elle s'apprend." Soutenir Carl et l'encourager. Le protéger de lui-même, renforcer sa confiance en lui et le rendre heureux. Tout ça rentre dans ton objectif de le défendre coûte que coûte. "L'espagnol, c'est une belle langue ! C'est un bon choix !" Commentes-tu avant de répondre à sa question : "Je sais parler le coréen, l'anglais, le grec, le français, l'arabe, le chinois, le japonais et le russe." L'italien et l'espagnol sont des langues appréciées, mais elles n'étaient pas des priorités. Avant de passer à un autre sujet tu rassures Carl sur ta position. Il ne doit pas hésiter s'il a la moindre question, tu es et tu resteras là, à ses côtés. "Bien." Tu acquiesces. À l'évocation du 11 septembre, tu donnes ton point de vue, mais ne l'étends pas. Lui te donne son sentiment par rapport à l'événement. Tu poses ta main sur la sienne. Ta petite voix prend le contrôle : "Je vais être honnête, c'était un véritable cauchemar. Il m'est impossible de revoir les images. Je pense d'ailleurs que je ne pourrais jamais retourner à New York, je ne m'en sens pas capable." Tu reprends le contrôle. "Pas encore." Tu amènes la discussion dans un autre tournant, celui du présent et plus spécifiquement sa relation avec Rosamie. Il te partage ses sentiments. "Tu accordes de l'importance aux détails." Dis-tu avant de lâcher ce regard et de fixer le frigo. "Le mien, il est parti la première semaine." Jethro. "Mais du peu que j'ai discuté avec lui, il avait une belle vision de l'humain. Une vision qu'on partageait." Son visage apparaît dans ta mémoire. Tu souris puis tu tournes la tête pour le regarder de nouveau fixement. "Au vu du caractère de Rosamie, elle doit aussi tenir à ce lien." Après la candidate, vous évoquez Santo. "Je n'ai pas peur qu'on découvre mon secret." Avoues-tu à Carl. "Et Santo est un candidat dont j'apprécie le jeu, alors il y a de fortes chances que ce soit un bon moment." Dis-tu avant de sourire. Tu lui poses des questions sur son date. "Mais plus romantique." Il n'y a qu'à voir les films pour confirmer tes dires. Les scènes romantiques se déroulent généralement sur un joli balcon qu'à côté d'une piscine. Ce dernier lieu étant souvent utilisé pour créer des scènes torrides, et il n'est pas prévu que tu refasses un remake de la piscine style Loft Story, extrait tiré de la télé-réalité française, saison 1/2001. Il jette un coup d'oeil à ta montre, tu la défais et la lui tend pour qu'il la regarde de plus près. Tu souris à sa réaction et lui annonce que si tu ne l'avais pas récupéré, tu aurais très certainement dû partir. Il réagit. "Oui... et on l'a fait." Dis-tu ce sourire encore accroché à ton visage. Il te demande une faveur. Tu acquiesces. Tu l'écoutes et lui répond du tac-au-tac : "Bien sûr. Je le garde pour moi. C'est enregistré !" Par cette réponse à l'affirmative, tu vas le soulager. "Tu veux m'en parler ?" Tu ne vas pas lui demander les raisons du pourquoi cette demande. C'est ton allié, tu dois respecter ses choix.

@Carl

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Mer 13 Mai - 7:40

Izïa tient un peu le même discours pour l’apprentissage du français que pour celui du piano, à l’entendre c’est pas si compliqué et c’est à la portée de tout le monde à condition de s’y mettre sérieusement. Sauf que Carl c’est quelqu’un qui se démotive très vite, si les choses lui paraissent pas d’emblée hyper simples il va généralement pas franchir le pas ou alors il va le faire mais il va tenir deux jours avant d’abandonner. « J'ai du temps mais pas beaucoup de volonté. » Il a pas peur de balancer ce genre de vérités pas très glorieuses devant Izïa parce qu’il sait qu'elle le jugera pas, et depuis le temps elle doit avoir compris qu’il fallait souvent se mettre derrière lui pour le pousser à entreprendre des choses sinon c’est pas trop la peine. C’est un peu un assisté l’irlandais, et après il demande qu’on le considère autrement que comme un enfant. L’espagnol c’était un bon choix d’après Izïa, il hoche légèrement la tête pour approuver. « Oui c'était chouette dans mes souvenirs mais j'ai rien retenu de mes cours, je connais trois mots à tout casser aujourd'hui ! » Il s’est pas donné les moyens d’en conserver quoi que ce soit Carl, faut savoir qu’à l’époque il a pris ces cours par-dessus la jambe en considérant que c’était bien plus important de passer ses soirées devant la console plutôt que d’ouvrir ses bouquins. Le prof leur avait aussi conseillé de regarder des séries en espagnol avec les sous-titres mais ça c’est pareil, il en a pris compte mais ne l’a jamais appliqué. Il en revient pas quand il entend qu'Izïa maitrise huit langues en plus de l'allemand, même en connaissant le caractère exceptionnel de sa mémoire il se demande comment c'est possible de retenir autant de trucs alors que lui n'arrive même pas à se souvenir ce qu'il a fait la veille. « Le russe carrément ? Punaise t'es impressionnante Izïa, on se sent un peu merdique à côté de toi. » Là Carl il se remet un peu en question en fixant le contenu de son bol parce qu'il a pas la fierté d'avoir accompli quoi que ce soit d'impressionnant ces dernières années lui. Il se dit qu'il perd un temps précieux en sachant pas ce qu'il veut faire de sa vie depuis plus de deux ans, et aussi qu'il a raté plein d'occasions de faire des trucs significatifs qu'il pourra fièrement raconter à ses enfants plus tard en allant jouer les boniches dans des familles anglaises. Il sent sa gorge se serrer un peu quand elle évoque la ville de New York où elle n'aura peut-être jamais la force de retourner, il peut pas imaginer là encore mais comprendre, bien sûr qu'il peut. « Oh. Tu sais mes grands-parents ils ont pas du tout vécu ce que toi t'as vécu et pourtant ils sont incapables de prendre l'avion depuis ce jour-là tellement ça les a marqué. Même moi j'avoue j'suis jamais totalement serein non plus, et pour toi les avions ça fait partie du traumatisme ou pas du tout ? » Il sent qu'Izïa est encore assez ouverte pour s'étendre sur ce sujet alors il en profite un peu, mais il laissera ça de côté quand elle lui fera savoir qu'ils en auront assez parlé. Le dernier truc qu'il veut c'est remuer le couteau dans la plaie, surtout qu'il est pas capable de voir les gens éprouvés sans que ça l'affecte aussi. Elle mentionne son partenaire d'entrée dans l'aventure et sans qu'elle ait besoin de préciser son nom Carl voit bien évidemment de qui il est question. « Je l'aimais bien aussi Jethro. On aurait pu l'avoir dans l'équipe en plus mais il est parti trop tôt pour ça. » Il s'est remis de ce départ mais ça lui a fait quelque chose les jours qui ont suivi le prime, alors même qu'il avait pas énormément échangé avec le candidat. Les premiers départs c'est pas forcément les plus durs mais ils marquent, inévitablement. Il esquisse un sourire quand elle suppose que Rosamie doit aussi accorder de l'importance à leur lien du début. « Y'a pas si longtemps elle donnait l'impression d'y tenir, j'espère que c'est toujours le cas. » Certains jours Carl a plus de facilité à se rassurer que d'autres, et aujourd'hui il a une vision moyennement optimiste de leur relation. Izïa a vraiment l'air emballée par son date avec Santo, il trouve ça cool qu'elle soit aussi bonne joueuse. « T'as prévu une tenue particulière pour ce soir ? » il lui demande alors qu'il quitte momentanément son tabouret pour aller chercher une bouteille de jus de fruits au frais et il lui propose rien parce qu'il a bien retenu qu'elle déjeunerait pas avec lui ce matin. De son côté il est en pleine négociation avec la prod pour tenter d’obtenir un costume et il devrait d’ailleurs pas tarder à être fixé sur la faisabilité d’un tel prêt. Le balcon plus romantique que la piscine là-dessus il est assez d'accord. « Le coin cheminée c'est pas mal aussi dans le genre romantique, mais pas sûr que Roma et Jill abordent leur date de cette façon. » Il est même assez certain que c'est pas le cas ou alors c'est pas un épisode qu'il a raté Carl, c'est la saison toute entière. Après quoi il prend la mesure de l'importance de la montre d'Izïa, et maintenant qu'il sait ce que le fait de pas la retrouver aurait pu engendrer comme conséquences pour elle il se réjouit vraiment d'avoir persévéré dans leurs recherches. En fait Carl il parvient pas vraiment à imaginer le scénario qu'elle lui décrit là et il a même pas envie d'y penser parce que son départ de l'aventure serait un sacré choc pour lui peu importe le contexte dans lequel il adviendrait. « Si tu viens à la perdre encore tu attends surtout pas pour me le dire, d'accord ? » il laisse entendre en faisant également passer le message par son regard croisant le sien. Il chasse finalement cette idée de son esprit dès qu'il peut, préférant se concentrer sur une faveur qu'il aimerait lui demander. Izïa est d'accord pour ne pas parler d'Angela aux autres et c'est la confirmation, toute simple, qu'il avait besoin d'entendre. « Merci beaucoup ! Je savais que tu comprendrais que c'est important pour moi. » Ça le dérangerait pas que les autres apprennent qui c’est, après tout c’est un nom qu’il a sûrement déjà évoqué à la volée sans s’attarder dessus mais c’est la vraie nature de leur lien qu’il veut pas voir fuiter ici par contre. S’il demande ça à Izïa c’est parce qu’elle a deviné lors de leur confrontation, et sans surprise c’est elle qui le cerne décidément le mieux dans ce chalet. Elle lui demande s'il souhaite en parler et son réflexe à ce moment-là c'est de checker à droite puis à gauche s'ils sont bien tous seuls. Il se penche alors légèrement vers elle, comme s'il s'apprêtait à lui confier un secret. « Tu sais en arrivant ici j'étais pas sûr d'être complètement guéri, ça faisait que quelques semaines alors je pensais pas replonger tout de suite et ça m'arrangeait bien d'avoir un petit répit, puis finalement.. » La suite est prévisible, Rosamie est arrivée et a fichu la pagaille qu'on connait dans sa tête puis dans son cœur. En une heure il avait rechuté Carl et ça il l'avait pas du tout vu venir malgré le fait qu'il se connaisse mieux que personne. Tous les voyants n'étaient pas au vert pour que ça arrive, et pourtant. « T'imagines si dans vingt ans j'enchaîne encore les phases comme ça ? Je me demande c'est quoi l'avenir pour un mec comme moi sérieux. » Chassez le naturel il revient au galop. Carl le défaitiste n'est jamais bien loin et quand il s'agit de regarder vers le futur on peut rarement s'attendre à un autre discours venant de lui. « L'avenir tu le vois comment pour toi ? Pas ce qui t'attendra en sortant ici, je pense plutôt à la vie que t'auras dans quelques années quand cette aventure sera très loin derrière nous. » Il pose ses deux coudes sur le comptoir puis sa tête entre ses mains sans quitter des yeux Izïa dans l'attente d'une réponse de sa part, et sa vision du futur la concernant l'intéresse vraiment, bien plus que ses céréales qu'il a délaissé sans même s'en rendre compte.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Izïa
Voir le profil de l'utilisateur   
addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: addicted to a life that's so empty (mercredi, 10h15) — Sam 16 Mai - 17:23

Carl n'est pas à l'aise avec les langues. Rectification, Carl n'est pas à l'aise avec l'apprentissage. Il doit faire partie de cette population qui a souffert à l'école. L'éducation scolaire est complexe. Il a fallu du temps à la société de mettre des mots - non-péjoratifs - à ceux qui tout bonnement n'étaient pas à l'aise avec le système mis en place. Il fut un temps, ils étaient plus simples pour certain de les catégoriser de débiles ou de simplet, mais aujourd'hui, c'est différent. Plusieurs personnalités sont prises comme exemple pour faire remarquer à la société que même sans avoir fait d'écoles supérieurs ou autres grandes études, on peut réaliser ses rêves. Ce sont des beaux gestes. Ils sont remarquables. "Ne dis pas ça. Tu as d'autres talents ailleurs, tu n'as pas encore découvert ton potentiel. C'est tout." Il faut que tu rassures Carl. Tu peux paraître exceptionnelle par tes capacités, mais tu es différente. Il n'a pas encore toutes les informations te concernant, et le jour où il les auras, le terme changera. Forcément le sujet divague, cette fois-ci sur le passé. Sur les événements du 11 septembre. Ta petite voix prend la parole puis te la redonne, il t'es difficile de tout suivre, mais tu reprends le fil et écoute l'histoire des grands-parents de Carl. "Non. C'était la faute d'être humains, non de l'avion. La peur est compréhensible au vu des événements, mais je ne veux pas m'arrêter de vivre, pas à cause d'eux." Tes paroles... elles ne sont pas en accord avec ta petite voix, mais elle les valide. Tu acquiesces. Toujours rester positif. Quoi qu'il arrive, ne jamais provoquer la peur ou le sentiment d'insécurité. Tu souris timidement et le sujet change de nouveau. Tu parles de Jethro. Carl te confies qu'il l'appréciait aussi. Vous évoquez Rosamie puis vos dates respectifs. "Oui. Je vais être canon ! Et toi ? Tu veux que je te la montre après ton petit-déjeuner ?" Il t'as déjà vu en soutien-gorge - enfin une partie -  alors tu peux bien lui montrer ta robe. "Elle est sympa Jill ?" Demandes-tu à Carl, étant donné que tu n'as jamais eu l'occasion de discuter avec elle, mais les bruits courent qu'elle ne t'apprécie pas. Tu lui montres au même moment ta montre et fait remarquer son importance. "Oui. Si je dois partir ce sera en bonne et due forme. Promis." Dis-tu en soutenant son regard. Il te demande un service, tu acquiesces et à son énonciation tu confirmes. Tu comprends grâce à ta petite voix, mais ça tu ne le dis pas et lui demande tout de même s'il a envie d'échanger sur le sujet, avec toi. "Ne sois pas pessimiste. Je suis sûre à 99% que tu vas trouver l'amour. Peut-être même qu'il est autour de toi et que tu ne le vois pas." Commences-tu à dire, ta petite voix a une hypothèse et elle te l'énonce pour que tu la répètes : "Peut-être que tu t'attaches aux personnes que tu sais pertinemment que ça va être compliqué. Tu ne lui demandes pas à ce qu'elle apprenne à te connaître. Tu veux être à ses côtés, mais tu ne donne pas l'opportunité à ce qu'elle prenne soin de toi, alors qu'une relation c'est dans les deux sens. Tu es une bonne personne Carl, agréable, mignon et unique. Il faut que tu arrêtes de te dévaloriser, car on peut dire que tu es différent, mais c'est bien. C'est une qualité. Il faut que tu apprennes à t'aimer en premier et je suis persuadé que dans moins de vingt ans tu trouveras la bonne personne." Il te demande comment tu imagines ton avenir et avant même que tu répondes sa gestuelle démontre qu'il est toute ouïe. "Je l'imagine joyeux et entourée. Ça va être très certainement les montagnes russes, mais je l'imagine mouvementée. Je serais toujours programmeuse, mais je n'habiterais plus chez ma mère. Je serais connue." Tu souris timidement. "Appréciée et dépréciée, 50/50. Je ferais toujours mes graph', mais évidemment ils auront une plus grande portée, artistiquement parlant puis au niveau de l'engagement politique que je prône. Je serais amoureuse. Je ne sais pas encore pour les enfants, mais je sais qu'en rentrant du travail j'embrasserais mon amour et je me loverais dans ses bras. " Ton regard est dans le vide tout au long de ton monologue, puis à la fin tu croises de nouveau son regard. "Qu'en penses-tu ? Tu veux qu'on se donne rendez-vous dans vingt ans ?" Demandes-tu avant d'esquisser un sourire timide.

@Carl

_________________
LOOK DOWN AT YOUR BODY WHISPER, THERE IS NO HOME,
LIKE YOU.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CUISINE-
Sauter vers: