Partagez
 

 A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10 - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10 — Lun 11 Mai - 4:45

Ashley, comme beaucoup, pensent que Tarantino est un des meilleurs réalisateurs de sa génération, aussi quand quelqu’un n’est pas familier avec son oeuvre préférée du réalisateur, il conclut que cette personne ne doit pas aimer la violence graphique, ce qu’il peut tout à fait comprendre. “Imagine une blonde qui vient régler son compte à une sino-japonaise à la tête de la mafia qui a une armée de ninjas à ses ordres. Les gars attaquent la blonde par vagues de cinq ou six et elle leur fout la pâtée au katana.” décrit-il assez fidèlement mais sans y ajouter les détails sanglants, histoire de pas gêner Kara si elle est facilement écoeurée. “Je sais pas encore, je te dis ça quand j’ai trouvé quelqu’un qui colle bien.” admet-il quand elle veut savoir quel personnage elle serait. Il ne sait pas encore mais il va y réfléchir. Ce n’est pas quelque chose qu’il fait en général mais comme il a commencé, il peut bien continuer. Cependant, quand elle lui demande s’ils ont des tableaux célèbres, son esprit est complètement détourné de sa réflexion cinématographique . “On a quelques trésors oui, après je ne sais pas ce dont on vous parle à l’école aux Etats-Unis… On n’a pas la chance d’avoir la Joconde par exemple. Mais on a une des deux versions de la “Vierge aux Rochers” de Da Vinci, on a le couple Arnolfini de van Eyck, une dizaine de Raphael, presque une vingtaine de Rembrant…” Et il en passe. Ashley sait qu’il n’y est pour rien, ou presque, mais il est terriblement fier de la collection du musée et s’en enorgueillit comme si elle était la sienne. Après tout, un bon nombre des oeuvres sont passées sous ses mains et le reste a été inspecté. “J’ai su que je voulais travailler dans l’art la première fois que j’ai mis les pieds au Louvre, aussi cliché que ce soit. J’étais tout gamin et j’ai été fasciné par les tableaux, une trentaine d’années plus tard, j’en suis toujours pas revenu. Et toi ? C’est une vocation la coiffure ?” raconte-t-il conscient que son histoire est un peu banale et que c’est le lieu commun de beaucoup de gens dans son milieu. Un peu comme les gens qui veulent devenir médecins parce qu’ils ont vu Grey’s Anatomy… Elle suggère qu’on lui pose des faux-cheveux et ça le fait marrer d’imaginer la tête qu’il aurait. “Si c’est pour me rajouter de faux-cheveux autant voir grand et transformer ma tignasse en chevelure digne de Beyoncé, pourquoi s’arrêter à Sean Paul ?” lance-t-il à moitié sérieux, à moitié peureux qu’elle le prenne au mot et quand elle lui avoue que son plan était de le rendre blond platine il ne peut contenir un autre rire. “Je le savais que tu voulais saboter mon look et me transformer en Kai adulte !” Ce qui ferait de lui un Adler par filiation ?

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10 - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10 — Mer 13 Mai - 1:30

Ashley m’explique rapidement la scène en question du film Kill Bill et même si le pitch a l’air plutôt pas mal, le simple fait que ce soit une blonde qui s’attaque à des asiatiques, je ne suis pas trop sûre que le film me botte. « Bon, je tenterais d’aller mater ça dans la salle de projection, mais si c’est nul, c’est toi que je viens découper au katana. » J’ai horreur des mauvais films et je sais que c’est souvent un sujet de discorde à la maison avec mon père et ses films des années soixante-dix avec des histoires hyper claqué qui m’ennuie à mort. J’espère donc que ce n’est pas pareil pour Kill Bill. Je découvre qu’il est conservateur dans un musée et si l’endroit où il bosse ne me dit absolument rien, je m’intéresse aux tableaux qu’on peut retrouver au sein du musée où il travaille. Je ne suis pas une grande connaisseuse, à part les quelques tableaux qu’on a étudié en cours. Pourtant, même si je ne m’y connais pas en peinture un nom retient mon attention. « La vierge aux rochers, c’est celui qui représente la vierge Marie avec Jésus et Saint Jean-Baptiste ? » Je m’attends à ce que ce soit une bonne réponse et aussi à devoir me justifier face à ma connaissance de cette peinture, ce qui peut surprendre. Je prends donc les devants. « On est très croyant chez moi, donc j’ai déjà vu cette peinture pendant les heures que je passais à l’église. » Et je suis sûr que sur ce coup-là, le prêtre serait pas mal fier de moi que je me souvienne d’un tel détail. Ashley m’explique que ça a été une vraie vocation pour lui lorsqu’il a visité le Louvres et au fond, je me dis qu’on n’a vraiment pas eu le même genre d’enfance lui et moi. J’avais beau aller visiter des musées plus jeunes avec ma classe, même si certains tableaux réussissaient à me captiver, j’étais bien contente de vite finir la visite. Il me demande si mon métier de coiffeuse était aussi une vocation et je ne peux pas m’empêcher de pouffer de rire. « Pas du tout, je m’entraînais encore pour les jeux olympiques y a un an. Mon genou m’a lâché et comme je me suis toujours bien débrouillé en coiffure, ma tante m’a engagé. C’était plus mon plan de secours. » J’ai beau aimer mon boulot, ça ne me procurera jamais autant d’effet que mes séances intensives à m’entraîner avec comme objectif de décrocher la médaille d’or. Enfin soit, j’oublie tout ça pour me concentrer sur les cheveux du brun. Il vise bien plus haut que Sean Paul, lui ce qu’il veut c’est Beyonce, le Saint Graal. Je ris en l’imaginant avec la crinière de lionne de la chanteuse. « Ça t’irais comme un gant, mais après tu devras nous lâcher les même pas de danse que Queen B. » Bah oui, une fois que t’as les cheveux faut que le reste aille avec. Ou sinon, je lui propose le blond platine. Il fait référence à la coiffure de Kai et de nouveau, j’éclate de rire. « Je suis sûr qu’il a laissé une chemise style hawaïenne dans le coin et on arrivera même plus à faire la différence entre lui et toi. » Si on retire les presque vingt ans de plus de Ashley.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Ashley
Voir le profil de l'utilisateur   
A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10 - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: A Winter Scene with Skaters near a Castle - Hendrick Avercamp - jeudi 16h10 — Jeu 14 Mai - 0:42


“Je ne me sens pas du tout en danger. J’ai confiance en Tarantino pour me sauver la vie.” dit-il très sérieux même si ça sonne un peu comme une plaisanterie. Il ne pense pas que le film soit un chef d’oeuvre du septième art mais il est difficile de dire que ce n’est pas une réussite sur le plan artistique. Et puis, Kara lui fait pas peur, elle risquerait pas sa place pour un mauvais film et même si c’était le cas, il doute qu’elle trouve un katana dans le chalet. Un couteau de boucher à la limite mais avant qu’elle arrive à le mettre en morceaux, la production sera intervenue. Il espère. Elle l’interroge sur le tableau, demande une précision, comme pour éclaircir. “Oui, celui-là même.” répond-il en hochant la tête. C’est pas une surprise qu’elle connaisse, parce que c’est une oeuvre importante, de part son auteur d’abord et de part sa qualité ensuite. Elle a même été l’objet d’un ressort scénaristique dans le livre, puis le film, Da Vinci Code, ce qui n’a que contribuer à sa popularité. Comme si le fait d’être un tableau de De Vinci n’était pas suffisant. “On a énormément d’art religieux dans la collection, je suis sûr que tu reconnaîtrais d’autres oeuvres.” ajoute-t-il quand elle lui explique d’où vient sa connaissance de la Vierge aux Rochers. C’est quelque chose d’assez rare à leur époque l’art religieux, mais durant son ère d’expertise, qui s’étend au fond sur plusieurs siècles, la religieux était le sujet prédominant de la peinture. Leurs tableaux sur bois du XIIIème siècle comme les peintures de scènes bibliques du XVIIème, tous ont un caractère religieux. Il irait même jusqu’à dire que la religion est trouvable dans l’art contemporain si on y cherche bien. Que ce soit par référence ou en opposition. Elle lui balance, comme ça, presque nonchalamment qu’elle ne devait pas être coiffeuse mais athlète olympique avant une blessure et il est complètement choqué. “Les Jeux Olympiques ?! Quel sport ?” s’emballe-t-il avant de réaliser à quel point c’est inapproprié. “Désolé ! Pardon, je devrais pas m’enthousiasmer comme ça alors que tu as dû t’arrêter.” dit-il repentant, Ashley n’en a pas l’air comme ça, parce que contrairement à des gars comme Costa, le sport n’est pas au centre de sa vie, mais il adore les Jeux Olympiques. Surtout ceux d’été, parce que clairement il est meilleur en natation ou en course à pied qu’en patinage artistique. Lorsque les J.O se sont installés à Londres, il venait juste de faire son retour quelques mois plus tôt et il a assisté à plusieurs épreuves. Notamment le plongeon qu’il trouve absolument fascinant. Mais déjà Kara lui dit qu’il devra danser comme Beyoncé s’il a ses cheveux et il fait une grimace. “Ah… euh… dans ce cas peut-être qu’on va s’en tenir à une couple classique. Je suis pas mauvais danseur mais j’ai pas du tout le niveau pour faire autre chose qu’une mauvaise parodie.” Ouais, lui son truc ça serait plutôt les slows que le r’n’b, le hip hop ou même la pop. Il doute pas qu’avec une coach comme Kara il pourrait finir dans Strictly comme dancing, mais il préfère s’en tenir à un déhanché répétitif au rythme de la musique pour l’instant. “Si ça t’ennuie pas, je préfèrerais éviter, mon secret serait un peu trop mis en danger si on commençait à nous connecter tous les deux.” chuchote-t-il avec un sourire.

_________________
 
the devil you know
when in doubt i ask myself "what would jesus do ?" ▬ then i do the exact opposite. it's much more fun that way.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: PATINOIRE-
Sauter vers: