Le Deal du moment : -44%
Grosse promo sur les baskets Nike Air Max 270
Voir le deal
84 €

Partagez
 

 night and morning, w/aera (mardi 19h09)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Lun 4 Mai - 13:29

Shut the window, close the door
Let the world spin back and forth

- @aera -

Roma elle descend à vive allure les escaliers, sans raison particulière. C’est juste que Jessminder elle fait toujours ça pour descendre les escaliers de l’immeuble, même si Roma lui demande avec la plus grande patience du monde de ne pas le faire. Alors elle s’est dit qu’il doit y avoir quelque chose de grisant, vous savez ce danger, cette adrénaline de pas savoir si tu vas louper une marche ou pas ? Finalement c’est juste grisant pour les gamins non ? Elle passe une tête dans le salon pour voir si quelqu’un s’y trouve et surtout qui s’y troupe. Non pas qu’elle évite quelqu’un en particulier, c’est juste pour savoir. Y a Aera qui semble plonger dans un bouquin ou sa tablette, elle voit pas très bien de là où elle est Roma. Elle cherche tout indicateur de l’heure, elle n’a pas de montre, elle n’en porte jamais. Alors sa petite tête de suricate part à la recherche d’une horloge en bois, vu que tout est en bois ici. Bingo, c’est presque l’heure des cocktails non ? Parce que Roma elle a une petite idée derrière la tête, depuis qu’elle connait la Aera et sa passion pour les spiritueux. Ou peut-être que c’est dans la tête de Roma ? Elle a l’impression que la coréenne, elle aime bien tout ce qui est à base d’alcool. C’est pas une critique, parce que ça lui donne l’occasion de se replonger dans un souvenir. Après va falloir que le bar soit coopératif, parce qu’elle est pas certaine de trouver ce qu’elle souhaite. Sans rien dire à sa colocataire de la première semaine, elle se dirige vers le bar, missionnée par les dieux pour trouver le seul spiritueux typiquement indien qui a des chances se se trouver dans le bar. Elle regarde toutes les bouteilles une par une, en retire certaines pour vérifier celles qui pourraient se trouver derrière, se contorsionne pour enfin trouver dans un recoin caché le Feni tant désiré. Ok, maintenant faut qu’elle se souvienne. Parce que c’est pas quelque chose qu’elle a consommée particulièrement, c’est juste son père qui se faisait de temps en temps son petit Tambdé Rosa devant la télé. Déjà niveau verre elle va y aller au hasard, pas certaine que ce soit le bon contenant. Sachant que son père lui il buvait ça dans un verre à l’effigie de son équipe de cricket favorite… Un verre à whisky devrait faire l’affaire et sera surtout assez stable pour qu’elle se déplace jusqu’au salon l’alcool sur un plateau. Ce sera pas le vrai cocktail que bois son père parce qu’elle ne trouvera pas de kokum ici. A défaut, elle coupe quelques rondelles de citron. Donc une dose approximative de Feni à l’eau de coco, un peu de limonade au citron vert qu’elle met dans un shaker préalablement garnit de glaçons. Elle sait pas trop si c’est la meilleur technique, pour avoir vu son père et sa mère faire les même gestes elle se dit qu’elle est pas loin de la vérité. Plus qu’à versé le contenu dans les deux verres, ajouter la rondelle de citron vert et une feuille de menthe. Voilà. Lui restant un petit fond dans le shaker elle goûte sa mixture, passablement convaincu. Elle sait plus trop le goût que ça a en faite. Ça devrait faire l’affaire. Un plateau maintenant. Ah en voilà justement un derrière elle. Elle prend précautionneusement les deux verres, n’oublie pas la bouteille de Feni au cas où Aera voudrait le goûter pure dans l’éventualité où elle connait pas encore cet alcool. Etant une des principale important de spiritueux d’Inde, y a quand même moyen que dans son casino il y ait une ou deux bouteille de ce type qui traine. Toute fière elle prend le chemin du salon en essayant d’éviter les embuches. Elle pense autant au truc qui trainent, qu’à d’autres candidats avide de lui piquer ses verres. Heureusement elle ne rencontre personne sur son chemin et arrive sans problème dans le salon. « Madame voudrait-elle d’un verre de Tambdé Rosa ? » elle prend sa voix de serveuse. Vous savez celle un peu haut perché que peuvent prendre certaines personnes qui se retrouve au contact client. « Tu connais ? » Elle espère que non et c’est ce que tente de dire son regard tout impatient Roma. Elle pétille dans l’espoir de lui faire découvrir un nouveau truc. Elle pose le plateau sur la table basse et rejoint Aera sur le canapé. « C’est le truc que mon père boit toujours devant le cricket. » Surtout pour les rencontres importantes.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Lun 4 Mai - 23:54

Aera commence à fatiguer, alanguie dans l'un des canapés du salon tandis que le jour commence à laisser place à la nuit – ou du moins le fera dans une petite heure et demi – et qu'elle profite d'un rare moment de calme. C'est peut-être le fait de s'être réveillée trop tôt, ou bien d'avoir été jusqu'à Hallstatt pour le cadeau du Secret Santa, ou peut-être plus simplement que contrairement à ce qu'elle croit, elle aussi a besoin de moments de réflexion qui n'appartiennent qu'à elle, toujours est-il qu'elle doit étouffer un bâillement et se poser la sempiternelle question : vais-je trouver une âme charitable pour me préparer et m'amener à manger ? Il doit bien être l'heure d'attraper un truc, mais Aera a de toute façon la flemme de se lever pour aller jusqu'à la cuisine, pourtant pas bien loin, et préfère le confort du canapé et l'observation hebdomadaire des réseaux sociaux. Elle n'en est pas friande au quotidien mais tente de faire l'effort ici, parce que ça compte et que ça permet de communiquer différemment. Elle se tient à jour de l'actualité sans savoir besoin de demander de compte rendu directement aux gens. Machin a fait un masque à truc. Bidule s'est entraîné avec Machin. C'est des informations dont elle devrait se foutre mais qui complètent les pièces qui lui manquent quand elle se pose le soir pour réfléchir à sa journée et répondre à la question de ce qu'on fait les autres quand ils n'étaient pas avec elle. Le plus simple serait peut-être de simplement passer ses journées dans la salle d'observation mais Aera, elle a un problème fondamental avec les caméras et le fait d'observer les autres. Ca lui rappelle des trucs dont elle a pas envie de se rappeler, et elle se garde bien de faire du voyeurisme. Les réseaux sociaux, c'est bien assez, qu'elle songe au moment même où Roma débarque dans le salon, deux verres sur un plateau dans les mains. Aera lève la tête, repose la tablette et offre son sourire le plus radieux à sa serveuse d'un soir. « Si c'est pas merveilleux, je ne demande rien et on vient me servir à boire directement. J'ai peut-être eu tort finalement : le paradis existe. » Même si elle n'y croit pas et n'y croira jamais, elle veut bien appréhender l'idée d'une vie après la mort si elle ressemble à ça : une copine qui lui sert à boire, un canapé et la soirée devant elles. Ca lui rappelle sa vie en Corée, quand Ji Won se pointe sans prévenir à 19h30 parce qu'elle a la flemme de faire à manger et a acheté sur le chemin des odeng et des dakochi qu'elles s'enfilent en refaisant le monde. « Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ce traitement de faveur ? » elle demande, parce qu'elle est peut-être passée à côté de quelque chose. Ou bien Roma est une fille comme ça : le cœur sur la main, à faire quelque chose uniquement parce que ça lui fait plaisir de faire plaisir. C'est une qualité rare, qu'Aera possède en quantité assez limitée de son côté – ce qui lui fait d'autant plus apprécier la gentillesse et l'altruisme de Roma. Celle-ci s'assied à côté d'elle et Aera secoue la tête en réponse à sa question. « Du tout, première fois que j'entends ce nom. » Mais c'est de l'acool et ça se boit, partant de là elle ne pense pas avoir le moindre problème à goûter. « Il y a quoi dedans alors ? » Juste pour satisfaire sa curiosité parce qu'elle est suffisamment polie pour prétendre aimer même s'il s'avérait que ce ne soit pas le cas. Aera se saisit d'un verre et le tend à Roma, attrape l'autre pour elle. « Attends, faut qu'on célèbre quelque chose pour trinquer. T'as une idée ? » Elle lui offre la possibilité de décider, même si des idées, elle, elle en a plein. A commencer par le fait qu'elles sont toujours là et font partie de la même équipe. « Merci en tout cas, c'est adorable de m'avoir préparé ça. » Elle en aurait presque oublié les bonnes manières, captivée qu'elle est par la découverte qu'elle s'apprête à faire et devrait la changer du soju dont elle a l'habitude.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Mar 5 Mai - 1:26

Elle est contente Roma de sa petite préparation, même si elle se dit qu’elle doit pas être la première à se dire que Aera c’est quand même la pote parfaite pour boire un coup. Peut-être même qu’ils se disent tous un peu ça et qu’elle finit toutes les semaines avec une seule de bois monstre à force de se faire apporter de l’alcool. En réalité c’est assez égoïste comme geste de la part de Roma, elle a envie de passer du temps avec sa première coloc, parce qu’elle a l’impression que depuis la première semaine elles ne font que se croiser en groupe et plus vraiment toutes les deux. Elles sont loins les premières nuits dans la chambre cinq étoiles. « Oh non, le paradis c’est l’invention d’un baratineur. » Ce qui existe c’est l’instant présent et une Roma décidée à passer une bonne soirée. Mais imaginons que le baratineur en question avait du vrai dans ses histoires de paradis, d’enfer et tout ce qui va avec, ce serait pas une mauvaise chose de vivre comme ça après leur mort. Tranquille avec une bouteille de Feni inépuisable. Ça la fait rire, parce qu’il y a une bonne brochette de sceptique dans les candidats quand même. Entre Carl la semaine passée qui se demandait s’il y avait pas une soirée d’organisé, à comprendre on l’a pas prévenu, alors que Roma avait juste envie de faire la cuisine. Maintenant Aera qui se demande si elle a fait quelque chose pour mérité cette petite attention. Bah non. Y a pas besoin. Roma elle aime bien l’idée de surprendre ceux qui l’entoure avec une bouffée de gentillesse. Sans omettre qu’elle le fait aussi pour elle. Surtout pour elle. « Ce matin tu m’as fait un grand sourire. » Elle lui dit en faisant mine de chercher une explication là où il n’y en a clairement pas besoin selon le point de vu de Roma. « T’es ma première coloc, c’est normal. » Non ? Elle lui offre un sourire complice avant de rentrer un peu plus dans le détail de l’unique cocktail dont elle connait à peu près la composition pour l’avoir vu réalisé pendant des années les soirs de cricket, ou pour fêter une naissance par exemple. Quand Jessie est venue au monde, elle se souvient que son père à dit que c’était le meilleur moment pour sortir de Feni. « C’est à base de Feni, une liqueur indienne. Celle-ci est à base de noix de coco. » La plus populaire et la plus exportée. « Il y aussi un limonade citron vert et dans la recette originale, du kokum. » Elle doit pas connaitre non ? Elle sait pas trop, dans le doute elle tente d’expliquer ce que c’est. « C’est un fruit qu’on utilise beaucoup en cuisine, mais je crois que c’est surtout connu pour ses vertues cosmétiques. On en fait un beurre un peu comme le karité. » Mais là y en avait pas, et vu que ça oscille entre l’acidité et l’amertume elle a remplacé par des citrons verts. « J’ai mis des citrons verts à la place. » Son père il lui ferait non de la tête l’air de dire que c’est pas son cocktail sans kokum, mais déjà qu’elle en trouve rarement dans ses supérettes spécialisées de Londres, c’est pas dans le fin fond de l’Autriche qu’elle trouvera son bonheur. Enfin pour ça faudrait déjà que son père regarde autre chose que le cricket à la télé, c’est pas près d’arriver. A quoi trinquer ? Elle se frotte l’extrémité du menton, l’air pensive. « Je dirais qu’on devrait trinquer à nous, parce qu’on est quand même géniale comme meufs non ? » Bah oui, c’est bien dans ces moments là entre copine qu’on peut se lancer des fleurs gratis. Y aura personne pour dire le contraire. Elle lève donc son verre dans un regard entendu, parce qu’entre meufs sympa, drôle et belle. Ça mérite bien son petit toast. Elle observe bien Aera pour voir si ça lui plait, Roma elle est pas mécontente. C’est sucré, mais pas trop vu la pointe d’acidité et puis l’alcool on le sent à peine, c’est justement le but des cocktails non ? C’est trompeur, parce que l’alcool il est bien présent. « Ça me fait plaisir. J’avais envie de passer un moment avec toi, ça faisait longtemps. » C’est la vérité, elle est contente de cette petite soirée improvisé. C’est le point culminant de sa journée. « Racontes moi un secret, un truc un peu honteux. » Allez, balance. Elle est tout ouïe Roma. Et puis elle peut compter sur elle pour gardé ça pour elle. Même la Maslov elle arrive pas à lui arracher des trucs qu’elle veut pas dire.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Mar 5 Mai - 16:48

Elle peut pas s'empêcher d'être un peu surprise, Aera, parce qu'elle aurait cru que Roma serait du genre croyante. Au moins pour ce qui est du paradis et de l'enfer. « Tu penses vraiment ? » elle demande en souriant. Elle, elle n'y croit pas du tout et ne s'en cache pas, mais Roma lui a toujours fait l'effet d'une fille un peu spirituelle... Comme quoi, faut vraiment pas se fier aux apparences que les autres dégagent. « S'il y avait un paradis, tu l'imaginerais comment toi ? » Juste par curiosité. Aera saurait même pas ce qu'elle voudrait dans son paradis, mais sans doute rien de très poussé. C'est le problème quand on est un peu détachée de tout : plus rien n'a assez d'importance pour s'imaginer ne plus avoir que ça pour le reste de l'éternité. Elle aurait sans doute une guitare, ses amis, mais même ça elle peut pas dire que ça l'emballe au point de le vouloir au paradis. L'idée qu'elle finira six pieds sous terre ou, plus probablement, dans une urne, ça lui convient bien. Un début, une fin, and everything in between. Histoire de lui donner matière à vivre plus intensément tout, tant les morceaux de bonheur que la haine profonde qu'il lui arrive d'éprouver. Roma lui donne une explication et elle comprend bien vite que c'est juste un prétexte, et qu'elle est simplement gentille à ce point : assez pour offrir spontanément quelque chose sans avoir d'autre raison que l'envie de le faire. Aera est capable d'être comme ça, mais uniquement avec un cercle intime ; c'est peut-être pour ça que seuls les gens qui la connaissent vraiment sont capables de parler d'elle en la décrivant comme généreuse, ce qu'elle n'a pas la prétention d'être en règle générale. Roma, elle, a l'air d'être comme ça tout le temps. « Merci, c'est adorable » fait-elle avant d'observer le cocktail tandis que la candidate lui explique comment il se compose. Elle croit bien n'avoir jamais entendu parler de cet alcool, ni du kokum qu'elle n'est pas parvenue à trouver ici. Aera peut pas se targuer d'avoir une connaissance étendue en matière de marques ou types d'alcool en dépit de sa capacité à picoler souvent plus que de raison, elle se contente de ses basiques locaux, ou des alcools traditionnels : la vodka, la tequila, et tout ce qu'elle regrette d'avoir bu chaque fois qu'elle se réveille avec la gueule de bois. « Si on m'avait dit que je découvrirais de nouveaux cocktails dans l'émission, je l'aurais pas cru ! » elle reconnaît en riant. La proposition de toast lui va bien et elle hoche la tête en levant son verre pour trinquer avec Roma avant de boire une gorgée. Elle savait pas à quoi s'attendre mais est surprise par la douceur, un peu sucré, un peu acide, ça lui fait penser à ses propres margarita qu'elle dose toujours bien trop mal. Elle saura vers qui se tourner désormais pour compenser ses lacunes. « Mmmh c'est vachement bon ! » elle fait, ravie avant de reprendre une gorgée. « T'es officiellement ma mixologue pour le reste du jeu ! » ajoute-t-elle, le regard malicieux. Pas qu'elle viendra la voir tous les jours pour un autre cocktail, mais ça peut au moins lui donner des idées de personnes avec lesquelles partager ce genre de moment. Aera acquiesce, ça fait effectivement un moment qu'elles n'ont pas passé du temps juste entre elles, la plupart du temps elles se croisent ou ont des discussions à plusieurs si bien que l'époque de leur colocation lui semble déjà lointaine – bien trop à son goût. Impossible de ne pas éclater de rire à la tentative de Roma pour lui soutirer une anecdote honteuse sur elle. Faut dire qu'elle en a en stock Aera, et qu'elle se prend pas assez au sérieux pour refuser de passer pour une idiote devant les caméras. « C'est pas forcément un secret, mais quand j'étais adolescente j'étais hystérique avec les mecs. » Ce qu'elle n'a jamais caché depuis qu'elle est entrée dans le jeu. « Quand j'étais à fond sur quelqu'un, vraiment, j'étais à fond au point de faire n'importe quoi. J'avais un crush sur un type de mon lycée avec qui je m'entendais bien, on a fini par sortir plus ou moins ensemble. Sauf qu'un jour j'ai vu sur son téléphone un message d'une autre fille qui lui donnait rendez-vous et plutôt que de le confronter, je l'ai suivi et quand il a rejoint la fille, je suis sortie de ma cachette et j'ai tapé la crise de jalousie du siècle... c'était sa sœur. Inutile de te dire qu'on en est restés là lui et moi. » Elle se marre, parce que ça lui paraît être une autre vie, ou au moins une autre Aera. L'adolescence a été une étape compliquée pour elle, entre manque de confiance en elle et propension à tout exagérer, et elle a du mal à croire qu'elle ait pu être tarée à ce point quand on la voit maintenant, complètement à l'opposé. « A ton tour, raconte moi un truc que t'as jamais dit à personne ici. » De préférence honteux, mais elle aura sans doute compris le message subliminal.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Mer 6 Mai - 1:13

Roma elle a donné dans le spirituelle, dans le délire avec les dieux, les offrandes et les bougies devant les effigies de Vishnou, Brahma et compagnie. Elle a fait tout ça, sans jamais avoir vraiment de très grandes convictions là dessus. Bien sûr cette éducation à eu un effet sur elle, sur l’idée qu’elle se fait du monde. Son appréhension de la vie et de ce qui l’entoure. Elle reste sensible à toute cette spiritualité qui l’a accompagné pendant des années. Mais elle fait le tri et a décidé de retirer toutes les icônes de son passé. Avant chez elle, y avait toujours un autel à un dieu devant l’entrée de la maison. Autel garni de bougies et d’encens. Chez ses parents c’était Ganesh protecteur du foyer, lorsqu’elle habitait avec le père de ses enfants c’était Shiva pour la fertilité. Tout ça c’est derrière elle bien qu’elle continu d’aimer l’idée de réincarnation. « Oui, je le pense vraiment. J’ai été élevé dans la tradition hindou et on a pas la même représentation du paradis ou encore de l’enfer que dans les religions catholiques. On en parle un peu comme une escale après la mort et avant la réincarnation. L’idée d’un endroit éternel ou on peut se prélasser toute la journée, ça n’a pas de sens dans l’hindouisme. S’il y a un début, y a forcément une fin non ? » Ça c’est pour la partie technique. Ce qu’elle pense elle, est bien plus simple. « Je crois pas en cette notion, c’est du flan. » Après chacun est libre de penser comme il veut et Roma elle respecte ça. Elle en parle librement avec Aera parce qu’elle a le sentiment que c’est quelque chose qu’elles ont en commun. Mais jamais elle ira tenir un discours aussi catégorique devant une personne qui croit dur comme fer à ces idées. Des idées qui pour Roma sont totalement dépassées. Il y a quelques années elle peut comprendre, quand la science n’était pas aussi avancée qu’on ait besoin de réponses et qu’on les trouve dans ce genre de légendes, mais aujourd’hui ça n’a plus lieu d’être. Elle nuancerait en disant que c’est quand même un patrimoine à conservé, sans pour autant en faire des doctrines de vie. « Je sais pas trop, si je devais imaginer un lieu précis je dirais une forêt près d’un lac avec un champs de fleur. Un endroit où je peux dessiner toute la journée entouré de ma famille. » Un truc comme ça, elle est pas tellement convaincu n’ayant pas laissé le temps à la question de faire son effet pour lui sortir quelque chose de vraiment intéressant. Bref, elle met de coté ses pensées métaphysiques pour se concentrer sur Aera qui semble surprise de l’attention de Roma. Bien sur c’est par plaisir, elle n’attend rien en retour si ce n’est une petite soirée sympa. Et c’est pas demain la veille qu’elle restreindra ce genre de gentillesses dont elle a le secret. Au quotidien, y en a qui pensent à tord que ça la rend faible ce genre d’attentions. Qu’elle est trop gentille et forcément elle se fera avoir. Elle a un coté naïf Roma, c’est vrai. Elle donne sa chance à tout le monde, mais elle sait se défendre. Elle est douce, mais loin d’être faible. Pour elle c’est un atout son caractère, après tout ici ça lui sert bien d’être une nana sympa qui aime faire plaisir aux autres. C’est pas calculé, mais elle a assez de recule pour se rendre compte que c’est certainement pour ça qu’elle est depuis deux semaines dans le haut de la côte de popularité. Elle explique le cocktail à Aera essayant de pas dire trop de bêtises, parce que sa réputation de Nair est en jeu là. Elle est contente parce que Aera aime bien, elle affiche un large sourire avant de pouffer d’un rire pas très convaincu. « C’est le seul cocktail dont je connais à peu près la composition et je suis même certaine que mon père me dirait que je l’ai fait de travers. » Alors de là à devenir sa mixologue attitrée.. pas certaine que ce soit une bonne idée. Par contre elle aime bien l’idée de tenter des potions magiques de ce genre, sans trop savoir ce que ça donnera. « Je suis contente que ça te plaise, t’auras forcément droit à une place d’honneur chez les Nair. » Enfin dans un monde parallèle où Aera rencontre la famille de Roma. Pire dans un monde ou Roma est encore en contact avec sa famille. Maintenant que l’alcool est goûté c’est le moment d’essayer de lui extirper des secrets honteux tout en subtilité bien sûr. Roma elle fait les gros yeux surpris quand elle lui parle de son hystérie passée avec la gente masculine, elle a du mal à l’imaginer de cette façon tellement ça tranche avec sa personnalité actuelle. Elle qui semble si détachée au quotidien. Elle expulse un rire joyeux face à la chute de son histoire. Le coup de la soeur, elle l’avait pas vu venir. « Tu étais vraiment comme ça ? » Elle arrive pas à l’imaginer en ado hystérique sur les mecs de sa classe. Maintenant que c’est à son tour elle se sent pas tellement fière de lui avoir posé cette question. Elle réfléchit, le nez froncé. Y a beaucoup d’infos un peu honteuse qu’elle a pas partagé ici, alors y a le choix. Elle pourrait lui raconter un truc de mauvaise mère, genre le coup où elle a oublié la plus jeune de ses filles dans l’ascenseur. Mais bon elle préfère resté dans le thème « romance ». Elle boit une gorgée, un petite sourire sur les lèvres une fois avoir trouvé une info intéressante. C’est peut-être moins risible que l’histoire d’Aera, mais ça fera l’affaire. « J’ai eu mon premier orgasme il y a à peine trois ans. » C’est pas une blague, elle rigole doucement face à la tête d’Aera. « Je te jure j’étais si peu dégourdi que j’ai cru que j’avais une crise cardiaque. » Quand elle repense à ce moment et à la tête de Rob ce jour là. Il aura quand même fallut attendre des années avant qu’elle vive un moment aussi intense au lit, alors que bon entre temps elle a quand même eu deux gamines, ça n’a pas de sens. « C’était quoi ta plus longue relation ? » Histoire de se faire une idée de quand la Aera hystérique a laissé place à celle qu’elle a en face d’elle ?

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Mer 6 Mai - 23:09

C'est pas con, cette histoire de réincarnation. Bien sûr, elle connait, son père est bouddhiste, croyant, relativement pratiquant et elle en a souvent entendu parler quand il tentait de développer en elle un semblant de spiritualité mais elle a toujours été plus imprégnée de la religion catholique, parce qu'elle est (était) plus proche de sa mère. Elle trouve que la réincarnation c'est un entredeux intéressant, même si pour elle tout ça c'est des conneries : elle voudrait pas se réincarner dans un truc à la con, genre une vache. Ce serait une déchéance pour elle, mais faut dire que son absence totale de spiritualité n'aide pas à réellement se projeter dans l'hypothèse. « Je te comprends, je suis pareille. Je crois pas non plus à la réincarnation tu me diras, mais ça c'est une histoire entre moi et moi. » Au grand regret de ses parents, mais ils ne sont plus vraiment à un regret près avec l'enfant indigne de la famille, là où son frère réussit tout ce qu'il fait. Deux poids, deux mesures, chez les Park, entre Ae-Ra la sale gosse et Ji-ho l'enfant prodige revenu de son service militaire avec les honneurs, actuellement employé de bureau avec une jolie femme à son bras qu'il compte épouser d'ici deux ans avant de lui faire un gosse. On ne pourrait pas faire plus différents qu'eux deux, et ses parents se sont jamais fait prier pour le laisser entendre. Aera se reconcentre sur ce que lui raconte Roma, et sa description du paradis qui lui arrache une grimace. Cette proposition, elle s'y emmerderait c'est certain. Aera n'aime pas l'immobilisme, il faut qu'elle soit en action, en mouvement et le fait que Roma l'ait trouvée calmement installée dans le canapé est très inhabituel. Elle mettra ça sur le compte d'une nuit de sommeil écourtée. « Mmmh. Je te laisse ton paradis dans ce cas, je réfléchirai au mien un jour » elle répond dans un sourire mutin, même si elle sait déjà que non, elle n'y réfléchira pas. Leur attention se tourne vers le cocktail qu'elle a eu la gentillesse de préparer et Aera ne peut s'empêcher de rire parce qu'elle voit tout à fait le père de Roma maugréer que c'est pas la vraie recette. C'est un truc de parents, ça, de toujours vouloir que leurs gosses fassent exactement comme eux sans la moindre liberté de création. « T'es proche de tes parents ? » elle demande alors, parce qu'un truc dans sa voix, sa façon d'en parler lui a donné l'impression que ce n'était pas le cas. Aucun risque de la voir la juger là-dessus, elle n'est pas franchement la daughter of the year, mais elle trouve toujours intéressant d'en apprendre plus sur la vie des autres d'une façon détournée. Les relations familiales en disent toujours long, bien plus qu'on se l'imagine. « Ecoute, je ne sais pas pour ta famille, mais si j'arrive à avoir une place d'honneur avec toi ici, ce sera pas si mal » fait-elle avec douceur. Parce que Roma est une crème, une vraie de vraie, peut-être qu'elle cache bien son jeu et que sous sa gentillesse se cache un énorme tempérament de peste, mais si c'est le cas, Aera veut bien lui filer toute sa cagnotte pour récompenser la performance digne des Oscars. Ca ne veut pas dire que Roma n'a pas de caractère, au contraire, c'est un peu comme elle : des gentilles qu'il ne faut pas trop pousser pour s'éviter le retour de flammes. Son anecdote a l'air de l'amuser, et elle hausse les épaules l'air de dire que ouais, elle était vraiment comme ça et qu'elle en a un peu honte quand elle y repense. Ca n'a jamais pris des proportions dramatiques parce qu'elle a fini par se calmer avec son premier vrai petit-ami, mais de ses 15 à ses 18 ans, elle était un vrai cauchemar sur longues jambes. Entre les émotions amplifiées de l'adolescence, l'inévitable complexe d'infériorité sur tout et sur rien et le besoin de se faire aimer, on ne pouvait pas s'attendre à un miracle. Elle avait juste besoin de grandir, de mûrir un peu, et quand elle est parvenue à le faire, elle s'est révélée : l'adolescence, c'était la chrysalide dont elle s'est échappée dès qu'elle l'a pu pour devenir sensiblement celle qu'elle est aujourd'hui. Ca la fait toujours rire quand les candidats sont surpris soit de découvrir son passé d'hystérique, soit qu'elle ne l'est justement pas du tout à présent. Aera est tout l'inverse : chill, pas le genre à faire de vague, pas le genre à s'énerver sans avoir une vraie bonne raison et pas le genre non plus à se prendre la tête. Pas le temps pour les gamineries. « Je sais, c'est difficile à croire, mais j'ai eu une phase à l'adolescence un peu compliquée. Je me cherchais beaucoup. » C'est au tour de Roma de raconter un truc un peu embarrassant sur elle et elle manque s'étouffer dans sa boisson quand elle lui parle d'orgasme, principalement parce que c'est pas le genre de discussions que t'as avec quelqu'un que tu connais à peine. Mais tant mieux, ça veut dire qu'elle se sent à l'aise en présence d'Aera, assez pour confier un truc relativement intime. « Ah ouais, une crise cardiaque, à ce point... ! » Elle rit de plus belle. Elle pourrait pas comparer un orgasme à une crise cardiaque, mais chacune le vit différemment, elle suppose. « Et alors ? Ca t'a changé la vie ou pas ? C'était avec ton mari ? » Faut pas la lancer sur des confidences du genre, Aera, elle est trop curieuse et sans gêne pour pas rentrer à fond dans le sujet. « J'en ai pas eu depuis un moment... » elle reconnaît en se marrant avant de poursuivre. « Pas avec un homme, du moins. » Sourire entendu, et non, ce n'est pas parce qu'elle a viré de bord. Elle a simplement l'avantage de bien se connaître, et ça contribue nettement à ne pas perdre de temps et aller à l'essentiel. « Deux, en gros. De mes vingt à mes vingt-deux ans. Mais on a passé presque un an séparés parce que j'étais à Londres pour mes études, du coup c'est pas très représentatif. C'était mon deuxième petit-ami et le premier vraiment sérieux. Ca s'est fini de façon amicale : il m'a trompée, je l'ai trompé, on s'est avoué qu'on ne s'aimait plus et on s'est quittés en bonne intelligence. » Ca l'amuse toujours de raconter la fin de leur histoire, suffit qu'elle parle de tromperie pour qu'on parte du principe que le mec était un connard fini. Dans la pratique, c'était plus compliqué que ça. Mais quitte à parler d'histoires compliquées... « Qu'est-ce qu'il s'est passé avec ton mari ? J'ai cru comprendre que vous étiez mariés mais que vous viviez un peu séparément... » Elle se montrera pas trop intruse si Roma refuse obstinément d'en parler, mais puisqu'elles en sont aux confidences persos, autant jouer le jeu jusqu'au bout et poser les vraies questions.

Spoiler:
 

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Sam 9 Mai - 0:49

Elle a toujours été sceptique Roma, même si elle s’est laissé porté par la religion de sa famille. Cette spiritualité elle la rejette pas en bloc, mais disons que chez elle ça tournait un peu trop autour de ça. Quitte à prendre des décisions stupide parce que Ganesh semble approuver. Elle parle de tout ça à ses filles, des déités hindous de leurs significations … mais chez elle y a pas d’autel. Et y a pas de rituels imposés. Elle trouve ça important de leur en parler pour leur offrir la possibilité de se tourner vers cette spiritualité si ça leur plait, tout en pensant à leur faire comprendre que ce n’est pas quelque chose qui doit constamment guider nos vies. Sur ça, les deux jeunes femmes se retrouvent. Faut dire que la question d’Aera sur le paradis de Roma ça la prend un peu au dépourvu, parce qu’elle a jamais réfléchis à cette question et qu’elle aime pas tellement l’idée du paradis. Les phrases du style « je serais bien quand je serais au paradis. » ça ne trouve pas écho en elle. Elle préfère profiter de son existence plutôt que d’essayer de préparer un hypothétique passage au paradis. Mais quitte à l’imaginer, elle se dit que serait un endroit calme, dans la nature. Très peu pour la coréenne. Elle rigole doucement. « J’ai oublié de mentionner la présence d’un bar flottant. » Au milieu du lac, histoire de satisfaire la party girl de l’aventure. La question des parents. Géographiquement elle est très loin d’eux ça c’est sûr, mais pour le reste ? « Je l’ai été, longtemps. Ce sont des gens merveilleux. Ma mère est certainement la personne la plus douce que j’ai connu. Et mon père… un bourru au grand coeur. » Quand elle y repense ça lui pince le coeur. Parce que tout allait bien entre eux, malgré tout. C’est elle qui a décider de creuser un fossé énorme. Sur un caprice ? Non, c’était pas un caprice, mais elle imagine très bien certains membre de sa famille qualifier son comportement de capricieux. « Aujourd’hui on se parle plus, j’ai fais des choix qui ne leur convient pas. Et si je devais deviner ce qu’ils pensent de moi… je dirais qu’ils ont certainement honte de leur fille. J’ai déshonoré la famille. » Elle hausse les épaules, c’est triste à dire mais c’est la vérité. Elle n’exagère pas, elle pèse ses mots. Elle a le sentiment qu’Aera comprendra tout ça. C’est une intuition. Elle se trompe peut-être. «  Les liens familiaux c’est important, aujourd’hui j’ai des amis que je considère comme ma seconde famille. » Elle esquisse un sourire vague. Elle regrette la complicité avec sa mère, ses soeurs et son père. Mais ce qu’elle a gagné n’a pas de prix. A peine les premières gorgées avalées, Roma elle compte déjà sur l’alcool pour délier la langue d’Aera, elle veut un secret un peu honteux. Et elle est servit, elle aurait jamais imaginé qu’elle pouvait être comme ça avec les mecs. Après tout à l’adolescence on est pas la version finale de nous-même. Roma, elle rasait les murs à l’école. Elle se contentait d’avoir des bonnes notes et comptait ses vrais amis sur les doigts d’une main. Elle cherchait pas la popularité, ne trainait surtout pas avec des garçons à moins que ceux-ci fassent partie de sa famille. Elle en serait presque jalouse de ce genre d’hystérie là. « Comme nous tous non ? » C’est un peu le principe de l’adolescence, se chercher. Certains mette plus que cette période de la vie pour se trouver. Comme Roma, ça fait peut-être quatre ans qu’elle est enfin elle-même, pas plus. Quand son tour vient elle ne se dit pas que sa confession pourrait être un peu gênante. Ça fait un petit moment qu’elle est totalement à l’aise pour parler de sexe. C’est toujours quelque chose qui la rendu curieuse, elle n’était pas timide sur ce sujet, mais disons qu’elle n’avait ni les mots ni l’expérience pour en parler. Quand elle a réussit à pallier ce manque, ce n’était plus un problème pour elle de parler librement de sa sexualité. La coréenne elle manque de s’étouffer avec sa boisson et c’est qu’à ce moment là que Roma elle se rend compte qu’elle aurait peut-être du y mettre un peu les formes. Elle ricane doucement. Oh oui ce fut une vraie découverte pour elle, son coeur s’est tellement emballé qu’elle a cru qu’il allait sortir de sa poitrine. « Je te jure. » Elle expulse dans un soupire sur le ton de la confidence. « Clairement oui, je connaissais pas mon corps avant. Depuis ce jour je me sens tellement mieux. C’est hyper important de pas avoir peur de son corps, quand j’y pense j’ai quand même gâché de nombreuses années … » Quand à savoir si c’était avec son mari ? Sur cette partie là elle expulse un petit sourire contrit. Déjà parce qu’elle doutait encore que tout le monde était au courant pour son mari ? Ou peut-être que Aera ne fait que supposer qu’elle était marié vu qu’elle a des enfants ? « Pavaan ? Oh non, le sexe avec lui c’était doux… mais pas exaltant. » Il se contentait de faire son affaire dans le respect le plus sacré de sa femme dans l’espoir d’une naissance future. Semblerait que pour Aera ça fasse un moment qu’elle a pas partagé son lit avec un homme, c’est le cas aussi de Roma. Ces derniers temps elle avait même pas le temps pour sortir avec ses copines alors un homme. « De toute façon on a mécaniquement pas besoin d’un homme pour ça. » Certains sont tellement ignorant sur le corps de la femme, c’est la société qui a créer ça, alors autant se satisfaire soi-même. Même si la présence d’un homme dans son lit c’est quand même quelque chose qui lui manque parfois Roma. Souvent même. Pour rester dans le thème, Roma la questionne sur ses anciennes relations. Deux ans et en coupure. C’est rien comparé aux années qu’elle a passé avec Pavaan. Elle sourit sur la fin de sa confession. Il l’a trompé, elle l’a trompé. Et ça correspond bien à Aera qui ne se contente pas de remettre la faute sur le mec parce que c’est facile. Comme certaines disent « c’est tous des connards de toute façon ». « C’est une belle fin de relation. » Mature et intense, comme Aera. Comme elle le soupçonnait, elle connait bien l’info sur le mariage de Roma. Elle fait la moue. Fallait bien que ça arrive. « C’est compliqué ». Elle expulse dans un soupire avant de prendre une bonne gorgée de sa boisson. Une relation compliquée, mais surtout c’est complexe pour elle d’en parler sans que l’amertume des années passées lui revienne en pleine face. Mais le pire, c’est quand elle repense aux bons moments. A la naissance de Jessie, puis celle de Sonja par exemple. Quand elle lui a annoncé être enceinte. Ou les joies simples comme l’acquisition d’une nouvelle voiture. Lui parlant du boulot, elle parlant des enfants. Il était doux, gentil, fidèle. Un homme drôle, maladroit pour montrer son affection. «  Je crois que je rêvais simplement d’autre chose et un jour je me suis rendue compte qu’il ne pouvait pas m’offrir tout ça. »  Pavaan Khan, le premier homme de sa vie après son père. Le papa de ses gamines. « Finalement ça se résume à une chose très simple: je n’étais pas amoureuse. » Elle hausse les épaules, peut-être que le temps aurait fait naitre l’amour. Non, son destin était ailleurs. Elle reste silencieuse, perdue dans ses pensées qui re-dessinent les contours du visage de son mari. « Bref. Ta famille te manque ? » Elle enchaîne histoire de dévier la conversation sur Aera. Parce qu’après plus de deux semaines de jeu, peut-être que les esprits commencent à penser aux familles. Bon elle, elle a pas attendu une semaine pour pleurer le manque de ses filles, mais c’est autre chose.

Spoiler:
 

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Sam 9 Mai - 22:06

Impossible de cacher un sourire entendu à la mention d'un bar flottant au paradis. De toute façon elle imaginait pas les choses autrement qu'avec de l'alcool comme récompense, Aera. Peut-être parce que c'était un truc culturel, ou que c'était sa façon à elle de se révéler plus facilement sans la problématique de l'inhibition, mais elle fait partie de ces gens qui ont l'alcool festif, convivial, qui voient ça comme une activité à partager entre amis. C'est pas le truc qu'elle fait seule, on la voit jamais picoler comme un trou sans une vraie bonne raison – généralement une sortie entre amis – et c'est peut-être la seule chose qui évite qu'on la considère comme une alcoolique. « Ok, vu sous cet angle... » elle répond en glissant un clin d'oeil complice. Elle sent que Roma a du mal à parler de sa famille sans une pointe de regret et au vu de ce qu'elle raconte sur leur situation actuelle, elle peut comprendre. Ca attise sa curiosité : qu'est-ce qu'elle a bien pu faire qui puisse à ce point lui valoir la honte de ses parents ? Faut croire qu'il y a une thématique récurrente chez les candidats, sur les familles aux intentions douteuses qui sont capables de rejeter leur gosse plutôt que d'essayer de les encourager. L'histoire qu'elle raconte lui est douloureusement familière et elle doute être la seule à avoir ce profond sentiment d'être le vilain petit canard de la famille. La différence entre Roma et elle, c'est que ça lui convient à Aera là où Roma a l'air triste de ne pas pouvoir les avoir près d'elle comme soutiens. « Je sais pas si les liens familiaux sont si importants... » elle relève calmement. Unpopular opinion, plus encore venant d'une Coréenne pour qui la famille est le premier – et plus important – pilier social, culturel et traditionnel. « Enfin, plus exactement, je pense qu'on s'obstine parfois à vouloir que ça fonctionne parce que les liens du sang blablabla même quand il est évident qu'à part ce lien du sang, rien ne nous unit. On dit que les amis c'est la famille qu'on se choisit, mais pour moi c'est la pure vérité : j'ai pas eu le choix d'avoir la famille que j'ai, mais j'ai fait le choix d'avoir les amis que j'ai, ça demande un degré d'engagement et de vulnérabilité nettement plus important. » Mais elle parle sans doute avec aigreur et peut-être qu'elle aurait une vision différente si ses relations avec ses parents n'étaient pas aussi distendues. Elle s'attend pas à ce qu'on comprenne, ni à ce qu'on accepte son point de vue mais elle n'a jamais supporté la pression sociale qui veut que la famille passe avant tout. Non. Pas pour elle. Pas chez elle. Sa famille, ce sont avant tout les amis qui ont toujours été là même au plus bas de son existence, qui plutôt que de la juger ou de la dénigrer ont essayé de comprendre et de l'accepter. Mais Aera sent que si elle se lance sur le sujet familial, elle en a pour des heures et il y a un monde entre révéler à la terre entière qu'on ne s'entend pas avec sa famille et les critiquer ouvertement sur une chaîne de télévision – et les embarrasser encore plus qu'ils ne le sont déjà avec elle. Et puis, les Park sont doués pour faire semblant et afficher un front uni, il ne faudrait pas aller à l'encontre de cette image-là en brossant un tableau un poil plus honnête de la réalité... « Je sais pas... regarde Jill, elle a l'air plutôt sereine dans sa vie d'ado. » Certes, elle a pas les faveurs d'Aera mais on peut pas nier qu'elle est plutôt constante dans sa façon d'être et n'a pas l'air spécialement mal dans sa peau ou hystérique. La discussion dérive sur des confidences plutôt personnelles, et si Aera n'a pas de véritable problème à discuter sexualité, elle doit bien reconnaître que Roma n'est pas la première personne à qui elle aurait envisagé d'en parler. L'échange est pourtant naturel et lui rappelle toutes les fois où ses amies et elle ont débriefé après une nuit avec un homme. « Ca reste encore vachement tabou. En tout cas chez moi. La notion de plaisir féminin c'est pas un truc dont on parle facilement – ou dont on parle vraiment en fait. Le plus important c'est que tu sois pas passée à côté toute ta vie... » Elle trouve ça étrange que l'heureux élu n'ait pas été son mari mais se garde de partager ce commentaire étant donné qu'elle ne connait rien de leur histoire. « Du coup tu faisais quoi, tu simulais ? » Ca l'a toujours intriguée, le concept de simuler, sûrement parce qu'elle est trop honnête pour s'emmerder à faire croire qu'elle a pris son pied, mais elle sait que beaucoup de femmes le font et elle trouve ça dommage, ça va à l'encontre de l'objectif premier. L'égo des hommes a pas plus d'importance que le plaisir des femmes, elle en est convaincue et ça même si son rapport au sexe est biaisé de longue date. « C'est vrai, on n'a pas besoin d'un homme pour ça. Si jamais ça devient trop dur dans le jeu, je crois que Rosa pourra voler à ta rescousse » elle fait en se marrant parce qu'elle a entendu parler de Rosamie et ses vibromasseurs – le genre de trucs qu'Aera aurait jamais envisagé de foutre dans sa valise. « Ou peut-être Petra à la boutique de souvenirs, je suis sûre qu'elle a ce qu'il faut » elle ajoute dans un sourire entendu. Faut bien s'occuper dans ce village. Elle hoche la tête à la remarque de Roma, consciente que tout le monde n'a pas la chance de se quitter en si bons termes. Mais ça dépend aussi du degré de passion qu'on met dans sa relation et ça lui est rarement (si jamais) arrivé d'en éprouver vraiment et encore moins sur le long terme ce qui la rend sans doute plus à même de rompre sans que ça parte en cris et larmes. En même temps, on ne peut pas avoir le cœur brisé si on ne l'a jamais donné en premier lieu, ceci explique cela. « Oui. Mais c'est symptomatique de mes relations avec les hommes. » Et donc pas forcément une si bonne chose. Aera embraye sur le sujet du mari de Roma, dont elle parle peu mais avec lequel elle partage quand même deux filles : leur histoire ne peut pas être anodine. Elle la sent très mal à l'aise et comprend sans peine qu'elle n'a pas envie de s'étendre sur le sujet. Si curieuse soit-elle, Aera n'est cependant pas le genre à forcer pour satisfaire cette curiosité ; si Roma a un jour envie d'en parler plus librement, que ce soit lié ou non à son secret, elle accueillera ses confidences avec bienveillance mais ne la forcera jamais à en parler si ce jour n'arrive pas. « T'as déjà été amoureuse ? » elle demande alors, dans une transition évidente. Si elle n'a pas été amoureuse de lui, a-t-elle été amoureuse de quelqu'un d'autre ? Quels secrets se cachent sous le sourire et la gentillesse de Roma ? Elle se rend compte qu'elle n'a jamais vraiment cherché à la connaître plus que ça et qu'il s'agit de la première véritable discussion qu'elles ont où elles peuvent se parler librement. C'est pour ça que, au moment de lui demander si sa famille lui manque, elle secoue la tête sans hésiter. « Non, pas vraiment. Mais tu l'auras sans doute compris, je suis pas très proche d'eux. On se comprend pas, sur plein de choses, ils ont honte de certains trucs qui se sont passés dans ma vie... bref, si on a un jour été proches, ça fait bien longtemps que ce n'est plus le cas. Mais mes amies me manquent beaucoup, on n'a jamais passé autant de temps sans communiquer. » Elle espérait les voir poster un petit truc sur sa page mais elles doivent avoir mieux à faire que de l'encourager – surtout que pour le moment, elle n'a pas vraiment connu de problème dans son aventure. « Je te demande pas si tes filles te manquent... » elle fait dans un sourire. Elle peut qu'imaginer le manque que c'est d'avoir ses enfants loin de ça et elle a beau ne pas être mère et ne pas être prête à le devenir, une part d'elle attend avec un peu d'impatience le moment où elle connaîtra ce sentiment. « J'imagine que décider de partir loin d'elles pendant plusieurs semaines n'a pas du être une décision facile... qu'est-ce qui t'a donné envie de le faire malgré tout ? » Ou plus simplement : qu'est-ce que Roma est venue chercher dans ce jeu ?

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Lun 11 Mai - 15:39

Elle a fait mouche, forcément. Avec son idée de bar flottant, c’est tout de suite plus intéressant non ? Elles en viennent à parler famille. Roma explique qu’aujourd’hui elle n’est plus proche de sa famille, parce qu’ils doivent sans aucun doute considérer qu’elle est le vilain petit canard de la famille. Quand elle en parle avec Aera, elle a la sensation qu’elle comprend. D’ailleurs elle enchaine sur les liens familiaux, nuançant les propos de Roma. Elle n’a pas tord, Roma se retrouve dans ce qu’elle dit, même si elle serait certainement moins dur dans ses propos. Elle aussi elle s’est fait une petite famille avec ses amis les plus proches. Ses filles les considèrent comme des oncles et tantes, ça veut tout dire. « Oui tu as raison, mais j’imagine que c’est la maman en moi qui aurait tendance à penser qu’on se défait jamais complètement des liens du sang. » Ça reste dans le coeur, pas seulement dans le groupe sanguin qu’on partage avec telle ou telle personne. Elle comprend alors que leurs situations familiale sont peut-être similaires, mais que l’aigreur du coté d’Aera semble beaucoup plus accentuée. Roma elle reproche pas grand chose à sa famille au final, c’est juste que les choses se sont mal goupillées pour tout le monde. Roma elle a toujours dans le coeur l’espoir que sa famille finisse par accepter ses choix, même si elle sait que ce sera difficile voir impossible. A partir du moment où tu déshonneur ta famille, y a pas de retour en arrière possible chez les Nair. Elle a entendu parlé de l’histoire de cette tante qui avait fait un scandale à une réunion de famille pour une histoire sans interêt et qui aujourd’hui est à peine tolérée. Les choix de Roma n’ont pas tourné autour du mauvais choix d’épice pour le repas en famille, non c’était bien plus grave que ça. Alors y a de forte chance qu’aujourd’hui le simple fait de prononcer son nom doit être vu comme une trahison. Mais ça lui manque de plus voir ses parents. Et surtout ça lui brise le coeur d’imaginer qu’ils puissent être affectés par ses choix. Aera se livre sur sa version adolescente, perdue. Selon Roma c’est un peu le passage obligatoire de l’adolescence. « Je sais pas, t’as l’impression qu’elle est heureuse toi ? » Qu’elle demande à propos de Jill, elle à l’air certes d’être en harmonie avec elle-même, s’assumer complètement comme la gosse grincheuse qu’elle est. Mais au delà de ça ? « Elle à l’air de pas trop savoir comment s’intégrer ici. » Ça doit être vrai aussi dans la vie de tous les jours. Elle est peut-être pas aussi perdue que l’adolescente Aera, mais clairement elle a pas encore totalement trouvée sa place. Pour Roma s’était difficile aussi, parce qu’elle avait justement l’impression de pas être à sa place. D’être la mauvaise pièce du puzzle qui tente à tout prix d’arrondir ses angles histoire que ça passe. Et si pendant quelques années on avait l’illusion qu’il s’agissait de la bonne pièce, au bout d’un moment y a les coins qui ont sautés et la pièce elle a quitté le puzzle pour en trouver un qui lui correspond mieux. Et c’est passé par l’apprentissage de son corps, du plaisir féminin. Clairement une grande étape dans sa vie de femme. Si à Londres la parole est clairement libérée, en Inde et en Corée c’est autre chose. Tout le monde n’avance pas de la même façon. « Ça viendra, c’est obligé. Ce sera le prochain gros changement mondial, ça se libère de plus en plus. » La parole se libère, les moeurs aussi. Et quand on voit que certains grands groupes s’en serve dans leurs campagnes publicitaires, clairement un effet de mode, ça donne espoir. « Ça aurait été bien triste. » Si elle était passé à coté de ça toute sa vie, bien qu’elle connait beaucoup de femmes qui n’ont aucune idée de ce que peut être le plaisir féminin. Et qui semblent vivre bien, parce qu’elles vivent un mensonge. « Non, je subissais en silence. » Elle lui répond dans un éclat de rire, parce qu’elle arrive à voir du recule sur la chose. Bien sûr faut pas prendre le mot « soumettre » dans la phrase au premier degré. Elle a toujours été consentante, malgré elle. C’est compliqué à expliquer. Elle comprend que c’est difficile à concevoir, mais suffit qu’elle s’imagine l’acte sexuel au moyen-âge, ça y ressemblait bien. Elle veut pas dénigrer son mari hein, qu’il soit atteint dans sa virilité ou une connerie du genre. « Il n’attendait pas de moi que je simule, c’était comme ça. Le but c’était pas le plaisir, mais la conception. » Qu’elle nuance histoire qu’on ai pas une mauvaise image de Pavaan quand même. Mais en même temps pas besoin d’un homme pour ça. « Oh oui je sais, elle est fière de sa collection. » Elle a partagé sa chambre avec Rosamie pendant une semaine, alors elle connait ses secrets. Quand à Petra ? C’est pas une mauvaise idée. Mais clairement elle a pas l’intention de se masturber devant les caméras et donner du matériel pour tous les sites pornos du monde. Elle est pour normaliser la masturbation féminine, mais pas pour finir sur la page d’accueil d’un site de cul. En ce qui concerne les relations qu’Aera a put avoir avec des hommes, il lui semblerait qu’elle soit plutôt mature pour rompre sans faire de drame. C’est plus compliqué que ça, elle en parle comme d’un symptôme. Elle songe ce qu’elle lui raconte, se demandant ce qu’elle donne quand elle est en couple Aera. Est-ce qu’elle se contente d’aller en surface parce qu’elle a peur ? Pensée qui lui échappe quand elle commence à parler de sa relation avec Pavaan, elle n’entre pas dans les détails mais l’idée est là. Sa prochaine question est pertinente. Elle lui fait non de la tête. « Pas vraiment non, j’ai déjà cru l’être. Après mon mari, en arrivant à Londres j’ai rapidement rencontré quelqu’un. Un homme qui était tout ce que Pavaan n’était pas, qui m’offrait tout ce dont je rêvais pour une relation entre un homme et une femme. Il m’a apprit à découvrir mon corps, la notion de plaisir. J’étais très attaché à lui, je pensais être amoureuse. Parce qu’il était le fantasme de toujours, l’homme qui me faisait me dire que j’avais eu raison de quitter Pavaan. Au final j’étais plus amoureuse de l’idée que je me faisais de cette relation. Mais pas de regret, vu que c’est l’un de mes meilleurs amis aujourd’hui. » Mais non, elle n’a jamais été amoureuse. Pas faute d’avoir essayé, Roma elle aime l’amour. Elle a le coeur romantique. Elle rêve de tomber amoureuse. « Et toi ? » Elle anticipe assez rapidement sa réponse qui devrait tendre sur du négatif. « T’as envie d’être avec quelqu’un ? » C’est surtout ça qu’elle souhaite savoir. Est-ce qu’elle a envie d’être amoureuse ? De plaire, d’avoir un homme dans sa vie ? Ou c’est juste la société qui la pousse toujours à tenter l’aventure, pour se retrouver avec des ruptures sans drame. Comme elle l’avait imaginée la coréenne n’est pas proche de sa famille. Et en ça elle se comprennent. « Tu dois avoir un sacré fan club chez toi. » Avec ses amies dont elle lui parle. Roma son fan club se compose de ses filles et de ses amis les plus proche. Peut-être que ça s’est étendue à la communauté indienne de Londres, mais vu que selon eux elle doit certainement être une « mauvaise indienne » elle a des doutes. « Ces fripouilles. T’as vu la photo sur ma page ? Elles essayent de faire croire à tout le monde qu’elles sont sages, je te jure. » Elle fait non de la tête, amusée par le comportement de ses gamines qui font de grands sourires sur les photos. Surtout la plus grande. Une vraie fripouille. « Bien sûr c’était difficile, mais quand je me suis rendue compte que l’émission pourrait être un atout pour nous... En gros c’est pour elle que je suis ici, alors même si la distance me brise le coeur, je fais avec. Et je pense à l’après. » Elle connait les risques qu’elle prend, elle les a considéré, elle a peur de temps en temps mais se contente de garder la tête haute et suivre ses objectifs. « On a besoin de ça. » Elle entre pas dans les détails, parce que de toute façon d’ici quelques heures elle le fera avec Costa, dans son ivresse. « Et toi ? C’est quoi ta motivation ? » Ou ses motivations ? Discrètement elle sert un peu de Feni dans leurs verres déjà vide. Faut pas en reste là.

jpp que mon correcteur remplace tout le temps Aera par aération. troll

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) — Mar 12 Mai - 18:22

Aera est clairement plus nuancée que Roma sur la question des liens maternels, mais elle suppose qu'elle peut pas vraiment juger tant qu'elle sera pas elle-même mère. Ca fait partie de ces trucs où tu penses que tu sais, mais que t'as pas vraiment le droit d'avoir un avis sur la question si tu l'as pas directement vécu. « Je sais pas, j'ai tendance à penser que les liens maternels sont pas déterminés par le fait de partager le même sang » elle commente, pensive, mais dans le fond elle en sait rien, peut-être simplement qu'elle a pas eu trop de chance à ce niveau-là. Roma est une bonne mère, ça ne fait aucun doute, et son côté maternel ressort aussi dans le jeu régulièrement. Elle se doute que l'Indienne n'a pas envie d'être réduite qu'à ça, mais ça la frappe nettement plus que pour une Mica ou une Maci, sûrement parce que Roma est douce et lui a toujours donné le sentiment d'être une fille posée, et que c'est l'image d'épinal d'une mère qu'elle a en tête. Aera aussi, elle est maternelle, mais c'est différent du seul fait qu'elle n'a pas d'enfant et peut pas comparer, c'est juste une fibre dans son corps pour l'instant plus qu'une réalité tangible. A la limite, le rôle de grande sœur lui collerait sûrement plus à la peau : c'est la fille qu'on vient voir quand on a fait une connerie parce qu'elle trouve toujours les mots pour rassurer, dédramatiser et penser à un plan d'action histoire de s'en tirer. Elle n'a jamais pu expérimenter directement avec son frère, mais elle le fait souvent avec ses amies. Y a bien une fille dans le jeu qui aurait besoin d'avoir une figure de grande sœur dans le jeu : Jill, mais Aera a envie de rire rien qu'à l'idée parce qu'elles ont beau ne pas vraiment se parler et donc ne rien savoir d'autre que ce qu'elles peuvent entendre sur l'autre, c'est presque acquis qu'elles feront partie de ces filles qui ne s'apprécient pas sans la moindre raison. Roma a l'air de penser que l'adolescente est pas si heureuse qu'il y paraît et ne sait pas vraiment comment s'intégrer. Elle hausse les épaules en réponse. La vérité, c'est qu'elle ne se préoccupe pas trop d'elle – ce qui va donc dans le sens des propos de Roma – mais que c'est pas calculé. Elle cherche pas vraiment à l'ignorer, ça s'est seulement fait comme ça, l'occasion de se connaître ne s'est pas présentée et à l'inverse d'une Rosamie qui met un point d'honneur à parler à tout le monde, Aera s'embarrasse pas à le faire quand elle juge que ça n'en vaut pas la peine. « Tu trouves ? J'ai pas trop fait gaffe. Elle a l'air plutôt bien dans ses baskets, plus que je ne l'étais à son âge. » Elle veut pas rentrer dans le discours de vieille, elles n'ont qu'une dizaine d'années d'écart, mais le fossé de la vingtaine est l'un des plus importants. Après ça, les écarts s'effacent. « Je me rends pas forcément compte de qui est intégré et qui ne l'est pas, c'est tellement relatif... » Elle saurait même pas dire si elle-même est intégrée, parce qu'elle parle pas à tout le monde et n'éprouve pas le besoin de le faire, elle n'est dans aucune côte de popularité, dans aucun sondage, ça lui donne le sentiment d'être parfois invisible aux yeux des autres, pas franchement la preuve qu'elle est intégrée outre mesure. Roma, à l'inverse, fait l'unanimité de ce qu'elle pense savoir, ce qu'elle a pu entendre ou lire. Tant mieux, elle le mérite. Comme Rosamie. Imperceptiblement, Aera se contracte quand Roma lui parle de ses relations avec son mari. Roma l'ignore (encore), mais y a des mots qui sont triggering pour elle, qui lui foutent la chair de poule ou la mettent profondément mal à l'aise. La notion de subir une relation sexuelle, par exemple. Mais elle suppose que c'est elle qui a un problème, parce que Roma a pas l'air de voir les choses sous le même angle, elle en rigole et faut croire que c'est un truc culturel, un devoir conjugal qu'on fait par obligation sans pour autant remettre la notion de consentement en question. Aera noie son malaise dans une gorgée de sa boisson et déglutit péniblement. « J'ai du mal à imaginer qu'on puisse pas rechercher un minimum de plaisir dans un rapport. Je dis pas qu'on le trouve forcément, mais c'est deux aspects étroitement liés pour moi... » elle lâche, franchement perturbée par le tournant de cette discussion, qui regagne en légèreté quand Roma lui raconte son histoire avec un homme, qui semble avoir contribué à son émancipation sexuelle et sentimentale en dépit de la fin de leur histoire. A défaut d'avoir un amant, elle garde au moins un ami et dans la tête d'Aera, ça ressemble plutôt à une victoire. « C'était peut-être un genre de message du destin, pour te faire goûter un peu au bonheur. Ou te faire apprécier ce que Londres a à offrir ? » elle suggère dans un sourire mutin. Roma lui retourne sa propre question et elle ne sait même plus comment répondre sans s'auto-paraphraser tant elle a l'impression d'avoir répondu très souvent à la question. Mais l'approche est un peu différente cette fois et apporte un nouvel angle à sa réponse. « C'est pas tant la question de vouloir être avec quelqu'un que de trouver quelqu'un qui me donne envie d'être avec lui » elle répond, armée d'un petit sourire au coin des lèvres. « Etre avec quelqu'un pour être avec quelqu'un, ça m'intéresse pas mais ouais, je reste une fille un peu sentimentale dans le fond, je voudrais bien rencontrer quelqu'un, tomber amoureuse, tout ça. » C'est pas faute d'essayer, mais elle doit faire un trop gros blocage parce qu'à chaque fois ça foire et c'est rarement la responsabilité de l'autre. Elle est assez cynique, Aera, et capable de prendre suffisamment de recul pour reconnaître que le problème vient d'elle plus qu'il ne vient des autres, qu'elle voudrait être amoureuse mais que ça implique des risques qu'elle n'est pas sûre d'être prête à prendre. « Peut-être que je suis jamais tombée amoureuse parce que je me réserve pour le grand amour tu sais. Genre ça va me tomber dessus un jour et tout deviendra plus clair » elle propose, même si elle le fait d'un ton moqueur parce qu'elle n'y croit pas le moins du monde, de la même façon qu'elle croit pas au concept d'âme sœur. Le commentaire du fanclub lui arrache un rire franc. « J'en doute ! Mais oui, j'ose espérer que mon groupe d'amis me soutient et que si j'étais nominée ils voteraient pour me garder dans le jeu ! » Mais clairement, le soutien n'est pas le même que quand il vient de deux petits bouts qui partagent des photos à leur mère sur son réseau social. Ca doit être dur d'être là sans elles, et elle a beaucoup d'admiration pour Roma sans même avoir besoin de connaître son secret : pour être ici et accepter de ne pas voir ses filles aussi longtemps qu'elle restera en jeu, c'est qu'elle doit avoir une raison qui en vaut vraiment la peine. Pas comme Aera. « J'espère que tu trouveras dans le jeu ce que tu cherches pour votre après » elle offre avec douceur, avant de tendre son verre quand Roma propose de la resservir. Sa motivation à elle est moins noble, elle n'a pas de grand message à faire passer, de grande cause à promouvoir, elle n'a pas désespérément besoin de fric... « J'avais besoin de sortir de mon quotidien et la publicité pour l'émission est tombée à un moment où je m'en sentais capable. » Elle pourra développer plus largement quand et si son secret tombe, parce que le timing n'a rien d'anecdotique, mais clairement sa présence n'est pas directement liée à son secret. « Du coup je m'interrogeais : ton mari est toujours en Inde ? Vous êtes toujours mariés ou vous allez divorcer ? » Elle ne veut pas se montrer intrusive, Aera, elle est juste incapable de pas chercher à en savoir plus chaque fois qu'elle parle à quelqu'un.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
night and morning, w/aera (mardi 19h09) Empty
Message (#) Sujet: Re: night and morning, w/aera (mardi 19h09) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: SALON-
Sauter vers: