Partagez
 

 Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Lun 4 Mai - 13:40

@roma

Costa, ça fait un moment qu'il est posé dans le coin cheminée avec son petit bloc notes et son stylo. Il s'est mis dans la tête de déjouer le grimoire, de percer à jour son algorithme et de comprendre les probabilités implantées dans son serveur pour savoir exactement quand était-ce le meilleur moment de jouer et être certain d'avoir de bons résultats. ça ne doit pas être bien compliqué, en théorie, même si, en pratique, il ne s'attend pas à des chiffres parfaits lui donnant une règle immuable. ça ne l'est d'ailleurs jamais, immuable, c'est le principe des probabilités. Tout ça, c'est un peu son domaine, même s'il excelle dans le foot italien qu'il connait par coeur, et pas du tout dans la lecture d'un vieux grimoire pourri, en général. ça reste le même principe, les mêmes maths à appliquer. Le seul truc, c'est, de un, qu'il n'est pas certain que tous les gains, positifs comme négatifs, soient déjà tous tombés au moins une fois mais dans le pire des cas, c'est pas trop grave, parce qu'il peut rajouter une inconnue avec un pourcentage quasiment nul. Et de deux, il doit farfouiller vachement loin dans sa mémoire pour retrouver les gains que tout le monde a déjà eus les deux dernières semaines. Il a convoqué Izïa plus tôt dans la journée pour avoir son aide à ce sujet, mais ça reste incertain. Bref, il est plongé dans ses notes en italien, pour que personne puisse capter son petit plan, quand des bruits de pas viennent perturber sa rêverie mathématique. Un coup d'oeil vers le haut lui révèle la présence de Roma qui s'approche pour investir elle aussi les lieux. « Salut » il l'accueille avec un fin sourire, l'esprit toujours à moitié focalisé sur ses probas. Mais maintenant qu'il se sort la tête de là, il se rend compte que le temps a vachement passé et il en profite pour délirer les jambes et s'étirer jusqu'à faire craquer son dos. « Si tu voulais t'entraîner au nu, c'est l'occasion, je t'autorise » il plaisante en désignant distraitement le carnet qu'elle a sur elle avec son propre stylo. Ils sont un peu l'attraction de la semaine avec leurs tétons à l'air. Costa, ça le gêne pas le moins du monde, à vrai dire. A Londres, il se tient un peu plus parce que c'est moins dans leurs mœurs, mais quand il vivait à Naples, il passait les trois quarts de l'année torse nu. Dès que le temps se réchauffait, les mecs du quartier et lui faisaient tomber le maillot. C'est un truc de famille. Et chez eux, le quartier, c'est la famille. Ils étaient entre eux. Quand il poussait jusqu'au centre ville ou plus loin, il se rhabillait, bien sûr, mais sur leurs terres ? Aucune raison, leur foyer c'était la rue. « Je me demandais » il commence sans anticiper. Il pose son cahier, bien décidé à papoter un peu, maintenant qu'elle est là. Et puis il y a un truc qui lui trotte dans la tête depuis le prime. Un truc qui a été dit, qui l'avait un peu surpris. « C'est vraiment moi que t'as désigné comme allié ? » A la chronique d'Elena, bien sûr, mais pas besoin de préciser. Il préfère s'assurer de la véracité des propos tenus au préalable, parce qu'on ne sait jamais avec elle.« Pourquoi ? » il demande avec un regard curieux. ça lui déplaît pas spécialement comme idée, mais c'est surtout que pour le coup, effectivement, si c'était sa véritable réponse, il l'avait pas vu venir.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Lun 4 Mai - 16:39

Plus qu'éméchée après le petit apéro avec Aera, Roma elle avait dit qu’elle allait se coucher et puis en arrivant dans sa chambre elle avait plus envie de se coucher. Alors au lieu de ça, elle passe son pyjama, short plus débardeur et récupère son carnet à dessin. La dernière fois qu’elle s’est fait une petite cession de dessin en étant ivre, elle s’est pas du tout retrouvé avec des chef d’oeuvres… mais sait on jamais peut-être que l’aura de Thrown Dice va lui permettre de dessiner la prochaine oeuvre d’art à la mode qui se vendra à prix d’or aux enchères de chez Christie’s. Le carnet entre les jambes, le crayon dans la bouche elle refait et défait son chignon, pour le refaire et le défaire une fois de plus. C’est finalement les cheveux dans les yeux qu’elle se décide prête pour se trouver un petit coin tranquille où elle pourrait se laisser aller à du grand art imbibé. La chambre non, parce que Micha voudra certainement dormir à un moment donné et que Roma risque de ronflé en mode gueule de bois. Le salon c’est non, y a toujours des gens qui trainent là-bas. Comme elle y a pas une heure, avec Aera et une bouteille de Feni. Elle opte donc pour le coin tranquille près du feu, sans se rendre compte tout de suite que Costa à déjà pris ses aises. C’est tranquille ici, parfait. Son regard se dirige vers Costa torse nu, enfin plutôt sur le torse nu de Costa qui la gratifie d’un « salut ». « Holà. » C’est comme ça qu’on dit non ? Ah non, c’est de l’espagnol. Elle frissonne quand il fait craquer son dos. Elle a toujours trouvé ça limite dégueulasse d’entendre les os craqués et ça marche aussi pour elle quand elle s’étire le matin. « Eurk. » Elle formule en se laissant tombé sur une banquette. Elle ricane un peu trop longtemps quand il lui parle de d’entrainé au nu. Elle a plus les bons dosages du rire. C’est un des symptômes les plus marquant chez Roma, quand elle est ivre. Ça et le faite qu’elle pense savoir parler parfaitement toutes les langues connues au monde. « Pour ça, t’es encore trop habillé, mon petit. » Ah oui, y a aussi les surnoms affectif de ce genre aussi. Mais c’est pas une mauvaise idée, alors elle ouvre déjà son carnet pour commencer à le dessiner. Après tout il a donné son feu vert. Pas sûr que ça ressemble à quelque chose cela dit. « Oui ? » Elle demande en relevant un oeil vers le torse qui lui parle. Ah, cette histoire d’alliée. A croire qu’elle est la seule a avoir vraiment analysé la question avant de répondre. Elle s’est pas sentie con pour autant quand elle a remarqué que tout le monde parlait de ses BFF de l’aventure. Elle aurait certainement pu citer Gianni oui. Mais vu qu’il est dans l’équipe adverse ça lui semblait pas vraiment idéal. Il y avait aussi les filles du pacte. Mais non là encore point de vu stratégique c’était pas forcément la meilleur idée que de révéler aux yeux de tous un pacte fait dans un jaccuzzi arrosé au champagne. « Oui, j’ai bien cité ton nom. Et c’est toi que j’avais cité la semaine passé pour le candidat le plus joueur ou je ne sais plus quelle connerie. » C’était peut-être stratège le bon mot ? Elle sait plus. Tout ce qu’elle sait c’est qu’Elena elle a changé son nom et le reste de la phrase pour faire un bordel avec Gianni. « Alors y a plusieurs raisons. » Elle se redresse, essaye de prendre le bout de son crayon entre les dents mais ça lui finit à coté de l’oeil. « Oups. » Elle se frotte l’oeil comme une enfant fatiguée. Un peu de sérieux Roma. « Déjà, parce que on est dans la même équipe. » C’est quand même un premier argument plutôt valable. « Ensuite je t’aime bien. » Bah oui, ça rentre en compte aussi. « Et puis je pense que t’es le gars le plus redoutable de la team et peut-être même du jeu. Et vu que je compte aller loin, je me suis dis que ce serait pas une mauvaise idée de faire de toi mon allié. » Après il a son mot à dire dans l’histoire. D’ailleurs lui il a cité qui ? Elle se souvient plus. Mais pas elle en tout cas. « Presley il m’a dit que j’étais pas du tout, mais du tout redoutable. Genre je suis trop gentille et tout. » C’est faux, elle est pas si gentille Roma. Pas toujours en tout cas. Pas quand ça peut la mettre dans la merde. « Mais je t’assure que même si je suis nulle au basket je ferais une très bonne alliée. » Non, elle fait pas sa pub. Pas du tout. « Je te ferais à manger. » Elle affiche un sourire taquin sur le visage.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Mar 5 Mai - 17:59

Costa, il était dans un mood concentré et archi frustré. Le grimoire, il en a putain de plein les couilles et il est pas loin de réellement péter un plomb de colère et le balancer par la fenêtre. Il peut pas s'empêcher d'aller jouer quand même parce qu'il est trop attiré par l'idée des gains qu'il pourrait avoir. Faut croire que c'est le putain de karma qui a décidé de le niquer pour tous les gars qu'il a plumés à son boulot et dans sa vie. ça le rend dingue. Il se voyait déjà, au mieux croulant sous les indices, les buzz gratuits et le fric, au pire nominé d'office, mais clairement pas tout bonnement ignoré. C'est ça qui le rend fou. Il la ramène pas trop sur le sujet parce qu'il lui reste un minimum de dignité mais clairement, à ce stade, il en est à essayer de se faire une idée sur les probas de chaque gain pour déjouer le système. C'est un peu comme ça qu'il a toujours vécu sa vie de petit merdeux de quartier populaire : niquer le système quand on peut, au début, parce qu'on peut pas faire autrement, puis dès qu'on le veut,  parce qu'on y a pris goût. Bref, l'arrivée de Roma, ça lui sort la tête de ses calculs et espoirs vains même s'il a du mal à se résigner. C'est surtout son expression qui le ramène à la réalité, et il hausse un sourcil, silencieux, amusé. Hm, c'est pas totalement sobre, ici. Du coup, il s'amuse, Costa, il plaisante, comme toujours. Il relève pas le petit nom ridicule qu'elle lui donne, parce que tout dans la réalité du monde rend compte de la stupidité de la chose : il a deux ans et deux têtes de plus qu'elle. « ça peut s'arranger, si ce n'est que ça » il sourit avec son arrogance élégante et coutumière. Costa, c'est pas le genre de petit con qui est frontalement prétentieux et arrogant, il est plus subtil, plus mesuré, ce qui le rend d'autant plus insupportable quand tu l'as repéré dans sa façon de parler. C'est pas comme Santo, par exemple, qui fonce tête baissée dans les portes déjà ouvertes. On les associe souvent par facilité parce qu'ils viennent du même endroit, et s'ils ont tous les deux hérité de la fierté napolitaine, ils l'expriment très différemment. Mais Costa, c'est pas Santo qui l'intéresse, là, tout de suite, il en a même franchement rien à battre de lui à l'instant t. C'est Roma qu'il couvre de son regard vert, Roma et son petit coup dans le nez, Roma et ses réponses étonnantes mais pas si détonantes que ça. Curieux, il accueille sans problème le fait qu'elle l'ait assimilé au plus joueur des candidats. Il est assez d'accord même s'il l'a pas encore spécialement montré pour l'instant. Malgré son ego qui le pousse à être vraiment con parfois, Costa il réfléchit un minimum, il a toujours pris les responsabilités pour tout et tout le monde, et ça lui a donné un certain recul. Certains se jettent la tête la première, lui il aime bien frapper un grand coup au bon moment. Il hoche la tête d'un air solennel. Même équipe, ça se tient, surtout avec leur effectif réduit. Elle l'aime bien. ça aussi ça se tient. « Jusque-là je te suis. » Il déconne toujours, mais il enregistre tout. C'est con mais c'est le genre d'infos qui est importantes à avoir. Puis il se marre plus franchement. « La pression que tu me mets, c'est juste un plan pour me faire craquer, avoue » il écarte le compliment d'une plaisanterie faussement modeste. Elle est maligne Roma, derrière ses airs bourrés, elle serait bien capable. Pas de chance pour elle, Costa réagit très bien à la pression. Il a l'habitude de devoir gérer des décisions de dernière minute. « Pertinent de la part d'un mec qui abandonne » il relève. Non mais Presley, c'est même plus la peine de prononcer son nom, sérieusement, quel intérêt ? Qu'est-ce qu'il a apporté à qui que ce soit ici ? Ou même à l'équipe ? «  ça se voit qu'il te connait pas. » Parce que Cos, il est intimement persuadé qu'elle est loin d'être une petite nana gentille, Roma. Pour lui, c'est une nana bienveillante, oui, certainement, mais qui sait aussi où sont ses priorités et quand elle doit se battre pour elles. Le genre à te rouler dessus si c'est nécessaire. Il étire un large sourire narquois, quand elle termine son plaidoyer. Quand est-ce que leur petite discussion s'est transformée en entretien d'embauche ? « Ah très bien, c'est le critère numéro un pour le mariage chez nous » il la taquine sans honte. Allez, Roma, c'est certain qu'elle est sortie du même moule que Lejla, à lui balancer des théories féministes même quand il est absolument pas sérieux. N'empêche, que son histoire, il y songe sérieusement. Pour l'instant, Costa, il se considère un peu comme un électron libre, entre les gens qui se promettent monts et merveilles et les alliances faites après trois jours sur base de rien. Lui, tout ça, ça l'intéresse absolument pas, parce qu'il ne compte pas faire dans le sentiment pour avancer. S'il doit nominer ses potes, il le fera. Pas de bon coeur, pas s'il peut l'éviter, mais sans scrupule. Il a sa petite grille interne et c'est la seule chose qu'il suit. Alors il considère pas l'idée de s'allier avec Roma en particulier, mais de s'allier avec quelqu'un. « C'est intéressant mais par contre, je suis pas sûr que j'ai envie de m'associer à quelqu'un qui se souviendra pas de notre accord demain matin » il roucoule en faisant des petits cercles avec son index juste devant le nez de Roma. Et puis Roma, est-ce qu'elle a pas déjà trois nanas qu'elle est pas supposée nominer ? ça vient avant ou après leur petit plan à eux ? ça l'amuse de décortiquer le truc, de parler alliance pour la première fois du jeu. Pour le coup, il est pas certain que Roma et lui aient la même vision du jeu et des limites qu'ils se posent. « Tu veux aller loin, pourquoi ? Tu vises quoi ? » il lui demande en reprenant ses mots, pas pour lui attribuer une note, mais réellement parce que ça l'intéresse de savoir ce qu'elle est venue chercher et pour quoi elle se bat.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Mer 6 Mai - 15:55

Elle a cherché Roma, à proposer un verre à Aera. Forcément, Roma elle tient pas l’alcool c’est pas un secret. Pas besoin de se descendre une bouteille de Feni pour qu’elle finisse saoule. Là, elle est pas non plus dans un degré de beuverie qui la fera vomir ou ce genre de bêtises, mais elle a la tête légère et les idées à l’envers ça c’est sûr. Normalement le plan c’était d’aller directement se coucher, se laisser tomber dans le lit à coté de celui de Michaela et oublier tout ça le lendemain. Au lieu de ça elle se décide à aller trainer du coté du coin cheminée, sans se douter qu’elle va croiser Costa en mode studieux là. Le carnet, le crayon il a tout du comptable là. Elle ajouterait une nuance, d’un comptable de narco trafiquant. Ahah, parce qu’elle connait pas de comptables légal qui fait son boulot torse nu là. Et encore moins tatoué de partout. Il lui propose une petite session de nu, sauf qu’il y a comme un hic. Pourquoi garder le pantalon ? « Ok, vas-y. » Elle provoque à son tour le petit rire ivre en supplément. Elle est pas pudique Roma, si ça le dérange pas, ça la dérange pas. Mais pas certaine que ce soit très productif comme séance de dessin vu qu’elle commence à voire double là. Elle connait aucun artiste qui fait des merveilles avec trois grammes dans le sang. A part peut-être tous les artistes des années pop art là, parait que niveau coke ça y allait fort. Elle pensait pas devoir se justifier autant sur ses choix durant la chronique d’Elena, enfin ici c’est plus une explication qu’une justification. Entre Izïa qui a flippé parce que Roma n’a pas mentionné leur pacte dans le truc, Gianni qui fait semblant de pas être vexé qu’elle l’ai pas cité … Costa c’est quand même plus compréhensible, vu qu’il devait pas tellement s’attendre à son choix, mais pour Roma c’était assez évident. Elle a pas réfléchis cent cinquante ans, une fois qu’elle s’était décidée à mentionner un membre de son équipe. Donc bah elle lui explique, tranquille entre deux coups de crayons maladroits. L’autre truc de la Roma ivre, c’est qu’elle prend tout au premier degré, elle a du mal à voir les couches de l’ironie dans ces cas là. Déjà qu’avec Costa elle se trompe une fois sur deux. C’est donc avec spontanéité et zéro filtre qu’elle continue la conversation. « Non non, pas du tout. Tu me demandes, je suis sincère. » Elle papillonne des cils. Elle aurait même pas songé à faire ce genre de plan là qui consiste à complimenter les gens pour leur foutre la pression et imaginer un hypothétique craquage. Encore moins avec Costa qui semble pas tellement le genre à craquer sous la pression. Contrairement à Presley qui s’était fait une image complètement déformée de Roma, juste parce qu’elle passe son temps à sourire et faire la bouffe. Il a à peine atteint la surface avec elle. « La connerie qu’il a fait. » Partir comme ça, il aurait pu être un véritable atout pour l’équipe s’il s’était sorti les doigts du cul lui. Mais non, il a préféré retourné à son confort, elle imagine. Vu qu’il a pas donné plus d’explications que ça. Elle lève des pupilles curieuses quand il annonce qu’il a fait fausse route, faute de vraiment connaitre l’indienne. Et toi Costa, tu la connais ? Du moins il semble être plus perspicace à son sujet. « C’est quoi ton avis alors ? » Sur la question Roma intimidante ou pas ? Elle en a pas le regard ça c’est sûr. Et puis comme ça elle pourra savoir s’il pense qu’elle a les qualités requises pour être une bonne alliée. Vu qu’elle essaye de se vendre là, avec ses propositions de bons petit plat. Et lui il parle mariage. « Tu viens de passer du statut de beau gosse à celui de gros beauf là tu sais ? » La déception de toutes ces nanas qui bavent devant ses pectoraux tatoués, à le savoir sans aucune modernité dans le coeur. Oui elle prend tout au premier degré. « Donc chez vous c’est genre bloqué dans les années 50 ? » Qu’elle se fasse une idée un peu du niveau de beaufitude. Elle rigole doucement, parce que c’est quand même la seconde fois qu’on lui parle mariage ici. Non pas qu’elle prend ça comme une demande. « Je vais te décevoir je sais, mais je suis pas libre niveau mariage. Je peux te proposer un plan cul par contre. » Zéro filtre on avait dit non ? Encore une fois c’est à prendre sur le ton de la rigolade, bien que son regard à moitié ivre/ à moitié dragueur pourrait laisser place au doute. Et voilà qu'il met en doute sa capacité à se souvenir de tout ça demain. Elle ouvre la bouche pour protester, mais se ravise. Parce qu’il a pas tord. « On a qu’à écrire un contrat, dan ton carnet là. » D’ailleurs ni une ni deux elle se lève pour lui piquer son truc qu’elle ouvre une page au hasard. « Tu fais des mathématiques à cette heure là toi ? » Quelle idée, elle tourne la page étant pas assez sobre pour se dire que c’est peut-être une info intéressante. Et vu qu’elle s’en souviendra pas demain. Elle se pose par terre, en pleine réflexion sur le contrat en question, à signer avec le sang forcément. Sa réflexion prend un autre chemin quand il lui pose une question. Encore une fois il va avoir droit à un vomi de paroles pas du tout controlées. Elle va s’en mordre les doigts demain. « Mon moteur ici c’est mes filles, je suis là pour elle. On a besoin d’aide. Je suis pas contre un bon pactole, ça permettra de payer l’avocat et tout. Mais ce dont j’ai besoin c’est surtout de visibilité, donc si je pouvais au moins atteindre les demi-final ce serait pas mal. Parce qu’on est d’accord que ceux qui partent dans les premières semaines on s’en souvient pas hein ? » Elle dit sans pression tout en commençant à écrire le contrat en sanskrit, c’est automatique pour elle d’écrire comme ça. Encore plus après plusieurs verres. « Costa c’est un surnom ? » Non parce qu’elle veut que ce soit un contrat officiel, donc si c’est son surnom napolitain là avec ses potes de clopes et de Vespa, ça marchera pas.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Ven 8 Mai - 0:08

Roma, elle est un peu beaucoup bourrée et ça l'amuse pas mal, Costa, parce que les gens alcoolisés ou défoncés le font toujours rire, surtout quand il ne l'est pas lui-même. Du moins, ça l'amuse jusqu'à ce qu'il se retrouve à devoir faire le daron et gérer les bagarres, les potes trop lourds avec les filles, ou les comas éthyliques. Plusieurs fois il a laissé certains de ses potes se démerder comme des grands parce que ça le gonflait profondément de se niquer sa propre soirée pour être certain que l'un ou l'autre se fait pas refaire le portrait par un petit copain piqué dans son ego. Il a appris comme ça à repérer les situations désespérées et celles qui nécessitent juste un petit coup de pouce pour revenir sur les rails. Quand elle débarque, Roma, le sourire bourré aux lèvres, il sait qu'il va juste passer une bonne soirée, parce qu'après quarante secondes, il se retrouve déjà à arquer un sourcil et à zipper la braguette de son pantalon qu'il ôte sans un mot, le regard narquois planté sur elle. Ce genre de défi, faut pas le lui lancer deux fois. Il est pas pudique, Costa, il se lave à poil depuis le premier jour parce qu'il sait que de toute façon, ils montreront jamais sa bite à la télé, c'est trop indécent pour l'antenne. Et là, il est dans la tenue idéale pour tirer d'elle une info capitale : la promesse d'une grande alliance. L'info, elle fait son petit morceau de chemin dans son crâne, pendant qu'ils papotent et qu'elle lui explique de long en large les raisons qui l'ont poussée à balancer son nom à lui. Honnêtement, il avait pas pris la question trop au sérieux, parce que clairement, des alliés, à ce stade, il en a aucun. Il a des gens qu'il apprécie, oui, des gens avec qui il préférerait cohabiter pendant des semaines par rapport à d'autres, ça aussi, mais des alliés ? Non. Il s'était rassis, Costa et en pivotant, il se penche vers elle, les coudes sur les genoux, sa croix se balançant devant son torse. « Moi, je pense que tu es une lionne. Tu sais exactement où tu mets tes priorités et tu ne laisseras personne  décider pour toi. Tu es gentille oui, mais t'es trop maligne pour que qui que ce soit te prenne pour une conne. » C'est ça qu'il perçoit de Roma. De la bienveillance, de la sagesse, mais aussi quelque chose qui l'a fait se rendre compte des choses, de la dureté de la vie, quelque chose qui la fait avancer encore aujourd'hui et qui la protège comme un bouclier. Aujourd'hui, Roma, elle n'acceptera le bullshit de personne. Et surtout pas de Costa, quand il se la joue gros beauf de banlieue pauvre, avec ses réflexions d'une autre époque. Elle réagit direct, Roma, et ça le fait encore plus marrer, parce que la provoc est si simple. « C'est le fardeau de tous les italiens » il fait mine de soupirer. Être à la fois terriblement beau gosse et douloureusement beauf. Évoluer dans un gros remix des années 50. Clairement, l'Italie n'est pas particulièrement connue pour sa modernité en termes de pensée libérale. Costa, avec ses années passées à Londres, il se situe quelque part au milieu du rital conservateur et du londonien résolument progressiste. « Ah bon ? » il relève, entre la déception et l'intérêt. Il se doutait qu'elle avait eu une longue relation avec le père de ses filles, pas qu'elle était toujours mariée avec lui. Du moins, il suppose. « Je prendrai ce que tu me donnes » il élude en étirant un sourire tranquille. Il est pas difficile. En fait, il est même déjà à moitié à poil à sa demande, donc clairement, il n'est pas à ça près. « J'aurai le droit d'emporter le dvd chez moi ? » il plaisante quand même. La vidéo de leurs ébats brutaux et sauvages qu'il chérira comme un trésor. De toute façon, elle, ça non plus elle s'en souviendra pas demain. Il laisse son cahier s'envoler de ses mains quand elle le lui prend pour écrire un contrat, du coup, et il se contente d'un petit sourire énigmatique quand elle relève les chiffres sur le papier. Elle est déjà partie dans son délire, donc il prend pas la peine de répondre et se concentre sur ses mots. « L'avocat ? » il relève, en enregistrant tout ce qu'elle lui dit sans faire attention à ce qu'elle écrit. Le fait qu'elle veuille atteindre la demi-finale, ça finit de le convaincre. Pas parce qu'elle ambitionne d'aller jusque-là, mais plutôt parce qu'elle n'ambitionne pas spécialement d'aller plus loin. Costa, lui, il est là pour gagner, pour rafler le fric, la gloire et la célébrité. « D'accord, je te fais confiance. » il conclut donc en se redressant, suivant des yeux le stylo qui aligne sur le papier des symboles qui lui sont inconnus. Elle pourrait très bien être en train de réécrire des paroles de chanson bollywoodienne dans le but de l'entuber complètement, pour ce qu'il en sait. Donc bon, il a en elle une confiance toute relative pour l'instant. « Mais est-ce que toi tu me fais confiance ? » Il se lance pas tout de suite dans les détails techniques de leur petit pacte, du genre est-ce qu'il passe avant Kara, Izïa et Rosamie, parce qu'il n'y a pas besoin d'être aussi frontal mais il attend patiemment qu'elle lui lise les termes de son contrat. Il relève le regard pour choper le sien quand elle l'interroge. « C'est le prénom qu'il y a sur ma carte d'identité. » il lui assure. Qu'elle se fasse pas de bile. Qu'elle note bien cette info aussi, si c'est juste ça qui l'intéresse. Il déconne pas, Costa, quand il dit qu'il a changé de blaze. Il a pas fait les choses à moitié. « Faudra que tu me dictes ce que tu écris, que je puisse me faire le même en napolitain. » Juste au cas où.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Dim 10 Mai - 14:52

Cette soirée va mal se terminé, c’est clair. Elle aurait du suivre son instinct et aller se coucher plutôt que de trainer dans le coin cheminée en pensant que son elle bourré allait pouvoir produire une oeuvre d’art. Elle croque Costa et personne ne devrait le provoquer sans être prêt à faire avec les conséquences. Parce qu’il serait capable de relever tous les défis les plus idiots là. C’est pour ça qu’il se met à descendre le zip de son pantalon, qu’il retire dans la foulé. Roma elle glousse comme une idiote. Elle le regarde faire, elle s’en fiche dans le fond c’est la premier mec qu’elle voit comme ça hein. Ça la fait bien marré, parce qu’elle pense à son elle d’il y a pas si longtemps qui se serait certainement transformé en tomate trop mûre. Là, elle est hyper détendue, un peu sotte à cause de l’alcool mais hyper chill. Et presque déçue que le reste de sa tenue ne suive pas le pantalon qui s’était échoué sur ses chevilles. Commentaire que son elle bourré à du mal à gardé sous silence, mais avec la plus grande volonté du monde elle se contente de hausser les sourcils d’un air entendu tout en griffonnant quelques trucs bancales. La conversation dévie sur Presley, le lâcheur, qui s’était fait une idée toute arrêtée sur Roma. Une idée que la principale intéressée qualifierait de fausse, mais après tout elle n’est pas dans les yeux de ses camarades. Après Costa, lui semble pas tellement du même avis qu’Elvis Discount. Alors elle l’interroge à ce sujet, ne sachant pas si elle doit s’attendre à bien pire que « nana trop gentille ». Au final, c’est des pupilles surprises qu’elle pose sur l’italien. Il lui dresse un portrait assez fidèle de la femme qu’elle pense être ou du moins qu’elle aimerait être. Il semblerait que ce ne soit plus un souhait et qu’elle ai réussit à atteindre son idéal personnel. Elle lui répond d’un sourire presque timide pour le coup. « T’es persp… persp… perspt… » Le mot veut pas sortir correctement avec son cerveaux qui baigne dans l’alcool indien là. Perspicace, c’est le mot qu’elle veut lui lâcher, mais reste bloqué dans son cerveau ne voulant pas passer la barrière de ses lèvres. « Tu cernes bien les gens. » qu’elle finit par lui lâcher dans un ultime effort. Encore un atout qui fait de lui un allié de taille. S’il consent à l’être pour Roma. Heureusement d’ailleurs qu’il a certain atouts, parce que si elle devait se baser sur ce qu’il lui balance par la suite, il serait certainement tout en bas de sa liste. « Gianni il m’a pas encore tenu un discours de ce type. » Elle lui répond très sûre d’elle pour le coup. Bien sûr c’était pas à prendre au pied de la lettre, mais vu qu’elle est bourrée. Il a dit tous les italiens et sur les trois ici y en a bien dont elle doute d’avoir hérité de la génétique beauf de l’Italie. Ça parle mariage et Roma elle peut pas se la fermer. Elle balance qu’elle est peut pas se marier, très intelligent. Si jusqu’ici il y avait pas beaucoup de personnes au courant, maintenant… « He ouais, t’as pas été assez rapide, Pavaan Khan m’a mit la bague au doigt. » Elle agite ses petits doigts d’artiste sur une alliance imaginaire. Enfin des bagues elle en porte des tonnes, mais pas celle qui symboliserait son « appartenance à un homme ». Il lui parle du dvd de leurs ébats hypothétiques. « Si tu veux, ce serait si romantique. » Sa langue ironise. Lui qui pourra voir et revoir leurs ébats imaginaires, pour se souvenir d’un moment qui de toute façon devrait être inoubliable. Roma, elle parle. Elle parle beaucoup trop. Elle pique des carnet, s’intéresse à des trucs qui peuvent potentiellement être important et passe à autre chose pour parler, parler et encore parler. « Bah oui, banane. » Elle répond comme s’il connaissait toute l’histoire. Il connait rien, forcément. Elle est pas censé en parlé en même temps. « Comment veux-tu que je t’épouses, si je divorce pas ? » Heureusement qu’elle a encore assez d’énergie pour faire des blagues vaseuses. Y a son cerveau qui s ‘est mit en mode alerte un quart de seconde, assez longtemps pour pas qu’elle parte encore dans un délire. Il affirme lui faire confiance, ce qui veut dire qu’elle perd pas son temps à écrire un contrat. Par contre là où elle perd son temps c’est en l’écrivant en sanskrit, mais on va la laisser dans on délire encore un petit moment. « Non. » Elle répond franchement a sa question sur la confiance, parce qu’elle a plus de filtres. En temps normal elle aurai été franche aussi, alors ça change pas grande chose. Elle aurait juste mit plus les formes quoi. « Pas tout de suite. Plus tard. » Elle aura confiance, quand ils seront peut-être plus proche, ou que le temps aura démontré qu’il ne va pas la trahir. Mais il y a plus important là, parce qu’elle est sur le point d’écrire le prénom de Costa mais elle a comme un doute sur le fait que ce soit son vrai prénom. Un surnom peut-être ? C’est juste qu’elle est un peu cinglé sur les significations des prénoms et qu’elle arrive pas à trouver une étymologie satisfaisante. D’où sa supposition du surnom. Mais elle se trompe. « Ah ouais et ça veut dire quoi ton prénom ? » Alors ? Elle veut savoir maintenant, histoire d’agrémenter son dictionnaire personnel. « Mais merde, t’aurais pu me le dire avant que j’écrivais pas en anglais. » Elle peste pour elle-même, plus que pour Costa. Comme si elle pouvait pas s’en rendre compte tout de suite. Elle tourne la page et reprend dans la langue de Shakespeare. C’est plus dur pour elle de se concentrer sur des mots en anglais là, beaucoup plus dur. Même si elle parle et écrit anglais depuis toute petite, c’est juste que quand elle a trois grammes elle revient aux bases. Elle abandonne après trois lignes. « Tu veux pas plutôt écrire toi, je sais plus comment on fait, je suis épuisée. » Elle lui laisse le crayon et le carnet, qui de toute façon lui appartient. Elle finit par s’allonger par terre, histoire de reprendre un peu de force. Le regard fixer sur le plafond. « Oh tient, j’avais jamais regardé le plafond de cette pièce. » C’est terriblement important comme info, n’est-ce pas ?

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Notes pour trop tard. (mardi s3,  21h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: Notes pour trop tard. (mardi s3, 21h50) — Mar 12 Mai - 23:41

Costa, il oublie vite le fait qu'il se retrouve réellement à moitié nu. Il garde son caleçon parce que de toute façon, elle est bourrée, alors même si elle le voulait vraiment, elle le dessinerait n'importe comment et lui, s'il doit poser pour un nu, il veut le faire sérieusement. Mais la vérité, c'est qu'il suffirait qu'elle le mette au défi de se foutre réellement à poil pour qu'il le fasse sans l'ombre d'une hésitation. ça l'empêche pas d'être hyper sérieux quand il la dévisage pour rassembler dans son esprit puis sur sa langue latine tout ce qu'elle lui inspire. La force douce, la résilience, la détermination d'une mère. C'est pour ça qu'il l'a toujours un peu estimée, Roma. Depuis le début, elle lui évoque un truc positif, une sorte d'égalité étrange entre lui, le frère et elle, la mère. Il peut pas trop l'expliquer, mais il sent chez elle la même aura de respect et d'instinct protecteur qu'il a lui. Alors il se contente de sourire quand elle lui dit qu'il cerne bien les gens. Il a pas besoin de répondre là-dessus, pour lui c'est simplement important de savoir lire les autres. Parce qu'il manque d'empathie et qu'il lui a toujours fallu un moyen de pallier à ça. « C'est parce qu'il est riche, ils apprennent la subtilité à l'école » il rétorque. Gi le gosse de château des Pouilles, au-delà de ses origines, il a pas dû vivre grand chose de commun avec Costa, le mec des quartiers populaires de Naples. C'est pas une critique, juste un constat. Ils avaient pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes enjeux, en grandissant. A moins que Gi ne cache très bien son jeu, parce que lui, il a jamais cessé d'en parler, de son enfance de galère. De toute façon, c'est foutu pour l'un comme pour l'autre, vu que la Roma, elle a déjà son mari. Il est vaguement déçu, Costa, parce qu'il s'imaginait déjà mettre un genou à terre pour la beauté du geste, rien que parce que ça l'aurait fait trop marrer de voir sa tronche. « Foutu Pavaan, toujours lui » il peste théâtralement. Il peut pas s'empêcher de se demander ce que ce Pavaan Khan pense de tout ça, s'il la regarde, s'il approuve. ça le fait marrer de l'imaginer en rage devant son écran à voir sa femme - bientôt ex-femme, du coup - l'afficher devant toute l'Angleterre. Forcément, Costa, il est du côté de Roma. De manière générale, il prend toujours un peu le côté des nanas, par principe. c'est son côté héros non assumé que Roma détesterait. Il se marre. Banane, putain. « Le coup de foudre a été sans appel » il constate. Directement divorce et compagnie, rien que pour ses beaux yeux verts. Il savait qu'il faisait le bon choix en abandonnant Aera, Rosamie et toutes les autres pour se concentrer sur la seule et l'unique. « T'inquiète pas, mes richesses de mafieux couvriront les frais. » Vu que c'est un peu le running gag le concernant, ça et le fait qu'il soit un latin lover. Du coup, maintenant, ils pourront même rajouter Roma à son petit tableau de chasse imaginaire. Il préfère en rire, cette association constante avec la mafia comme si c'était un sujet drôle. « Sans rire, Roma, je bosse dans une boite privée qui emploie une horde d'avocats réputés à Londres. Je peux me renseigner si t'as besoin. » Il sait rien de sa situation, n'a aucunement l'intention de s'imposer ou de la mettre mal à l'aise, alors il insiste pas davantage, il se contente de l'informer du fait qu'en passant par cette armée-là, embauchée par une boite de paris plutôt riche et prête à tout pour ne jamais se faire prendre à revers, il peut sans doute avoir accès au numéro d'un bon avocat en droit de la famille assez aisément. Elle fait ce qu'elle veut de cette proposition. Lui, concrètement, ça ne changera pas grand chose à sa vie qu'elle se fasse plumer par son mari dans leur divorce. Mais par contre, il a toujours appris l'importance de la solidarité. Finalement, il accepte son offre et se redresse pour la jauger, avant d'étirer un sourire satisfait. « Bonne réponse. » il approuve. Il l'aurait trouvée complètement stupide si elle avait répondu qu'elle lui faisait confiance. Costa, ici, il fait lui-même confiance à personne parce qu'il sait que la réciproque doit être vraie. ça sert à rien de lui faire confiance, dans l'absolu, parce qu'il n'est opposé à aucune magouille qui soit aux dépends des autres. Jusqu'à ce qu'il promette quelque chose à quelqu'un. Les promesses, c'est sacré. S'ils en arrivent au stade de cette loyauté mutuelle avec Roma, alors oui, elle pourra lui faire complètement confiance. Elle s'énerve sur son prénom en attendant, penchée sur son petit contrat. « C'est un diminutif de Konstantinos, qui est le prénom d'un ancien empereur romain. Konstantinos en grec, Costatino en italien. ça veut aussi dire "côte" en italien. Le bord de mer. La liberté. Comme Naples. Ou comme les côtes de la cage thoracique, qui protège les organes vitaux. Mais ce que ça veut dire étymologiquement, j'en ai pas la moindre idée. » A vrai dire, Costa, ça peut avoir mille significations. C'est aussi ce qui lui plaisait dans ce prénom, au-delà de l'aspect purement grandiloquent de se désigner comme l'un des empereurs romains les plus importants. C'est polyvalent. Il est à la fois puissant, libre, protecteur. Tout ça à la fois. Ce que ça veut dire en réalité, il en sait foutrement rien et à vrai dire, ça l'intéresse pas des masses, par contre pour lui, ça veut dire beaucoup. « Je me suis dit que tu voulais insérer des closes secrètes sans me le dire » il se moque gentiment quand elle lui reproche de pas avoir notifié qu'elle écrivait dans sa langue cheloue. « Qui t'a mise dans un état pareil ? » il se marre tranquillement en récupérant son cahier et son crayon pour se mettre à écrire à la suite des pattes de mouches gribouillées par Roma. Il s'efforce de ne pas détruire certains mots en anglais, parce qu'il n'a pas vraiment l'habitude d'écrire en anglais correct, hormis par sms ou par mail, à l'occasion. Enfin de toute façon, il n'a pas grand chose à écrire. Ils sont pas réellement en train de rédiger leurs vœux, donc il commence à torcher un truc rapide et efficace pendant qu'elle s'éclate à mater le plafond, vers lequel il lève la tête machinalement.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: COIN BANQUETTES & CHEMINÉE-
Sauter vers: