-15%
Le deal à ne pas rater :
SSD interne 2.5″ Crucial BX500 – 480Go
39.99 € 47.10 €
Voir le deal

Partagez
 

 into the sunset (lundi, 19h45)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: into the sunset (lundi, 19h45) — Lun 4 Mai - 18:18

INTO THE SUNSET.
W / @Maci

La vue depuis le balcon à l'heure où le soleil déclinait lentement à l'horizon, ça donnait une dimension un peu poétique aux débuts de soirées qu'ils passaient au chalet, et Gianni ne se lassait jamais du spectacle. Ce qu'il y avait de bien avec le ciel, c'est que vous pouviez vous trouver n'importe où sur cette terre et quand même observer la même chose que quelqu'un à l'autre bout du monde, et ça ça lui parlait à Gianni. Quand son regard raccrochait l'horizon comme les yeux d'un gamin qui n'avait jamais rien vu d'aussi grand ni d'aussi beau, il pensait à toutes ces choses qu'il croyait encore irréalisables il y a quelques années et qui aujourd'hui s'offraient à lui sans qu'il sache tellement par où commencer. Il y avait tant à voir et à faire, et si peu de temps en définitive, qu'il valait encore mieux profiter de ce que chaque seconde offrait comme possibilités. Si sa sœur était là, elle lui dirait probablement qu'il ne trouverait pas ici ce qu'il était venu chercher, mais c'est parce qu'elle n'avait jamais voulu considérer les vraies raisons de sa venue dans ce jeu. Bien sûr que c'était du temporaire, tout ça, et qu'un jour ou l'autre ça s'arrêterait comme un film dont le générique se lançait moins de deux secondes après la dernière image, mais c'était ça qui était le plus grisant. Et maintenant qu'il pouvait entendre des pas dans son dos, Gianni était bien forcé de se poser la question : depuis combien de temps au juste il était là, clope à la main ? Maci n'aurait pas la réponse à moins de l'observer depuis un petit moment, et l'italien se fendit d'un sourire au moment de souffler. « T'en veux une ? » Il désigna son paquet posé dans un coin, pas sûr de savoir si Maci fumait ou non. Si c'était le cas il partagerait sans problème, et sinon ça l'obligerait à écraser sa clope et ce ne serait pas plus mal. « D'après toi, comme je suis techniquement encore au chalet mais aussi techniquement à l'extérieur, j'ai le droit de garder ma veste ? » Il demanda, l'air de rien, et parce qu'elle aurait sûrement eu vite fait de remarquer la veste de survêtement qu'il s'était contenté d'enfiler à même sa peau sans la fermer, histoire d'enfreindre qu'à moitié sa... punition (?) s'il s'avérait qu'il devait aussi rester torse-nu quand il se tenait sur le balcon. Car mine de rien, il faisait frais à cette heure. « C'est nul que ça tombe cette semaine, n'empêche, t'aurais presque pu avoir deux apprentis strip-teaseurs pour ton anniversaire. » L'italien lui lança un regard amusé, un peu forcé de repenser à ce qui avait été sous-entendu ici et là quant à la manière dont il déstabilisait un peu Maci sans s'en être rendu compte avant ça. Et ça en n'ayant pas autant échangé tous les deux qu'avec d'autres candidats, ce qui semblait être l'occasion de briser la glace pour que la candidate puisse au moins décider s'il valait vraiment le coup une fois qu'on le connaissait mieux.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Maci
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12070-macihttps://www.throwndice.com/t12071-maci#298697 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Mar 5 Mai - 17:48

Parler au milieu de la nuit avec Rosamie ça l'a un peu consolée, mais Maci, elle sait toujours pas quoi faire de ses dix doigts ce lundi dans le chalet. Le prime lui a laissé un arrière-goût et elle a toujours cette impression d'être soit un boulet soit le faire-valoir des autres et elle sait pas comment rectifier ça. Ne jamais dériver de sa zone de confort, ça fait ça, elle se prend de plein fouet le regard des inconnus sur sa personne. Avec le mal du pays en bonus, ça pique. Faut qu'elle fasse un effort pour pas finir à la traîne, parce que vu comme c'est parti, un peu dans son coin isolée des stratégies et alliances et crush des uns et des autres, elle va pas faire long feu et ça, elle veut pas, elle veut jouer et montrer que ses proches peuvent être fiers d'elle et c'est pas en se faisant éliminer en trois semaines que ça impressionnera quiconque. Maci s'est servi un verre de jus d'orange et elle passe dans le couloir du deuxième étage dans sa longue robe à fleurs et son pull en laine tricoté quand le paysage attire son attention. C'est peut-être un bon spot à observer pour réfléchir et prendre ses bonnes résolutions. Elle met un pied sur le balcon pour se rapprocher de la vue alors que la lumière perce à travers la vitre, sans trop faire attention, pour sursauter presque à la vue d'un autre candidat, et pas des moindres. Elle s'attendait pas du tout à croiser qui que ce soit, et son réflexe c'est de s'excuser du dérangement, dans sa confusion. « Oh, pardon, » glisse Maci en croisant le regard de Gianni, prête à faire demi-tour par réflexe. Idiote, c'est hyper malpoli de fuir comme ça comme une voleuse, il t'a rien fait. C'est le moment de briller et d'essayer de pas passer pour une quiche, tu peux le faire. Elle reste plantée là à regarder le fond de son verre de Sunny D en silence pendant deux secondes en attendant que ses joues reprennent une couleur un peu normale. Le premier truc qui lui vient à l'esprit c'est que c'est franchement pas le choix de boisson qui va lui donner une image de meuf stylée et mature, mais tant pis c'est trop tard aussi. C'est pas une rapide Maci, faut qu'elle organise un peu ce qu'elle pourrait dire pour être un minimum intéressante et sauver les meubles, et Gianni il est plus rapide à lui proposer une cigarette. « Euh, non, merci, je fume pas... mais te dérange pas pour moi hein ! » elle décline en secouant la tête avec un sourire timide. Dis un truc, Maci, n'importe quoi... non peut-être pas n'importe quoi en fait, mauvaise idée, sauf si tu veux encore figurer dans le zapping et qu'on se fiche de toi. Gianni pose une question et la tournure fait buguer Maci qui affiche un regard vide avec les yeux ronds comme des billes à cligner des paupières une demi-seconde, à moitié en train d'essayer de comprendre, à moitié hypnotisée par le charisme de Gianni, comme d'habitude. « Ouhla... tu peux répéter ? » elle fait avant de lâcher un rire nerveux. Disons qu'elle s'y attendait pas trop à ce genre de question, et puis maintenant qu'il le dit, c'est difficile de répondre aussi. C'est quoi qui est considéré comme intérieur ? « Je sais pas trop mais bon moi je dis que tant que tu risques d'attraper froid alors c'est l'extérieur. Ça serait franchement pas cool quand même. Mais moi je dirai rien en tous cas ! » elle fait avec un petit rire en levant une main. Elle va pas parler pour Ophélia et la prod, c'est eux qui décident des règles, après tout. Mais ce serait franchement mal venu de leur part de forcer Gianni et Costa à faire un truc stupide quitte à choper un rhume derrière. Maci elle dit trop rien sur la situation, ça n'arrête plus depuis le prime, c'est tout ce que les filles ont à la bouche et non seulement elle a rien de très intéressant pour contribuer, mais en plus, c'est pas très cool de leur rabattre les oreilles avec ça, aux deux gars. Elle préfère faire comme si de rien n'était - même si c'est un peu perturbant au début faut avouer - et elle considère ça comme un challenge bonus pour affronter son anxiété. Même si dans sa tête de nana qui passe sa vie à s'occuper des autres, son premier réflexe passé la surprise à chaque fois qu'elle oublie ce gage, c'est quand même de s'inquiéter. Gianni il semble prendre ça avec philosophie et Maci rigole à sa blague. « Ohlala... comme dans les films ! » elle soupire un peu avec un gloussement en se passant la main libre dans sa frange. Elle est pas trop le genre, en vrai, pour elle c'est vraiment un truc de nanas blanches et riches, les strip-teaseurs dans les fêtes. Elle parle beaucoup, Maci, mais elle a quand même un énorme côté innocent et un peu timide sur certains trucs. « Mais je suis contente d'avoir pu faire une grande fête. Quand j'étais ado j'ai toujours trop envié mes copines qui avaient droit à leur quince avec des belles robes et plein de monde. » Elle a une pensée un peu nostalgique pour cette époque, alors qu'elle n'a jamais fait partie que des invités, jamais la reine de la soirée. De toutes façons c'est techniquement pas sa culture, elle a jamais eu le droit de faire ça, mais en grandissant au milieu de ses copines mexicaines, elle les a quand même vachement jalousé. Même pour son mariage elle a pas pu se rattraper. « C'est joli ce ciel on dirait un peu chez moi. Enfin, si tu enlèves les sapins. Et les chalets. Et le lac. Et tout sauf le ciel en fait... » elle bafouille un peu avec un rire. Tentative de dire un truc intéressant numéro 1, échec cuisant, elle peut pas échapper à sortir un truc typique Maci dans toute sa splendeur, tant pis. De toutes façons elle va pas se transformer en Roma ou Rosamie et soudainement sortir des trucs hyper artistiques ou une super vanne désopilante en un claquement de doigts - voire sans doute jamais, en fait. « Ah oui et merci pour les biscuits, au fait ! C'était super bon ! » elle ajoute soudain, se rappelant justement qu'elle a jamais informé Gianni quand elle a goûté à la spécialité italienne. C'est pas très poli d'autant plus que c'était super cool de sa part de lui apporter un cadeau alors qu'ils se sont jamais trop parlé, et que c'était délicieux. « Toi aussi tu tiens une cave à vin à Naples ou pas du tout ? Moi je sais plus avec vos histoires de frères italiens, je sais plus ce qui est vrai ou pas, je mélange tout, désolée... » elle ajoute avec un petit rire un peu honteux en posant sa main sur son front. Forcément après Santo qui lui rabat les oreilles avec Naples et sa discussion sur le même thème avec Costa, et puis Louis qui parle de vin et Gianni aussi, elle a pu tout confondre, c'est un grand classique chez Maci. C'est pas faute d'essayer de raccrocher les wagons, comme elle le fait maintenant, parce que une fois qu'elle a les infos elle les retient assez bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Jeu 7 Mai - 2:54

Maci s'excusa au moment où elle le rejoignit sur le balcon, et Gianni agita les mains une seconde, comme pour dire qu'il n'était pas mécontent qu'on vienne le tirer d'une contemplation qui sinon aurait pu durer deux heures. Et veste ou pas, ça restait un accoutrement pas vraiment idéal vu les températures extérieures, et même si cette semaine il pouvait au moins se vanter d'avoir radicalement augmenté sa résistance au froid. A croire que la production espérait se débarrasser de quelques candidats en leur faisant attraper la bronchite de leur vie ou que quelqu'un chez lui avait demandé à ce qu'il soit rapatrié – et ça, sans déconner, Gianni y avait pensé pendant une seconde. Il savait son père pas très chaud à l'idée de le savoir ici, mais quand même, ça l'étonnerait un peu qu'il prenne cette peine quand il n'avait pas plus d'intérêt à lui dire le fond de sa pensée maintenant que dans une ou plusieurs semaines. Chez lui, on n'attendait jamais pour dire les choses quand on pouvait faire autrement, alors quand viendrait le moment d'assumer ses choix son père pouvait être sûr qu'il le regarderait droit dans les yeux en lui donnant ses raisons, toutes ses raisons. Pourquoi ce mariage n'aurait pas fait d'heureux, pourquoi Virna ne méritait pas un homme qui restait simplement pour une promesse formulée presque deux ans plus tôt. Après ça, peut être qu'ils finiraient comme d'habitude par se tomber dans les bras, ou peut être pas. Gianni avait évité d'y penser lorsqu'il avait pris la décision de partir, parce que ça n'aurait fait que le faire hésiter. « C'est rien, ça fait un moment que je suis censé arrêter. » Il souffla au moment d'écraser sa clope au fond du cendrier le plus proche, se gardant bien de dire qu'en réalité, il n'aurait surtout jamais du reprendre. Mais aussi vrai que les habitudes avaient la vie dure, lui n'avait pas pu tenir cette bonne résolution au-delà du nécessaire. « T'es là depuis longtemps ? » Il questionna en étirant un sourire un peu curieux, en ayant conscience que lui s'était laissé happer par ses réflexions et ne l'aurait pas forcément remarqué si quelqu'un s'était tenu derrière lui pendant quelques minutes. Il faut dire que le paysage valait le détour, surtout à cette heure. Ce qui le faisait se demander s'il avait fait une connerie en enfilant cette veste pour parer au froid, même sans l'avoir boutonnée, parce qu'il ne manquerait plus que la production s'en serve de prétexte pour le punir à nouveau – déjà qu'il n'était même pas certain de savoir pourquoi on les avait précisément pénalisés, Costa et lui. Il répéta alors la question face à l'air un peu perdu de la jeune femme et Maci parut pensive. Là, son argumentaire lui convint plutôt bien. Elle n'avait pas tort, si on pouvait attraper froid sur un balcon, alors c'est que techniquement il était autorisé à enfiler quelque chose. « Tu dois avoir raison, je voulais juste m'assurer qu'ils risquaient pas de rallonger ma peine sur un prétexte un peu bidon. Mais merci, je vais la garder. » Et il eut à peine terminé sa phrase qu'il remonta d'une traite la fermeture de ladite veste, jamais aussi pressé de la fermer jusqu'au menton. En plus, une partie de lui avait le sentiment que ce serait peut être moins inconfortable pour Maci s'il retrouvait un soupçon de décence. Bon, du coup, pas sûr que cette histoire de strip-tease soit franchement la vanne à faire si comme il le pensait la situation la troublait un petit peu, mais c'était histoire de détendre l'atmosphère. Gianni n'étant jamais le dernier pour déconner. Et si sa réaction le fit marrer, en premier lieu, c'est un air doucement intrigué qu'il afficha à sa précision. « Pourquoi, toi tu faisais jamais la fête quand t'étais ado ? Je pensais qu'aux États-Unis, vous aviez presque inventé le concept, entre vos bals de promo et votre Spring Break. » Il n'en savait trop rien au fond, New York ce n'était pas représentatif de l'ensemble du territoire américain, alors c'était peut être un de ces clichés qu'il dénonçait pourtant souvent. Comme quoi, ils avaient la vie dure. « Je suis sorti avec une américaine, une fois. Elle me traînait à des tas de soirées, et elle était tout le temps sous l'emprise d'un truc. » Ouais, ça lui inspirait quelques regrets aujourd'hui parce que cette fille, il l'aimait bien mais il s'en était peut être surtout entiché parce que ça le changeait du cadre hyper carré qu'il avait toujours connu avant de partir faire ses études là-bas. Une fille de Brooklyn complètement délurée avec des penchants divers et variés, c'était l'idéal pour le Gianni de l'époque qui rêvait d'aventure. Maci commenta la beauté du ciel et l'italien eut un rire étranglé de surprise, sans doute parce qu'il ne s'attendait pas à cette chute. « Et t'avais déjà vu un cadre pareil ? Des fois, moi j'ai l'impression d'avoir atterri dans une boule de Noël, mais sans la neige. » Le coté « petit village au milieu des montagnes », sans doute. Parce que le ciel, forcément, il lui rappelait aussi les nuits qu'il pouvait passer à l'observer depuis chez lui. Ses couleurs, ses étoiles, pas mal de trucs qu'il s'imaginait y voir parce que par moments, c'était un grand rêveur, Gianni. « Oh, content que t'aies aimé. J'aurais préféré t'offrir un truc que tu garderais plus longtemps mais j'étais plus à l'aise avec l'idée de te préparer un truc. Moins de risques de tomber à coté. » Il avoua doucement, lorsqu'elle mentionna les biscuits qu'il lui avait offert le soir de sa fête d'anniversaire. Clairement pas un cadeau qui resterait dans les annales, mais tout le monde aimait le chocolat et puis Gianni était le genre de personne à se mettre une pression dingue quand il devait offrir quelque chose. Il avait un tel besoin de taper dans le mile que s'il n'y arrivait pas, il balisait pendant longtemps. Finalement, la suite lui fit prendre un air plus amusé. « Je suis pas de Naples, non, mais de Manduria. C'est dans ce qu'on appelle le talon de la botte italienne, je sais pas si tu connais l'expression. » Mais en gros, c'était ça, pour lui situer à peu près le coin. « Et ma famille gère des vignobles depuis plusieurs générations, on produit un vin réputé dans cette partie du pays et maintenant ailleurs. On bosse avec des cavistes, mais si tu penses à Louis, lui il est basé en Corse de ce que je sais. Costa et Santo, c'est des compatriotes mais même s'ils vivaient encore en Italie, on aurait eu peu de chances de s'y croiser. » Naples, c'était à pas mal d'heures de voitures de Manduria et ce même si c'était aussi la deuxième grande ville proche de là où il vivait. « Tu t'y retrouves un peu mieux, maintenant ? » Il questionna après un rire, compatissant à sa détresse étant donné qu'effectivement, c'était facile de s'y perdre même si lui avait forcément retenu tous ces détails en priorité.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Maci
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12070-macihttps://www.throwndice.com/t12071-maci#298697 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Jeu 7 Mai - 16:59

Maci elle se retrouve là sur le balcon avec son verre de Sunny D sous le coucher de soleil avec Gianni, ça aurait pu être hyper cliché de romantisme si elle savait pas déjà que la terre entière connaît ce qu'il en est de son crush un peu idiot. Déjà qu'elle se met la pression toute seule à se comparer avec les autres et perdre ses moyens au moindre truc, là en plus tout le monde va analyser et commenter ses moindres faits et gestes maintenant qu'ils savent tous et c'est terrifiant et hyper gênant. Ça va clairement pas faire disparaître l'espèce de béguin d'ado débile qu'elle se trimballe et pour lequel elle peut pas grand chose, et elle sait encore moins quoi dire maintenant, tout ce qui lui passe par la tête, elle sait qu'on va se foutre d'elle encore. « Euh non, je viens d'arriver, je passais juste là et puis c'était joli... » elle répond à Gianni d'une voix timide en secouant la tête. Ça va elle s'appelle pas Carl, elle suivre ses crush à la trace et les épier à la salle d'observation c'est pas dans son agenda du tout du tout - faut dire, c'est encore si elle arrive à lui parler, même si elle s'améliore un peu à force d'avoir l'habitude de le croiser. Bon, le gage de la prod évidemment ça rajoute une difficulté mais Maci elle fait ce qu'elle peut pour faire abstraction et faire comme si de rien n'était. Elle, elle aimerait pas qu'on lui fasse que des commentaires sur son physique à longueur de journée sans rien d'autre, en tous cas. Elle répond juste avec un sourire et un hochement de tête quand il la remercie et se rhabille - franchement Maci autant elle crush, autant elle trouverait ça nul qu'il attrape froid pour un truc aussi bête, et elle a aussi toujours eu un truc hyper innocent dans sa manière d'aborder ces trucs-là. Les gens, ils adorent se foutre d'elle pour ça aussi, à l'embêter et la prendre pour une gamine. Maci elle comprend vraiment pas. Gianni il a l'air étonné d'entendre qu'elle fait peu de fêtes, et voilà que le cliché des Américains fêtards revient sur le tapis. Elle rigole un peu en se coinçant une mèche de cheveux derrière une oreille. « Ohlala... non, pas vraiment. Enfin moi mes fêtes, c'était au lycée quand on squattait le porche devant la maison de la abuelita d'un copain, ce genre de trucs. J'étais invitée aux quince de mes copines des fois, genre les familles mexicaines ils se ruinent pour ça et ils font des fêtes complètement folles, c'est trop chouette, mais moi je suis pas mexicaine. Et comme j'ai pas fait d'études... » Pas de Spring breaks non plus. Maci, elle fait pas partie des héroïnes de films américains classiques, avec ses origines un peu floues, son milieu pauvre et ses potes immigrés. Gianni mentionne une de ses ex et Maci affiche une expression un peu surprise et pince les lèvres avec un sourire poli. « Ah oui. Ouhla non moi pas du tout... c'est un truc de riches ça. » Pour dire les choses clairement, c'est même un truc de Blancs riches, chez elle, les fêtes et la drogue à gogo. Dans sa tête elle la voit très bien, l'ex-copine de Gianni, grande, mince, les cheveux blonds ondulés, et le genre à squatter la scène principale de Coachella avec un bandeau à plumes après avoir sniffé son rail dans sa tente. Maci et ses potes, ils sont plutôt du côté de ceux qui vendent la came que les Blancs riches consomment pour nourrir leurs parents et leurs cousins, on va pas se mentir, même si depuis qu'ils ont passé le cap des 25 piges, ils se sont tous un peu rangés. Maci elle balance le premier truc qui lui vient à l'esprit sur le ciel mais c'est vraiment nul et ça tombe à plat. Ça a le mérite de faire rigoler Gianni, au moins, c'est pas complètement un échec ridicule. Elle lâche un petit rire un peu gêné avant de secouer la tête. « Juste dans les films de Noël à la télé... » Sans être jamais sortie de sa Californie, les paysages comme ça, c'est juste à la télé qu'elle en a vu. Elle remercie Gianni pour les biscuits qu'il a apportés à sa fête d'anniversaire, et il semble penser que c'était pas terrible mais Maci elle secoue la tête. « Non non c'était très bien ! Je pensais pas que vous viendriez tous avec des cadeaux en fait, moi je voulais juste faire la fête à la base, alors c'est gentil. » C'était même encore plus gentil de la part des candidats à qui elle avait peu parlé à ce moment-là, comme lui, ou Aera, par exemple. Elle s'attend jamais à grand chose Maci, elle a jamais été gâtée ni vécu dans le luxe donc ses standards sont vraiment au ras du sol et se basent sur la simple gentillesse des gens. Tant qu'ils s'amusent ensemble et passent du bon temps, elle s'en fiche des cadeaux ou des trucs matériels. C'est le bon moment pour clarifier leurs histoires sur leurs origines, aux trois italiens de la saison, parce que Maci à force de les entendre tous les trois elle s'emmêle un peu les pinceaux, qui vient d'où et tout. Les explications de Gianni au début la laissent perplexe et elle écoute avec une expression un peu vide de meuf qui essaye de raccrocher les wagons, mais quand il rectifie pour mentionner Louis, ça fait tilt et tout s'ordonne dans sa tête. « Ahhhhhh d'accord, oui la Corse c'est vrai ! Mais je me disais bien qu'il y avait une histoire de vin quelque part aussi. » Bon elle a toujours pas compris son histoire de chaussure de l'Italie mais elle prend des notes mentales pour aller potasser ça à la bibliothèque ou dans la salle mystérieuse plus tard et pas trop passer pour une idiote. Elle va pas s'en cacher, par contre, qu'elle galère toujours un peu. « Euh... non pas vraiment, mais c'est pas grave, enfin j'essaierai de me rappeler ! J'ai pas fait de géographie au lycée, j'avais espagnol moi... j'ai appris y'a deux semaines qu'on parlait allemand ici alors bon... » elle souffle avec un peu d'embarras et un rire nerveux. La géo, c'était même pas obligatoire chez elle, merci le système scolaire américain. C'est plus un secret qu'elle est nulle quand il s'agit des autres continents que l'Amérique, les chroniqueurs ils ont déjà compris, mais ça la rassure un peu de savoir que genre Carl est un peu dans le même cas, au moins elle est pas toute seule. Et l'espagnol c'était des points faciles, même si elle a jamais fini le lycée - mais ça, elle le dit pas, pour éviter de donner trop d'infos qui vont encore la faire passer pour une idiote pas cultivée. Autant préserver encore le peu de crédibilité qu'il lui reste face à Gianni quand même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Sam 9 Mai - 17:24

Gianni doutait un peu du fait que Maci puisse être là depuis plus d'une ou deux minutes, sans doute parce qu'il avait du mal à l'imaginer rester silencieuse pendant que lui regarderait le ciel avec des yeux fascinés. Mais on ne sait jamais, il avait cru noter qu'il l'intimidait un peu sans trop avoir compris s'il lui faisait juste un peu peur ou si elle avait vraiment un petit béguin pour lui. C'était ce que tout le monde avait l'air de dire, il y avait aussi Izïa qui l'avait sous-entendu à Crystal, du coup l'italien hésitait un peu sur la bonne manière de se comporter, parce que c'était un peu troublant d'imaginer qu'il puisse l'intéresser en n'ayant pas eu autant l'occasion de lui faire découvrir celui qu'il était qu'avec certains autres. Non, en réalité, il n'y avait pas grand monde avec qui il se soit déjà consciemment livré à des discussions profondes jusqu'ici, et pourtant il sentait bien qu'il arrivait petit à petit à faire tomber ses barrières pour effleurer des sujets un peu moins superficiels au fil des jours, ça lui demandait juste peut être un peu plus de temps. Pour en montrer davantage, pour doser ce qu'il pouvait dire et ce qu'il devait garder pour lui. « C'est l'un de mes endroits préférés. Toi, c'est lequel ? » Il demanda, l'air curieux. Gianni classerait encore plus haut le lac, la plate-forme ou même la piscine, parce que la vue y était vraiment à couper le souffle et que de toute façon, c'était forcément à l'extérieur qu'il se sentirait toujours le mieux pour des raisons évidentes. Il ne crachait pas sur le confort du chalet, mais rien n'égalait le panorama qui s'offrait à eux dès qu'ils mettaient le nez dehors. Et c'était une hantise, de passer sa vie enfermé quelque part, alors dès qu'il le pouvait il attrapait sa veste et partait sillonner le village et ses environs. Cette semaine, il enfilait même plusieurs épaisseurs quand il ne résistait pas à l'envie de sortir, seuls moments où il était autorisé à se couvrir. Encore heureux qu'il y ait de fortes chances pour que Maci ait raison et qu'il ait le droit de garder sa veste sur le balcon, il voulait bien y mettre de la bonne volonté mais elle avait ses limites. Et entendre Maci lui conter ses quelques expériences en matière de fêtes adolescentes ferait presque écho à son propre vécu, bien qu'en ce qui le concernait c'était quand même un peu différent. « Alors je comprends mieux que c'était important pour toi de fêter ton anniversaire ici. Même si j'imagine que t'aurais quand même préféré le fêter avec tes proches, vous faites un truc particulier d'habitude ? » Et parce que poser la question lui remit un détail à l'esprit dont il avait pas mal entendu parler ces derniers jours, l'italien ajouta. « T'as un fils, c'est bien ça ? » Ça faisait partie des choses que tout le monde savait à ce stade, un peu comme le fait que Roma, Michaela ou Santo avaient aussi un ou des enfants. Ça fascinait toujours un peu Gianni, qui découvrait dans ces cas-là que des candidats plus jeunes que lui ou quasiment du même âge étaient père ou père, quand lui se sentait encore loin de ce genre de préoccupations. Il ne disait pas qu'il n'y songerait jamais, mais c'était pas à l'ordre du jour et un peu compliqué pour l'instant. « En fait, ça dépend, quand t'as de l'argent ce que tu prends est juste de meilleure qualité. Et moi j'ai pratiquement jamais touché à ces trucs, juste un peu à la marijuana mais c'est parce que l'Italie est un pays assez progressiste à ce niveau-là. » Des mecs en cultivaient sur leur balcon sans que ce soit répréhensible tant qu'on les choppait pas au volant après avoir fumé, ce que Gianni n'avait de toute façon jamais fait étant adolescent quand son éducation stricte ne le lui aurait pas permis. Clairement, New York, c'était un autre monde à ce niveau-là et dans les fêtes auxquelles on l'avait parfois traîné, c'était pas que de l'herbe qu'on vous proposait. Sa copine de l'époque aurait pu lui faire toucher à un paquet de trucs s'il avait été influençable ou trop épris pour savoir résister, mais c'était déjà un boulot à temps plein d'essayer de la sortir de là. Maci disait n'avoir toujours observé ce genre de paysage qu'au travers de sa télé et l'image tira un sourire pensif à l'italien, qui devait reconnaître qu'en dehors du coté vieilles pierres qui lui rappelait un peu Manduria, l'endroit et surtout le climat restaient différents. Quant au biscuits préparés pour son anniversaire, il était satisfait que l'initiative lui ait plu. « Ça a pas l'air d'être le genre de la prod' mais si t'avais pu choisir un truc à te faire offrir pour ton anniversaire, t'aurais choisi quoi ? Des nouvelles de ta famille, des indices ? » Il supposait que tout aurait trouvé de l'intérêt aux yeux de Maci pour des raisons différentes, mais ça l'intéressait de se faire une idée du choix qu'elle aurait fait, placée dans cette situation. « En tout cas y'a pas de quoi, c'était sympa comme fête. Faudra remettre ça. » Il ponctua, enthousiaste, et parce que toute occasion de se réunir pour s'amuser lui paraissait bonne, à lui qui aurait du mal à rester dans son coin tous les soirs alors qu'en étant une vingtaine, ils pouvaient trouver pas mal d'occasions de marquer le coup. Ça n'était pas tout le temps qu'il vivrait dans une coloc' de cette taille, à vrai dire ça ne lui était même jamais arrivé, et au final il ne détestait pas. Il faut dire qu'en lui mettant un verre entre les mains et un peu de bonne musique, c'était déjà la garantie de lui faire passer une bonne soirée. Gianni parvint en tout cas à dissiper quelques doutes dans l'esprit de sa camarade et au sujet de cette histoire de vin, et il adopta une expression un peu plus pensive. « Tu vois, c'est là que c'est un peu dommage ces histoires de pseudo-rivalités. Avec Louis, ça fait longtemps qu'on aurait pillé les vins du bar si y'avait pas eu les rubriques. » Il disait ça l'air de s'en amuser, mais il sentait bien qu'à la façon dont les rubriques aimaient en rajouter pour créer des histoires, le moindre truc allait prendre des proportions énormes. En vérité, personne ne connaissait la nature exacte du lien qui unissait Louis et Cami et s'il est vrai qu'il ne trouvait pas la candidate désagréable à regarder, il était beaucoup moins je-m'en-foutiste qu'il le laissait penser et aurait donné une toute autre réponse à Elena s'il avait du voir certaines de ses hypothèses se confirmer à leur sujet. « Apparemment c'est un allemand un peu différent de celui qu'on parle en Allemagne, je le sais parce que certains le parlent aussi en Italie, vu qu'on a des frontières communes. Là d'ailleurs, on doit être à quelques centaines de kilomètres de la première grande ville italienne aux alentours. » Et ça faisait un peu réfléchir, qu'il puisse avoir l'impression d'être aussi loin de chez lui par moments où ses repères venaient à lui manquer, sans techniquement que ce soit le cas. Le sud de l'Italie, c'était pas non plus la porte à coté, mais Gianni ne se retrouvait pas aussi exilé des siens que certains ici. « Bon alors, ce crush sur Justin Timberlake, tu me racontes ? » L'italien finit par bifurquer, en tournant vers elle un regard complice, sur un détail qu'il avait noté dimanche. Il aurait peut être trouvé ça encore plus drôle si le crush en question avait été un peu inavouable, mais en apprendre un peu sur les uns et les autres, ça avait mine de rien piqué sa curiosité.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Maci
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12070-macihttps://www.throwndice.com/t12071-maci#298697 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Dim 10 Mai - 17:17

Maci son crush du moment elle sait bien qu'il est pas justifié. Ça lui fait ça des fois, quand elle croise des mecs qui ont une espèce d'aura charismatique comme Gianni, c'est un peu énervant de perdre autant ses moyens. Surtout que c'est purement parce qu'elle se fout la pression toute seule qu'elle sait pas comment gérer ça. Gianni lui il a rien fait, le cerveau de Maci il s'est emballé tout seul à s'inventer des trucs et s'appliquer des espèces de standards inatteignables niveau première impression. Et comme souvent, plus elle rassemble ses forces pour discuter normalement sans bafouiller, mieux ça va. Avec Natéo ça avait été hyper vite pour démystifier le mec quand il avait posé les bases entre son intérêt pour les mecs et son affection particulière pour la BO de Frozen. Elle aurait peut-être pas dû attendre aussi longtemps à laisser ses neurones se faire des films sur ce que Gianni pourrait penser d'elle en fait, maintenant c'est juste un peu gênant, surtout que tout le monde semble se foutre d'elle pour ça, c'est pas très sympa. Et Maci c'est pas non plus du genre à stalker - au contraire, elle a rasé les murs pendant des jours pour pas faire face à son crush au risque de se ridiculiser. C'est peut-être limite pire. Sa question sur son endroit préféré la fait un peu réfléchir mais Maci elle est pas réputée pour être très difficile. « Hmm... je sais pas trop. N'importe où, tant que je peux avoir un peu de soleil et de la musique, je crois ! » elle répond avec un petit sourire timide. Ça pourrait être le balcon, le jardin, même la discothèque à la limite, si elle peut avoir une belle vue sur le reste du village. Ça lui a fait hyper plaisir qu'autant de gens se pointent à son anniversaire si tôt dans l'aventure, en tous cas, surtout que c'est un peu exceptionnel de le fêter vraiment. « Non, pas vraiment. Mon meilleur ami vient à la maison et on regarde un film, et puis on fait un pot rapide avec mes collègues, mais c'est tout... j'ai pas trop le temps ni trop d'argent à dépenser pour ces trucs-là, » elle fait en haussant les épaules. Ça lui manque pas vraiment, mais si elle a les moyens de rassembler les gens et de s'amuser, elle crache pas dessus. Son visage s'éclaire quand Gianni fait référence à Oscar - rien de tel pour lui faire regagner un peu de confiance que de lui parler de son môme. « Oui c'est ça ! Je préfère garder l'argent pour faire un truc sympa pour lui, en fait. Genre j'ai économisé presque un an entier pour qu'on aille à Disneyland l'année dernière... » elle raconte avec un petit rire un peu gêné. C'est l'histoire de sa vie de faire passer les autres avant elle, surtout depuis les échecs cuisants qu'elle s'est mangé les rares fois où elle a essayé de suivre ses rêves d'ado, mais encore plus quand il s'agit de sa famille ou de ses amis proches. L'histoire de Gianni et son ex consommatrice de substances illicites, ça prend une drôle de tournure un peu incongrue que Maci est pas sûre de trop savoir comment gérer, alors elle se contente de hocher la tête avec un léger rire nerveux. « Ouais... je viens de Californie alors c'est un peu inévitable ces trucs-là. J'ai même travaillé comme vendeuse dans une clinique de marijuana médicale quand j'étais ado... » elle glisse avec un gloussement. « C'est bizarre c'est l'anecdote qui revient tout le temps depuis que je suis ici, je sais pas pourquoi, » ajoute Maci. Surtout que bon c'est clairement pas elle qui a le profil de la meuf stone du casting, ou du moins elle pense pas. Mais au moins ça aura eu le mérite de faire marrer Costa la semaine dernière. Et puis bon l'ex-copine de Gianni elle fait ce qu'elle veut avec son fric, après tout. Mais si elle avait pu décider d'un cadeau d'anniversaire de la part de la production, Maci, elle réfléchit pas trop avant de répondre, c'est déjà tout décidé. « Oh ouais j'aurais trop aimé pouvoir téléphoner à mon fils je crois ! Juste pour entendre sa voix et savoir qu'il va bien et qu'il est fier de moi. » Techniquement elle sait que ça va, mais l'entendre de vive voix c'est imbattable - et encore mieux si elle peut avoir la vidéo avec. Gianni rectifie un peu le micmac d'informations qui s'est mélangé dans la tête de Maci, mais ce qui la surprend un peu c'est pas tant les origines ou le job de Gianni que ce qu'il mentionne au sujet de Louis. « Ah bon ça se passe pas bien avec Louis ? Je savais pas. Il est cool pourtant. C'est dommage, » elle souffle un peu pensive. Elle aime bien Louis, et Maci elle trouve toujours ça bête quand les gens s'entendent pas pour des raisons un peu stupides. Mais qui sait peut-être qu'il s'est passé un truc qu'elle a loupé, encore. Les précisions sur l'allemand s'entrechoquent aussi et Maci, elle fait genre mais elle sait qu'elle en aura oublié la moitié dans deux jours. « Ahhhhhh d'accord... bon je parle pas du tout allemand alors ça m'avance pas trop tout ça, » elle avoue avec un petit rire un peu honteux. C'est pas pour rien que l'info lui avait échappé jusque récemment. Maci elle s'attend pas du tout au revirement de la conversation quand Gianni refout sa réponse aux questions de la production concernant son premier crush, qu'elle met un moment à capter avec son expression paumée. « Pffff oh la honte ! » elle finit par pouffer en rigolant. Un peu gênant mais bon ça va, ça la fait un peu marrer au final. « Franchement j'avais treize ans et c'était la honte d'avoir le béguin pour lui chez moi. Genre mes copines elles m'auraient trop jugée d'avoir un crush sur un petit blanc un peu propre sur lui... et le mec de Britney en plus ! Alors j'ai jamais rien dit. C'était plus classe de dire D'Angelo ou genre, Chris Brown, » elle fait avec une grimace. Déso les meufs, Maci révèle son vrai visage quinze ans plus tard. « T'avais cité une célébrité toi aussi ? J'ai l'impression qu'on est pas beaucoup à avoir fait ça, je sais pas si j'ai compris la question de travers... » elle ajoute avec une grimace. Elle quand on lui demande son premier crush elle a pensé automatiquement à quelqu'un de célèbre qui lui a fait battre son coeur pour les premières fois, elle a mis un peu plus de temps avant d'avoir des vrais béguins sur des garçons de son entourage - comprendre, Danny, qui n'avait même rien à voir avec Justin Timberlake physiquement parlant. Entendre les gens citer des personnes qu'ils ont apparemment côtoyées ça l'a un peu laissée perplexe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Mer 13 Mai - 19:10

Ça lui parlait assez, la vision que Maci se faisait de son endroit préféré. Depuis toujours, il n'y avait pas grand chose qui puisse autant l'apaiser qu'une balade au soleil, et il était persuadé que ça n'avait pas seulement une signification scientifique. Chez lui, on plaisantait souvent en disant qu'il rendait aimable et conférait aux italiens cette chaleur inimitable qui donnait envie de rester, lorsqu'on venait passer un peu de temps dans la région. « Et t'as le mal du pays, parfois ? » Il demanda, croyant justement se rappeler qu'elle vivait dans un état particulièrement ensoleillé. Lui n'était pas certain que ce soit son cas à ce stade parce que c'était pas insurmontable d'être ici, loin de là, mais une partie de lui se languissait quand même de ses repères, alors que lorsqu'il était chez lui, c'était précisément d'aventure et de découverte dont il rêvait. Et il n'était pas vraiment surpris que Maci soit le genre de fille à préférer la simplicité d'une soirée en famille ou avec des amis pour son anniversaire. Que pas mal de monde dans son milieu optent pour des approches différentes ne rendait pas ça moins compréhensible aux yeux de l'italien, au contraire. « Au moins tu passes ces moments-là avec les gens qui comptent pour toi. Parfois, y'a pas besoin que ce soit spécialement grandiose pour être réussi. Surtout si ça doit trahir celle que tu es. » Gianni en était convaincu, ça ne servait à rien de s'imposer ces trucs-là pour avoir l'air cool ou populaire, s'afficher tout sourire devant une quarantaine de personnes dont la plupart ne vous avaient pas revu depuis des années, c'était pas non plus sa définition du plan parfait. Il était du genre fêtard, pourtant, mais rien ne valait une soirée entre potes. Maci, elle, avait donc bel et bien un fils et Gianni se surprit à étirer un sourire, sincère, lorsqu'elle partagea une anecdote assez touchante, surtout quand comme lui on avait pas beaucoup de souvenirs semblables avec ses parents. Ils avaient toujours été aimants, mais aussi pas mal occupés alors les journées à Disney, c'était jamais vraiment au programme. « Et il a quel âge ? Je suis pas spécialiste mais je crois qu'un gamin que t'emmènes dans ce genre d'endroit doit t'élever au rang de mère la plus cool jusqu'à sa crise d'adolescence, minimum. » C'était la vision un peu biaisée d'un type qui n'avait pas d'enfants mais ça ne l'étonnerait pas que Maci soit le genre de mère à redoubler d'idées pour faire plaisir à son gamin, et ça lui parlait d'autant plus qu'il avait toujours pensé que les gens qui étaient vraiment faits pour être parents méritaient de l'être. « C'est vrai ? Je trouve ça génial, moi. J'ai jamais tellement bossé dans un endroit atypique, à part dans une grotte avec un guide une fois, un peu parce qu'à l'époque j'essayais de gagner mon indépendance. » Gianni eut un rire, parce que c'était aussi un truc d'adolescent qui voulait défier tout le monde et se convaincre que rien ne lui était infranchissable. « Mais ça a rien de comparable. » Clairement, l'anecdote de Maci avait un coté plus fantaisiste et un peu altruiste qui lui parlait, et bien qu'elle n'ait pas l'air d'une fille qui fumait tous les quatre matins, il aurait tendance à dire que ça lui ressemblait assez. Elle confia qu'avoir des nouvelles de son fils aurait été un beau cadeau d'anniversaire, et il pouvait sans mal l'imaginer. « C'est pas trop compliqué au quotidien d'être ici ? Vous aviez déjà été séparés aussi longtemps ? » Comme quand Roma lui avait parlé de ses filles, il imaginait bien que c'était autrement plus difficile de s'isoler du monde extérieur quand on avait des enfants. Mais d'un autre coté, ces candidats-là devaient aussi puiser leur force là-dedans et avoir une motivation supplémentaire, il supposait. Au sujet de Louis, l'italien haussa les épaules. « Il a pas l'air de trop apprécier quand je passe du temps avec Cami, parce qu'il a su qu'on avait fait un jeu qui consistait à boire et se déshabiller, la première semaine. Je sais pas trop comment il se l'est représenté, c'était franchement rien d'énorme et y'avait aussi Ashley, mais je crois qu'il m'a dans le pif' depuis ce jour-là. » Bien sûr, il en avait joué un peu aussi parce qu'il ne voyait pas le mal, de son coté, mais Louis lui lançait parfois des regards qui lui faisaient dire que cette histoire de menottes, cette semaine, ne devait pas l'enchanter non plus. Depuis le départ Gianni agissait naturellement avec Cami et commençait de plus en plus à être intrigué par cette histoire. « Je parle pas allemand non plus, ou juste trois-quatre mots de rigueur quand on a des touristes au château. » Autant dire que tenir une conversation en allemand, c'était pas trop la peine d'y compter, même si ça faisait toujours bien d'enrichir un peu son vocabulaire au fur et à mesure. Finalement, repensant à cette réponse donnée par Maci sur son crush pour Justin Timberlake, il ne fut pas mécontent d'en apprendre un peu plus sur son contexte et se mit à rire en l'entendant confier qu'en fait, chez elle c'était carrément la honte à l'époque de flasher sur ce genre de mecs. « Ah ouais, donc collectionner des posters de lui en cachette c'était okay, mais par contre tu pouvais pas aller le voir en concert avec tes copines. » Il s'amusa, trouvant l'image assez cocasse mais aussi un peu attendrissante, pour le coup, parce que tout le monde avait déjà connu la peur du regard de ses potes à un âge où on y accordait beaucoup (trop) d'importance. « C'était quoi déjà son groupe, NSYNC ? Les autres ont raté le coche. » Mais c'était un peu le principe de ces groupes-là, y'en avait toujours un qui finissait par faire une carrière solo fulgurante, tandis que les autres c'était une chance si on se souvenait seulement de leur nom. Maci l'interrogea sur le nom qu'il avait donné de son coté et il mouva la tête. « Non, une fille pour qui j'ai eu un béguin quand j'étais au collège. Elle s'appelait Gabriella et elle était première en tout. Les autres trouvaient ça agaçant, moi je crois que je m'en fichais. » Parce qu'au fond, c'était surtout un crush d'ado qui n'avait pas donné grand chose, aujourd'hui il les préférait beaucoup moins sérieuses. « Mais si tu veux des noms de célébrités, je peux t'en donner. Même si y'a pas mal d'actrices italiennes qui te diraient sûrement rien... Ah, au lycée c'était Eva Green, sinon. A cause de Casino Royale, je sais pas si tu l'as vu. » Si oui, peut être qu'elle verrait où il voulait en venir, Vesper Lynd y était franchement troublante pour n'importe quel ado un peu sensible à ce genre de beauté, et encore aujourd'hui c'était l'une des James Bond Girls à lui avoir fait le plus d'effet. Même si ces filles, c'était précisément des fantasmes sur grand écran et c'était ce qui leur donnait un coté mystique. « Bref, c'est pas toi qui as compris la question de travers, je crois qu'elle était volontairement ouverte. » C'était clairement anodin, la preuve il avait cité le nom de cette camarade du collège sans trop réfléchir, et l'info serait restée secrète si Maci n'avait pas posé la question.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Maci
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12070-macihttps://www.throwndice.com/t12071-maci#298697 
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) — Jeu 14 Mai - 18:52

C'est un peu bizarre comme situation de se retrouvée un peu coincée sur ce balcon avec un Gianni qui au départ était encore à respecter son gage à la lettre. Maci elle est un peu gênée, tiraillée entre l'intimidation et le fait qu'elle veut pas du tout si se montrer malpolie, ni passer pour quelqu'un de superficiel et indélicat à regarder où il faut pas alors elle s'efforce de détourner le regard jusqu'à ce qu'il finisse par remonter la fermeture de sa veste. Et heureusement aussi pour elle que Gianni il discute facilement, ça aide Maci à un peu détourner sa nervosité de sa sempiternelle inquiétude du "faire bonne impression et pas passer pour une idiote insipide" pour répondre sincèrement aux questions et garder un semblant de conversation fluide. Le mal du pays, c'est la deuxième fois depuis sa discussion avec Rosamie pendant la nuit qu'elle effleure l'idée et faut croire que c'est aussi un peu ce qui se passe, avec son mood pas glop depuis le prime. « Un peu... mais ça va. J'ai de la chance d'être ici alors bon... » elle répond en haussant les épaules avec un sourire. On l'a envoyée jusqu'ici tous frais payés, dans son émission préférée et un cadre idyllique, et puis là elle se retrouve seule à seule face à un coucher de soleil avec le mec sur lequel elle se paye un crush monstre depuis le début, Maci, elle est pas à plaindre. Même si des fois faut s'autoriser les coups de mous et les coups de blues. L'interprétation qu'offre Gianni sur ses anniversaires en petit comité, en tous cas, ça fait exactement écho en tout ce que prêche Maci depuis longtemps - qu'elle a pas besoin de grand chose pour être heureuse et entourée. Pendant un instant elle écoute Gianni expliquer tout ça en silence et se surprend à un peu trop accrocher les yeux clairs du candidat, paumée dans une espèce d'état contemplatif de meuf subjuguée, avant de hocher la tête pour détourner le regard discrètement lorsqu'elle s'en rend finalement compte. « Oui je suis bien d'accord ! » elle acquiesce à ça avec un large sourire sincère. Ça lui parle totalement, ce genre de philosophie, peu importe la personne en face d'elle « Mais d'un côté ça m'a fait plaisir que tout le monde s'amuse pendant la fête aussi. » Faut le dire, c'est pas parce qu'elle se contente de peu qu'elle dénigre les grosses soirées ni sa petite fête de la semaine dernière. Maci elle prend le bon côté des choses sur le chemin et se contente de ça pour essayer d'oublier le reste. Par contre parler d'Oscar là c'est autre chose, limite elle oublie un instant sa nervosité pour parler avec un peu plus d'entrain et de confiance. « Il va avoir onze ans à la fin de l'année... je crois que c'est bientôt l'âge ou il va surtout vouloir y aller tout seul avec ses copains et pas avec sa mama, » elle plaisante sur le sujet Oscar à Disneyland. « Mais j'espère quand même que je suis cool. » C'est un peu son credo aussi. Maci elle a jamais été vraiment à sa place dans la boîte des mamans sérieuses et autoritaires. C'est une grande gamine au fond, même si elle reste responsable et sait se débrouiller toute seule. Oscar elle pourra jamais lui apprendre des trucs stylés de culture générale ni lui montrer un exemple de réussite professionnelle bien sous tous rapports, mais elle peut lui apprendre à aimer et respecter son prochain et essayer de faire de lui un garçon bien. C'est typique la maman qui capte rien mais qui va le pousser sans retenue à chaque nouveau métier ambitieux qu'il établira comme job de rêve, que ce soit skateur pro, explorateur de jungles ou astronaute. Maci elle des jobs à la con elle en a fait, et curieusement c'est celui à vendre de l'herbe comme anti-douleur et anti-dépressif qui revient tout le temps ici, alors que c'est clairement pas le plus fou qu'elle ait fait après avoir lâché le lycée. Celui de Gianni par contre, ça la fait rigoler. « Une grotte ? Mais tu faisais quoi là-dedans ? Je sais même pas si on a des grottes qu'on peut visiter chez moi. Peut-être dans les montagnes... vous chassiez les ours ? » elle fait complètement premier degré. Genre c'est la seule activité qui lui vient à l'esprit dans une grotte, elle et sa vie citadine de suburbs un peu ghetto qui est allée dans les montagnes californiennes juste une fois pour y faire du canoë. Avant de revenir à Oscar. « Il me manque quand même mais je sais qu'il va bien et qu'on veille sur lui, et puis je reviens bientôt ! C'est pas comme si on était séparés sans savoir combien de temps ça durera... » elle fait en haussant les épaules d'un air détaché. Y'a Maurizio qui est avec lui et Maci, elle pourrait remettre sa vie entre les mains de son BFF tellement elle lui fait confiance. « Mais non c'est la première fois qu'on est séparés en fait... j'y avais même pas pensé en fait. » D'habitude c'était Danny qui partait longtemps, avant de partir pour de bon, et Maci qui restait derrière avec Oscar à l'attendre ensemble. Visiblement le courant passe pas trop entre Gianni et Louis, chose qui a échappé à Maci jusque là, affichant une expression un peu surprise. « Oh. D'accord... c'est dommage il est cool Louis. Mais je sais toujours pas exactement ce qu'il y a avec Cami, je lui ai pas trop demandé. Je crois que ça nous regarde pas trop en fait alors j'ose pas trop... » elle glisse en haussant les épaules. Si il se montre autant sur la défense avec Gianni c'est forcément qu'il y a un peu plus qu'une simple amitié, cela dit, mais elle est peut-être encore la dernière à capter ce genre de trucs. Cami elle en parlera quand elle voudra en parler et c'est tout, ça empêche personne de jouer et vivre sa vie ici. Une info qui jusque là avait échappé aussi à Maci, c'est le job de Gianni, ou plutôt son cadre. « Un château ?! » elle s'exclame un peu fort d'un ton aigü de surprise. Non mais ce gars plus ça va plus c'est ridicule, beau gosse, sympa, et maintenant il vit dans un château, c'est quoi le prochain truc sur la liste ? Il sait parler aux animaux de la forêt aussi ? « Ohlala j'ai jamais vu de vrai château. Sauf celui de Disneyland. Ça y ressemble un peu ? Avec des grandes tours pointues et tout ? » Maci elle est lancée mais c'est pas dans son bled californien qu'elle va poser les yeux sur un vrai château alors forcément dans sa tête c'est un dessin animé, l'hôtel de Gianni. Et voilà que la conversation retombe sur cette question stupide de premier crush, qui a le chic de la faire rigoler tellement c'est ridicule. « Rien de tout ça ! Puis de toutes façons j'avais pas l'argent pour les concerts mais j'aurais plutôt préféré mourir que de risquer qu'on me découvre... » elle répond avec un petit gloussement quand elle repense à ce que ça lui inspirait d'en pincer pour le petit white boy Timberlake au milieu de ses copines latina. Maci lâche un soupir amusé. « Qu'est-ce qu'on est bête quand on a treize ans quand même. » C'est clairement pas aujourd'hui qu'elle va cacher ce genre de trucs, comme en témoigne son arrivée fracassante dans le jeu à se retrouver à bégayer ni une ni deux face à Gianni. Elle hoche la tête à la mention du groupe du chanteur, bien que sa phase Timberlake c'était plutôt sur Cry me a river. Gianni lui il a répondu un peu comme Louis avec une camarade de classe, visiblement. « Oh d'accord. » Première en tout, clairement pas un truc auquel Maci peut s'identifier, ça c'est clair. La mention d'une actrice de ciné lui parle un peu plus, elle qui kiffe la télé et tous ces trucs hollywoodiens, alors elle hoche la tête. « Ah oui je vois, ça fait longtemps que j'ai pas vu ce film... » Dans son souvenir Eva Green c'était quand même une grande brune un peu ténébreuse et mystérieuse, rien à voir avec l'image qu'elle se faisait des celeb crushs de Gianni faut dire. Ça la fait réfléchir à elle aussi du coup. « Au lycée... oh ouais. Diego Luna dans Dirty Dancing Havana Nights ! À côté de Justin il a RIEN. à. voir. J'ai toujours trouvé que Danny il lui ressemblait un peu... » elle pense un peu tout haut, avant de lâcher un rire un peu gêné. Ce film elle l'a vu quarante fois, entre la classe de Diego et l'histoire très Roméo et Juliette entre la petite blanche américaine et le cubain du ghetto, comme une sorte de modèle inversé des origines de son père. Et puis ça danse alors c'est banco. Mais Gianni la rassure un peu avec cette histoire de question. « Bon tant mieux alors. J'ai le chic pour tout comprendre de travers des fois alors on sait jamais, » elle fait en gloussant nerveusement. Depuis trois semaines ils ont sans doute tous eu le temps de comprendre que Maci c'est pas l'atout cérébral du casting cette saison.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
into the sunset (lundi, 19h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: into the sunset (lundi, 19h45) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: BALCON-
Sauter vers: