Partagez
 

 only for spite (samedi, 12h35)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
only for spite (samedi, 12h35) Empty
Message (#) Sujet: only for spite (samedi, 12h35) — Mar 5 Mai - 18:31


@gianni
only for spite


Carl c’est vraiment le pire cuistot que ce chalet a jamais connu mais y’a un truc qu’on peut pas lui enlever, c’est qu'il met tout son cœur dans la plupart des choses qu’il entreprend. Il aime se fixer des petits objectifs au quotidien et en principe il les place pas trop haut, comme ça il peut savourer assez facilement des petites victoires qui lui permettent de bien dormir le soir. Aujourd’hui il s’est lancé un challenge un peu plus osé, celui de pas rater sa fournée de pâtes et sachant qu’il les a toujours foiré jusqu’ici on pourrait penser que c’est perdu d’avance pour l’irlandais sauf qu’il s'apprête à sortir de son sac un allié qui pourrait bien tout changer. @Roma lui a filé une astuce qu’il compte bien honorer, l’huile d’olive serait incontournable pour éviter aux pâtes de coller et vu que c’est justement son gros problème Carl meurt envie d’essayer pour voir si ça mérite d’entrer dans le classement des trucs qui ont révolutionné sa vie. Les pâtes qui font des gros paquets il a décidé que c'était terminé, alors avant toute chose il embrasse la bouteille d'huile d'olive pour se porter chance puis il lésine vraiment pas sur la quantité qu'il verse dans l'eau. Roma lui a dit qu'une cuillère à soupe était suffisante mais il opte plutôt pour trois cuillères, juste par sécurité. Il espère juste que c'est pas un faux mythe ce truc parce qu'il mise beaucoup dessus là, peut-être même un peu trop mais faut le comprendre Carl, tout ce qui peut lui faire gagner quelques points de confiance en lui est vraiment pas négligeable. Ses pâtes cuites il retire la casserole du feu avant de les égoutter, jusque là tout va bien mais les prochaines minutes vont être déterminantes. Surtout qu'un invité inattendu débarque dans la cuisine, un @Gianni sauvage qui apparait torse nu devant lui et auquel il adresse un sourire pas hyper serein. « Je crois vraiment que c'est le destin qui t'amène à moi là. » il lance pendant qu'il replace ses pâtes égouttées dans la casserole, et se prend un bon coup de chaud dans la figure au passage. Sacrée coïncidence quand même alors ouais, si c'est pas le destin qui lui fait signe il sait pas ce que c'est. « T'es pressé Gianni ? Parce qu'il faudrait qu'on parle. » C'est annoncé sans détour et vu la tête qu'il tire Gianni devrait piger que c'est du sérieux. Enfin c'est pas aussi sérieux que s'il devait le prendre entre quatre yeux pour rétablir une vérité ou lui demander des comptes, on en est même loin. « T'es italien et j'crois aussi savoir que t'es plutôt calé en huile d'olive, non ? Bon je t'explique : je suis le champion des pâtes ratées et Roma m'a dit de mettre de l'huile d'olive dans l'eau pour qu'elles collent pas, mais j'ai besoin que quelqu'un me dise ce qu'il en pense et.. t'es sûrement le mieux placé ici pour en juger. » Il lui précisera pas comment il a obtenu l'info sur son activité, ça n'a pas grand-chose à faire dans cette conversation et c'est pas trop à son honneur, surtout. Ce qui compte là c'est le verdict qui va prochainement tomber dans cette cuisine, parce qu'il compte bien aller pleurnicher aux pieds de Roma s'il obtient pas la validation tant espérée. « Alors t'en dis quoi, t'acceptes d'être juré ? Si oui je te prépare une assiette mais par contre tu me dis vraiment ce que t'en penses, sinon ça sert à rien tout ça ! » Il lui dirait bien d'aller chercher ses compères napolitains mais il est pas certain d'assumer un gros fail devant trois personnes dans l'hypothèse où l'huile d'olive n'aurait pas pu sauver ses pâtes. C'est bien assez intimidant comme ça de se faire juger par un gars aussi pointu, qui plus est lorsque ce dernier s'avère être torse-poil. « Ici ils aiment bien appuyer sur les complexes des gens j'ai l'impression.. » il marmonne un peu amer devant les tablettes de chocolat de Gianni. C'est pas cool ce qu'elle fait la prod, y'a des gars comme lui qui arrivent déjà pas à se regarder dans un miroir et faut en plus qu'ils se coltinent la vue d'autre mecs bien bâtis à moitié nus comme si le contraste était déjà pas assez saisissant au départ et comme si c'était déjà pas assez humiliant aussi de se voir rappeler à longueur de temps le classement de beauté des candidats.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
only for spite (samedi, 12h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: only for spite (samedi, 12h35) — Mer 6 Mai - 21:40

C'était veille de prime et Gianni attendait son avènement avec un peu plus d'impatience que d'ordinaire. Il y avait bien sûr la perspective de troquer son accoutrement de la semaine contre quelque chose de plus couvert, les derniers jours n'ayant pas arrangé l'image que tout le monde s'était un peu fait de lui depuis son arrivée – et dont il jouait encore volontiers à ce stade, c'est vrai. Mais c'était aussi la manière dont la compétition semblait lancée qui lui donnait hâte de découvrir la suite. On entendait le buzzeur retentir ces derniers temps, on observait les conséquences des rubriques sur les relations et chacun se voyait un peu coller son lot d'étiquettes, tantôt réduit à de potentiels rapprochements, tantôt blâmé pour ce qu'il avait pu dire ou gardé pour lui. Les primes, c'était l'occasion de rabattre les cartes pour tout le monde, et ce bien qu'il ne fasse pas partie des candidats qui vivaient le plus mal qu'on déforme ou surinterprète leurs propos. Et tandis qu'il marchait en direction de la cuisine, la faim au ventre, c'est la silhouette d'un Carl affairé à cuisiner que ses yeux surprirent. « En fait, plutôt mon estomac. Mais ils sont peut être de mèche. » Il s'amusa, un peu surpris par cette entrée en matière presque cérémonieuse compte tenu du contexte : Carl le nez au-dessus d'une casserole et lui qui débarquait torse-nu avec une telle faim qu'il avait renoncé à enfiler des fringues pour aller se restaurer au village. Plutôt cool pour changer un peu, mais trop long. « Non, j'ai tout mon temps. Qu'est-ce qui t'arrive ? » Il mentirait s'il disait qu'il n'envisageait pas déjà un certain nombre de possibilités quant à ce dont son camarade pourrait vouloir lui parler, certaines étant plus réjouissantes que d'autres et lui pas certain qu'il pourrait nécessairement le suivre sur tous les terrains. Alors, quand Carl désira simplement des conseils en matière de cuisson, l'italien étira un sourire un peu soulagé. Ça, c'était le genre de conversation qui le stimulait, il faut dire qu'en étant ici il mesurait combien l'hôtel et le restaurant avaient pris de la place dans sa vie. « En fait, c'est carrément un mythe, le coup de l'huile d'olive dans l'eau des pâtes. Tu peux pas mélanger de l'eau et de l'huile, tout ce que t'obtiendras c'est que l'huile va flotter à la surface. Du coup, quand t'égoutteras tes pâtes, elles seront non seulement pas mieux cuites mais t'auras gâché ton huile et ça, fratellino, c'est pas possible. » Gianni était formel, on ne pouvait pas gâcher ne serait-ce que d'une cuillère à soupe d'un tel nectar pour une astuce qui n'avait biologiquement aucune chance de fonctionner. « La solution, c'est d'être attentif à la cuisson. Quelles pâtes t'as choisi ? Parce qu'al dente, c'est l'idéal, et ce que je fais moi c'est que je fais cuire l'huile à part ou je les égoutte avant de l'ajouter, car là elle va vraiment les parfumer. » Et c'était une étape à laquelle il dérogeait rarement, en grande partie parce qu'il associait les saveurs de l'huile d'olive aux plats de pâtes de sa grand-mère depuis toujours. Il y a avait mille variantes, mille types de pâtes, mais toujours un même réflexe. « T'as déjà vu des champs d'oliviers ? » Il demanda, curieux et parce que c'était toujours intéressant pour lui de se faire une idée de ce qui à l'extérieur constituait l'environnement et le quotidien des personnes qu'il apprenait à connaître dans ce cadre un peu fermé. Comment c'était, autour de chez Carl ? Qu'est-ce qu'il voyait, le matin à sa fenêtre ? Gianni savait qu'il était anglais, mais pas grand chose d'autre. « Mais oui, je te dirai ce que j'en pense. » Qu'il applique ou non ses conseils, il n'allait pas se faire prier pour participer à une dégustation qui en plus de présenter un vrai intérêt pour l'apprenti gérant de restaurant qu'il était lui vaudrait peut être de se remplir enfin l'estomac. C'est alors que sa prochaine question le désarçonna un peu, même s'il avait pris l'habitude qu'on mentionne sa tenue de la semaine. Carl semblait mal à l'aise, complexé, et ça Gianni ça l'embêtait un peu. « Tu sais, j'ai hâte que ça prenne fin aussi. » Il avoua, des fois qu'on puisse penser qu'il tirait du plaisir à savoir que les caméras auraient cette semaine immortalisé une majorité d'images où il apparaissait torse-nu. C'était pas vraiment le plan, quand il était arrivé ici, et ça passait le temps d'une semaine mais clairement pas plus. « Et si tu m'avais vu y'a quelques années, je sais pas si tu te serais senti comme tu te sens maintenant. » L'italien étira un léger sourire, sans en dire plus, et parce que Carl avait l'air un peu dépité par cette histoire. « Pourquoi tu te compares aux autres ? On est tous différents ici, tous portés par un but et là pour une bonne raison, alors ça va chercher beaucoup plus loin qu'un physique. » Il n'allait pas dire que ça ne le flattait pas d'entendre qu'on le trouvait désirable, c'était loin d'être peu de chose et il en avait quelque part besoin. Mais Carl, il devrait normalement s'en foutre et se rappeler qu'être grand, petit, maigre ou musclé dans une aventure où rien n'était plus biaisé que les apparences, ça n'avait aucune importance.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
only for spite (samedi, 12h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: only for spite (samedi, 12h35) — Ven 8 Mai - 23:37

Le couperet tombe et emporte avec lui les illusions de l'irlandais. L’astuce de l'huile d'olive dans les pâtes ce serait rien de plus qu'un faux mythe, il a donc tout misé sur un truc complètement bidon qui donnera pas du tout à ses pâtes l’allure tant espérée. Franchement il aurait aimé le savoir avant Carl, parce qu'il a en foutu une dose conséquente dans ses pâtes et comme le souligne assez justement son camarade le gâchis c'est pas top. « Attends, quoi ? Faut le dire à Roma j'crois qu'elle est pas au courant ! » La pauvre, elle était toute contente de lui donner ce petit tip. Il faudra absolument qu'il l'avertisse car il a pas le droit de garder une telle info pour lui, les stocks d'huile d'olive du chalet en dépendent. « Euh. » il bloque un peu sur la question de l'italien, là. Quelles pâtes il a choisi, il en sait tellement rien Carl. Ces gros machins avec un trou au milieu ça doit bien porter un nom et effectivement, il s'était juste pas donné la peine de chercher l'info sur le paquet étant donné que pour lui toutes les pâtes se valent un peu. Limite il capte pas trop pourquoi y'a des tas de noms différents pour désigner des trucs qui auront le même goût au final, mais ça c'est Carl dans toute sa splendeur ou plutôt, dans son besoin constant de simplicité. « J'ai pris ce que j'ai trouvé, c'est des rigatoni apparemment. C'est bien ou pas ? » Carl il y connait rien en pâtes alors il sait pas s'il y en a qui cuisent mieux que d'autres, ce serait étonnant mais il demande quand même vu qu'il y a un spécialiste devant lui. « Et ça veut dire quoi al dente ? » Traduction please ? C'est pas la première fois qu'il entend ça mais sa curiosité l'a jamais chatouillé au point d'entreprendre des recherches pour pallier son ignorance, du moins jusqu'à aujourd'hui. Gianni est là alors c'est le moment d'élucider un truc qu'il est pas foutu de décrypter depuis qu'il est gosse. Des champs d'oliviers il tente de visualiser dans sa tête à quoi ça peut bien ressembler mais il a définitivement pas d'image qui lui vient, à juste titre. « Non jamais. On peut en trouver en Irlande tu penses ou y'en a que dans les pays chauds ? » il l'interroge avant d'aller chercher une assiette dans un placard pour préparer la petite session dégustation pour laquelle il l'a sollicité il y a quelques minutes. Vu qu'il a appliqué l'astuce de l'huile avant de savoir que ça valait rien il s'attend déjà à ce que ses pâtes aient pas meilleure mine que d'habitude, donc le verdict il le voit venir d'ici. Gianni a hâte d'en finir avec le fait de se balader torse nu, quand il entend ça il arque un sourcil d'étonnement. « J'vois pas pourquoi, t'as l'habitude non ? » il balance en partant du principe que Gianni est du genre à pas trop s'encombrer d'épaisseurs en temps normal, mais ça c'est l'image qu'il a de lui il y peut rien. Ça pue la frustration chez l'irlandais. Pendant ce temps il garnit son assiette de trois bonnes cuillerées de pâtes, avant de subtilement parsemer le tout d'un peu de sel en espérant sauver au moins le goût vu que niveau texture ça s'annonce assez mal. « Ah ? T'étais comment y'a quelques années, maigrichon, enrobé ? Pas moche en tout cas je pourrai pas le croire. » Il est curieux d'un coup Carl, il veut bien croire que Gianni est pas né avec cette silhouette de dieu grec mais il devait quand même partir avec de sacrées bonnes bases, et si c'est pour lui sortir qu'il s'est juste mis au sport ça va un peu le gonfler. C'est l'excuse de tout le monde ça, le sport ça rendrait la vie beaucoup plus belle à les entendre alors que lui depuis qu'il s'y est mis tout ce qu'il a gagné c'est des courbatures et des migraines encore plus fréquentes. « C'est les gens qui arrêtent pas de tous nous comparer, t'as pas remarqué ? J'suis sûr qu'il y a plein de classements qui circulent et puis y'a les sondages qui mettent en avant les plus beaux aussi, bientôt y'aura même sûrement des prix qu'on vous remettra pour encore plus creuser l'écart avec nous autres. » Ça le fait soupirer lourdement cette histoire, et une fois de plus il se prend la tête tout seul Carl. S'il se goure pas y'aura une remise de statuettes au cours de l'aventure et même s'il connait pas assez bien l'émission pour savoir quels prix seront remis il a bien sa petite idée sur la question. Déjà il est sûr que si l'élection de Mister Thrown Dice 2020 avait lieu demain Gianni raflerait tous les suffrages et à part Natéo et Louis il voit pas trop qui pourrait menacer son titre ici, même si y'a d'autres candidats sympas à regarder qui passeraient sûrement pas loin du podium. « J'ai pas de but moi, j'suis juste.. là. » il l'informe dans un bref haussement d'épaules. Gianni il est formel sur le fait que cette aventure se prête à regarder beaucoup plus loin que le physique mais c'est un truc qu'il aura du mal à lui faire croire, ça. « C'est bon faut arrêter, t'es passé voir les portraits des gagnants ? J'te mets au défi d'en trouver un pas beau dans le lot. » Y'a une tradition dans cette émission qui semble consister à faire triompher que des candidats dotés d'un physique particulièrement avantageux et ça Carl on peut pas dire que ça le rassure des masses. Il vise pas du tout la victoire mais ça l'empêche pas de trouver que ce milieu est superficiel au possible et dans sa grosse tendance parano il est vraiment pas loin de s'imaginer que la mafia de l'esthétique règne en douce sur les émissions du genre. « Le physique c'est super important à la télé c'est pour ça qu'on en entend autant parler, mais moi plus ça va et plus j'me demande ce que je peux espérer d'un jeu où les apparences comptent autant. Les petits mecs hyper banals ça fait rêver personne et ça repart aussi tous seuls à la fin, c'est écrit comme ça dans le scénario. » Et si c'était ça, au final, qui l'embêtait le plus ? Gianni a pas signé pour écouter ses jérémiades alors il s'arrête là et fait glisser l'assiette vers lui ainsi qu'une fourchette, et à présent le stress l'envahit à quelques secondes de la sentence.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
only for spite (samedi, 12h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: only for spite (samedi, 12h35) — Mar 12 Mai - 2:10

Carl parut un peu déconcerté au sujet de cette histoire d'huile d'olive, et Gianni n'aurait pas pensé que la nouvelle lui ferait cet effet. C'est pas comme s'ils pouvaient y faire grand chose, maintenant, et Carl n'avait sûrement pas toute une famille sur le dos pour lui reprocher son erreur comme ça aurait été le cas de Gianni à ses débuts en cuisine. D'autant plus que chez lui, on produisait l'huile d'olive en question alors si vous en gâchiez ne serait-ce qu'une cuillère à café, vous aviez un peu l'impression de cracher sur l'héritage de vos grands-parents. « On lui dira. Ou tu lui diras, toi, si tu veux. » L'italien glissa dans un léger sourire entendu, peut être parce qu'il avait le sentiment que ça pourrait lui faire plaisir, à Carl, de rectifier l'info auprès de Roma. Il lui donnait un peu l'impression de rechercher la compagnie des filles et d'avoir peut être envie d'être vu par ces dernières comme autre chose que le type qui a de sérieuses vues sur Rosamie depuis déjà trois semaines. Carl parut un peu indécis lorsque l'italien chercha à savoir sur quelles pâtes il avait jeté son dévolu, et finalement la réponse fut accueillie par un hochement de tête satisfait de la part de Gianni. « Pasta tubolare, un classique. On dit que leur forme est parfaite pour capturer un maximum d’ingrédients, et les rigatoni ça se marie à peu près avec tout. » Gianni avait toujours eu une infime préférence pour les penne, valeurs sûres et un peu plus raffinées peut être, mais c'était personnel. « C'est lorsque même cuites, les pâtes conversent un cœur ferme sous la dent, d'où leur nom. Rien à voir avec les pâtes toutes collantes que t'oublies sur le feu. » Et bien sûr qu'il les avait déjà ratées lui aussi, ses pâtes, notamment à l'époque où il était loin de sa famille et sous l'influence d'américains pas très regardants en la matière. Mais aujourd'hui ça la foutrait mal, et il y avait assez de choses bancales dans sa vie pour qu'il ait mis un point d'honneur à s'améliorer en cuisine, notamment ces deux dernières années. « Mais t'inquiète, t'as déjà du voir que sur la plupart des paquets que t'achètes dans le commerce, ils te donnent une indication de cuisson. Et sinon, je te donnerai des astuces. » Il précisa, en lui lançant un regard étonnamment complice, parce que Gianni en était toujours autant convaincu : la cuisine, ça rapproche. Il avait déjà préparé une recette chère à son cœur avec Aera et le résultat autant que la simplicité du moment en avaient valu la peine, et il n'était pas contre l'idée d'initier Carl si ça l'intéressait. « Là par exemple, elles m'ont l'air bien. T'avais prévu quelle sauce, pour accompagner ? » A en juger par le regard un peu interloqué de Carl, peut être aucune. « Non, je sais. On va faire un truc : tu vas égoutter tes pâtes, je vais te sortir des ingrédients, et tu vas avoir une minute pour les agrémenter comme tu veux. A la fin, il faut que ce soit mangeable. Je serai pas trop dur sur le dressage, mais tu marqueras des points bonus si c'est soigné. » Une minute, ça pouvait avoir l'air très court mais Gianni n'attendait pas de Carl qu'il lui mitonne une sauce maison, pas en ce laps de temps. Par contre, ça l'intéressait de voir vers quoi il se tournerait spontanément. « Tu relèves le défi ? » Gianni, en tout cas, n'avait pas tardé à se diriger vers le frigo, sortant un poivron rouge, des tomates cerises, du parmesan, du pesto gardé de la veille, un citron, des pois gourmands, de la mozzarella, du thym et de la sauge. Sel, poivre et huile d'olive pour compléter. Franchement, avec ça il avait toutes les cartes pour improviser dans les règles de l'art et ça plaisait assez à l'italien de le mettre au défi, peut être parce qu'il était convaincu qu'il pourrait se révéler étonnamment efficace. « En fait les oliviers vivent plutôt dans des coins secs et chauds. Ils sont comme moi, en-dessous de 10°C c'est pas évident pour eux de survivre. » Il enchaîna, d'un air plus amusé, en exagérant volontairement même si l'idée était là. A New York, il avait découvert des étés très chauds et des hivers très froids, il n'était pas difficile d'imaginer à quel moment il s'y était le plus épanoui. Même si en réalité, il s'était souvent dit qu'avec un peu de volonté, il pourrait finir par s'y faire. Peut être pas vivre dans un endroit où il faisait frais à l'année, mais un bon compromis, pourquoi pas. « Tu sais, 'faut pas croire tout ce qu'on dit. » Gianni se contenta d'ajouter, lorsque Carl sous-entendit qu'il devait avoir l'habitude de pas s'encombrer d'une chemise. Quand il faisait vraiment chaud, ou à la plage, avec des membres de sa famille, son ex, mais c'était pas exactement l'uniforme réglementaire là où il bossait. Alors le cliché de l'italien, il fallait pas non plus s'y arrêter à chaque fois. « Et ça dépend de ce qu'on entend par là. T'es toujours beau aux yeux de quelqu'un, peu importe comment toi tu te perçois. » Et c'était à peu près tout ce qu'il se sentait capable de confier, spontanément, autour d'un plat de pâtes. Et sobre. Mais il avait aussi la conviction que ce genre de trucs, ça pourrait parler à Carl. Gianni s'amusait de l'image qu'il renvoyait aujourd'hui, mais en réalité la plupart du temps il arrivait encore qu'il ait besoin de se rassurer sur la façon dont il était parvenu à se réapproprier tout ça, même s'il ne l'avouerait pas facilement. « Et alors, tu penses vraiment que les gens y accordent autant d'importance que toi ? Les sondages, c'est comme le reste, ça fait partie du package mais ça veut pas dire grand chose. » Et de son point de vue, Carl se prenait beaucoup trop la tête avec ça. Il y aurait toujours des classements, parce qu'il y aurait toujours des gens pour les mettre en compétition les uns avec les autres, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'il fallait tomber dans le panneau. « Moi par exemple, on a l'air de me voir autant comme l'archétype du coup d'un soir que comme un mec bon à marier. Tu trouves ça très logique ? » Il ajouta, dans un rire et parce qu'il n'était toujours pas sûr de savoir comment le prendre. C'était à la fois flatteur et un peu bizarre, de cultiver cette double image. A la rigueur, il préférerait qu'on le voit comme un type qu'on mettrait bien dans son lit et qu'on aurait potentiellement envie de revoir ensuite, ou à la rigueur comme un mec qu'on se verrait bien épouser mais alors, en rejouant la nuit de noces tous les soirs. A choisir, ça lui conviendrait assez bien. La prochaine précision de Carl lui valut d'arquer un sourcil, pas forcément surpris mais quand même un peu intrigué. Mais le candidat enchaîna sur le profil des anciens gagnants, et Gianni haussa les épaules. « Je m'en fiche un peu pour tout te dire, mais je suis sûr que y'a d'autres facteurs qui rentrent en compte quand tu choisis de voter pour quelqu'un au point de le faire gagner. » Il s'était jamais retrouvé à la place d'un type qui décrochait son téléphone pour voter, clairement, mais ça lui paraîtrait logique, peut être aussi parce qu'il voulait croire qu'on allait pas réduire éternellement chacun ici à son physique. Sinon quel intérêt de tous se découvrir au fil des semaines. Là où Carl n'avait pas tort, c'était que ça avait son importance à la télé, sauf que voilà, la fin laissa Gianni un peu déconcerté, parce qu'il aurait du le voir venir. « C'est vraiment la finalité de tout ça pour toi, trouver l'amour ? » Il demanda, pas pour le brusquer même s'il espérait sûrement un peu lui ouvrir les yeux. « Parce que je suis pas sûr que ce soit une quête très réaliste dans un jeu où tu peux pas vraiment connaître les gens tant que tu connais pas leur secret. » Il n'était pas entrain de dire que ça ne pouvait pas arriver parce qu'on ne choisissait pas d'éprouver des sentiments pour quelqu'un, mais nouer quelque chose de sérieux dans ce contexte, ça lui paraissait idéaliste. Mais venir avec cette idée en tête, c'était encore autrement plus risqué.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
only for spite (samedi, 12h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: only for spite (samedi, 12h35) — Jeu 14 Mai - 17:36

C'est vrai qu'à choisir Carl il préfèrerait aller lui-même prévenir Roma que l'astuce qu'elle lui a filé l'autre jour n'est rien de plus qu'un mythe, c'est un truc entre elle et lui et Gianni a l'air de comprendre ça. Il manquera pas de lui sortir l'argument ultime comme quoi l'eau et de l'huile se mélangent pas, c'est un truc dont Carl avait déjà entendu parler mais bizarrement ça a pas du tout fait tilt dans sa tête avant que son camarade souligne cette évidence. Il se sent bête de pas l'avoir capté tout seul mais ça c'est son lot quotidien, faut bien souvent lui mettre les choses sous le nez pour qu'il les voie. Et même quand un truc est sous son nez il le voit pas forcément, en témoigne le nom de ces pâtes sur lequel il s'était pas du tout attardé avant que son camarade lui demande ce qu'il a choisi. Y'a un petit moment de flottement durant lequel il attend de savoir si les rigatoni vont convenir au palais probablement exigeant de l'italien, et apparemment il s'est pas trop foiré sur le choix de ses pâtes Carl, y'a du progrès. « Donc c'est validé ? Pfou tu me rassures. » Il a eu peur pendant quelques secondes de se prendre un carton rouge d'emblée là-dessus mais c'est bon, elles ont des tas de qualités ces pâtes si on en croit Gianni. Les explications sur la cuisson al dente lui permettent d'y voir un peu plus clair, en revanche y'a un truc sur lequel il bloque qui lui vaut de froncer les sourcils. C'est vrai qu'en y repensant Carl il fait pas trop gaffe au temps de cuisson marqué sur les paquets. Lui il cuit ses pâtes à vue d’œil, il goutte plusieurs fois et généralement quand il se décide à les retirer du feu le mal est déjà fait. « Euh. » Il se fige devant la question de l'italien, et ce dernier comprendra très vite qu'il a rien prévu pour accompagner tout ça. L'initiative de Carl visant à faire des pâtes et à les faire bien a ses limites, et le voilà pris complètement de court avec cette histoire de sauce. Son manque d'anticipation donne des idées à Gianni qui le met au défi d'agrémenter ses pâtes avec les ingrédients de son choix en une minute montre en main. Okay il rigole pas du tout lui. « Une minute ?! C'est bon j'ai la pression. » Carl il sait pas bosser dans la précipitation et ce petit challenge improvisé ça lui fout un coup de stress que Gianni imagine sûrement pas là, il est quand même bien serein pour quelqu'un qui va possiblement assister au plus grand foirage de l'histoire de la cuisine à la télévision. Parce que l'irlandais c'est un grand adepte des pâtes au ketchup, or à en juger les ingrédients que son camarade est en train de lui sortir ce sera pas trop une option aujourd'hui. « Du coup oui, mais tu viendras pas te plaindre si ça tourne mal. » Il accepte de relever le défi mais on sent qu'il se lance quand même un peu à reculons là-dedans Carl, d'autant plus quand il constate qu'il connait pas les trois quarts des trucs que Gianni sort du frigo. Ça part mal mais il a déjà affronté pire alors il retrousse ses manches et c'est parti. Sans trop réfléchir il s'empare du parmesan, du citron, de l'huile d'olive, d'un truc non identifié (la sauge) et de quelques tomates cerises. Il garnit son assiette de pâtes avant de les consteller de parmesan et comme il a affaire à un rital il met la dose, ensuite il effrite la sauge avec ses doigts sans savoir s'il la manie comme il faut jusqu'à ce que la quantité de petits morceaux dans l'assiette lui convienne. Il chope un couteau, coupe ses tomates en deux et son citron en rondelles, et fait en sorte de disposer tout ça de façon à peu près présentable sur sa base de parmesan et de sauge. Il oublie évidemment pas le petit filet d'huile d'olive censé faire toute la différence, puis termine par une pincée de sel et surtout de poivre car ce serait impensable pour lui de ne pas en mettre. À en juger la tête de Gianni la minute vient tout juste de s'écouler lorsqu'il a levé les mains en l'air à l'image des participants des grandes compétitions de cuisine qu'on peut voir à la télé. « Voilà. » Il sait pas si le goût sera présent mais les couleurs sont au moins au rendez-vous et ça fait déjà plaisir, à la limite Carl il est presque capable de s'en contenter mais il sait bien qu'il sera pas jugé que sur le visuel. « J'veux un bonus pour les rondelles de citron ! T'as vu comment elles sont nettes ? Je me suis surpassé. » Ça fait partie du dressage alors il attend ses points bonus Carl, et clairement il mise beaucoup plus là-dessus que sur un mariage équilibré de tous les ingrédients car dire qu'il a mixé tout ça au pif serait vraiment un euphémisme. Il se permet une petite remarque sur les habitudes vestimentaires de l'italien et ce dernier lui dit de ne pas croire tout ce qui se raconte, ce qu'il écoute que d'une oreille à ce moment-là. Ce qui suit le fait déjà un peu plus réagir, il lâche un petit soupir devant l'intervention un peu trop philosophique à son goût de Gianni. « J'suis beau aux yeux de personne moi mais merci d'essayer de me réconforter. » il balance avec toute la conviction qu'il a en lui car jusqu'ici personne n'est parvenu à lui faire envisager le contraire. Ici comme dehors quand on le regarde c'est de travers ou alors avec pitié mais c'est tout, il a conscience de pas attirer les regards pour la même raison qu'un mec comme Gianni et y'a sûrement pas de contraste plus saisissant dans ce chalet que le leur. Son camarade lui expose les images auxquelles il a droit depuis le début, effectivement la logique a un peu foutu le camp mais s'il était à sa place ce serait vraiment le cadet de ses soucis. « Wow, dur. On échange nos étiquettes quand tu veux hein. » il raille légèrement et c'est pas dans ses habitudes de prendre les choses sur ce ton, c'est la jalousie qui parle pour lui là. Gianni il a pas l'air de comprendre que ça peut être lourd de subir la comparaison indirecte avec un mec comme lui, il a beau dire que c'est pas important les commentaires et jugements sur le physique des candidats sont particulièrement mise en avant cette saison à tel point que c'est impossible d'y échapper même en le voulant. Tout le monde y a droit, en permanence que ce soit entre eux ou sur les réseaux, et c'est particulièrement notable du côté des garçons d'après ce qu'il a pu voir et entendre. Logique, puisque c'est chez eux que se trouvent les plus grosses disparités cette saison. « T'es peut-être pas au courant mais ton physique il fait beaucoup parler dans ce chalet, torse nu ou non t'as aucun mal à squatter les conversations et quand on dit pas que t'es canon on te trouve intéressant. Franchement j'suis jaloux tu coches toutes les cases, laisses-en un peu aux autres non ? » Il sait de quoi il parle Carl puisqu'il a surveillé de près tout ce qui pouvait se dire sur son camarade durant la première semaine, lorsqu'il pensait à tort l'avoir pour concurrent dans la conquête du cœur de son binôme. Le sex-appeal de Gianni il l'a vu et entendu être évoqué à toutes les sauces jusqu'ici et faut avouer qu'il sature un peu Carl, surtout quand il voit ce que ça lui vaut d'endurer comme vision cette semaine comme si c'était pas assez compliqué comme ça. « La semaine prochaine je vote pour qu'on te rase la barbe et les cheveux, c'est là qu'on verra si t'es vraiment beau ! » il reprend finalement dans un sourire alors qu'il se détend un peu. Gianni a raison il se prend sûrement trop la tête avec ça mais Carl ne serait pas vraiment Carl s'il ne bloquait pas sur ce genre de futilités tout juste bonnes à anéantir encore plus sa confiance en lui. Comme il a pu le dire il est venu ici sans réel but alors il dirait pas que la finalité de son aventure c'est de trouver l'amour, on le sait très ouvert à cette éventualité mais dans son cas cette question s'avère plus complexe qu'elle y parait. Il peut pas en vouloir à Gianni de penser qu'il est limite venu ici rien que pour ça, il suppose que tout ce qu'il a montré jusqu'ici va plutôt dans ce sens. « Ça c'est la finalité de ma vie surtout. Et tu sais, réaliste ou pas, ça m'empêche pas d'y croire. » Si on lui retire le droit de rêver il lui reste plus rien à Carl et clairement il a tout intérêt à se raccrocher à ça parce qu'il a pas des prétendantes à la pelle comme certains de ses camarades lui. Les filles elles font la queue pour des mecs comme Gianni ou Costa mais une histoire avec un gars dans son genre ça les intéresse pas, donc à partir de là tout va forcément se jouer dans sa tête pour que lui aussi ait l'impression de vivre des trucs palpitants dans cette aventure. Que ça puisse paraitre crédible ou non n'a pas d'importance, il a pas besoin d'adhérer à un scénario réaliste pour se délecter du film que ça donnera. « T'es pas le premier à me dire ça mais moi je préfère pas partir du principe que les gens peuvent me décevoir, sinon j'vais commencer à douter de tout le monde et ça je veux pas. Je sais que j'suis pas à l'abri de découvrir des secrets qui remettront en question beaucoup de choses, je tiens juste pas à y penser pour le moment. » Le risque il le connait mais il le considèrera bien plus tard, à ce stade il veut pas s'encombrer l'esprit avec tout ça. Carl il trouve important de conserver une vraie spontanéité dans ses échanges avec les autres alors il met de côté les interrogations qui trouveront pas de réponses avant parfois plusieurs semaines. S'il en venait à se demander ce que peut bien cacher tel ou tel candidat chaque fois qu'il leur parle il finirait par tout anticiper en fonction de ses doutes et on le perdrait complètement. « Bref. T'as vraiment tout ton temps là ? Parce qu'on peut se poser et déjeuner tous les deux, maintenant que ces pâtes ont pris quelques couleurs. » Avant que ça parte en dégustation avec Gianni dans le rôle du jury Carl il a surtout fait ces pâtes parce qu'il avait faim, et il trouverait ça un peu dommage que son camarade avale le contenu de son assiette sur le pouce alors qu'ils pourraient se mettre à table et partager un moment d'une grande rareté étant donné qu'ils se sont jamais retrouvés à manger ensemble sans personne autour.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CUISINE-
Sauter vers: