Partagez
 

 Azula. (mardi à 21h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Azula. (mardi à 21h30) — Lun 18 Mai - 14:03

@Aera

Jill, elle n’avait pas trop capté le projet d’Aera avec le cadeau qu’elle lui avait laissé dans sa boîte aux lettres. La môme, elle a vraiment un côté parano/autiste dans ses relations avec les autres et son premier instinct, ça a été de se demander si la coréenne cherchait à se foutre de sa tronche avec son petit set de verres à shots en référence à ce qu’il s’était passé lors du dernier meeting des Adler. Ça lui a pris quelques jours pour ravaler sa fierté, mais elle a fini par capter la candidate pour lui proposer de se retrouver plus tard dans la soirée. Le point de contact, c’était tout un sketch. Quand elles se croisent les deux, elles font les zouz qui se jaugent du regard, mais un rdv a tout de même été conclu. Direction le bar, en terres ennemies, parce qu’à ce qu’il parait c’est un peu le territoire d’Aera de zoner de l’autre côté du comptoir avec les bouteilles d’alcool. Weird. Jill, elle se pointe sans trop piger comment elle doit interagir avec la jeune femme. Elle se montre moins conciliante qu’une Roma, plus intelligente qu’une Rosamie qui prend tout au premier degré… Disons que la gamine, elle s’en méfie. Elle n’arrive pas à comprendre le mode de fonctionnement de cette meuf et c’est pour ça qu’elle a un peu décidé de la zapper volontairement dès la première semaine. Ça ne matche pas. Elles n’arrivent pas à se comprendre et c’est sûrement pour cette raison que leur première vraie interaction dans le chalet est légèrement partie en vrille. Jill, elle ne compte pas s’excuser, faut pas déconner. Elle s’est trouvée plutôt légitime dans son coup de gueule, même si la méthode pour faire savoir qu’elle n’appréciait pas de se sentir exclue aurait pu être plus subtile. Elle est en train de réarranger ses petits verres d’Hallstatt tout laids et cheapos lorsqu’Aera débarque. Jill, elle l’observe un peu en silence, avant de finir par mettre directement les pieds dans le plat, parce que c’est ce qu’elle connait de plus efficace pour interragir avec les autres êtres humains et bâtir son petit carnet d’adresse relationnel. « Est-ce que je suis censée me montrer sympa et compatissante avec toi maintenant que je connais ton secret ? » elle lâche oklm, en sachant pertinemment que la jeune femme détesterait ce genre d’hypocrisie mal venue. Jill, elle manque de sensibilité et d’empathie. Comme tout le monde, elle est scandalisée par l’histoire d’Aera, mais ce n’est clairement pas dans sa vibe que de se mettre à la prendre en pitié maintenant qu’elle sait ce qu’elle a traversé. « Je te demande ça, parce que Rosamie m’a fait tout un laïus à propos du fait que je devrais me montrer gentille et respectueuse à l’égard de Robocop par rapport à tout ce qu’elle avait vécu. » Elle roule des billes pour appuyer la stupidité du truc. Jill, elle trouve ça un peu débile de changer de comportement à mesure que les secrets des uns et des autres s’affinent. Dans le fond, ça signifierait aussi les réduire à l’intitulé qu’ils sont venus défendre et c’est un peu aux antipodes des objectifs de l’émission. Aera, elle ne doit sûrement pas vouloir devenir cette fille, qui retrouvée dans l’une des plus sombres et sordides affaires coréennes. « J’ai pas trop compris, parce que je croyais que le principe même de l’émission, c’était d’essayer de découvrir des personnalités et des histoires, sans se fier à un élément aussi déterminant qu’un secret. » Forcément, si Izïa c’était pointée dès le jour-1 en revendiquant son statut d’intelligence artificielle, ils l’auraient tous un peu regardée bizarrement. Il y en a qui se sont attachés à cette tordue, parce qu’ils ont pu apprendre à la connaître sans préjugés. Il y aura des secrets anecdotiques, d’autres plus touchants. Il y en a justement qui peuvent être compliqués à comprendre et à assimiler, bouleversant l’image qu’on s’était faite de son propriétaire jusqu'à présent. Aera, elle doit être la première à expérimenter ce petit changement d’expressions quand elle croise les autres candidats. C’est clair que ce n’est pas avec Avalon que le phénomène allait officiellement débuter dans l’émission. Personne n’en avait rien à carrer d’apprendre qu’elle s’amusait à jouer aux recluses au fin fond de l’Alaska…

_________________


Dernière édition par Jill le Mer 20 Mai - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Lun 18 Mai - 22:11

Il aura donc fallu plus de trois semaines pour que Jill vienne enfin lui parler d'elle-même pour lui proposer de faire un truc plus tard dans la soirée. Aera serait bien tombée à la renverse, mais le truc c'est qu'elle a fait le premier pas la semaine dernière après la montée graduelle des tensions sorties de nulle part. Elle l'a dit plusieurs fois et n'est pas réputée pour sa langue de bois : Jill est une brat et Aera lui accorde pas grande importance. C'est pas question de l'apprécier ou de ne pas l'apprécier : elle ne peut pas avoir d'avis tranché sur une personne qu'elle connait pas. L'avantage, c'est qu'elle est du coup vachement plus ouverte à la discussion et prête à se faire une autre opinion de l'adolescente qui jouait à l'adulte, raison pour laquelle elle a accepté sans grande hésitation cette proposition de trêve au milieu de leur guerre froide. Elle veut bien admettre que le coup des shots, même si elle avait la raison légitime de n'en avoir que cinq à portée de main pour sept personnes, c'était immature de sa part. A presque vingt-neuf ans, c'est pas vraiment digne d'elle. Mais c'est justement parce qu'elle a atteint cet âge-là qu'elle est aussi capable de se remettre en question et d'admettre que ouais, c'était puéril et pas nécessairement sympa de sa part. Elle rejoint Jill, comme prévu, dans un endroit qu'elle maîtrise plutôt bien : le bar. Il n'est pas vraiment question de boire, déjà parce qu'elle en a marre qu'on la prenne pour une alcoolique, ensuite parce qu'elle a prévu une soirée avec Costa dans la loveroom après et qu'elle veut être en pleine possession de ses esprits pour mener son enquête. Jill est en train d'aligner ses petits shots et Aera hausse un sourcil, sceptique, avant d'éclater de rire devant la brutalité de sa question. Ca va qu'il lui en faut beaucoup pour se vexer. « Et te priver de l'opportunité de chanter 'Aera go fuck yourself bitch' ? Surtout pas » elle répond en ricanant. La vérité, c'est qu'elle apprécie l'honnêteté brutale, surtout dans une situation comme celle-ci où tout le monde a l'air de marcher sur des œufs avec elle, comme si le moindre mot allait la briser en deux. Jill ne s'embarrasse pas de toute cette bienveillance empathique qu'Aera ne sait pas vraiment gérer et c'est tant mieux : ça lui ressemble davantage que de jouer les mignonnes quand la semaine dernière elle lui dédiait une phrase dans son chant de Noël. Jill lui parle de Rosamie qui lui a fait une leçon de morale et ça ne la surprend pas, sauf que l'Américaine est à côté de la plaque si elle s'imagine que Rosamie et Aera se ressemblent, niveau personnalité. Elles sont sympas et sociables, et partagent pas mal de traits plutôt positifs, mais Aera n'a pas le même degré de bienveillance qui peut vite virer à la moralisation et elle s'embarrasse pas vraiment de diplomatie quand elle n'a pas besoin de le faire. « En même temps t'appelles Izïa Robocop devant Rosa, je sais pas vraiment à quoi tu t'attendais » elle note, franchement amusée par ce manque de perspicacité – ou bien cette volonté qu'a Jill de n'avoir positivement rien à foutre de mettre systématiquement les pieds dans le plat. Ca peut être une qualité admirable, faut juste savoir doser et dans ce domaine, Jill a encore pas mal à apprendre. Le truc c'est qu'Aera n'est pas parfaite et ne cherche pas à l'être, si bien que c'est pas elle qui va s'amuser à distribuer des leçons de morale si ça la concerne pas directement. Le commentaire de Jill est pas con, faut le reconnaître, mais c'est sûrement parce qu'elle a pas encore été confrontée à la perte de son secret et tout ce que ça implique. « Je pensais la même chose que toi, de base, parce que y a rien de plus insupportable que d'être réduit à son secret. » Elle le pense toujours, mais sa logique est un peu plus nuancée. « C'est difficile de pas se fier à un secret quand il joue un gros rôle dans ta personnalité ou ton histoire. Et surtout je crois que les gens ici ont peur de s'attacher à un mensonge, ou d'être déçus quand ils sauront ce qui se cache vraiment chez les autres. » Elle, en tout cas, elle en est consciente et c'est pour ça qu'elle se force à rester sur la défensive même quand elle demanderait rien de mieux que de donner sa confiance sans enjeu derrière. « Je suppose que ça dépend aussi du secret. Certains sont plus simples à porter que d'autres. » Elle hausse les épaules et attrape une bière. « T'en veux une ? Me semble que t'as pas légalement l'âge d'en boire mais je dirai rien si tu dis rien. » Sa version personnelle d'une main tendue.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Mer 20 Mai - 17:16

Jill, elle n’est pas vraiment réputée pour sa diplomatie. Aera débarque dans le bar et elle attaque frontalement sur la question de son secret sans même s’embarrasser d’un bonjour. Tout le monde doit prendre des pincettes avec la jeune femme depuis sa révélation de la semaine dernière, mais ce n’est pas vraiment son genre à la gamine de faire des courbettes. Dans son cône quelque peu déviant, elle trouve que c’est la manière la plus respectueuse de l’aborder. Pas de changement de comportement ou de fausse hypocrisie. Un léger sourire passe sur ses lèvres à l’évocation de sa chanson de noël. Avec un peu de chances, c’est peut-être même devenu un hit à l’extérieur et y’a des ados qui refont des reprises sur TikTok en demandant à toute la bande des Adler d’aller commettre un suicide collectif. La môme, elle ne réagit pas trop à l’évocation de cet épisode, parce qu’elle se sent tout à fait en raccord avec ce qu’il s’était passé. Aera, elle a quand même un sacré potentiel de bitch sous la surface, peu importe ce qu’elle essaye de leur faire croire. Typiquement le genre de personnalité que Jill ne sait pas comment prendre. Elle pige tout autant pourquoi ça ne marche pas entre-elles, qu’elle ne comprend pas comment ça se fait qu’elles ne soient pas devenues copines avec leurs côtés autoritaires et judgy. Jill et Aera, c’est un peu comme Regina et Cady dans Mean Girls. On les croit radicalement opposées au début de l’histoire, mais au final, leurs personnalités ne sont pas si éloignées que ça quand on se met à creuser. « C’est vrai qu’elle n’a pas trop l’air familière avec le concept de l’ironie, ta copine. » elle glisse l’air de rien, même si ce n’est clairement pas ce que la coréenne sous-entendait en parlant de la réaction plutôt logique de sa pote à propos de l’autre cyborg. C’est un peu sa spécialité de faire dire aux gens ce qu’ils n’ont pas dit en réinterprétant à sa sauce leurs paroles. Franchement, Jill, elle s’en tape royal des leçons de morales de Rosamie. Ca la fait plus marrer qu’autre chose et à ce stade de l’aventure, tout le monde devrait avoir capté son mode d’interaction avec les autres basé sur une bonne dose de second degré. Rosa, ce qu’elle ne pige pas, c’est que plus elle va la sermonner pour des trucs débiles ou insignifiants, plus la môme va redoubler d’efforts pour se montrer insupportable. Sa logique, elle est plus que discutable, certes, mais c’est comme ça que ça se passe avec elle. Les gens chiants et bienpensants, ça la gonfle. Jill, elle a juste envie d’aller les secouer un bon coup pour leur réveiller le cerveau. « C’est lequel le secret que tu as le plus envie de connaître et celui que tu crains le plus de découvrir ? » elle demande par curiosité en rebondissant sur les propos d’Aera. « S’il ne s’agit pas du même. » Parce qu’inévitablement, tout est lié. On veut en découvrir plus sur les candidats avec lesquels on partage le plus d’affinités, mais y’a aussi une crainte sous-jacente d’apprendre quelque chose qui ne correspondra peut-être pas à notre petit confort personnel. Aera lui propose une bière, mais elle s’y prend comme un manche pour se mettre la gamine dans la poche. Ah bah tiens. Ça faisait longtemps qu’on ne lui avait pas rappelé son âge. Jill, ça la fait doucement rire, parce qu’il faut vraiment être naïf pour croire qu’elle n’a jamais touché à une goutte d’alcool. Et puis du haut de ses dix-huit ans, elle ne croit pas être considérée comme hors-la-loi en Europe ou même plus généralement dans 75% des pays représentés cette saison. A sa connaissance, même en Corée elle pourrait s’enfiler des teq-paf peinard, sans qu’on la fasse chier constamment en la rabaissant à son statut de benjamine. « Tu fais le même plan à Carl ? » Il n’a que deux ans de plus qu’elle en soit. Aux US, il ne pourrait pas non plus entrer dans un bar. Enfin ce boulet, il ne compte pas vraiment puisqu’il est plutôt du genre à siroter des jus de fruit dans son coin. « Non, merci. La bière je trouve ça vraiment dégueu. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde fait semblant que c'est délicieux. » elle lâche avec sa petite mine qu’elle utilise en général en parallèle de son eww en passe de devenir iconique. Elle ne pige pas le truc, Jill. Personne en buvant une bière pour la première fois de sa vie n’a pu trouver ça super bon et tasty. C’est juste pas possible. « Pourquoi vous mentez ? » elle demande avec son petit sourire de purge, en même temps qu’elle se penche légèrement au-dessus du comptoir pour se choper de quoi se faire un rhum-coca à la place. Beaucoup plus dans sa vibe d’ado adepte des mélanges alcool/soda.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Ven 22 Mai - 11:42

Impossible de pas ricaner devant le comportement de Jill, qui est vraiment la définition faite adolescente de 18 ans de la brat. En soi, Aera a pas de problème avec ça parce qu'elle sait aussi que Jill a pas le choix que d'être comme ça au milieu de tout le monde pour se faire remarquer mais elle n'est clairement pas dans ce délire-là, la Coréenne. C'est pour ça que ça l'amuse, y a pas grand-chose qui puisse vraiment la vexer, même pas sa chanson de la semaine précédente où elle s'est contentée de lever les yeux au ciel avant de reprendre sa soirée comme si de rien n'était. Elles ont cependant plus de choses en commun qu'une Jill et une Rosamie, du seul fait qu'Aera n'a jamais revendiqué sa gentillesse et sa bienveillance comme principaux traits de caractère. La seule raison qui fait qu'elle n'a jamais poussé de véritable coup de gueule ici, c'est qu'on lui a pas vraiment donné matière à le faire, mais tout le monde a l'air d'avoir senti qu'elle était le genre de fille qu'on emmerdait pas trop à moins de vouloir s'en prendre plein la gueule en retour. Une chill girl, pas une nice girl. Quant à l'ironie de Jill... elle peut pas s'empêcher de faire remarquer l'évidence : « L'ironie ? Je croyais que ton truc à toi c'était l'honnêteté mordante ? » elle souligne en haussant un sourcil. « C'est pour ça qu'une Rosa va prendre mal ce que tu dis : un coup tu dis que t'es ironique, l'autre que t'es honnête, et tu te comportes de la même façon que tu fasses l'un ou l'autre. » En gros : elle n'est pas claire, et on se demande si elle n'est simplement pas claire, ou si elle est faux-cul mais prétend dissimuler ça derrière son 'honnêteté' ou son 'ironie'. Cela dit, Aera n'est pas là pour lui fournir le mode d'emploi de Rosa, qui est peut-être le mode d'emploi le plus simple de tous les candidats dans le chalet. « Pourquoi t'aimes pas Rosa ? » elle finit par demander, sans jugement dans sa voix. Elle peut comprendre que les gens systématiquement gentils et bienveillants puissent taper sur le système. Elle, elle n'a pas eu ce problème-là avec Rosa parce qu'elle aime bien avoir des gens comme ça dans son entourage, mais elle est prête à entendre le point de vue de Jill sur la question. « Costa. Pour les deux. » elle répond sobrement même si ça la fait chier de l'admettre. Pas que ce soit pas vrai, mais faut toujours que ça tombe sur Costa avec elle, pas étonnant qu'on finisse par penser qu'elle a un vrai crush sur lui. « Parce que c'est une des personnes qui en sait le plus ici sur moi, ce qui sous-entend que je me confie pas mal à lui. J'ai pas spécialement envie de découvrir que le mec est un criminel ou je ne sais quoi, tu vois. » Elle croit pas que ça soit le cas, mais elle peut pas nier qu'elle préfèrerait que son secret sorte au grand jour, qu'elle puisse décider de façon raisonnée si elle a fait le bon choix en lui faisant confiance pour se livrer ou si elle a merdé et tout arrêter. Y a personne d'autre dans le jeu qui la laisse autant sur la défensive même quand elle est intriguée. C'est insupportable, et forcément c'est aussi ça qui la fait revenir à chaque fois. « Et toi y a des gens dont tu redoutes de découvrir le secret ? » elle renvoie la question, parce que Jill est un gros mystère pour elle. Comme elle ne s'intéresse pas plus que ça à la vie de l'Américaine, elle voit à peu près avec qui elle parle, mais pas nécessairement les personnes dont elle est la plus proche. Elle foutrait bien Lejla dans le lot, mais à part ça... Elle laisse échapper un rire, apparemment Jill aime pas qu'on lui rappelle son âge. C'est ça son problème : elle voit de la malveillance quand Aera essaie juste d'être marrante, qu'est-ce qu'elle y peut si son humour fonctionne pas sur elle ? « Carl boit pas d'alcool » elle répond directement. Et dans son pays, il a la majorité, ce qui est bien ce don elle parlait. Jill n'aime pas la bière et Aera a envie de lâcher un 'évidemment' sarcastique. Parce que Jill ne fait rien comme tout le monde, sans qu'on sache si elle le fait volontairement pour se démarquer, ou si elle est vraiment anticonformiste. « Tu t'es jamais dit que le fait que t'aimes pas veut pas dire que tout le monde pense la même chose ? » elle répond en ricanant. « Mais si tu veux tout savoir, j'aimais pas ça quand j'étais plus jeune, mais je me suis forcée à en boire pour faire comme mes potes et j'ai fini par apprécier le goût. » Surtout quand elle est fraîche, après une journée brûlante. « Tu veux pas me parler de toi un peu ? » elle finit par suggérer avec un regard amusé. Quitte à ce qu'elles puissent pas se blairer, autant qu'elle sache pourquoi.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Dim 24 Mai - 19:28

Jill, elle ne pige pas trop ce que lui veut Aera à lui faire remarquer qu’elle est confuse à se revendiquer un coup ironique, puis le suivant honnête. « Faut croire que je suis multifonction. » Duh. Le sujet Izïa, c’est peut-être un cas à part comme elle ne l’encaisse qu’à moitié le robot, mais les commentaires railleurs absolument pas sérieux, elle en sort à la pelle pour se connecter aux autres. Faut arrêter, quand elle leur demande de se suicider ou qu’elle insulte Santo, c’est juste du gros bullshit. Jill, elle n’est pas complètement psychotique. « Je fais même du sarcasme, parfois. » Trop de cordes à son arc. La môme, elle n’arrive pas vraiment à s’empêcher de faire des commentaires bien sentis face à certaines situations. Elle est toujours là, à relever à voix haute ce que les autres pensent tout bas ou à appuyer là où ça fait mal. C’est limite vital pour le bien de sa santé mentale, mais c’est aussi une manière de faire le tri au niveau de ses relations. Les gens pas capables de tolérer ses remarques acerbes ou de l’envoyer bouler à leur tour, ils sont out de son carnet d’adresse interne. « Après, si vous n’êtes pas foutus de piger tout seul à quel registre appartiennent mes différentes répliques… » elle expire dans un haussement d’épaules nonchalant. Not my problem. Jill, elle en a rien à carrer de ne pas être appréciée par certains candidats. Ça lui passe vraiment au-dessus de la tête, d’où son absence totale d’efforts pour se connecter avec certains. Comme elle a pu le dire lors de son casting, elle s’en fout de ce que l’on peut penser d’elle, tant qu’on ne l’ignore pas complètement. Son truc, c’est de débarquer avec sa personnalité clivante et de squatter un max de conversations et de rubriques dans l’émission, no matter what. Peut-être bien que son cirque va lui coûter sa place dans le jeu au bout d’un moment lorsqu’elle les aura tous lassés, mais au moins, elle aura marqué un minimum la saison avec toutes ses conneries. Du coup, plaire et aller dans le sens de Rosamie, ce n’est franchement pas l’un de ses goals principal. Que miss prom-queen prenne tout ce qu’elle raconte au pied de la lettre, c’est pas trop un souci dans le fond. Aera lui demande pourquoi elle ne l’aime pas, mais c’est tellement parti d’un truc débile cette animosité qu’elle ne peut même pas l’expliquer. « Je la trouve super fake avec sa gentillesse à deux balles. » Elle est toujours là, à faire la meuf sympa. So boring. Le pire étant quand elle était encore capable de passer la brosse à reluire à Jill à propos de son honnêteté mordante, avant que ça ne finisse par vraiment la faire chier. Elle n’arrive pas à y croire à ce côté toujours parfait et souriant. En fait, y’a tout un tas d’autres points qui font que Jill ne peut pas blairer Rosamie : sa popularité, ses posts sur le RS, l’obsession de Carlito à son égard… Stop. C’est too much. « Obviously. » elle lâche dans un fin sourire lorsqu’Aera sort le blaze de Costa à propos du secret qu’elle a le plus hâte de découvrir et qu’elle craint en même temps d’apprendre. Jill, elle fait un peu exprès pour la faire chier, même si well, la relation qu’elle entretient avec l’autre Napoli est plutôt limpide à ce stade de l’aventure. Ouuh, on a un lien spécial blabla, je me confie à lui et inversement. Faut arrêter de les prendre pour des cons. Aera, elle a beau faire la nana qui n’est pas là pour se maquer, ça se voit qu’elle sortirait bien avec un petit Costa à son bras. « J’sais pas. Y’a moyen que ce soit le cas avec l’autre Gomorra. » elle lance un peu au hasard à propos de l’hypothétique passé criminel des deux fratelli. Les indices sont plutôt flous, mais ils peuvent potentiellement pointés dans cette direction. « Tu pourrais ghoster quelqu’un que t’apprécies si son secret ne correspond pas à tes valeurs ? » Pas juste Costa, mais aussi ses potes Ashley ou Rosamie (même si à tous les coups cette princesse doit avoir avec un secret poignant et/ou engagé qui va bien faire chialer la ménagère). Jill, elle a l’avantage d’être super tolérante malgré son intolérance chronique. Les paradoxes, c’est un peu son rayon, mais disons qu’elle a plus de chance de juger un intitulé wtf tel que celui d’Izïa, que d’outer Santo de son aventure parce qu’il a essayé de braquer une banque. Du moins c’est ainsi qu’elle se voit. Peut-être que quand elle découvrira les secrets des uns et des autres, ses réactions ne coïncideront pas avec ses convictions. Jill, elle ne se prend pas trop la tête dans ses relations inta-TD, même avec ses copines Cami et Lejla. Y’a peut-être un petit côté superficiel dans leurs rapports qui aide à aller dans ce sens. Elles ont parfaitement conscience de leur environnement, ça permet de ne pas s’emballer tout en restant honnêtes. Du coup, sa réponse pour la question qu’Aera lui renvoie est déjà toute trouvée. « Franchement, non. » Ce n’est pas du désintérêt général, Jill, elle se donne juste les outils pour ne laisser la possibilité à rien de la décevoir. « Je suis plus curieuse qu’autre chose. » Limite, elle espère même secrètement que certaines révélations auront l’effet de mini bombes pour faire un peu bouger les choses. Y’a rien de pire que les saisons où tous les secrets se veulent tires-larmes. Jill, en tant que mi-candidate, mi-spectatrice du show, elle veut de l’entertainment. Elle se verse une bonne dose de rhum dilué dans du coca, esquissant un sourire face à la réflexion d’Aera. Oui, donc comme quoi ce qu’elle raconte n’est pas si déconnant : personne ne kiffe une première bière. C’est dégueu au début, mais on se force. On fait genre que c’est ok pour aller dans le sens du reste de la population, jusqu’à finir par se surprendre à apprécier le goût. « T’as pas des questions plutôt ? » elle propose en se retenant de rouler des billes, parce que c’est franchement relou de devoir fabriquer une bande-annonce de sa vie avec zéro base à laquelle se raccrocher. La môme, elle en a un peu ras-le-bol de se résumer à sa jeunesse upper middle class passée à Long Island et à sa gap-year post-lycée. Y’a plus original pour découvrir les gens. « Moi j’en ai une pour toi. » Au cas où faudrait lancer un petit exemple, parce que Jill, ça l’intéresse moyen de capter les infos que tout le monde possède déjà sur Aera sous le prétexte qu’elle est la dernière à avoir eu l’honneur de partager une conversation en sa compagnie. « C’est quoi le plus vieux et le plus significatif souvenir de ton enfance que tu es capable de te remémorer ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Lun 25 Mai - 21:47

Elle est vraiment insupportable, Jill. C'est le premier truc qui lui vient en tête à l'entendre répliquer comme la sale gosse qu'elle est, et pourtant ça l'amuse plus qu'autre chose. Sûrement parce qu'elle est pas vraiment le genre à se laisser faire et que y a pas grand-chose qu'elle pourrait lui dire qui soulèverait son agacement. Mais y a rien d'étonnant à ce que Rosamie ait du mal avec elle : Jill fait littéralement tout pour pas être appréciée, c'est à se demander comment elle a réussi à se créer son petit trio de copines qu'elle trimballe comme un sac à main – les mots de Jill, pas les siens. A moins que ç'ait été ceux d'Elena ? Elle a pas tout retenu du la chronique, juste les bribes qui l'intéressaient. « Non, c'est surtout que je m'en fous » elle rétorque en haussant les épaules. Elle va pas chercher à savoir si Jill pense ou ne pense pas ce qu'elle dit quand elle le dit, c'est pour ça qu'elle n'a pas réagi à la petite phrase à son intention dans son chant de Noël : savoir qu'elle le pensait, ou non, va clairement rien changer à sa vie. Jill trouve Rosa fake, aucune surprise là-dedans, ça l'étonne pas que la gentillesse spontanée soit pas un truc qui la branche quand elle passe son temps toutes griffes dehors. « Ouais parce que clairement quelqu'un d'aussi gentil ça cache quelque chose » elle répond dans un ricanement. Si c'est le cas, Aera attend encore et en tout état de cause, à choisir elle préfèrera une meuf gentille dans son entourage plutôt qu'une meuf à la Jill, brat croisée insecure as fuck qui compense en agressant tout le monde. Faut pas croire qu'elle la cerne pas du tout, l'Américaine, elle est un peu cliché. Ou en tout cas c'est ce qu'elle veut bien laisser entendre, parce qu'à ce stade Aera serait même pas surprise que son secret soit une connerie du genre qu'elle est venue se faire passer pour la mean girl du lot mettre de l'ambiance quand en vrai c'est une crème, mais faudrait dans ce cas-là lui décerner une médaille parce que s'immerger à ce point dans un rôle de tête à claques, ça demande des efforts considérables. Elle sait pas si elle s'attendait à ce que Jill fasse un petit commentaire de merde comme ça, ou si elle a balancé le nom de Costa précisément pour la faire réagir, mais elle peut pas s'empêcher d'afficher un sourire. « Je sais que ça va te faire chier parce que tu mises sur un Costa/Lejla, mais t'as bien compris que j'aimerais bien qu'il se passe quelque chose avec lui... » elle lâche innocemment, comme si elle faisait une vraie confession, avec tout ce qu'il faut de regard penaud pour être prise au sérieux. Evidemment qu'elle se fout de sa gueule, elle se demande juste combien de temps il lui faudra pour le comprendre. « Tu le gardes pour toi hein ? T'as l'exclusivité, je veux pas que ça se sache auprès des autres. » Y a plus qu'à attendre de voir si Jill est une meuf digne de confiance ou pas du tout, mais rien que pour voir ce que ça va amener ça valait le coup de raconter ce genre de conneries. Ca n'empêche que sa réponse de base était vraie : plus la possibilité que le secret des Napolitains tombe, plus elle se dit qu'elle est pas certaine de vouloir savoir. Elle se fait peut-être des idées, Aera, mais elle exclut pas la possibilité que ça foute un froid dans leur entente si elle aime pas ce qu'elle apprend. « Ca dépend de mon degré de proximité avec les gens. Si ton secret c'est que t'es une serial killeuse, y a moyen que ça me laisse de marbre. » Elle redoute que les secrets des gens avec lesquels elle s'investit émotionnellement, même si c'est toujours superficiel parce qu'au bout de quatre semaines, y a rien dont elle pourrait pas se remettre. Jill, à l'inverse, est apparemment plus curieuse qu'autre chose ce qui n'a rien de bien surprenant. Elle a l'air d'être le genre à se nourrir des dramas et à les provoquer quand y en a pas assez, mais elle brosse peut-être un portrait trop sévère, elle demande qu'à être détrompée. C'est aussi pour ça qu'elle a envie que Jill lui parle d'elle, qu'importe le sujet. Et naturellement, même un truc comme ça faut qu'elle trouve quelque chose à redire. Des questions, elle devrait pouvoir en trouver. Elle hausse un sourcil à celle que l'Américaine lui pose. Son premier souvenir ? C'est quoi l'intérêt de savoir ça ? « Heu... » elle prend le temps de réfléchir parce que là, tout de suite, y a rien qui lui vienne en tête. « Je devais avoir quatre ou cinq ans, on était à Busan avec mes parents et mon frère et on s'est embrouillés je sais plus trop pourquoi. Du coup pour marquer mon mécontentement je suis allée me cacher près des rochers pour les obliger à me chercher en les faisant galérer, et j'ai failli me noyer quand la marée est montée. » Y a un mélange de ses souvenirs et de l'histoire que ses parents lui ont racontée, parce qu'évidemment à quatre ans elle se rappelle pas avoir sciemment choisi de se cacher pour les foutre dans la merde. Y a bien que sa mère pour penser que c'était volontaire et qu'elle était pas juste partie bouder dans son coin. « C'était quoi la pire journée de ta vie ? » Qu'est-ce qui peut bien affecter Jill dans son petit monde où tout l'emmerde et où elle n'aime personne ?

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Jeu 28 Mai - 12:24

Jill, elle ne considère pas que quelqu’un de gentil cache forcément quelque chose. En fait, plus elle la pratique la Rosamie, plus elle se rend compte que ce n’est pas de l’hypocrisie, mais juste de la stupidité. Chez la môme, sourire h24 et être happy pour no reason, ça équivaut à être légèrement teubé dans sa vision du monde très spéciale. « Je crois juste qu’à trop vouloir être pote avec tout le monde, on ne l’est au final avec personne. » Rosa, elle est plutôt superficielle dans ses rapports avec les autres. Elle lui donne l’impression de chercher à se créer un putain de cercle social, alors que Jill, elle a tendance à se montrer beaucoup plus sélective avec ses deux seules copines triées sur le volet. Son investissement dans Cami et Lejla est total (enfin à son level), ce qui signifie qu’elle n’a aucun scrupule à s’immiscer dans leurs vies, comme si elle en avait l’autorisation. Jill, elle est franchement sans gêne avec la petite bague de fiançailles made in Wyoming qu’elle garde à son doigt ou sa tendance à chercher Cami sur le topic Louis depuis le premier jour. Sa volonté de caser l’américaine, c’est un peu devenu un running gag dans son aventure, mais dans le fond, ça lui plairait bien de parvenir à lui offrir un petit Costa pour lui changer les idées. Bien évidemment, ils ne matchent que modérément les deux, mais elle trouve le ship plutôt intéressant dans le genre CDD : Relation Chill à Durée Déterminée. Aera, elle fait la maline à se la jouer j’en ai rien à branler du rital. Jill, elle connait un peu la technique, parce qu’elle emploie exactement les mêmes attitudes en ce qui concerne la version junior du Napoli. Sauf que de son côté, c’est clair et net que ça n’aboutira jamais pour tout un tas d’incompatibilités manifestes. Elle est lucide dans le crush qu’elle a développé pour Santo, même si elle fait genre qu’elle s’en tape. Elle sait que c’est là, palpable derrières ses diverses agressions. Il y a un truc ouais, mais dans le fond, c’est juste une énième connerie pour tenter de s’accrocher aux branches d’une forme de normalité. Aera, elle vit un peu le processus inverse. Elle a l’air persuadée dans son cône de s’en foutre de Costa, mais ça ne l’empêche pas de s’over-impliquer à propos du secret du gars ou de lui filer des dates dans la loveroom. « Ouais, ouais. On se donne rendez-vous dans trois semaines pour voir comment ça aura évolué. » elle lâche avec nonchalance. Faut arrêter de la prendre pour une débile en se foutant de sa gueule. Jill, elle a maté les cinq dernières saisons de Thrown Dice, donc elle est parfaitement familière avec la mécanique du programme et des relations entre les candidats. Trop hâte de voir Aera faire ses move qui soi-disant ne cherchent rien dans une subtilité plus que relative. Avec un peu de chance, la môme aura même l’occasion de la voir se faire salement nexter par le rital, lui offrant une brèche pour glisser Lejla et sa chillness de meuf cool. « Et si mon secret c’était quelque chose qui pouvait, disons, expliquer voir excuser certains de mes comportements, tu changerais l’opinion que tu te fais à mon sujet ? » elle l’interroge en évoquant le cas opposé à son boyfriend Costa au secret discutable.  Faut pas se leurrer, Aera, elle est loin de d’avoir l’air de porter la môme dans son cœur avec les petits coups d’œil de bitch qu’elle lui lance à longueur de journée. Jill, elle aime bien se renseigner sur ce que les autres pensent d’elle et de ce qu’elle est venue défendre. Quand elle se pointe au confessionnal pour une confrontation, elle fait tout le temps la gueule, mais dans le fond ça lui plait bien de les intéresser suffisamment pour se faire buzzer. C’est vrai qu’elle ne donne pas grand-chose. Elle ne sait pas se dévoiler. Ça n’arrive qu’à de rares occasions, lorsqu’elle se sent dans un environnement safe, parce que les reste du temps, elle est constamment sur la défensive de peur de se faire juger. Elle propose une petite méthode 2.0 pour découvrir Aera, mais la meuf, ça a l’air de la brancher moyen. Sorry, mais c’est quand même plus intéressant comme question, que les échanges qu’elle partage avec sa grande copine Rosamie à propos de crèmes de jour. Who cares ? Les téléspectateurs, ils doivent être au bout de leurs vies lorsqu’ils assistent à leurs conversations dénuées de profondeur. Elle lui lance un regard dubitatif et Jill, elle n’y pige plus rien. Même quand elle essaye de faire des efforts, ça ne va pas. Là mine de rien, elle a grappillé tout un tas d’infos en une seule anecdote, donc elle ne trouve pas ça complètement déconnant comme technique. « Je ne sais pas si j’ai assez vécu pour avoir une pire journée... » Il y a des trucs qui lui viennent, qui l’ont forcément marquée d’une manière ou d’une autre, mais elle n’est pas sûre que ça colle à la thématique s’étendant sur une période de 24h. « Au décès de mon grand-père, on a respecté le rituel de la shiv’ah. Il y avait tous ces gens qui ramenaient de la bouffe constamment, les oncles éloignés se permettant de faire des commentaires creepy sur à quel point la puberté m’avait réussie etc… Je ne me sentais pas à l'aise. » Franchement pas une expérience qu’elle se verrait réitérer. Les repas de famille, c’est déjà enought pour Jill. Ils ne sont pas particulièrement croyants ou pratiquants, rien à voir par exemple avec Cami et son régime alimentaire assez spécial, mais la décision avait été prise pour coller aux requêtes des plus vieilles générations. Shiv’ah, ce n’est pas forcément censé être weird et malaisant, mais chez-elle, ils sont plutôt dysfonctionnels donc le deuil ne s'était pas déroulé d'une façon aussi plaisante que ça aurait dû être le cas. « Et comme tu dois t’en douter, pas de miroir pour checker mon reflet pendant une semaine : un vrai calvaire. » elle balance dans un sarcasme, parce qu’elle les a quand même habitué à une drôle de facette de sa personnalité en mode Mean Girls depuis le début de la saison. « C’est qui la personne qui compte le plus pour toi ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) — Jeu 28 Mai - 23:57

Comme quoi, Jill est loin d'être conne. C'est pas vraiment qu'elle en doutait, Aera, elle l'a jamais sous-estimée, à aucun point de vue, mais la réponse qu'elle donne est plutôt censée, sûrement parce qu'elle partage le même. Devenir pote, genre vraiment pote, avec quelqu'un, ça demande un investissement personnel conséquent et on peut pas le faire avec vingt-et-un candidats quand on part de zéro. En ça, Rosa et Aera diffèrent grandement parce que si l'une a cherché à bien s'entendre avec tout le monde, l'autre s'est contentée de graviter autour des mêmes personnes, et d'étendre un peu le cercle quand elle a jugé que les premières connexions étaient assez bien définies. « Tu crois pas que c'est peut-être aussi un moyen de se protéger ? » elle demande, son regard sérieux posé sur Jill. Parce que dans le fond, en n'entretenant que des relations superficielles ici, ça permet de pas avoir à s'investir et prendre le risque d'être déçu(e) si les choses tournent mal. Elle croit pas que Rosa calcule ce genre de choses, et au final quand on y regarde de plus près, elle parle avec tout le monde mais a des affinités plus poussées avec certains. C'est pas si différent de ce que fait Jill, même si l'une a une approche plus bienveillante que l'autre. Jill, elle a compris où appuyer pour provoquer les autres et obtenir des réactions, c'est tout un art (qu'Aera ne manie que dans une moindre mesure, et certainement pas ici) et c'est aussi ça qui la rend intéressante et dangereuse dans la compétition. Elle titille l'air de rien avec sa gueule d'éternelle blasée, et ça donnerait presque envie de lui prouver un truc comme pour rechercher enfin son approbation et obtenir autre chose que ses yeux levés au ciel et ses 'ewww'. Mais Aera n'est pas spécialement prête à rentrer dans ce jeu-là, pas à ce stade où elles ont du mal à s'appréhender l'une l'autre et sont partagées entre avoir un véritable échange et se rentrer dedans. Y a pas de vrai problème entre elles, pas du côté d'Aera en tout cas, mais le contexte, les autres affinités, le tout fait qu'il est facile de les opposer l'une à l'autre. Faut bien faire monter le truc, pour intéresser le public, ce serait chiant autrement. « Du coup je te donne trois semaines aussi avec Santo ou... ? » elle suggère en retour. C'est pas parce qu'elles se parlent pas en temps normal qu'Aera ne s'intéresse pas à ce que fait Jill, de la même façon qu'elle s'intéresse à un peu ce que fait tout le monde ; y a pas grand-chose de mieux à faire ici. « Je vais te dire la même chose qu'à Rosamie : à ce stade, je suis tellement soulée de la réputation que je me traîne par rapport à ça que même si j'étais intéressée par Costa je fermerais ma gueule. » Elle aura pas plus honnête et direct que ça, Jill, c'est cadeau parce qu'elle est la seule à qui elle l'a formulé de cette façon. Ca veut à la fois tout dire et rien dire, mais principalement que le problème tient plus tellement de savoir si elle pourrait être intéressée par lui ou non, mais du degré d'entêtement dont elle pourrait faire preuve pour s'en défendre si c'était le cas. « Crois pas que je me sois pas posé la question » elle répond dans un sourire. « Que ton secret puisse changer notre perspective sur toi. » Et par notre, elle veut dire tout le monde, parce qu'ils ont probablement tous une vision semblable de Jill, avec des nuances de positif et de négatif dans le tas. « Tu penses que je me fais quelle opinion à ton sujet ? » Parce qu'elle a le sentiment que Jill a des croyances vraiment erronées sur ce que pense Aera d'elle. « J'ai pas de problème avec toi, Jill » elle clarifie tranquillement. C'est important de le préciser parce que visiblement le message lui est jamais arrivé. « Si tu me rentres dedans je te rentrerai dedans en retour, c'est comme ça que je fonctionne, faut pas voir grand-chose de plus à ça. » Elle a eu le sentiment que Jill la portait pas dans son cœur, elle s'est contentée d'adapter son propre comportement en fonction de ça, ni plus ni moins. Elles seront sûrement jamais les grandes potes de ce jeu, c'est trop tard pour ça, mais ça veut pas dire qu'elles pourront jamais bien s'entendre. Cette discussion entre elles, elle la prend aussi comme une occasion de mettre les choses à plat, histoire que tout soit clair et qu'on lui foute pas des intentions qu'elle n'a pas, après ça elle laisse l'Américaine faire ce qu'elle veut de cette perspective. « Tu penses quoi de moi ? Honnêtement. » A-t-elle seulement besoin de le préciser... Mais c'est vrai qu'elle est curieuse, Aera, parce que Jill est simple à cerner en apparence mais difficile à cerner dans ce qu'elle pense des autres. L'opportunité leur est donnée – par Jill, faut bien le noter – d'aller un peu plus loin dans la conversation que des simples sarcasmes, et si elle a répondu honnêtement à la question de Jill, celle-ci fait de même en lui parlant de l'enterrement de son grand-père. En une minute, elle croit bien qu'elle a plus appris sur elle qu'en quatre semaines de cohabitation. « Une semaine ? C'est le temps que ça dure, la shiv'ah ? » Elle n'y connait absolument rien, et ne savait même pas que Jill était juive – et encore, c'est une déduction parce qu'elle n'a aucune garantie que ce soit issu du judaïsme, elle s'intéresse pas assez aux religions pour connaître ce genre de trucs. « Ji Won. Ma meilleure amie » elle répond sans la moindre hésitation à la question de Jill. « On est une bande de six et je suis proche de toutes, mais je le suis encore plus d'elle parce qu'on se connait depuis le plus longtemps. » Les autres se sont greffées petit à petit jusqu'à former un tout indissociable, mais toutes savent que leur cœur de leur groupe, ce sont elles : Ae Ra et Ji Won. « Je suis pas proche de ma famille » elle juge bon de clarifier, parce que la réponse évidente aurait sans doute de balancer le nom de son père, sa mère ou celui de son frère. « Tu l'as vécue comment, ton adolescence ? C'était une période difficile ou pas ? » Sa discussion avec Roma lui est venue en tête, et celle-ci avait l'air de penser que Jill, contrairement aux apparences, était pas forcément la meuf la mieux dans ses pompes. A présent qu'elles sont lancées, Aera se rend compte qu'elle a plein de trucs à lui demander, plein de trucs qu'elle a envie de savoir sur elle. Le dégel de la guerre froide, version Thrown Dice.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
Azula. (mardi à 21h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Azula. (mardi à 21h30) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: BAR-
Sauter vers: