Partagez
 

 birth of a new day (jeudi, 14h50)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Lun 18 Mai - 15:07


@aera
birth of a new day


Il est un peu long à la détente Carl c'est pas ressorti pour rien dans un sondage la semaine passée. Après pas loin de deux semaines de retard il est entré en grande réflexion sur les abandons de Felicity et Presley, faut croire qu'il avait besoin de prendre pas mal de recul pour encaisser le truc et maintenant l'heure est aux questions un peu trop intenses pour lui. Ça le travaille cette histoire, il se demande forcément si d'autres candidats ont prévu de suivre le mouvement même si rien n'indique qu'une vague d'abandons soit encore à redouter, c'est juste son côté pessimiste qui s'imagine que ça pourrait continuer. Carl il se demande aussi comment des candidats qui avaient l'air d'avoir les épaules beaucoup plus solides que lui peuvent avoir baissé les bras au bout de deux semaines, même si bon il oublie pas que dans le cas de Felicity ce sont des problèmes de santé qui ont surtout compromis son aventure. Ça aussi ça le tracasse, nettement plus que le départ de son premier coloc parce que Presley il allait bien la dernière fois qu'il l'a vu. La doyenne elle a un peu disparu du jour au lendemain et avant même qu'on leur annonce sa sortie il était inquiet Carl, et maintenant qu'ils ont plus aucune nouvelle encore plus. Il se traine avec toutes ces interrogations à travers le chalet avant de finalement décider de s'échouer du côté de la piscine. Il choisit pas ce lieu au hasard non plus Carl, il a bien repéré @Aera sur l'un des transats en arrivant alors c'est là qu'il a choisi d'arrêter son errance. « Aera.. Je peux m'assoir un peu avec toi ? » il laisse entendre d'une petite voix dans le dos de celle-ci pour ne pas la surprendre, avant de la contourner pour se placer devant elle. Il attend sa réponse et une fois qu'il l'a eue il s'assoit au bout du transat voisin et reste silencieux plusieurs secondes. Son regard se perd devant lui vers la surface de l'eau, puis revient finalement se poser sur Aera. « Ça va peut-être te paraitre bête mais aujourd'hui j'arrête pas de penser à Felicity.. j'espère qu'elle va bien. » C'est même plus qu'un souhait à ce stade, il a besoin qu'on lui dise que c'est le cas. Ils ont eu trop peu d'infos jusqu'ici pour qu'il se mette en tête qu'elle est simplement rentrée chez elle, ça c'est le scénario qu'on a voulu leur vendre mais il a aucune preuve de ça aujourd'hui. « On sait pas ce qu'elle a eu exactement alors j'espère que c'était pas trop grave. Je serais vraiment triste qu'elle meurt. » il lâche dans un long soupir. Felicity elle est plus toute jeune alors il peut facilement s'imaginer tout un tas de trucs qui auraient pu lui arriver sans qu'ils n'en aient rien su. La prod leur a peut-être caché un malaise cardiaque, ou une attaque cérébrale il en sait rien. Mais bon le problème il est encore plus profond que ça, et Carl il a besoin d'en parler et qu'on lui dise qu'il est pas le seul à encaisser durement le coup de tous ces départs. « Je me rends compte que j'ai vraiment du mal à laisser partir des gens que je connais depuis quatre semaines. J'arrive pas avec cet angle-là du jeu, c'est trop dur. » La sortie de Natéo dimanche elle était compliquée aussi, c'est un gars qu'il a vraiment aimé découvrir et dont il gardera un super souvenir en tant que chef. Et au-delà de ça c'est un camarade de plus qu'il a perdu et qu'il sait pas s'il reverra ensuite, les éliminations en fin de prime ça a beau être un truc attendu ça le prend toujours de court. C'est trop brusque, en quelques minutes leurs camarades s'évaporent et laissent un vide derrière eux. Ce vide ils le ressentent sûrement pas tous de la même manière mais quand t'es vraiment attaché à l'idée d'appartenir à un groupe t'as du mal à te défaire d'un ou deux éléments chaque semaine. C'est le cas pour lui et le chalet qui se vide peu à peu ça lui fait peur, il sait d'office qu'il est pas prêt pour la suite. « J'me sens abandonné chaque fois que quelqu'un s'en va, en fait je crois que je vivrais limite mieux le fait de partir moi. » il reprend alors que son regard s'égare à nouveau. C'est la deuxième fois en l'espace de quelques jours que Carl évoque son départ du jeu comme une possible solution aux différents problèmes qu'il rencontre ici, à force d'en parler il va finir par sembler sur le point de jeter l'éponge lui aussi.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Lun 18 Mai - 22:35

Comme toutes les Coréennes, Aera fuit obstinément le soleil pour préserver la blancheur de sa peau et, comme toutes les Coréennes, elle peut pas s'empêcher de foutre le nez dehors tartinée de son indice 50 chaque fois qu'il se pointe, pour rester à l'ombre tout en profitant de la douceur printanière. Certaines se risqueront à sortir le maillot de bain histoire de parfaire le look de circonstance, Aera à l'inverse n'a pas quitté son habituel combo jean + tee-shirt, tranquillement installée à l'ombre sous son parasol et un bouquin dans la main. C'est le genre de vision qu'il faut graver dans sa mémoire parce que la voir si inactive ou solitaire, c'est très rare, surtout ici. Mais elle est calée, là, elle relit Orgueil et Préjugés sauf que cette fois c'est en anglais et que ça lui demande toute sa concentration. Elle a toujours eu un faible pour cette histoire, ça appelle à son cœur de fangirl romantique qui sommeille très profondément en elle, et comme beaucoup elle a aussi un faible pour Mr. Darcy et son combat entre sa fierté et son amour pour Lizzie. Rien de tel qu'un héros nuancé avec ses failles pour qu'Aera fonde – comme quoi, la recette pour la conquérir n'est finalement pas bien compliquée. L'ombre d'une silhouette apparaît dans son champ de vision, presque immédiatement suivie de la voix de Carl. Elle sourit et tourne la tête vers lui. « Bien sûr » qu'elle répond en cornant la page de son livre avant de le poser par terre. Elle se redresse, en tailleur, tandis que Carl s'assied en face d'elle. Il a l'air encore plus malheureux que d'habitude, ce qui ne manque pas de réveiller son inquiétude de grande sœur autoproclamée. « Qu'est-ce qui se passe ? » elle demande, les sourcils froncés. Mais il s'avère que ce n'est rien de bien grave, il a seulement eu une révélation sur la santé de Felicity – qui a abandonné y a deux semaines et qu'Aera avait, en toute honnêteté, déjà zappée. Elle se sentirait coupable, si seulement elle n'était pas intimement persuadée que c'est également le cas pour le reste des candidats, exception faite de Carl visiblement. Mais évidemment elle n'a pas à cœur d'angoisser davantage l'Irlandais, aussi se contente-t-elle de secouer la tête. « Si elle avait eu un problème grave, on l'aurait su va. Je sais que la production est pas toujours un modèle d'empathie et d'humanité mais je doute qu'ils nous l'auraient caché. » Et puis Felicity est vieille mais pas SI vieille, elle n'a pas de raison de mourir comme ça d'un coup. « Je savais pas que t'étais proche d'elle ? » elle note, même si elle s'intéressait tellement peu à Felicity qu'elle ignore complètement les personnes avec lesquelles elle s'entendait bien. Elles ont juste partagé une après-midi musique la première semaine avec Kai (encore un qu'elle avait déjà zappé) et Kara, et ça ne lui a pas nécessairement donné une idée précise du personnage. Mais, comme elle le suspecte, le cas de Felicity n'est que l'arbre qui cache la forêt des réflexions parfois sorties de nulle part de Carl. C'est le départ des gens qui lui pose problème et pour le coup, elle peut pas dire qu'elle comprend pas. La question ne s'est encore jamais posée pour elle, parce que tous ceux qu'elle aurait voulu voir partir dans les nominés sont effectivement partis depuis trois semaines (à croire qu'elle devrait monter un business parallèle pour parier sur les départs), mais à mesure que les semaines vont passer, elle sait que des personnes qu'elle apprécie vraiment risquent de partir. Et si ce n'est pas eux, ce sera elle. Dans un cas comme dans l'autre, c'est pas très réjouissant. « C'est parce que c'est super intense comme jeu. On est tous là non stop les uns avec les autres, c'est facile de se créer des habitudes et c'est tout aussi normal d'avoir du mal à accuser le coup quand on nous change ces habitudes. » C'est sûr que certains départs l'affecteront plus que d'autres, parce qu'elle peut mécaniquement pas apprécier tout le monde de la même façon, mais même ceux dont elle est moins proche ça lui ferait quelque chose pour le seul fait que ça l'obligera à s'adapter encore et encore à de nouveaux paradigmes. « Pourquoi tu te sens abandonné ? » elle finit par demander, prête à se lancer dans sa psychologie de comptoir pour tenter d'aider Carl à mieux appréhender les changements dans leurs vies. « Moi je vivrais pas mieux le fait que tu partes plutôt qu'un Natéo, tu vois. » Elle ne dit même pas ça pour lui faire plaisir : elle le pense vraiment. Carl, c'est son petit coup de cœur perso parce qu'il a tellement l'air d'un animal blessé dont elle doit prendre soin qu'elle s'attache facilement à lui. « Mais si ça peut te rassurer, dis toi qu'une fois qu'on sera tous sortis et qu'on aura repris notre vie, on se réajustera très facilement à la vie sans le reste des gens. » C'est triste à dire mais c'est aussi la vérité : parce que l'expérience est extrêmement intense, elle pourra jamais être reproduite à l'extérieur.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Mar 19 Mai - 23:16

Il débarque avec son lot de tourments sur le dos et Aera délaisse hyper naturellement son bouquin pour l'accueillir auprès d'elle, comme si elle s'était préparée à mettre son occupation du moment de côté dès qu'elle l'a vu arriver. De toute façon Carl il doit tromper personne avec la tronche qu'il tire, sans même avoir besoin d'ouvrir la bouche toute cette morosité qui l'entoure doit se ressentir partout où il passe. « Je suis désolé de t'interrompre dans ta lecture. » il souffle en prenant place avant que son regard n'aille automatiquement chercher le titre du livre en question sur la première de couverture de ce dernier. Pride and Prejudice, un classique qu'il n'a évidemment pas lu. Le nom de Felicity se retrouve vite mêlé à la conversation car l'état de santé de la doyenne l'inquiète beaucoup ces jours-ci alors que ça fait un bon moment que plus personne ne se soucie d'elle. Carl il a l'impression d'être le seul à faire encore vivre le souvenir de la candidature dans l'aventure et même s'il convient très bien du fait qu'elle n'a pas vraiment marqué les esprits, il comprend pas trop pourquoi les autres l'ont zappée dès le moment où elle est partie. C'est comme si elle n'avait limite jamais existé dans ce jeu, il veut bien croire qu'elle a pas eu le temps de partager grand-chose avec la plupart d'entre eux mais de là à être le seul à s'en faire alors que ses soucis de santé ont été clairement évoqués, non, il trouve pas ça très normal en fait. C'est dans sa nature de s'imaginer assez vite le pire dès qu'un petit problème est relevé, et là s'agissant d'une dame d'un certain âge c'était assez attendu que Carl baliserait. De là à se mettre dans la tête que la prod a peut-être maquillé un évènement très grave en un simple abandon c'est sûrement excessif mais à l'image de bon nombre de trucs auxquels il songe en permanence finalement. « Ça j'en suis pas aussi sûr que toi. » il informe Aera qui tend de son côté à penser que la production leur aurait pas caché la mort soudaine de Felicity si elle était survenue dans le chalet. Ce sont des paroles qui se veulent rassurantes mais Carl il leur fait pas trop confiance pour dire la vérité, dans son esprit parano y'a des tas de choses que la prod manigance sur leur dos. « Ils nous cachent bien tout ce qu'il se passe au niveau du monde dehors, y'a des trucs qu'on est pas censés savoir apparemment. » Vivre coupé du monde c'est un truc avec lequel Carl a de plus en plus de mal, et pourtant à la base c'est pas un mec très au fait des actualités. Ça l'ennuie plus qu'autre chose de regarder les infos alors il se contente des trucs qu'il voit passer sur le net, souvent dépassés de plusieurs mois d'ailleurs et de cette façon il croit rester un minimum informé alors qu'il est juste totalement déconnecté. Mais là tout de suite il serait pas contre un petit update sur la situation mondiale actuelle, juste pour s'assurer que la prod leur dissimule pas une troisième guerre mondiale ou un cataclysme du genre. Il secoue légèrement la tête lorsque Aera s'étonne de ses rapports avec Felicity. « Non on était pas proches, enfin on s'entendait bien mais sans plus. Elle est pas restée assez longtemps pour qu'on tisse quoi que ce soit mais elle était gentille, et je trouve ça triste que tout le monde l'ait aussi vite oubliée. » Son regard file une nouvelle fois vers la surface de l'eau qu'il fixe pendant un moment. L'indifférence qu'il perçoit parfois au sein de ce chalet ça lui fait mal, si y'a un sentiment qui le lui fait peur c'est bien celui-là et sa crainte c'est que semaine après semaine il se banalise chez les uns et les autres. C'est peut-être leur façon de gérer les départs qui s'enchainent mais clairement ce sera pas la sienne. La sortie de Natéo c'est peut-être bien la première qui affecte réellement les autres candidats de son point de vue, il est rassuré que ce soit le cas mais il constate quand même qu'à part dans leur team ça réagit pas des masses à son élimination. Il est sûrement trop sensible mais même sans apprécier le bonhomme il conçoit pas trop qu'un gars avec lequel ils ont tous vécu pendant un mois puisse sortir d'un coup sans que ça ne bouleverse pas au moins un peu la vie dans le chalet. C'est intense comme jeu, Aera a raison mais dans son cas il croit pas que ce soit uniquement une question d'habitudes à perdre. « Je crois que c'est encore pire avec les teams en fait. Quand quelqu'un s'en va t'as une chance de perdre à la fois un camarade et un coéquipier, moi ça m'atteint fois deux du coup. Tu vois Natéo c'est un gars trop cool et c'était aussi le chef d'équipe parfait, bah son départ il me fait d'autant plus mal parce que ces deux aspects de lui ont disparu en même temps. J'ai l'impression d'être doublement perdant dans cette affaire et je sais que ça ira pas en s'arrangeant. » Chaque départ de Schwarz à venir sera vécu comme une double peine pour lui, pour le double deuil que ça lui demandera de faire. Ça lui arrive de pas raisonner qu'en fonction des équipes Carl mais il arrive pas à mettre ça de côté quand les candidats avec lesquels il partage un intérêt commun direct risquent leur place. C'est la première fois de sa vie qu'il se sent appartenir à un groupe dans lequel sa place a été acquise de la même façon que celle des autres et dans lequel, aussi, il sait qu'il a un rôle à jouer. Même si à tout moment les cartes peuvent être redistribuées lui il est très attaché à la compo de départ de leur team donc chaque élément qui s'en va c'est un coup dur porté à cette image hautement symbolique dans sa tête. Aera s'interroge sur la notion d'abandon qu'il a évoqué juste avant. « Parce que les autres ils retrouvent leur liberté et ils nous laissent ici, prisonniers de ce système. Je trouve ça nul d'abandonner tu sais, va pas croire que j'encourage ça mais.. parfois je comprends un peu ceux qui le font. » C'est pas un truc qu'il confierait à tout le monde mais Aera il se sent pas de lui cacher quoi que ce soit, quand ça va pas il lui dit, quand ça va aussi. La coréenne est en quelque sorte devenue sa confidente dans ce chalet, c'est à elle qu'il a le plus ouvert son cœur et sa tête jusqu'à présent et le fait de la savoir sur la piste de son secret le dissuade pas du tout de se découvrir peu à peu. Au contraire il est pas tellement décidé à se battre pour garder son secret Carl, il mâchera pas le travail à ceux que ça intéresse mais son but c'est pas de trainer ce boulet encore très longtemps à sa cheville. Aera sous-entend qu'elle vivrait pas mieux son départ que celui d'un Natéo et il sait ce que ça signifie Carl à partir du moment où il l'a pas du tout vue affectée par la sortie du canadien. Le sourire qu'il affiche c'est le genre de sourire qu'il arbore quand il est touché au cœur, et il mentirait s'il disait que de son côté le départ d'Aera lui ferait rien. Ça, c'est même tout l'inverse de la réalité. « Idem pour moi. Si tu devais partir ce serait.. ouais non, je préfère même pas imaginer en fait. T'es là maintenant et c'est tout ce qui compte. » Parmi les départs qui le feraient tomber au fond du trou celui de la coréenne se place très bien, mais comme il vient de le dire il tient pas du tout à se projeter là-dedans tant que ça semble loin de lui tomber dessus. « Je suis pas pressé de reprendre ma vie comme avant moi.. » il annonce alors qu'Aera prétend qu'une fois l'extérieur regagné ils se réajusteront tous très facilement à la vie sans les autres candidats. Il se retrouve pas du tout dans le très facilement en fait Carl, et d'office il sait que ça pourra pas s'appliquer à lui. « J'suis tout seul dehors, j'ai personne. Ce sera terrible quand on partira chacun de notre côté et que nos chemins se sépareront, j'arrive même plus à imaginer ma vie sans vous dedans. » Il n'exagère même pas en disant ça, sa vie aujourd'hui elle se concentre essentiellement sur cette aventure avec eux puisqu'il n'a pas tellement l'impression d'avoir mis une vie entre parenthèses dehors. Car quelle vie au final ? Un job nul qu'il reprendra sans doute pas, des colocs qu'il déteste, une famille qu'il voit rarement et plus généralement une existence à laquelle il n'arrive pas à donner un sens. Ici il a pas toujours l'impression d'avoir sa place mais y'a des gens qui acceptent de se lier à lui malgré sa réputation douteuse, des gens qui lui tendent la main gratuitement, des gens qui s'inquiètent de le voir triste et d'autres qui l'aident même à gérer ses migraines. C'est tellement plus d'attention que ce à quoi il n'aura jamais droit à l'extérieur, comment il pourrait renoncer à tout ça facilement en sachant ce qu'il ne retrouvera plus jamais ça. « Dis-moi qu'on se reverra même si tu penses que ce sera pas possible. » il finit par lui demander, dans un soupir, avant de croiser son regard. C'est un truc qu'il a besoin d'entendre, peu importe que ce soit réaliste ou non c'est pas tellement ça qui importe.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Jeu 21 Mai - 16:21

« T'en fais pas, elle peut attendre » elle tente de rassurer Carl. Son livre, elle peut le reprendre quand elle veut et surtout, elle sait déjà comment il se finit. Elle préfère de loin la perspective de parler un peu avec lui, surtout quand il a l'air inquiet comme ça et qu'elle peut enclencher le mode grande sœur d'un coup. Qu'il mentionne Felicity la surprend compte tenu du fait que tout le monde semble avoir oublié son existence, elle la première. Elle pourrait s'en sentir coupable mais le fait est qu'ils ont commencé l'aventure à 22 et si encore maintenant elle peine à créer des liens tangibles avec certains candidats, elle a su dès le début qu'elle ne ferait pas forcément l'effort avec des Felicity ou des Jethro, si bien que son départ ne l'a pas affectée. Comme Carl, bien qu'à un degré moindre, elle espère qu'il ne lui soit rien arrivé et que les problèmes médicaux qui ont contribué à son abandon ne sont pas sérieux. Au-delà de ça, elle avoue ne pas avoir réfléchi davantage à la situation, à l'inverse de Carl qui croit que la production leur mentirait là-dessus. C'est possible, bien sûr, après tout ils ont un total pouvoir de contrôle sur les informations qu'ils leur divulguent, mais ça lui semble énorme quand même. « Qu'ils ne nous disent pas ce qui se passe à l'extérieur, ça ne me choque pas plus que ça, mais je crois pas qu'ils iraient cacher la mort d'une candidate » elle tempère patiemment. Leur but est de renforcer l'esprit de huit-clos qui règne dans le chalet, pour les forcer à se concentrer sur les candidats et uniquement sur les candidats, mais il y a un monde entre ne rien dire de l'extérieur et taire le décès d'une femme qui a fait partie du jeu. Ils finiront bien sûr par avoir la réponse, mais Aera doit bien admettre qu'elle n'est pas spécialement inquiète là-dessus. Ce qui ne suffira de toute façon pas à rassurer Carl, dont elle sait qu'il est incapable de se débarrasser des idées qu'il se met parfois en tête. Il lui parle de leur lien, pas forcément très développé, mais qui laisse comme toujours entrevoir son degré de sensibilité, indéniablement plus élevé que celui de la majorité des candidats – dont Aera. Elle comprend pourquoi il voit les choses de cette façon, mais elle a un avis relativement différent sur la question. « Tout est tellement intense ici, il se passe tellement de choses tout le temps qu'on n'a pas vraiment le temps de s'attarder sur le passé... » elle souffle d'un ton qu'elle voudrait rassurant. « Ca ne veut pas dire qu'on s'en fiche complètement, c'est juste que le quotidien et le futur prennent le pas sur le reste. Surtout quand ça concerne des personnes qui n'avaient pas encore créé de liens forts avec d'autres candidats ici. » Elle sait que certains départs seront bien plus compliqués à gérer parce qu'ils concerneront des gens auxquels elle s'est attachée. Un Ashley, par exemple, sur la sellette depuis deux semaines et dont elle craint qu'il finisse par être éliminé par le public. Ca l'affecterait nettement plus que le départ d'une Jill, ou le départ d'un Kai avec lesquels elle n'a et n'avait pas créé de lien particulier. Ils sont humains, après tout. A l'inverse de Carl, si elle aime son équipe et espère pouvoir garder le dynamisme des Adler durant les semaines à venir, elle n'a pas le sentiment que ce soit une double peine mais là encore, son absence totale de lien avec Natéo l'empêche sans doute de voir les choses de la même façon que Carl – sans parler du fait qu'ils n'ont pas le même niveau d'empathie pour les autres. « Tu sais, les équipes peuvent être amenées à évoluer, même sans parler de départs. Chaque équipe peut tenter de faire basculer un membre d'une équipe à l'autre, et changer toute la dynamique qu'il y a maintenant. » Elle trouverait ça un peu con à ce stade du jeu, parce qu'elle trouve que les Adler et les Schwarz ont évolué d'une façon différente en tant qu'équipes et que ça ne mérite pas de dépenser des Cliffords pour changer ça. « Et surtout, on fonctionne en équipes pour l'instant... mais ça reste un jeu individuel. Il n'y a qu'une personne qui peut gagner et on est tous là pour la même raison. Quand on se rapprochera de la fin du jeu, les équipes n'auront plus lieu d'être. Et puis on a tous des liens forts avec des gens qui ne sont pas dans nos équipes respectives... » Il n'y a qu'à les voir, Aera et Carl, pour en être convaincus. Elle sait qu'elle a un discours trop pragmatique pour lui parce qu'il raisonne de façon émotionnelle quand elle est généralement plus terre-à-terre dans son approche à partir du moment où elle n'est pas directement impliquée, mais elle peut pas s'empêcher de lui dire les choses comme elle les pense, même quand ça ne sert absolument à rien. « Mais c'est un système qu'on a choisi. Ou du moins qu'on a accepté. On savait à peu près dans quoi on s'embarquait quand on a voulu faire cette émission... » Certes, elle s'imaginait pas le degré d'intensité que ça pouvait atteindre et combien il est facile de laisser certaines choses prendre de grosses proportions qui prêteraient à sourire à l'extérieur. « Pour moi abandonner c'est avoir pris la place de quelqu'un pour rien » elle note en haussant les épaules. Clairement, à moins que sa propre vie soit en danger elle songerait jamais à faire ce qu'a fait un Presley par exemple. Y a tellement de gens qui ont tenté le casting, la frustration de savoir qu'on n'a pas été pris et qu'un type qui a été pris a finalement abandonné doit être énorme. Abandonner, c'est un synonyme d'échec pour elle, et clairement elle comprendra jamais. Peut-être que Carl comprend des choses qui lui échappent totalement. Ce qu'il lui dit a le mérite de la toucher, en plus de lui arracher un sourire tendre. Elle pose une main sur son bras et plante son regard dans le sien. « Je ne vais nulle part aussi longtemps qu'on voudra de moi. Et je ne me fais pas d'illusions : ce sera peut-être dur pour certains au début, mais tout le monde passera rapidement à autre chose. » C'est un constat un peu cynique, mais il est surtout réaliste. Bien sûr que les liens qu'ils développent commencent à s'affirmer et prendre une grande importance, mais c'est surtout une question d'adaptation, de nouvelles habitudes à prendre. Ca lui fait de la peine de voir que Carl est à ce point convaincu que rien ne l'attend dehors, ou pire : qu'il est seul. Pour toutes les critiques, parfois justifiées, qu'il se prend de la part de certains dans le jeu, il a quand même réussi à nouer des relations sincères avec certains, dont elle, qui doivent lui donner un sentiment d'appartenance qui lui manque peut-être à l'extérieur. « Mais c'est parce qu'à l'heure actuelle on vit en vase clos, on passe tellement de temps les uns avec les autres que ça devient impensable de s'imaginer sans tout le monde. Je pense pas qu'on reprendra une vie vraiment normale, mais on passera à autre chose une fois qu'on aura retrouvé notre quotidien. » Ca ne veut pas nécessairement dire qu'elle rangera l'expérience dans un coin de sa tête et n'y pensera plus jamais, ou bien qu'elle n'aura pas envie de revoir certains, mais elle sait qu'il peut être facile de vouloir recréer à l'extérieur la dynamique qu'ils ont ici, et qu'en raisonnant comme ça, ils risquent d'être déçus si ça ne se concrétise pas. La question de Carl lui vaut un nouveau sourire et si elle enlève sa main de son bras, elle continue de le fixer du regard. « Pourquoi ce serait pas possible ? » elle demande, un rien d'amusement dans la voix. « Bien sûr qu'on se reverra à l'extérieur, y a rien qui nous en empêche » elle confirme sincèrement. De la même façon qu'elle reverra sans doute d'autres personnes ici ou là, et que le vrai test se fera à ce moment-là : peut-être que des gens dont elle était moins proche ici deviendront de véritables amis dehors, et vice versa. Ou peut-être que ceux pour lesquels elle éprouve de l'affection dans le jeu continueront de graviter dans sa vie d'une façon ou d'une autre. « Comme ça on ira au magasin de vinyles à Brighton. Tu me montreras ta vie. »  La proposition est tout ce qu'il y a de plus sérieuse, elle s'imagine totalement le faire. Peut-être organiser une réunion avec les autres candidats à Londres, parce que c'est le plus simple géographiquement. « Qui est-ce que tu voudras revoir à l'extérieur ? » En d'autres termes : avec qui a-t-il créé une relation qui lui donne envie de la poursuivre dehors ?

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Sam 23 Mai - 0:23

Parano comme il est Carl voit facilement des complots partout, comme lorsqu’il soupçonnait que la prod fasse gagner des candidats au physique forcément avantageux et qu’à un tournant invisible de l’aventure ils pourraient être triés et gardés, ou non, en fonction de ça. C’est aussi aberrant que d’imaginer qu’on puisse leur dissimuler la mort de Felicity, sauf que là Carl en plus de divaguer il en devient un poil morbide. Aera le suit pas dans son délire et pense qu’il s’en fait pour pas grand-chose, en tout cas elle voit pas la prod tremper là-dedans et mine de rien ça le fait quand même un peu réfléchir. « C'est chiant qu'elle ait pas d'enfants, eux ils auraient pu se manifester sur les réseaux pour donner de ses nouvelles. » Il soupire et on sent vraiment que ça le travaille. Car c’est aussi ça qui l'inquiète Carl, s'il devait arriver un truc grave à Felicity il est pas certain que ça impacterait beaucoup de gens. De mémoire c'est -ou c'était, il sait pas du coup- une femme pas énormément entourée, avec très peu de famille donc il voit pas bien qui pourrait le rassurer là-dessus si la prod veut pas faire de mise à jour sur son état de santé actuel. Il a sollicité un cadreur pourtant la dernière fois qu'il a été au confessionnal mais il s'est fait gentiment rembarrer sous prétexte qu'on pouvait pas lui filer d'infos venant de l'extérieur. C'est frustrant quand t'as vécu deux semaines avec quelqu'un et qu'on refuse de te dire si la personne va bien, il a pas l'impression de demander la lune pourtant. Alors non Carl n'était pas particulièrement proche de la doyenne de la saison mais ça ne l'empêche pas de déplorer son départ pour raisons médicales et de s'en faire pour elle, surtout quand il voit que les autres l'ont rayé du jeu comme si au final elle n'en avait jamais vraiment fait partie. Aera laisse entendre que tout avance trop vite ici pour qu'ils puissent s'attarder sur le passé et une part de lui le comprend, l'autre part trouve simplement ça un peu triste. Il la contredira pas sur le fait que Felicity n'a pas eu le temps de tisser des liens qui comptent ici, et c'est là que sa trop grande sensibilité se heurte à celle plus raisonnable de ses camarades. Carl il a pas besoin d'avoir noué un lien important avec quelqu'un pour regretter sa sortie ou s’inquiéter pour l'avenir de cette personne et il a un peu fait la même chose l'autre fois avec l'amie de Roma en rémission d'un cancer, il ne la connait pas mais il avait malgré tout besoin d'apprendre une bonne nouvelle la concernant. Savoir que les gens sont malades ou mourants ça lui flingue le moral à l'irlandais, sans qu'on sache si c'est imputable ou non à l'aversion profonde qu'il a développé pour les hôpitaux il y a neuf ans. Son imagination s'emballe un peu alors qu'il refait dans sa tête le parcours express de la doyenne. « Ça se trouve dans une réalité parallèle à la notre Felicity elle a gagné le jeu, moi je suis sorti dès la première semaine et toi t'as gardé ton secret jusqu'au bout. » Son secret à Aera c'est d'ailleurs un sujet qu'il se voit pas aborder aujourd'hui, ni un autre jour en fait, il sait pas quand il arrivera à amener le chose tout en se sentant à l'aise avec ça. Il suppose qu'elle en a parlé avec pas mal de candidats déjà cette semaine et lui, de toute façon, il est un peu dans le déni par rapport à cette histoire. Ça l'a secoué et maintenant il tente d'y penser le moins possible pour pas adopter malgré lui une attitude différente envers elle. Il poursuit alors qu'un large sourire étire ses lèvres. « J'aime bien m'imaginer d'autres réalités. Tiens, dans une autre réalité j'ai peut-être réussi à être plus qu'un binôme d'entrée pour Rosamie aussi va savoir. » et ça, étrangement, il le note avec une certaine légèreté et une pointe d'autodérision. Il lui expose son point de vue sur les équipes dont il a beaucoup de mal à se défaire quand surviennent les éliminations, et il sent que là encore il se laisse atteindre par des trucs qui parleront pas forcément aux autres, un peu plus distants vis-à-vis de tout ça. C'est pas qu'ils s'en fichent des équipes, ils sont juste bien plus capables que lui d'encaisser un départ sans qu'il s'apparente pour eux à une double peine. Aera n'exclut pas que les équipes puissent évoluer et c'est vrai, il songe pas trop aux avantages qu'une team peut s'offrir avec les cliffords ou en tout cas pas celui permettant de switcher un membre d'une équipe à une autre car Carl il a pas envie de voir tout ça bouger. « Elles sont bien comme elles sont les équipes, les modifier ça reviendrait à casser l'esprit et l'identité d'une team je trouve. Tu te verrais aller chez nous toi ? Parce que moi j'me verrais pas du tout aller chez vous. » Il aurait l'impression de trahir les Schwarz et leur chef originel qui l'a personnellement choisi en allant de l'autre côté et de toute façon il pense pas que ce soit le désir des Adler de récupérer un jour un élément comme lui. Y'a des gens qu'il aime des deux côtés c'est pas le souci, il s'imagine juste pas quitter un groupe où il évolue depuis le début car ça résume presque entièrement son aventure, cette team. Aera ajoute qu'ils sont tous là pour la même raison et il secoue légèrement la tête. « Non justement, on est pas tous là pour gagner. En tout cas moi je le suis pas, je suis même pas sûr d'avoir un vrai but en étant ici. Et puis le côté individuel du truc je sais pas si j'arriverai à m'en emparer, tout seul j'ai pas l'impression d'exister dans ce jeu. Les teams ça me donne une place et une fonction ici, j'aime bien ça. Si les teams disparaissent je disparais avec je crois bien. » il termine dans un petit haussement d'épaules, fataliste. C'est pas une façon de penser très optimiste mais Carl a décidé de broyer du noir aujourd'hui, son aventure il a déjà pas la sensation qu'elle repose sur grand-chose alors si demain on lui retire son appartenance aux Schwarz il voit pas bien ce qui lui restera. La jouer solo il sait pas faire, y'a qu'à voir comment il galère quand il faut nominer des gens et que personne n'est derrière pour lui dire quels noms donner. Dès qu'il y a un semblant de responsabilité à assumer il est pas capable, ou plutôt il se persuade qu'il ne l'est pas. Carl c'est un assisté né, si on le fout tout seul dans l'arène il fait en sorte de s'y perdre et d'y tourner en rond à l'infini plutôt que d'aller combattre avec les autres. « Et ce système, tu pourrais renouer avec si on te proposait une nouvelle expérience dans le genre de celle-là ? » il demande à Aera avant que celle-ci considère qu'abandonner c'est tout simplement voler la place de quelqu'un d'autre. En voyant les choses sous cet angle Carl parvient lui aussi à se ranger à cet avis, c'est vrai que lâcher au bout de deux semaines -ou plus- c'est avoir un peu surestimé ses capacités d'adaptation à un tel cadre et c'est dommage quand on sait que des milliers de postulants ont été recalés au même moment qu'on leur filé leur ticket d'entrée. Pour autant lui n'en veut pas à Presley ou Felicity, il peut pas juger des gens qui ont pas eu le sentiment de trouver leur place ou pas réussi à s'épanouir dans ce jeu sachant que lui-même est passé par tout ça et connait encore des phases du genre plus d'un mois après son entrée. Carl il s'en fait pour l'après, quand il devra retrouver sa vie insignifiante à Brighton où clairement il n'a rien, ni personne. Il est pas pressé de dire au revoir à tout ça parce qu'il a fait trop de belles rencontres ici, et vécu trop de choses pour que le retour à la vraie vie se fasse sans douloureuse transition pour lui. Perdre tout ça d'un coup ce sera compliqué, il devrait peut-être pas se pourrir la tête avec ces idées-là maintenant mais sa sortie il considère qu'elle peut sonner à tout moment donc il pense pas que ce soit trop tôt pour ça. Aera le rassure comme elle peut et ses mots l'apaisent, au même titre que sa main sur son bras qu'il accueille avec un sourire. « Dans un sens j'espère que t'as raison et en même temps pas trop, parce que j'veux pas passer à autre chose trop rapidement. Cette aventure elle est pas parfaite mais c'est le truc le plus intense que j'ai vécu de toute ma vie, alors je crois que tout me semblera bien fade quand je sortirai. En plus du gros vide qui me happera. » Et dans cet élan d'inquiétude un peu prématurée il demande à Aera de lui assurer qu'ils se reverront dehors, même si elle doute que ce soit faisable. Et apparemment c'est pas le cas, elle se demande même pourquoi ce serait pas possible et là comme ça il a bien quelques raisons qui lui viennent à l'esprit à l'irlandais. « Y'a la distance et puis.. t'auras peut-être pas envie de me revoir. » il souffle alors que ses yeux vacillent entre la coréenne et ses mains, qu'il croise et décroise. Mais Aera est catégorique : ils se reverront à l'extérieur ça semble d'ors et déjà acté pour elle, et quand il entend ça Carl il relève la tête d'un coup et il sourit comme un enfant à qui on viendrait d'offrir un chiot. « Vraiment ?? » Elle lui parle de ce magasin vintage à Brighton évoqué dans une de leurs précédentes discussions et affirme qu'ils s'y rendront ensemble. « Oh j'adorerais ! Je t'emmènerai au Brighton Palace Pier aussi, au bout y'a une fête foraine tu verras c'est trop cool. Et tu pourras en profiter pour visiter Londres c'est qu'à une heure de train, ça te permettra de revoir Ashley, Roma, Michaela et puis Costa. » Quand il y pense ça lui fait tout bizarre de se dire qu'il vit tout près de quatre camarades et que dehors leurs chemins se sépareront pas tant que ça, finalement. Londres c'est vraiment la porte à côté, même si Carl depuis qu'il s'est échoué à Brighton il a trop peu saisi l'occasion de s'y rendre. Ce qu'il connait le mieux de l'Angleterre jusqu'à présent c'est la station balnéaire qu'il a rejoint comme au pair, la capitale à part y aller pour les castings on peut pas trop dire qu'il l'ait "honorée" de sa venue. Des candidats qu'il voudrait revoir il est déjà en mesure d'en nommer, et pour cause Carl il a songé à toutes ces questions dès la première semaine. « À part toi j'aimerais rester en contact avec Izïa, Ashley, Maci.. et puis Rosamie forcément, plus tout ceux qui voudront bien me revoir mais si déjà je peux ne pas vous perdre de vue tous les cinq ce sera super. » Il dirait pas non plus non à l'idée de revoir Michaela quitte à suivre ses séances à distance pour pas relâcher ses efforts une fois sorti, Jill aussi il aimerait bien car ça l'embêterait un peu de ramer autant à créer quelque chose entre eux pour tout perdre d'un coup dès que les portes du chalet s'ouvriront sur l'extérieur. Il y a aussi Roma dont il aimerait beaucoup rencontrer les filles, Natéo même s'il vit super loin.. et d'autres qui lui apparaissent un peu moins comme une évidence mais en réalité, Carl, il est tellement seul et désespéré qu'il acceptera de revoir tous les camarades qui seront ouverts à cette perspective même si ça doit lui demander de se taper un trajet de malade à chaque fois. Il se sacrifiera si ça peut lui offrir un semblant de vie sociale, ce qu'il a pas connu depuis plusieurs années. « Et toi qui tu voudrais revoir dehors ? » il lui retourne tout naturellement la question en se penchant légèrement vers elle dans un sourire. « Ou ne pas revoir, t'as peut-être aussi une idée assez précise des gens que tu laisseras derrière toi ici. » Carl il peut parfaitement concevoir que certains candidats ne fassent pas d'efforts pour se revoir une fois lâchés en pleine nature si la cohabitation ne se passe déjà pas très bien ici, car bien souvent le souci c'est pas le cadre et l'enfermement mais un manque de compatibilité entre les personnes à la base

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Dim 24 Mai - 12:10

Elle ne savait même pas que Felicity n'avait pas d'enfants, même si elle ne voit pas comment elle aurait pu le deviner compte tenu du fait qu'elle ne lui parlait pas. Carl n'en démord pas et Aera ne sait pas vraiment ce qu'elle pourrait dire de plus pour le rassurer. « Ecoute, j'essaierai de me renseigner auprès de la prod' si ça t'inquiète à ce point » elle propose pour le rassurer. Pas qu'elle ait de grands espoirs en ses chances d'obtenir la vérité si celle-ci était tragique mais elle n'est pas non plus obligée de dire à Carl qu'elle n'a eu aucune réponse. Elle n'est pas adepte du mensonge, Aera, mais elle sait aussi que toutes les vérités ne sont pas toujours bonnes à dire et qu'un white lie de temps à autre, s'il peut aider quelqu'un d'autre, ne fait pas vraiment de mal. Il lui parle de réalités parallèles et ça lui tire un sourire : y a bien que lui pour s'imaginer un truc pareil. Elle, elle doute que dans n'importe quelle réalité parallèle Felicity aurait pu gagner le jeu, mais pour le reste... Le seul fait d'entrer avec un binôme différent aurait peut-être changé radicalement la dynamique de toute l'aventure, pour tout le monde, distribué les cartes d'une autre façon. Elle ne croit pas que dans cette réalité parallèle Rosamie aurait cédé aux charmes de Carl cela dit, parce qu'il y a trop de choses qui les séparent outre son comportement qui n'a pas du aider. Elle ne va pas le dire à voix haute en revanche, il ne servirait à rien de briser son illusion s'il y trouve du réconfort dedans. « Peut-être qu'une fille aurait craqué direct sur toi et passé tout le jeu à essayer de te séduire » elle suggère à la place dans un sourire amusé. Faut dire qu'il n'a pas eu de chance, Carl : la seule fille plus jeune que lui, c'est Jill et autant elle a toujours aimé les histoires improbables, autant celle-là tiendrait franchement de la science fiction. Et Aera n'a pas forcément de problème avec les écarts d'âge dans une relation, mais culturellement elle a tendance à associer dans un couple un homme un peu plus âgé et une femme un peu plus jeune, sans que la différence d'âge soit trop prononcée. « C'est vrai que j'aurais bien aimé une autre réalité où mon secret n'aurait pas été découvert sur un éclair de génie » elle reconnaît, même si maintenant elle a fait sa paix avec l'idée. Disons qu'elle aurait bien aimé que les gens galèrent sur son secret, que des indices tombent sur lui et qu'ils aient formulé plein de théories improbables. Elle, c'était l'inverse : one strike and gone. Entre ça et ses piètres compétences personnelles pour trouver des secrets, elle pouvait pas miser sur cet aspect-là pour se vendre au public. Carl a l'air plutôt satisfait des équipes actuelles et elle doit bien reconnaître qu'elle partage de plus en plus son point de vue. Les Adler sont en train de devenir une espèce de petite famille mal assortie plus qu'une simple équipe. Ils n'ont pas besoin de soirées ultra travaillées, y a qu'à voir ce qu'ils ont prévu ce soir : un petit dîner au calme, juste entre eux, mais c'est aussi ça qui ressert les liens entre eux même quand ils n'en ont pas vraiment envie. Là où elle aurait peut-être sérieusement considéré changer d'équipe, ou gagner un membre des Schwarz chez eux il y a encore une semaine, désormais elle préfèrerait la garder telle qu'elle est même si ce n'est pas celle-là qu'elle a donnée pendant la chronique d'Elena. « Non, je me verrais pas aller chez vous, même si ça peut paraître paradoxal vu que certaines des personnes dont je suis la plus proche ici en font partie » elle laisse entendre avec un sourire entendu en la direction de Carl. Mais les équipes n'ont jamais empêché les affinités individuelles et elle ne voit pas de raison que ça change. « Et puis vu les personnes qui se trouvent chez les Adler, je te recommanderais d'éviter de venir chez nous effectivement... » On a bien compris que Carl ne porte pas Costa dans son cœur, il ne servirait à rien de retourner le couteau dans la plaie en le changeant d'équipe. Aera, elle est aussi fière que les chefs d'équipe aient désignés comme les meilleurs chefs, autant Kara que Natéo qui s'investissent depuis le début pour créer un esprit d'équipe. Elle suppose que Maci reprendra admirablement le flambeau chez les Schwarz, même si elle est surprise que ce soit elle qui ait été désignée : elle aurait imaginé quelqu'un avec une personnalité de leader... même s'il est vrai que la plupart se trouvent plutôt chez les Adler. La bonne nouvelle, c'est qu'on ne la foutra jamais dans ce rôle-là parce que tout le monde sait qu'Aera n'a pas l'âme d'une leadeuse du tout et n'a aucun intérêt ni envie de le devenir, dans ce jeu ou ailleurs. Carl n'a pas l'air sur la même longueur d'ondes qu'elle concernant sa présence dans le jeu et elle arque un sourcil, perplexe. Quel intérêt de venir ici si l'objectif n'est pas un minimum de gagner ? Il a probablement des raisons, et des raisons très bonnes qui plus est, mais elle ne peut pas imaginer qu'on ne vienne pas avec au moins l'espoir d'atteindre la victoire. Elle de son côté elle n'est clairement pas venue pour enfiler des perles et même si l'expérience en elle-même est au moins autant, si ce n'est plus importante, que le résultat final il n'en reste pas moins qu'elle a quand même envie d'arriver au bout ne serait-ce que pour boucler la boucle. « Mais... arrête de te dévaloriser comme ça ! » elle proteste en lui jetant un regard sombre. Il le fait en permanence et c'est aussi pour ça que tout le monde finit par voir en lui exactement ce qu'il projette : quelqu'un qui manque de confiance en lui, un introverti émotif parfois un peu creepy dans ses attitudes. « Bien sûr que t'existes individuellement dans le jeu ! Regarde, je suis dans l'équipe adverse et pourtant on passe du temps ensemble sans que je me sente obligée de le faire ! » Ca devrait être un argument-clé, non ? Aera, elle continuera d'exister avec ou sans équipe, peut-être même davantage sans son équipe parce qu'on ne peut pas poursuivre un but individuel et le faire en équipe jusqu'au bout, c'est contre productif, mais elle est convaincue que c'est également le cas de Carl. « Je te le dis avec toute mon affection, mais va falloir que tu t'affirmes un peu dans le jeu sans te cacher derrière ton équipe ou les gens. » Du moins s'il veut rester et elle finit par croire que ce n'est pas vraiment le cas. Elle trouverait ça dommage, elle, parce qu'elle sait qu'il a tellement plus à donner que ce qu'il a montré jusqu'à présent et elle ne doute pas que pas mal de personnes peuvent se reconnaître un peu dans son hypersensibilité et son côté rêveur. « Honnêtement ? J'en sais rien. Il faudrait qu'il y ait une raison de le faire derrière » elle répond finalement en haussant les épaules. C'est une aventure un peu dingue, elle est la première à le reconnaître Aera : tout est intense, fait pour les occuper en permanence et les ¾ du temps elle est juste heureuse de pouvoir y participer. Mais y a aussi le quart restant, où elle doit parler d'elle et de son secret, où elle doit composer avec les caméras, où elle a peur que les relations qu'elle noue ici soient basées sur du vide ou pire, des mensonges. C'est pas tout rose et elle regrette parfois qu'on ne parle pas plus de ça parce qu'elle ne doit pas être la seule à le ressentir. Si elle devait le refaire, elle le referait en ayant une cause à défendre, un truc qui lui tienne à cœur et quand on la connait, on sait que ce n'est pas son genre. « Peut-être que j'irai dans une télé-réalité de dating tu sais, genre Love is Blind ! » C'est la seule qu'elle ait vraiment regardée sur Netflix récemment, ça l'a fait marrer le concept d'épouser un parfait inconnu, typiquement le genre de truc qu'elle pourrait faire sur un coup de tête. « Et toi tu referais un jeu comme celui-ci ? » elle retourne la question sans savoir ce qu'il a dans la tête. Elle suppose qu'ici, il a le sentiment d'exister un peu, de développer des relations avec les autres et à en juger par toutes leurs discussions, elle sait que ce n'est pas forcément le cas à l'extérieur. Et c'est plus ou moins ce qu'il confirme indirectement en mentionnant son retour à sa vie dehors qui lui semblera plus fade. Elle peut comprendre et elle pense pareil, Aera : on ne sort pas d'un jeu comme celui-ci indemne quand, comme eux, on est plutôt du genre sensible. Ca laissera des marques en elle, mais elle sait aussi qu'elle apprécie d'autant plus l'aventure qu'elle est amenée à finir et heureusement. Elle ne pourrait pas vivre à huis-clos pendant des mois et des mois, ça la rendrait dingue mais c'est aussi parce qu'à l'extérieur elle a des gens qui l'attendent. « C'est normal... mais il faut bien revenir dans la réalité aussi, tu ne crois pas ? » Parce qu'ici, s'ils forgent des relations qui sont réelles au moins pour la durée du jeu, tout le reste est un peu factice, monté par la production pour captiver l'intérêt de son audience. Ca ne remplacera jamais la vie qu'ils ont tous dehors, même si c'est très intense. « Bien sûr que j'aurai envie de te revoir » elle confirme sans la moindre hésitation, un large sourire sur les lèvres. Faut bien qu'elle puisse continuer dans son rôle de noona, à jouer les grandes sœurs un peu chiantes. La perspective a l'air d'emballer Carl en tout cas – et tant mieux, c'est un peu l'objectif ici, lui montrer qu'il y a des personnes ici qui sont attachées à lui et pas uniquement pour le jeu. Il prévoit déjà leurs aventures britanniques et elle acquiesce en riant face à cet enthousiasme. « Je suis jamais allée à Brighton en plus, il paraît que c'est super mignon comme ville ! » Elle a déjà entendu parler de ce pier et de la fête foraine parce que deux de ses colocs y sont allés pendant son année à Londres et lui ont montré un tas de photos de leur visite sur la côte. Quant à Londres... même si ce n'était pas pour revoir les candidats qu'il mentionne – ce qui est déjà une raison largement valable de s'y rendre – elle a encore des gens qu'elle connaît de là-bas et qui seraient ravis de la voir pour une pinte au pub, à se remémorer leur vie d'étudiants. « Ca me va comme programme ! » elle valide avec un nouveau sourire. Carl énumère les personnes qu'il souhaiterait revoir une fois le jeu fini et ça l'amuse de voir que la plupart sont des personnes discrètes comme lui, faut croire qu'ils se sont bien trouvés, tous. Sa liste est sensiblement différente, bien sûr, même si elle inclut quelques personnes en commun avec lui. « Toi du coup, et puis Rosa, Roma, Ashley, Kara, Costa, Gianni, Micha... » Elle a l'impression de sortir une tonne de noms, et elle ne sait même pas si la réciproque serait vraie, à l'exception de Kara puisqu'elles en ont déjà parlé. Pour les autres, elle suppose qu'elle verra qui aura envie de la revoir une fois sortis de ce jeu. Et puis il y a tout ce qu'on promet de faire et qu'on ne fait pas, un peu comme les potes de vacances dont on jure qu'on se reverra pour finalement les laisser à la meilleure place : celle d'une rencontre qui suscite une nostalgie amusée quand on y repense. « Il n'y a personne que je n'aurais vraiment pas envie de revoir ici, parce que dans l'ensemble j'ai pas de problème particulier avec qui que ce soit. » Même Jill, elle pourrait la revoir même si ce serait le moins probable de tous au vu de leur relation à peu près inexistante, mais elle peut pas dire qu'elle y serait fermement opposée. « On n'aura qu'à organiser une réunion à Londres et viendra qui voudra » elle propose alors, comme une idée en l'air mais pas forcément impossible à mettre en place s'ils s'en donnent les moyens. Mais ça c'est son côté love to love qui ressort : dans le fond, elle est persuadée que pas mal de personnes ici auront juste envie de reprendre leur vie sans se soucier des relations qu'ils auront forgées ici.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Mer 27 Mai - 1:17

Aera propose de se renseigner auprès de la prod et il remue doucement la tête, ça lui a fait du bien de partager sa petite préoccupation du moment avec elle mais il veut pas non plus que ça déborde sur les autres, Carl. Si encore il pensait que la coréenne avait des chances de faire parler quelqu'un il aurait rien contre mais il croit vraiment que la prod ne leur dira rien à ce propos. Il sait plus quoi faire pour obtenir des informations à ce sujet, alors il suppose qu'ils n'a plus qu'à laisser tomber et ravaler son inquiétude. « Non perds pas ton temps avec ça, ils diront rien j'ai essayé déjà. » il balaie sa proposition avec un petit sourire avant d'ajouter « Mais merci t'es gentille. » car c'est vrai elle l'est Aera de se soucier à ce point de ce qui le tracasse. C'est pas tout le monde qui l'aurait longuement écouté parler d'une candidate disparue depuis plusieurs semaines, elle est d'une patience rare avec lui. Il se projette dans d'autres réalités pendant quelques secondes et la coréenne le laisse faire, là où encore une fois d'autres l'auraient certainement stoppé dans son élan en lui demandant d'arrêter de rêver. Son esprit fantasque ne connait pas de limites, c'est courant pour lui de s'imaginer comment les choses auraient pu tourner dans un contexte légèrement différent. Et sans qu'il s'y attende Aera entre dans son jeu en laissant entendre une scénario qui, il faut bien le dire, relève un peu de la science-fiction à ce moment-là pour Carl. Il esquisse un léger sourire en coin tandis qu'il secoue la tête. « T'es drôle, il aurait fallu une fille vraiment désespérée pour ça. » Une fille qui flasherait d'entrée de jeu sur lui et qui tenterait de le séduire par tous les moyens ensuite, non, même Carl n'irait pas jusqu'à s'imaginer un truc pareil parce qu'il reste quand même conscient que ses chances de plaire à quelqu'un dans ce cadre comme dans n'importe quel autre sont très minces voire quasi nulles. « Je leur ai jamais plu, moi, aux filles. » il reprend en baissant la tête et c'est une réalité à laquelle il s'est fait depuis longtemps. Il a envie de croire qu'il connaitra un jour une belle histoire en dehors de celles qu'il écrit dans ses rêves, mais faut avouer que l'expérience qu'il se traine le rend pas très optimiste sur la question. Après quoi il se retrouve un peu bête devant l'aveu d'Aera, qui n'aurait pas craché sur une autre réalité où son secret n'aurait pas été découvert de cette façon. « Oh.. Et tu te sens pas.. un peu mieux, maintenant que c'est tombé ? » il se risque à demander alors qu'il ne sait pas comment elle se sent Aera, à présent que sa vérité a éclaté. Il ignore si le regard des autres dans le chalet pèse lourd, si le fait d'avoir parlé de tout ça publiquement l'autre jour a été une épreuve ou non. Il n'a pas encore saisi l'occasion d'en parler avec elle parce qu'il redoute ce sujet-là, mais ça semble assez inévitable désormais. Tout ce qu'il espère c'est qu'il commettra pas de bourde par rapport à ça parce qu'il peut être sacrément gaffeur Carl quand il s'y met, trébucher sur un sujet sensible c'est même un peu sa spécialité dont il s'y aventure presque à reculons là. Il se doute qu'elle n'a pas envie de changer d'équipe elle non plus, à ce stade tout le monde a un peu trouvé son petit équilibre et les teams sont harmonieuses telles qu'elles sont. Et puis il y a cette remarque qui le concerne ainsi que ses relations chez les Adler, et dont il pense saisir le sens. « J'imagine que tu fais référence à Costa. » Aera elle évoque des gens qui se trouvent chez les Adler mais là il voit qu'un candidat avec lequel ses rapports craignent à ce point. D'ailleurs il va pas la contredire là-dessus, c'est précisément l'une des raisons pour lesquelles il refusera d'être transféré si un jour c'est envisagé dans son équipe. « J'ai aucune envie d'en faire un allié c'est sûr, on est pas faits pour partager les mêmes intérêts lui et moi. » Et quand il dit ça y'a un double sens à y voir, évidemment il parle pas que du jeu. « Quand je vois qu'on est même plus capables de se parler sans se bouffer le nez, franchement.. » La discussion de la veille lui reste en travers de la gorge, il en tire une certaine amertume et le petit tacle de l'italien n'est toujours pas passé. Costa et lui dans la même équipe à tous les coups ça ferait des étincelles, au moins chez les Schwarz il s'entend avec tout le monde et faut avouer que ça simplifie grandement les concertations ou les réunions de team. Il se sent à l'aise dans ce groupe-là Carl et il le voit comme quelque chose d'inespéré sachant qu'il n'a jamais eu de chance avant ça dans les histoires d'équipes. À l'école ça ne fonctionnait jamais avec lui, et pour cause il était toujours foutu dans un groupe où il n'était pas désiré à la base. Il a le sentiment que c'est pas le cas avec les Schwarz et il se raccroche fortement à cette idée au point d'avoir du mal à adopter un autre point de vue que celui de son équipe. Elle lui demande d'arrêter de se dévaloriser et c'est aussi une remarque à laquelle il a souvent droit, le manque d'estime qu'il se porte n'est plus un secret pour personne et ressort dans presque chaque conversation qu'il a ici. D'après Aera il existe forcément en tant qu'individualité dans ce jeu, leurs échanges en seraient même la preuve et c'est vrai, le fait de s'être lié à des candidats qui ne soient pas que des coéquipiers devrait lui faire dire qu'il y aussi un Carl en dehors de sa team. Devrait seulement, parce qu'il est pas tellement convaincu l'irlandais. « Y'a exister et Exister, moi je suis là mais je sers à rien. » il balance dans un haussement d'épaules, réaliste quant à ses exploits inexistants en tant que joueur depuis le début. Au fond Carl il est convaincu qu'on peut réaliser un beau parcours sans forcément tremper dans la chasse aux secrets mais lui a vraiment l'impression de ne s'illustrer dans rien ici, comme les enquêtes c'est pas son truc il aimerait trouver un autre moyen de marquer ce jeu de son empreinte mais il voit pas lequel. Alors il se résigne assez à l'idée de rester un candidat de passage parmi tant d'autres dont on ne retiendra rien en particulier, si ce n'est peut-être les frasques mais ça c'est pas la façon dont il aurait aimé faire parler de lui à choisir. « Vous me dites tous la même chose. » il soupire alors qu'Aera lui sort le refrain habituel. Faut qu'il s'affirme, s'endurcisse.. il connait la chanson pour l'avoir entendue un paquet de fois en un mois et on constate bien le peu d'effet que ça a eu sur lui. De toute façon Carl plus on lui rabâche les choses et moins il en tient compte, si c'est pas rentré la première fois alors c'est foutu. « Ça veut dire quoi s'affirmer dans un jeu pareil ? » il demande quand même, par curiosité. Il veut bien arrêter de se cacher derrière son équipe ou ses liens mais dans un jeu où la plupart des candidats avancent en alliance il trouve que ça rime pas à grand-chose de lui demander ça, vu que tout le monde le fait plus ou moins aussi. On peut dire beaucoup de choses du bonhomme mais il a jamais sollicité qui que ce soit pour s'éviter une nomination ou se garantir une bonne place dans la popularité, il se repose pas mal sur les candidats dont il est proche ici mais il ne leur demande rien par contre, alors il a peut-être affirmé plus d'indépendance qu'il en a lui-même conscience depuis le début finalement. Aera est pas en mesure de dire si elle pourrait rempiler pour une expérience du même genre après celle-là, pour le coup il se serait attendu à une réponse un peu plus tranchée même si comme elle dit il faudrait une bonne raison à ça. Elle exclut quand même pas une participation à un programme de dating et quand il entend ça il marque la surprise, alors que Love is Blind il voit même pas ce que c'est. « C'est pour trouver l'amour à la télé ? Tu te verrais là-dedans toi ? » Si oui il juge pas Carl, lui voit juste pas tellement la différence entre une télé-réalité de dating et celle-ci vu que les motivations des candidats d'un programme à un autre semblent être un peu les mêmes. Ça l'amuse d'ailleurs parce qu'on a bien rigolé de lui les premiers jours quand il a développé son crush express pour Rosamie en lui disant qu'il s'était trompé d'émission mais depuis les crushs ont fleuri de toutes parts, comme quoi il était à la bonne place l'irlandais il avait juste un peu d'avance sur tous les autres. Il se voit retourner la question et de son côté c'est déjà un peu réfléchi. « Oh non je crois pas. Ce monde-là m'a jamais attiré et depuis que j'y suis mon opinion a pas tellement changé, c'est un peu trop superficiel pour moi et les caméras qui tournent h24 c'est étouffant aussi. J'aime bien ma petite liberté et ici je peux pas faire tout ce que je voudrais comme je le voudrais. » Il précise pas ce dernier point, y'a que lui qui sait ce qui le bloque vraiment en étant dans ce jeu coupé du monde et forcément restreint dans les libertés qu'il peut avoir dehors. Carl il a du mal à entendre qu'il devra passer à autre chose une fois cette aventure terminée pour lui, c'est logique de reprendre sa vie après pareille expérience mais ça lui dit trop rien, en tout cas pour l'instant. Y'a des trucs avec lesquels il a du mal ici mais ça reste enrichissant sous plein d'aspects, en plus d'être vraiment vivifiant ce qui n'est pas franchement un terme qui pourrait décrire son quotidien à l'extérieur fait de routines. Il entend ce qu'elle dit Aera, et bien sûr que le retour à la vie normale sera un passage obligatoire pour tout le monde. « Je sais pas, j'ai jamais vraiment vécu dans la réalité moi. » C'est sûr que vu sous cet angle.. Il a pas hâte de retrouver le monde décevant qui l'attend dehors Carl, ce monde dans lequel il n'a jamais vraiment eu les deux pieds puisqu'une part de lui vit dans son imaginaire depuis toujours, ou presque. Donc la réalité il sait plus trop où elle se situe, ici tout semble très réel et à la limite cette réalité-là lui plait déjà plus, au moins dans ce jeu il arrive à se lier aux autres et sa vraie nature ne peut pas totalement ressortir. Il sait bien qu'il pourra pas vivre indéfiniment dans un jeu télé et il en a pas particulièrement envie non plus, il veut juste en profiter le temps que ça dure parce que oui, dehors, sa vie lui semble vraiment fade et vide en comparaison à celle qu'il mène dans ce chalet. Il est bien content de pouvoir inscrire le nom d'Aera sur la liste des candidats qu'il a l'assurance de revoir dehors - liste sur laquelle elle est la seule à figurer pour le moment mais qu'il espère pouvoir rapidement agrémenter d'autres noms. Et Brighton c'est effectivement très mignon comme coin, il risque pas de la contredire là-dessus. « C'est bourré de charme oui ! Tu t'y plairas j'en suis sûr, elle met tout le monde d'accord cette ville. » Contrairement à Londres pour le coup, où pas mal de gens semblent connaitre leur lot de désillusions en allant s'y installer. Carl il tient ça de la conseillère de son agence d'au pair qui lui avait grandement conseillé Brighton plutôt que Londres car les expériences y sont bien meilleures, le cadre de vie aussi. Lui n'a de toute façon jamais été tellement séduit par les grandes métropoles, il vient d'un petit patelin de trois mille habitants à l'origine alors il se voyait pas jeté en pleine jungle sachant qu'il arrive déjà à se perdre dans un chalet de cette taille. Aera valide en tout cas une visite de la capitale dans la foulée pour y retrouver les candidats qui y vivent, sans qu'il sache si ça en sera la seule raison ou si elle a des points de repère à Londres dont il n'a pas connaissance et qui l'auraient poussée à s'y rendre dans tous les cas. Ils ne donnent pas exactement les mêmes noms lorsqu'il est question de dire qui ils souhaiteraient revoir dehors, Aera cite par exemple Gianni et Costa avec lesquels il n'a personnellement pas envisagé de garder le contact. Carl il pense avoir beaucoup du mal à conjuguer sa vie avec celle des italiens de l'aventure dehors, chacun pour des raisons très différentes mais voilà, il cherchera sûrement pas à ce que ça se fasse parce qu'il estimera qu'ils n'auront rien à s'apporter un peu comme ici finalement. Pourtant à la base il est ouvert sur ces questions-là, il estime juste que pour avoir envie de revoir une personne il faut déjà aimer vivre avec celle-ci et il mentirait s'il disait que c'est un plaisir de tous les instants de cohabiter avec ces gars-là. Aera ne se ferme à aucune retrouvaille non plus, c'est en tout cas ce qu'elle avance aujourd'hui mais ils tiendront peut-être tous les deux un autre discours dans quelques semaines quand la question se posera réellement. L'idée d'une réunion entre anciens candidats à Londres est alors évoquée, à la limite oui ils pourraient organiser ça et ceux qui voudront n'auront qu'à venir. « Ce serait grave cool moi je suis partant, tu peux noter que je serai là ! » il l'informe dans un grand sourire, plein d'enthousiasme et Carl il réserve déjà sa place lui, il perd pas de temps. Ce sera qu'à une heure de chez lui à moins qu'il retourne au pays entre temps mais dans tous les cas il voit pas ce qui pourrait l'empêcher d'en être, en admettant bien sûr que cette réunion voit vraiment le jour. « T'as déjà réfléchi au premier truc que tu ferais une fois sortie ? Parce qu'il y a dix mille façons de retrouver la vie qu'on a laissé, chacun aura ses petites priorités et ses trucs à régler. Toi ce sera quoi ? » Y'a plein d'aspects de sa sortie qu'il a pas encore étudié Carl mais par contre il sait précisément où il va aller quand il sera dehors lui, il le sait même depuis le premier jour parce qu'il a laissé un truc en suspens en s'embarquant sur un coup de tête pour cette aventure. Un truc qu'il a promis à Rosamie qu'il allait régler, et il commence lui aussi à penser que c'est nécessaire et qu'en le faisant pas il restera sur un tas de non-dits et de questions. Non pas que ce soit vital pour lui d'obtenir ces réponses pour avancer dans sa vie, mais mine de rien ça lui ôtera un sacré poids quand cette histoire sera derrière lui parce qu'il est vraiment pas serein en sachant que tout ça l'attend à Brighton.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
birth of a new day (jeudi, 14h50) Empty
Message (#) Sujet: Re: birth of a new day (jeudi, 14h50) — Jeu 28 Mai - 0:55

Elle a bien envie de détromper Carl et de lui dire qu'elle est certaine de réussir là où il a échoué, mais dans le fond elle ferait surtout ça pour lui et elle n'a pas besoin de démontrer une fois de plus à quel point elle peut être bornée quand elle veut. « Bon, comme tu voudras » elle répond finalement, prête exceptionnellement à lâcher l'affaire, ce qui mériterait presque une médaille à ce stade. Ils parlent réalités alternatives, un truc auquel elle n'aurait jamais spontanément pensé, mais Carl est capable de réveiller son petit côté rêveur qu'elle montre rarement parce qu'elle est généralement trop ancrée dans sa réalité pour le faire. Mais là, à méditer sur ce qu'aurait pu être leur aventure dans des circonstances différentes, ça l'amuse un peu. Elle pourrait imaginer une réalité où les binômes auraient été intervertis, ou bien des affinités différentes se nouer, il y a mille possibilités finalement. Celle qu'elle expose à Carl n'est qu'une parmi tant d'autres, mais il n'a pas vraiment l'air convaincu par la possibilité qu'une fille se soit intéressée à lui. Ca la frustre un peu, de le voir se dénigrer à ce point même si elle sait qu'il ne peut pas s'en empêcher et qu'il est convaincu de ce qu'elle avance. Est-ce que Carl est un profil conventionnel ? Probablement pas. Mais il se démarque par d'autres qualités que tout le monde ne possède pas, tout est question de savoir s'intéresser à ce qui compte vraiment et passer outre ce qu'on renvoie. Il dit ne leur avoir jamais plu, aux filles, et elle secoue la tête. « C'est parce que t'es pas tombé sur les bonnes » elle répond, catégorique sur la question. Y a quelqu'un pour chacun d'entre eux, faut juste tomber sur cette personne-là. Elle est sûre que des filles pourraient être séduites par Carl et la façon qu'il a de s'émerveiller de tout comme un gosse, ou à faire des petits cadeaux comme ça, pour le plaisir. Certes, Aera fait pas partie de cette catégorie de femmes, mais c'est parce qu'elle est chiante sur ses préférences et qu'elle est incapable de se satisfaire d'un vrai gentil. « Et je te trouve dur, à croire qu'il faut être désespérée pour s'intéresser à toi. » Elle a envie de croire qu'il ne le pense pas vraiment, mais elle sait qu'au fond il en est convaincu et que tous les messages positifs du monde ne suffiraient pas à le faire changer d'avis. Pour ça, faudrait qu'une fille s'intéresse vraiment à lui et lui prouve qu'il en vaut la peine, et ce n'est pas dans le jeu que ça se produira au vu des personnalités qui évoluent ici. Il lui faut une vraie gentille, timide, introvertie, qui doute beaucoup d'elle et a besoin qu'on la traite comme une reine. Ce qui exclut d'office 99% des filles, si pas toutes. Elle secoue la tête à sa question. Non, elle se sent pas mieux, mais c'est parce qu'elle a encore du mal à se faire à l'idée, et puis qu'elle a l'impression d'avoir perdu une partie de ce qui pouvait la rendre intéressante dans le jeu, à savoir la part de mystère dont jouissent encore tous ceux qui l'ont conservé. Sans ça, elle a l'impression de ne plus avoir grand-chose à faire là, ce qui l'angoisse d'autant plus qu'elle n'a aucune envie de partir. Elle se sentirait beaucoup mieux si d'autres secrets tombaient, et pas seulement à moitié comme celui d'Izïa. « Pas vraiment. Une partie de moi est contente de ne plus rien avoir à cacher, mais une autre est frustrée de pas l'avoir gardé plus longtemps. J'ai l'impression que je suis privée d'une partie du jeu, maintenant. » Comme d'orienter les gens sur des fausses pistes ou de parler en demi-vérités, ou de voir certains galérer sur des indices à son sujet. Au final il aura suffit d'un éclair de génie de Maci, et si elle est réellement contente pour elle parce que c'est toujours une fierté de trouver un secret, elle aurait préféré le garder un peu plus longtemps. Elle confirme d'un signe de tête quand il mentionne Costa. Elle est peut-être pas la plus observatrice du lot, mais faudrait être aveugle pour pas savoir que Carl ne porte pas le napolitain dans son cœur. S'ils devaient en plus être dans la même équipe, nul doute que les tensions escaladeraient au moins du côté de l'Irlandais. « Parce qu'il plaît à Rosamie ? » Elle suppose que la réciproque est vraie aussi, mais autant Rosa a été plutôt claire sur le sujet, autant elle n'a jamais entendu Costa en parler directement donc c'est peut-être qu'une hypothèse. Elle fronce les sourcils quand il mentionne une embrouille. « Vous bouffer le nez ? Il s'est passé quoi ? » elle demande, d'un ton qui ne souffre aucune réplique et certainement pas qu'on élude le sujet. Parce que l'italien, c'est pas vraiment le genre à s'énerver surtout contre un Carl, mais que de la façon dont il en parle, visiblement c'était pas une embrouille unilatérale de Carl qui s'énerve contre Costa, ce qui l'intrigue d'autant plus. Carl s'enfonce encore un peu plus dans cette manie de se dénigrer, et cette fois il estime qu'il ne sert à rien, ce qu'elle trouve un peu dramatisé compte tenu du fait qu'à ce stade, tous ceux qui ne servaient véritablement à rien, tous les Felicity et les Kai de ce jeu, sont déjà sortis. Qu'il soit encore là, pas une seule fois nominé depuis le début du jeu, c'est la preuve indéniable qu'il a sa place ici même s'il en doute. Le problème avec Carl, c'est qu'elle aura beau lui donner des éléments factuels pour lui prouver qu'il se trompe, il ne l'écoutera pas et n'en fera qu'à sa tête. Elle ne sait pas toujours bien comment faire passer les messages pour qu'il les entende, les comprenne, les retienne et les accepte comme vérités. Et on dira peut-être que c'est pas son rôle, à Aera, de faire ça mais franchement si personne le fait, ça n'aidera pas Carl à voir qu'il mérite d'être là avec eux. « Tu crois vraiment que t'as moins d'utilité que Jill ? » elle lève les yeux au ciel à cette seule idée. « La meuf qui en plus de ne pas chercher de secrets demande aux gens de son équipe d'aller se tuer et à moi d'aller me faire foutre ? » Elle ricane, parce que si ça c'est pas la preuve que l'utilité de Carl est plus avérée que celle de Jill... Et même si elle sait très bien que l'Américaine l'a dit sans le penser – elle est chiante, mais c'est pas non plus une sociopathe a priori – il n'en reste pas moins que c'était plutôt douteux comme approche. « Ca veut dire ne pas laisser les gens te dire comment tu dois te comporter. Et oui, ça m'inclut moi dans le lot » elle précise dans un sourire. Parce qu'Aera, si on la laisse faire, elle continuera à décréter ce qu'elle pense être le comportement approprié comme si elle savait tout, et ça fait partie de ces défauts qui la rendent insupportable quand on la connait pas. « Mais surtout ça commence par ne pas te rabaisser tout le temps, parce que les gens le feront déjà bien assez pour toi. » De la même façon que ça la touche de voir des filles autour d'elle complexées par leur physique et prêtes à se charcuter pour s'approcher d'un idéal de beauté fictif. Elle aurait toujours envie de leur demander si elles critiqueraient leurs amies de la façon dont elles se critiquent elles-même, et Carl ça lui fait un peu le même effet. Le tableau qu'il brosse est bien trop noir, et s'il faut passer son temps à lui rappeler les qualités qu'il possède, ça la dérange pas de le faire si ça peut aider. Ils parlent d'autres télé-réalités, et elle balance Love is Blind comme ça, au hasard, quitte à choisir. Parce que toutes les autres télé-réalités fonctionnent un peu comme Thrown Dice, sauf si leur caractéristique principale est l'aspect dating. « Je suis incapable de me trouver un mec dans la vraie vie, peut-être que c'est ce qu'il me faut » elle répond, le ton sérieux mais le regard malicieux. Le truc qu'elle a aimé dans Love is Blind, c'est qu'ils ont appris à se connaître au-delà de leur physique et même si ça reste un critère éminemment important, si ce n'est le plus important au départ qui conditionnera un peu le reste, il n'en reste pas moins que l'idée de tomber amoureux de quelqu'un qu'on n'a jamais vu lui a semblé intéressante. Elle partage cependant un avis un peu similaire à celui de Carl sur la télé-réalité. Ils ont beau être supposément libres ici, la présence de caméras fausse un peu cette liberté et si d'autres n'en ont pas autant conscience qu'elle, de son côté elle a du mal à les oublier. C'est pour ça que l'accès à la loveroom lui tenait à cœur : pour avoir, pour quelques heures, la possibilité de ne pas s'en soucier. « Qu'est-ce que tu voudrais faire que tu ne peux pas faire ? » elle demande, même si elle en a déjà une vague idée. Il dit ne pas vivre dans la réalité et ça lui arrache un nouveau froncement de sourcils. « Tu sors jamais, à Brighton ? Qu'est-ce que tu faisais quand tu t'occupais pas des enfants ? » Elle croit pas qu'ils en aient jamais vraiment parlé, elle et lui, et même si dans sa tête il y a aussi beaucoup de réflexions autour de son secret et que ce qu'il dit ne fait que la conforter dans certaines théories qu'elle peut avoir, elle a surtout réellement envie de savoir à quoi il passe son temps, ce qu'il aime vraiment faire, ses passions, ses hobbies, pour l'aider à mieux comprendre comment il fonctionne. En parlant de Brighton, la perspective qu'elle vienne lui rendre visite là-bas a l'air de l'enchanter, et c'est pas si souvent qu'elle arrive à enthousiasmer les gens de sa seule présence alors elle veut bien prendre. Il en parle avec une certaine affection, et ça ne fait que renforcer son envie de le faire. Elle sait pas combien de fois elle a dit qu'elle ferait quelque chose pour finalement se trouver toutes les excuses du monde, mais pour une fois elle a envie d'aller jusqu'au bout de son idée, de la concrétiser et de ne pas attendre que les choses lui tombent dessus. Elle programmera son voyage dès son retour à Séoul, elle s'en fait une petite promesse mentale, ne serait-ce que pour lui donner l'impulsion nécessaire compte tenu du fait qu'elle ne fait jamais de promesse dans le vide. L'idée d'une réunion à Londres a également l'air de l'emballer, et elle trouve ça mignon, Aera, même si elle devrait peut-être s'inquiéter de ce que ça peut vouloir dire pour lui (à savoir que personne ne l'attend vraiment à Brighton). « Cool, on s'organisera des retrouvailles alors. Et promis j'inviterai pas Costa si tu veux pas le voir » elle se moque gentiment. De toute façon elle ne doute pas qu'il sera occupé à récolter les labeurs de sa présence ici et n'aura pas forcément envie d'une réunion avec ses anciens colocataires. Elle hoche la tête à la question qu'il lui pose. En fait, ce n'est pas tant qu'elle y a déjà réfléchi, plutôt que c'est très instinctif pour elle. « Je vais facetimer mes meilleurs amies à la seconde où je retrouve mon portable ! » elle déclare, limite solennelle parce qu'il n'y a rien qu'elle ait plus envie de faire que ça. Même si elle se crée des affinités ici et qu'elle peut réellement s'attacher à certains candidats, la vérité c'est que personne n'aura jamais ce genre de place que peuvent avoir ses amies de Séoul, parce qu'il y a trop de passé entre elles, trop d'histoires, trop de choses qui les rendent non seulement irremplaçables mais surtout inégalables pour elle. C'est la plus importante des valeurs pour Aera, l'amitié, c'est un truc sacré et si elle peut pas dire qu'elle s'ennuie ici ou qu'elle n'a personne à qui parler, y a juste des jours où elle voudrait pouvoir parler dans sa langue maternelle avec sa bande, débriefer de tout et de rien comme elles le font à l'extérieur. « Et une fois rentrée à Séoul, je filerai manger des tteokbokki dans mon restaurant préféré » Parce qu'elle est incapable de se les cuisiner elle-même ici, et qu'elle se damnerait pour en manger. Sans grande surprise, les priorités d'Aera sont donc ses amies et la bouffe, comme quoi on ne peut pas lui reprocher de ne pas être elle-même dans ce jeu. « Et toi, tu feras quoi en premier quand tu seras sorti ? » Qu'est-ce qui pourrait vraiment intéresser Carl, une fois qu'il ne sera plus dans le jeu et devra se confronter une nouvelle fois à la réalité du monde extérieur avec laquelle il semble avoir tant de difficultés ?

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: PISCINE EXTÉRIEURE-
Sauter vers: