Partagez
 

 what it's all about (vendredi, 09h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: what it's all about (vendredi, 09h30) — Lun 18 Mai - 16:04

WHAT IT'S ALL ABOUT.
W / @Roma

Si à l'extérieur il se surprenait à méditer sous la douche comme si son esprit n'avait pas trouvé meilleur endroit pour faire le ménage dans ses pensées, ici c'était encore un besoin autrement plus grand de s'isoler quelques minutes sous le jet d'eau après une heure de sport. Froide le plus souvent, quoi que ça dépende de son humeur et du temps qu'il prévoyait d'y passer. Vivre avec une quinzaine de personnes, c'était manquer pas mal d'occasions de se retrouver un peu seul, et Gianni appréciait de savoir qu'ici, au moins, on ne viendrait probablement pas le trouver. C'était pas spécialement un besoin de fuir la compagnie des autres, c'était plutôt celui de faire le point sans se sentir obligé de faire la conversation, ou d'être dans le moment présent quand quelques fois, il avait besoin de s'échapper un peu. Il n'était pas certain d'en être arrivé au point où se confier spontanément aux autres était devenu une chose naturelle, et il y avait de toute façon encore trop d'éléments qui rendraient ça compliqué, alors dans ces cas-là il trouvait particulièrement pratique de s'isoler en attendant de se sentir à nouveau capable de sociabiliser. Ce matin il n'était pas resté sous la douche plus de cinq minutes, mais le simple fait d'avoir pu réfléchir à tête reposée, puis de ressortir de là et d'enfiler des fringues, ça le faisait se sentir comme neuf. Et d'autant plus cette semaine où il avait atteint un confort supérieur et avec lui, une salle de bain un peu plus spacieuse. Quittant la serviette qui entourait sa taille pour enfiler un boxer et un jean, il enfila une chemise qu'il s'apprêta à boutonner lorsque la porte s'ouvrit pour le laisser un peu incrédule. C'était pas une question de pudeur, après avoir passé une semaine torse-nu c'était pas vraiment une chose susceptible de l'inquiéter, il pensait juste avoir bien calculé son coup en tablant sur une heure où il devrait avoir la salle de bain pour lui sans qu'un de ses colocataires ne débarque. Mais lorsqu'en se retournant il aperçut Roma, il comprit que toutes les précautions du monde n'auraient sûrement pas pu empêcher sa visite, et l'idée lui tira un sourire accueillant. « Tu me cherchais, ou t'es venue t'assurer que j'étais toujours moins bien loti que toi ? » Il glissa, l'air amusé, supposant qu'il y avait en réalité pas mal d'autres raisons qui pouvaient faire que Roma pousse la porte de cette salle de bain à cette heure-ci. Des raisons d'ordre pratique ou matériel, un besoin quelconque de mettre la main sur Costa ou l'un de ses voisins de chambre. Mais c'était bien plus drôle de faire écho à leur discussion de l'autre jour. Et puis, ça lui faisait penser à un truc. « Tiens, regarde. » L'italien retroussa l'une des manches de sa chemise pour laisser apparaître son avant-bras. « Il a pratiquement pas bougé. » Son dessin, celui qu'elle lui avait fait à même la peau lorsqu'ils étaient dans la salle à manger et qu'il avait ensuite repassé plusieurs fois au feutre fin, juste histoire qu'elle n'y ait pas passé du temps pour rien. Les traits du dessin s'étaient légèrement atténués, mais il restait malgré ça reconnaissable. « J'évite de l'exhiber à tout bout de champ, Carl serait capable de vouloir le même et tu te retrouverais à devoir ouvrir un salon. » Gianni se fendit d'un rictus pour souligner la plaisanterie, et alors qu'on avait eu le temps de noter sa présence depuis la semaine passée. Il était d'ailleurs reconnaissant à Roma de ne pas en avoir profité pour lui recouvrir tout le bras, parce qu'il aurait eu l'air malin, d'autant plus que c'était lui qui avait demandé.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.


Dernière édition par Gianni le Jeu 28 Mai - 5:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Mar 19 Mai - 0:07

Réveillée depuis deux bonnes heures, Roma vaque à ses occupations habituelles. Après un petit déjeuné tranquille avec Rosamie, elle se décide à prendre du temps pour elle. Douche, soin du visage, manucure… Elle enfile même une de ses robes favorites, une petite robe jaune à bretelle fine qui sera parfaite pour le beau temps qui semble se profiler à l’horizon. Elle ajoute tout de même un petit gilet sur ses épaules histoire de ne pas attraper froid. Le chalet est bien silencieux, ils sont assez rares ceux qui sont déjà debout. Il y bien Rosamie qui traine dans le coin, mais ce n’est pas cette Swchartz à qui elle pense. Non, quand elle dénoue l’élastique de ses cheveux elle ne pense pas à Rosa. Ou quand elle enfile ses chaussons d’un air absent. La solitude de la matinée lui donne envie de passer du temps avec la première personne avec qui elle a parlé dans ce jeu: Gianni. Elle se demande s’il dort encore, alors qu’elle renoue ses cheveux qu’elle vient de défaire. Elle se demande s’il est pas occupé à entretenir ses abdos en bétons à la salle de sport ou un truc du genre, puis défait une fois de plus ses cheveux. Elle se décide à le trouver, se disant qu’il y a de forte chance qu’il se trouve dans sa chambre. Elle fouille dans sa mémoire pour se souvenir que cette semaine il est trois étoiles et surtout en compagnie de son copain d’allergie de tee-shirt: Costa. Elle sourit en y pensant, c’est quand même marrant qu’ils se retrouvent dans la même chambre cette semaine. Un coup d’oeil dans le miroir, pour se satisfaire de ses cheveux lâchés et elle part à la conquête du second étage, quand elle y pense elle se dit qu’elle n’est jamais vraiment aller dans ce coin là du chalet, elle est juste passée pour faire la touriste dans les premiers moments. Aujourd’hui elle se contente de rester là où on lui a octroyé une chambre. Elle s’était dit que la chambre serait certainement le meilleur endroit pour trouver Gianni, mais quand elle passe devant la salle de bain elle croit y entendre quelques bruits significatif d’une occupation. Elle tend l’oreille, sans trop savoir ce qu’elle cherche à entendre. Bon elle va pas rester là à écouter ce qu’il se passe dans la salle de bain, ce serait franchement un peu trop intrusif. Quoique, le fait d’entrée sans frapper c’est pas forcément mieux. Mais elle s’est emmêlée les pinceaux l’indienne, en voulant se sortir de la posture du voyeur là. Comme par magie, un Gianni entrain de s’habiller appairait devant elle, c’est qu’elle aurait presque besoin de faire un focus dans ses petites mirettes là. Elle lui offre un large sourire. Elle rigole doucement en prenant possession de la pièce, qu’elle parcours de part en part. « Je te cherchais. » Elle finit par lui répondre, laissant glisser un index sur le rebord de la vasque. « C’est la première fois que j’entre réellement dans cette pièce tu sais. » Elle qui vit la belle vie depuis le début de l’aventure, c’est presque arrogant comme commentaire. « C’est pas si mal ici. » En tout cas elle s’y ferait sans trop de problèmes, parce que clairement ça ressemble plus au genre de salle de bain qu’elle pourrait avoir. Elle s’approche de l’italien quand il l’interpelle et se saisit tendrement de son bras, baladant son index sur le dessin qu’elle lui a fait la semaine passé. Les yeux rivé sur l’arbre, elle esquisse un sourire. « Tu y tiens ? » Il semble avoir tout fait pour le conserver le plus longtemps possible, un petit dessin fait en quelques minutes, un dessin qu’elle aurait certainement mieux réussit si elle avait prit le temps de faire plus de détails. Il a pas tort sur Carl, il risquerait de lui demander la même chose. Suffit de voir comment elle a commencé un trafic de dessin au début de l’aventure. C’est pas une boutique de bijoux qu’elle va ouvrir, mais un salon de tatouages éphémères si ça continue sur cette lancé. « Toute façon je ne fais que ce genre de dessins, pour toi. » C’est décidé, il aura l’exclusivité de ses talents de tatoueuse amateur. Si on exclu le henné qu’elle a promis de réaliser sur les jolies mains de Rosamie. L’index sur l’Om qui se glisse dans les entrelacs du banian elle lui demande. « Tu te souviens ? Ça c’est l’univers. » Symbole le plus sacré de l’hindouisme et bien qu’elle ait pris ses distances avec la religion, elle peut pas s’empêcher d’être toujours fascinée par cette syllabe et ses significations. Et puis ça à quelque chose de reposant d’en tracer les contours du bout de l’index. Elle lui rend son bras dans un sourire complice. Elle est contente qu’il chérisse un souvenir qu’ils auront toujours en commun. « Tu sais, je suis très contente d’avoir fait ta connaissance Gianni. » Il fallait qu’elle le lui dise, parce que c’est le genre de bons mots qu’elle aime balancer comme ça, sans rien attendre en retour. C’est que ça lui semble important qu’il le sache d’une manière ou d’une autre.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Mar 19 Mai - 21:16

Ça n'était pas toujours évident de le trouver quand on se mettait à le chercher pour une raison ou pour une autre, Gianni n'allant pas toujours là où on s'attendrait à tomber sur lui. Il n'y avait que quand il revenait de la salle de sport qu'il n'était généralement pas bien difficile de remonter sa trace, et bien qu'il n'ait pas effleuré l'idée que Roma puisse s'être mise à sa recherche tout à fait sérieusement. Peut être parce qu'il avait depuis le départ l'impression qu'on l'appréciait, mais pas au point de retourner tout le chalet pour passer une demi-heure de son temps avec lui. Gianni, c'était le mec à qui on parlait en boucle des mêmes choses, sans rarement chercher à creuser en surface pour tenter d'apercevoir un peu plus que ce qu'il montrait. Ils n'étaient pas nombreux à l'avoir fait jusqu'ici, pas nombreux à lui avoir accordé le bénéfice du doute face à l'étiquette qu'on lui collait depuis qu'on savait comment il était parti de chez lui ou quand il arrivait petit à petit à faire tomber ses barrières pour s'ouvrir un peu. C'était pas si simple, et il n'avait jamais attendu de personne qu'on lui témoigne cette patience qu'il n'était pas en droit d'exiger de personnes qui ne le connaissaient pas un mois plus tôt et alors qu'il en gardait beaucoup pour lui à défaut de se sentir prêt à l'afficher à la face du monde. Mais ça voulait toujours dire quelque chose, quand on essayait de le comprendre et pas de le réduire aux cases dans lesquelles il rentrait presque de lui-même, depuis le début. Roma était l'une de ceux à y être parvenu sans beaucoup d'efforts, depuis le départ, alors lorsqu'elle lui assura qu'elle le cherchait bel et bien, l'italien étira un sourire un brin surpris mais surtout amusé. « J'ai fait une connerie ? » Il envisagea sans trop de sérieux, d'abord parce qu'il n'avait rien à se reprocher et ensuite parce qu'il ne l'imaginait pas vraiment se mettre à sa recherche pour lui dire ses quatre vérités, mais plutôt attendre le temps qu'il faudrait pour finir par lui tomber dessus au meilleur moment. C'était toutefois plus drôle de cette façon, et un moyen d'exprimer sa curiosité face à son aveu. « C'est comme tu l'imaginais, du haut de ta tour d'ivoire ? » L'italien lui lança un regard complice, comme une manière d'ironiser sur tout ça et sur cette hiérarchie entre les candidats qui n'était pas sans se faire un parallèle intéressant avec sa situation à l'extérieur. Gianni parlait rarement d'argent, il savait que ses camarades avaient compris qu'il n'en manquait pas et c'était suffisant à ses yeux pour ne pas en faire un sujet de conversation privilégié. Et ça lui allait même bien, de se retrouver dans une position qui pour la première fois de sa vie ne lui donnait pas l'impression d'avoir à se justifier. Sur la raison pour laquelle ses parents étaient assis sur une telle fortune, sur la vraie couleur de cet argent et l'idée qu'ils aient pu tout gagner en claquant des doigts. C'était pas le cas et Gianni était fatigué, en général, de devoir défendre leur persévérance comme s'ils en avaient besoin. Et puis même lorsqu'il dormait dans une chambre inférieure, il arrivait encore à trouver que c'était pas si mal, assez confortable en tout cas pour l'usage restreint qu'il en faisait. Le dessin de Roma, lui, n'avait quasiment pas bougé et Gianni reconnaissait que ça l'aurait embêté, de le voir s'effacer alors que c'était pas si souvent qu'on lui faisait don de quelque chose d'à la fois aussi symbolique et désintéressé. « Bien sûr. Je sais que c'était plus une contre-partie qu'un cadeau, mais j'y suis autant attaché que si c'en était un. » Il confia, sincère, et parce que c'était peut être quelque chose qu'il lui avait demandé pour enterrer pour de bon cette histoire de menottes, mais qu'il était convaincu en le lui demandant qu'elle s'appliquerait à laisser une marque vraiment spéciale qu'il s'habituerait à voir sur sa peau. « Ça a l'air de te surprendre. » Gianni étira un sourire curieux, conscient qu'il n'était pas le genre de type qu'on imaginerait forcément attacher de l'importance à ce genre de détails, ou être tellement sentimental sur le papier. Il avait déjà effleuré la question une ou deux fois, s'était confié là-dessus, mais en règle générale c'était pas l'image qu'il renvoyait en premier. « Ça veut dire que tu serais prête à recommencer, spontanément cette fois ? Parce que j'aurai peut être une autre idée, à ce moment-là. » Pour l'endroit à recouvrir, en tout cas. Et non, c'était pas tendancieux ni équivoque, au contraire, il avait rarement été aussi sérieux. Et ça lui faisait plaisir, qu'elle dise vouloir lui accorder l'exclusivité de ses dessins, même s'il se satisferait même de n'être qu'un cobaye occasionnel, la preuve vivante et animée du talent dont elle était habitée. Roma retraça les contours du dessin à même son bras et Gianni inclina la tête. « C'est un petit symbole, pour représenter l'infiniment grand. » Il nota avec une certaine légèreté, toujours fasciné face à ce qui s'éloignait même qu'un peu de la culture avec laquelle il avait été bercé, de sa vision d'une chose ou même de ses convictions, qu'il partageait rarement. « Pourquoi celui-ci et pas un autre ? » Il savait ce que ça représentait, sûrement dans l'hindouisme, mais pas ce que ça symbolisait de façon plus personnelle et qui avait fait qu'elle ait choisi ce symbole. Peut être rien de spécial, mais il était trop curieux pour ne pas poser la question. Sa prochaine confession, elle, le laissa silencieux une seconde avant qu'il ne souffle, dans un sourire. « Moi aussi. Mais j'ai l'intention d'aller nulle part, tu sais. » Il glissa doucement, peut être parce que ça sonnerait presque comme des adieux, quelque chose de fatalement proche de sa fin. « Sauf si c'est ta façon de me dire que je suis en sursit. » Il réprima un rire en se postant face au miroir, puis lui lança un regard amusé. Les nominations auraient lieu en fin de journée et il n'y pensait pas trop, c'était juste une manière de la taquiner un peu.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Ven 22 Mai - 0:52

C’est marrant de voir qu’ici il y a tellement de gens qui doute qu’in acte puisse être totalement d’intéressé. Et c’est vrai que Roma peut également être le genre à pousser la rencontrer pour y trouver son compte. Mais la plus part du temps ça s’explique simplement par le faite qu’elle aime passer du temps avec la dite personne. C’est pas quelque chose qui s’explique. Elle a pensé à lui ce matin, en s’habillant. Et s’est dit que ce serait plutôt une bonne idée de passer un peu temps ensemble aujourd’hui. Elle a pas attendu de le croiser dans les couloirs ou ailleurs, il a fallut qu’elle pousse la chose à réellement partir à sa recherche. Parce que c’est ce qu’elle souhaitait faire sur le moment. Bien sûr elle aurait put attendre, parce que son envie de passer du temps avec Gianni ne se serait certainement pas évaporée comme ça. Mais pouvant être impatiente pour certaines choses, elle s’est donc laissé guidé jusqu’à la salle de bain. S’y introduisant sans frappé, sans prévenir. Lui se demande s’il a pas fait une bêtise. « Tu te souviens pas ? » Elle le questionne se forçant à garder son sérieux. Parce qu’elle a déjà eut affaire à ce genre de questionnement, principalement par la plus grande de ses filles. Et souvent quand elle rentre dans son jeu, Jessminder elle finit toujours pas lui raconter une bêtise dont Roma n’avait pas connaissance. Peut-être que Gianni il a fait quelque chose qu’elle ne sait pas encore ? Qui sait ? Elle le taquine, elle n’attend pas qu’il lui révèle une grosse connerie. En attendant c’est une première pour elle, dans cette pièce. Elle rigole, parce qu’il parle toujours comme si elle était de haute. C’est peut-être vrai ici, dans le jeu. Avec ses chambres étoilées et sa vue imprenable sur la ville. Elle a vécu le mini-bar dans la chambre et la pression impeccable dans les douches. Pendant que certains devaient se contenter de l’eau froide par intermittence et d’une isolations douteuse. Elle n’avait clairement pas à se plaindre. « C’est pas aussi classe que chez moi, mais ça a son charme. » Qu’elle lui répond en le regardant d’un air plein de malice. Bien sûr quand elle parle de charme, elle pense principalement à son occupent actuel. Bien que la salle de bain ne soit pas moche non plus. Il mentionne le petit dessin qu’elle a fait. Elle est un peu surprise de voir qu’il l’a gardé aussi longtemps, elle qui pensait qu’il allait certainement partir dès la première douche. Au lieu de ça, Gianni il l’a tout fait pour qu’il reste aussi intense que possible et ça touche réellement Roma. Elle étire un sourire. C’était plus un cadeau qu’une contre-partie pour Roma. Elle l’avait fait avec plaisir et n’hésiterait pas à le refaire. Même sans avoir à se faire pardonner d’un choix qu’il avait regretté. « Un peu, enfin ça fait plaisir surtout. » Elle ajoute avant de lui dire qu’elle lui réserve ses talents de tatoueur, rien que pour lui. « Bien sûr, quand tu veux. » Parce que la première fois n’avait peut-être pas été spontané, mais elle ne l’avait pas fait à la légère pour autant. Elle y avait mis du coeur, comme tout ce qu’elle dessine. « Je parie que tu voudrais que je t’écrive le nom de ton amoureuse sur le pec ? » elle prend le ton taquin qu’elle a souvent avec lui. Sachant très bien que ce n’est pas du tout ça qu’il va lui demander. Elle trace les contours du dessin de son index, lui rappelant la signification du symbole caché dans les entrelacs sur banian. L’univers, qui résume en quelques courbes. Petit, mais plein de sens. « C’est le symbole le plus sacré de l’hindouisme. » Elle commence à lui expliquer en lui rendant la mobilité de son bras. « Mais moi je l’ai volé pour une signification plus personnelle. Je sais pas trop comment ça m’est venu, mais aujourd’hui je l’associe à la famille, à « mon univers » en gros. » Elle raconte, un sourire dans le regard. Et ça lui donne la bonne transition pour lui dire ce qu’elle a sur le coeur. Elle est reconnaissante de l’avoir rencontré ici. C’est quelque chose qu’elle avait envi de partager avec lui, parce qu’en ce moment elle a un trop plein de ce genre de chose dans le coeur. Elle se sent bien ici. Mieux qu’elle ne l’aurait imaginer et elle entame cette nouvelle semaine, les émotions à fleur de peau. Et lui comme tout sceptique, il se demande si elle a pas des intentions cachés, elle et sa double voix. Elle rigole, s’adossant à la vasque, les bras croisés. « J’avais juste envie que tu le sache, c’est tout. » Son bras gauche reste sous sa poitrine pendant que le droit s’échappe, pour laisser sa main cueillir une mèche de cheveux. « C’est dingue à croire qu’ici on peut pas simplement apprécier la compagnie de quelqu’un et le lui dire sincèrement. » Elle pesterait presque, si son regard sombre n’était pas emplit de douceur et de rire. Ici on joue avec les apparences, mais elle ose penser qu’on a une l’image d’elle d’une femme sincère. « Je m’étais dis l’autre jour, que tu m’aurais manqué si je ne t’avais pas rencontré. » Ça n’a pas tellement de sens, de manqué de quelqu’un qu’on en connait pas encore, mais elle croit que c’est tout de même assez parlant.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Dim 24 Mai - 4:14

Roma n'avait pas vraiment la tête de quelqu'un qui serait venue le trouver pour lui passer un savon, même si la perspective ne serait peut être pas entièrement déplaisante – pour le piquant que ça mettrait et le plaisir qu'il aurait à tenter de l'embobiner à l'italienne, parce que pour ça ils étaient toujours assez forts. Non pas qu'il ait de toute façon quoi que ce soit à se reprocher, s'il arrivait qu'on ne lui colle pas des frasques sur le dos totalement sans raison parce qu'il avait la plaisanterie très facile, il assumait en revanche la portée de ses actes. « Ça dépend, qui m'a dénoncé ? Que je te révèle pas un truc pour lequel je suis pas encore accusé. » Ses lèvres se fendirent d'un sourire amusé, capable d'entretenir ce petit jeu encore plusieurs minutes, ne serait-ce que pour s'assurer qu'il n'y avait pas vraiment un sombre dossier ouvert quelque part dans le chalet et pour lequel on chercherait un coupable. Son sens du sacrifice n'allait pas jusque là, et prendre pour un autre ne faisait pas partie de ses principes à moins qu'il s'agisse de quelqu'un pour qui il serait vraiment capable de tout. En l’occurrence, sa famille et ses proches, qui savaient qu'il n'était jamais le dernier sur qui on pouvait compter. « Quoi que, dans quelques heures je serai peut être en cavale. Maci a invité les Schwarz à une murder party. » Il se rappela, ayant trouvé le petit mot dans sa boite aux lettres au moment où il était revenu de la cuisine pour se désaltérer après son sport. La perspective l'emballait nettement plus qu'il ne l'aurait cru si on lui avait vendu le concept sur papier, peut être parce qu'il avait toute confiance en la candidate pour leur préparer une soirée dont ils se souviendraient. Sans body shot, mais sur ça, tout le monde était plus que d'accord et même en phase depuis le prime. Rien que durant la réunion d'équipe et l'élection de leur nouvelle cheffe, ils avaient tous fini par parler d'une seule voix. Roma, en tout cas, investissait cette salle de bain pour la première fois et l'italien n'avait aucun doute sur le fait que ça devait lui paraître un peu moins accueillant que celles du premier étage. « Le mieux ce serait de m'inviter pour que je puisse m'en faire ma propre idée. » Il s'amusa, sans être fermé à l'idée pour autant, même s'il était plutôt bien ici et que le temps de quelques semaines il n'avait pas tellement besoin de plus. Roma parut légèrement touchée qu'il ait pris soin de conserver son dessin au plus proche de son état d'origine, mais à ses yeux c'était normal, il lui en avait peut être fait la demande avec légèreté au départ mais ça avait tout de suite symbolisé quelque chose pour lui de se voir inscrire ce symbole sur la peau. D'abord parce qu'il avait un rapport assez particulier avec ce qui touchait à son corps et ensuite parce qu'il avait senti qu'elle l'avait fait de bon cœur, et que c'était important pour lui. Alors il lui sourit, simplement, puis glissa l'idée de remettre ça si elle tenait à faire de lui son chevalet vivant, avec peut être déjà une idée de ce qu'il pourrait lui demander. Sa remarque lui tira toutefois un sourire mutin. « Tout dépend du nom que t'as en tête, aux dernières nouvelles on me prêtait une amourette par étage de mon hôtel. Heureusement qu'on en a que trois. » Parce qu'il ne faisait déjà pas dans ce genre de choses, il ne manquerait plus qu'on lui colle une réputation franchement sordide – et plutôt ironique, quand on sait qu'il faisait plutôt dans le sérieux à en juger par son passif sentimental. Peut être que Roma en savait plus que lui, cela dit, parce qu'ici on savait à quelle allure allaient les rumeurs et qu'il avait pris l'habitude de ne pas vraiment y prêter attention. La façon dont elle se confia sur le symbolisme de ce dessin à l'échelle de sa vie personnelle ne fut pas sans faire écho au propre rapport qu'il avait avec la famille dans son sens le plus large. « Moi je trouve ça bien, d'en avoir fait quelque chose qui te touche personnellement. T'as jamais eu envie de l'arborer, toi aussi ? » Pour ce qu'il représentait pour elle, notamment par rapport à ses filles qu'il imaginait être au centre de tout ça, et qui pourrait faire qu'elle ait envie qu'il soit toujours un peu avec elle. Elle le lui avait dessiné sur le bras et c'était forcément riche de sens, mais là où lui ne pourrait sans doute jamais en saisir tout le symbolisme d'origine même en y étant sensible, pour elle c'était différent. « Ma famille, elle est aussi très importante pour moi. » Il admit doucement, comme on admettrait une évidence. Il conservait peut être une certaine pudeur pour pas mal de choses, mais avec ses proches c'était bien particulier et en dépit de ce qu'il y avait parfois eu de complexe, il n'en serait pas là où il en était aujourd'hui s'il n'avait pas pu compter sur eux. Et l'inverse était peut être vrai. Ses traits s'adoucirent face aux confessions de la candidate, et s'il usa d'humour comme un moyen qu'il trouvait parfois de dealer avec certaines situations, il n'en était pas moins touché. Juste peut être un peu plus vulnérable que d'ordinaire après avoir eu besoin de faire le vide quelques instants plus tôt. « Va bene, je te charriais. » L'italien souffla dans un rire complice, quittant le miroir des yeux pour les reposer sur Roma. « Je suis content moi aussi qu'on se soit rencontrés. Et savoir que ça se serait sûrement jamais fait en dehors d'ici, ça me fait même l'apprécier encore plus. » Il était parfaitement sincère, animé à son tour par l'envie qu'elle sache que ça comptait pour lui que leurs routes se soient croisées dans ce cadre, peu importe ce qu'on disait sur les relations qu'on y nouait, lui ne s'impliquait jamais dans quoi que ce soit à la légère et même si tout paraissait en soi encore très neuf, il avait envie de penser qu'elle garderait une place importante dans son aventure quoi qu'il advienne par la suite. « Dis-moi un truc sur toi que t'as jamais confié à personne, au moins ici. » Gianni finit par souffler, dans un sourire curieux, songeant que l'endroit n'était pas si mal choisi pour quelques confidences.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Mar 26 Mai - 1:07

Il joue, mais c’est assez symptomatique de ses échanges ici Roma. On se demande souvent si y a pas un loup derrière ses attentions. Alors elle joue le jeu pour le moment essayant de lui faire cracher une bêtise qu’il aurait pu faire, comme on fait avec les enfants. Après tout elle n’est pas tout le temps avec lui, elle ne peut donc pas dire avec certitude s’il n’a pas fait quelque chose de répréhensible. Elle passe pas non plus ses journées le nez collé aux écrans de la salle de surveillance, d’ailleurs pour être honnête elle n’y va jamais dans cette salle. Elle rigole doucement. « Santo. Ça te dis quelque chose ? » Peut-être qu’il a fomenté l’histoire de sa noyade, qui sait ? Elle tente au hasard, sans vraiment s’attendre à entendre une histoire sordide de plan pour la noyer. Ou en tout cas pas sur un ton sérieux. Mais bon apparement il a envie de se donner des airs d’hors la loi ce matin. Son expression se change en surprise, parce que l’idée de la murder party c’est juste super. « Avec ta réputation de mafioso, t’auras tout du coupable idéal. » Elle siffle, jalouse de pas pouvoir se joindre à eux pour le coup. Peut-être qu’elle ira espionné cette fois encore, où elle demandera à Maci si elle peut jouer le rôle d’un fantôme. Pas sûr que ça passe. Pour ce qui est de la salle de bain, elle est pas mal. Vraiment bien même. Mais c’est dans ses gênes de nana pleine au as de s’y croire un peu en disant que chez elle c’est quand même mieux. Alors qu’en réalité elle se serait tout à fait accommodé de celle-ci. « T’as pas besoin d’invitation pour venir me voir. » Elle lui dit dans un petit sourire. « Mais si tu insistes, je t’inviterais à venir … prendre un bain ? » Parce qu’il y a pas trente-six choses à faire dans un salle de bain. D’ailleurs ça lui rappelle un ancien candidat qui semblait avoir une fascination pour l’idée de partager son bain avec d’autres femmes que la sienne. Bien sûr dans ce cas là, Roma elle plaisante. Elle va pas l’inviter à prendre un bain non ? Bien que l’idée serait plaisante, ça reste quand même assez bizarre. Surtout que leur truc à eux, c’est plus les dessins sur la peau. Et elle est prête à s’y remettre s’il le souhaite. D’ailleurs il semble avoir une petite idée derrière la tête. « Vraiment ? Y a autant de rumeurs qui circulent là où tu bosses ? » Elle lui demande comprenant qu’on puisse lui inventer des idylles à tout va, après tout c’est un peu ce qu’il se passe ici. Mais en même temps elle sait pas si elle arriverait à le prendre avec autant de légèreté. « Je peux toujours écrire plusieurs prénoms aussi, après faudra voir avec les jalousies de chacune. » Ou simplement les initiales et le jeu ce sera de savoir à qui les lettres appartiennent. En ce qui concerne celui qu’elle lui a fait la dernière fois, c’est autre chose. Elle a un peu marqué l’affection qu’elle lui porte en choisissant un symbole qui lui tient à coeur, pour le reste elle a laissé place à son imagination parfois trop débordante. D’ailleurs si elle avait laissé cette dernière s’épanouir elle aurait put lui dessiner tout le bras, voir plus. « J’y ai songé une fois, mais je suis pas sûre de vouloir me faire tatouer. » Elle hausse les épaules, bien que de choisir ce symbole ferait qu’elle ne s’en lasserait certainement jamais. Et puis elle n’a pas forcément besoin de l’avoir en visuel pour en chérir la signification. Il admet que sa famille est très importante pour lui, elle l’avait sentit. C’est peut-être pour ça qu’ils s’entendent bien. « J’ai merdé avec la mienne. » Maintenant qu’elle est lancé, elle lâche ça comme ça, sans prévenir. Clairement, elle est pas certaine que ce soit réparable. Elle les a pas vu depuis trop longtemps et ça l’attriste sérieusement d’y penser, alors elle passe à autre chose. Utilisant son trop plein de sentiments pour dire ce qu’elle pense de leur relation. Elle est très contente de l’avoir rencontré ici. Il la charrie, elle lui offre un sourire. Elle baise les yeux, observant ses orteils. Il partage le même ressentit et ça lui fait plaisir, sans le regarder elle esquisse un doux sourire. Elle remonte la tête en sa direction quand il lui pose une question sur le ton de la confidence. Et puisqu’il s’agit d’une confidence elle se rapproche un peu de lui, tout en réfléchissant à ce qu’elle pourrait lui raconter. « Les trois premières années de mon mariage, j’étais en dépression. Je m’en suis rendue compte avec le recul, même si j’ai jamais été suivie par quelqu’un. » Elle commence, se disant qu’elle aurait certainement pu choisir une confidence un peu moins lugubre, mais maintenant qu’elle est sur sa lancée. « J’arrivais pas à tomber enceinte, j’ai cru que j’étais stérile. Mais c’est plus la pression familiale qui me faisait peur, parce que dans le fond moi je voulais pas avoir d’enfant, pas tout de suite du moins. » Elle en a un peu parlé avec Cami au confessionnal, mais elle n’est pas rentré dans les détails comme elle le fait avec Gianni aujourd’hui. « Je vais te dire un truc que j’ai jamais dis à personne, même dehors. » Elle ajoute sur un ton très sérieux. « J’ai longtemps espéré être stérile et quand j’ai su que j’étais enceinte de Jessminder, ça m’a brisé le coeur. » C’est ce qu’elle a ressenti en premier, avant d’être soulagé parce que la belle famille était elle aussi soulagée. « C’est horrible hein ? » Elle est pas fière de le dire à voix haute, d’ailleurs elle cherche instinctivement une caméra du regard, en espérant que cette séquence ne finisse pas à la quotidienne. Parce que Jessie pourrait en entendre parler à l’école. Rien que d’y penser elle a envie de revenir sur ses paroles. Mais étrangement, elle a la gorge nouée.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Jeu 28 Mai - 6:22

Elle mentionna Santo et les lèvres de Gianni s'étirèrent dans un sourire amusé, croyant deviner qu'elle faisait peut être allusion aux frasques de leur camarade et à cette histoire à la piscine qu'il lui avait semblé voir passer sur le réseau social. « Tu veux parler de cette histoire de noyade ? Non, ça promis j'y suis pour rien. » Il s'amusa, tandis qu'il aurait pu continuer de jouer le jeu mais préférait se voir accuser de méfaits fictifs, des fois qu'on aille sérieusement penser qu'il aurait pu commanditer les faits. C'est pas qu'elle risquait quoi que ce soit avec lui qui avait déjà d'autres moyens de se venger de ceux qui lui faisaient du tort et n'irait donc pas s'en prendre à quelqu'un avec qui il s'était toujours bien entendu, mais sait-on jamais, elle ne savait pas tout de lui et il ne lui en aurait pas parlé à ce stade s'il avait du avoir un casier judiciaire un peu trouble. La suite le fit d'ailleurs marrer, et il arqua un sourcil équivoque. « Tout ça parce que je suis italien et que je pourrais techniquement graisser la patte d'un ou deux témoins. C'est trop facile et franchement réducteur... » De sous-entendre qu'il était sur le papier mieux taillé pour ce genre de rôles que la quasi totalité de son équipe ? Bien sûr que ça l'était. « Qu'est-ce que tu fais de la présomption d’innocence ? » Il fit mine de s'offusquer, dans un sourire en coin. De toute façon, lui aurait tendance à dire que dans ces cas-là c'était les plus insoupçonnables qui avaient souvent le plus de choses à cacher, un peu comme dans les Dix Petits Nègres où tout le monde avait tellement l'air coupable qu'ils finissaient tous par avoir presque l'air innocents. L'invitation de Roma à venir profiter du luxe de sa salle de bain, elle, aurait presque eu l'air tendancieuse s'il ne commençait pas à la connaître, ce qui ne l'empêcha pas d'étirer un sourire amusé. « Truc à savoir sur moi : je suis pas très bains. A moins que la baignoire soit vraiment spacieuse. » Parce qu'il était un peu chiant, ou bien peut être qu'on n'avait simplement jamais su lui donner tellement envie de se réconcilier avec le concept, mais c'est vrai que la plupart du temps, à choisir il préférait une bonne douche vivifiante. Absolument pas par conscience écologique ni parce qu'en tant que mec il aurait un quelconque problème avec le fait d'avouer qu'il aimait se prélasser dans une baignoire à lire un bouquin ou regarder un film. C'était simplement pas trop son truc, et même si le coté potentiellement romantique de la chose tendrait peut être à lui faire voir les choses autrement pourvu qu'il trouve la bonne position et parvienne à rentrer tout entier dans la baignoire. Debout dans la douche, ça présentait moins de contraintes mais ça c'était aussi le raisonnement d'un mec qui devait encore parfois apprendre à sortir de sa zone de confort. Et s'il était bien tenté de demander à Roma de lui faire un autre dessin, le moment venu, cette histoire de petites-amies imaginaires tenait du pur délire. « Non, ou si ça jase ils s'en vantent sûrement pas devant moi. Mais y'a pas si longtemps j'étais encore fiancé aux yeux de tout le monde, alors ça me surprendrait un peu. » Il évoqua, en haussant les épaules. Il ne serait pas le premier type fiancé à aller voir ailleurs, mais il fallait le voir quand il était en couple pour savoir que quand la relation était définie comme étant sérieuse, il n'était pas du genre à déconner. La seule fois, c'avait été pendant leur plus longue pause avec Virna, à l'époque où il était parti à New York. Ils n'étaient pas sûrs de se retrouver à son retour parce que ça avait le goût de rupture sans en être vraiment une, et il avait à ce moment-là rencontré l'américaine dont il avait déjà parlé à Santo. Au final, ça l'avait juste vacciné. Des relations foireuses et destructrices, des filles intéressées et de pas mal d'autres trucs encore. Gianni avait un paquet de défauts mais les filles bien – et il en avait croisé plus souvent que le contraire dans sa vie – il n'irait jamais leur faire consciemment du mal. Et Virna était clairement de cette catégorie, alors même quand ils avaient fini par ne rester ensemble que pour de mauvaises raisons, il lui était resté fidèle jusqu'au bout. « Vaut sûrement mieux pas, je crois que si je me faisais tatouer des prénoms un jour, ce sera parce qu'ils voudront vraiment dire quelque chose pour moi. » Il confia, dans un sourire entendu. Celui d'un parent, d'une sœur, d'un ami qui lui était cher. D'une épouse ou d'un enfant d'une manière encore plus probable, à l'avenir, si on arrivait à faire de lui l'homme rangé qu'une partie de lui aimerait devenir, cette fois parce qu'il l'aurait vraiment voulu. « L'important c'est que ça ait du sens si un jour tu décides de le faire. » C'était ce que lui voudrait et la raison pour laquelle il ne s'était encore jamais fait tatouer. Pour avoir un recul suffisant sur sa vie pour décider que ce qu'il inscrirait sur sa peau n'en bougerait plus jamais, au même titre qu'il avait renoncé à cette histoire de mariage parce que ça n'était pas le bon moment, pas les bonnes raisons, et que ça n'aurait pas eu de sens. Il se confia sur l'importance que sa famille avait toujours eu pour lui, et la manière dont Roma reprit la parole le laissa silencieux une seconde. Elle disait avoir merdé avec la sienne et ça n'avait pas l'air d'une confession anodine, tandis qu'il comprit aussi que ça n'était pas de ses filles dont elle parlait ici. « On prend vraiment le risque de merder qu'auprès de ceux qui nous aiment. » Il souffla, peut être parce que ça résonnait aussi en lui, quelque part. Il était convaincu que là où il y avait de la rancœur ou de la déception, il y avait aussi de l'amour. « Ils pensent sûrement à toi, ils te regardent même peut être. Ta participation, ce sera peut être l'occasion de faire un pas vers eux, après tout ça. » Et s'il lui aurait posé la question qui lui brûlait les lèvres dans d'autres circonstances, ici il pouvait sentir qu'elle était loin d'être à l'aise et il préférait se contenter d'effleurer le sujet jusqu'à tant qu'elle lui semblait capable de le supporter. La suite aida à détendre l'atmosphère et l'italien se montra sincère, tant dans sa manière de lui assurer que leur rencontre comptait aussi pour lui que dans sa façon de chercher à connaître un détail de sa vie qu'elle n'aurait partagé avec personne d'autre. C'était pas une question de privilège parce qu'il savait qu'elle avait du beaucoup plus se confier à certaines candidates qu'à lui depuis le début. C'était juste histoire de connaître une chose sur Roma qu'elle aurait choisi de confier pour une bonne raison. Il l'observa, détailla la façon dont ses traits changèrent au moment où elle entreprit de se confier, puis resta silencieux. C'était assurément des choses qu'il ne lui était pas évident de confier, et il s'en voulait un peu d'avoir l'impression de la forcer à les revivre, quand bien même c'était plus brut et plus sincère que tout ce qu'elle aurait pu lui raconter. Alors Gianni s'efforça de ne pas troubler son récit, jusqu'à éprouver un pincement au cœur, à sa façon de terminer et de lui octroyer le droit de juger ce qu'il venait d'entendre quand lui n'irait jamais se l'accorder. « C'est pas horrible, non. » Il souffla d'une voix calme, qui se voulait rassurante, au moment de retrouver son regard. « Parce qu'on n'en vient jamais à penser ça sans raison, qu'on n'ait simplement pas envie de devenir mère ou qu'on soit pas prête quand les autres voudraient qu'on le soit. » Parce que c'était pas aux autres de décider du bon moment, sous prétexte qu'on pensait encore trop souvent en terme de normes. Ça rejoignait sa conversation de la veille avec Aera, et forcément Gianni n'avait pas changé de point de vue. « Toi, t'étais visiblement pas heureuse. Qui pourrait te reprocher de pas avoir voulu mettre un enfant au monde dans ces conditions ? Et pourquoi tu devrais t'en vouloir d'avoir juste voulu que le moment soit mieux choisi ? » Parce qu'elle l'avait dit elle-même, son mariage n'avait pas débuté sur une note heureuse et forcément, ça lui remettait en mémoire les quelques fois où le sujet avait déjà été évoqué et où, déjà, il avait pu lire dans ses yeux cette mélancolie indéchiffrable. Ça lui donnait envie de creuser, d'en avoir le cœur net une bonne fois pour toutes parce qu'il était convaincu que ça la libérerait. Mais pas ici. « Aujourd'hui, tu les aimes tes filles. Je sais qu'elles sont tout pour toi et que pas une seconde tu voudrais échanger ta vie contre une vie sans elles. Et c'est ça, qui compte. » Pas les doutes, pas ce qu'elle avait pu se dire parce que personne ne devenait probablement parent sans en passer par là. « T'as jamais regretté, pas vrai ? » D'avoir eu ses filles. Il était convaincu que non, qu'elles le savaient et qu'ainsi le reste n'avait aucune raison d'avoir de l'importance.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
what it's all about (vendredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: what it's all about (vendredi, 09h30) — Ven 29 Mai - 1:00

Elle n’avait même pas imaginé qu’il puisse être à l’origine du coup fourré de Santo et Louis, mais si c’était le cas qu’il en parle tout de suite vu qu’elle a quand même prévu de se venger à un moment donné. Louis c’est fait, elle prendra le temps de s’en prendre à Santo quand le moment sera venu. Et elle peut l’ajouter à sa petite liste s’il lui avoue être derrière tout ça. Elle trouvera bien de quoi lui rendre la monnaie de sa pièce. Heureusement pour lui il n’a rien à voir avec cette histoire, ce qui le sauve d’une vendetta nocturne. Parce que Roma elle agit que la nuit, sachant très bien que la journée on la verrait venir et qu’il y aurait beaucoup de potes pour venir en aide aux petits merdeux comme Louis et Santo. Alors elle se la joue Ninja qui prépare son coup une fois la lune assez haute pour éclairer son esprit vengeur. « T’as de la chance. » Elle souffle l’air de dire qu’il a échappé aux prises représailles de toute l’histoire des représailles. Pour ce qui est de la murder party elle est quand même un peu jalouse Roma, parce que c’est le type de soirée qu’elle aimerait bien faire, ça à l’air bien fun. Mais clairement vu la réputation quel se traine Gianni, il va certainement se retrouvé suspect numéro un. « Je veux bien te servir d’alibi si tu veux. » Elle souffle dans un petit rire. Et c’est à peut près tout ce qu’elle peut faire, parce que les clichés on la vie dure. Mais elle, elle le croirait innocent, même s’il avait la chemise toute tachée de sang. Elle trouverait bien une excuse pour le disculper. D’ailleurs il pourrait même dire qu’ils partageaient un bain, vu qu’il semble intéressé par l’idée de venir fouiller du côté des riches. Mais pas vraiment pas l’éventualité d’un bain. « Oh bah tu sais, je vis chez les riches alors niveau baignoire spacieuse il ya ce qu’il faut. » Elle le taquine dans un petit sourire. Elle est clairement pas du genre à faire une fixette sur un bain à partager, d’ailleurs elle est déjà passé à autre chose. Alors qu’il se rassure, elle va pas le forcer à se contorsionner dans une baignoire trop petite pour lui. « L’avantage d’être petite, toutes les baignoires sont à ma taille. » Elle plaisante, non pas qu’elle soit une adepte elle non plus. Plus pour des raisons écologique, que pour des raisons de place clairement. On pourrait en mettre trois comme elle dans la baignoire de la salle de bain 4 étoiles. Il blague sur le faite qu’à l’hôtel on le soupçonne d’avoir des conquêtes à chaque étage, elle se demande si l’histoire est fondée ou même si c’est la vérité. Parce qu’elle commence à le connaitre et bien qu’il soit un italien, elle ne l’imagine pas comme le Don Juan cliché dont on parle sur les italiens. Bien qu’il arriverait sans aucun doute à charmé n’importe quelle cliente, qu’on se le dise. C’est quelqu’un de sérieux en amour, du moins c’est comme ça qu’elle l’imagine en sachant qu’il a déjà été fiancé. Bien qu’il ne soit pas aller jusqu’au bout, d’ailleurs c’est aussi ça qui lui laisse penser qu’il n’est pas un coureur de jupons. Parce qu’il aurait pu aller à la faciliter, l’épouser puis la tromper. Ça y parait pas comme ça, mais c’est parfois plus simple de se marier que d’avoir le cran de dire qu’au final ce n’est pas ce qu’on veut. Alors la collection de prénoms sur son torse, ça risque pas d’être son truc. « Je suis d’accord. » Et ça lui plait bien de l’entendre dire. Ils se ressemblent sur beaucoup de choses, même si les différences sont tout de même assez évidentes. « Je trouve ça beau de se tatouer un prénom, une lettre, un symbole qui représente quelqu’un. » Elle plaide coupable, c’est quelque chose qu’elle apprécie quand elle découvre les tatouages de certains. Ce n’est peut-être pas quelque chose qui relève de la prouesse technique, mais ça à quelque chose de sentimental qui touche au coeur de Roma. Elle, elle se sent pas de se lancer là dedans pour l’instant. Parce qu’elle a du mal à imaginer son corps autrement que vierge de toute écriture. Mais oui, si elle devait le faire, elle y mettrait du sens et pas seulement quelque chose d’esthétique. Alors elle hoche la tête à la positive. Elle lui lâche de but en blanc qu’en ce qui concerne sa famille, elle a merdé. Ce qu’il lui dit ça fait sens dans sa petite tête. C’est vrai, qu’on risque pas de merder avec des gens qui n’ont aucune importance à nos yeux et vice versa. Pour le reste elle a de gros doutes. Déjà ils ne connaissent pas l’émission et elle doute vraiment que son père change de chaîne pour regarder autre chose que le sport à la télé. C’est lui le roi de la télécommande. Et ça mère elle cherchera pas à en savoir plus si elle apprend qu’une indienne qui ressemble dangereusement à sa fille, se trimballe à la télé anglaise. Elle, elle est persuadée qu’ils l’ont oublié. En tout cas elle est blacklisté et quand c’est le cas chez les Nair, on l’est complètement. Elle se dit même que son père il pourrait sévir si certains osaient prononcer son prénom en sa présence. Elle n’en dit rien à Gianni, parce qu’elle a envi de croire qu’il a raison. Que l’émission pourrait lui permettre de faire un premier pas vers eux. Ce n’est qu’un haussement d’épaule qu’il aura pour réponse. Ce qui suit est moins joyeux, parce qu’il lui demande une confidence. Chose qu’elle fait de bon coeur, elle a n’a pas la sensation de se faire extraire les vers du nez à coup de forceps. Non, elle lui partage un peu d’elle, parce que ça lui plait de se dire qu’il ait la primeur sur quelque chose de neuf, quelque chose qu’elle n’a dit qu’à très peu de personnes dans sa vie. Mieux, quelque chose qu’elle ne s’est dit qu’à elle-même. Voilà toute la confiance qu’elle lui porte. Elle lui parle de son mariage, des premières années compliquées et de sa première fille. Une enfant qu’elle ne désirait pas au moment où elle est venue. Elle relève la tête vers lui, alors qu’il lui dit que ce n’est pas horrible. Elle, elle entend toutes les mamans dehors qui disent « Mais si c’est horrible ». Elle préfère ne pas penser à ces mères et se concentre sur les paroles pleines de sens de Gianni. Il a raison, ça fait écho chez elle, mais ça l’empêche pas pour autant de culpabiliser quand elle y pense. « J’ai l’impression d’avoir fait le choix d’être malheureuse, quand je me suis mariée. » Quand lui a fait le choix du bonheur en s’éloignant de sa fiancé. Elle hoche la tête à la négative, essayant de chasser ses idées noires. Pourtant les larmes elles pointent quand même le bout de leur nez. Bien sûr qu’elle aime ses filles. « Jamais. » Elle expulse dans un sanglot. Jamais elle a regretté. Son regard s’installe dans celui de l’italien, elle est presque désolée de craquer comme ça, devant lui. Et pourtant ses paroles la réconforte, mais l’émotion est plus forte. « Elles me manquent. » Et ça, ça l’achève. Faut dire qu’elle s’est sentit à fleur de peau toute la semaine aussi et cette conversation qui avait commencé sur un ton taquin, finit en chagrin.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: SALLE DE BAIN 3 ÉTOILES-
Sauter vers: