Partagez
 

 heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15)

Aller en bas 
AuteurMessage
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Lun 18 Mai - 16:09

Fighting to keep us together, hope it's worth a try
You ain't always been an angel but heaven's on our side

- @carl -

Elle croit que c’est le bon moment de jouer la carte des crêpes, parce que plus les semaines passent et plus Carl il semble complètement déprimé. Elle a bien vu durant le prime il avait pas le moral au beau fixe et puis elle soupçonne une de ses belles migraines de lui être tombé sur le coin de la tête quand la situation s’est tendue. Elle se demande d’ailleurs comment ça en est arrivé là. La pauvre Cami qui pose une simple question et qui se retrouve au milieu d’un buzz sur les réseaux sociaux. Tout est totalement disproportionné, à croire que la production à décide de faire des gros plans sur la tête de la française, suivis de plans sur Natéo et Louis pour accentuer le tout. Bref, de toute façon c’est pas Cami qu’elle a en tête, pour le moment c’est un autre C à qui elle pense. Il y a pas si longtemps que ça elle lui avait promis des crêpes, les chose ont fait que pour l’instant elle n’a pas encore pu tenir sa promesse. Le moment semble idéale, alors avant d’aller le chercher pour l’aider à la réalisation des crêpes elle réunis tous les ingrédients sur le plan de travail de la cuisine. Elle se dit que pour une fois le temps de repos de la pâte pourra être allégée. Juste le temps d’une petite discussion et ils pourront attaqué de les faire dans la poêle spéciale. Dans sa vie, Roma elle a pas fait énormément de crêpes traditionnelles. A moins que les naan ça compte ? C’est pas tellement la même chose, mais ça ressemble de près ou de loin aux pancakes, alors elle devrait s’en sortir. Et puis elle aura Carl sous le bras pour lui donner les tips de sa mère, si elle se trompe. Une fois tous les ingrédients réunis, elle part à la recherche du benjamin de la saison, louche à la main. Après une petite recherche elle finit par le trouver dans le salon. « C’est l’heure Carl. » Elle fait, en tapant la louche dans sa main à plusieurs reprises. Pas leur de sa raclée hein, elle rigole doucement en pensant qu’il pourrait se méprendre. « De faire des crêpes ! » Qu’elle s’exclame avec plus de vigueur. Elle penche la tête sur le coté, avec son air adorable de d’habitude. Le genre d’air que maitrisent parfaitement ses gamines quand il s’agit de faire plier leur mère sur une babiole inutile à acheter. Roma elle craque pas tous les temps quand elles font ça, mais ce serait mentir que de dire qu’elle est totalement insensible à la technique de la moue sur le coté. « Y a une petite infusion au gingembre qui t’attend dans la cuisine. » Parce qu’elle a eut le temps de faire ça aussi, en se disant qu’il est peut-être pas encore remis de sa migraine de la veille. « Tu viens ? » Elle lui demande en lui tendant la main. L’éventualité de ce petit moment avec Carl ça lui plait bien, parce qu’il a toujours des questions ou des remarques intéressantes. Même si parfois il est complètement à coté de la plaque, ça laisse toujours l’espace pour la rigolade au moins. Et puis faut dire qu’elle s’inquiète Roma, il est vraiment à fleur de peau en ce moment. Les interactions entres les candidats semble le mettre à bout, sans parler des chroniques qu’il prend beaucoup trop à coeur. Si ce petit moment crêpe peut le détendre et lui faire oublier ne ce serait-ce que quelques heures ses petits soucis, elle prend Roma. Et puis si ça le met définitivement de bonne humeur pour le reste de la semaine, c’est bonus. « J’ai réunis les ingrédient, mais ta mère elle a peut-être une recette spéciale ? » Qu’elle lui demande alors qu’ils arrivent dans la cuisine. Certains sont adepte de la petite touche de rhum dans la la préparation, d’autres non. A lui de voir.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Mar 19 Mai - 2:11

Il tente de retrouver dans le prime d'hier des choses auxquelles se raccrocher pour se convaincre que tout n'était pas à jeter non plus, mais le positif ce matin il lui saute quand même difficilement aux yeux. Carl il focus tellement sur tous les trucs qui lui ont pas plu qu'il passe à côté d'autres trucs pourtant susceptibles d'égayer son début de semaine, comme le fait que deux candidats qu'il apprécie l'ont désigné comme candidat qu'ils voulaient voir aller le plus loin. Il fait aussi partie de la team de rêve de pas mal de candidats mine de rien, y'a plutôt de quoi s'en réjouir mais non, lui il préfère se pourrir le cerveau avec les réflexions de la russe à son sujet ou les petites tensions qui se sont emparées du prime et qui ont valu à Natéo comme à Cami pas mal de réactions en live que ce soit dans le salon ou sur le réseau social. La fin de soirée était un peu lourde et ça s'est pas arrangé avec le départ du canadien, c'est un sacré coup que l'équipe dont encaisser et ce coup il est aussi porté au moral de l'irlandais qui a de plus en plus de mal à voir le chalet se vider. C'est le principe du jeu de faire tomber les adversaires les uns après les autres mais c'est pas pour ça qu'il a signé lui, il ressent pas le besoin d'éliminer la concurrence Carl et si ça ne tenait qu'à lui y'aurait pas tout ça, il garderait que l'aventure humaine et à la limite les secrets pour pimenter un peu le truc. Il est trop innocent pour ce jeu Carl, Michaela avait raison. Et c'est un peu con qu'à côté il se rende coupable de choses pas très morales qui entacheront sûrement un peu son parcours, déjà pas bien brillant à partir du moment où il prend pas part aux enquêtes. Alors c'est sûr on parle plus de lui qu'un Kai à investissement plus ou moins équivalent dans le jeu mais c'est pour ses frasques qu'il s'est rendu célèbre Carl jusqu'ici, il est pas sûr que ce soit la meilleure façon de marquer les esprits. Plus ça va, et plus il se sent comme un pion posé sur le mauvais plateau de jeu. Ça le frustre de voir les autres vivre à fond leur aventure et apprécier l'expérience quand lui se demande à peu près tous les jours pourquoi on s'obstine à le garder dans un jeu où il a manifestement pas sa place à la base. Carl il arrive même à se mettre en tête qu'il faut conserver un mec faible dans le programme pour que les gens aussi insecure que lui dehors puissent se reconnaitre en quelqu'un comme ça l'émission touche vraiment tout le monde, et c'est fou comme sa parano peut ressortir dans ces moments-là. Quand on le laisse seul il a vite fait de s'enfoncer dans ses idées délirantes mais cet après-midi il peut heureusement compter sur @Roma pour le sortir de tout ça. La candidate apparait avec une louche à la main et lui annonce le programme : c'est l'heure de faire ces fameuses crêpes qu'ils avaient convenu de préparer ensemble. « Là ? Tout de suite ? » il demande en se redressant et aussitôt son expression change, elle aura pas besoin de lui dire ça deux fois. « Trop bien j'arrive ! » Il accourt même, parce que la perspective d'une après-midi crêpes avec Roma est bien plus réjouissante que celle de passer sa journée sur ce canapé à ressasser le prime de la veille en boucle comme si le vivre une première fois n'avait pas été suffisant. Elle est beaucoup trop mignonne par contre à lui avoir préparé une infusion au gingembre, il sait même pas quoi dire tellement ça le touche. « Oh non t'es trop gentille.. » il souffle terriblement attendri par l'attention, au point qu'il vient spontanément la prendre dans ses bras. Il évite autant qu'il peut d'initier des contacts physiques poussés avec les autres mais là il réfléchit même pas, ça le prend comme ça. « Ma migraine elle est passée toute seule dans la nuit, c'est bizarre mais du coup j'ai plus rien ! » Il est content de l'annoncer mais il craint un retour en force dans la soirée ou le lendemain, parce qu'une crise qui s'évapore d'elle-même il trouve ça suspect Carl. Il saisit finalement la main tendue de Roma et se laisse entrainer jusqu'à la cuisine, où il constate que tout est déjà disposé sur la table. La question de sa camarade le ramène après ça à l'époque où il faisait des crêpes avec sa maman, soit plus de dix ans en arrière. « Elle aimait bien rajouter un peu de caramel liquide dans la pâte, ça se sentait pas beaucoup mais ça donnait un petit goût. Sauf qu'elle a arrêté d'en mettre quand on a commencé à avoir des caries avec mon frère, on a d'ailleurs beaucoup réduit le sucre à la maison à partir de ce moment-là. » Carl il a le chic pour s'étendre vers des détails très peu intéressants de sa vie, comme si Roma ou les téléspectateurs en avaient quelque chose à faire de ses caries là. Il a qu'à préciser que son père est dentiste et qu'il a eu droit à des soins gratos toute sa vie pendant qu'il y est, ça permettrait de comprendre pourquoi la guerre a été aussi vite déclarée au sucre chez lui. Mais ça c'est comme la plupart des trucs qu'il sort, c'est rarement bon à alimenter une conversation de façon pertinente. « Tes filles elles sont comme tous les enfants, elles aiment bien les sucreries j'imagine ? » il demande à Roma pendant qu'il passe en revue tous les ingrédients devant eux. « Y'a un rayon confiseries dans la boutique de Petra et puis Klaus il vend des bonbons aussi que perso j'adore, si jamais tu cherches des idées de choses à leur ramener d'ici. J'peux rien garantir pour les autres trucs du magasin de souvenirs mais tout ce qui se mange, c'est sûr que c'est fabriqué dans le coin ! » Et s'il est en mesure de l'affirmer c'est parce qu'il a pris le temps de checker ça avant-hier, sous tous les trucs qu'il a soulevé était marquée la même chose : hergestellt in Salzburg. Carl se reconcentre sur la préparation des crêpes et essaye de se souvenir de l'ordre dans lequel s'y prendre car faut bien commencer quelque part. Ça fait longtemps qu'il a pas fait ça donc il est un peu perdu avec tous ces trucs face à lui, il doit vachement faire appel à sa mémoire et c'est pas simple quand on a enfoui autant de souvenirs d'enfance. Sauf que non, ça lui revient vraiment pas et il craint de se déclencher une nouvelle crise s'il force trop. « Roma.. je me souviens plus de ce qu'il faut faire. » il avoue d'une voix basse avec un regard légèrement affolé lui criant please send help.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Ven 22 Mai - 0:14

Elle s’inquiète pour Carl, ils sont pas super proches, mais elle s’inquiète quand même. Parce qu’elle a l’impression qu’il sombre de plus en plus lui. A chaque prime il semble en sortir avec de nouvelles séquelles au coeur. Entre l’affaire Rosamie et le reste, il est à fleur de peau clairement. Il prend beaucoup trop de choses à coeur et elle se dit qu’un petit moment dans la cuisine ça pourrait lui faire plaisir. Et ce sera l’occasion de discuter un peu, voir comment il se sent, comment il envisage le reste de l’aventure. En tout cas ça commence bien parce qu’il est très heureux de la proposition de Roma. Oui tout de suite, qu’elle lui dit d’un hochement de tête. Elle a même préparé une bonne infusion au gingembre dans l’éventualité où il aurait toujours cette maudite migraine. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il la prenne dans ses bras, ça la prend de court. Si bien qu’elle réagit un peu à contre temps quand il s’agit de répondre à l’étreinte. Mais c’est avec plaisir qu’elle l’étreint à son tour, un sourire heureux sur le visage. Elle a l’intuition que c’est pas souvent qu’il a des élans comme ceux-là et ça vient de rendre spéciale ce moment aux yeux de Roma. Elle lui répond d’un répond d’un nouveau sourire. « Tant mieux alors, faut en profiter. » Elle l’attire jusqu’à la cuisine où elle a déjà réunis les ingrédients nécessaires. Elle le questionne justement à ce propos histoire de savoir s’il faut qu’elle sorte quelque chose d’autre que les ingrédients de base. Peut-être que sa mère elle a une recette spéciale. Elle rigole à son anecdote sur le sucre. « On va éviter le caramel alors. » Elle voudrait pas se retrouver avec un procès sur les fesses parce que sa mère est pas contente de le voir revenir avec des caries. S’ils se revoient, parce que bon la situation familiale de Carl elle a l’air vachement complexe. Les filles de Roma, elles aiment les sucreries forcément. Comme tous les enfants et puis les pâtisseries indiennes que Roma aime faire, sont connues pour être plutôt bien garnies de sucre en tout genre. Alors elle hoche la tête à la positive. « Bien sûr, c’est des enfants. Après je leur interdirais jamais le sucre, justement parce que ce sont des enfants… mais je fais en sorte que ce soit pas quotidien. » Elles voudraient pas les retrouver toutes cariées ses gamines. Bien qu’elle imagine que Franny elle est moins regardante sur les sucreries et que Roma aura toute une éducation à refaire en les retrouvants. « C’est une bonne idée. » Elle note dans sa tête de penser à ramener un petit stock de confiserie bien d’ici pour ses filles. « Je leur dirais que c’est grâce à toi si je leur ramène des cochonneries. » Elle plaisante dans un petit rire complice. Parce que bon Roma, elle y aurait pas forcément pensé. Peut-être qu’elle serait aller leur chercher un tee-shirt tout moche là, histoire qu’elle se fasse une photo de famille avec. Elle observe Carl, voulant qu’il prenne un peu la main sur la recette. Qu’il lance les choses. Mais il semble paniqué à la vue des ingrédients. Elle a pas envie de le voir comme ça Roma, elle aimerait bien qu’il puisse prendre les choses en main. Elle va l’aider, bien entendu. « T’inquiètes pas, on va les faire tous les deux ces crêpes. » Il n’est pas seul devant le grand saladier qui n’attend plus qu’à être rempli de tous les ingrédients nécessaires. « Normalement on met d’abord tout ce qui est sec il me semble. La farine, le sucre et le sel. » Qu’elle explique en lui tendant un bol verseur. « Il faut 250 grammes de farine. Tu peux le faire moi je m’occupe du sucre ? » Elle lui demande alors qu’elle se saisit de la cuillère à soupe. « Tu te souviens de la dernière fois que tu as fais des crêpes avec ta mère ? » Elle lui demande le regardant du coin de l’oeil pendant qu’elle ouvre le paquet de sucre. Peut-être que ça va l’aider à se souvenir de la recette ? Elle lui offre un sourire encourageant pendant qu’il se démerde avec le paquet de farine. « Je suis contente de faire ça avec toi. » Elle lui avoue dans un sourire sincère, elle a décidé de déverser un peu de sa bonté cette semaine. Parce qu’elle aussi se sent à fleur de peau, mais pas de la même façon que Carl. Elle a un trop plain de sentiments hyper positifs qui lui noient le coeur et elle doit se laisser aller à des petits trucs comme ça de temps en temps. Elle pensait pas se sentir aussi bien aussi et bien qu’il lui arrive de culpabiliser de pas être auprès de ses filles, elle se sent tellement reconnaissante d’avoir rencontré autant de gens formidables. Elle doit donc le dire, parce que c’est des choses qu’on de garde pas pour soi. Elle repense à Natéo qu’elle ne connaissait presque pas, mais qui a marqué cette saison. Certains n’ont peut-être pas eu le temps de lui dire ce qu’ils pensaient à propos de lui. Elle aimerait ne pas avoir ce genre de regret. Alors oui, même si elle n’est pas si proche de Carl que ça, c’est un moment qu’elle chérit tout particulièrement.[/color]

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Sam 23 Mai - 2:51

Carl il est tout joyeux d'annoncer que sa migraine de la veille s'est faite la malle sans que les triptans soient intervenus pour tuer la crise dans l’œuf cette fois. En même temps ça le laisse un peu perplexe parce qu'il a jamais vu passer une crise toute seule jusqu'à présent, le coup d'aller dormir pour reboot le cerveau c'est un classique qui n'a pas toujours fait ses preuves et forcément il espère que ça se reproduira souvent. De là à y voir un possible ralentissement de la survenue de ses crises il reste quand même prudent, ça fait des années qu'il vit avec ça donc il voit pas de raison que ça se calme du jour au lendemain. Il sait qu'il y a une grosse cause psychologique derrière qu'on lui a déjà longuement expliqué mais ça c'est pareil, on peut pas dire qu'à ce niveau-là Carl soit un nouvel homme donc il s'emballe vraiment pas et s'attend inévitablement à une prochaine crise dans pas longtemps. Frais comme un gardon il suit donc Roma dans la cuisine où la préparation de leurs crêpes peut officiellement débuter. Le caramel dans la pâte c'est un truc qu'affectionnait beaucoup sa maman avant que les dents de Blake et les siennes trinquent, et du coup Roma préfère éviter de s'aventurer sur ce terrain-là. Carl ça le fait sourire parce qu'à l'entendre sa mère pourrait lui en tenir rigueur alors que très franchement s'il doit se taper des caries à son âge c'est un peu lui que ça regarde. « Oh tu sais elle se préoccupe plus de mes dents maintenant, j'suis un peu censé gérer ça tout seul à mon âge. » De toute façon y'a de grandes chances qu'elle ne le voie jamais à l’œuvre dans cette cuisine avec Roma, pour ça faudrait qu'elle regarde l'émission et là-dessus il a pas pris trop de risques le bonhomme. « Toi y'a un truc que t'aimes bien rajouter dans la pâte ? J'suis pas contre faire des découvertes aujourd'hui. » il souligne sans perdre son sourire. Si Roma a une recette spéciale de son côté il aimerait beaucoup qu'elle la partage avec lui, surtout si ça doit apporter une petite touche bien de chez elle aux crêpes car la dernière fois il a sacrément voyagé Carl grâce à la candidate. Ça lui fait penser à l'astuce de l'huile d'olive dans la pâtes, il doit encore la prévenir que c'est un faux mythe et qu'il tient l'info du roi de l'huile d'olive en personne ici, sauf que ça lui semble pas très adapté au contexte alors il remet ça à plus tard. « T'es une maman super Roma. » il glisse en la regardant avec admiration parler de ses filles. C'est une maman soucieuse mais pas dans la privation, parce qu'elle veut pas les empêcher d'être des enfants comme elle dit. Il trouve ça cool Carl de pas diaboliser le sucre comme ça a pu être le cas chez lui, en gardant le contrôle sur la chose y'a moyen de limiter ses mauvais effets sans trop toucher au plaisir auquel tout enfant devrait avoir droit et c'est le juste milieu que Keefe n'a pas su trouver avec son frère et lui. Elle prend note de ses petits conseils après ça, et prétend qu'elle ramènera à ses filles des cochonneries made in Autriche de sa part ce qui le fait là encore largement sourire. « Si besoin je paierai le dentiste ! Non mieux, je les enverrai à mon père il fera ça gratos. » il propose, pas sérieusement parce que c'est pas demain la veille que son père lui accordera ce genre d'initiatives. Même Carl s'il voulait se faire soigner aujourd'hui pour une rage de dents il devrait raquer auprès de son paternel, ça rigole vraiment plus du tout entre eux. Il perd un peu ses moyens devant tous les ingrédients après ça l'irlandais, et ne parvient pas à reconstituer en interne la recette pourtant simple des crêpes. Le temps semble avoir emporté tout ça, mais il doit aussi y avoir une part de stress qui l'empêche de réfléchir clairement à ce moment-là. « Désolé je.. je dois juste reprendre un peu la main, ça fait longtemps. » il balbutie alors que Roma annonce qu'ils vont s'y mettre à deux, sous-entendant qu'il n'est pas seul et qu'elle sera là pour le guider si les choses ont du mal à lui revenir. La première mission qu'elle lui confie n'est vraiment pas compliquée, doser la farine c'est dans ses cordes en principe. « Oui oui je fais ça de suite ! » Ni une ni deux il chope le paquet d'une main et le verre doseur dans l'autre, et c'est parti. Sauf que Carl il a deux mains gauches alors forcément, c'est laborieux au départ. « Roh j'en ai mis à côté, bon.. » Viser c'est pas son truc mais c'est pas grave il se rattrape, et récupère avec ses mains la farine tombée à côté du doseur dans l'idée de ne rien gâcher. « Voilà, 250 grammes pile-poil. » il l'informe fièrement en lui mettant le verre doseur sous le nez en guise de preuve. C'est le moment que Roma choisit pour le faire se remémorer la dernière fois qu'il a entrepris des crêpes avec sa maman. Il a pas trop besoin de réfléchir Carl, malgré le fait que tout ça soit enfoui en lui depuis des lustres. La dernière fois en elle-même il est pas bien sûr de s'en souvenir précisément mais ces moments-là il pourra pas les oublier, c'est gravé dans sa tête de môme qui n'a jamais vraiment grandi. « Je devais avoir dix ans et des poussières, c'était notre petit rituel du dimanche après-midi. À l'époque elle prenait pas beaucoup de médocs et tout le monde était heureux à la maison, je me souviens qu'on s'amusait bien en cuisine tous les deux. Bon mon père il était déjà un peu tendu parce que son cabinet marchait pas bien dans notre petit bled, c'était avant qu'il le délocalise dans la grande ville d'à côté et sauve ses affaires. Enfin bref c'était le bon temps et j'aimerais bien retourner à cette époque où on se souciait tous un peu de rien. » Il sourit en racontant tout ça alors qu'au fond de lui ça éveille aussi une certaine tristesse. Celle du temps qui a passé et emporté avec lui l'image de cette famille unie et heureuse, et puis la tristesse de se dire que sa maman ne se souvient probablement pas de ces moments passés à deux. Les médocs ça lui a bousillé la tête au lieu de vraiment l'aider, c'est en tout cas comme ça que lui l'a toujours perçu. Roma laisse entendre qu'elle est contente de faire ça avec lui et ça l'emplit de joie Carl, elle doit même pas soupçonner à quel point il est heureux de l'entendre. « Moi aussi, je suis vraiment trop content et j'avais besoin de ça aujourd'hui je crois. J'te remercie d'avoir concrétisé ce dont on avait parlé et aussi de me rappeler ces bons souvenirs auxquels j'arrive pas toujours à penser tout seul. » Ces souvenirs il les conserve précieusement au plus profond de lui et c'est pas évident de les faire ressurgir, Carl il peut donner l'impression de vivre vachement dans le passé alors qu'en réalité son truc c'est plutôt de s’inquiéter du présent et du futur. Il se tourne partiellement vers elle et dans un énième sourire, il déclare « T'es vraiment gentille et tu sais, même si on partage ce genre de bons moments tous les deux, je t'en voudrais pas du tout si tu mettais mon nom cette semaine. » Ça sort un peu de nulle part mais il en profite de l'avoir à côté de lui pour évoquer ce bonus qu'elle a récolté la veille en admettant qu'elle accepte d'en parler et ne trouve pas mal venu de sa part de glisser sur le sujet moins de vingt-quatre heures après les faits. Parce que Carl il est déjà prêt à débriefer du prime mais c'est peut-être pas le cas de tout le monde. « Ta double voix j'me doute que ça te met une grosse pression sur les épaules et je veux pas que tu culpabilises des choix que tu feras parce que toi, t'as pas demandé à ce que ça te tombe dessus. » En vrai Carl il sait pas trop ce qu'il dit, il part du principe que c'est une sacrée pression à endosser parce que c'est comme ça que lui le vivrait si un truc pareil lui revenait entre les mains. Mais Roma elle est peut-être pas mécontente de pouvoir doublement impacter les nominations, il sait en tout cas que d'autres candidats n'auraient pas du tout craché sur cet avantage parce qu'à la base des scrupules au moment de nominer ils n'en ont pas tous.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Lun 25 Mai - 23:37

Carl c’est plus un enfant depuis longtemps, mais il a cet aura qui fait que Roma elle à tendance à l’imaginer bien plus jeune qu’il ne l’est. Et puis, après tout du haut de ses vingt ans, il est encore jeune. C’est surtout sa manière bien à lui de manquer d’assurance et de rencontre des anecdotes à rallonge, comme peuvent le faire les enfants bavards, qui fait que Roma elle l’imagine adolescent avec une maman qui s’inquiète encore pour ses dents. « T’as raison, j’oublie. Parce que t’es le deuxième bébé de la saison ici. » Avec Jill sont tous les deux les enfants de Thrown Dice, c’est sûr. Et Roma elle est certainement plus vu comme la maman, vu qu’elle a deux enfants. Elle n’est pas la seule, mais quelque chose lui dit qu’on lui donnerait plus ce rôle plutôt qu’à une Micha par exemple. En ce qui concerne les crêpes, elle en fait que très rarement. Elle change très peu la recette, la trouvant très bien pour garnir de tout ce qu’on veut ensuite. Mais l’idée d’ajouter un petit truc qui change, ça lui plait bien. « On pourrait mettre un peu de fleur d’oranger si ça te dit ? » Elle lui demande en cherchant déjà dans les placard où se trouve la bouteille en verre teinté qu’elle à vu tout à l’heure en cherchant la farine et le sucre. Bingo, elle finit par la trouver et la pose à coté des autres ingrédients. Ça rajoutera du goût, sans pour autant trop sucré la pâte, le miel aurait pu faire l’affaire aussi. En ce qui concerne ses filles, elle leur laisse pas mal de liberté c’est vrai. Elle connait des parents qui le trouve beaucoup trop permissive, sauf qu’elle ne l’est pas tant que ça. Elle a ses batailles, et elle sait que manger un peu de bonbons de temps en temps c’est pas ça qui va faire de ses filles des monstres. C’est quand même un plaisir de l’enfance (et des plus grands aussi) qu’il ne faut pas bannir selon elle. Clairement elle n’a pas toutes les bonnes réponses et elle doit faire tout un tas d’erreur en tant que mère célibataire. Au moins elle se dit qu’elle les traumatise pas trop à ce sujet. « T’es gentil. » Elle lui répond d’un air un peu distrait quand il lui dit qu’elle est une bonne mère, elle est moins certaine que lui d’en être une. Elle sait juste qu’elle fait de son mieux. Tout s’éclaire quand il parle de son père dentiste, elle comprend mieux l’obsession de sa mère pour les dents de son fils. Ça fait sens dans la tête de Roma, elle imagine déjà cette famille bannir le sucre des placards de la maison, tout en alliant des consultations gratis au cas où la règle elle est pas respectée en dehors de la maison. « C’est donc de là que tu tiens ton sourire de tombeur ? » Elle lui dit, sur le ton de la taquinerie, avant qu’il ne panique à propos des ingrédients et de la marche à suivre. Elle aimerait beaucoup qu’il ait beaucoup plus confiance en lui. C’est une recette simple et même s’il ne se souvient pas tellement de la marche à suivre, ça lui reviendra. Et elle sera là pour l’aider. « T’excuse pas, pas avec moi. Vraiment, j’accepte tout en cuisine, sauf les doigts sales qui pioche dans la pâte. » Elle termine d’un sourire complice, avant de lui donner quelques directive. Il devra s’occuper de la farine, pendant qu’elle se prépare à ajouter le sucre. Il accepte la mission et s’y met directement sans manquer de renverser un peu de farine à côté, elle rigole de sa maladresse. Il n’y a pas deux comme Carl ici, d’ailleurs de mémoire elle ne croit pas avoir rencontré un jour quelqu’un comme lui. « C’est parfait, tu peux la verser dans le saladier. » Après c’est au tour de Roma d’ajouter deux cuillères à soupe de sucre et une pincée de sel. Pendant que lui, il partage quelques souvenirs avec elle. C’est vraiment le genre de moment qu’elle aime, partager une activité aussi simple que préparer des crêpes, tout en parlant de tout et de rien. Elle ose pas trop lui poser des questions sur sa maman qui est malade d’après ce qu’elle comprend, parce qu’elle se dit que ça doit être un sujet assez sensible pour lui. Bien qu’il arrive à en parler, du moins en surface. Au lieu de ça, elle lui offre un sourire et lui partage son ressenti à propos de leur petite activité. Et ça le rend vraiment contente de l’entendre, plus qu’elle ne l’aurait imaginer. « T’es vraiment quelqu’un d’unique Carl. » Elle souffle, émue par cet échange, le gratifiant d’une caresse furtive sur la joue. Lui, il la trouve gentille et elle bombe le torse. Il enchaine sur l’avantage qu’elle a gagné lors du dernier prime, sa double voix. Il lui dit qu’il lui en voudra pas si elle est amené à le nominer. « Oui c’est vraiment pas évident ce genre d’avantage, j’ai d’ailleurs du mal à appeler ça un avantage. » Elle lui confie en jouant presque nerveusement avec la bouteille de fleur d’oranger. « J’ai pas encore fait totalement mon choix, mais je pense pas mettre ton nom. » Pas cette semaine du moins, parce que les semaines avance et elle se sent de plus en plus proche de tout le monde, mais autant être honnête elle a un noyau dur de candidat dans le coeur et ceux-là elle veut pas y toucher pour le moment. Carl, elle apprend à l’apprécier de jour en jour. Malgré tout ce qu’elle peut entendre sur lui, par exemple le faite qu’il aime regarder dans les boîtes aux lettres, la façon assez intrusive qu’il a d’agir avec Rosamie… Elle pourrait en profiter pour lui remonter les bretelles, mais elle pense que d’autres s’en charge très bien. Et surtout elle n’a pas été témoin d’un comportement qui mériterait qu’elle hausse le ton. Alors elle prend que le bon. Les petites discussions dans la cuisine, les confidences et les compliments. Elle verse 500 ml litre de lait dans un bol doseur. « Je verse dans le saladier pendant que tu remue avec le fouet ? » Elle lui demande, en agitant le fouet en question dans sa main droite. Pendant qu’il se décide, y a une question qui lui vient à l’esprit. « Dis moi Carl, comment tu te perçois ? » C’est un truc qu’elle se demande depuis un moment. Parce qu’il doit avoir une imagine pas très flatteuse de sa personne, avec sa confiance à zéro. Pourtant il a beaucoup de qualité.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Mer 27 Mai - 21:45

C'est peut-être dur à croire au vu de ses agissements et de ce qu'il peut parfois sortir mais il a vingt-ans l'irlandais, c'est plus un petit garçon. En apparence tout du moins parce que dans sa tête il n'a jamais vraiment grandi et il pourra dire ce qu'il veut, certains gars au même âge ne trompent personne parce qu'ils ont acquis la maturité dont lui semble encore loin. « Eh oh ! Je suis pas un bébé moi ! » il s'exclame en rejetant fermement cette image. Roma doit pas savoir qu'il a horreur d'être infantilisé Carl, et pourtant c'est lui qui refuse de devenir un adulte alors dans le genre contradictoire il se pose un peu là. Il aime pas qu'on lui rappelle qu'il est le plus jeune parce qu'il estime que le décalage avec les autres est déjà suffisamment présent sans ça, ce qu'il voudrait c'est être vu comme un homme mais il a pas l'attitude qui va avec. Si l'âge de raison n'est pas un mythe il doit être un peu passé à côté Carl, le jour où il se décidera à vraiment évoluer il deviendra peut-être une version intéressante de lui-même mais en attendant faut qu'il s'attende à être traité comme il le mérite. Il hoche la tête quand Roma propose d'ajouter un peu de fleur d'oranger à la pâte. « Ça me dit oui, enfin ça aura un goût d'orange du coup ? Si ça parfume légèrement moi ça me va, tant que c'est pas trop amer. » Le lien de la facilité est fait, sans grande surprise. Mais de toute façon Carl il y connait rien alors il s'en remet entièrement à son associée qui a l'air de savoir ce qu'elle fait, et y'a au moins une personne dans cette cuisine qui maitrise la situation. « Je te fais confiance. » il ajoute dans un sourire avant de la gratifier d'un compliment pas du tout calculé que sa réponse lui a inspiré juste avant. Il croit pas trop s'avancer en la qualifiant de bonne mère Roma, il se base sur vraiment pas grand-chose pour dire ça mais il se fie à ce qu'il ressent là, c'est son petit cœur qui parle et tire des conclusions peut-être un peu faciles. Carl il aurait pourtant du mal à définir ce qu'est un bon parent mais ce qui est sûr c'est qu'il prendrait pas son propre père pour exemple, pour ça faudrait qu'il agisse encore en père avec lui ce qui n'est plus le cas depuis un moment. Justement son paternel se retrouve mêlé à la conversation et il espère qu'il en sortira très vite, parce qu'il est plein d'amertume quand il en parle Carl. « Ah oui tu trouves que j'ai un beau sourire ? » il demande en prenant comme à son habitude les choses au premier degré. On peut sûrement considérer que son père a fait du bon boulot même si le soin de ses dents est clairement laissé à l'abandon depuis qu'il ne s'en occupe plus. Une fois sa gaucherie rattrapée avec la farine il verse le tout dans le saladier comme demandé et toujours sous le regard avisé de sa camarade. Mais il est pensif Carl, va falloir qu'il vide son sac s'il veut pouvoir vraiment se plonger dans la recette. « Au fait Roma, j'ai une mauvaise nouvelle à t'annoncer. » Son ton se veut dramatique tandis que son visage se crispe un peu. Il a repoussé ce moment autant qu'il a pu Carl mais il lui doit la vérité, même s'il craint qu'elle soit assez dure à entendre et que Roma n'en sorte pas totalement indemne. « Tu te souviens quand tu m'as dit de mettre de l'huile d'olive dans l'eau des pâtes pour qu'elles collent pas ? Bah j'en ai parlé à Gianni et apparemment ça peut pas marcher, d'ailleurs il trouve que c'est un crime de gâcher un nectar aussi précieux. Désolé si t'y croyais vraiment.. » Il est triste et se sent même un peu coupable de lui apprendre mais il estime qu'elle doit le savoir, et ils peuvent certainement se fier à l'italien qui est quand même un fin connaisseur en la matière. S'il dit que c'est bidon il est disposé à le croire, un peu comme si son père ramenait sa science pour débattre sur la meilleure qualité de plombages. Roma laisse entendre qu'il est unique et il se tourne vers elle par automatisme, parce que ce mot n'est pas franchement sans effet sur l'irlandais. « Ça a l'air gentil quand toi tu le dis. » il remarque dans un léger sourire en choisissant de le prendre comme un compliment puisque ça sonne comme tel à son oreille. Et c'est vrai que la plupart du temps quand on lui dit qu'il est plutôt unique en son genre ça semble toujours être une façon polie de souligner qu'il est à part, voire pas très normal et c'est surtout jamais formulé avec autant de douceur. Au passage il a aussi droit à une légère caresse sur sa joue ce qui renforce d'autant plus son impression de pas être épinglé pour ses différences, pour une fois. Elle a du mal à parler d'avantage pour sa double voix et il comprend, lui-même n'arrive pas à y voir le soi-disant bonus que leur a présenté la prod. « J'suis d'accord c'est un peu un cadeau empoissonné ce truc. Oh t'imagines s'ils dévoilent tes choix au prochain prime ? » Il veut pas lui foutre la pression à Roma et pourtant ce qu'il dit c'est pas trop censé l'aider là. Ça doit déjà pas être simple d'endosser la responsabilité d'handicaper doublement des camarades alors faut espérer qu'ils lui causeront pas plus de problèmes de conscience que nécessaire, lui en tout cas y verrait l'intention délibérée de créer toujours plus d'histoires dans le chalet et c'est pas un truc qu'il approuve. « T'as même pas besoin de le préciser ça, enfin j'veux dire tu fais bien ce que tu veux moi j'ai pas à savoir. » il lui assure alors qu'elle évoque la possibilité de ne pas mettre son nom. Comme il a pu lui dire il lui en voudrait pas si c'était le cas et à la limite il tiendrait même pas à le savoir Carl, il vit pas plus mal avec le fait d'ignorer qui lui met des voix dans les dents ici même s'il a bien sa petite idée. « Remuer ça je sais faire ! » Il s'empare du fouet tendu par Roma et commence à touiller pendant qu'elle verse, en faisant bien gaffe cette fois à ne pas faire de gestes malheureux. C'est le moment que son associée choisit pour l'interroger sur la perception qu'il a de lui-même et ça le prend un peu de court, Carl. « Elle est dure ta question. » il souffle en se mordant la lèvre. Roma va dire qu'il est pas objectif et qu'il se déprécie beaucoup trop, cette remarque il peut déjà l'entendre parce que c'est ce qu'on lui dit toujours quand il part en auto-appréciation. Carl t'es trop dur avec toi-même, Carl arrête un peu tu vaux mieux que ça. Sauf qu'il pense avoir une vision bien plus réaliste de lui-même que la plupart des gens, et tout particulièrement dans ce jeu. « Ça va pas trop t'étonner si je te dis que je pense vraiment pas être un cadeau pour ce monde, hein ? Tu peux mettre ça sur un manque de confiance, d'estime ou de ce que tu veux moi je sais ce que j'avance. Mon père il dit que je gâche la vie des autres en plus de gâcher la mienne et je crois qu'il a raison, toutes les personnes qui me font entrer dans la leur finissent par le regretter et ça aussi, je le dis parce que je le sais. » Et encore il est gentil Carl car techniquement personne l'a jamais vraiment fait entrer dans sa vie, c'est plutôt lui qui fait en sorte d'y entrer sans permission à chaque fois. « J'arrête pas de dire que j'ai un problème mais en fait je suis un problème je crois. » Cette nuance elle remet pas grand-chose en perspective car le résultat est le même, y'a un truc qui cloche avec lui et ce truc il aimerait parfois pouvoir librement en parler comme maintenant. Carl il devrait pourtant profiter de ces moments où les autres sont encore dans le flou à son sujet, dans pas longtemps ça risque de sacrément lui manquer. « T'as pas peur que des gens de ton passé ressurgissent d'un coup sur le réseau social pendant que t'es ici ?.. Parce que moi oui, j'ai cette trouille-là en permanence. » Son regard quitte le saladier pour se poser sur Roma dont il guette la première réaction. C'est la première fois qu'il admet redouter un retour en force de protagonistes de son passé -pas si passé, d'ailleurs- et il sait pas s'il espère que ça trouvera un certain écho chez sa camarade ou si c'est pas plus mal qu'il soit le seul dans ce cas-là, finalement.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: heaven on your side, w/carl (lundi à 15h15) — Ven 29 Mai - 0:05

Elle est presque surprise de le voir réagir comme ça, quand elle parle de lui comme le second bébé de l’aventure. Surprise, mais plutôt dans le bon sens. C’est qu’il sait hausser le ton quand ça lui plait pas. Elle rigole doucement, parce que dans le fond ça lui donne pas plus les traits d’un adulte de le faire ses gros yeux là. Mais elle respecte ça, il veut qu’on le voit comme un enfant, alors elle le taquinera pas là dessus. Surtout que bon, depuis le départ elle le traite comme l’adulte qui est censé être, malgré le regard juvénile qui ne semble pas vouloir le quitter. « Tu as raison, excuse moi. » Elle lui dit du bout de ses lèvres, pincées dans un sourire. Elle n’y fera plus mention à cet enfant dans un corps d’homme. Même si elle pensait pas à mal, c’est quelque chose qu’elle aime chez lui. Son innocence, cette façon qu’il a de poser le genre de question qu’un enfant pourrait poser. Sans le filtre de la vie adulte, sans les pincettes de quand on commence à gagner son propre argent. Sans cette distance propre à l’âge avancé. Elle l’aime comme ça Carl, pas tellement indépendant mais quand même farouchement opposé à ce qu’on le voit comme un enfant. Pas tellement un adulte, mais quand même avec l’air juvénile gravé dans ses traits. Et puis y a cette noirceur qu’il peut avoir dans le regard, ce qu’elle interprète comme le reflet de son expérience de la vie qui du haut de ses vingt ans, n’a elle rien de juvénile. Elle lui propose d’ajouter une pointe de fleur d’oranger pour twister un peu la recette classique. « Si c’est bien dosé ça devrait être pas mal oui. » Elle lui dit, pour couper court à son inquiétude sur la possible amertume de la pâte à crêpes. Il l’imagine comme une bonne mère, elle espère l’être, mais ne serait pas aussi catégorique sur la question. Elle pense faire de son mieux en tout cas, mais ça lui fait quand même plaisir qu’il lui dise ça. Il en vient à parler de son père, le dentiste. Et Roma comme toujours elle taquine. Bien sûr qu’il a un beau sourire, mais ce n’était pas à prendre au pied de la lettre. Ce qu’il fait sans aucune problème le Carl, à lui demander si elle le pense vraiment. « Oui, tu as un beau sourire. » Elle consent, maintenant que la petite taquinerie est tombée à l’eau autant répondre sérieusement. D’ailleurs il gagnerait à le sortir plus souvent ce sourire, lui qui semble toujours ruminer quelque chose. Et là, de nulle part, il lui parle d’une mauvaise nouvelle. Roma elle peut pas s’empêcher d’avoir le palpitant qui s’anime dangereusement. Qu’est-ce que c’est ? Est-ce que la prod l’a chargé de lui faire passer un message ? Est-ce qu’un des candidats ne va pas bien ? Est-ce qu’il a décidé de la détester là tout de suite ? Est-ce que ? Ah non, ce n’est qu’une histoire de pâte et d’huile d’olive. « Tu m’as fait peur. » Elle lui confie dans un soupire, les yeux écarquillées par la surprise. « Je pensais que c’était quelque chose de grave. » Pas une histoire d’huile d’olive et de pâtes. La main sur le coeur, elle se demande si son palpitant va se remettre de cette frayeur. « Et donc Gianni c’est le roi de l’huile d’olive ? » Elle demande presque vexée qu’il préfère les conseils de l’italien aux siens. Mais bon elle s’adoucit tout de suite, parce que bon c’est pas une technique qu’elle utilise. C’est une légende qu’elle avait entendu comme, qui passe de cuisine en cuisine. « Non t’inquiètes pas, je vais m’en remettre. » Par contre elle a bien noter quelque chose de déconcertant dans ce qu’il vient de lui dire. Il a fait à manger avec Gianni ? « Il t’as fait à manger alors ? » Elle demande, boudeuse pour le coup. Parce qu’elle attend toujours son petit repas à l’italienne, à ce rythme là elle ferait mieux de demander à Costa. Bien que ça n’aurait pas la même saveur aux yeux de Roma. Elle le gratifie d’un compliment mais au vu de la tête qu’il fait elle est pas certaine qu’il a comprit que c’était un compliment. « Depuis quand être unique c’est une mauvaise chose ? » Elle a jamais entendu ça elle. C’est une bonne chose d’être unique en son genre, mais elle comprend bien qu’on a du lui dire souvent qu’il est « spéciale » en prenant des pincettes pour dire qu’il ne rentre dans aucune case. Roma, elle le dit avec le coeur. Et c’est pas demain la veille qu’elle le fera se sentir « à part » quand ils sont ensemble. Il évoque sa double voix qui est pas tellement un cadeau selon elle et il est d’accord là dessus. D’ailleurs elle se demande s’il aurait été capable de s’en sortir la tête haute le Carl. C’est une place pas évidente, clairement, elle dira pas le contraire. Mais quand son choix sera fait, elle l’assumera autant que toutes ses autres nominations. « Tu penses ? » Elle demande d’un air un peu pensif, il ferait quand même pas ça ? Ils pourraient, c’est vrai. C’est un peu le genre de la maison de foutre la merde.  « J’assumerais et je pense que tout le monde peut comprendre non ? » Si c’est pas le cas, ça l’intéresse pas, parce que c’est un jeu avant tout non ? Et bien qu’elle est la première à dire qu’elle trouve en chacun d’entre eux quelque chose de spéciale, les nominations sont obligatoire. Elle ne pourra donc pas les garder tout le temps avec elle, dans l’idée où elle continuer d’aller loin dans le jeu. Ce qui est quasi sûr, c’est qu’elle compte pas mettre le nom de Carl. Elle mentirait si elle disait qu’elle n’y avait pas songé, parce qu’elle est moins proche de lui que certains, mais son idée est presque faite à son sujet. C’est son pote de cuisine maintenant, c’est quand même quelque chose non ? Elle lui donne la passion de remuer pendant qu’elle verse. Pendant qu’il se concentre sur la tâche, elle lui pose une question qui lui trotte dans la tête depuis un petit moment. Bien sûr elle se doute de sa réponse. Il lui dresse un portrait peu flatteur. Son père est dur avec lui et c’est certainement pour ça qu’il est aussi dur avec lui-même. Il est catégorique, il est un problème selon lui. Et elle veut bien le croire. Elle va pas le contredire, même si elle pense que c’est un peu dur de parler de soi-même comme ça. « Je pense pas que tu soi quelqu’un de mauvais moi. » Elle lui raconte alors tout en continuant la recette. « Ni que tu es un problème. Mais plutôt que tu as des problèmes. Après tu m’as l’air d’en avoir conscience non ? Alors c’est déjà une bonne chose. Après il ne tiens qu’à toi de démontrer à ton père qu’il se trompe. C’est pas parce que par le passé t’as ce schéma qui s’est répété, qu’il doit se répéter encore et encore. » Elle sait pas si ça fait sens dans sa tête, parce qu’elle est peut être pas le mieux placé pour lui sortir ce genre de conseils. « Je pense qu’on a tous quelque chose à offrir dans ce monde, toi le premier. » Elle hausse les épaules, c’est peut-être son coté idéaliste qui parle, mais elle veut pas croire que Carl il a pas quelque chose à offrir à ce monde. Il a ce passé qui semble le retenir, le clouer au sol alors qu’il ne demanderait qu’à s’envoler. Ça le bouffe, c’est ce rêve peut-être ? Ce qu’il dit par la suite ça lui donne la chair de poule, c’est quelque chose qu’elle a envisagé, bien entendu. Mais l’entendre dire comme ça de la bouche d’un autre candidat, ça rend sa peur encore plus réelle. « Si clairement, ça me fait peur. » Elle avoue d’un air perdu. Preuve qu’on a tous nos bagages, même quand on est une fille comme Roma qui respire la joie de vivre. On a tous un passé, des erreurs, des fantômes qui ne demandent qu’à sortir du placard. Le reste des ingrédients d’ajoutent à la pâte, y comprit la fleur d’oranger. « On peut laisser reposer quelques minutes maintenant. » Juste le temps qu’ils ont besoin pour se lancer dans une petite expérience. « Dis moi trois trucs que tu adores à propos de toi, les trois premiers trucs qui te viennent à l’esprit. » Tu peux le faire Carl, elle y croit elle en tout cas.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CUISINE-
Sauter vers: