Partagez
 

 she may fade away (mercredi, 19h00)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: she may fade away (mercredi, 19h00) — Lun 18 Mai - 18:51


@jill
she may fade away


Carl il est décidé à choper l'information cruciale restée en suspens depuis le prime ce soir mais il a du mal à localiser Jill dans le chalet, ça tourne rapidement à la prise de tête cette histoire. Celle-là elle arrive à totalement disparaitre quand on a le plus besoin d'elle c'en est perturbant, comme si elle avait senti que l'irlandais était à ses trousses et qu'elle avait entrepris de le fuir à tout prix. Enfin Carl il lui en faut plus pour capituler là et s'il doit ratisser le chalet de fond en comble il le fera, clairement. Il se tape les sous-sols, le rez-de-chaussée, les deux étages et là un dilemme se pose à lui : Jill, elle a plus de chance de trainer quelque part dehors ou de s'être réfugiée dans le grenier ? Après un mini débat interne Carl se chauffe à explorer la zone la plus isolée du chalet, l'américaine a dormi là-dedans la semaine dernière alors les combles elle connait bien, c'est peut-être même devenu son petit repère secret ici. Et bingo, c'est dans la salle mystérieuse que @Jill lui apparait enfin mettant un terme à d'interminables recherches à travers le domaine. Il referme la porte derrière lui, silencieux, et rien qu'à la tronche qu'il tire elle doit saisir qu'il est pas venu regarder les étoiles. « Pourquoi tu maltraites ma patience comme ça ? » il lance en se plantant devant elle, bras croisés et regard sévère comme si y’avait une chance qu’il ait l’air impressionnant comme ça. « Ta couleur préférée, tu m’as toujours pas dit ce que c’était. J’attends moi. » Il est bien forcé d’insister puisque sa question est passée légèrement inaperçue dimanche, Jill elle avait d’autres chats à fouetter ce soir-là que répondre à ce truc plus anecdotique qu’autre chose mais Carl n’en démord pas, ça a toute son importance dans le prochain cadeau qu’il déposera dans sa boîte. On doit le voir venir à des kilomètres là mais ça fait rien, il préfère s'assoir sur sa subtilité plutôt que risquer de foirer sa prochaine attention pour Jill. Il prend l'exercice très au sérieux maintenant Carl, il se met même une sacrée pression sur les épaules parce qu'avant Jill personne avait sollicité de cadeaux de sa part. Il se sent attendu au tournant au prochain coup, il veut donc pas se rater. « T’éliminerais vraiment Rosamie si tu le pouvais ? » il lui demande en changeant complètement de sujet car c'est un truc sur lequel il est tenté de la questionner depuis dimanche aussi, mais il avait pas trouvé de bon moment pour ça encore. Carl il pètera pas un câble si elle lui confirme ce qu’elle semble avoir dit à Elena, étant donné qu’il croit pas que sa réponse ait pu être modifiée. Il y a clairement retrouvé la patte de Jill, et il a bien compris qu’elles pouvaient pas trop se sentir toutes les deux alors il a renoncé à l’idée de la convertir. Au début il acceptait pas qu’on puisse ne pas aimer Rosamie mais aujourd’hui c’est un fait qu’il commence à doucement imprimer, entre ces petites tensions avec l’américaine et les tweets épinglés par gossip td l’autre jour. Comme quoi ils en prendront sûrement tous pour leur grade à un moment ou à un autre, ça semble être écrit comme ça. « Si on me filait un pouvoir pareil jamais de la vie je l’utiliserais je crois. Personne mérite de sauter de cette façon ici, elle est pas nette Elena de nous demander ce genre de trucs. » Et la seule chose qu'il espère que Jill lui épargnera c'est de balancer que Rosamie le mériterait elle, objectivement il sait que c'est pas le cas et il aurait franchement du mal à l'entendre. C'est insensé pour lui de les confronter à des questions du genre, y'a zéro chance qu'ils doivent éjecter d'office un camarade au cours de l'aventure donc c'est vraiment pour créer du drama inutile juste bon à leur attirer des emmerdes avec les autres. Ça le fatigue un peu Carl, à la base Elena il l'aime bien mais dernièrement en plus d'être pas tendre avec lui y'a une volonté de les mettre en mauvaise posture qu'il capte pas trop. Sa chronique c'est devenu le moment qu'il redoute le plus chaque semaine juste derrière l'annonce des nominés et les résultats de fin de prime, si son but c'était d'en traumatiser quelques uns dans le lot c'est déjà gagné avec l'irlandais. « Je suis content que tu sois restée en tout cas. » il finit par laisser entendre en cherchant à rencontrer son regard car à ce moment-là il espère que Jill le croit, ça sort vraiment de son cœur au bonhomme. Ils sont peut-être pas dans la même équipe mais dans le cadre des nominations il a du mal à fonctionner uniquement par team Carl. Il avait envie de voir partir personne sur ce banc car y'avait vraiment que des candidats qu'il appréciait et c'est bien ça qui l'inquiète pour les semaines suivantes, à ce stade chaque départ ou presque est susceptible de l'atteindre et certains très gravement. Et puis ça le met aussi face à un phénomène qui lui échappe assez, le fait que de son côté il ait zéro mise en danger à son actif en étant un joueur en carton quand d'autres peuvent trouver des secrets et risquer leur place deux fois d'affilée.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Mer 20 Mai - 9:53

Jill, elle colonise de plus en plus le chalet en se créant une multitude de petits spots personnels. La salle de projection, c’est son antre officiel. Personne n’irait contredire cette affirmation vu le temps qu’elle y passe par jour, mais là, elle commence aussi à se créer des résidences secondaires. Après avoir dormi toute la semaine dans les combles, elle s’est découvert une nouvelle passion pour la salle mystérieuse et les différents trésors qu’elle renferme. Il y a vraiment tout et n’importe quoi, du télescope dernier cri à son copain naughty freddy dont elle a posté une photo sur le RS. Ce soir, elle se la joue solo (pour changer) en traînant au milieu de tout ce bordel. Elle s’apprête à interroger son karma en vue des nominations qui devraient bientôt tomber lorsque la porte de la pièce s’ouvre sur une petite silhouette. Carl, il lui lance un de ses regards chelou dont il a le secret. Le genre qui ne l’aide pas vraiment à se défaire de sa réputation de type creepy. Elle le fixe aussi en retour, pas trop sûre de piger ce qu’il lui veut. Elle se demande s’il est encore en pleine crise parce que Rosamie lui a répété un truc qu’elle lui a raconté ou un délire dans ce goût-là. Il croise les bras en adoptant un tout nouveau champ émotionnel qui ne lui va pas du tout en essayant de se montrer autoritaire. Sauf que Carl being Carl, il veut juste connaître sa couleur préférée avec ses petites fixettes qu’il se créé tout seul. Hum. Ok. Sur le prime, elle avait un peu zappé de lui répondre lorsque ça avait commencé à vriller et que Jill trouvait plus distrayant de se concentrer sur l’affaire Louis/Maci/Cami/Natéo que de s’occuper des interrogations un brin inutiles de Carlito. Il y a un petit moment de flottement pendant qu’elle se demande s’il est sérieux, mais il semblerait que oui. Elle ne sait même pas quoi lui dire, parce qu’elle n’a pas de réponse toute faite dans sa tête. C’est plutôt changeant en ce qui la concerne. « J’aime bien le orange. » elle finit par se décider dans un sourire. Ouuuh, ça sent le petit cadeau dans sa boîte aux lettres au cours de la semaine. Comme quoi, Jill, elle a eu raison de pousser un coup de gueule et de lui mettre la pression à ce gland. « Et toi, c’est quoi ta couleur préférée ? » elle cherche un peu à donner le change, même s’il y’a peu de chance qu’elle utilise l’information de son côté. « Attend, laisse-moi deviner. » Il parait que chaque couleur correspond à un type de personnalité. Jill, elle trouve surtout que ça sonne un peu comme du bullshit de considérer qu’il existe une corrélation entre ces préférences et certaines caractéristiques, mais bon… Elle l’observe, comme si ça allait être évident. Ses fringues, sa petite tronche de Carlito tout paumé… Ca doit être un peu gênant pour lui, surtout qu’il n’y a rien qui lui vient tout de suite à l’esprit comme elle y connait que dalle. La môme, elle est un peu obligée de procéder par élimination. Le rouge, c’est trop passionnel et extraverti. Elle ne le voit pas non plus dans le délire blanc/gris/noir, Carl il doit faire parti de ces personnes qui prennent tout au pied de la lettre et qui iraient faire remarquer qu’officiellement ce ne sont pas des couleurs. Le violet et le rose, bof... « Le vert. » elle déclare. Ouais, Carl, elle le voit bien dans une petite ambiance émeraude, douce et apaisante. Naïve, mais aussi sensible et jalouse. Il change radicalement de sujet pour lui parler de Rosamie et lui demander si elle pourrait vraiment l’éliminer si elle en avait l’occasion. Jill, elle doit un peu se retenir de rouler des billes. T’inquiètes Carlito, elle est safe ta princesse, y’a peu de risques qu’un tel pouvoir pointe le bout de son nez au cours du jeu. « Moi je l’aime bien Elena. » elle glisse en guise d’introduction pour contrebalancer avec ce qu’il a l’air de penser de son côté. Ce genre de questions, c’est tout à fait ce que l’américaine pourrait poser pour mettre mal à l’aise ses petits camarades et les pousser dans leurs retranchements. Bizarrement, ça passe mieux lorsque ça vient d’une chroniqueuse plutôt que d’elle qu’on accuse de tous les maux dès qu’elle essaye d’engager la conversation. « Non. Ça ne serait pas fair-play de ma part. » Rosamie, elle deviendrait une sorte de martyr de la télé-réalité : quel enfer. Jill, elle a aussi trop de fierté pour essayer d’éliminer sa rivale principale aussi facilement. Le rêve, ce serait qu’elle se fasse virer par les téléspectateurs. La môme, elle est déjà aux anges, à ricaner dans son coin, lorsqu’elle lit certains commentaires sur la jeune femme dans les articles de Gossip TD. « Par contre, si j’avais l’occasion de la nominer d’office, je n’hésiterais pas. » Vu sa popularité auprès des autres candidats à force de tous les brosser dans le sens du poil, c’est sans doute l’une des seules méthodes envisageables pour la voir un jour sur le banc des nominés. Jill, elle imagine très bien Rosamie se laisser porter jusqu’aux demi-finales sans difficulté entre son plan d’alliance et sa tendance à vouloir toujours se positionner comme la gentille de l’histoire. « Tu penses qu’elle en ferait de même ? » Elle n’arrive pas trop à statuer sur la question. Par exemple, Carl, c’est clair qu’il aurait de grosses difficultés à devoir imposer une nomination à un autre candidat avec sa personnalité aux antipodes de celle d’un stratège. Jill, elle s’en tape. C’est le jeu et si ça peut lui éviter à elle ou à l’un de ses potes de l’être tout en virant miss perfection, c’est tout benef’ pour son aventure. Elle esquisse un petit sourire lorsque Carl lui dit qu’il est content qu’elle soit restée. En soit, elle ne sait pas trop ce que ça vaut puisqu’il a l’air d’aimer tout le monde ce neuneu, mais ça lui fait plaisir de se sentir soutenue de temps en temps. Jill, elle fait genre qu’elle s’en tape d’être peu appréciée par tout un groupe de candidats qui la nominent et lui filent des haches, mais comme tout le monde, elle est sensible aux belles paroles et compliments. « Moi aussi. » Avec son joli score de 28% des votes des téléspectateurs, elle est plus que satisfaite. Ses adversaires, c’était pas non plus le haut du panier, mais terminer première ex-aequo avec Michaela, ça lui a reboosté son estime d’elle-même. « Je ne sais pas pourquoi tout le monde pense que je ne me plais pas ici… » Ça revient assez régulièrement depuis quelques jours. Jill, ce n’est pas la meuf la plus heureuse et souriante du chalet, c’est clair, mais elle n’a pas non plus l’impression de faire h24 la gueule. Faut pas exagérer. « Tu trouves que je donne l’impression de voler la place de quelqu’un ? » C’est ce qu’on lui avait reproché à demi-mot lors qu’une chronique. Y’en a pas mal qui doivent du coup regretter Natéo et son investissement contrairement au sien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Jeu 21 Mai - 4:25

Il revient à la charge pour sa couleur préférée parce que Jill a ignoré sa question l'autre jour et c'est pas une information sur laquelle il est disposé à s'assoir. Il a prévu d'insister jusqu'à lui faire cracher le morceau et si ça doit durer des jours c'est pas un souci, il est prêt pour ça. Carl il peut être sacrément pénible quand il s'y met, quand il passe en mode insistance c'est mission impossible pour se débarrasser de lui alors pour avoir la paix le plus simple c'est de lui donner ce qu'il veut. Et ça Jill l'a compris, elle pourra pas s'en sortir autrement que comme ça ce soir donc elle lui dit ce qu'il veut entendre et comme ça c'est plié. « Le orange ? » il répète comme si l'information avait du mal à rentrer. En vrai pourquoi pas, il risque juste de galérer un peu vu l'idée qu'il a en tête mais c'est un challenge accepted en tout cas de son côté. « C'est un peu moche mais.. d'accord je note. » il formule dans un sourire en coin et le moche il est volontairement glissé pour la piquer gentiment. En réalité y'a pas de couleur plus moche qu'une autre pour Carl et sûrement que le orange n'est pas associé à Jill par hasard, il est juste pas très calé en signification des couleurs. Là comme ça ce truc lui évoque quelque chose de volcanique et c'est un peu à l'image de ses répliques brûlantes finalement, sous cet angle il trouve que cette couleur lui va bien. Jill c'est comme si des flammes lui sortaient de la bouche parfois tellement ce qu'elle dit peut s’avérer irritant, ou alors il est le seul à se laisser aussi facilement atteindre par ses propos un peu durs. De toute façon Carl faut pas grand-chose pour le secouer et encore elle s'est un peu adoucie avec lui Jill, elle a l'air d'avoir trouvé d'autres candidats à maltraiter dans ce chalet donc il apprécie de pouvoir souffler. Ça va tellement mieux entre eux qu'il va prendre l'habitude de lui déposer un petit cadeau toutes les semaines Carl, ça c'est un truc surtout acté avec lui-même qu'il n'a pas présenté de cette façon à la concernée pour éviter qu'elle prenne ses petites attentions comme acquises et se repose trop dessus. Il veut pas paraitre trop prévisible l'irlandais même si ses questions laissent quand même difficilement entrevoir autre chose, là. Jill tente de deviner ce que pourrait être sa couleur préférée et il se laisse observer sans rien dire avant qu'elle émette une proposition. Vert, c'est pas si mal trouvé mais il va pas pouvoir lui valider ça. « J'aime bien le vert mais je préfère le violet. Ouais, un violet psychédélique, je crois que j'avais répondu un truc comme ça pendant les castings. » C'est bien parce que Carl il évoque une couleur qu'il visualise à peine lui-même dans sa tête. Pour lui ça s'apparente à quelque chose entre le magenta et le violet, vif et excentrique donc pas du tout à son image mais il serait bien incapable de trouver dans cette pièce ou plus généralement dans ce chalet un objet de la couleur qu'il désigne. Il se retient de soupirer quand Jill prétend bien aimer Elena, et on peut pas dire que ça le surprenne grandement. Si quelqu'un risque d’adhérer aux interventions de la russe ici c'est bien elle, après tout elles sont facilement assimilables toutes les deux. « Ça m'étonne pas trop, vous aimez bien faire dire c'que vous voulez aux autres. » il siffle en croisant son regard dans une nouvelle allusion destinée à remettre leur échange de la semaine dernière sur le tapis. Pas très subtilement, là encore. Carl il digère un peu difficilement cette histoire, et en fait il comprend même pas pourquoi elle fait ça Jill. Elle désapprouve son big crush ça il l'a bien compris mais il saisit pas ce qu'elle y gagnera à semer la zizanie entre eux. Carl il a vraiment pas besoin qu'on intervienne de cette façon dans sa relation avec la philippine, il s'y prend déjà bien assez mal comme ça. Elle considère que ce ne serait pas fair-play d'éliminer Rosamie à la première occasion mais la nominer d'office ça lui poserait pas de problème par contre. Forcément Carl ça lui fait quelque chose de l'entendre mais il choisit de ne pas répliquer là-dessus, quoi qu'il puisse dire il sera pas objectif là et Jill appréciera sûrement pas qu'il prenne encore la défense de l'intéressée. Quant à savoir si Rosamie hésiterait pas non plus à la nominer d'office il est pas trop capable de le dire, non seulement c'est pas le genre de choses dont ils parlent tous les deux mais c'est aussi une question qu'il ira pas lui poser. « Je sais pas, tu peux toujours lui demander ? J'ai l'impression que tu la fatigues un peu mais peut-être pas au point qu'elle veuille te nominer d'office. » Il est pas certain qu'elle soit si dérangeante dans l'aventure de la philippine, d'ailleurs Jill semble plus souffrir de la place que Rosamie prend dans ce chalet que l'inverse. Le fait qu'elle soit aussi appréciée au sein du jeu semble l'irriter au plus haut point mais il pense pas que ce soit de la jalousie, il croit surtout que Jill ne raffole pas des figures trop populaires qu'on place un peu sur un piédestal dès le début et qui n'ont pas besoin de faire grand-chose pour capter l'attention générale. Et puis tout les oppose toutes les deux quand il y pense, et il est bien placé pour savoir que c'est dur de tisser quelque chose avec une personne en qui on ne se retrouve en rien. Il lui confie après ça être content de son sauvetage et à ce moment-là il sait pas si Jill est tellement surprise, ça a pas l'air et c'est tout juste si elle manifeste une réaction à ce qu'il dit au final. Finir première ex-æquo des votes c'est un bel exploit pour une première nomination de son point de vue et elle se dit elle-même satisfaite de ce résultat. D'ailleurs, elle ne comprend pas pourquoi tant de monde s'évertue à penser qu'elle ne se plait pas dans cette aventure. Il note ce qu'il entend et dans un sourire, il ose demander « Ça veut dire que tu te plais ici avec nous ? » Et ce qu'il espère, là, c'est recevoir une réponse positive même si elle doit être un peu nuancée. Il aimerait qu'elle lui dise que oui, elle se plait au moins un peu dans ce chalet même si c'est pas forcément le cas en toutes circonstances il s'en doute bien. Y'a des gens qui l'apprécient Jill ici il le sait mais il sait pas vraiment si l'inverse est vrai. Des potes elle en a dans ce jeu, elle s'est même trouvé un petit groupe de copines apparemment mais ça veut pas nécessairement dire quelque chose pour elle. Carl d'un coup il a envie que l'aventure de l'américaine se passe bien et il sait pas trop pourquoi, ça lui importe de savoir qu'elle trouve pas le temps trop long, ou qu'elle pense pas sans arrêt à être ailleurs plutôt qu'enfermée ici avec eux. L'irlandais il aime bien se soucier des gens qui n'en ont pas grand-chose à faire de sa tronche, c'est pas comme s'il l'avait pas montré dès le premier jour après tout. Sa question après ça le bouscule un peu, il se demande si c'est un truc qu'elle sort de sa propre tête ou bien qu'elle a entendu mais dans tous les cas sa réponse sera la même. « Non pour moi tu voles la place de personne. » il laisse très honnêtement entendre et ceux qui le pensent n'ont qu'à se reconvertir comme casteurs pour se charger du sale boulot des sélections à la prochaine saison selon lui. Jill elle apporte un truc à cette saison comme chacun d'eux, sa personnalité plait pas à tout le monde mais faut bien ce genre de profils pour contraster un peu et ça c'est encore sa vision perso des choses, il obligera personne à penser comme lui. Carl il a pas besoin qu'on lui prouve que l'américaine a sa place parce qu'il en a jamais douté, et il trouve les remarques à son encontre un peu dures aussi au même titre que les remontrances qu'elle s'est tapé dimanche. « Des fois j'ai l'impression que tu sais pas très bien ce que tu fais là, mais j'suis exactement pareil donc c'est pas moi qui vais juger. » Il se rend compte qu'il connait pas les raisons qui l'ont poussée à faire cette aventure mais si c'est comme lui elle n'en a pas vraiment. Carl il a pas caché qu'il avait saisi l'occasion de tenter cette expérience alors qu'il traversait une période de vide personnel. Il avait le sentiment de passer complètement à côté de son existence alors quand ce jeu s'est présenté à lui il y a vu l'opportunité de partir loin pour réfléchir à ce qu'il voulait vraiment faire, et pourquoi pas aussi de se trouver des projets à concrétiser car sa vie manque cruellement de goals à atteindre. C'est pour ça que tout y est si fade, Carl il se laisse porter et n'entreprend jamais rien. « Tu te sens réellement pas appréciée à ta juste valeur dans ta team ? » il finit par lui demander car c'est un truc qui a retenu son attention dimanche, dans la chronique d'Elena là encore. Il pense pas que Jill aurait laissé entendre une telle chose si c'était pas vrai et forcément il s'interroge sur son entente avec les autres membres de son équipe. Jill elle a mis pas mal de Schwarz dans sa team de rêve s'il se souvient bien, et c'est sûrement pas par hasard. Ses yeux captent le plateau de jeu à côté d'elle et ça lui rappelle qu'il a quasiment pas touché à ce truc depuis le début. « On joue ? » il propose en ramenant le plateau vers eux comme s'il considérait déjà avoir obtenu son accord. La dernière fois qu'il a interrogé ce jeu ça lui a dit que les conséquences d'un choix passé allaient le rattraper ou un truc du genre, et mine de rien Carl il était parti en grosse remise en question sur lui-même après ça.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Sam 23 Mai - 13:52

Carl, il a l’air de bugger un peu sur le choix de couleur de Jill. Elle ne sait pas trop à quoi il s’attendait. Même elle, dans le fond, elle a zéro idée de ce qu’elle raconte, parce que c’est une donnée qui change sans arrêt. Elle ne se souvient plus de ce qu’elle avait répondu lors de son questionnaire post-casting, mais y a moyen qu’elle ait choisi à ce moment-là le jaune ou le vert à la place, tellement elle n’est pas stabilisée au niveau de ses préférences. « C’est pas moche, c’est vintage. Comme dans Mad Men. » En fait, Jill, elle n’a pas des goûts tout moisi, elle se trouve juste dans la mauvaise faille spatio-temporelle. Plus personne n’en a rien à branler de cette teinte, mais pendant toute la période des 60’s, le orange défonçait largement toutes les autres couleurs réunies. Elle se serait bien vue évoluer à cette époque, Jill. Ou tout du moins naître dans le courant de la décennie, pour profiter à fond de la vibe des années 80 ensuite comme les ados de Stranger Things avec leurs vinyls et leurs films cultes. Carlito, il lui parle du violet. Sauf qu’il ajoute un level de difficulté pour visualiser proprement la nuance qu’il a en tête, puisqu’il s’agirait de violet psychédélique. La môme, elle est larguée. C’est quoi ce bullshit encore ? Elle ne dit rien, parce qu’en soit, elle en a un peu rien à carrer de toute cette histoire de couleur. Il n’y a que Carl qui peut réellement s’intéresser à ce genre de futilités. Le topic Queen Elena, c’est tout de suite plus intéressant. C’est trop l’un de ses spirit animal cette gonzesse, avec sa manière d’arranger la réalité à sa sauce et les petits commentaires sassy qu’elle ajoute sur tout le monde lors de sa chronique. Carl, il lui balance l’un de ses sous-entendus avec zéro subtilité qui se veut de plus en plus fréquent dans leurs conversations. Il a toujours l’air d’avoir quelque chose à lui reprocher, même si les trois-quarts du temps elle ne capte pas trop ce dont il s’agit précisément. Jill, elle vit vraiment sa petite life sans se soucier des autres, donc parfois, elle zappe les move de chaotic-evil qu’elle fait en scred aux autres candidats. Elle ne sait plus ce qu’elle a raconté à qui, quand et pourquoi. Sa connerie, elle lui vient naturellement. Quand quelqu’un la gonfle ou l’ennui, elle commence à inventer des trucs randoms pour s’occuper. Faut pas trop y prêter attention, même si au milieu de toutes les bêtises qu’elle raconte, y’a toujours un fond de vérité. « T’as quelque chose à me demander, Carl ? » elle tente, pour voir si c’était de l’ordre de l’exceptionnel lorsqu’il s’agaçait la semaine dernière, ou s’il va continuer à s’écraser pour ne pas faire de vagues. Ils sont relou à tout prendre au pied de la lettre. Ces abrutis, ils passent des heures à tenter de rétablir la vérité entre ce que leur raconte Jill ou Elena, plutôt que de juste cesser de se prendre la tête et d’en avoir rien à carrer. Quelle perte de temps. Carl, il n’a pas trop l’air de savoir lui dire si Rosamie serait capable de la nominer d’office et elle finit par hausser les épaules, au final pas si intéressée par la réponse. « Enfin c’est pas vraiment comme si elle en avait besoin de toute façon. L’ensemble des candidats se chargent déjà très bien de me nominer sans elle. » elle lâche, cash. La môme, elle a parfaitement enregistré qu’elle s’était pris une sorte d’abonnement pour les nominations depuis que les autres relou du game -aka Presley et Kai- s’étaient barrés. Elle sait très bien qu’elle va encore y avoir le droit cette semaine, tout comme celle d’après, jusqu’à ce que les téléspectateurs en aient marre de sauver ses fesses. D’un côté, ça la fait chier de devoir se coltiner ce statut de pestiférée sur chaque prime, mais si elle en avait vraiment quelque chose à foutre, elle essayerait sans doute de se montrer plus agréable pour sauver les meubles. On ne peut pas dire que ce soit dans ses plans vu le sketch qu’elle a encore fait lors de la dernière soirée des Adler. Elle a une personnalité assez complexe, tout en étant extrêmement limpide. C’est difficile de la suivre, mais Jill, c’est typiquement le genre de personnes qui en a rien à péter des limites sociales, toujours là pour faire l’inverse de ce qu’on lui demande ou pour faire une blague indélicate lors d’une situation chargée sur le plan émotionnel. C’est une vraie petite ISTP, qui a un mal fou à se faire comprendre avec son mode de fonctionnement opposé à celui de la plupart des autres personnalités. Ce n’est pas quelqu’un de sensible et d’empathique, Jill, et c’est sûrement pour ça qu’ils ont parfois du mal à se comprendre avec Carlito. « Quand vous faites pas trop chier, ça passe. » elle lâche dans un haussement d’épaules nonchalant. Bien évidemment qu’elle se plait dans le chalet, même si elle n’irait jamais l’avouer directement. Jill, ce n’est pas non plus une attardée qui se force à rester dans l’émission pour on ne sait quelles raisons. C’est comme quand elle envoie bouler constamment Lejla ou Cami, tout en étant la première à aller à leur rencontre pour passer le temps. La majorité des trucs qu’elle raconte, c’est à prendre avec des pincettes. Elle ne sait pas vocaliser clairement ce qu’elle éprouve, alors il y a beaucoup d’ironie et de sarcasme à la place. C’est un peu agaçant de s’entendre suggérer que parce qu’elle n’affiche pas le même smile de teubée que Rosamie ou Maci, elle n’a pas l’air à sa place dans le jeu. Le but de TD, c’est justement de réunnir tout un tas de caractères et de personnages différents, les faire interagir et espérer qu’ils vont se pécho ou se fighter. Elle joue son rôle, Jill et ça la rassure que Carl lui confirme qu’elle ne prend la place de personne, même si elle est déjà parfaitement au courant. « Tout le monde a l’air de débarquer avec un secret poignant ou une cause à défendre, c’est so cliché. » En tous cas, Jill, ça la gonfle, parce que ça la renvoie de plus en plus à l’idée qu’elle est peut-être moins intéressante ou légitime que les autres candidats. Sorry, mais non, elle a absolument zéro goal derrière sa participation à l’émission. C’est sa propre version du gap year américain, avec bien plus de paillettes et de superficialités que les paranthèses post-lycée des autres adolescents de son âge. « T’espérais rien de particulier de l’émission ? » Carl, il n’est pas non plus tout à fait comme elle. Il est un peu weird dans son genre et un peu rêveur, donc ça l’étonne qu’il ait passé les castings en mode gros touriste comme elle l’a fait de son côté. Les deux, c’est vraiment les gros gamins de la saison qui n’ont théoriquement pas la maturité ou l’historique nécessaire pour participer à une telle aventure. « Je me sens un peu côté du truc. Pas toujours soutenue… » elle glisse à l’évocation de son équipe, sans trop savoir comment verbaliser ses émotions. C’est compliqué à expliquer, parce que personne ne la met volontairement à cette place. Kara et les autres essayent de l’intégrer, y’a pas de soucis, mais ça ne prend pas toujours. « Je ne sais pas toujours comment rentrer dans certains de leurs délires. Mais ça serait peut-être pareil dans n’importe quelle autre team. » Jill, elle fonctionne pas très bien lorsqu’il y a du monde et d’autant plus sans ses potes de TD sur lesquels s’appuyer. Alors oui, bien sûr, y’a Santo avec lequel elle partage une petite dynamique assez particulière, mais le truc a l’air de s’évaporer quand ils se retrouvent dans un groupe de plus de trois personnes. Il ne fait plus tellement attention à elle lors de ces meetings. Ou peut-être que c’est juste Jill, qui derrière sa grande gueule reste une fille extrêmement introvertie et mal l’aise en société, ne sachant pas comment se faire correctement une place lors des soirées sans partir en vrille en insultant l’ensemble de l’assemblée. Carl tire le plateau de jeu en proposant de jouer et elle se contente d’hocher la tête, avant de faire rouler les dés. Un léger sourire se dessine sur ses lèvres. Ca lui ressemble pas mal de se faire bêtement avoir à cause de son impulsivité. « Tu crois que je risque d'encore vouloir régler mes comptes dans un chant de noël ? » Tellement un move à la Jill, n'empêche. « Comment tu l'interprètes ? » elle l'interroge avec curiosité.

_________________


Dernière édition par Jill le Sam 23 Mai - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Sam 23 Mai - 13:52

Le membre 'Jill' a effectué l'action suivante : lancer de dés


'Plateau de Jeu' :
she may fade away (mercredi, 19h00) BvXkb6QO_o
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Dim 24 Mai - 17:52

Le orange c'est pas une couleur qu'il se verrait personnellement porter mais après tout si ça plait à Jill il est personne pour contredire ça, lui. Bon elle le perd un peu par contre en évoquant un côté vintage à la Mad Men, comme si c'était susceptible de lui parler à Carl. « Je connais pas. » Si c'est une série y'a aucune chance qu'il connaisse, et à vrai dire si c'est un film les chances sont à peine plus nombreuses. C'est pas important qu'il ait la référence de toute manière, ce qui compte là c'est qu'il ait enfin obtenu l'information dont il avait besoin pour mettre au point son petit plan. Il enregistre ça dans sa tête et lui accorde un changement de sujet plutôt mérité après ça, car ils vont clairement pas épiloguer pendant dix ans sur leur couleur préférée. Jill c'est un peu une mini Elena donc qu'elle déclare bien l'aimer n'a rien de surprenant, qu'elle s'identifie à elle non plus et il soupçonne que ce soit un peu le cas aussi. Il profite que le nom de la russe soit mêlé à la conversation pour glisser une nouvelle allusion au truc qu'il tente d'amener depuis quelques jours, Jill a pas trop calculé jusque là ses appels de phare, notamment quand il a souligné son manque d'honnêteté durant le prime mais aujourd'hui ça semble enfin faire tilt. Ou alors elle en a simplement marre qu'il passe par mille détours pour lui dire les choses, et là clairement son but à l'irlandais c'est d'être un peu lourd avec cette histoire pour la faire réagir et enfin, ça fonctionne. Il a bien un truc à lui demander oui, et il est assez content qu'elle lui pose cette question. « Oui. De plus te mettre entre Rosamie et moi. » il laisse entendre sans tourner davantage autour du pot. Leur discussion devant les boites aux lettres l'autre jour, il espère qu'elle se souvient ce qu'elle lui a confié ce jour-là en pensant lui ouvrir les yeux sur un truc qui s'est au final avéré être sorti de son contexte et bidouillé pour filer le mauvais rôle à Rosamie. Entre temps Carl il a parlé avec son binôme et il a eu droit à une toute autre version, il sait donc que Jill s'est un peu joué de lui et sur le moment faut admettre que ça l'a déçu. La situation est suffisamment compliquée comme ça, il a pas besoin qu'on intervienne entre eux pour leur prêter de faux propos ou transformer la vérité pour qu'ils soient mutuellement amenés à douter l'un de l'autre. C'est une façon de lui demander de les laisser tranquilles par rapport à ça, même s'il ne le formulera pas de cette façon. « Je m’y prends déjà bien assez mal pour pas que t’en rajoutes.. en plus je vois pas ce que ça t’apporte de faire ça. » Carl il capte pas le côté satisfaisant que Jill pourrait potentiellement y trouver mais bon il est pas dans sa tête, et il est loin de pouvoir dire qu’il a compris son mode de fonctionnement depuis qu’il la connaît. Lui refuse en tout cas de la voir comme une fille insensible et simplement mauvaise, peut-être que c’est juste sa façon de passer le temps ici ou qu’elle a vraiment une dent contre Rosamie dont elle s'est juré de pourrir l’aventure et les relations ici. Même si au final c’est plutôt Carl qui trinque dans cette affaire, ces déformations ça l’atteint bien plus que la philippine et ça il sait pas si Jill en a conscience. « Laisse-moi me rétamer la tronche tout seul s’te plait, c’est comme ça que c’est écrit. » Tout ça pour dire qu'il faut pas réécrire le scénario, c’est important que Carl vienne à bout de son idéalisation de Rosamie tout seul. Il est destiné à passer à autre chose c’est qu’une question de temps, le déclic il l’a pas encore eu et il risque pas de l’avoir si des gens comme elle se mettent sans cesse entre eux pour dénaturer les choses qu’ils confient aux autres. Ça fait que retarder la fameuse cassure qui devra survenir pour les libérer tous les deux, mais il s'attend pas tellement à ce que Jill comprenne puisqu'elle doit surtout y voir la possibilité de se défouler ou de contrer l'ennui qui la guette. Les conséquences derrière c'est sûrement pas son business. Il préfère pas s'avancer après ça sur la décision que Rosamie prendrait si on lui demandait de refiler une nomination d'office à quelqu'un, peut-être bien que Jill serait l'une des options naturellement étudiées par la philippine, ou peut-être pas, la réponse à cette question il est pas en mesure de lui donner. L'américaine part de toute façon du principe qu'elle n'aura pas besoin d'en arriver là car son abonnement au banc des nominés est officiellement pris. Carl il a pas envie d'être aussi alarmiste car pour le moment elle n'a été qu'une seule fois en danger, mais du coup ça l'intéresse là. « Tu penses que je te nomine moi ? » il demande d'un air sérieux et avec une pointe de curiosité, aussi. C’est une vraie question, pour le coup. Jill elle a l’air de penser qu’elle se prend des nominations à la pelle et c’est sûrement un peu vrai puisqu’elle s’est retrouvée en danger pas plus tard que la semaine dernière, mais il se demande si elle les met vraiment tous dans le même sac ou si elle a une idée des candidats qui pourraient l’épargner à côté de ce qu’elle imagine être une tendance assez générale dans ce chalet. Carl il se prononcera pas tant qu’il aura pas récolté son avis là-dessus, pour une fois il attend avant d’abattre ses cartes. Il est un petit peu rassuré d'entendre que Jill se plait quand même dans ce chalet avec eux, même si elle a une façon bien à elle de le dire. Ça passe donc, il se contentera de ça. Pour ce qui est de voler la place de quelqu'un il est vraiment pas d'accord avec cette idée et il s'empresse de le lui dire. On lui a bien assez répété que tout le monde avait été pris pour une bonne raison, pour qu'il ne puisse pas à son tour adhérer à cette vision des choses et tenter d'enlever cette idée qu'il juge absurde de la tête de Jill. Elle se sent en décalage avec les autres la benjamine ça se sent et ça s'entend, elle mentionne d'ailleurs les secrets et deux extrêmes qu'ils pourraient être amenés à retrouver dans les révélations. Clichés, d'après elle. « J’en déduis que c’est pas ton cas. » Pas de secret tire-larmes ni de combat à faire entendre, okay il note. Même si en vrai Carl il sait pas trop quoi faire de cette info, pour Jill comme pour les autres il a même pas un début d’enquête en cours. « Si tu veux tout savoir moi non plus. » il ajoute l’air de rien. Avec toutes les idées qui fusent à son sujet il est pas bien de sûr de vraiment savoir à quoi s’attendent les autres avec son secret, mais clairement son but c’est pas de faire pleurer dans les chaumières et il voit pas comment il y parviendrait de toute façon. Carl c’est pas parce qu’il donne l’impression d’endurer son problème comme le gros fléau de sa vie que ça annonce forcément un secret chargé d’émotion derrière, en tout cas pas le genre d’émotions que Jill semble évoquer. Il secoue doucement la tête alors qu'elle l'interroge sur ses attentes en faisant cette émission. « Honnêtement ? Non. » il répond sans prendre le temps d'y réfléchir parce qu'il sait pourquoi il est là Carl, il sait qu'en l'occurrence y'a pas tellement de raison à ça. Il a peut-être bien parlé d'un challenge plutôt bienvenu dans sa vie une fois mais en réalité ce challenge il aurait pu le trouver ailleurs, l'idée c'était pas de se lancer dans cette aventure pour l'amour du jeu ou la découverte du monde de la télé-réalité en tout cas. Ces trucs-là ça l'a jamais tellement attiré Carl, donc c'est forcément un peu paradoxal de le retrouver là-dedans aujourd'hui. « Je me suis enfermé ici pour réfléchir à ce que je veux faire de ma vie, parce que j’suis un peu dans une impasse à ce niveau-là. Et c’est tout en fait. Ça a été Thrown Dice comme ça aurait pu être n’importe quel autre programme. » il balance dans un haussement d'épaules. D'ailleurs ça fait un mois qu'il est là et il a toujours pas tranché sur la question : reprendre ou non son job d'au pair en sortant. C'est le gros dilemme auquel il fait face depuis qu'il s'est fait jeter de sa dernière famille d'accueil Carl, il était censé trouver la réponse à cette question ici mais il semble encore loin de se décider là-dessus. « Et toi, pourquoi Thrown Dice plutôt qu’autre chose ? » À la limite Carl il s'est orienté vers la BBC parce qu'il habite à une heure de Londres et que les castings sont arrivés à point nommé dans sa vie, pile quand il s'est retrouvé sans boulot et avec du temps à revendre. Mais Jill elle est américaine, c'était pas la porte à côté pour elle ce jeu et pourtant elle a préféré ça aux programmes bien de chez elle, du coup il s'interroge. Il fronce légèrement les sourcils quand elle laisse entendre que sa team la soutient pas autant qu'elle le voudrait, ça l'attriste un peu Carl et il a du mal à le cacher. Parce qu'il sait qu'elle exagère probablement pas, alors il aimerait l'aider à créer ce lien manquant avec les gens de son équipe mais franchement il sait pas comment s'y prendre ni même s'il y a quelque chose à faire. « Ça t’aide pas de te dire que t’étais super bien classée dans les préférences de Kara quand il a fallu constituer les équipes ? T’étais voulue dans cette team à la base, t’es pas tombée dedans par hasard ou parce qu’il fallait combler un trou. » Il tente, Carl, ça servira peut-être à rien mais il tente. Jill il sait qu'elle a pas été mise là pour équilibrer la balance, sa place dans les Adler c’est l’une des premières à l’avoir gagnée mais il sait pas si ça compte ou pas, ça, pour elle. À la base elle semble pas dans un délire d'appartenance profonde à sa team comme lui donc si en plus elle se sent pas considérée ni intégrée dans leurs délires, c'est compliqué. « Le dialogue ça peut être pas mal quand un truc coince, mais tu te sentirais d’en parler avec eux ? » Il se doute un peu que la réponse sera non et que Jill, pour compenser tout ça elle préférera rester dans l’optique de creuser encore plus le fossé avec les autres à grands coups de chansons assassines plutôt que de mettre sur la table ce qu’elle ressent. Parce qu'il l'imagine pas tellement reconnaitre devant les autres qu'elle se sent un peu comme la laissée-pour-compte du groupe, elle a trop de fierté pour ça selon lui. De son côté il pense pas qu'il tentera de voir ça avec des membres Adler parce qu'il voudrait pas intervenir dans le dos de Jill et qu'elle puisse lui reprocher après, surtout qu'il foire à peu près tout ce qu'il touche Carl donc ce serait sûrement pas lui rendre service. Il propose de s'en remettre au plateau de jeu pour voir ce que ce dernier sera tenté de leur prédire ce soir, et Jill se lance la première sans qu'ils aient le temps de déterminer ça entre eux. Sa prédiction la fait sourire, l'irlandais quant à lui tente d'analyser ça et de mener un vrai raisonnement, pour une fois. « Je crois que le jeu et moi on est assez d’accord. » il commence par dire sans quitter le plateau des yeux. L'impulsivité Jill ça la connait, d'ailleurs l'épisode du chant de Noël qu'elle mentionne en est le parfait exemple. Il veut bien tenter d'interpréter tout ça Carl mais y'a des chances qu'il se loupe. « Pour moi faudrait que tu transformes toute cette énergie que tu dépenses à provoquer les autres en volonté de t’ouvrir un peu plus, enfin.. j’pense que tu gagnerais à fendre un peu ta carapace parce que je suis pas sûr qu’on ait la vraie Jill devant nous depuis le début. Tu comprends ? » Il voudrait pas qu'elle pense qu'à ses yeux elle est fausse depuis qu'ils se connaissent car c'est pas du tout ce qu'il entend par là, s'il parle de carapace c'est pas par hasard Carl. Et s'ouvrir plus aux autres il est convaincu que ça lui serait bénéfique, à la fois pour son image et pour son bien-être perso. « J’aime bien la Jill impulsive moi, mais je crois que j’aimerais bien aussi la Jill plus posée et ouverte qui parlerait avec son cœur plutôt qu’avec ses tripes. » Lui ne s'est jamais arrêté à l'image de la Jill insolente dont l'attitude ne lui vaut pas que des amis dans ce chalet, il est convaincu qu'il y a autre chose, une facette d'elle qu'elle n'a pas encore dévoilé mais il croit malheureusement pas être le mieux placé pour l'inviter à s'ouvrir. Celui qu'elle écoutera, et dont elle suivra les conseils même s'ils sont bienveillants. Il s'empare lui aussi des dés qu'il lance sur le plateau, et découvre la prédiction à laquelle il a droit cette fois. Apparemment il devrait suivre ses désirs l'irlandais, ça sonne comme un truc positif et faut avouer qu'avec ce jeu il a pas trop l'habitude. « Bon, à ton tour d'interpréter. » il lance à Jill dans un petit sourire histoire d'inverser les rôles et de voir ce que ça lui inspire, cette histoire de tentation à laquelle il est censé céder.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"



Dernière édition par Carl le Dim 24 Mai - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Dim 24 Mai - 17:52

Le membre 'Carl' a effectué l'action suivante : lancer de dés


'Plateau de Jeu' :
she may fade away (mercredi, 19h00) 9ydSsvNo_o
Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Mar 26 Mai - 19:20

Jill, elle balance sa question d’une manière super neutre, sans laisser filtrer la moindre émotion tellement ça lui passe au-dessus de la tête les petites crises de Carlito. Elle est super bizarre et incompréhensible dans sa manière de se comporter vis-à-vis de lui, tantôt overprotective parce qu’il lui fait penser à un petit chaton, tantôt cruelle pour lui réveiller les neurones. Sans doute qu’avec ses deux ans de moins que lui, elle se laisse moins facilement attendrir par certaines de ses conneries, ce qui ne l’empêche pas de le foutre dans son petit squad perso. Il n’a pas trop le choix, Carl, en fait. Il est dans sa bande, chez les jilf (jew i’d like to fuck), quand bien même il ne doit rien connaître au judaïsme à l’instar de Lejla. C’est que du détail, le nom qu’elle leur a trouvé est –pour des raisons évidentes- bien trop cool pour se faire remplacer. Elle pose son regard de queen sur le garçon, prête à entendre ses doléances. Il ouvre la bouche et urgh, ça y est, elle est déjà soûlée. « Il n’y a pas de Rosamie et toi. » elle le reprend en roulant des billes. Elle va encore passer pour la connasse de service, mais faut vraiment qu’il se fasse une raison. Leur binôme, il n’existe que dans sa tête. Elle ne doute pas que la candidate l’apprécie, mais il se fera toujours nexter dans l’aventure au profit des autres potes de la brune. La môme, elle s’est donnée pour mission de réaliser une autopsie sur ce binôme en carton et ce qu’elle a découvert au cours de l’opération, ce n’était pas joli-joli. Carl, c’est triste à dire, mais ça se voit qu’il n’est pas aussi bien classé qu’il le voudrait dans le carnet relationnel de sa déesse. Aera, Izïa, Roma, Kara, Costa… Ca fait franchement pitié. Jill, ce qu’elle aimerait vraiment, ce serait d’avoir à sa disposition un défibrillateur pour lui envoyer des coups de jus directement au cerveau. Derrière la dureté des paroles qu’elle lui réserve parfois, il y a moyen qu’elle ait beaucoup plus de considération à son égard qu’une Rosamie et ses dix milles potes dans lesquels il se retrouve noyé. « Je crois que tu mérites mieux que ce rôle de petit stalker creepy qui te colle aux fesses, c’est tout. » Alors ouais, Jill, elle participe pas mal à lui forger cette image avec les répliques à portée humoristique qu’elle balance h24 à son sujet, but still. En sous-marin, elle roots carrément pour lui. « Et pour ça, il faut que t’arrêtes de vivre toute ton aventure qu’en fonction de Rosamie. Parce que de son côté, elle s’en tape de toi. » Jill, elle marque une petite pause, levant les yeux au ciel en mode anticipation, parce que ce débile va sûrement encore allé répéter ce qu’elle vient de dire à la première concernée, sans saisir le message. « Je veux dire. L’inverse n’est pas valable. T’es loin d’être son number one boy. » Voilà, moins cash, plus accessible pour sa petite caboche qui prend tout au sens propre. Jill, ça l’agace tellement cette histoire. C’est un peu comme Maci qui se fait ghoster par Gianni parce qu’il ne doit pas la trouver à son level. La môme, elle a toujours dit qu’elle n’aimait pas les gens mainstream. Elle préfère les outsiders comme ces deux teubés et les voir se résumer à des rôles de sidekicks, ça la dérange profondément. Jill, elle brasse beaucoup d’air avec ses conneries, mais elle est quand même capable de réfléchir et de se créer un avis sur les situations qu’elle rencontre. Elle hausse les épaules avec nonchalance lorsqu’il dit qu’il ne voit pas ce que ça lui apporte de se mettre entre lui et Rosamie. S’il n’a toujours pas pigé, elle ne peut rien pour lui. Par contre, elle tilte un peu sur la fatalité qui résonne dans sa dernière réplique. « T’as pas envie de reprendre le contrôle ? » Elle ne pige pas trop le délire, là. De toute façon, Carlito et tous les troubles mentaux qu’on a de cesse de tenter de lui attribuer, c’est un peu un mystère. Elle plante son regard dans le sien quand il lui demande si elle pense qu’il la nomine. Jill, elle se doute bien que ça doit être plus simple de filer son nom que celui d’autres candidats. En dehors des gens avec lesquels ça ne le fait vraiment pas tels que Rosamie, Aera ou Izïa, elle a quand même une personnalité beaucoup plus compliquée à gérer que bien d’autres candidats. La môme, elle entretient aussi des rapports assez superficiels avec l’ensemble du chalet, mais elle aime à penser qu’il y a tout de même des exceptions. « Non. » elle finit par annoncer, sans trop savoir si c’est le cas. S’il s’avère que Carlito a pris l’habitude de la nominer, elle le prendrait plutôt mal. Elle s’en fout un peu de devoir se retrouver toutes les semaines sur le banc des nominés ou avec une panoplie d’haches pendant les classements de popularité, mais derrière toute son indifférence, y’a des gens qui comptent un minimum. Bizarrement, Carl, il en fait partie parce qu’elle s’identifie pas mal à cet abrutit. Elle aime croire qu’il ne la nominera jamais, de la même manière qu’elle est plutôt sûre de la fidélité de ses copines Lejla et Cami à ce niveau-là. Elle n’aborde jamais le sujet frontalement ou avec sérieux, parce que Jill, elle doit dealer avec sa fierté aussi grosse qu’elle. C’est comme toute cette histoire de secrets qu’ils commencent à aborder. Carl, il a l’air d’accueillir l’info comme un indice potentiel dans le cadre de la chasse aux secrets, mais faut pas être un génie pour capter que la môme, elle ne serait jamais venue exposer quelque chose d’ultra deep et important sur une chaîne nationale. Elle est vraiment là en touriste, pour se faire un petit kiff en même temps qu’elle se cherche un goal pour le reste de son existence. Comme lui, qui n’a pas trop l’air de capter ce qu’il glande-là. En soit, Carl, il ne doit jamais vraiment donner l’impression d’être à sa place avec sa petite dégaine d’ovni sur pattes. « Tu commences à y voir plus clair ? » Ca va bientôt faire un mois que l’émission a commencé, il a plutôt intérêt à trouver des réponses fissa, avant de se faire nominé à son tour. « Je connais bien l’émission, j’ai vu plusieurs saisons. » Franchement, y’a pas grand-chose à dire sur TD. Jill, elle a beau être américaine avec tout un tas de programmes télés dispos sur le territoire, y’en avait pas tant que ça qui pouvaient matcher avec son profil. Jersey Shore, c’est pas trop son délire, n’en déplaise à Santo. « Ce qui m’a attirée, c’est l’idée de pouvoir me tourner les pouces plusieurs semaines sans rien avoir à glander. » elle glisse dans un sourire. Franchement, le chalet, c’est le pied. Elle passe les trois-quarts de son temps à mater des séries dans la salle de projection ou à flirter avec Santo : on a déjà vu pire comme occupation. C’est clair que Jill, ce n’est pas la candidate la plus active de la saison, en témoigne sa place de gamine forever alone dans le bas du classement d’investissement. Elle ne buzz pas, elle ne s’intéresse que modérément aux autres candidats, elle rechigne dès qu’il faut aller répondre à des trucs au confess… Pourtant, elle a clairement son utilité et avec ses conneries, elle squatte la plupart des conversations de ses camarades. Minimum d’effort pour maximum de rendement. « Mmmh. » elle se contente de grogner, dubitative alors que Carl tente de lui faire comprendre qu’elle était voulue dans la team des Adlers. Jill, elle avait pas mal travaillé Kara pour se retrouver à ses côtés. En soit, elle n’avait pas eu beaucoup de mal à se faire repérer par la boss, vu le manque de personnalité flagrant de certains candidats. Ce qui était valable en s1, ne l’est plus forcément aujourd’hui, alors que les affinités de chacun commencent sérieusement à se dessiner. Jill, avec ses trois potes qui se battent en duel, elle se sent un peu out. Ca serait peut-être déjà un peu moins compliqué, s’ils n’étaient pas tous dans l’autre équipe. « T’es trop mims de t’inquiéter pour moi. » elle ronronne en opérant un virage à 180° au niveau de son attitude. C’est un peu sa spécialité de jongler avec les moods, surtout quand une conversation commence à s’attarder sur des sujets avec lesquels elle ne se sent que moyennement à l’aise. Carl, il essaye peut-être juste d’être gentil sans vraiment en avoir quelque chose à foutre de son ressenti, mais tant pis, il a le droit à son petit regard de biche. Elle enchaîne direct, lançant les dés lorsqu’il lui soumet l’idée de jouer avec le plateau. Jill, elle a toujours été super circonspecte à propos de ce machin, mais sa petite prédiction est loin d’être hors-sujet lorsqu’on connait sa personnalité. Limite, elle en vient à suspecter la production de gérer les messages qui s’affichent, tellement ça a l’air parfaitement adapté. « Qu’est-ce qui te dit que je ne suis pas vraie ? » elle fait un peu mine de s’offusquer, mais il se rattrape en précisant ses propos. « J’sais pas. J’ai peur qu’elle soit légèrement boring cette Jill-là. » Faut arrêter de croire qu’elle a plein de trucs à raconter derrière les railleries qu’elle leur sert depuis le début du jeu. C’est à son tour d’interpréter la prédiction de Carlito. Let’s go pour le bullshit qui ne veut rien dire. « Le désir, ça implique un besoin ou une attente à l'égard d'une situation ou d’un objet. » Petite définition pépouze. « Ca ne serait pas Rosamie, ça ? Dommage, je n’ai plus le droit de donner mon avis... » La séance de voyance, elle est donc un peu obligée de se voir écourter à cause du gros panneau stop qu’il lui a imposé tout à l’heure concernant sa princesse. « Je dirais aussi qu’il y a un manque, un vide en toi qui ne demande qu’à être comblé. Même si t’as pas l’air d’en avoir conscience, tu participes à l’émission pour chercher à le résoudre. Tu veux te défaire de tes frustrations... » Alerte connerie en approche. « Mon verdict final, c’est que le plateau de jeu t’encourage à pécho pour relâcher les tensions qui pèsent sur toi. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Jeu 28 Mai - 18:14

Il a pas l'impression de lui demander la lune à Jill, il voudrait juste qu'elle cesse ses petites interventions entre la philippine et lui car c'est loin d'arranger ses affaires. L'autre fois il s'est mis à douter de l'honnêteté de son binôme parce qu'elle a presque réussi à lui retourner le cerveau et il est pas d'accord Carl pour subir un brainwashing de sa part chaque fois qu'il est question de Rosamie. Il s'attend pas à ce qu'elle accède bien gentiment à sa petite requête parce que c'est pas le genre de fille qui se retire pour faciliter la vie des autres Jill, du coup il craint un peu de parler dans le vent et de pas la sensibiliser pour un sou là. La réponse de l'américaine tombe finalement comme un coup de poing sur la table, elle est catégorique il n'y a pas de Rosamie et lui. Si quelqu'un est décidé à écraser une à une ses illusions dans ce chalet c'est bien Jill, elle recule vraiment devant rien pour lui foutre dans le crâne qu'il délire et court après une relation imaginaire qui n'a aucune chance de voir le jour dans cette réalité. À la limite c'est pas la première à tenter de lui ouvrir les yeux donc ça va il encaisse pas trop mal, en revanche avec elle c'est toujours assez brutal et sa volonté de l'extirper de force de ses rêves surpasse très nettement celle de le ménager. « Et si moi j'ai envie, enfin besoin de croire que si ? » Il s'emmêle les pinceaux Carl et ne fait même plus la différence entre ses besoins et ses envies, la faute à Jill qui a décidément le don pour lui mettre la tête en vrac. Il va pas lui sortir le même discours qu'à Aera même s'il pourrait carrément là, sa position n'a pas tellement évolué depuis. Carl il revendique encore et toujours son droit de rêver car si on lui retire ça il voit pas ce qui lui reste, le vrai monde est pas assez beau pour qu'il soit pas tenté de construire le sien et d'y vivre tout ce qu'il ne connaitra sans doute jamais en dehors de sa tête. Et Jill elle pourrait au moins lui laisser l'illusion qu'il forme un binôme avec Rosamie, pas un couple non, juste un duo parce qu'il se plait vraiment à croire que c'est le cas depuis leur entrée à deux dans cette aventure. Ce qu'elle fait là c'est qu'elle lui retire absolument toute base de lien avec la philippine et ça c'est dur, il est pas prêt à s'assoir sur ça ni à la laisser définir ce qu'ils sont l'un pour l'autre. D'après Jill ils ne sont rien mais cette vision beaucoup trop radicale des choses ne lui convient pas, donc il la rejette par automatisme. Le rien lui fait peur, il ne veut tout simplement pas l'entendre et encore moins l'imaginer. « Arrête Jill, tu sais pas ce que tu dis. » il lâche avant de soupirer profondément. Elle dit qu'il mérite mieux mais en vrai elle en sait rien, et il va finir par penser qu'elle aussi s'est rangée du côté d'une indulgence un peu trop poussée à son égard. On lui laisse passer tellement de choses à l'irlandais qu'au final on s'en méfie plus tellement, ses agissements pourtant limite n'étonnent plus grand monde en témoigne la boite aux lettres de Rosamie qu'il a récemment fouillée. C'était pas anodin comme acte, ça lui a même valu un avertissement de la prod et pourtant ses camarades ont été très peu nombreux à réagir là-dessus comme si ça passait presque crème à la longue. Idem pour Costa qui le laisse l'espionner comme si c'était normal, sans parler de Rosamie qui l'a sur son dos en permanence et ne s'en rend même plus compte. Il pourrait en profiter Carl pour multiplier les dingueries dans le chalet vu que personne n'y fait plus vraiment attention mais il peut pas se permettre d'aller trop loin non plus, un autre pas de travers et c'est retour à Brighton illico il le sait. « Bon t'as décidé de me saper le moral ou comment ça se passe ? » C'est donc comme ça, faut aussi qu'il se prenne en pleine tronche qu'il est à la ramasse dans le cœur de la philippine comme s'il s'en doutait pas déjà fortement ? Faut croire qu'elle lui épargnera vraiment rien, Jill. Y'a des vérités qui sont pas bonnes à dire à un gars aussi ébranlable que lui, et il avait en l'occurrence pas besoin qu'on lui rappelle qu'il est loin de figurer dans ses liens privilégiés ici. Pourtant il le ressent bien Carl, il est pas naïf au point de s'imaginer qu'elle lui attribue trois edelweiss chaque semaine et l'estime autant qu'une Aera ou un Costa. C'est malheureux à dire mais tout ça, oui, il le sait déjà plus ou moins même si se l'avouer n'a rien de facile et contredit forcément les histoires qu'il aime se raconter. Le décalage il saute aux yeux de tout le monde y compris aux siens, il fait juste en sorte de l'ignorer quand il le peut parce que c'est démoralisant de sentir qu'il a à peine droit à un peu d'affection de sa part quand de son côté il l'érige en reine de son cœur. Elle doit avoir raison Jill, y'a des chances qu'elle s'en tape dans les grandes largeurs de lui mais même en se le disant il parvient pas à se raisonner le garçon, c'est pas l’électrochoc dont il a besoin. « Bien sûr que si j'aimerais mais c'est pas si simple.. ça s'arrête pas juste parce qu'on le veut, c'est un peu le principe d'un truc incontrôlable. » Il s'attend pas à ce qu'elle comprenne car son mode de fonctionnement n'a pas encore été expliqué et fait donc encore office de concept un peu flou à ce stade, il s'en doute. « Mais Rosamie elle peut stopper tout ça, elle sait juste pas comment et même si elle savait je suis pas sûr qu'elle le ferait. » Et faut pas demander à Carl de lui donner la solution du problème parce que c'est pas trop dans son intérêt de lui filer la clé. Il a peut-être laissé entendre avant ça qu'il y avait rien à faire mais c'est pas vrai, y'a toujours un moyen d'en sortir même si ça passe bien souvent par une cassure brutale et c'est précisément cette cassure qu'il redoute, ainsi que la phase d'après car c'est un éternel recommencement son truc faut pas l'oublier. Il joue un peu aux devinettes après ça afin de savoir si Jill le croit capable de la nominer, et c'est un non qu'il obtient en guise de réponse. Il décide de pas faire durer le suspense parce qu'il y a clairement pas matière à tourner cent ans autour du pot alors il tarde pas à lui dire ce qu'il en est. « T'as raison je t'ai jamais nominée. » Et il a pas prévu de le faire parce qu'il fonctionne par affinités en nominant Carl, il veut pas tremper dans des histoires de stratégies ou d'alliances intra-teams car il veut pouvoir assumer ses choix après ce qui n'est déjà pas gagné à la base. Son but c'est de conserver les gens auxquels il tient le plus longtemps possible dans ce jeu et c'est tout, faut pas chercher plus loin que ça. « Pas trop non, disons que j'y réfléchis. » il l'informe dans un haussement d'épaules quand elle lui demande s'il commence à voir clair dans sa réflexion visant à savoir ce qu'il va faire de sa vie. Il a toujours pas décidé Carl mais ce serait bien qu'il se grouille, le public va pas attendre qu'il ait tranché sur la question pour le pousser vers la sortie. Quant au fait d'être mims parce qu'il s'en fait pour son bien-être au sein de sa team, non, il pense pas l'être. Il s'en fait tout naturellement pour ça parce qu'il n'aime pas savoir que Jill ne se sent pas soutenue ni réellement intégrée, il a pas envie d'ignorer ça sous prétexte que c'est pas sa team donc pas son problème. C'est pas comme ça qu'il voit les choses lui, et s'il pouvait il l'aiderait à y trouver sa place car l'épanouissement perso de l'américaine est important à ses yeux. Il suppose que c'est déjà pas simple d'avoir son âge et sa personnalité dans un jeu pareil, si en plus ça matche pas trop avec sa team c'est plutôt triste à son sens et ça l'affecte peut-être plus que ça le devrait, aussi. « J'aimerais juste que ça s'arrange pour toi, parce que sinon autant venir chez nous. » il balance à moitié sérieux. Il va éviter de proposer à ses coéquipiers de la récupérer parce qu'il pense que certains n'hésiteront pas à s'y opposer mais si ça ne tenait qu'à lui ce serait fait depuis longtemps, à vrai dire. Sa petite analyse de la prédiction de Jill est un peu un flop comme on pouvait s'y attendre, elle y est pas très réceptive et craint de ne rien avoir de très intéressant à dévoiler en fendant la carapace comme il le lui a conseillé. « Jill ne sera jamais boring voyons. » il souligne dans un sourire et il le pense. Maintenant c'est à elle de voir, si elle veut pas s'ouvrir plus aux autres il pourra pas l'y forcer et il respectera ça parce qu'avant tout faut qu'elle soit en phase avec elle-même Jill. Si elle vit bien avec cette impulsivité il suppose qu'elle peut rester comme elle est, c'est elle qui est dans son corps et dans sa tête après tout pas les autres. Lui risque d'adhérer à toutes les versions qu'elle voudra bien montrer d'elle, à moins de découvrir une Jill vraiment intolérable mais il ne pense honnêtement pas qu'elle puisse l'être à ce point. La prédiction de l'irlandais lui vaut à son tour une petite analyse qui mentionne d'abord Rosamie avant de focus plus généralement sur des frustrations et des tensions dont il voudrait se défaire sans en avoir forcément conscience. Ça le fait sourire Carl, et aussi pas mal cogiter mine de rien. « Ouais bah justement.. » En fait cette histoire de tentation et de désirs ça l'inspire Carl, et elle est sûrement pas prête à entendre ce qui va suivre. Il a une idée dans la tête depuis un petit moment le bonhomme et là il se demande si le jeu l'encourage pas tout simplement à la suivre. Comme un signe du destin, ou le feu vert qu'il attendait un peu. « J’ai pensé faire un truc quand je sortirai parce que j’en ai marre d’être un gros noob, tu peux me dire ce que t’en penses toi ? Mais honnêtement hein, te fous pas de moi s'te plait c'est sérieux Jill. » Il lui lance un regard qui veut tout dire, si l'envie lui prend de rigoler à ce qu'il va lui confier ça va pas trop le faire rire, lui. « Alors voilà.. je voudrais découvrir la vie et donc euh.. le sexe tu vois ? Ça me tente plutôt bien parce que jusqu’ici je m’imagine beaucoup de choses mais ça reste fantasmé alors ça me frustre un peu. Sauf qu’aucune fille consentante voudra jamais m’initier je pense.. » Il soupire, et la chute elle la voit venir ou pas ? Alors non ça n’est pas aussi glauque que ça pourrait en avoir l’air et Carl va vite dissiper les éventuels doutes qui auraient pu naitre dans l'esprit de l'américaine car son envie d'être initié aux plaisirs charnels ne le conduira heureusement pas à commettre l'impensable mais si elle n'y a pas songé c'est encore mieux. « Du coup j’envisage d’aller voir l’une de ces filles qui font ça contre de l’argent pour devenir un homme moi aussi. Tu crois que si j’y mets le prix elle me laissera essayer plein de trucs avec elle ? Pas des trucs dégueu non plus mais genre.. ouais, un peu de tout quoi. » Il se pourrait qu'il se soit déjà trouvé un projet pour l'après le bonhomme, le tout va être de dénicher ça à Brighton. Ce qu'il veut c'est franchir le pas parce qu'il en peut plus de mijoter dans son jus, comme tout mec normalement constitué il a des désirs et ces désirs il voudrait les assouvir dans une dimension plus réelle car vivre tout ça dans sa tête c'est quand même pas très fou. Alors il aimerait trouver une fille de passage qu’il aura pas le temps de sacraliser, ça lui semble idéal à Carl et pendant un moment il en oublie complètement qu’il dit tout ça à la télévision et que son frère de quatorze piges va profiter de ses petites confessions au même titre que des millions d’autres téléspectateurs. « Ça pourrait bien être ça non, mon vide à combler ? » Comme quoi elle était peut-être pas si loin du compte Jill en suggérant qu'il doive pécho pour venir à bout de ses frustrations. Carl il sait bien qu'il conclura pas ici et à vrai dire c'est pas ce qu'il cherche, il voit pas comment il pourrait convaincre une camarade de lui prendre ce qu'il a en trop et ce jeu est bien le dernier endroit où il se verrait devenir un homme comme il dit. « T'es pas choquée j'espère. » il glisse à l'attention de Jill qu'il observe du coin de l'oeil. Lui ne trouve pas ça choquant mais il anticipe un peu vu que certains trucs qu'il sort parfois offusquent les autres, et il est plutôt à l'aise pour parler de ça avec elle étant donné que Jill est aussi noob que lui en la matière d'après ce qu'il sait.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne
she may fade away (mercredi, 19h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: she may fade away (mercredi, 19h00) — Dim 31 Mai - 11:56

(...)

Jill, elle sort une petite connerie avec sa prédiction sortie de nulle part. Le but, c’était de mettre mal à l’aise Carlito pour l’embêter, mais ce petit gland, il s’empare du sujet en un rien de temps comme s’il n’attendait que ça, de pouvoir aborder le sujet de sa vie sexuelle. « Euh… » elle expire quelque peu paumée lorsqu’il insiste pour lui faire comprendre que ce qui va suivre est sérieux. A force de le pratiquer, elle commence à flairer le truc chelou et creepy arriver. Jill, elle s’était vraiment mise à asexualiser Carl, au point d’en venir même à douter de sa capacité à bander. Comme tout le monde dans le chalet, elle le visualise comme ce môme semi-inoffensif n’ayant pas encore atteint la puberté, mais il s’avère qu’il est juste exactement comme l’ensemble des mecs de son lycée en version zarbi. Du coup il se masturbe aussi en scred à l’occasion ? Non pas que ce soit mal, mais ça remet tout en perspective, parce qu’elle se remet à visualiser d’un drôle d’œil sa tendance à stalker Rosamie h24 dans la salle d’observation. Elle bug aussi sur les mots qu’il utilise. Une fille consentante ? wtf ? Elle doit appeler la sécurité, là, ou comment ça se passe ? « Tu veux pas que je te prête Bob la poupée gonflable pour te soulager, plutôt… » elle marmonne à voix basse, parce qu’elle ne sait plus trop quoi lui raconter. Jill qui est toujours là à rebondir et à donner son avis sur tout, elle se sent larguée pour la toute première fois de l’aventure face aux confessions supers malaisantes de Carl. Elle avait pigé vers où il se dirigeait. Y’a pas trop besoin de préciser qu’il envisage de le sexe tarifé à ce stade, mais il le fait. La môme, elle lui lance un regard qui a l’air de demander pourquoi tu me parles, toi ? sauf que pour une fois, elle se trouve plutôt légitime à ce niveau. D’où il aborde ce genre de sujets avec elle ? Ok, il n’est pas complètement teubé parce que s’il avait fait le même coup à une Rosamie ou à une Roma, il aurait eu le droit à trente minutes de cours sur la place de la femme dans la société et sur le fait qu’en matière de prostitution, il y a avant toute chose des victimes auxquelles on n’a pas offert le luxe de choisir, mais ça ne veut pas dire que Jill est mieux placée pour dealer avec le sujet. En fait, elle se sent carrément mal à l’aise, flairant le traquenard prêt à se refermer sur elle. Là, elle n’a pas trop envie de lui dire que beaucoup de filles aimeraient coucher avec lui, pour se retrouver ensuite avec Carl l’interrogeant sur si ça pourrait hypothétiquement être son cas à elle. So awkward. Le truc qu’elle veut absolument éviter at all costs. Jill, elle se retrouve là, à imaginer Carlito en pleine négo pour obtenir une ristourne. Ok pour les 100 balles, mais tu suces sans capote. C’est tellement sordide qu’elle a du mal à ne pas le fixer avec un drôle d’air. Il lui demande si elle est choquée, parce que c’est vrai qu’elle se montre étrangement silencieuse depuis plusieurs secondes et qu’elle ne réagit plus tellement à ses questions. Nooon, bien sûr que non, quelle idée. Espèce de tête de nœud. « Sympa la manière dont t’envisages d’investir ta cagnotte après l’émission… » De son côté, Jill, elle pensait plutôt à renouveler sa garde-robe chez Urban Outfitters, mais chacun son truc. « Le public appréciera de te soutenir dans ton projet, je suis sûre. » elle glisse dans un sarcasme. Faut vraiment être teubé pour évoquer son désir d’aller se former auprès d’une pute dans une émission à portée internationale. « Mais t’es sérieux, là ? » elle essaye de checker, au cas où il tenterait de se foutre de sa gueule. Sauf que Carl, il est toujours premier dégré. L’humour même douteux, ça n’a pas l’air de faire partie de son répertoire. Il la regarde juste avec sa petite tête de creepy travaillé par les hormones. « Parce que tu comptes faire quoi après avoir essayé une fois ? » Elle n’attend pas de réponse, tout simplement parce qu’il ne doit pas y en avoir. C’est bizarre son histoire. Il pense baiser une fois et qu’ensuite tout sera plié ? Jill, elle a plutôt l’impression qu’il va devenir accro aux petites sorties en périphérie de Brighton pour faire son affaire. Toutes les personnes vierges, quel que soit leurs âges, sont intriguées à divers degrés par le sexe. La môme, elle n’arrête pas de se la ramener sur le sujet, mais elle trouve ça quand même pathétique de payer pour sa première fois. Ce serait quand même mieux que ça se passe avec quelqu’un qui lui plaise réellement. Pas nécessairement dans une ambiance hautement romantique, mais juste une fille rencontrée dans un bar qu’il inviterait dans sa petite chambre d’ado ce serait bien mieux que ce qu’il envisage. « Je ne comprends même pas pourquoi tu me parles de ça. » C’est bon, elle est soulée Jill par ses réflexions de puceau chelou. Elle n’a pas envie de se retrouver mêler à ses délires, même si elle est venue un peu le chercher avec sa blague vaseuse. Ca la met mal à l’aise, même si elle tente de donner le change. « Je veux dire. Pourquoi à moi ? » Normalement, ce genre de sujets, il devrait les aborder avec un autre mec, mais elle prend aussi peu à peu conscience qu’il a toujours tendance à davantage traîner avec des meufs dans l’émission. A la rigueur, le meilleur pour endosser ce rôle, ce serait Louis. « Tu t’attends à ce que je te propose de perdre ta virginité par amitié ou par compassion ? » Jill, elle commence un peu à s’inventer des trucs, mais dans sa tête c’est tellement wtf comme sujet que ça doit bien cacher quelque chose consciemment ou non. Ce n’est pas non plus la fille la plus sensible ever avec laquelle aborder la question. Comme elle l’a déjà démontré à plusieurs reprises, elle peut parfois se montrer cruelle quand on commence à la gonfler. « Espèce de petit tordu. » elle glisse tout en se levant pour le laisser en plan, sans trop qu’on sache si y'a un truc affectueux dans son insulte as usual ou si elle est réellement choquée. Il y a sûrement un peu de tout en même temps. Elle ne le next pas officiellement, mais elle a vraiment besoin d’un petit break de Carlito, là.


HJ: Désolée, je zappe une partie de ta réponse, mais je n'avais pas le temps pour un full rp et je voulais rebondir sur la fin gnum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: SALLE MYSTÈRIEUSE-
Sauter vers: