Le Deal du moment :
Ventes privées Lacoste : de 30% à 50% de ...
Voir le deal

Partagez
 

 amnésie (ven, 11h)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
amnésie (ven, 11h) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: amnésie (ven, 11h) — Sam 30 Mai - 16:11

Elle le faisait marrer Aera, parce que même sur une simple conversation elle ne lâchait rien et tenait à ajouter son grain de sel. On s'y retrouve. Des gens bien. Il lui avait glissé un regard entendu. Sur ça, ils se rejoignaient. Deux approches, deux méthodes, deux types d'arrogance. Mais toujours à l'affût. Bizarrement c'était peut-être celle chez qui il se reflétait le plus, Santo. Leur relation était de l'ordre de l'ultra récent, mais en une semaine ils avaient développé une forme d'écoute et d'échange qui lui plaisait bien. Il était peut-être biaisé par le lien qu'elle entretenait avec Cos, mais à ses yeux Aera c'était une grande joueuse. Et lui il aimait ça, s'entourer de joueurs. Ca l'emmerdait de moins en moins de lui glisser des petites exclu au milieu de ses explications posées. Y'a qu'un indice qui fait vraiment écho à mon intitulé. Et il n'avait pas encore de réelle opinion sur la stratégie de la prod à ce niveau. Est-ce que c'était un phénomène exclusif au sien, de secret ? Le reste, c'est ce que j'ai à raconter. Elle en tirerait ses propres conclusions. Aera elle devait avoir compris que s'ils étaient aussi tatillons sur la façon dont ils présentaient leur monde, leurs histoires, Cos et lui, c'était pas juste pour dépeindre un tableau caricatural de la jeunesse foutue du bas Naples. Ca le faisait pas marrer, Santo, de cracher sur ses origines. Parce qu'au-delà de ce qu'ils en retenaient eux, Naples ça restait son repère, son ancre, sa certitude. Il se définissait par rapport à sa ville, pas par rapport à sa génétique ou à sa famille. C'était son environnement plus que ses proches qui l'avaient construit. Cos, il s'était catapulté dans son monde à un moment où il aurait pu mal tourner. Mais tout ça, c'était bien trop compliqué à expliquer en quelques réponses. Aera elle lui posait des questions précises là où lui-même n'avait pas de réelles garanties de sa propre suite. Il savait ce à quoi tout ressemblerait, mais pas les détails, pas la méthode, la mécanistique de la chose. Dans mon monde idéal, oui. En pratique je pense pas. Et ça le rendait extrêmement triste d'admettre ça. Mais il s'était aussi fait à l'idée qu'il ne retrouverait pas ce qu'il avait perdu. Il s'était fait à l'idée que malgré un scénario bien rodé, leur approche à ce retour elle était complètement limitée par d'autres facteurs extérieurs. Y'avait une réalité napolitaine. Une histoire de la ville qui était bien plus grande et bien plus vieille que leurs deux petites vies à eux. On y a pensé, aux compromis. Ils ne se seraient jamais embarqués dans ce jeu sans avoir planifié tout ce qui était planifiable. Cos et Santo ils avaient toute une liste de stratagèmes, d'options, de chances de réussite ou d'échec, qui auraient engendré d'autres conséquences. Au fond, j'ai juste envie qu'il y trouve son compte. Il m'a trop donné, c'est à mon tour de lui rendre la pareille. Et indirectement, il l'avait déjà prévenu l'autre soir Cos. S'ils vivaient des sorties différées, ce qui était probable, Santo il aurait fait en sorte d'affronter la situation avec ses nouvelles épaules d'adulte. A l'époque il ne se considérait pas comme un môme, mais y'avait toujours Cos pour jouer le rôle du grand frère. Il était prêt à inverser la situation, en cas de besoin. Aera elle avait le chic pour poser des questions qui lui prenaient pas mal la tête. Là encore il n'avait pas de réponse claire à lui donner, et pour un gars comme lui qui aimait les prises de décisions claires, c'était insupportable. Santo il avait grandi dans son monde en noir et blanc. Il ne savait pas gérer ses insécurités. C'était ça qui le rendait dingue depuis le début de la semaine, bien plus que la mise en danger de son secret. Il commençait à accuser le coup de l'éloignement, du silence, de l'inconscience de la façon dont avançaient ses proches là-dehors. Peut-être qu'à ce stade tous leurs objectifs étaient déjà pulvérisés. Et eux ils restaient là à se prendre la tête à la télé, loin de la réalité pour laquelle ils défendaient leur secret. On a énormément souffert de tout ça, elle et moi. C'est pas aussi simple. Mais j'ai besoin qu'on en parle, oui. Au fond Santo il l'aimerait toujours. Pour le simple fait qu'elle avait été ce qu'il s'imaginait être le plus proche de la passion, du vrai amour. Pour le simple fait qu'ils avaient un enfant ensemble, et qu'il aurait aimé pouvoir résumer sa vie à sa famille. Mais y'avait aussi des choses qui étaient insoutenables à ses yeux. Des trucs sur lesquels il ne pouvait pas renoncer aussi facilement. Y'avait pas que l'amour et les souvenirs de ce qu'ils avaient vécu qui entraient dans l'équation. Elle devait rien y capter Aera et sans doute que si elle se concentrait sur les choses simples elle aurait plus de chances de s'en sortir. S'attaquer à leur histoire et à chaque maillon de l'engrenage, c'était du suicide. Ils ne trouveraient jamais les raisons exactes de comment les événements avaient évolué. Ca, ça leur appartenait. Au fond, y'avait que Cos et Santo qui les connaissaient réellement ces raisons là. J'ai envie de croire qu'on est encore safe quelques semaines. Après, franchement, la victoire on s'en balance. Il se l'était tellement ramenée sur le fait qu'il était venu pour la tune Santo que ça pouvait paraître discordant avec ses premières déclarations. Mais tout était lié. L'argent, évidemment, il en avait besoin. Ca aurait aidé tout le monde pendant un moment. Mais il tenait bien plus à faire résonner son secret et à en assumer ses conséquences par la suite. Il avait un certain égo, il s'était plu parfois à rêver de la grande victoire, mais ce n'était pas aussi important que le reste. Alors t'as changé d'avis. Tu veux le dégommer ? Il la provoquait avec son petit sourire goguenard. En même temps il arrêtait pas de lui balancer des infos, aussi floues soient-elles. Il savait bien que ça finirait par la titiller. Peut-être qu'elle buzzerait d'abord Cos. Peut-être qu'elle jouerait le hold-up en les affrontant tous les deux. Concrètement, le pourquoi du comment, il s'en branlait. Mais elle avait assez de pistes sur Costa pour mériter de taper dans le mille. Pour ton égo de joueuse, ou parce que t'as envie d'anticiper ta réaction à propos de ce qu'on vient raconter ? Les deux, il le savait. Mais il voulait qu'elle le lui dise, Aera. Il voulait intégrer qu'elle était officiellement dans la course. Et il voulait comprendre si elle le faisait pour les bonnes raisons. Parce que Santo son rationnel pouvait changer du tout au tout à ce sujet. En pratique il savait bien que ça se résumait à un tableau de châsse, mais en réalité il avait aussi ce besoin d'attiser leur intérêt. Parce qu'à ses yeux, les intriguer eux c'était aussi intriguer le public. Santo il voulait que son histoire paraisse spectaculaire, il voulait qu'on parle d'eux, ils voulaient que leur impact soit décuplé par l'obstination qu'auraient mis d'autres joueurs à vouloir les percer à jour. J'essayerais. Son regard avait capté celui de la coréenne. Ils savaient très bien ce qu'il en était, tous les deux. Aera et lui c'était sans doute pas les plus affectueux de leur joyeuse troupe. Ils étaient intégrés, ils avaient de bons liens avec les autres, mais ils restaient sur la réserve. Elle, pour des raisons évidentes. Lui, parce que d'une certaine manière ça le dédouanait de quoique ce soit. Et Santo il avait grandi dans cet environnement pourri où l'amour était exacerbé. C'était tout ou rien. Les relations équilibrées, les amitiés classiques, ça ne le connaissait pas. Suffisait de voir combien de fois il avait mentionné ses potes de Miami par rapport à sa famille de Naples. Y'avait un réel déséquilibre dans son approche aux personnes. Ouais, je me rends compte que je peux être plus vulnérable que prévu. Et je pensais pas qu'on puisse s'attacher à moi, aussi. Ca pouvait sembler débile dit comme ça, mais c'était réel. A ses yeux ça créait un réel problème dans son approche aux relations. Santo il avait toujours eu la sensation d'aimer plus qu'on ne l'aimait. C'était un putain de raz-de-marée qui lui tombait sur la gueule. Lejla qui lui avait dit qu'elle l'appréciait, ça l'avait foutu dans un état improbable. Et Kara qui s'était barrée du confess' parce qu'il avait poussé trop loin ses mots, ça aussi ça lui foutait les boules. Il aurait bien aimé avoir la facilité d'Aera à aborder cette question de l'après. Pour lui c'était encore une question trop lointaine. Il avait trop de choses à faire avant de penser à renouer avec ceux qui voudraient le garder dans leur vie. Non, t'as raison. Et il l'aimait bien pour ça Aera. Elle ne laissait rien passer. C'est quoi ta position vis-à-vis de Costa ? Parce qu'ils avaient développé un lien fort tous les deux, à l'image de Kara et lui. Alors indirectement ça l'arrangeait bien d'avoir l'opinion de la coréenne, pour jauger ce que pouvait se demander Kara en cet instant précis.

_________________
amnésie (ven, 11h) - Page 2 Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
amnésie (ven, 11h) - Page 2 Empty
Message (#) Sujet: Re: amnésie (ven, 11h) — Sam 30 Mai - 20:20

« Si j'avais eu un verre entre les mains, j'aurais trinqué à ça » elle s'amuse, et à défaut de le faire physiquement elle le fera mentalement. Ils n'ont pas le même passé, pas le même vécu, pas la même personnalité mais ils se rejoignent sur certains points dont elle ignore s'ils sont liés à leur éducation ou simplement à ce qu'ils sont au plus profond d'eux-mêmes. Il y a leur obstination, forcément, la même qu'elle partage avec lui, avec Costa, mais aussi leur goût du jeu et du challenge. Elle a le sentiment que les deux sont liés, finalement, et que ça les rend un peu stupides mais que c'est aussi ce qui fait de l'aventure un peu plus qu'un pallier à franchir pour atteindre un objectif. Aera, elle prend les infos qu'il lui donne et les garde dans un coin de sa tête. Elle a bien une idée de l'indice auquel il fait référence, mais elle croit surtout qu'elle est en train de commencer à relier des points qui lui avaient échappés jusqu'à maintenant. Mais ça ne l'amène pas plus près d'un intitulé pour l'instant, et elle sait pas encore trop ce qu'elle peut faire de tout ça. Elle verra, le jour où elle aura la cagnotte qui le permet et un peu plus d'assurance sur ce qu'elle a en tête. Ou bien le jour où le goût du jeu aura pris le pas sur le reste et que, insatiable, elle voudra faire tomber toujours plus de secrets pour satisfaire son envie de relever des défis, même s'ils sont entièrement dans sa tête. Comme toujours, elle avance à tâtons, de la même façon qu'elle le fait avec Costa, en posant simplement les questions qui lui viennent en tête. Parfois c'est pour confirmer ou infirmer une théorie qu'elle a, le plus souvent c'est juste pour essayer de comprendre un peu leur vie, indépendamment de leur secret. C'est plus difficile, parce qu'elle sait à quel point leur secret est connecté, intrinsèque à leur vie, et qu'ils ont du mal à parler de l'un sans parler de l'autre, mais elle essaie quand même, Aera. Sans forcer, juste en estimant d'un regard s'ils se referment ou non quand elle mentionne un point. Santo, il n'a pas l'air convaincu que Naples puisse réellement être sa destination finale et elle n'aura pas la prétention de lui sortir un joli discours sur pourquoi il faut y croire : elle est optimiste, mais pas naïve. Elle suppose qu'il a ses raisons de le penser et que c'est probablement lui qui est dans le vrai. La seule chose qu'elle peut lui souhaiter, c'est qu'il se trompe. « Peut-être que de participer à Thrown Dice ça te permettra de changer ça. » Et si c'est pas le cas, elle espère au moins qu'il trouvera un moyen de se satisfaire de la vie qu'il aura, même si c'est loin de Naples. Ca lui paraît peu probable vu son attachement à sa ville natale, mais encore une fois, elle est optimiste. « S'il t'a trop donné, c'est qu'il le voulait bien » elle se contente de répondre, relativement confiante sur ce qu'elle avance. Costa, il l'a toujours dit : c'est un grand frère, un protecteur, pour beaucoup de raisons dont le fait que ça le place dans une position qui flatte son égo. Elle croit pas qu'il y ait que de l'altruisme dans ce qu'il a pu faire pour aider Santo, même si elle remet pas en question la force de leur amitié. Inévitablement, elle mentionne son ex et là encore, les théories abondent dans son esprit mais à ce stade, c'est moins pour relier au secret que par véritable curiosité. Dans le fond, elle a envie que Santo lui raconte un peu leur histoire, et pas juste à demi-mots, elle a envie de savoir à quoi le Santo adolescent ressemblait, probablement dingue de sa meuf malgré les problèmes. Mais elle le connaît pas encore assez pour lui poser ouvertement la question, alors elle se contente de poser les questions qui lui paraissent safe, celles qui peuvent lui permettre de détourner la réponse à sa guise s'il n'a pas vraiment envie d'en parler. Et celle qu'elle lui pose, il l'élude facilement. Elle sait que son ex a refait sa vie, rien que ça c'est forcément une complication mais elle doute que ce soit ce à quoi il fait vraiment référence. Aera, elle a surtout compris qu'il était parti en la laissant derrière et que c'était pas une décision prise facilement, qu'il y a beaucoup de stand by entre eux et, sans avoir jamais vécu ce genre de situation, elle peut aussi comprendre qu'on ne tourne pas la page d'un claquement de doigts. Ca doit être vrai pour elle aussi, pour elle surtout, qui a sous les yeux le rappel constant de ce qu'ils ont partagé avec Santo. « Et pour ton fils, aussi. J'imagine que c'est important pour toi d'avoir une vraie relation avec lui, pas juste le téléphone. » Elle a jamais eu le sentiment qu'il avait fui ses responsabilités de père, Santo, du peu qu'ils en ont parlé. Peut-être qu'elle se plante complet, mais il a beau avoir le profil du petit con, du petit merdeux, elle s'arrête pas uniquement à ce qu'elle voit. Il est plus sérieux qu'il n'y paraît, Santo. « C'est marrant, j'entends pas mal de personnes dire que la victoire c'est pas forcément l'objectif, qu'ils seront déjà contents d'arriver genre en demi-finale. Je capte pas. » Elle, elle aborde les choses différemment : elle veut gagner, mais elle n'y croit pas. Mais c'est peut-être parce que l'émission n'est pas un tremplin pour l'après, c'est pas un moyen pour l'amener à une fin ; c'est une fin en soi, avec de l'argent à la clé pour avoir de quoi vivre sereinement à défaut de trouver ce qui lui donne vraiment envie de se lever le matin. « Je suis pas encore fixée. Parfois j'ai envie, parfois pas. » Santo lui pose la vraie bonne question : les motivations derrière cette envie qui va et vient. Et il y a un peu des deux, dans la réponse qu'elle a envie de lui donner, elle ne doute pas qu'il le sache déjà, ne serait-ce que parce qu'il sait qu'elle s'entend bien avec Costa et qu'à passer du temps ensemble, ça devient compliqué de le faire sans pouvoir parler de tout ouvertement. « Y a un peu d'égo de joueuse, forcément. Mais c'est surtout parce que j'ai envie de connaître votre histoire. » C'est moins pour le fait de faire tomber le secret, que pour ce que ça apportera à chacune de ses relations avec eux. C'est marrant de parler en messages codés, de laisser des indices à droite à gauche sans savoir ce que les autres capteront ou laisseront de côté, mais elle croit qu'ils atteignent un stade de la compétition où ça devient difficile, surtout avec un secret aussi important pour eux, de devoir composer sans cette pièce du puzzle. Elle prend son mal en patience, Aera, mais elle peut pas nier que le côté fun commence à s'estomper au profit d'une certaine frustration. Elle lui offre un sourire quand il dit qu'il essaierait et même si dans le fond, elle est pas certaine qu'il le dise sérieusement, ça la dérange pas de s'accrocher à cette idée. A défaut de vraiment le revoir, elle tentera au moins de garder contact, de savoir s'il a obtenu ce qu'il est venu chercher. Ca lui suffit et elle n'est de toute façon pas fan des effusions. « Ca me va » elle répond, elle-même perdue dans ses pensées. Il la ramène à leur conversation avec ce qu'il dit, et y a son cœur de noona qui s'agite dans sa poitrine, c'est un peu le même genre qu'avec Carl : y a un truc qui la touche profondément avec les gens vulnérables, qui ont l'air un peu brisés par la vie et doutent qu'on puisse s'attacher à eux. Elle aussi, inconsciemment, elle s'attache à lui même si faut bien reconnaître qu'il n'a pas besoin d'elle dans sa vie, et si elle le formulera pas ouvertement de cette façon parce qu'il y a toujours une part de pudeur, elle essaie de transmettre le message d'un simple regard, un peu plus profond que ceux, malicieux, qu'elle lui réserve le plus souvent. « C'est le problème, dans ce jeu. C'est pas censé être réel, et pourtant... » Et pourtant, on s'y perd facilement, à évoluer tous ensemble en permanence dans ce microcosme où leur survie dépend essentiellement de leur capacité à se lier aux autres. Elle s'y était préparée, mais pas à ce point-là, et elle continue de se faire surprendre jour après jour. Sans grande surprise, ce que Santo veut savoir concerne Costa et elle laisse échapper un rire. C'était prévisible. « Paradoxale. » Elle tourne la tête vers lui, un sourire accroché aux lèvres. « D'un côté, c'est peut-être la personne à laquelle je me suis le plus confié depuis le début du jeu et qui en sait le plus sur moi, de l'autre je suis toujours sur la défensive. » Mais de moins en moins, elle constate, et ça plus que le reste ça la dérange. Là encore ça tient plus de son entêtement qu'autre chose, mais elle n'y peut rien : il lui manque encore trop d'informations et ça commence à devenir dangereux pour elle. « Si tu veux tout savoir, je suis en train de me foutre toute seule dans la merde et ça devient problématique » elle fait en lui jetant un regard entendu. Et ça, c'est cadeau. C'est le seul à qui elle fera comprendre, même si c'est à demi-mot, qu'elle lutte contre elle-même concernant Costa et qu'elle va devoir finir par reconnaître qu'il la laisse pas indifférente. Mais autant elle peut le sous-entendre auprès de Santo, parce que c'est son pote et qu'il le connait par cœur, autant elle l'admettra jamais à voix haute : dans le fond, ça n'en vaut la peine.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: BIBLIOTHÈQUE-
Sauter vers: