Le Deal du moment : -27%
Apple AirPods Pro
Voir le deal
205 €

Partagez
 

 Keyser Söze. (mercredi à 15h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) — Lun 1 Juin - 12:01

@Costa

En bonne américaine, Jill, elle a l’impression de débarquer dans le s4e1 de Gossip Girl à chaque fois qu’elle met le nez dehors. Les rues de Graz ont tendances à faire ressortir l’européenne qui sommeille en elle après plusieurs générations passées à se faire oublier entre les tailgating parties ou les NY-style pizzas qui devraient donner des élans patriotiques à la bande des fratelli s’ils étaient amenés à voir la gueule du machin. Elle se tape une petite ballade incognito, lunettes de soleil vissées sur le nez dans avec sa petite vibe de QueenB enfin à sa place sur le vieux continent. La môme, elle s’est toujours sentie proche de ce côté plus fancy et bostonien qui manque cruellement aux US. Ses passions pour Timothée Chalamet ou Harry Styles, elles ne sortent pas de nulle part. Jill, elle s’en sort plutôt bien dans sa banlieue huppée de new yorkais intellos, mais ce n’est pas pareil que rôder directement en terres saintes. Là, elle a décidé de s’octroyer un break en terrasse pour pousser le cliché jusqu’au bout, sirotant un Almdudler qu’on lui a vendu comme le ginger ale local. Elle est en plein check du RS pour gratter des infos sur ce qu’il se passe dans l’autre bled autrichien réquisitionné par la prod pour avoir de jolies images à diffuser à la télévision, lorsqu’un visage familier se pointe dans son champ de vision. Il y a Costa et sa gueule d’hooligan (ou d’ultra comme la reprendrait Santo) qui débarque à son tour au niveau des tables du restaurant en plein air. Ça, c’est un peu le darkside de l’Europe qu’ils ont tendance à zapper entant qu’étrangers. Par exemple, les britishs, ils aiment bien se les imaginer avec un accent marrant et une tea cup à la main, en oubliant que ces glands sont plus susceptibles de répondre au cliché des beaufs se vidant la vessie en pleine rue après avoir abusé sur les pintes de bières au pub du coin. C’est un peu ce qu’il lui inspire, le Napoli Sr. Lorsqu’elle se contente de le juger son physique. Jill, elle retire ses lunettes de soleil pour l’accueillir avec ses petits yeux de biche plus ou moins innocente. « Tu tombes bien, j’ai besoin de ton avis sur un truc. » elle lance en mode random pour s’accaparer toute son attention. « Je suis en train de vérifier mes DM après la petite annonce que j’ai passé lors de la chronique de Crystal. » Jill, elle ne sait pas trop s’il s’en rappelle, parce que ses conneries se sont vite retrouvées noyées au milieu de la breaking news sur la division du chalet en deux camps. C’est franchement bête, parce qu’elle y tenait à ce petit casting improvisé pour envahir toujours un peu plus la vie sentimentale de sa grande copine Lejla. « Mais j’ai l’impression qu’il y a une candidature qui manque à l’appel. » Il est où son sexfie à ce glandu, histoire qu’elle jauge la marchandise avant de le laisser passer à la prochaine étape ? D’ailleurs, Jill, ça commence à l’inquiéter Aera qui met le grappin sur le gars pépouze pour l’emmener dans sa suite nuptiale secrète. C’est que Costa, il en a la pelle des prétendantes pour une obscure raison. Elle avait réussi à foutre Rosamie out puisqu’on n’en entend plus trop parler à ce niveau depuis que la benjamine l’avait emmerdée avec ses questions concernant ce crush qu’elle ne validait pas, sauf qu’elle n’avait pas pensé à travailler en parallèle la coréenne pour la tenir à distance. Lejla, va aussi falloir qu’elle se bouge les fesses au bout d’un moment, parce que la môme, elle ne peut pas tout faire à sa place. S’appliquer à évincer les autres concurrentes, c’est déjà un taf à temps plein et voilà qu’elle se retrouve obligée à converser avec le rital pour donner un coup de boost à son ship ultime de téléspectatrice infiltrée. « Tu ne saurais pas où elle a pu passer ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) — Lun 1 Juin - 23:15

ça fait environ trois jours qu'ils ont été largués dans Graz, espèce de condensé de tout ce que l'Europe du Nord peut avoir à offrir aux touristes éperdus de vieilles briques, de belles façades et d'habitants propres sur eux. Rien à voir avec chez lui. Rien à voir avec Londres non plus. C'est dans ces moments-là qu'il se rend compte à quel point le monde est plus grand que sa petite bulle et ça le fascine autant que ça le heurte, quelque part. Costa, il est partagé entre le bonheur de retrouver une part de civilisation, une ville, la foule et l'ambiance résolument urbaine comparée au village d'Halstatt, et le mood un peu étrange dans lequel il est depuis le prime, qui s’atténue un peu avec les jours mais qui est toujours là, latent et planqué sous ses tiffs qui commencent à devenir un peu trop long. Il l'explique pas trop, ce mood méditatif qu'il attribuait à la base à la frustration d'être séparé de Santo. L'introspection, ça n'a jamais été son truc et ça le branche pas de se poser pour essayer d'analyser le truc, donc il se contente de le trimbaler avec lui partout où il va. Il aligne les pas dans la portion de ville à laquelle ils ont droit, passant d'une boutique à l'autre en se demandant ce qu'il va bien pouvoir ramener à Cami, dont il sait très bien que c'est la première chose qu'elle va réclamer en le revoyant. Quand il passe devant la terrasse d'un des restos, naturellement, son regard balaie le périmètre, comme il le fait à chaque nouvel angle dispo, et c'est comme ça qu'il repère la silhouette de Jill, installée en terrasse, comme une parfaite petite Grazoise. « Salut Little J » il pose en même temps que sa carcasse sur une chaise en face de la sienne. C'est de notoriété publique maintenant que Jill, elle a un truc avec Gossip Girl. Il pige pas trop le délire, mais bon, il ne le pigeait pas plus quand sa frangine regardait encore et encore les mêmes épisodes en boucle il y a dix ans. Mais ça l'amuse d'imaginer Jill en petite Jenny avec ses amies plus grandes qu'elle et son envie de se créer sa place. Elle prétend avoir besoin de son avis, Little J, et il se contente de hausser un sourcil. Il a passé la fonction discours réduit cette semaine, parce que ça le fatigue de devoir réfléchir à comment formuler ses phrases et qu'à la rigueur, il préfère fermer sa gueule. « Ouaip » il étire un sourire, parce qu'il se souvient effectivement avoir ri en entendant sa voix radoter une énième fois sur son goal de trouver un mec pour Lejla en associant le truc à italien et à poil. Il n'a pas relevé sur le moment, parce qu'ils étaient déjà suffisamment dans une situation répondant à ses demandes, lui papotant avec Lejla, elle papotant avec Santo. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais ce qui l'intéresse, par contre, c'est de voir jusqu'où Jill est capable de pousser son délire. Ou de savoir pourquoi elle a décidé qu'il serait le meilleur match pour sa copine alors qu'il est apparemment déjà bien occupé ailleurs. Le truc dingue, ça n'aurait pas été de caser les deux planteurs devant l'autel ensemble ? Le ship ultime ? « Sait pas, regarde dans les messages indésirables » il fait mine de répondre très sérieusement, comme si la candidature qu'elle cherchait avait pu malencontreusement se longer dans les limbes du RS. Elle remarquera vite qu'il n'y a pas de catégorie de messages indésirables. Il la jauge d'un air amusé, interpelle le Emre du resto local et lui commande une bière. A la troisième personne, parce que pour le coup, ça, ça le fait marrer. « T'en as beaucoup des réponses ? T'es sûr que Bob est d'accord que tu mates autant de sexfies d'ailleurs ? » il relève avec un petit sourire moqueur. Son homme, qui l'attend probablement plié dans un placard d'un chalet à présent désert. A moins que la prod ait eu la présence d'esprit de faire triompher l'amour et de le caser dans sa valise pendant le prime. « C'est Lejla qui a commencé à te casser les couilles avec Santo et tu te sens obligée de faire pareil ou l'inverse ? » il s'intéresse en remerciant d'un hochement de tête Emre 2.0 et en logeant ses lèvres sur son verre, l'observant par-dessus la mousse.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) — Mer 3 Juin - 16:43

Jill, elle ricane face à la ref’ Gossip Girl de Costa. Qui aurait cru que derrière son look de freak à la John Bender, il connaissait tout du monde de l’Upper East Side ? Par contre, s’il pouvait éviter de la comparer à l’autre wannabe, ce serait sympa. Jill, elle skip toutes les étapes pour s’accaparer direct la couronne en mode Queen J. Son goal, c’est clairement d’être considérée comme une Blair Waldorf iconique, elle n’acceptera aucune autre comparaison. Elle fait son petit numéro habituel, calculant sa manière de parler et de lâcher des infos avec classe en digne future starlette hollywoodienne, jusqu’à poser sa vraie question : qu’est-ce tu glandes tête de nœud et pourquoi tu te fais autant désirer au lieu de direct passer à l’attaque du bail Lejla. « Il y a plein de gens qui sont intéressés. » Qu’est-ce qu’il croit ? C’est de la meuf qualité premium qu’elle essaye de refourguer. « Mais moi, je ne suis pas convaincue par les candidatures actuelles. » Parce que Lejla, elle ne va pas non plus s’offrir au premier italien venu. Un peu de dignité, please. Par contre, la môme, elle se contente d’hausser les épaules avec nonchalance lorsqu’il lui demande si ça ne lui fait pas trop de sexfies à mater. 1) Aucun mec n’est autorisé à lui dire ce qu’elle peut faire ou non, même lorsqu’ils sont composés à 99% de plastique. 2) Elle analyse tous ces nudes avec un professionnalisme à toutes épreuves dans le cadre de ses fonctions d’entremetteuses, il n’y a rien de mal là-dedans. « Qui ça ? » elle fait mine de ne pas capter lorqu’il lui parle de Santo. Jill, elle a décidé de se mettre à ghoster Napoli Jr. pour la cinquantième fois depuis le début du jeu sous les conseils avisés d’Elena. Elle est vexée. Comment ça se fait que personne n’ait pensé à vanter sa beauté subjective (ou même objective, mais c’est une autre histoire) lors de la chronique ? Elle ne comprend pas la gosse, elle qui se montre si gentille et aimable avec l’ensemble du casting. En attendant, on s’en tape royal de l’autre gland. Elle a plus trop envie de penser à lui, parce qu’elle s’est faite à l’idée qu’elle resterait à jamais cette nana avec qui on flirte deux secondes parce que c’est marrant, mais qu’on irait même pas toucher avec un bâton. « Aucune idée. » Elle ne se souvient plus trop de l’historique de leurs désirs respectifs de caser l’autre avec un des fratelli. Il y a aussi moyen que Cami soit la tête pensante à l’origine de tout ce délire pour qu’on arrête de se focus sur son couple avec Louis, mais la gamine aime croire qu’elle est trop intelligente pour se laisser aussi facilement manipuler. « Moi je le fais parce que je pense réellement que Lejla et Costa pourraient s’amuser sans pression avant de retourner chacun de leur côté à la fin de l’émission. » Comme elle est sympa, Jill, elle veut bien essayer de faciliter la communication en parlant de lui comme d’une entité spéciale afin qu’il puisse également donner son avis. « Elle est chill, douce et marrante. Pas le genre à faire du drama pour trois fois rien. » elle explique en plantant son petit regard dans celui du rital. Lejla, elle ne va pas lui faire des plans d’overly-attached girlfriend qui fait la gueule et se barre en plein prime pour des conneries. Suivez  mon regard. « Elle a juste besoin d’un gars en CDD. » Elle n’est pas là pour vivre une vraie histoire. Jill, elle sait que ce n’est pas près d’arriver grâce à ses qualités de love coach  formée devant les séries télés. Le principe du mec Kleenex, c’est censé l’aider à s’amuser et à faire le deuil de Logan pour pouvoir repartir sur de nouvelles bases saines à sa sortie de l’émission. Et qui de mieux que Costa pour s’y coller, franchement ? Ils sont trop mims tous les deux à se citer lors des chroniques d’Elena. « Et je crois que Costa, comme son petit pote… » Ouais, l’autre insignifiant dont elle a oublié le nom. « Il n’est pas non plus disponible, là-dedans. » elle explique en tapotant sa tempe. L’un comme l’autre, ils ont l’air d’avoir des bails à gérer en Italie avant de pouvoir officiellement se déclarer libre dans leurs têtes. Ou du moins, c’est ce qu’ils essayent de faire croire avec leur vibe de mecs au-dessus des histoires de love qui ont mieux à foutre dans le game. lol. La blague quand on voit certains de leurs faits d’armes dans l’émission. « Enfin ça, c’est s’il arrive à endiguer sa métamorphose en canard. » Jill, elle crame à des kilomètres le phénomène qui a l’air de se passer au sein des binômes Santo/Kara et Costa/Aera, soit-disant de base absolument pas intéressés par le concept de se trouver une motié dans une télé-réalité. Elle les juge un max de son côté. Surtout que ça ne colle pas vraiment avec les projets internes qu’elle s’était créée vis-à-vis de sa copine Lejla. « Tu penses qu’il se place comment Costa par rapport à tout ça ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) — Ven 5 Juin - 0:24

Costa, il s'est posé en mode commercial face à une boite partenaire qui essaie de lui refourguer un bon deal, les mains jointes à la corporate et quand il la voit là, il se dit qu'elle est vachement loin, la nana qui lui demandait quel genre de fantôme il serait. De loin, il l'a toujours kiffée, Jill, même s'ils ne se calculent pas des masses dans le quotidien. Son attitude de petite merdeuse le fait beaucoup rire et il s'amuse souvent à suivre de loin ses petites embrouilles avec l'un ou l'autre, quand il tombe sur une scène intéressante. Avec leurs dix ans de différence, ils ont pas grand chose à se dire, faut croire, mais Cos, il apprécie son personnage de loin. Sauf quand elle se met en tête de le faire glisser la braguette ouverte dans les jupes de sa copine. Il est bien conscient de ce qui se trame dans le petit trio Lejla-Jill-Cami depuis plusieurs semaines, parce que tant Santo que lui sont ponctuellement réquisitionnés en tant qu'experts spécialistes de la situation. Entre Jill qui gratte des infos sur Cos et Lejla qui en gratte sur Santo, ils sont embarqués un peu malgré eux dans leur petit plan de quadrouple lancé uniquement parce que Cami en avait marre qu'on lui parle de Louis toute la journée. Mais c'est marrant. Tant qu'on lui casse pas trop les couilles pour de vrai, ça le dérange pas, Cos. D'ailleurs, Jill, au prime, c'était la première fois qu'elle attaquait réellement, en essayant de le ferrer comme de la poiscaille. « C'est quoi tes critères ? » il s’enquiert avec expertise, avant de préciser : « tes vrais critères. » Non parce que être italien et ne pas avoir de problème avec la nudité, c'est bien beau, mais ça veut rien dire à ce stade, vu que ça désigne deux bons tiers des mecs restants. Cos, il a besoin de critères valables, de preuves réelles et tangibles qu'il est le meilleur match pour la ricaine, tant la petite que la grande. Il la soupçonne de seulement vouloir s'assurer le petit frère (le « qui ça ? » lui arrache un sourire goguenard) au passage avec ce move mais qui sait, elle a peut-être des arguments valables. Et là, elle se lance dans toute une allocution avec powerpoint à l'appui et support papier pour son audience, qu'il écoute en sirotant sa bière, l'air fasciné. Il la pensait pas aussi sérieuse dans sa démarche, derrière ses petites provocs à parler de lui comme s'il n'était pas là. Le pire, c'est qu'elle est loin d'avoir tort, Jill. Depuis plus ou moins le début, il n'a jamais caché l'intérêt que pourrait lui inspirer Lejla. Il l'a suffisamment citée dans les chroniques d'une façon ou d'une autre pour que ça se comprenne, et dans le fond, il est même certain qu'il pourrait s'éclater avec elle en CDD. A vrai dire, le seul truc où elle se plante, la gosse, c'est qu'elle s'imagine que le drama est un défaut rédhibitoire, un argument de choc à avancer pour mieux pousser la douceur de son amie sur le devant de la scène. Costa, il a un penchant certain et malheureux pour les casse-couilles. Pour les nanas aux humeurs imprévisibles et parfois injustes, aux paradoxes insupportables et au drama toujours prêt à exploser. Il n'a jamais caché son goût pour les chieuses qui le font hurler de frustration, attirance qui a été nourrie toute sa vie par les italiennes, avec leur tempérament atrocement fier et leur fougue douloureuse. Elle continue, Jill, imperturbable, jusqu'à le faire éclater de rire, quand elle lui balance un petit tacle sur Aera. Tellement gratuit, tellement injustifié. Mais il est de bonne composition, Cos, alors il accepte de lui répondre sérieusement, malgré la lourdeur de l'approche. « Costa il a jamais été contre s'amuser un peu » il confirme avec un haussement d'épaules tranquille et un petit sourire malin. Le gars il est allé jusqu'à se déclarer open pendant son casting comme seul statut matrimonial, on pouvait pas faire plus clair. Mais dans sa tête, il y a un monde entre se chiner gentiment, s'attacher un peu aux gens au passage et amorcer une vraie métamorphose en canard. Peu importe ce qu'il se passera ici, ça s'arrêtera une fois passées les portes du chalet. Parce qu'il sait pas trop quelle relation tissée dans le jeu survivra à sa révélation, parce qu'il aura clairement autre chose à foutre une fois dehors que d'alimenter un couple créé sur pas grand chose, parce qu'il a d'autres priorités, et qu'il aura d'autres priorités. Parce qu'il sait tout simplement pas à quoi ressemblera sa vie d'ici quelques semaines, au point qu'il est même pas certain de pouvoir projeter de revoir sa propre famille. Alors quoi qu'elle imagine, Jill, avec sa petite réplique, il s'en fout un peu. Elle alimente juste les conversations sur lui et ça lui convient. « Mais Costa, il aime pas trop qu'on lui force la main » il amorce en se penchant au-dessus de la table, les mains jointes devant lui. Le problème, le vrai problème, le gros défaut dans sa petite stratégie de Cupidon, il se situe là et nulle part ailleurs. « Lejla, il la trouve canon, chill, douce et marrante, par contre le petit gremlin qui l'accompagne et qui essaie de la lui vendre comme un fromage en promo, ça casse tout. » Au fond, ça n'a même plus rien à voir avec Lejla, qui n'a rien demandé a priori. La qualité du produit, elle est indiscutable, c'est la stratégie marketing qui est largement foireuse, pour le coup. Jill, elle est tellement en boucle auprès de tout le monde que ça a juste le mérite de le faire reculer au max parce qu'en bon napolitain de la rue, il a horreur qu'on le force à faire quelque chose, emprunter un chemin, choisir quelque chose plutôt qu'autre chose. Et Jill, plus elle va revenir à la charge avec son petit plan CDD, plus il va s'en désintéresser. « Et si tu la laissais faire ses propres moves toute seule comme une grande ? » Si ça se trouve, elle a pas la moindre envie de se trouver un mec à usage temporaire, Lejla, et elle laisse faire sa pote simplement parce que ça la fait marrer. Et si ça se trouve, elle ne choisirait elle-même pas du tout Costa. « Pourquoi tu t'occuperais pas de ta propre sélection, plutôt ? » il renvoie directement, avec un petit sourire. Non parce que là-dessus aussi on peut parler. Il a des infos, Costa, sur des bails parallèles qui s'établissent côté Wyoming. Il a déjà donné son avis d'expert sur le sujet et, certes il n'était pas hyper optimiste, mais cela n'empêche pas que les stratégies ont aussi l'air de se développer, face à la mauvaise volonté du sujet Jill. « Parce que t'es en train de faire distancer total là » il précise. Il y a aussi Kara sur le doss et il veut pas l'alerter, mais elle est nettement plus avancée, pour peu qu'il puisse y avoir quoi que ce soit de concluant. Parce que Santo il a aussi ses idées bien arrêtées sur le sujet, même s'il a toujours été beaucoup plus émotif que Costa et donc beaucoup plus imprévisible. « Pas la peine de faire genre, il rate rien quand ça touche à son petit pote » il précise avec un fin sourire. Tout ce qui concerne Santo, il sait. C'est aussi simple que ça. Costa, il passe son temps à observer tout et tout le monde, y compris les interactions de son frère avec les autres et la façon dont les gens le voient, littéralement et métaphoriquement. Jill, elle pourra la lui faire, à lui.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) — Lun 8 Juin - 6:20

Jill, elle s’improvise experte des relations amoureuses à décréter ce dont Lejla a besoin comme si elle s’y connaissait mieux que tout le monde sur le sujet (lol). Elle a certainement regardé trop de séries avec ce concept de mec Kleenex qui a pop-up dans sa tête après une multitude de recoupements télévisuels. L’idée, c’est de soigner le mal par le mal. Un mec, pour oublier un autre mec. Costa, il a un peu été désigné malgré lui pour être le Enrique Iglesias de Lejla, à l’image de Robin qui l’utilise dans HIMYM pour se remettre de sa rupture avec Ted. Les critères, y’en a pas des masses dans le cadre de cette relation transitoire que la môme tente désespérément de créer sans succès. Elle hausse les épaules avec nonchalance lorsqu’il s’enquiert à ce sujet. « Un mec qui ne cherche pas à se taper l’incruste après. » Tire ton coup et sayônara. Sa copine, elle n’a pas le temps de s’embarrasser d’un petit italien qui risque de lui coller aux basques jusque dans le Wyoming. Costa, il a passé toute la sélection de Jill grâce à son air de ne pas vouloir lâcher le morceau avec son ex comme elle essaye un peu de le rappeler avec son super speech de vente. Jill, bien plus qu’une commerciale, elle se pointe avec son job concepteur-rédacteur à la Mad Men pour refourguer son produit. Elle a déjà balancé un petit échantillon publicitaire lors du prime et là, elle doit assurer la présentation face au client. Le modèle Lejla option rodéo cowgirl, il est de l’ordre de l’édition limité. Dans la boîte, il y a des petits accessoires sympas pour s’amuser tels qu’un lasso multi-usages et la môme, elle ne comprend pas pourquoi Costa n’a pas l’air décidé à l’acquérir malgré tous les avantages listés sur l’emballage. Jill, elle ne sait plus quoi faire à ce stade. Elle est à deux doigts de commencer la rédaction d’une fanfic super dirty sur ce ship façon mode d’emploi, histoire de leur donner des idées. Elle lève son majeur dans un rictus lorsqu’il la qualifie de petit gremlin. Le truc, c’est que Jill, elle fonctionne encore comme au lycée là où c’est admis socialement d’envoyer sa pote en éclaireuse auprès de son crush pour le sonder. « Mais Costa… » Et son petit pote, toujours là pour suivre les directives de son big bro en mode j’ai-pas-de-personnalité. « Il commence à devenir irritant à se laisser désirer au sein de son harem de meufs. » Jill, ça la blase vraiment cette configuration où les deux mozzarellas règnent en maître sur la libido du chalet. « Peut-être que ça le coupe dans son élan de rital au slip bourré d’orgueil, mais au moins ça a le mérite d’être clair. » Le petit manège de Jill ayant débuté sur le prime, il dessert surtout ce but précis : please dude, stop de te transformer en canard en te laissant amadouer par des intitulés de secrets poignants. Le hooligan/ultra qui se pointe pour démontrer à Aera qu’elle peut être aimée dans tous les sens du terme, c’est boring af. La môme, entant que téléspectatrice undercover, elle ne se sent pas satisfaite par cette storyline qui commence à se profiler. Surtout que là il fait le malin, mais il va se retrouver bien emmerdé lorsque la coréenne ne voudra plus le laisser filer. Costa, il commence à s’intéresser au cas de la môme qui se fait ghoster ou inversement, on ne sait plus trop. Elle roule des billes, soulée d’avance. « Non, tu te goures. Je n’en veux plus. » elle décrète en agitant la tête de droite à gauche. C’est bon, Jill, elle a sa claque des deux ritals qui trônent fièrement au milieu de leurs threesome respectifs. Elle n’a pas signé pour servir de faire-valoir, destinée à se faire jeter parce qu’il y a une meuf qui s’y connait mieux qu’elle niveau balles qui se perdent dans les quartiers défavorisés « Ils peuvent se pécho sur fond de guerre des gangs avec Kara, j’en ai rien à carrer. » Jill, elle est super paradoxale dans son genre. Froide, mais mielleuse. Lointaine et pourtant atrocement collante. Elle agit comme si elle s'en foutait, mais ça ne l’empêche pas d’accumuler les crises à propos de la manière dont Santo la traite. Gomorra, à force de refuser de passer à la vitesse supérieure, il commence sérieusement à s’auto-éjecter du cercle privilégié de candidats que la môme s’est créé. Elle est vraiment en demande de son côté à faire ces moves que Lejla n’est pas foutue d’aligner pour mettre le grappin sur Costa à l’image de sa rivale qui a bien pigé comment ça fonctionnait. « Jill, ça commence à la gonfler de chiner un gars qui ne sait pas faire autre chose que de lui poser des questions supers orientées afin de braquer sa cagnotte. » Discuter sans arrêt de ses parents, ça n'a rien d'excitant. On pourra sûrement reprocher à la gamine son manque d’intérêt pour la vie ou le passé du gars, mais au moins, elle est honnête dans l’intérêt qu’elle lui porte, loin de se laisser corrompre par toute cette histoire de secrets. Dans le fond, ce n’est pas vraiment Santo à proprement parlé qui l’intéresse et rien que pour ça, elle ne mérite sûrement pas sa considération. Jill, elle a besoin de quelqu’un pour se délester de l’adolescente qui sommeille en elle et accueillir pleinement la femme à la beauté foudroyante qui s’est vue upgrader suite au passage de la puberté. Il lui faut un dude pour la valider. Pour lui faire comprendre qu’elle est autre chose qu’une môme qui fait marrer. Malgré toutes ses provocations, bah elle n’a pas bougé d’un iota depuis le début de l’émission. On essaye de lui donner des cours de séduction comme si elle était la dernière des noobs et on l’appelle le gremlin. Super flatteur. Costa, il sait parfaitement comment gérer les crises d’identités chez les moins de vingt ans. « Je crois qu’elle mérite mieux que le statut de môme qu’on essaye de lui coller aux fesses. » Just saying. Jill, elle fait des caprices, elle est mal dans sa peau et tout ça, mais elle a quand même l’impression d’être capable de faire preuve de plus de maturité que pas mal de candidats dans l’émission. Son crush, il n'a rien à voir avec une lubie de lycéenne en mal d'amour, contrairement à tous les autres teubés qui ne cessent de répéter que tout est amplifié au sein de l'émission. « Il le vit comment Costa de se faire  complètement dominer par le petit frère dans le jeu ? » L’autre ado, il pète des secrets, il zone sans difficulté dans le haut des classements de popularité… « Il est où le Costa joueur et redoutable qu’on leur a vendu lors de la soirée des awards ? Elle est moyen convaincue, Jill. » Parce que le rital, il n’a pas glandé grand-chose jusque maintenant, mis à part se dégoter les clés de la loveroom.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) — Jeu 11 Juin - 22:50

Son petit délire, elle le pousse quand même vachement loin, et Costa, ça l'amuse, ça le distrait, mais faudrait pas qu'elle dépasse le stade où ça commence à lui casser les couilles et à le lasser. Il fera rien de spécial, c'est pas assez important, il va juste se contenter de se lever et de passer son chemin en ne lui accordant plus la moindre attention. C'est son mode opératoire à lui, exactement comme avec Carl, ces dernières semaines. Non existence totale. Faut croire qu'il vieillit vraiment, Cos, à zapper les mômes. « Sensé. » il opine néanmoins. Simple et efficace. Même si dans l'absolu, ça colle toujours à la moitié des mecs du chalet. Il n'a pas besoin d'élaborer davantage sur le sujet, parce que Jill, elle est lancée comme un putain de boomerang qui te revient à chaque fois dans la gueule comme la petite teigne qu'elle est. Il a beau lui exposer la vérité toute nue, lui dire clairement que plus elle va le faire chier avec Lejla, plus il va freiner des quatre fers, par simple esprit de contradiction, elle ne peut pas s'empêcher de la ramener. Mais le truc avec Costa, c'est qu'il a un sang froid en béton. La seule et unique colère qu'il se permettait pendant les mois qu'allaient durer le jeu, elle est déjà tombée sur Carl. Maintenant, elle pourra essayer tant qu'elle veut, elle n'a aucune chance de le faire sortir de ses gonds. Parce que son ego surdimensionné, il est barricadé derrière des années et des années de maîtrise de lui qu'il s'est mangées un peu involontairement, à trop voir de trucs qu'il aurait jamais dû voir, à trop faire des trucs qu'il aurait jamais dû faire. Après vingt-quatre ans à San Gio, dans les griffes des Mazza et des Rinaldi, c'est pas une Jill qui va le faire vriller. « Chacun sa méthode » il rétorque. Lui il est chiant à trôner au milieu d'une prétendue cour de femmes qui, pour une raison ou une autre, gravitent autour de lui, probablement par amitié plus qu'autre chose. Le fameux petit harem que les téléspectateurs, les autres candidats et les chroniqueurs se sont chargés bien gentiment de lui former à sa place, alors qu'il avait rien demandé à la base. Elle, est irritante à être incapable d'être sérieuse deux secondes, à pas savoir ouvrir la bouche sans balancer connerie sur connerie. Il soupire, finalement, en retombant sur le dossier de sa chaise, l'air las. « Très bien. Imaginons qu'il se rende compte que t'avais raison depuis le début, que Lejla, c'est exactement ce qu'il lui faut pour ces quelques semaines d'isolement, et que dès la semaine prochaine, il l'emballe comme jamais elle ne l'avait été avant. Tu vas faire quoi de tes journées, après ? » Cami et Louis, elle s'en soucie plus parce que Cam y a veillé, Santo elle veut plus le voir, eux ça sera plié. Ça sera quoi sa prochaine petite lubie ? Dépuceler Carl ? Trouver une gonzesse pour Mica ? Faire la misère à Rosamie ? Non, trop simple pour son petit cerveau de gen z qui s'emmerde. « Tu la connais si bien que ça, Lejla ? Comment tu sais qu'elle ne va pas s'attacher ? A lui ou à un autre, peu importe. C'est toi qui va la ramasser à la petite cuillère, si c'est pas un jeu pour elle ? » On pourrait croire que ça le préoccupe vraiment mais pas tant que ça, en réalité, parce qu'il sait que rien de tout ça n'arrivera jamais. Il sait que Lejla, elle s'en sortira très bien toute seule, quelles que soient les circonstances. Mais si Jill, elle veut s'amuser à jouer les grandes et trouver un plan cul à sa copine, faut qu'elle puisse assumer derrière et pas laisser Cami gérer dès que ça part en sucette. ça l'amuse la façon dont elle se rebiffe quand il évoque Santo. Faudrait être aveugle, en réalité, pour ne pas voir qu'elle en pince pour lui, à sa façon. Qu'elle décide de le nexter pour une raison ou une autre, ça ne change rien. « C'est quoi le plan b alors ? » Parce qu'elle en parle comme d'un jouet avec lequel s'amuser jusqu'à ce qu'elle en ait marre, au pire et, au mieux, comme du dommage collatéral d'un petit film qu'elle s'est fait toute seule dans sa tête pour répondre à il ne sait quel fantasme chelou. Lui, depuis le début il sait que s'il y en a une pour déconcentrer son frère de leur objectif, c'est Kara, et pas Jill. Il le lui a dit direct, à Lejla, pour pas que la petite troupe de copines supporters ne se fasse trop d'illusions. « Peut-être que lui aussi, ça a commencé à le gonfler que tu ne saches pas faire autre chose que d'aligner pique grossière sur pique grossière » il note tranquillement, avec un fin sourire. Si au moins elle était subtile, Jill, mais elle a le tacle et la beauferie dignes d'un camionneur parfois. Le genre qui fait marrer de loin mais insupportable quand tu dois toi-même avoir une conversation avec elle. « Mais du coup dis-lui, Jill » il balance finalement un doigt vers elle, sa bière toujours en main. « Quelles questions tu aimerais qu'on te pose ? » Vu qu'apparemment, faut de toute façon qu'elle donne le mode d'emploi à tout le monde sinon personne est foutu de la comprendre, Costa il veut bien le suivre un moment. « Quelles questions sont tellement évidentes que personne n'a pensé à te les poser jusqu'à maintenant ? » Encore plus drôle. Lui, il sait exactement ce qu'il répondrait à cette question. Du moins, si on parle en termes de secret. Ils sont tous passés à côté d'évidences grosses comme des maisons qui suffiront à les faire déconner jusqu'aux demi-finales. De toute façon, jusque-là, il est on ne peut plus tranquille. Tout le monde a les yeux rivés sur Santo et ses multiples indices et pour une fois que c'est lui qui se ramasse les rafales et pas Costa dans ses manies de prendre les responsabilités et les emmerdes de tout le monde, il en profite. C'est reposant. Par contre, pour ce qui est des questions évidentes sur lui, rien que lui... Il en a bien une en tête, mais il serait incapable de se résumer à une seule question, dans le fond. « Il est d'accord là-dessus » il admet sans problème. ça serait une erreur de trop considérer Jill comme une simple môme mais sa vision à lui de l'enfance, même de l'adolescence, elle est complètement pétée et biaisée. L'enfance, ça n'existe pas vraiment à Naples. C'est juste un stade transitoire où tu décides dans quel camp tu vas être plus tard. A six ans, il passait déjà plus de temps dans la rue que chez lui. A huit, un soldat Mazza lui avait déjà appris comment tirer au 9mm sur des canettes. Et à l'âge de Jill, il s'était probablement déjà fait plus de fric en vendant du shit que son père pendant toute sa carrière à l'usine. Cos, bien malgré lui, il a appris à ne pas sous-estimer les plus jeunes. « T'es bien trop chiante pour ne pas savoir exactement ce que tu dis » il s'amuse. Mais dans le fond, il le pense. Jill, elle est loin d'être conne, même si lui, il trouve qu'elle se complaît aussi un peu dans ce petit moule de sale gosse ado incomprise. Comme quand elle lui balance ce genre de remarque qui le fait hausser un sourcil. ça aurait presque pu le piquer, si elle n'avait pas tout cassé en lançant Santo comme petite grenade supposée mettre le feu aux poudres. Elle parvient juste à lui faire soupirer un rire. « Il pensait que de tous, toi tu serais suffisamment maligne pour comprendre toute seule. » Mais faut croire qu'elle a juste choisi le chemin facile et grossier pour jouer les merdeuses. C'est pas avec quoi que ce soit en lien avec le jeu qu'elle arrivera à tirer quelque chose de lui, il est bien trop fier pour se laisser prendre là-dedans. Cos, il est tellement fier, en réalité, qu'il dépasse le stade où il se vexe. Il ne laissera rien l'atteindre. « C'est son job d'être à cette place, ça a toujours été son job. C'est lui l'élément attachant et public du binôme. » Santo, c'est le petit gosse douloureusement émotif et un peu maladroit, fonceur et vivant, le petit gosse des quartiers chauds de Naples, qui émeut malgré lui quand il raconte comment il a grandi au milieu des loups en même temps qu'il découvre comme se déroule la vraie vie. Costa, il a vécu exactement la même chose, mais il est aussi beaucoup plus secret et beaucoup plus chirurgical dans sa façon de l'expliquer, il va à l'essentiel, ne s'embarrasse pas de l'émotion. Il ressent pas les besoin de raconter vingt-quatre ans de violence et d'embrouilles. ça le rendrait malade qu'on pose sur lui un regard de pitié, ou rien que rempli de compassion dégueulasse. Il préférerait crever que d'admettre qu'il est le fruit de son environnement, et il préférerait idéaliser la Naples qu'il a toujours choisi de vivre plutôt que d'en étaler toute la misère, encore une fois, par fierté. Costa, c'est le genre à préférer être un enfoiré de première, qu'une victime. C'est ça, son mantra. « ça l'amuse de surpasser Costa juste pour montrer qu'il peut le faire, et Costa, ça l'arrange parce que c'est comme ça que Santo est à son maximum. » Si elle s'imagine que Cos, il ne lâche pas 3 edelweiss à Santo chaque semaine pour être sûr qu'il soit sur le devant de la scène, si elle croit qu'ils ne parlent pas des secrets de tout le monde en permanence et avant chaque buzz, c'est qu'elle a vraiment rien pigé. Mais dans le fond, il s'en fout un peu, il est pas là pour briller dans une émission de télé-réalité. « Santo, il l'a quasiment élevé, tu peux faire de la provoc en l'utilisant autant que tu veux, ça ne marchera pas. » Qu'elle ne perde pas son temps. Pas avec lui, en tout cas. Elle a plus de chance que ça fonctionne avec Santo, qui a toujours aimé le challenger, du haut de ses sept ans de moins. Mais en ce qui le concerne, son frère, c'est une extension de son cerveau, c'est un troisième bras. Y'a rien sur cette planète qui puisse mettre ça à mal un jour. « Si tu lui disais plutôt quel statut t'aimerais avoir, à la place de celui de la gamine de service. »

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
Keyser Söze. (mercredi à 15h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keyser Söze. (mercredi à 15h30) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISON 11 A 13 :: Treizième Saison :: Graz - semaine 5 :: Restaurant d'extérieur-
Sauter vers: