Partagez
 

 on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Michaela
Voir le profil de l'utilisateur   
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Lun 1 Juin - 12:34

Cette semaine, les garçons sont à notre service. Ordres de Crystal. Paraît qu'on est le sexe fort et qu'on les domine dans tous les domaines, du coup, paf, punition pour être aussi mauvais. Il va sans dire que je compte bien en profiter, même si concernant l'aspect ménage, je doute pouvoir me retenir. Dès que je vois un truc pas rangé je peux pas m'empêcher de le remettre directement à sa place. Bon le problème, c'est qu'on à a notre disposition seulement deux mâles. Mais les deux italiens restaurateurs et pas trop mauvais pour faire la cuisine, alors ça compense le déficit numérique. C'est juste pas de bol pour eux qu'ils soient si peu, on va leur en demander bien plus. D'ailleurs là, je regarde @Gianni s'affairer en cuisine. Je lui ai demandé de me préparer un petit gratin de légumes à l'italienne - ça va ça le dépayse pas - et c'est de bon coeur qu'il a tout naturellement accepté hm hm. " Franchement Gianni, t'es un amour...Et ce dévouement spontané en plus, pour la nana qui pourrait te mettre des bâtons dans les roues, chapeau. “ que je réplique tout sourire pour le taquiner. ” Attention, te foire pas sur l'assaisonnement, c'est ce qui fait tout. Enfin bon, j'crois que tu t'y connais en matière d'huile d'olive. “ Il est pas genre producteur d'huile d'olive ou je ne sais quoi ? ” C'est ta soeur qui gère toute seule le chateau en ton absence, c'est ça ? “ que je lui demande. Ce n'est pas parce qu'on est pas les deux plus proches ici que je ne sais rien sur lui. J'écoute. " Cela fait pas beaucoup à gérer pour votre âge ? " J'imagine que c'est beaucoup de responsabilités qui leur sont tombés dessus d'un coup.

_________________

Winning Isn’t Everything Rubbing It In The Faces Of Your Enemies Is Also Important
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Mar 2 Juin - 0:34

Être au service des filles pour la semaine, ça aurait pu être dérangeant dans la mesure où Santo et lui étaient en nette infériorité numérique face aux cinq candidates avec lesquelles ils partageaient ce loft, mais la partie qui touchait à la cuisine était de loin celle qui lui demandait le moins d'efforts. D'abord parce qu'il y touchait déjà à l'extérieur et qu'il se rendait compte chaque fois qu'il passait derrière les fourneaux que c'était vraiment une chose qui lui plaisait et sans laquelle il imaginerait difficilement vivre, finalement bien content d'avoir l'occasion de cuisiner pour d'autres. Et ensuite parce que c'était de toute façon difficile de leur refuser quoi que ce soit. Sûrement son coté latin en adoration devant la gente féminine et qui avait pour ça toujours placé les femmes de sa vie sur un piédestal, mais savoir que ça leur faisait plaisir ça valait bien d'être de corvée de bouffe et de vaisselle. Il était justement tombé sur Michaela qui avait demandé à ce qu'il lui cuisine une recette qu'il connaissait bien. Pas la plus rapide, mais Gianni avait pris le coup de main et ne se voyait pas aller chercher Santo juste pour pouvoir plier l'affaire plus vite. Ils se coordonnaient assez comme ça, si l'un pouvait avoir un instant de liberté ce serait salaud de l'en priver. « C'est justement ma façon de te proposer une trêve, après tout t'as donné mon nom toi aussi. » Il releva vers elle un regard amusé, et étira un sourire. C'était pas vraiment une surprise ni d'un coté ni de l'autre d'autant plus qu'il lui semblait que chacun avait fait preuve d'honnêteté, et de son point de vue c'était aussi le genre de question auquel on donnait un nom un peu par défaut. « T'inquiète, ça devrait te plaire. Y'a encore quelques jours je donnais des petits conseils à Carl sur la meilleure façon de cuir ses pâtes sans gâcher inutilement des litres d'huile d'olive. » Il s'en rappellerait un moment, surtout du défi qui avait suivi. Forcément c'était plus particulier de mentionner le candidat depuis la révélation d'une partie de son secret et le fait que personne ne sache tellement comment prendre la chose, et lui avait aussi depuis quelques temps le sentiment que ce qu'il lui disait en face il le crachait d'une manière plus acerbe quand il avait le dos tourné. Mais il n'avait pas tellement envie de se prendre la tête avec ça pour l'instant. « C'est ça, enfin elle s'en occupait déjà depuis quelques temps avant que je la rejoigne. Du coup je m'en fais pas trop, je sais qu'elle s'en sort. » Il confia tout en coupant ses légumes, mais toujours avec cette lueur d'émotion particulière dans le regard quand il pensait à ses sœurs, et à Ludovica plus particulièrement parce qu'elle était plus proche de lui en âge et que travailler ensemble aurait pu créer des tensions mais les avait encore un peu plus rapprochés. « Certains jours si, on mesure à quel point c'est énorme et qu'il faudrait qu'on soit partout pour que ça tourne parfaitement bien. Mais on a vu nos parents dédier leur vie à cet hôtel, je crois qu'inconsciemment on se dit qu'on leur doit bien ça. » Et pourtant c'était pas gagné pour lui au départ, et ça lui valait encore aujourd'hui d'aspirer à autre chose, d'autant plus depuis que ses discussions le plaçaient face à l'évidence qu'il avait aussi besoin de faire les choses pour lui. « Ça m'empêche pas de penser de plus en plus à faire autre chose après tout ça, et je me sens coupable. Parce qu'on m'a proposé cette place dans un moment où j'avais vraiment besoin d'un but. » Ça, il ne l'avait encore jamais vraiment confié de cette manière, mais ça rejoignait l'idée que c'était pas peu de choses pour lui, d'être le fils et le frère sur qui on pouvait compter. «  J'imagine que de ton coté, t'es loin de te poser ce genre de questions. » Il releva, dans un sourire, songeant que sa voie elle avait du la trouver depuis un moment. « Cascadeuse, c'est le métier que t'as toujours voulu faire ou c'est plutôt une opportunité qui s'est présentée ? » Ça ne le surprendrait pas qu'elle ait pu en rêver plus jeune, et pas juste parce que c'était le genre de boulot qu'un gamin ou une gamine trouverait franchement cool à l'âge où on commençait à s'imaginer son futur métier idéal.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Michaela
Voir le profil de l'utilisateur   
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Mer 3 Juin - 20:46

C'est certain que je n'ai pas proposé le plat le plus facile à Gianni. Enfin pas qu'il soit complexe, mais disons que ça prend du temps de préparer tous les légumes. Un pauvre plat de pâtes aurait été plus rapide, c'est certain. Mais bon j'ai pas franchement besoin de lui pour faire chauffer une casserole d'eau. Vaut mieux le mettre à contribution pour des trucs plus intéressants. Je pense à lui voyez.  " Va pour une trêve. Cela veut dire que tu ne me nomines pas cette semaine ? “ que je demande dans un petite sourire malicieux. Quoi, qui ne tente rien n'a rien. L'italien me confie alors avoir donné des conseils à Carl sur comment cuire des pâtes. ” Il a de la chance, il est du côté de Roma, il ne mourra pas de faim. J'suis d'avis que même avec les mâles à notre service, elle ne pourra pas s'empêcher de cuisiner autant. “ De mon côté, je ne vais pas non plus juste foutre les pieds sous la table, et m'attendre à ce qu'ils me fassent le repas matin, midi et soir pendant une semaine. Puis je risque de trouver ça assez vite lassant à force. ” Tu crois qu'ils se sont basés sur quels critères pour faire la répartition des villes ? “ Je doute fortemnt que ça soit le fruit du hasard. La production réfléchit à tout. Mais pas forcément au bien être des candidats. Je l'interroge ensuite un peu sur son business familial, qu'il gère avec sa grande soeur. Il ne s'en fait pas pour elle, elle a l'habitude, il lui fait parfaitement confiance. ” Cela veut dire que l'hôtel marche plutôt bien ? “ Si y'a beaucoup de trucs à gérer. Bon vous me direz pas forcément, il peut avoir un énorme domaine et pas assez de clients pour le remplir, ça n'empêche qu'il faudrait s'occuper quand même de pas mal de trucs. ” Du coup tes parents son à la retraite c'est ça ? “ Pour qu'ils leur ai donné le flambeau. ” J'imagine que ça doit te mettre une petite pression quand même, savoir que c'est l'héritage familial. “ Encore plus que s'il gérait l'hotel d'un autre. Parce que là si tu te plantes, bah tu fais couler l'établissement que tes parents ont trimé à construire et faire tourner, et peut être encore les parents de tes parents et ainsi de suite. Je ne sais pas jusqu'où ça remonte. Il me confie cependant qu'il aurait bien envie de changer, mais ça le rend un peu coupable. ” Tu crois qu'ils le prendraient mal si tu quittais le domaine pour faire autre chose ? “ Peut être qu'en plus de ça, on leur a mit la pression pour reprendre le flambeau. Je sais que dans certaines familles y'en a qui se sentent obligé de reprendre l'entreprise familiale, quitte à mettre de côté ses propres aspirations. ” Tu voudrais te lancer dans quoi ? “ J'imagine qu'il a déjà une idée plus ou moins précise du changement de carrière qu'il veut opter. De son côté, il pense que je suis loin de toutes ces considérations. ” Oh tu te trompes, tu sais dans mon métier, on s'arrête assez tôt. Alors il faut penser à l'après. Même si je compte rester dans le même milieu. “ Oui je ne compte pas prendre un changement drastique de carrière, comme lui l'envisage peut être. ” C'est une idée qui m'ait arrivée assez tard, en débarquant en Angleterre. Cela ne m'avait même jamais traversé l'esprit avant, faut dire que c'est un métier plutôt méconnu. J'étais en plein questionnement, je savais pas trop quoi faire de ma vie une fois le lycée terminé. J’enchaînais les petits boulots. Et puis mon frère m'a présenté un de ses potes cascadeurs, pendant toute une journée, il m'a fait découvrir son monde, et j'en suis tombée immédiatement amoureuse. C'est ce jour là que j'ai su que c'était ce que je voulais faire. “ Comme une évidence. ” Puis je ne partais pas de zéro, parce que bon, je faisais déjà de la gym a un très bon niveau, du parkour avec mon frère, et j'avais appris le krav maga pour me défendre. “ Donc je partais plutôt avec de solides bases. ” Et à partir de ce moment là, j'ai tout fait pour réaliser mon nouveau rêve. Et je suis une acharnée dans le genre. " En même temps il faut bien ça pour percer dans mon milieu, c'est très fermé. Quand j'entreprends quelque chose je m'y donne à fond, sinon ça ne sert à rien. Comme cette aventure tiens, où je compte bien tout donner.

_________________

Winning Isn’t Everything Rubbing It In The Faces Of Your Enemies Is Also Important
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Ven 5 Juin - 4:48

C'était pas idiot comme concept, la trêve autour d'un bon plat bien copieux et réconfortant. Non pas qu'il pense que Michaela et lui aient vraiment à sceller ce genre d'accords alors que c'était pas bien difficile d'imaginer qu'ils s'étaient surtout cités par facilité, mais l'idée avait le mérite de lui plaire. « Ça veut dire que j'y réfléchis généralement sur le moment. » Il confia simplement, sans jamais avoir caché qu'il ne mûrissait pas ses nominations outre mesure avant de donner des noms avec lesquels il était en accord le moment venu. « Mais pour ce que ça vaut, je t'avais pas nominée la semaine avant que tu m'enlèves le droit de nominer. » Ses lèvres se fendirent d'un sourire au coin, plus joueur, juste parce qu'il aimait autant révéler cette vérité-ci par principe. Il se doutait qu'elle avait présumé le contraire et c'est pour ça qu'il préférait qu'elle le sache, et parce que ça tendait à prouver qu'il faisait la différence entre une joueuse qu'il considérait comme redoutable et quelqu'un qu'il voudrait consciemment mettre en danger. Sa remarque au sujet de Roma lui tira un plus fin sourire, tandis qu'il acquiesça. « C'est surtout que j'ai plus de mal à imaginer Carl prendre cette histoire de corvées au sérieux. Ou juste pour apporter le petit-déjeuner au lit à Rosamie, mais ça, je suis pas sûr que ce soit une bonne idée. » Il commenta, dans une légère grimace. Gianni, il se contentait de supposer que l'entreprise serait périlleuse, ça ne l'intéressait pas de juger le candidat pour une demi-révélation et parce qu'il supposait qu'à sa place, ça le ferait un peu chier qu'on estime avoir toutes les cartes en mains pour le comprendre si c'était pas vraiment le cas. Mais là où Rosamie avait convié Carl dans leur chambre en première semaine, il supposait que la donne avait depuis largement changé. « J'en sais rien, j'imagine qu'ils ont du vouloir jouer avec les dynamiques existantes et nous sortir de notre zone de confort avec l’espoir de choper des séquences intéressantes. T'en penses quoi, toi ? » Il suffisait d'observer la répartition des deux groupes, qui démontrait une volonté de les priver d'une partie de leurs repères après un mois de compétition. Et sans doute que vu de l'extérieur ça paraissait ridicule, de se sentir un peu paumés loin de ceux qu'ils côtoyaient depuis des semaines, mais c'était le contexte qui voulait que ce soit plus intense qu'ailleurs. Au sujet de l'hôtel, il confia ne pas se faire de souci pour sa sœur qui avait depuis longtemps l'habitude de s'en occuper, et hocha la tête à la question de Michaela. « Oui, et ça nous oblige à nous maintenir au même niveau. L'année dernière on a rénové toute une partie de l'hôtel pour ouvrir de nouvelles chambres, on engage aussi du personnel parlant anglais, italien et français parce que ce sont les langues qu'utilisent le plus ceux qui viennent séjourner à l'hôtel. » Et pourtant il demeurait dans cet endroit l'âme qu'il y avait toujours connue, bien loin des buildings de standing à l'américaine qu'il avait découvert à New York. « A titre personnel, ma plus grande fierté c'est le vin qu'on produit sur notre domaine. Notre restaurant aussi, qui a eu sa première étoile il y a peu. » Cette pensée suffit à éclairer son visage d'un sourire paisible. Quand il avait rejoint l'hôtel au moment où il avait désespérément besoin de se raccrocher à quelque chose de tangible, il avait mis toute son énergie dans le restaurant, alors c'était pas rien pour lui de toucher du doigt une certaine reconnaissance. « Mes parents continuent d'avoir un droit de regard sur tout, mais oui ils ont officiellement cédé les rênes à ma sœur. Et c'est clair que ça fout la pression, même si on a très tôt saisi l'importance que ça avait. » Pour tout le monde y compris eux, qui avaient grandi dans un endroit pas commun à bien des égards, finalement, et jamais pu ignorer que si leur situation avait toujours été ce qu'elle était c'était aussi parce que l'hôtel les faisait tous vivre. Alors oui, une partie de lui se sentait coupable de songer à aborder sa vie différemment en sortant d'ici, et même si c'était déjà un projet qu'il mûrissait en substance en se lançant dans l'aventure. « Ma mère probablement pas, mon père sans doute que oui. C'est une discussion que je sais inévitable mais qu'il me tarde pas forcément d'avoir. » Simplement parce qu'il y avait eu assez de choses pour les opposer son père et lui et que c'était jamais par plaisir qu'il allait contre son avis, ses conseils ou ses attentes. Et c'était ça qui lui avait coûté de passer à coté d'une partie de sa vie, ou en tout cas de s'évertuer à la vivre tel qu'il savait qu'elle ne le rendrait jamais pleinement heureux. « C'est un peu la grande inconnue, parce que j'ai jamais tellement été du genre à me projeter. Je sais que j'aurai envie de faire un truc qui me ressemble et qui me passionne, mais je sais aussi que j'ai le temps d'en être sûr. » Il avait bien quelques brides d'idées, mais il se laissait le temps d'aviser. Et en ça, la façon dont Michaela lui conta la manière dont les choses s'étaient faites pour elle le conforta dans ses certitudes : parfois, on avait juste le déclic et on savait tout à coup exactement ce qu'on voulait faire. C'était forcément inspirant à ses yeux. « Je trouve ça génial, de faire un boulot pour lequel on a vraiment eu le coup de foudre. T'as tout de suite commencé par tourner dans de grosses productions, ou comme pour beaucoup de boulots tu démarres en bas de l'échelle ? » Elle lui donnait l'impression d'être à un niveau de sa carrière où tous les obstacles des débuts étaient depuis longtemps derrière elle, mais il ignorait comment c'était susceptible de se dérouler dans ce genre d'industrie. « C'est quoi que tu préfères, dans ce boulot ? L'adrénaline, le danger ? Les people, peut être ? » Il accompagna la fin de sa phrase d'un sourire amusé, imaginant plutôt une Michaela ultra professionnelle face aux célébrités que son boulot devait mettre sur sa route, aussi par la force de l'habitude. « Ce qui viendra après, j'imagine que t'y penses aussi du coup. Cette aventure, ça pourrait aussi marquer un tournant pour toi à ce niveau-là ? » Il avait supposé à tort qu'elle n'était pas amenée à remettre en question son avenir professionnel, et il ne doutait pas que quels que soient ses projets ça pourrait potentiellement lui ouvrir des portes un jour si elle envisageait à long terme de rester dans le milieu. Mais probablement qu'il lui restait encore pas mal d'années pour y penser.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Michaela
Voir le profil de l'utilisateur   
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Dim 7 Juin - 23:48

Gianni m'informe ne pas m'avoir nominé la semaine avant que je lui ôte ce droit. Intéressant son choix de mots. Il précise juste pour cette semaine là, cela ne veut pas dire pour autant que cela n'est jamais arrivé. Mais ça me surprend quelque peu je dois l'avouer. J'étais persuadée qu'il faisait parti de ceux qui avaient donné mon nom, conduisant ainsi à ma nomination. Qui sait, peut être qu'au final, les gens qui me nominent ne sont pas ceux que je crois. Y'a une quasi certitude ceci dit, les trois derniers éliminés devaient eux me nominer à chaque fois, alors clairement leur départ ne peut que être bénéfique pour mon jeu. " Je ne peux pas en dire autant, oups. “ que je réplique dans un petit sourire, pour être honnête avec lui. Sorry, not sorry. Mais bon ça ne doit pas non plus trop le surprendre, on est pas exactement les plus proches qui soit dans ce jeu. Et quelque chose me dit que rares sont les candidats qui doivent donner son nom du reste. Mais cette semaine est justement l'occasion parfaite pour apprendre un peu mieux à se connaître. Il serait fort dommage qu'on finisse l'aventure en étant de parfaits inconnus. Gianni ensuite parle de Carl, ayant du mal à le visualiser à prendre cette histoire de corvées au sérieux. C'est pas faux. ” Surtout que je sens que cette semaine, avec la révélation de son secret, il risque d'être absorbé complètement par tout un tas d'autres choses... “ Pour avoir parlé à Rosa, je sais qu'elle comptait avoir une grosse discussion avec le bonhomme pour remettre les points sur les i. Et je l'ai senti pas mal secouée, et énervée, alors quelque chose me dit que ça ne se passera pas aussi bien que lorsqu'elle a apprit pour l'espionnage de la boîte aux lettres. C'est une discussion qui à mon sens ils auraient dû avoir bien plus tôt, mais vaut mieux tard que jamais non ? Ceci dit j'aurais quand même aimé être là, car je sens qu'ils vont avoir besoin d'un soutien émotionnel, l'un comme l'autre. Après je ne m'en fais pas trop pour Rosa, car elle a Kara et Roma de son côté...En revanche Carl, il est quand même pas très stable psychologiquement mais j'espère que ça ira et qu'il trouvera des gens à qui parler. J'interroge l'italien concernant les intentions de la production, selon lui, sur quels critères se sont ils basés pour faire leur répartition ? ” Probablement...C'est vrai qu'ils ont séparés la plupart des binomes. Santo/Kara. Santo/Jill. Cami/Louis. Aera/Costa. Lelja/Louis? Ou Costa? Toi et Roma... “ Pour ma part, ils ont dû me mettre dans un groupe par défaut, n'ayant pas vraiment de candidats évident à qui me séparer. Je pense que le public en a un peu rien à faire que j'sois séparée d'une Rosamie pendant une semaine par exemple. ” Le seul duo qu'ils n'ont pas séparés, c'est Carl et Rosa...Mais quelque chose me dit qu'ils voulaient juste pas priver les téléspectateurs de leur grosse mise au point. “ Le public aurait probablement été frustré de devoir attendre une semaine de plus - et prendre le risque que l'un des deux ne soit plus là à ce moment. Alors qu'en vrai ça aurait peut être pu lui faire du bien d'être éloigné de la demoiselle durant quelques jours. Peut être qu'il aurait prouvé l'adage ‘loin des yeux, loin du coeur”. J’oriente ensuite la discussion sur le domaine familial de Gianni. C'est plaisant à voir la façon dont il en parle, et la fierté qu'il ressent. " Félicitations. “ Concernant l'étoile pour son restaurant. C'est pas rien. ” Le jour où je passe dans le coin, faudra que je m'arrête par chez vous cela donne envie... “ Clairement. Malgré le fait qu'ils soient à la retraite, ses parents continuent quand même à avoir un regard sur tout. Pas étonnant. J'imagine que ça doit être compliqué de céder totalement les rênes, quand t'en a as été maître aussi longtemps, et que c'est ton bébé. Je comprends que Gianni ressent malgré tout le besoin de s'éloigner un peu de tout ça. Voler de ses propres ailes. Suivre sa voie. Chose qui le rend un peu coupable. Et si sa mère l'acceptera assez facilement, ça sera plus compliqué pour son père. " S'il veut le bonheur de son fils, il comprendra. “ Alors oui, peut être que la pilule sera difficile à avaler dans un premier temps, mais si c'est un type bien, un bon père, il finira par l'accepter, car tout bon parent qui se respecte ne souhaite que le bonheur de ses enfants. Qu'ils puissent s'épanouir pleinement. Et je doute que son père ressemble au mien. Sinon il n'en aurait clairement pas parlé comme l'homme qu'il considère comme son héros, ou la personne qu'il admire, j'sais plus les termes exacts lors du prime. ” Et qu'est ce qui te passionne dans la vie ? “ Il n'a pas l'air très certain de savoir ce qu'il veut faire en dehors de la gestion de l'hôtel. ” Mais t'as raison, exercer un métier qui te passionne, c'est important. Malheureusement c'est pas si courant que ça j'ai l'impression. “ Bon nombre de gens exercent un métier plus pour payer les factures qu'autre chose. Combien d'entre nous se lèvent avec plaisir, heureux de commencer une nouvelle journée de boulot ? Alors je m'estime chanceuse, d'avoir non seulement pu trouver ma voie, mais réussi à la suivre, et avec succès. ” Oui, j'ai beaucoup de chance. Mais non comme tout le monde j'ai galéré... J'suis passée par des spectacles de rue, comme des presta dans des foires, des parcs d'attraction, des productions théâtrales... C'est très formateur. Et tu me verrais dans une tenue médiévale, j'suis canon. “ que je rajoute amusée. Il me demande alors ce que je préfère dans mon métier. Je rigole lorsqu'il parle des people. ” Faire la teuf avec les stars, évidemment! “ On y croit ou pas ? ” J'sais pas, c'est le tout...C'est la passion du sport, l'adrénaline, l'effervescence d'un tournage...Mais aussi participer à la création des chorégraphies, au montage...La fierté quand tu vois le résultat. “ Quand ce que t'as mis des heures et des heures à faire prend forme sous tes yeux. ” Et ça me fait voyager à travers le monde, je rencontre constamment de nouvelles personnes... J'adore vivre des tas d'expériences différentes. Y'en a qui adorent leur quotidien plan plan métro, boulot, dodo, et je respecte ça, mais moi j'ai besoin que ça bouge tu vois ? “ Je ne pourrais clairement pas passer toute une journée dans un bureau, avec des horaires strictes, et faire chaque jour la même chose, encore et encore. ” J'suis pas spécialement là pour ça, mais c'est clair que cette aventure pourrait donner un petit coup de boost à ma carrière. Je te cache pas que ça fait un p'tit moment que j'ai pas mis les pieds sur un plateau de tournage et ça me manque terriblement. " Oui parce qu'à la vérité, avant de venir ici, j'étais en quelque sorte dans une phase de pause professionnellement parlant.

_________________

Winning Isn’t Everything Rubbing It In The Faces Of Your Enemies Is Also Important
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Mer 10 Juin - 19:50

Il était probable que Michaela se soit convaincue qu'il l'avait nominé lorsqu'elle lui avait ôté le droit de prendre part aux nominations de la semaine dernière, mais Gianni tenait surtout à rétablir la vérité parce que ça lui ressemblait assez, de faire preuve de franchise avec ce que ça pouvait avoir comme bons ou plus mauvais cotés. Pour le coup, l'aveu tout aussi honnête auquel il eut droit lui tira un rire silencieux, parce que ça ne l'étonnait pas au même titre que Michaela n'aurait sûrement pas été surprise à sa place. « La déception est réelle, mais je vais tenter de la surmonter. » Il s'amusa, dans un sourire, d'un ton qui avait même du mal à être dramatique. Ça ne rendait que plus intéressant à ses yeux d'avoir l'occasion de se découvrir en plus petit comité, parce qu'il était jamais trop tard pour apprendre à connaître un peu mieux des candidats qui lui étaient moins proches à ce stade. Quant à Carl, c'est sûr, cette histoire de corvées devait être le cadet de ses soucis si comme il l'imaginait cette semaine le confrontait à des discussions pas forcément évidentes. « Dans le pire des cas, j'ai pas l'impression qu'on risque grand chose à pas jouer le jeu d'Ophélia. Je le fais parce que je le vois un peu comme un défi que j'ai envie de relever, mais ça m'étonnerait qu'elle ait rien de mieux à faire que compter le nombre d'assiettes qu'on a lavées. » L'image avait beau être cocasse, elle ne lui paraissait pas très réaliste bien qu'il lui revienne un détail. « Quoi que j'ai appris que c'était son mec, Samson. Avec la distance, ça doit être un peu frustrant... » L'une des (nombreuses) raisons pour lesquelles il ne se verrait pas entretenir une relation à distance, cultivant un besoin trop grand de se sentir proche de l'autre sur le plan physique, de donner en personne et pas au travers d'un écran. C'était peut être juste la preuve qu'il était plus traditionnel qu'il aimait parfois le penser et fondamentalement attaché à l'idée de vivre une relation qui l'épanouirait sans pour autant rechercher une perfection de toute façon surfaite, après des années passées à entretenir une illusion qui avait fait plus de mal que de bien. Finalement, ça rejoignait cette histoire de séparation, bien qu'après cinq semaines il n'y voit pas un coté insurmontable. C'était frustrant, mais on apprenait à relativiser quand on avait passé comme lui pas mal de temps loin de sa famille, de ses amis, de beaucoup de monde en fait. « Ils ont séparé le couple rêvé des internautes et fait cohabiter ceux que le public a l'air d'imaginer capables de s’étriper. Ça en dit long sur ce qui les intéresse. » Il releva, d'un air amusé, convaincu que la production y trouvait son compte quand deux candidats se prenaient le bec. Carl et Costa ou Jill et Rosamie, c'était un peu de ce coté-là que les tensions avaient été les plus fortes jusqu'ici et si lui n'imaginait pas vraiment que ça puisse dégénérer, la production devait l'avoir espéré à un moment ou à un autre. Et vu que cette saison n'était pas franchement axée sur du love, ça faisait sens, d'autant plus qu'il lui semblait que le dernier gagnant s'illustrait parfaitement dans ce genre de logique. Cela dit, Michaela n'avait pas tort, en la matière une mise au point entre Carl et Rosamie risquait de faire quelques étincelles. « Carl, ça aurait peut être été plus simple pour lui de se retrouver avec nous. Il est proche de Maci qui est la dernière personne que j'imaginerais lui tenir rigueur de sa moitié de secret, et avec Aera y'a sûrement des choses dont ils auraient aimé pouvoir discuter après sa révélation. » Ce moment dans le salon avait été un peu pesant pour tout le monde, et il imaginait que ça leur aurait fait du bien de faire retomber la pression autour de ce buzz à l'abri des regards. C'est comme ça que lui l'aurait sûrement vécu, et c'était pas bien difficile d'imaginer que le candidat ne devait pas passer une semaine évidente. La suite de la conversation le poussa à se confier sur son rôle à l'hôtel, avec toujours cette lueur un peu particulière dans le regard à la mention du restaurant. Il y avait pris goût, Gianni, et il le réalisait d'autant plus en étant ici. Les félicitations de Michaela lui tirèrent un sourire sincère, qui s'étira ensuite. « Bien sûr, ça me ferait plaisir. Tu trouveras difficilement mieux si un jour t'as envie de changer de la grisaille et de la nourriture anglaises. » Il glissa avec légèreté, sans prétendre être objectif parce que cette région, même s'il doutait de plus en plus d'y faire sa vie et de renoncer à la perspective d'un changement bienvenu et nécessaire, c'était un endroit unique, celui qui resterait toujours rattaché à ce qui faisait qu'il était qui il était aujourd'hui. Et c'est vrai, l'idée de remanier sa vie ne serait sûrement pas perçue par son père comme elle le serait par une partie de ses proches, et ce parce qu'entre eux ça avait toujours été plus fort que le reste. « Je sais qu'il le veut, il faut juste qu'il se fasse à l'idée que je trouverai pas forcément le bonheur là où lui l'a trouvé. » S'il y a une chose dont il n'avait jamais douté au sujet de son père, c'est qu'il aimait ses enfants et aspirait à les voir heureux, quand bien même il ne les poussait pas toujours dans la direction susceptible de les combler. L'admiration et la reconnaissance qu'il éprouvait avaient tué dans l’œuf plusieurs de ses tentatives de lui faire voir les choses selon son point de vue, mais c'en était fini depuis qu'il avait pris la décision de faire ses propres choix, qu'ils plaisent ou non. Gianni ne se marierait pas dans quelques mois, il ne resterait pas à l'hôtel au-delà du nécessaire et prendrait sûrement d'autres décisions aussi contestables. Mais pour la première fois de sa vie, ça l'emplissait de joie à l'idée de suivre ses envies. « Les voyages, les gens, la cuisine, l'inattendu, et tout ce qui sort du carcan dans lequel on m'a toujours un peu enfermé, je dirais. » Il confia, dans un sourire, comme s'il en prenait conscience au moment de le dire tout haut. C'est sûr, ça donnait pas d'idée précise de ce qu'il pourrait précisément faire après tout ça, mais c'était de ne pas en être encore sûr qui lui plaisait. « C'est vrai, moi j'ai par exemple toujours su que je pourrais jamais bosser dans un bureau avec pour seul contact avec l'extérieur un ordinateur et un téléphone. » C'était trop éloigné de ce qui l'attirait et il se connaissait assez pour savoir qu'il serait incapable de se satisfaire d'une vie de bureau faite de contraintes, axée sur un besoin maladif de productivité et entourée d'un climat de contrôle. On pouvait dire que c'était d'avoir grandi dans un milieu favorisé qui l'avait rendu indocile, lui préférait voir ça comme l'envie de rester libre et autonome dans ce qu'il faisait. Michaela ne devait pas non plus avoir ce genre de problèmes, et il réalisait en l'écoutant qu'elle avait fait ses armes un peu partout, ce qu'il trouvait fascinant. « Je me rends compte que j'imaginais même pas le boulot de cascadeuse comme quelque chose d'aussi diversifié, je trouve ça cool que t'aies pu toucher à autant de choses. T'as vraiment du te faire un nom dans le milieu avec le temps. » Il observa, un air amusé de l'imaginer en tenue médiévale, parce que clairement il n'avait aucun mal à l'imaginer à son avantage quel que soit l'accoutrement. « Non mais sérieusement, t'as quelques noms célèbres dans ton répertoire ? » C'était un peu inévitable qu'il pose la question, et même si on avait déjà du le lui demander cent fois, à Michaela. Il va de soi qu'il l'imaginait aussi davantage se nourrir des aspects enthousiasmants de ce métier et l'adrénaline, les challenges, mais aussi les voyages, ça faisait écho à ce que lui espérait trouver dans un boulot qui lui correspondrait. « Et besoin qu'aucune de tes journées se ressemblent. Ouais, je comprends ça, ça doit être ultra enrichissant à des tas de niveaux. Y'a des mecs qui passent toute leur vie à relire la même paperasse et à serrer les mêmes mains, et toi tu vois et tu fais plus de trucs qu'ils en auront jamais l'occasion. Ça, pour moi c'est un métier de rêve. » Et c'était pas si rare quand on avait grandi dans son milieu de vouloir se réaliser dans des choses vraiment différentes du carcan habituel, même beaucoup plus courant depuis que les types de son âge assumaient de ne pas vouloir reprendre l'entreprise familiale. Des mecs d'à peine trente ans partis conquérir le monde et monter leur boite, il y en avait des tas et sans doute que s'il était né dans une plus grande ville, il y a longtemps qu'il aurait mis les voiles vers des lendemains plus excitants. « Y'a une raison particulière à ça ? » L'italien questionna, le regard curieux, lorsque Michaela confia n'avoir pas foulé le sol d'un plateau de tournage depuis un moment. Peut être juste les aléas de la vie, peut être autre chose. « J'ai cru comprendre que la BBC avait déjà filé du boulot à d'anciens candidats alors ils t'approcheront peut être pour te brancher avec certaines de leurs relations. Ici c'est comme partout, une question de réseaux. » Et ce serait pas si déconnant que Michaela soit repérée par des types de sa branche, quand on savait que leur chaîne pesait des milliards de livres. Dans ces conditions, lui se disait même que ça leur aurait pas coûté grand chose de les exiler au soleil plutôt qu'ailleurs en Autriche.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Michaela
Voir le profil de l'utilisateur   
on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: on ne peut pas faire de cuisine, si l'on aime pas les gens (mardi 12h30) — Ven 12 Juin - 1:52

Puisqu'on est dans les aveux, je lui confesse l'avoir nominé. Bon le mien est un peu plus osé, sachant que c'est plus compliqué d'avouer à quelqu'un l'avoir nominé, plutôt qu'épargné. M'enfin ce n'est pas comme s'il ne s'en doutait pas de toute façon. Il fait mine d'être peiné. " Je ne m'en fais pas pour toi, je sais que tu es fort, tu y arriveras. “ A surmonter sa déception. Je crois que ça devrait aller. Il pense qu'il risquera rien à ne pas jouer le jeu d'Ophélia, il a probablement raison. Mais que ça ne soit pas une excuse pour ne pas en foutre une rame ! ” Il faut le faire, car il ne faut jamais contrarier une femme. “ que je réplique amusée, avant qu'il n'évoque son mec, Samson, et la distance. Un domaine que je connais bien. J'sais tout ce qu'il y'a à savoir sur les relations longues distances, et comment gérer au mieux tout ça. Après c'est peut être aussi une question de personnalité. Ce n'est pas fait pour tout le monde. Mais avec mon caractère plutôt indépendant, ça match bien. Même si ça reste quand même compliqué qu'on se le dise. ” Peut être, mais les retrouvailles n'en sont que meilleures. “ Oh oui. Un feu d'artifice avec des explosions dans tous les sens. ” Et puis, il y'a plusieurs façons d'évacuer sa frustration... “ que je glisse l'air de rien. On cogite ensuite sur les choix de la production concernant la répartition des candidats dans les deux différentes villes. On se rejoint sur le fait que clairement, ce n'est pas à notre bien être qu'ils ont pensés. Mais plutôt l'audimat. ” Et moi qui pensais naïvement que notre bien être était leur priorité numéro une, quelle déception. “ Je tombe de dix étages là. Une bonne chose que je sois cascadeuse. " Je pense aussi qu'il aurait été mieux avec nous. “ Carl. Mais la production en a décidé autrement, c'est ainsi. A voir dans quel état on va le retrouver lors du prochain prime. Pas en petits morceaux j'espère. Tout comme Rosamie. Puis on se concentre sur Gianni, et son domaine familial. J'évoque la possibilité de faire un tour par chez lui lorsque je passerais dans le coin. Cela lui ferait plaisir. Il en profite au passage pour tacler un peu mon pays. ” Attends je ne te permets pas. Il fait soleil aussi...quelques jours dans l'année. “ En vrai, quand je suis arrivée en Angleterre il m'a fallu un petit moment pour m'acclimater. Venant d'un pays très ensoleillé, passer à un avec quasiment trois fois moins de soleil, le choc est violent. Mais j'ai fini par m'y faire. Limite à apprécier ce petit ciel gris sur ma tête. ” Du coup je m'attends à ce que tu me réserves la plus belle chambre de tout le domaine quand je passerais. “ que je rajoute en souriant. J'suis sure que le salaud il me ferait payer plein pot quand même. Mais Gianni aspire à plus que s'occuper de l'hotel familial. Sauf que ça risque d'être compliqué à faire accepter à son père. Lui qui à dû s'imaginer toute sa vie le voir reprendre le flambeau. " Après il lui reste sa fille de toute façon pour perpétuer l'héritage, non ? A moins qu'elle aussi rêve d'autre chose ? “ Cela serait un double coup dur pour le bonhomme s'il voyait ses deux enfants quitter la gestion du domaine pour aller voler de leurs propres ailes, loin. Il ne peut pas non plus s'attendre à ce que tous ses enfants aspirent à la même chose que lui. Mais d'abord, il aspire à quoi Gianni ? Quelles sont ses passions ? Vers quoi compte t'il s'orienter ? Les voyages, les gens, l'inattendu, ça me parle, clairement. En revanche, ça aide pas franchement à se faire une idée très précise de vers quoi il compte aller. Il en sait peut être rien lui même pour l'instant. Une chose est sûre, un travail de bureau, très peu pour lui. " Ah mais clairement moi c'est pareil, je serais bien malheureuse derrière un bureau. Déjà à l'école j'avais du mal à rester en place. “ Rester concentrée des heures durant, assise bien sagement, à écouter et prendre des notes... Autant dire que c'était pas mon truc. Alors ce n'est pas étonnant d'apprendre que je n'ai pas fais de grandes études, et que je me suis arrêtée après le lycée. J'évoque toutes les facettes de mon métier, et ça surprend un peu l'italien. Il ne s'attendait pas à ce que ça soit aussi diversifié. C'est vrai que les gens s'arrêtent souvent à l'aspect septième art. Tourner dans des films, des séries, alors que non, pas du tout. ” Et participer à un spectacle, c'est bien plus flippant, parce que t'as pas le droit à l'erreur. Si tu te foires un truc, t'auras pas de second essai. C'est en direct, et t'as tous les yeux braqués sur toi. “ Alors que lorsque tu tournes, parfois, on peut te demander de refaire 30 fois la même scène juste pour qu'elle soit parfaite. Bon ceci dit ça dépend de la scène aussi... Parce que dans certaines circonstances, t'as pas trop le droit à l'erreur non plus, car certains effets spéciaux coutent tellement chers et sont compliqués à mettre en place, qu'ils peuvent pas se permettre de rejouer le truc. ” Mais c'est kiffant de jouer devant un vrai public aussi. “ T'as les réactions en direct, alors que pour un film, bah ça sera montré au grand public que bien plus tard. ” C'est sur que j'ai réussi à me faire un petit nom...J'serais presque une célébrité dans mon milieu “ que je plaisante. Mais juste connue dans le monde de la cascade. Quand on en vient à te demander personnellement pour jouer sur un film, c'est là que tu sais que t'as percé et que t'as réussi à faire ton trou. ” Ah la fameuse question... “ Celle de savoir si je connais bien des célébrités. Forcément elle vient toujours à un moment donné ou un autre, et c'est bien normal. J'serais la première à demander. ” C'est clair qu'il ne faudrait pas que mon téléphone tombe entre de mauvaises mains. “ Donc ça répond à sa question, oui j'ai quelques contacts dans mon répertoire à en faire jalouser plus d'un. ” Si on te proposait de rencontrer la célébrité de ton choix...Tu choisirais qui ? “ Qui rêverait il de rencontrer ? Même si on a pas la star mania, on a tous nos idoles. Ou même des acteurs qui ont pu marquer notre enfance à travers leur film. En tout cas j'ai bien conscience de la chance que j'ai d'exercer le métier de mes rêves. Et Gianni le voit aussi comme un métier de rêve. ” J'connais deux trois contacts dans le milieu si jamais tu veux te reconvertir dans la cascade... “ que je rajoute en plaisantant. Même s'il voit ça comme un métier de rêve, je me doute bien que c'est pas vers ça qu'il compte s'orienter. Puis bon soyons honnête, à moins qu'il ne cache des talents de gymnaste, ou une expertise en arts martiaux insoupçonnée, il n'aurait pas les compétences pour ça. Il faut avoir de bonnes bases, sans quoi c'est quasiment mission impossible de rivaliser avec la concurrence. Bien que ça soit joli tout ça, je lui avoue néanmoins mon éloignement des plateaux de tournage depuis un petit moment déjà. ” Disons que j'ai fais une petite pause pour gérer certains trucs dans ma vie. “ La pause étant plus ou moins forcée. Mais disons qu'au bout du compte, c'était peut être pas plus mal, car dans mon métier, si t'es pas focus à 100% sur ce que tu fais, si t'as la tête ailleurs, c'est la porte ouverte aux accidents. ” Qui sait, peut être ? Mais je ne m'en fais pas trop de toute façon. Je suis prête à reprendre le boulot, et c'est certain que des opportunités, y'en aura. " Parce que les portes se sont de nouveau ouvertes pour moi. Après faudra voir la qualité de ce qu'on me proposera, c'est sur. Je ne suis pas du genre à me jeter sur le premier job qu'on me propose.

_________________

Winning Isn’t Everything Rubbing It In The Faces Of Your Enemies Is Also Important
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero ] La Cuisine au beurre [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISON 11 A 13 :: Treizième Saison :: Linz - semaine 5 :: Cuisine / Salle à manger-
Sauter vers: