Partagez
 

 city's heart begins to beat (jeudi, 13h05)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Lun 1 Juin - 20:37


@kara
city's heart begins to beat


Graz. Encore un nom à coucher dehors, et un lieu de plus qu'il est pas foutu de placer sur une carte. À ce rythme ils vont leur faire découvrir toute l’Autriche et vraiment il s’attendait pas à ce que la prod délocalise l’aventure après un mois de jeu, parmi toutes les annonces fracassantes qui auraient pu leur tomber dessus dimanche il était à mille lieues de s’imaginer un retournement de situation pareil. Alors c’est joli Graz il dira pas le contraire mais il avait pris ses petites habitudes à Hallstatt l’irlandais, forcément il se sent un peu paumé dans cette ville où il ne reconnaît rien et qui, il faut bien le dire, est vachement plus vivante. Il a jamais fait la queue pour avoir ses petites douceurs chez Klaus alors que là s’il veut faire un tour de manège il va devoir se taper tous les gosses qui attendent leur tour, ça le décourage un peu d’avance. Pourtant le carrousel lui fait de l’œil depuis qu’ils sont arrivés et il arrive pas à ignorer la petite mélodie chatouillant son oreille qui l’attire irrémédiablement vers les chevaux tournant. Sauf qu'il résiste Carl, il a aucune envie de se mêler aux enfants alors il passe son chemin et rentre dans la première boutique qui se présente comme si les chevaux s'étaient mis à ses trousses et qu'il cherchait à les fuir. Il réalise qu'il a mis les pieds dans la librairie et c'est plutôt une bonne chose, parce qu'il comptait s'y rendre dans la semaine pour y dénicher quelque chose qu'il ne trouvera sûrement pas dans la bibliothèque du chalet en rentrant. Ici il a une chance de mettre la main sur ce qu'il cherche mais il va devoir la jouer discret, son but c'est vraiment pas que la nature de sa petite emplette fuite parce qu'il assumera jamais ça devant les autres. Il longe les allées de bouquins mais se repérer là-dedans n'a rien de simple, c'est rangé par ordre alphabétique et évidemment les lettres sont à peine lisibles au-dessus de sa tête. Il se fatigue lui-même Carl, ça fait des semaines qu'il cache sa myopie à tout le monde et s'il avait pas eu la flemme de faire réviser ses lunettes avant de venir il se retrouverait pas dans ce genre de situation. Ses lunettes qu'il ne porte de toute façon jamais, et après il s'étonne des migraines qu'il se tape sachant qu'il force h24 avec ses yeux. Coup du destin ou simple fait du hasard Kara passe à deux mètres de lui et forcément leurs regards se croisent. Il pensait pouvoir la rencontrer partout mais dans une librairie, faut avouer qu'il y aurait pas trop songé. « Salut coloc'. » il la salue dans un sourire et elle tombe bien Kara, elle va peut-être pouvoir lui filer un coup de main si elle est d'humeur altruiste aujourd'hui. « Je cherche un type de bouquin bien particulier mais c'est écrit en tout petit au-dessus des étagères et je vois pas la lettre H, tu la vois toi ? » C'est plus commode pour lui de solliciter une camarade plutôt que de perdre ses moyens à essayer de faire comprendre sa requête au libraire, parce que c'est sa grosse crainte à Carl de devoir s'exprimer devant les commerçants du coin. La langue locale il la comprend pas et la parle encore moins et dans sa tête les autrichiens sont pas plus doués avec l'anglais, donc il renonce automatiquement au fait de passer par sa langue à lui pour se renseigner ou demander des trucs et c'est peut-être un peu con, ça. « Par contre ça m'arrangerait que tu te tournes quand je choisirai le livre qui m'intéresse.. » il souffle un peu honteux alors que son regard se perd vers les bouquins devant lui dont les titres commencent tous par la lettre M. Il est pas bien malin Carl, il aurait pu se repérer directement aux tranches des livres plutôt que de faire suer Kara avec ça et il aurait fini par la trouver tout seul, sa lettre H. « Tu lis un peu ou pas du tout ? Moi le dernier truc que j'ai lu ça devait être au collège et encore j'avais pris le résumé sur internet parce que j'avais pas eu la foi de le terminer. » C'est bien son genre de commencer quelque chose et de ne jamais conclure, le livre en question il s'en souvient pas plus en détails mais c'était sûr que ça le marquerait pas. De toute façon Carl il aligne les prétextes pour obtenir l'attention de Kara mais en réalité, là, il s'inquiète un peu pour elle. Cette semaine ils partagent la même chambre mais il a pas encore saisi l'occasion de lui dire ce qui va suivre, alors que ça tient pourtant en quelques mots. C'est la démarche en fait qu'il a pas encore osé avoir envers elle de peur de pas être super bien reçu, mais il a pas envie de laisser passer un jour de plus. « On peut parler un peu Kara, si t'en as besoin. » il finit par laisser entendre alors qu'il affiche un air beaucoup plus sérieux et délaisse même sa recherche du bouquin interdit. Kara elle en a gros sur le cœur depuis quelques jours il l'ignore pas, y'a son secret qui est tombé, ses rapports avec Santo qui ont trinqué et cette séparation dont elle ne voulait pas. Ça fait beaucoup et il comprendrait qu'elle ait besoin d'extérioriser mais il la forcera pas à parler si elle le veut pas, c'est pas son genre à Carl d'amener les gens de force sur un sujet qu'il devine assez sensible.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Mer 3 Juin - 22:57

Si je ne m’habitue pas encore à la séparation avec les autres qui sont dans une ville à des centaines de kilomètres de la nôtre, je commence par contre doucement à apprécier la compagnie de tous ses inconnus dans la rue. Jamais les mêmes visages, des personnes ayant chacun leur propre histoire et puis cette langue que je n’arrive toujours pas à déchiffrer, mais qui se devine grâce notamment aux expressions du visages ou aux intonations. Je m’amuse depuis plus d’un quart d’heure, allongée seule dans l’herbe du parc, à inventer des scénarios de vie aux personnes qui sont posés aux alentours. Ça m’amuse un moment avant de vite me lasser, préférant m’aventurer en ville dans les échoppes et stands qu’on peut trouver un peu partout. Je déambule entre les passants, m’arrêtant parfois pour acheter des friandises locales, d’autres fois simplement par curiosité pour faire du lèche-vitrine. Je me retrouve très vite les mains prises par plusieurs de sacs remplis de douceurs que j’ai envie de goûter malgré mon appétit déjà bien rassasié. Je reconnais bien là mon addiction pour le shopping, toujours prête à acquérir le plus de truc possible sans en avoir une utilité quelconque. C’est chargé que je pénètre dans une nouvelle boutique sans regarder avant de quoi il s’agit. C’est à l’intérieur que je remarque les étalages de bouquins et l’odeur des vieux livres qu’on trouve souvent à la bibliothèque. Je suis déjà prête à faire demi-tour n’étant pas une grande lectrice, mais ma fièvre acheteuse me reprend et je me dis que je pourrais très certainement trouver quelques magazines people ou mode en langue originale. Mon regard balaye l’endroit, ne sachant pas ce que signifie "Zeitschrift" et "gekocht", à la recherche d’un vendeur qui sera peut-être m’éclairer tout en parlant anglais. Mes yeux rencontrent le visage de Carl. D’abord surpris de le voir ici, je finis par me dire qu’il pourra m’aider à trouver ce que je cherche. Je m’avance vers lui, sourire aux lèvres. Il me salue en premier. « Yo » que je me contente de lui répondre, alors qu’il enchaîne rapidement pour m’expliquer qu’il cherche un type de bouquin particulier, mais qu’il ne trouve pas les livres commençant par H. Il me demande alors si moi, je les vois. Je me penche pour trouver ce qu’il cherche, mais il n’a pas tort, ce n’est vraiment pas facile de lire en devant se mettre sur la pointe des pieds. Je n’ai pas hérité du gêne de la taille que possède mon père ainsi que mes frères. Je décide donc d’utiliser une autre méthode en faisant glisser mon doigt le long des livres en regardant la première lettre de chacun des titres. Je continue de glisser le long des étagères, remontant maintenant à la lettre J lorsque Carl prend de nouveau la parole pour me demander de me tourner lorsqu’il attrapera le livre qu’il recherche. Je fais une moue plus que dubitative. « Tu vois, si tu n’avais rien dit, je n’aurais même pas cherché à savoir ce que tu cherches. Sauf que maintenant, je veux absolument savoir. » Là, il obtient clairement le contraire de ce qu’il voulait. Je retourne finalement à la chasse des livres commençant par H, mon doigt me guidant à travers les différentes tranches des livres que je touche. Je ne m’interromps pas quand il me demande si je lis un peu, me racontant que pour lui ça remonte au collège. Je souris au passage où il dit avoir pris le résumé sur internet, mon regard dévie sur lui. « Je faisais la même chose à l’école. » Je n’ai jamais été connue pour avoir des résultats très élevée, loin de là. « Je ne lis pas vraiment, d’ailleurs j’étais venue ici pour prendre quelques magazines pour passer le temps dans l’avion du retour … Où qu’il mène. » Soit direction le chalet, soit directement jusqu’à New-York, selon les nominations qui tomberont ce soir. Je reprends ma recherche, m’approchant de plus en plus des livres en H quand Carl me surprend en me disant qu’on peut parler si j’en ressens le besoin. Mes pupilles vrillent de nouveau sur lui, mon sourire se figeant l’espace d’un instant. « Tiens, c’est là les livres commençant par H. » Je lui montre du doigt, me reculant afin de lui laisser la place. « D’accord, on parle si d’abord tu m’expliques comment toi tu vas ? » J’ai remarqué que les autres candidats sont très froids avec lui. Je comprends les réactions des autres, mais je préfère prendre un peu plus de recul jusqu’à la découverte totale du secret de Carl même si ça reste assez bizarre et que j’ai l’impression d’avoir Joe Goldberg en face de moi.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Jeu 4 Juin - 19:29

Il demande à Kara de se tourner quand il aura déniché le mystérieux bouquin qu'elle doit surtout pas voir et là est son erreur, ça éveille tout de suite les soupçons de sa coloc à présent bien décidée à savoir de quoi il en retourne. C'est son gros problème à Carl, il est pas subtil pour un sou et amener la chose de cette façon c'était juste le meilleur moyen de compromettre son vilain petit secret. « J’aurais mieux fait de me taire. » il soupire. En anticipant la curiosité de Kara il a juste réussi à attirer son attention sur un truc qu'elle aurait pas calculé s'il s'était contenté d'en dire le minimum, c'était pas bien malin de sa part mais ça n'étonnera personne. « Bon tu veux savoir ? Je cherche un livre hentai voilà, mais pose pas plus de questions s'te plait. » il avoue tandis que le rouge lui monte aux joues. Encore une fois il choisit de se trahir tout seul Carl mais il se dit qu'elle allait de toute façon insister alors autant cracher le morceau quitte à passer pour un gros perv. « Et surtout en parle pas aux autres. » il ajoute en l'implorant de son regard. Cette lecture ça s'inscrit dans son projet pour la sortie, celui dont il a parlé à Jill mais dont les autres ne savent normalement rien. Il se dit qu'un livre du genre lui permettra de s'entrainer un peu et d'apprendre des trucs qu'il mettra en pratique le jour J - oui, c'est malheureux mais il en est là Carl à s’imaginer que ça lui donnera un aperçu réaliste de ce qui l’attend. Kara de son côté est venue dans cette librairie pour faire le plein de magazines histoire d'avoir de quoi bouquiner dans l'avion, il prend alors note de sa requête. « Quel genre de magazines ? » Il veut bien l'aider à trouver son bonheur Carl mais pour ça faut déjà qu'il sache si elle est plus revues people, d'actualités ou de sports. Elle lui indique l'emplacement des livres en H et il se positionne timidement devant avant de jeter un coup d'oeil furtif vers sa camarade. « Oh, merci. Euh.. » Ça, c'est pour lui dire qu'il aimerait bien qu'elle regarde ailleurs le temps qu'il sélectionne la couverture qui l'inspire le plus. Elle est pas contre le fait de parler Kara, mais elle voudrait d'abord savoir comment il va. Ça le surprend un peu, il pensait pas que c'était susceptible d'intéresser encore quelqu'un à ce stade et on peut pas dire qu'il vienne spontanément en parler de lui-même. Il le garde pour lui parce qu'il veut pas donner une raison aux autres de dire qu'il se plaint pour un truc qu'il a bien cherché, il espère vraiment pas apitoyer qui que ce soit Carl car au fond il sait bien qu'il récolte toute la merde qu'il a semé. « C'est pas la folie cette semaine mais j'pense que ça se voit à ma tronche. » Il esquisse un sourire un peu faible, et clairement il arriverait pas à donner le change même s'il le voulait. Et même sans sa tête des mauvais jours qui le quitte plus depuis sa révélation y'a le fait de vivre en tout petit comité qui permet pas d'ignorer qu'il prend cher en ce moment, un peu de tous les côtés. Kara il sait pas comment elle se positionne vis-à-vis de sa moitié d'intitulé et à vrai dire il a beaucoup trop peur de lui demander, là. « Rosamie veut plus du tout que je l'approche. J'ai failli sauter du balcon l'autre jour, ce qu'elle m'a dit ça m'a vraiment fait trop mal. » il balance sans vraiment d'émotion parce qu'il a déjà tout lâché Carl à la suite de leur discussion tumultueuse durant laquelle il a laissé toutes ses plumes et les dernières illusions qui lui restaient, il a plus aucune larme à verser pour cette fille. Kara elle s'était imaginé à tort une fois qu'il pourrait se jeter de la plateforme skywalk donc ça devrait lui évoquer quelque chose cette idée complètement débile qui lui est passée par la tête mardi, et qu'heureusement il a su réprimer très vite. « J'espère que mon petit frère aura pas de problèmes à l'école à cause de moi aussi. » il ajoute dans un long soupir en songeant à Blake qui était bien content jusqu'ici de pouvoir surfer sur la notoriété passagère de son ainé. Il parait loin le temps où Carl était perçu comme le weirdo inoffensif du jeu, maintenant c'est limite si on le regarde pas comme un monstre et il est pas du tout tranquille à l'idée que les conneries qu'il fait ici se répercutent sur son frère. C'est pas sa faute si Carl est sérieusement attaqué du bulbe, et d'ailleurs ça l'étonne de pas avoir encore eu de message de sa part ne serait-ce qu'en réaction à cette révélation dont ils avaient beaucoup parlé tous les deux avant qu'il s'envole pour cette aventure. Il a dit comment il se sentait, et maintenant il compte offrir la possibilité à Kara de se décharger elle aussi mais seulement si en parler n'est pas trop dur, et si elle considère qu'il est la bonne personne pour ça. Y'a un truc qu'il a envie de lui dire depuis plusieurs jours Carl sauf qu'il a pas réussi à le sortir jusqu'ici, ça tient pourtant en quelques mots mais c'est un terrain sur lequel il hésite beaucoup à s'aventurer sans y avoir été invité. « Je suis désolé pour ton frère et pour ta famille, Kara. » il finit par laisser entendre d'une voix vibrante, cassée par l'émotion qui l'envahit au même moment. Toute sa révélation lui revient d'un coup à l'esprit et il a le sentiment que son cœur se brise une deuxième fois pour elle. C'est pas nouveau qu'il est vachement - trop - dans l'empathie Carl alors une histoire pareille ça pouvait pas le laisser insensible, ça avait même toutes les chances de l'ébranler parce que ça pue l'injustice et ça reflète un monde qu'il trouve déjà très moche à la base. « C'est juste immonde ce qui vous est arrivé et moi j'te trouve très courageuse d'être venue dans ce jeu pour dénoncer ça. » Sur ces mots il dépose l'une de ses mains sur le bras de sa coloc dans ce qui se veut être un geste de soutien pas du tout calculé, sauf qu'il la retire presque aussitôt parce qu'il culpabilise presque d'imposer ce genre de contacts aux autres en ce moment, Carl. Sa dernière envie c'est de déclencher une crise d'hystérie chez Kara dans le genre de celle de Rosamie de l'autre jour, il sait pas si on l'autorise encore à avoir ce genre d'attentions alors il se ravise, par réflexe. Et puis il sait pas trop comment appréhender ce genre de choses Carl et elle le sait, il a jamais été personnellement confronté à la mort. Il a peur de mal agir, d'avoir des paroles maladroites ou carrément déplacées mais il veut pas la laisser affronter ça toute seule. C'est bête parce qu'il est peut-être la dernière personne dont elle espère le soutien ici, ils ont jamais été très proches au final tous les deux et pourtant Carl s'il pouvait l'aider dans son combat pour obtenir justice pour Sean il le ferait sans hésiter parce que ça le touche autant que ça le révolte.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Dim 7 Juin - 17:31

La technique de Carl pour être discret n’a pas fonctionné, au contraire, je suis curieuse de savoir le genre de bouquin qu’il veut absolument dénicher sans que personne ne sache. Il pense qu’il aurait mieux fait de se taire et mon sourire s’élargit, parfaitement d’accord avec lui. Il finit par lâcher le morceau et mon sourire se transforme en éclat de rire. Je me calme vite quand des personnes se trouvant dans la librairie me toise du regard. « Tu ne peux pas lire des pornos comme tout le monde ? » Oui, il vient de me demander de ne pas poser davantage de question, mais son choix de lecture m’intrigue vraiment. Qu’est-ce qu’il trouve d’intéressant dans ce genre de dessin sexualisé à mort ? Ça me dépasse totalement. « Promis, je n’en parle pas. » Ce n’est pas l’envie qui me démange de rapporter ça à Rosamie, mais je me vois mal rajouter de l’huile sur le feu dans leur rapport qui sont déjà compliqué depuis quelques temps. Et puis, chacun ses délires au final. Je continue malgré tout ma recherche du fameux sésame, en expliquant à Carl que je recherche des magazines pour passer le temps dans l’avion. Il me demande le genre de ce que je recherche. « Plutôt des trucs people, pour que je sache si The Weeknd est toujours avec Bella Hadid ou pas. » Chacun son passe-temps, je ne suis même pas sûr qu’il sache qui est Bella Hadid. Quoique, il a sûrement dû déjà chercher sur un moteur de recherche le nom des nanas les plus bonnes de cette planète pour s’adonner à quelques obscénités. Je ne serais même pas surprise. Quand je lui désigne enfin les livres en H, je comprends à son hésitation que je dois lui laisser la place. « Ok, j’ai compris. » Je lève les yeux au ciel, en me tournant vers des bouquins d’histoire pour lui laisser choisir sans que ma présence ne le gêne davantage. J’attrape le premier livre que je trouve, tournant les pages avec rapidité, sans vraiment chercher à faire de la lecture m’intéressant plutôt à savoir comment il va Carl. C’est que depuis la révélation de la moitié de son secret, il est un peu le pestiféré de la petite bande. Je ne trouve pas ça cool, même si je comprends les points de vue de beaucoup dans cette situation. Moi, je n’ai rien à lui reprocher personnellement à Carl. Il ne m’a jamais rien fait qui me pousserait à le boycotter. Comme je m’y attendais, il m’explique que ça ne va pas fort pour lui et que ça se lit sur son visage. Je finis par tourner la tête vers lui, embêtée qu’il soit dans cette situation malgré lui. Il continue en disant que Rosamie ne souhaite plus qu’il l’approche, ce qui est assez normal, mais c’est plutôt la deuxième partie de sa phrase qui me fait câbler. « QUOI ? » que j’hurle, me fichant cette fois des regards des gens autour. Mon poing se serre et je tape avec force dans l’épaule de Carl. Je ne pense pas qu’on peut considérer ça comme une agression physique, mais si c’est le cas, je m’en fou totalement. « Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? » Je me souviens de ce que je lui ai dit lorsque j’ai cru la première fois qu’on a discuté ensemble et que je pensais qu’il souhaitait sauter du point d’observation. J’essaye de me calmer, en voyant l’expression qui se dessine sur son visage. « Y a rien ni personne dans ce monde qui vaut la peine de faire quelques choses d’aussi stupide, Carl. » Même si l’irlandais est loin d’être quelqu’un dont je me sens proche, je ne peux pas m’empêcher de réagir à tout ce qui se rapporte à la mort. Se donner la mort, je trouve cela lâche quand on sait le nombre de personne décédé qui aurait préféré continuer à vivre leur vie. Il ajoute qu’il espère que son petit frère n’aura pas de problème à l’école par sa faute. Totalement touchée par sa détresse qu’il essaye de camoufler derrière une expression stoïque, j’attrape la main de Carl que je serre dans la mienne. « Tu ne crois pas que ça serait encore plus difficile pour lui s’il arrive quelques choses à son grand frère ? »  Pour le coup, je crois être la mieux placer pour dire ça, même si je n’ai pas complètement perdue pieds grâce à mes deux autres frères qui sont toujours là pour moi. Le brun, il en profite pour rebondir pour me dire qu’il est désolé pour moi et je le gratifie d’un petit sourire gratifiant. Je ne lâche pas la main de Carl qui m’aide à ne pas me sentir submerger moi-même par mes propres émotions. Il continue de me montrer son soutien, mais je n’arrive pas à articuler forcément de mot, mon cerveau chamboulé par tant de sentiment mélangé, entre la colère qui est monté d’un coup en apprenant qu’il a envisagé de mettre fin à sa jour et ma tristesse qui n’arrive pas à s’évanouir lorsqu’il est question de Sean. Carl, il tente un geste amical qu’il refoule au bout de quelques secondes, ne sachant sûrement pas comment je peux réagir. Un petit sourire compatissant s’installe sur mes lèvres et je tire sur sa main pour le prendre dans mes bras. « Merci Carl. » que je souffle près de son oreille, attendrie par lui. Il a beau faire des choses très bizarre, je n’arrive à trouver aucune méchanceté à lui qui me donnerait envie de le repousser.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Mar 9 Juin - 4:07

Kara brise le calme régnant dans la librairie en riant franchement à sa petite confession, et face à elle l'irlandais se décompose complètement. Ça l'aide pas à assumer la nature de sa recherche et il est vraiment pas loin de prendre ses jambes à son cou Carl quand il voit la réaction que ça provoque chez sa coloc, il a franchement du mal à croire en la discrétion de Kara une fois qu'ils seront rentrés au loft là. Elle s'étonne qu'il ne lise pas de pornos comme font tous les gens, apparemment, et ça le fait hausser les épaules. Déjà que ça le gêne beaucoup de parler de ça avec elle donc il va clairement pas lui expliquer pourquoi ces bouquins l'excitent plus que n'importe quoi d'autre, parce qu'en vrai Kara elle a pas du tout envie de savoir ce qu'il se passe dans sa tête et dans son slip en ce moment. « Mais moi j’aime bien les mangas, oh j'me demande s'il en existe avec Lara Croft.. » Il croise au même instant le regard de sa camarade qui doit franchement se dire que le bonhomme est déviant mais c'est son crush originel on le sait alors on se doute bien qu'il a pas attendu aujourd'hui pour fantasmer dessus. Et puis si Kara l'ignorait elle va juste découvrir sa fascination pour l’héroïne de Tomb Raider qui définit depuis une dizaine d'années le style de filles pour qui il craque, car elles ont toutes un petit côté Lara comme il l'avait admis devant Aera que ça n'avait d'ailleurs pas grandement surpris. Elle promet de ne pas en parler aux autres et il la remercie silencieusement dans un sourire, avant de se proposer pour l'aider à dégoter des magazines sauf que les trucs de people ça lui parle pas trop à Carl et les deux noms qu'elle lui sort encore moins pour le coup. « C'est qui eux ? » il demande, complètement paumé car les références de Kara ne sont définitivement pas les siennes. « Mais okay, on va essayer de trouver ça. » Quand il y pense c'est aussi l'occasion de jeter un coup d’œil à la presse d'informations pour checker si la prod leur a pas caché un évènement dinguissime à l'échelle de la planète même s'il les croit bien capables de contrôler ce qui est vendu ici pour s'assurer qu'ils restent un maximum coupés du monde et des dernières actualités. Il chope un bouquin parmi la sélection de hentai ni vu ni connu en profitant du fait que Kara se soit gentiment retournée et le glisse soigneusement dans la grande poche de son imper, et petit spoil il a pas opté pour la couverture la plus hardcore parce que les tentacules c'est quand même pas trop son délire à l'irlandais. Et puisque sa coloc se demande comment il va il se confie sur la semaine mouvementée qu'il traverse, mentionnant sa discussion très houleuse avec la philippine qui a conduit au geste stupide que l'on sait et qu'il relate aujourd'hui sans la moindre fierté. Faut dire qu'il a vraiment déconné Carl à grimper sur le garde-corps, d'ailleurs Kara ça la choque de l'apprendre et elle manifeste ça par un cri révolté. Là, elle doit juste se dire qu'il est encore plus atteint qu'elle le pensait. « Chuuut on va se faire virer ! » Il déteste attirer l'attention sur lui dans un lieu public en témoignent ses grands yeux affolés, et ça c'est juste avant que son épaule reçoive le poing de l'américaine que ce dernier vient heurter avec force. « Aïe. » Il se laisse malmener Carl parce qu'il sait qu'il le mérite un peu, faut bien qu'il se fasse recadrer après toutes les dingueries qu'il fait surtout que ça aurait pu mal finir cette histoire sur le balcon. Et en même temps il veut pas qu'on s'imagine qu'il va mal au point d'avoir des pensées suicidaires, il est assez désespéré mais attenter à sa vie n'est pas dans ses projets alors il va essayer de l'expliquer avec les mots qui lui viennent malgré la confusion qui est la sienne. « Non mais Kara je voulais pas mourir ! Enfin je crois pas, je.. j'ai paniqué, je sais pas, c’était bizarre. J’étais plus vraiment dans mon corps alors j’ai voulu me réveiller j’crois, mais c’était débile. » C'est pas un truc qu'il refera ça c'est sûr, il a foutu la trouille de sa vie à la philippine et la réaction de Kara à présent le conforte vraiment dans l'idée que c'était le pire truc à entreprendre même s'il s'est rapidement ravisé et n'a jamais vraiment voulu en finir de cette façon. En tout cas ça fait deux jours qu'il tente de s'en convaincre Carl, parce qu'il veut pas croire ça de lui. « Elle a eu super peur Rosamie, tu l’aurais vue la pauvre. » il rapporte en grimaçant d'un air triste parce qu'il l'a faite pleurer quand même, certes elle pleurait déjà avant ça parce que leur discussion les a mis à bout tous les deux mais il a rien arrangé Carl, il le sait. La question de Kara lui coupe la chique en même temps qu'elle saisit sa main, il sait pas quoi répondre quand elle lui demande d'imaginer comment Blake vivrait le fait qu'il lui arrive quelque chose. Il a pas envie de penser au mal qu'il pourrait faire à ses proches Carl et si son cœur se serre à ce moment-là c'est aussi bien pour cette raison que parce qu'il sait que Kara y voit inévitablement un parallèle avec sa propre histoire. Alors il soupire, simplement, en gardant sa main dans la sienne tandis que son regard la fuit un peu par honte. Ça lui offre une ouverture pour lui dire ce que son secret lui inspire mais il se trouve un peu gauche dans sa façon de le formuler Carl, il est désolé mais aussi admiratif devant le combat qu'elle est venue mener dans ce jeu sauf qu'il manque un peu de mots pour le faire entendre. Ça semble peut-être un peu facile à dire et c'est un peu sa crainte, que son petit discours paraisse simpliste et qu'on y ressente pas toute la sincérité et le cœur qu'il y met. Il amorce envers elle un geste qu'il réprime assez vite et ça n'échappe pas à Kara, qui finit par le prendre dans ses bras faisant ainsi voler toutes les hésitations de l'irlandais. Son merci il fait du bien aussi et puis il le rassure, lui qui avait peur de ne pas être très bien placé du fait de sa relation pas très approfondie avec l'américaine pour aborder le sujet avec elle. Et puis il voulait pas remuer le couteau dans la plaie Carl c'est aussi pour ça qu'il s'y prend assez tard pour lui dire tout ça, le bon moment il était pas sûr de le trouver et il a clairement sauté sur une occasion inespérée qu'il ne pensait plus avoir. « Et tu sais Kara.. » il souffle en se défaisant lentement de ses bras car y'a autre chose qu'il aimerait placer ici, même si Kara va peut-être penser qu'il s'y prend un peu tard - là encore - compte tenu du fait que la semaine est déjà bien entamée. « Si t’es pas à l’aise pour dormir dans la même chambre que moi je peux coucher sur un canapé les jours qu’il reste jusqu’à dimanche. » Lui est bien content de cette configuration tout à fait inédite mais vu qu'ils en ont pas parlé il sait pas comment elle a pris la nouvelle de son côté quand la compo des chambres du loft a été dévoilée. Elle a tout de même hérité du gars le plus problématique de ce game quelques jours seulement après sa révélation, ça en aurait à coup sûr déstabilisé plus d'une. « J’dis ça parce qu’à mon avis personne aurait trop envie de partager sa chambre avec un stalker, donc si c’est ton cas t’inquiète je comprends. » Il joint un sourire à ses paroles pour masquer le fait qu'évidemment ça le peinerait d'entendre qu'elle n'est pas à l'aise avec ça et qu'à choisir elle aimerait autant qu'il se trouve un autre coin où dormir pour qu'elle se sente plus sereine. Il sait très bien comment une partie des candidats le perçoit depuis sa révélation Carl, il va sûrement passer pour le gros parano qu'il est mais en vrai c'est plutôt normal qu'il s'inquiète de ça en ce moment et pas franchement excessif comme façon de voir les choses pour une fois. « Mais en tout cas je te promets que je fais pas de trucs bizarres quand tu dors. » Il préfère le préciser ça aussi comme elle risque d'entendre tout et n'importe quoi à son sujet prochainement. Non, Carl il fouille pas dans les affaires de ses colocs, pas plus qu'il ne pique leurs sous-vêtements ou les regarde dormir. Kara va devoir le croire sur parole là-dessus parce qu'elle pourra pas demander à Cami et Maci comment elles ont vécu leur colocation avec lui, à moins de réussir à les capter sur le réseau social mais il sera peut-être pas nécessaire d'en arriver jusque là.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Ven 12 Juin - 19:53

c'est une journée tranquille pour toi. pas grand chose à faire, du soleil, alors tu décides d'aller faire un tour. tu n'as pas oublié que tu n'as pas encore dit tes quatre vérités à tout le monde, et que tu devras le faire avant dimanche pour éviter d'avoir des réprimandes de la part de la production. tu atterries dans la librairie finalement assez naturellement. t'avais pas encore passé de temps ici et tu ne pouvais décemment pas quitter cette ville dimanche sans avoir visité tous les recoins possible du centre ville. ton regard défile sur les livres quand tu entends des voix familières. tes pas te conduisent jusqu'à @Kara et @Carl qui discutent dans les rayonnages. bon, très bien, tu dois de toutes façons leur parler. bon, va falloir te lancer. j'espère bien que tu ne fais pas de trucs bizarre quand Kara dort., tu lâches d'entrée de jeu, parce que t'as de toutes façons entendu un morceau de leur conversation et tu ne vas pas faire semblant. Carl, je suis désolée pour l'autre jour. j'y suis allée un peu fort, mais je voulais que tu comprennes que tu n'as pas le droit de m'espionner comme tu l'as fait. on va pas recommencer la discussion, mais sache que j'avais pas de sentiment particulièrement mauvais envers toi avant ça. tout ce que je t'ai dit précédemment est vrai, tu es touchant à bien des égards. t'es pas un mec méchant, ça se voit, ça se sent. j'ai beau être très en colère vis-à-vis de ce que tu as fait, tu reste quelqu'un que j'apprécie ici. j'ai juste envie que ça s'arrête. tu te tournes ensuite vers Kara. tu sais à quel point je t'apprécie Kara, on en a déjà parlé ensemble. je suis contente qu'on se soit trouvées, qu'on soit passées au dessus des premières impressions qu'on a eu l'une à l'égard de l'autre. tu es un pilier pour moi dans cette aventure, tu l'es devenu très rapidement et j'espère vraiment que c'est pas la fin pour toi. mon américaine préférée. tu t'approches de Kara pour déposer un bisou sur sa joue. je t'admire, t'es une battante et j'espère vraiment qu'on restera en contact quoi qu'il arrive. j'ai envie de te soutenir dans ce que tu entreprendras en dehors de cette aventure. ce sur quoi, tu tournes les talons pour sortir de la librairie. mission #2 complete.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) — Ven 12 Juin - 21:55

Je ne peux pas m’empêcher de rire quand il me confesse sa recherche. Je n’ai jamais compris les garçons qui se touchent la nouille sur des mangas, c’est un dessin, il n’y a rien de bien excitant. Enfin, je me dis qu’il en faut pour tout le monde et malgré ma petite remarque sur le fait qu’il ferait mieux de se tourner vers le porno, je ne préfère rien ajouter. C’est qu’il en a fait une tête pas possible quand je me suis mis à rire, j’imagine donc que lui donner le fond de ma pensée ne fera que le déstabiliser davantage et je crois qu’il a eu droit à son lot de mauvais moment. Carl, il est complètement dans sa bulle, me demandant s’il en existe avec Lara Croft. Je dois me mordre l’intérieur de la bouche pour m’éviter de sortir une moquerie. Je me contente de hausser les épaules pour lui répondre, ne sachant pas trop s’il pourra retrouver son héroïne préférée dans un mangas. Je ne suis pas trop calée à ce niveau-là, ne connaissant que Naruto de nom grâce à l’un de mes frères. Je lui promets de ne pas parler de ses préférences de lecture aux autres, parce que je n’y vois pas l’intérêt à part conforter certains dans le fait que Carl est un détraqué et je n’ai pas vraiment envie qu’on s’acharne sur lui pour si peu. Je lui explique que moi, c’est des magazines people que je recherche afin de rattraper mon retard en matière de potins. J’ai tellement l’habitude de feuilleter ce même genre de magazine au salon que j’en suis devenue accro au fil du temps. Il ne connait pas The Weeknd et Bella Hadid, je mime un air stupéfait. « Tu vis sur quel planète. C'est l'un des meilleurs chanteurs de cette planète et une superbe mannequin que ...Elle est sexy quoi ! » Je me suis retenue de lui dire qu'il aurait pu la stalker elle, mais je m'abstiens pour éviter de le vexer, étant un sujet plutôt sensible. Je lui laisse faire son choix tranquille, sans jeter un petit coup d’œil au-dessus de mon épaule, loin d’être curieuse sur ce sujet-là. Je préfère m’intéresser à son état d’esprit après une semaine très compliqué. Sauf que je ne m’attendais pas à des révélations aussi choquantes. Le fait qu’il ait voulu sauter du balcon me fait complètement vriller, je ne me contrôle pas d’ailleurs, puisque mon poing vient s’écraser contre son épaule. Je me fiche de savoir s’il a mal ou non, j’ai juste besoin de sortir la colère qui vient de me submerger et de lui faire comprendre qu’il commet des actes vraiment inconsidérés. Je ne l’entends même pas me dire de parler moins fort, parce que mon cerveau, il repasse en boucle la phrase qu’il vient de me dire. Il m’explique qu’il n’a pas vraiment voulu attenter à sa vie et que c’était plus un moyen pour lui de se "réveiller". Je soupire, sentant que je me calme peu à peu, même si je ne trouve pas que ses explications sont réellement valables pour ce qu’il a fait. Il ajoute que Rosamie a eu super peur et j’imagine bien l’état de la brune en le voyant faire ça. « Ce n’est vraiment pas malin de lui faire ça. » Je plisse les lèvres, embêtée pour mon amie qui a dû être dans tous ses états. Je n’ajoute rien, parce que je vois bien à sa tête qu’il n’est pas fier de lui du tout Carl. Cependant, je lui explique que son frère ne sera jamais plus mal que s’il décide de l’abandonner en faisant un geste aussi désespéré. Je ne peux pas m’empêcher de me mettre à la place du petit frère de Carl, parce que sa fait écho à ma propre histoire et à la disparition de mon grand frère avec qui j’étais très complice. L’irlandais essaye maladroitement de me soutenir à travers ce lourd secret que j’ai porté et qui fait maintenant parti intégrante de ma vie. J’ai besoin de le prendre dans mes bras, pour cacher les émotions qui se bousculent dans ma tête, mais aussi parce que je ne veux pas qu’il pense que je serais capable de le repousser. Malgré toutes ses réactions assez spéciales et sa moitié de secret problématique, je n’ai aucune envie qu’il se sente mal. Il se défait petit à petit de mes bras pour rajouter que si je ne suis pas à l’aise avec le fait qu’on dorme dans la même chambre, il pourra se contenter du fauteuil. Mes sourcils se froncent, ne trouvant pas pourquoi il lui propose ça tout d’un coup. « Mais qu’est-ce que tu racontes ? » Il continue en disant que personne n’a envie de partager sa chambre avec un stalker et qu’il comprendrait mon malaise. Il conclue en disant qu’il ne fait rien de bizarre lorsque je dors. Je n’ai même pas pensé à ça un seul instant, mais maintenant qu’il me dit ça, je suis rassurée de savoir que je ne suis pas espionnée la nuit. J’ouvre la bouche pour lui dire qu’il raconte n’importe quoi et que je n’ai aucun mal à partager ma chambre avec lui, sauf que la voix familière de Rosa se fait entendre derrière moi. Je me tourne instantanément vers elle, surprise par sa présence dans la librairie. Sa petite intervention envers Carl m’embête, parce que je comprends bien qu’elle soit fâchée, mais je n’ai pas vraiment envie d’assister à un règlement de compte, là, tout de suite. Pourtant elle reprend la parole et s’excuse auprès de lui, le couvrant de parole bienveillante malgré la colère qu’elle contient en elle et qu’on ressent tout de même. J’offre un petit sourire à Carl pendant qu’elle lui parle, afin qu’il comprenne qu’elle n’est pas là pour l’accabler, mais pour lui dire réellement ce qu’elle pense de lui. Sauf qu’elle se tourne vers moi et j’ai le droit à mon tour à une vraie déclaration d’amitié en bonne et due forme. Mon cœur se réchauffe en entendant ses mots. « C’est réciproque Rosa, je t’adore. » Elle dépose un baiser sur ma joue, alors que mon sourire s’étire un peu plus. « Je serais toujours là pour toi, que ce soit ici ou à l’extérieur. » L’amitié a toujours été très important à mes yeux et je ne fais pas de promesse en l’air. Elle a terminé ses petites tirades et décide de prendre la direction de la sortie. Je pivote vers Carl en penchant un peu la tête pour essayer de déceler son état d’esprit. « Tu verras, ça va s’arranger entre vous. » Même si ça risque de prendre du temps pour Rosa. « Et par rapport à ce que tu as dit avant qu'elle arrive, Carl, je ne suis pas du tout gênée par l'idée de partager ta chambre. » Je crois même que le malaise était bien plus présent lorsque j'étais dans la même chambre que Ashley, presque vingt ans mon ainé.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: city's heart begins to beat (jeudi, 13h05) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISON 11 A 13 :: Treizième Saison :: Graz - semaine 5 :: Librairie-
Sauter vers: