Partagez
 

 moment w/carl (lundi à 17h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
moment w/carl (lundi à 17h) Empty
Message (#) Sujet: moment w/carl (lundi à 17h) — Lun 15 Juin - 15:18

So let me take away your pain
Give me all of your emotions

- @carl -

Les réconforts sucrés sont les meilleures. Elle a toujours aimé passer du temps avec Klaus, lui demander de lui faire gouter des nouveaux trucs et repartir avec son petit sachet le coeur léger. Micha dirait qu’elle abuse niveau calories, vu qu’elle fuit les salles de sport. Mais peut importe, les petits kilos en trop c’est clairement pas ce qui la préoccupe en ce moment. Elle préfère donc se tourner vers ce petit réconfort et ses habitudes dans le chalet plutôt que se pousser à aller tâter du tapis de course. L’autre jour elle a fait deux squats sous la douche, ça lui semble suffisant. Surtout qu’elle aime bien marcher pour faire tout le chemin dans le village, mine de rien ça prend quand même un peu de temps. Mais c’est nécessaire pour se réapproprier les lieux selon elle. Quand elle se retrouve en face du stand de confiserie elle a des petits yeux d’enfants. L’indienne négocie avec Klaus pour avoir droit à un petit extra dans son sachet de bonbon et surtout pour qu’il lui mette de coté de quoi régaler ses filles. Elle a du mal à se faire comprendre parce qu’il parle pas très bien anglais le Klaus, son truc c’est plus l’allemand. Mais à force de gesticulations et de grand sourire il finit par comprendre et ça la rend heureuse. Toute en joie de pouvoir venir récupérer en fin de semaine de quoi régaler ses filles en cas de départ. « Danke. » Elle prononce maladroitement en récupérant ses bonbons. Elle se détourne du stand dans un coucou vif et tombe nez à nez avec @Carl qu’elle manque de percuter. « Wow. » Elle prononce vivement, de peur de renverser son petit butin du jour. Une fois le paquet sécurisé dans ses mains elle relève la tête pour observe Carl. « Désolée je t’ai pas vu arriver. » Il est un peu sorti de nulle part et elle, était bien trop guillerette pour faire attention à son environnement. Loin de la Roma de la semaine dernière, bien qu’elle a toujours cette amertume qui tâche son coeur, ses sourires sont aussi lumineux qu’habituellement. Et c’est justement l’un de ceux là qu’elle a accroché au visage alors qu’elle propose à Carl de piocher dans son sachet de bonbon. « Histoire de t’amadouer pour ne plus jamais avoir de carton jaune. » Elle n’y avait pas fait attention le soir du prime, mais cette info c’était bien entendu incrusté dans son esprit. Le gars avait été traumatisé par leur dernière conversation et ça lui avait fait quelque chose de le savoir Roma. Elle n’avait pas été tendre avec lui. Bien qu’elle maintient qu’elle n’avait pas eut tord de lui en parler, la façon dont elle s’y était prise était vraiment limite. Alors est-ce qu’il va accepter sa petite branche d’olivier ou lui vouer une haine sourde le reste de l’aventure. « Ceux-là, ils sont supers bons. » Elle ajoute, en montrant d’un geste de la tête les petits caramels au dessus de la pile. Mais il doit bien le savoir, parce qu’elle croit bien qu’il a passé pas mal de temps avec Klaus et ses friandises.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
moment w/carl (lundi à 17h) Empty
Message (#) Sujet: Re: moment w/carl (lundi à 17h) — Mar 16 Juin - 3:15

Il passe la fin de journée dans le village à trainasser ici et là sans réel but et cette sortie qui s'éternise c'est pour s'éviter de tourner en rond dans le chalet et de risquer d'y croiser une certaine philippine dont il a franchement eu sa dose pour aujourd'hui. Du coup il prend aucun risque Carl et les vingt mètres de distance ils sont complètement respectés là, c'est bête elle va pas pouvoir dire aux autres qu'il la harcèle ou il sait pas quoi. Leur discussion de tout à l'heure c'est encore super frais et c'est probablement l'un des seuls échanges qu'ils auront cette semaine, comme il semble loin le temps où Carl calquait littéralement tous ses déplacements dans le domaine sur ceux de Rosamie. Pourtant ça date de la semaine dernière c'est vraiment pas vieux mais lui ne se souvient déjà plus des états dans lesquels il pouvait se mettre quand il la perdait de vue ou qu'il la surprenait à parler avec un candidat jugé problématique pour son petit scénario. Avec Carl c'est toujours la même chose, il passe d'une phase à une autre sans la moindre transition et quand il replonge ça lui fait tout drôle parce qu'entre temps il a perdu l'habitude de se torturer à ce point pour une fille. C'est aussi pour ça que son problème est si pénible, il est jamais préparé à la rechute et morfle toujours quand il s'y attend le moins. Personne peut prédire s'il connaitra un nouvel épisode ici et encore moins sur qui c'est susceptible de tomber, lui-même n'en sait rien mais tant que la phase de deuil est d'actualité il est à l'abri de la récidive. Et du coup ses camarades aussi, autant les proies potentielles que les autres à qui il a fait subir ses délires pendant plus d'un mois. Au fond personne n'aura été vraiment épargné par cette histoire et quand il y pense il se sent vraiment minable Carl d'avoir entrainé tout le monde dans ses conneries, c'est pour ça qu'il tâche de pas faire de vagues depuis le retour à Hallstatt, mais aussi et surtout parce qu'il fait toujours figure de pestiféré dans ce jeu malgré une légère accalmie après la révolte générale. Ses pieds le mènent jusqu'au stand de Klaus et c'est loin d'être un hasard, Carl a beau être miro de loin il perçoit quand même les petites douceurs de son autrichien préféré et l'appel du sucre est plus fort que tout à ce moment-là. Il est pas le seul visiblement à venir faire le plein de cochonneries et c'est dans le dos de @roma qu'il se faufile avant que celle-ci se retourne et qu'ils évitent de peu la collision. « Non c'est moi j'aurais dû m'annoncer. » il formule en remuant doucement la tête, tout en checkant que Roma n'a pas laissé tomber un seul bonbon car c'est sacré et il s'en voudrait qu'elle perdre une partie de sa récolte parce qu'il n'a pas eu la subtilité d'apparaitre normalement. Elle lui tend son paquet et l'effet sur le bonhomme est immédiat : ses yeux s'illuminent et un sourire étire enfin la commissure de ses lèvres. « Oh merci. » Il se fait évidemment pas prier pour piocher dedans l'irlandais, on connait son amour pour les petites friandises made in Hallstatt - ou plutôt Salzbourg, car il lui semble que la plupart des trucs vendus dans le village sont fabriqués dans la grande ville voisine. Roma parle de l'amadouer et l'allusion à son carton jaune le fait légèrement grimacer. « Tu m'en veux Roma ? » il demande automatiquement car son but n'était pas de la blesser, tout au plus d'attirer son attention sur un épisode qui lui a déplu. Le coup de la tablette il a pas apprécié Carl mais un rien l'atteint aussi, c'est juste qu'il s'attendait pas à ce qu'elle adopte ce ton-là avec lui et lui prenne la tête pour une photo, d'ailleurs à ce propos.. « J'ai changé mon fond d'écran en tout cas. » il glisse en l'observant du coin de l’œil et il sait pas trop quelle réaction il espère obtenir là, mais ça le décevrait un peu qu'elle relève à peine alors que ça semblait si important la semaine dernière qu'il se détache du selfie de Rosamie. Elle désigne des caramels qui sont d'après elle super bons et Carl en profite pour jouer les connaisseurs. « J'en doute pas mais les meilleurs.. attends.. » Il se déplace autour du stand pour se positionner devant la pile aux merveilles, avant d'annoncer fièrement « Voilà ce sont eux : les mozartkugel ! » en bon amateur des petites boules de chocolat fourrées à la pistache, juste sa meilleure découverte durant son séjour en Autriche. « Si t'as pas encore goûté t'es obligée là ! Ça fait partie des trucs à découvrir avant sa mort d'après une liste très officielle dressée par mes soins. » C'est bien parce qu'il n'exagère pas du tout Carl, et cette semaine ce serait bien qu'il évite de parler de mort vu qu'il est épinglé comme le suicidaire du programme depuis qu'Elena s'est fait un plaisir de rapporter la frayeur qu'il a fait à Rosamie - et sûrement aussi à la prod - l'autre jour. « Klaus c'est grave mon pote mais on se comprend pas trop lui et moi alors on communique avec nos mains, c'est bizarre mais ça fonctionne. » Il saisit un peu l'anglais Klaus mais l'accent irlandais à couper au couteau du bonhomme complique vachement les choses, du coup ils ont développé ce petit langage personnalisé lui permettant de venir régulièrement se réapprovisionner sans trébucher sur la langue locale qu'il ne maitrise pas du tout. Carl entreprend justement quelques gestes approximatifs avec ses mains et faut croire que ça ressemble à ça, sa communication si spéciale avec son pote. « Là j'viens de lui demander de nous mettre un sachet de mozartkugel par exemple, et de le blinder à ras bord. » il ajoute en gratifiant Klaus d'un clin d’œil, ce dernier va rien y piger mais ça fait rien. Et pendant qu'il leur prépare un sachet - qui va faire deux jours avec lui si elle ne le surveille pas - il concentre toute son attention sur Roma qui a déjà les bras bien chargés. « Le retour à Hallstatt se passe bien pour toi ? » il laisse finalement entendre en faisant couler vers elle un regard évocateur, comme si cette question-là en dissimulait une autre et en l'occurrence celle-ci : tu vas mieux depuis la semaine dernière ?

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
moment w/carl (lundi à 17h) Empty
Message (#) Sujet: Re: moment w/carl (lundi à 17h) — Jeu 18 Juin - 1:51

Ils se percutent presque et Roma elle pense surtout aux bonbons sur le moment, bien qu’elle aurait pu facilement tomber ou déséquilibrer Carl. Chacun ses priorités et au vu du regard de l’anglais on dirait qu’il est assez d’accord pour dire que les bonbons sont plus important qu’une éventuelle cheville foulée. Elle lui fait non de la tête quand il veut prendre toute la faute sur lui. Il aurait peut-être du s’annoncer, mais elle ne regardait pas non plus où elle allait. Bon elle va pas non plus revenir là dessus, parce que sinon ils vont se balancer la balle des reproches jusqu’à ce que les bonbons périment. Et ça, c’est pas une bonne idée. Au lieu de ça elle lui propose de prendre un bonbon non sans faire référence au petit carton jaune qu’il lui a donné lors de la chronique de Crystal. Elle lui en parle pas vraiment parce qu’elle est contrarier, elle a bien d’autres choses en tête qu’un stupide carton jaune, mais surtout parce qu’elle s’est vraiment rendu compte sur le prime qu’elle l’avait un peu traumatisé le pauvre. Entre sa mauvaise humeur et le sujet sensible pour Carl, elle lui avait pas faire de cadeau. « Non, pas du tout. Je comprends. J’ai pas été tendre avec toi, je suis désolée. J’étais pas franchement dans de bonnes conditions pour te conseiller sur quelque chose qui de toute façon ne me regardait pas. » Elle lui répond l’air grimaçant face à son manque de tact de la dernière fois. Elle n’avait pas été élue candidate la plus bienveillante pour rien. Elle se devait d’être à la hauteur de cet honneur. Ce qu’il annonce par la suite la surprend un peu, elle ne s’attendait pas vraiment qu’il change de fond d’écran. Ça semblait tellement lui tenir à coeur, qu’elle est un peu prise au dépourvu. Et son regard surpris en dit long sur sa pensée, autant que le petite sourire fière qui va avec. Elle est fière de lui, parce que ça a pas du être facile pour Carl. Elle en conclut que la petite discussion avec Rosa ne s’est pas bien passé. Elle n’en a pas encore parlé avec elle, mais s’il a changé de fond d’écran c’est que les choses ne sont pas aller dans le sens de Carl. « Je suis fière de toi. » Elle le pense vraiment. Elle ne dit pas ça pour l’encourager, même si ça peut l’aider, elle le dit en toute sincérité. « Tu as mis la photo que tu m’avais montré ? » Elle le questionne alors, pour savoir s’il avait choisit la photo de sa mère et son frère ou autre chose. Monsieur est un expert en bonbon et lui parle d’un truc qu’elle ne connait pas du tout. Elle à presque l’air outrée de ne pas être au courant. « Les mozarquoi ? » Elle demande, parce qu’elle a pas eut le temps d’imprimer le mot. Avant sa mort rien que ça ? Elle arque un sourcil. « J’espère que la mort est très lointaine et qu’elle n’inclue pas un balcon. » Elle lui dit l’air soucieuse. Parce que oui elle n’était pas passé à coté de ce détail, qui n’en est pas un, durant le prime. Malgré le fait qu’elle avait été un peu autocentré sur ses malheurs. Elle affiche un sourire attendrit quand il parle de Klaus comme son pote, bien qu’un peu triste parce qu’elle se demande si elle peut dire la même chose pour certains candidats ? Il y a bien Maci qui doit entrer dans cette catégorie et pour le reste ? Elle l’observe justement expliquer ce qu’il souhaite à Klaus et en effet ils se comprennent plutôt bien tous les deux. « Il t’aime bien. » Ça se voit, il était pas aussi souriant avec Roma, alors que le sourire il est un peu obligatoire. Clairement Carl ça doit être son meilleur client. Pendant qu’il prépare un gros sachet de mozartkugel Carl décide de lui poser une question avec zéro subtilité. Bien sûr il veut savoir si elle se sent mieux par rapport à la semaine dernière. « Le cadre familier est agréable. » Elle lui dit simplement sachant très bien qu’elle ne répond pas vraiment à la question. Un petit sourire nait sur ses lèvres parce qu’il doit être un peu déçu qu’elle ne se confie pas plus. Elle le taquine c’est tout. « Je vais mieux oui. » Elle ajoute dans un clin d’oeil. C’est qu’il s’inquiéterait vraiment pour elle ? « A part que je dors pas très bien. » Elle grimace. A Graz elle dormait comme un bébé, parce qu’elle passait souvent des longs moments à pleurer avant de s’endormir ce qui avait le don de la fatiguer assez pour qu’elle ne se réveille pas au milieu de la nuit. « Je fais des cauchemars ou alors je trouve pas le sommeil avant des heures. » C’est frustrant. Et si elle lui en parle c’est qu’il est un peu un expert en la matière. « Tu fais toujours ton cauchemar toi ? » Elle l’interroge alors ramenant une mèche de cheveux derrière son oreille.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
moment w/carl (lundi à 17h) Empty
Message (#) Sujet: Re: moment w/carl (lundi à 17h) — Sam 20 Juin - 19:44

La rubrique de Crystal est arrivée telle une aubaine dans son séjour à Graz, il croyait plus trop au fait d’être interrogé Carl et il a fallu qu’il le soit pendant la semaine la plus agitée de son aventure. Probablement un énième coup de la prod pour surfer sur toutes ces histoires, parce qu'aller cueillir l'irlandais quand ce dernier était noyé sous les retombées de son secret c'était lui donner la possibilité d'y réagir à chaud et donc s'offrir la garantie qu'il aurait des choses à balancer. Le carton jaune il s’est longtemps joué entre Rosamie et Roma dans sa tête avant que l’indienne prenne finalement l’avantage simplement parce qu’il ne voulait pas tout mettre sur son ancien binôme. Au moment de répondre il était encore sacrément marqué par leur échange et le fait qu’on ait voulu lui prendre sa tablette, ça peut paraître ridicule l’importance qu’il accorde à ce geste qui n’a même pas été concrétisé au final mais il est resté bloqué sur le ton hyper ferme de Roma ce jour-là. Et puis sa tablette c’est le seul truc qui lui appartient vraiment ici en mettant de côté le fait que la prod peut la récupérer à tout moment, c’est le premier à venir piétiner la vie privée des autres Carl mais faut pas se taper l’incruste dans la sienne par contre. Ses photos, l’historique de ses recherches sur le réseau social, il assumerait pas qu’on mette son nez là-dedans et de devoir s’en expliquer ensuite. Bien sûr qu’il a des choses à cacher Carl et qu’il fait pas toujours un usage hyper sain de sa tablette, pour autant il considère que ça le regarde et il vit très mal toute tentative d’intrusion dans sa petite bulle perso. Ça l’empêche pas de sourire à Roma comme si de rien n’était aujourd’hui, il a dépassé son choc et sa déception Carl et ce qu’il espère c’est simplement pas devoir à partir de maintenant planquer sa tablette en sa présence. Il veut pas tomber plus bas dans sa parano qu’il ne l’est déjà et se mettre à craindre Roma ou qui que ce soit ici pour des broutilles, il a bien assez de soucis pour pas s’en créer de nouveaux reposant sur quasi rien. Elle s’excuse et admet qu’elle n’était pas d’humeur à aborder paisiblement ça avec lui, ce qu’il avait bien remarqué puisqu’il a tenté à deux reprises de la faire parler sans succès. Le carton jaune elle l’accepte visiblement et Carl faut avouer que ça le soulage parce qu’il craignait d’y avoir été un peu fort lui aussi, et de pas avoir envoyé le bon message à travers cette rubrique. « Je sais que tu l’as fait pour Rosamie, et je crois que ça prouve que t’es une bonne amie. » il souligne dans un sourire franc avant de poser une main sur son bras en douceur. C’est sûr que c'est pas le tact qui l’a étouffée mais l’intention derrière était plutôt louable, évidemment Carl il a bien senti que cette bienveillance le contournerait mais c’est la seule fois où ce fond d’écran lui a valu des remarques, il peut limite s’estimer heureux que ça n’ait pas pris de vraie ampleur. Roma se dit fière de lui pour être finalement parvenu à changer la photo, ça lui a pas non plus demandé d’accomplir un effort surhumain vu que ça s’inscrivait dans la continuité de sa cassure avec Rosamie mais l’acte était quand même fort en symbolique. « Merci. » il souffle en absorbant non sans émotion le fait de rendre quelqu’un fier ici. Genre c’est possible, genre Carl ne fait pas que des choses qui craignent diraient certains. Ça le touche que Roma lui accorde ça, il est du coup heureux de lui confirmer que sa maman et son frère trônent tous les deux sur sa tablette en tant que nouveau fond d’écran. « Oui ! Comme ça je les ai un peu toujours avec moi, partout où je vais. Une photo où ma maman sourit en plus, j'en avais pas encore. » Ça mérite bien qu’il pose les yeux dessus et l’admire chaque fois qu’il allume son petit appareil, parce que ce sourire avec les années il a atteint une valeur indéfinissable aux yeux de Carl. « Mozartkugel ! » il répète d’une voix chantante sans faire gaffe à la prononciation qu’il ne maîtrise évidemment pas. « C'est peut-être un clin d’œil à Mozart ce nom d'ailleurs ? » Il balance ça sans même savoir que le gars était autrichien et s’il avait fait un peu attention Carl il saurait que le nom de la loveroom cette saison c’est en référence au célèbre compositeur aussi. « Non Roma, t’en fais pas. » il déclare en remuant la tête concernant sa mort qu’il espère également la plus lointaine possible, et cette allusion pas du tout voilée à sa grosse bêtise de l’autre jour. « Tu sais les balcons mis à part je mettrai jamais fin à mes jours, je le dis parce que je le sais. Je veux pas casser mon destin car pour moi tout est écrit à l’avance et puis.. j’veux croire qu’on peut se remettre de tout, qu’en tout cas ça c’est pas la solution. » Il imagine bien qu’il a semé le doute et la confusion dans l’esprit de pas mal de gens en faisant ce qu’il a fait mais son projet n’a jamais été d’en finir avec la vie sur ce balcon, pas plus qu’il n’a voulu effrayer Rosamie ou faire chanter celle-ci pour la faire revenir sur ses positions à son égard. C’est un gars qui réfléchit pas Carl, il a agi sur un coup de tête et l’instant d’après il était incapable de s’expliquer pourquoi il avait grimpé. Il a paniqué et sûrement cherché une fuite à tous ses problèmes mais jamais il n’a cru ou souhaité trouver ça dans la mort. « Mais j’ai honte, et j’suis triste que vous l’ayez perçu comme ça. » Il baisse la tête, comment ne pas douter de sa sanité d’esprit quand il fait des trucs pareils. Ça lui fout des frissons de se revoir mentalement en train de se hisser sur le garde-fou avec les idées en vrac et le cœur au bord de la rupture. C’était un geste profondément débile qui lui ressemble mais qu’il regrette beaucoup aujourd’hui, pour la frousse qu’il a foutu à Rosamie, à sa famille et sûrement aussi à la prod et certains de ses camarades, et pour avoir pendant quelques secondes montré la pire gestion possible de problèmes comme les siens. « Oh vraiment tu crois ? » Carl sa première réaction c’est de passer en mode insecure et douter quand on lui dit que Klaus a l’air de bien l’aimer. C’est bête parce que le feeling passe vachement bien entre eux, ça se ressent autant que ça se voit et il est même le premier à le dire et à l’appeler son pote. Sauf qu’il sait plus pour qui il compte ici Carl et sa tendance parano connaît un puissant( come-back en ce moment. L’estime ça semble se perdre si facilement dans ce jeu qu’il ose plus s’emballer à partir de sourires qu’on lui offre, même si Klaus a effectivement l’air d’apprécier le bonhomme quand on le voit comme ça. C’est son meilleur client en même temps, on l’imagine mal le rembarrer. Roma va mieux, il intègre l’info dans un sourire et chasse certaines de ses craintes nées de leur dernier échange. Mais pas toutes, car elle précise ne pas très bien dormir et faire notamment des cauchemars. Carl ça lui parle direct, il a besoin d’en savoir plus. « Quels cauchemars ? Tu peux en parler ? » il demande alors qu'un air soucieux revient s’imprimer sur son visage. Elle oublie pas à qui elle s’adresse Roma alors elle fait très vite le parallèle avec le rêve récurrent du bonhomme, au sujet duquel il s’était confié il y a plusieurs semaines de ça. « Han.. tu t’en souviens. » il constate à la fois surpris et un peu troublé. Ça fait partie des tous premiers trucs dont il lui avait parlé alors qu'il se trouvait dans une crise particulièrement violente, Roma elle a dormi depuis et comme il vient plus trop embêter les autres avec ses migraines on est en droit de se demander où ça en est cette histoire. « Je le fais toujours oui, c’est juste les migraines qui ont vachement diminué. » Ce qu’il ne s’explique toujours pas. Carl il est passé de plusieurs crises par semaine à tout juste une, il voit la différence même s’il craint à tout moment une rechute. Ça lui fait du bien par contre de plus gober ses triptans systématiquement au réveil, il se rappelle enfin ce que c’est d’avoir de l’énergie même s’il sera toujours plus mou du genou que la moyenne. « J’aimerais bien rêver de trucs bateau du genre perdre mes dents ou me retrouver nu en public. Mais non, moi faut qu’on me fracasse la tête à chaque fois à coup de marteau ou j’sais pas quoi. » L’objet contondant dans son rêve il a jamais pu l’identifier de même que la personne qui s’en prend à lui, il capte pas d’où ça sort de toute façon et pourquoi ça revient sans arrêt le hanter. « En tout cas si une nuit t’es pas bien à cause de tes cauchemars et que t’as peur tu peux venir me réveiller. On parlera ou peu importe mais j’te laisserai pas toute seule dans le mal, ça c’est sûr. » il glisse tout à fait sérieux alors que Klaus lui remet son sachet de boules en chocolat bien garni comme il lui avait demandé. Carl c’est connu que ses nuits ressemblent pas à grand-chose alors avec un peu de chance elle le trouvera même en train d’errer dans le chalet et n’aura même pas besoin de passer par sa chambre. Ce qu’il veut surtout dire c’est qu’il peut devenir son compagnon de cauchemars si ça peut la rassurer d’avoir quelqu’un avec qui affronter ça car ça semble assez nouveau pour elle contrairement à lui.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
moment w/carl (lundi à 17h) Empty
Message (#) Sujet: Re: moment w/carl (lundi à 17h) — Lun 22 Juin - 23:19

Le hasard leur offre l’opportunité de revenir sur ce la semaine à Graz et le commentaire qu’à fait Carl lorsqu’il a été questionné là dessus. Elle avait été un peu surprise sur le moment, mais finalement quand elle y repense elle trouve ça assez normal qu’il lui offre un carton jaune pour leur dernière conversation. Elle n’avait pas été la plus patiente et encore moins la plus bienveillante à ce moment là. Alors elle comprend et clairement elle ne lui en veut pas une seule seconde. C’est le jeu. Elle imagine que si elle avait eut à répondre à cette partie de la chronique de Crystal elle aurait certainement put citer aussi le petit Carl pour un carton jaune, pour d’autre raisons. Même si clairement elle ne sait pas comment elle aurait pu répondre à cette question à ce moment là de l’aventure, peut-être même qu’elle aurait été tenté de se donner à elle-même un carton jaune tellement cette semaine a tété compliquée. Lui semble être passé à autre chose et c’est assez rassurant. Elle ne compte pas tellement revenir sur le sujet du fond d’écran, mais si elle peut revenir sur le sujet Rosamie et essayer de lui faire comprendre certaines choses elle en aura l’occasion, vu que leur précédente conversation ne semble pas avoir cassé quelque chose. Du moins elle l’espère. Il a raison quand il dit qu’elle l’a fait pour Rosamie, sans savoir qu’elle était déjà au courant et que du coup elle n’avait pas à s’en mêler. Est-ce que ça fait d’elle une bonne amie ? Peut-être. Elle lui répond d’un sourire, un sourire qui s’étale un peu plus sur ses lèvres alors qu’il lui apprend avoir changé de fond d’écran. Peut-être que finalement elle n’aura pas besoin de lui parler de l’affaire Rosamie. Peut-être qu’il est déjà entrain de se détacher et ce n’est pas plus mal, autant pour elle que pour lui. Et elle est fière Roma de voir qu’il a su accomplir quelque chose qui lui semblait inconcevable il a pas si longtemps, ou du moins totalement inutile. Il semblait avoir besoin de cette photo pour se sentir mieux. Sans comprendre que finalement c’était tout le contraire qui se passait. « C’est cool, faut que tu la gardes cette photo. » Elle commente alors partagée entre l’envie de pousser un peu plus la question sur sa mère et celle de partager pour une fois un moment dans toute la légèreté qu’un partage de bonbon laisse entendre. Elle garde cette pensée pour elle, alors qu’il lui parle des meilleurs bonbons disponibles ici selon lui. Un nom qu’elle écorche. Déjà que parfois en anglais avec son accent, on a l’impression qu’elle dit tout et son contraire. Mais si maintenant elle doit se mettre à prononcer des trucs en autrichien ou en allemand, on va la perdre. Alors elle approuve face à la prononciation quasi parfaite d’un Carl, enfin elle imagine que c’est parfait vu qu’elle ne l’a entendu que de sa bouche à lui. « Mais oui c’est certainement ça. Il était autrichien il me semble. » Elle n’y avait même pas pensé Roma, qui voyait plus ce mot comme quelque chose de barbare plutôt qu’un hommage à l’un des plus grands compositeurs. Elle ne peut réprimer un commentaire sur sa mort, qu’elle espère très lointaine et surtout sans rapport avec un balcon. Il la rassure bien vite. Il semblerait qu’il se sente un peu bête d’avoir inquiété autant de monde avec cette histoire. Elle ose même pas pensé ce que Rosa a put ressentir à ce moment là où il a ressentit l’envie soudaine de tester son vertige. « Tu crois au destin ? » Elle lui demande alors ayant surtout retenu cette histoire là. Parce que c’est un point commun qu’ils ont, sans pour autant en avoir parlé jusqu’ici. Roma est plus modérée sur la question, ne pensant pas que tout est écrit à l’avance, mais que certains modèles qui semblent se répété dans la vie d’une personne peut être un appel du destin. « Je suis rassurée, parce que je crois que je ne t’aurais plus jamais lâché, en sachant que tu aime flirté avec le vide. T’imagine tu m’aurais eut H24 sur le dos. » Elle exagère la chose, écarquillant les yeux à outrance. « Tout le temps à regardé ta tablette et t’ordonner de me la donner. » Elle ajoute l’air amusé, testant pour voir si ça peut devenir une private joke entre eux ou si c’est encore trop tôt. « Ecoutes, ce qui compte c’est que tu te sois rendu compte que c’était clairement pas la solution. » Ça ne sert à rien d’avoir honte, au final il n’est pas aller se jeter dans le vide. Heureusement d’ailleurs. Elle n’ose imaginer les conséquences derrière un suicide télévisuel. La prod cherche du sensationnelle, mais clairement ça a ses limites. Même si elle se demande pourquoi ils ne sont pas intervenu avec une visite chez le psy ou un truc comme ça. « La production t’as dit quelque chose ? » Elle lui dit finalement, avant de lui parler de sa relation clairement amicale avec Klaus. Il a pas l’air de s’en rendre compte Carl. D’ailleurs il n’y a pas que Klaus qui l’apprécie ici. Roma en fait partie de ces gens qui aiment passer du temps avec lui. Parce quand elle est de bonne humeur, elle arrive à faire la différence entre le mec qu’elle a en face d’elle et les bribes de secret. Elle s’est toujours dit qu’elle lui fermerait pas la porte, malgré ses agissements limite avec sa pote. Parce qu’il en a besoin justement, des autres. De manière non toxique. « J’en suis sûre. » Elle décide de lui répondre sincèrement sur sa dernière question. Parce qu’elle devine quel veut savoir si elle se sent mieux, ayant été témoin de ses états d’âmes. Elle lui confie être sujette à des insomnies dernièrement et surtout des cauchemars qui l’empêche d’avoir un sommeil de qualité. Et qui retarde son heure du couché, parce qu’elle a cette appréhension ans le coeur. Elle sait que c’est un sujet qui lui parle, étant coutumier de la chose. C’est aussi pour ça qu’elle lui en parle, elle n’a pas tellement évoqué le faite qu’elle dort mal. Il y a bien Cami qui le sait, parce qu’elles dorment dans la même chambre. « Je m’en souviens que partiellement. Je sais que ça finit toujours avec une sorte de monstre qui m’enlève mes filles. » Bizarrement le monstre il lui ressemble assez, bien que déformé dans les proportions. C’est ce qu’il y a de plus perturbant. « Parfois j’ai l’impression que c’est moi le monstre. » Elle lui confie sur le ton de la confidence, n’étant pas certaine de ce qu’elle dit. Bien sûr qu’elle se souvient de ses histoires de cauchemar, elle est même étonné qu’il en soit surpris. C’est quand même important non ? « Bien sûr. » Elle glisse alors qu’il lui dit qu’il est toujours là, mais que les migraines elles ont diminuées. C’est une bonne chose. Même si du coup on est en droit de se demander si les deux son liés ? « C’est une bonne nouvelle, pour les migraines. » Elle lui dit avant de lui faire comprendre d’un geste de la main que Klaus l’interpelle depuis quelques secondes maintenant dans l’espoir de lui refiler son paquet de bonbon de Mozart. « Tu sais que perdre ses dents ça a une signification ? Il parait que ça annonce quelque chose d’assez négatif, la perte de quelqu’un, un changement brutale, un manque affectif … » Elle lui dit sans trop savoir si c’est une bonne idée. C’était dans l’idée de relativiser son rêve, qu’elle pense assez ancré dans la réalité. « T’as une cicatrice ? A l’endroit où on te fracasse la tête dans ton rêve ? » Elle lui demande alors histoire d’y voir plus claire dans cette histoire. L’air pensive avec son histoire de cauchemar récurent ses traits se détendent alors qu’il lui propose de partager leurs insomnies ou même de la réveiller le cas échéant. « T’es gentil, je n’hésiterais pas. » Elle lui répond alors totalement sincère. « Alors on les goûte ces bonbons de Mozart ? » Elle demande alors impatiente de connaitre le paradis.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
moment w/carl (lundi à 17h) Empty
Message (#) Sujet: Re: moment w/carl (lundi à 17h) — Ven 26 Juin - 1:47

Il est plus capable de dire à quand remonte la dernière fois qu’il a rendu quelqu’un fier Carl mais c'était pas cette année ça c'est clair. Il a beaucoup plus l’habitude qu’on souligne les conneries qu’il peut faire et dieu sait qu’il y en a, alors son initiative de changer lui-même le fond d’écran de sa tablette chaudement approuvée par Roma aujourd’hui ça fait plaisir, mine de rien. Carl il a pas fait ça pour être applaudi derrière, ça l’intéresse plus trop d’entreprendre les choses pour les autres vu que ce qu’il fait en temps normal c’est jamais assez bien, ni jamais comme il faut. La photo de Rosamie il pouvait plus la voir et ça veut pas dire qu’il a développé un dégoût soudain pour son ex princesse, il est certes déçu et blessé mais il conserve du respect et de l’estime pour la philippine. Il peut juste plus dealer avec cette image d’elle chaque fois qu’il allume sa tablette, c’est pas bon pour son cœur ni bon pour son deuil. On est loin d’un changement qui mérite d’être crié sur tous les toits mais si quelqu’un doit être au courant pour lui c’est Roma. Elle lui a un peu pris la tête avec cette photo et on le sait ça l’a bien gonflé sur le moment Carl, alors on pourrait penser qu’il garderait ce petit scoop pour lui histoire de pas lui offrir le plaisir d’avoir gagné dans cette histoire. Mais non faut croire qu’il est bon perdant l’irlandais et qu’avant tout il est content de pouvoir partager sa progression avec une camarade que ça intéresse vraiment. Roma elle avait à cœur de le voir évoluer et surpasser son obsession, sa bienveillance elle concernait surtout Rosamie mais ça n’empêche pas qu’elle souhaitait aussi qu’il s’en sorte. « Je la garde c’est clair. » il affirme dans un sourire concernant la photo de sa maman et de son frère. Le décolleté de Rosamie a fait son temps et les besoins que l’irlandais assouvissait avec ont disparu aussi, vraiment radicale cette cassure. Roma lui confirme que Mozart était autrichien et tout trouve subitement un sens dans la tête du bonhomme, il est d’autant plus épaté qu’il l’avait déduit tout seul à la base - même si la référence était pas compliquée à déceler vu l'énorme indice figurant dans le nom de ces bonbons. « Ah bah c’est pour ça alors ! Et c’est sa tête ça du coup j’imagine. » il suppose en désignant le portrait qui apparaît sur l’emballage des fameux chocolats. Ils avaient de drôles de coupes quand même à l’époque c'est le premier truc auquel il songe, même si Carl il est évidemment pas foutu de situer l’existence du compositeur sur une ligne du temps. « Y’en a d’autres des autrichiens connus ? » Ça paraît peu probable que le type soit le seul autrichien à s’être fait un nom mais du coup il s’interroge Carl, qui sont les autres ? Ses camarades sont toujours beaucoup mieux renseignés sur les choses alors il se dit que Roma doit avoir des ref qu’il n’a pas, là. Par contre elle sait vraiment pas dans quoi elle s’embarque en lançant le bonhomme sur le destin. C’est qu’il en a des trucs à dire sur le sujet Carl, y’a peu de trucs qui l’inspirent autant que ça à vrai dire. « J’y crois ouais ! Je pars du principe que tout est prédéfini moi, et forcément à l’inverse j’peux pas croire aux coïncidences ni au hasard. Tous les trucs qui arrivent c’est forcément pour une raison je le pense vraiment, y’en a qui trouvent ça démoralisant de se dire qu’on subit un truc déjà tracé mais moi c’est plutôt le contraire, ça me rassure. » C’est un adepte du fatalisme Carl et ça n’étonnera personne, parce que franchement ça l'arrange bien aussi. Lui n’a pas l’impression de subir une vie qui lui est imposée et s’il trouve ça rassurant c’est parce que comme ça il peut se dire qu’il va quelque part et qu’il n’existe pas dans le vide malgré son absence totale d’ancrage et d'avenir aujourd’hui. Les jours où il a un peu d’optimisme en lui il peut même se convaincre que cette vie merdique peut présager une tournure plus heureuse par la suite mais c’est pas trop son mood cette semaine. « Oh non l’angoisse.. » il souffle dans une grimace exagérée quand Roma prétend qu’elle aurait été sur son dos h24 s’il avait pas tenu un discours à peu près rassurant sur son pétage de câble de l’autre jour. Y’a pas de Carl suicidaire il tient vraiment à le faire entendre et ça l’attriste que cette image puisse lui coller à la peau à compter de maintenant, comme s’il avait pas assez d’étiquettes le bonhomme. Il troque alors son air faussement révulsé contre un sourire. « Vraiment t’en fais pas, c’est la première et la dernière fois que je faisais un truc aussi débile. Et d’ailleurs j’veux arrêter mes bêtises tout court, j’en ai marre qu’on parle de moi comme d’un taré alignant les dingueries. C’est pas l’image que je veux laisser ici, et surtout pas l’image que je veux donner à mon frère. » Car bon, en l’état on peut pas dire que ce soit franchement un exemple pour son cadet Carl. Quant à la prod c’est évident qu’elle lui est tombée dessus après cet épisode, il préfère juste garder les détails pour lui car c’est pas très important au final ce qu’ils ont pu lui dire. « Oui. Ils étaient pas contents. » il annonce en hochant la tête mais en restant évasif. « Je pensais qu’ils me donneraient mon deuxième avertissement mais même pas, je sais pas trop ce qu’il faut faire pour être viré de ce jeu. » Et c’est pas son intention de le découvrir en l’occurrence. C’est déjà un miracle qu’il ait pas eu plus de problèmes avec tout ce qu’il a fait ici Carl, donc il cherchera pas à se compromettre bêtement dans l'unique but de répondre à cette question. Il a beaucoup trop merdé déjà c’est bon, faut vraiment qu’il stoppe ses conneries parce que la prochaine fois ça pourrait mal finir pour de vrai. Elle lui raconte le cauchemar qu’elle fait depuis quelques nuits et ça provoque chez Carl une réaction immédiate, aussi affligée que révoltée. « Nooon t’es pas un monstre Roma ! Ça va pas la tête ? » Il prend les choses littéralement ça change pas mais il sait que Roma se voit certainement de cette façon. Franchement ça le tue parce que c’est une très bonne mère, lui n’en a jamais douté depuis qu’il la connaît et c’est pas la deuxième moitié de son secret ou autre chose qu’elle pourrait lui apprendre qui le fera penser différemment. « Le monstre ça peut pas être.. Pavaan plutôt ? » il demande d’une voix quelque peu hésitante car c’est un sujet qu’il sait sensible, et qu’ils n’ont d’ailleurs pas évoqué la semaine passée. Il prend un air un peu surpris après ça, apparemment elle est beaucoup plus calée en signification des rêves que lui. « Oula ! Ça doit être perturbant de rêver de perdre ses dents quand même. » Limite creepy en fait, il préfère encore se prendre son bien veux coup sur la tête Carl. « Mais tu fais bien de me le dire, je crois que j’aurais naturellement associé ça à mon père si ça m’arrivait. Le lien facile tu vois. » Elle ignore pas que le père du bonhomme est dentiste et forcément pour quelqu’un qui a vécu une grande partie de sa vie noyé dans cet univers-là à cause du boulot très envahissant de son paternel c’est la première évocation qui lui vient « T’en as déjà rêvé toi ? » il l’interroge toujours en référence aux dents qui tombent, et ça risque de le marquer un moment ce truc. Il secoue la tête à la question de Roma. « Non aucune cicatrice. » Et son premier réflexe c’est de se pencher en avant pour qu’elle puisse regarder à travers ses cheveux bruns si elle a un doute. « Mais tu sais je crois vraiment pas que ce soit un souvenir refoulé, mon père il m’a jamais tapé aussi fort et j’me suis jamais battu non plus, donc je pige pas trop. » Il en a sûrement trop dit là alors il s’arrête ici dans les confidences absolument pas nécessaires. Carl il aime bien raconter sa vie quand on attend pas du tout ça de lui, ça fait rarement avancer la conversation en plus surtout que là il risque d’affoler le côté maman de Roma plus qu’autre chose en évoquant les torgnoles qu’il se prenait gamin. C’est bien gentil de demander un sachet de bonbons en chocolat à Klaus mais faudrait penser à les manger, oui, quand même. « Ouais allez ! Je veux trop savoir si t’aimes. » Ni une ni deux il plonge la main dans le sac et sort un mozartkugel pour Roma qu’il tend à celle-ci, puis un deuxième pour lui. Ce qui se passe ensuite c’est une scène que Carl a vécu des centaines de fois déjà, à savoir engloutir le bonbon comme un mort de faim et finir avec les dents pleines de chocolat, un grand classique. « Alors ? » il lance à Roma avec son regard de gosse tout excité et d'une voix limite fébrile. « Avoue que c’est trooop bon ! » Il pourra pas trop gérer le fait que ce soit pas le cas parce que dans sa tête c’est vraiment le meilleur truc qui existe sans débat possible. Alors il la guette avec attention et une certaine appréhension Roma, son verdict il est hyper attendu là. « Tes filles elles aiment la pistache ? Parce que sinon Klaus il vend la même chose avec un cœur noisette ou praliné au lait, j’aime moins mais ça se vend très bien aussi je crois. » Carl il est presque aussi bon vendeur que son pote Klaus, faut dire qu’à force d’aller et venir jusqu’à son stand il finit par connaître toutes les petites subtilités de sa marchandise. Et clairement en ce qui le concerne la pistache surclasse de très loin les deux autres, là non plus il est pas trop disposé à en débattre. « C’est quoi le truc d’ici qui t’a le plus manqué quand on était à Graz ? »

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: STAND DE CONFISERIES-
Sauter vers: