Partagez
 

 Circles. (mercredi, 09h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Circles. (mercredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Circles. (mercredi, 09h30) — Lun 15 Juin - 15:45

@louis

Comme tous les matins, Costa se glisse hors de la chambre en silence pour ne pas réveiller Rosamie à l'aube. Après une semaine de cohabitation à Graz, poursuivie ici, elle a fini par s'habituer à son rythme très matinal et à ne plus l'entendre s'agiter dans la pièce à peine le soleil levé. Il a pour habitude de se buter au sport dès les premières lueurs du jour, pour garder la tête stable. S'il se laisse aller à un mode de vie complètement explosé, sans un minimum de cadrage et d'auto discipline, il deviendrait dingue. Ne rien faire, ça le bouffe. Après avoir avalé en vitesse deux toasts et un redbull, il s'est dirigé vers la salle de sport pour enchaîner deux heures de boxe. C'est ce qui le défoule le plus, plus encore que le foot qu'il n'apprécie à son max qu'avec Santo, le seul qui partage sa façon à lui de jouer. Enfin, lorsque les autres commencent petit à petit à émerger, il est déjà dans la salle de bain pour se décrasser de son entrainement, profitant de l'eau chaude pour épouser les rougeurs sur ses phalanges et délier les muscles de ses épaules. Il termine de se rhabiller lorsque Louis passe la porte, sapé comme jamais. « Mio Dio, ça me fait toujours quelque chose de te voir comme ça, frérot » il ricane, en repositionnant le col de la chemise correctement. Petit Loulou devient grand, avec son smoking de jeune marié. Dans le genre gage de merde, ils sont pas mal tombés, aussi, Cam et lui. Ils ont été bien inspirés de balancer les actions ou vérités après leur réconciliation. Avant, ça a aurait été largement plus gênant. « Si t'as besoin d'aide pour écrire tes vœux, je suis un pro. » Pour les siens, il était parti en freestyle absolu, convaincu de son propre lyrisme, et confiant en sa capacité à raconter Ceci de la plus belle des manières sans avoir à s'y reprendre à deux fois. Sous bien des aspects, c'était encore un gosse, Cos, à ce moment-là, même si pour ses normes à lui, il faisait plutôt partie des mecs en retard. « Tu savais que j'ai failli me marier ? » il lâche distraitement, mais en étant quasiment sûr qu'il doit pas être au courant de ça, Louis. Il n'en parle pas des masses, voire jamais, de cette étape qu'il était supposé passer avec Ceci. Elle, il l'évoque sans problème, quand on lui parle d'amour, de relations, du passé, parce qu'elle a été plus que sa copine, plus que la nana dont il était dingue, elle était tout un futur, une vie tracée en continu jusqu'à ce qu'ils crèvent ensemble. Il n'a jamais caché son penchant trop engagé en amour, Cos, tout comme il est trop engagé en amitié. Cette nana, quand il a pu, il l'a emmenée au milieu des couleurs de Procida pour la demander en mariage comme dans les films et si tout ne s'était pas cassé la gueule après son départ, ça ferait cinq ans qu'il porterait son alliance, aujourd'hui. Sans compter les gosses qu'il aurait probablement eus dans la foulée, aussi. « Elle s'appelait Lucia » il précise avec un petit sourire. ça l'amuse de lui balancer ça, juste parce que Loulou, il n'a même pas attendu deux heures après avoir été sauvé pour se jeter sur le buzzeur et s'organiser un nouveau petit 1v1 avec Santino. Est-ce qu'il a appris durant le prime que quelqu'un d'autre avait secoué son petit frère à l'ombre d'un confessionnal, ou est-ce que ça fait une semaine qu'il bouillonne et est obligé de se retenir à cause de la distance ?

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
Circles. (mercredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Circles. (mercredi, 09h30) — Jeu 18 Juin - 1:43

Il a encore la gueule mal réveillée, les traces de l’oreiller en sillage sur la joue, et pourtant la dégaine d’un mec prêt à vivre le jour le plus heureux de sa vie. C’est déjà le troisième repeat, sujet au même scénario que ces héros de mauvais films revivant inlassablement la même journée. Sa routine matin est devenue celle d’un pimp, y passant de longues minutes pour ajuster l’ensemble et bénissant la prod’ de ne pas lui avoir filé un trois-pièces. Cos’ c’est le seul mec sur qui il pouvait tomber aussi éveillé à une heure pareille. Le gars il vit trois vies avant que tout le monde n’émerge, son rythme le dépasse mais il comprend comment ils fonctionnent lui et son exutoire. « Moi aussi. » il marmonne en le laissant s’affairer à remettre son col en place. Cos, en l’état, il est trop vif pour lui. « Ca m’angoisse. J’étais pas bien lundi en l’enfilant. » il confesse parce qu’il avait mis un sacré moment avant de se décider à le porter, rien que de voir le smoking pendu sur un cintre lui faire face de bon matin au réveil lui avait arraché un « putain » venu du cœur. « Un effort et tout le monde s’emballe. » Louis il a le réveil bougon et le coton qui gratte. A peine revenait-il sur ses convictions qu’on lui fourguait un costume de marié dans les bras, la combinaison gagnante pour tout saboter. « Merci t’es un vrai frère, écris-moi tes plus belles envolées je te délègue cette mission. » En marié très investi il lui remettait cet immense privilège d’écrire l’entièreté de ses vœux. Cos il venait de se qualifier de pro et il n’en fallait pas plus pour réveiller l’opportunisme du français. « On s’est battus pour t’avoir comme témoin, elle a gagné pour info. » il glisse l’air de rien, comme si c’était capital dans la tâche qu’il venait de lui assigner. Le col en ordre, il s’affaire à checker dans le miroir si tout va bien en réprimant un sourire à la déclaration de Costa. « Oui je savais. » il renseigne le plus naturellement du monde en ajustant sa veste tranquillement avant de couler un regard amusé sur son reflet juste pour se délecter de son petit effet de surprise. « Il ont fait un jeu de vérités du côté Linz, t’as dû en entendre parler. » il s’en amuse car bien évidemment Louis il avait eu droit à un récit détaillé des conversations tenues de l’autre côté de l’Autriche avec un point d’honneur porté aux nouvelles informations. Cam était son meilleur agent, lui rapportant des récits de qualité. Les napolitains ils avaient tendance à oublier qu’ils n’étaient pas les seuls à jouer en duo ici. « Je connais même le nom de ton témoin. » Facile. Il esquisse un sourire à sa grossière manœuvre, s’emparant de sa brosse à dents qu’il passe sous l’eau. « Raconte moi Lucia. » Il entre dans tout jeu qu’on lui propose, se délectant de l’écouter raconter la femme qu’il a décidé de lui dépeindre pendant qu’il se brosse les dents. Louis après le chaos du prime qui s’était ponctué sur le départ de Lejla, dont le score n’était pas tant éloigné du sien, il avait réalisé qu’il était à deux doigts de quitter un jeu sans terminer ce qu’il avait entrepris. A l’image d’Aera partant sur la frustration d’un secret qu’elle n’aura pas réussi à débusquer, Louis il n’avait plus de temps à perdre et comptait bien pousser les napolitains dans leurs retranchements. Les deux géraient trop bien leur jeu à son goût, tels des maestros de l’enfumage. Recrachant l’eau et épongeant les gouttelettes menaçant sa belle chemise, il redresse un regard vers Cos. « Tu l’as vécu comment ? » Il est au courant de la façon dont les choses ont été avortées et il croit dorénavant avoir un portrait plutôt clair du genre de mec qu'il est. Louis il a déjà sa réponse, dans le fond il veut juste en savoir un peu plus sur son pote et son passif. « C'est resté un projet ? » Il ne comprend pas bien ses projets, ses envies. Cos il l’imaginait difficilement recommencer tout à zéro si son but était de faire un tour sur Naples à la sortie. Peut-être que c’était ça sa mission, récupérer celle qu’il avait laissé. Pour lui son histoire de ce côté-là n’avait rien à voir avec celle qu’il tentait d’identifier pour Santo, la sienne elle semblait avoir une autre dimension du haut de ses vingt-quatre ans.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Circles. (mercredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Circles. (mercredi, 09h30) — Mar 23 Juin - 1:54

Cos, il n'ose même pas imaginer à quel point on a dû le faire chier depuis le début de la semaine avec son costume. Combien ont déjà dû lui demander s'il comptait se marier, s'ils en avaient déjà parlé avec Cami, et ainsi de suite. ça l'aurait rendu dingue, lui, et il aurait fini par se créer des petits cartons estampillés doigt d'honneur à distribuer aux moins originaux d'entre tous, parce que flemme de se répéter.  « Il parait que pour être moins stressé, faut imaginer la source d'angoisse à poil » il glisse avec un petit sourire. Come on, ça c'est clairement dans ses cordes, à Luigi. Il doit déjà le faire à peu près vingt cinq (mille) fois par jour. Pour jouer le jeu à fond et être certain du résultat, il peut aller jusqu'à reporter une partie de son angoisse sur lui-même pour s'éclater un peu. Mais déconne mise à part, il capte bien que ça soit saoulant pour lui de se retrouver dans cette position alors que ça commence tout juste à se calmer un peu avec Cam. On les laisse pas se retrouver en paix, on leur fout la pression et Cos, ça aurait suffit à le faire reculer de dix pas, juste par esprit de contradiction. « Je te caserai quelques phrases en italien, pour le petit plus lover. » Il éclate de rire quand il balance sa petite info sur son rôle de témoin. Il avait cru comprendre, la veille, en papotant avec l'autre moitié du binôme, qu'il avait été sélectionné pour se taper la cérémonie debout à côté de la robe blanche comme un teubé. « Elles gagnent toujours » il hoche la tête, d'un air compréhensif. Parce qu'elles y arrivent, d'abord, et parce que dans le cas contraire, t'es obligé de les laisser gagner, ensuite. Le jour J, y'a qu'elles qui ont leur mot à dire. Faut tout leur accorder, sinon ça part en crise. Ceci, elle a effectué les 180° les plus fous, a exigé les choses les plus stupides et a râlé pendant des jours sur les pires conneries, comme la napolitaine qu'elle est. « Tu m'as abandonné contre quoi ? Un truc valable au moins ? » Genre Cam, elle l'a pas gagné sur un combat de pouces ou une connerie du genre, parce qu'il va se sentir directement moins hypé par son rôle, Cos. Même si l'idée qu'ils se battent pour l'avoir en témoin, ça le fait pas mal sourire. Il l'aime bien, son petit couple de frère et sœur. De bonne composition, il abandonne le sujet de leur faux mariage pour aborder celui du sien, le vrai. Qui n'a jamais eu lieu, en fin de compte, un thème récurrent cette saison, faut croire, mais qui était on ne peut plus vrai. La répartie de Louis lui fait redresser la tête, surpris, avant d'éclater de rire. « Il a balancé ça, ce petit con » il secoue la tête. Putain, quel boulet. Il a effectivement évoqué leur petit jeu, avec Cam et Aera, mais il s'était bien gardé de lui préciser qu'il avait filé cette info-là, que Cos n'avait jamais fuité lui-même. Tout ça pour faire le malin et débarquer avec le scoop de la soirée. Maintenant il va passer pour un mec sérieux en amour et adieu sa petite réputation de chineur masterclass. Ou pire, il va passer pour un foireux à la Gi ou Lejla. Cos, il s'installe sur le rebord de la baignoire, tourné vers son pote. En vérité, si Louis est si bien informé que ça, il doit déjà en avoir, des infos, sur elle, vu qu'il en a parlé à Cami il y a quelques semaines. Mais qui elle est, leur relation, ça n'a rien d'un secret. C'est pas la seule auprès de qui il l'a évoquée. « C'était une fille de mon quartier, j'avais dix-neuf ans quand je l'ai rencontrée, elle en avait dix-sept. Je l'avais jamais vue avant et ça a suffit pour qu'elle m'intéresse, alors je l'ai draguée comme jamais une fille n'a été draguée. » En toute modestie, comme toujours. Mais c'est pas si loin de la vérité. Il s'était d'abord laissé charmer par l'inconnue, par un visage sévèrement étranger au milieu des voisins qu'il connaissait par cœur. Comment ils ont pu s'éviter pendant dix-sept ans, il ne l'a jamais su, mais c'est comme ça que son visage effronté, encadré d'un rideau de cheveux bruns, s'est démarqué du reste. Puis il ne s'en est pas fallu de beaucoup plus pour qu'il soit séduit par le reste. « C'était une grande malade. Le genre à faire la grande puis se planquer derrière moi quand elle se rendait compte qu'elle est allée trop loin et que ça la faisait flipper. En fait, dès que ça devenait un peu trop gros et qu'elle savait plus comment gérer, ça la faisait vriller. J'adorais m'occuper de ses bêtises. » ça le fait sourire, de raconter ça. Parce que Ceci, à ce stade, ça reste l'amour de sa vie. La nana qui l'a retourné complètement. Il aurait supporté toutes ses frasques sans sourciller, et même lorsqu'ils s'engueulaient comme des chiffonniers, elle était toujours terriblement charmante à ses yeux. Elle était telle qui l'a décrite à Cami : bourrée de rêves trop grands pour elle, et trop froussarde pour les réaliser. Alors forcément, quand est arrivé le moment où il a pris la décision de partir, ça a bloqué. « Mal. » il répond simplement, en haussant les épaules. Clairement, il l'a mal vécu. Pas sur le moment de partir réellement, parce qu'elle était toujours là d'une certaine façon. Mais quand ils ont décidé de rompre pour de bon, et qu'il s'est retrouvé réellement seul à Londres. C'est dans ces moments-là qu'il a le plus vrillé, qu'il a fait n'importe quoi, qu'il a fumé l'équivalent de la Jamaïque et bu l'équivalent de la Pologne, qu'il a rencontré le plus de personnes et qu'il a fait le plus de trucs pour occuper ses journées. « J'étais dingue de cette fille, je déconnais pas du tout quand je l'ai demandée en mariage. Au fond, j'aurais bien voulu qu'elle vienne avec moi mais j'aurais jamais pu lui demander d'abandonner toute sa vie pour me suivre dans mes délires, c'était pas du tout son style. On a essayé de faire marcher le truc quand même, ça a tenu quelques mois, puis on a arrêté. La distance, c'était pas pour nous. Et puis je crois qu'un truc s'est cassé quand j'ai pris la décision de partir. » Quand tu passes presque cinq ans avec une personne, à pouvoir la toucher, l'embrasser, dormir avec, la séparation, elle passe ou elle casse. Pour eux, les deux napolitains, beaucoup trop tactiles, beaucoup trop intimes, ça a été trop difficile à gérer. ça, plus tous les changements dans leurs deux vies. Au fond, ils ne se sont sans doute pas accrochés autant qu'ils auraient pu le faire. Sa question d'après, elle le laisse plus perplexe. « De rentrer l'épouser, tu veux dire ? » il relève, un brin étonné, avant de balancer la tête en signe de dénégation. « Non, ça fait presque cinq ans là, trop de choses se sont passées depuis. » Du côté de Cece comme du sien. Ils pourraient pas reprendre comme si rien ne s'était passé, ils ont grandi, évolué, l'un sans l'autre, sont probablement très différents des mômes qu'ils étaient quand ils se sont quittés. Cece, elle est peut-être même recasée, il en sait rien. « On serait probablement toujours ensemble, mariés, avec des gosses, si j'étais pas parti, mais je regrette pas. C'était la meilleure option. » Et elle le savait. C'est aussi ça qui avait été le plus dur, sous le silence. La résignation. La fatalité, qu'ils s'étaient toujours refusés de ressentir. Tout ce contre quoi ils avaient toujours lutté, à deux, à dix, tous ensemble. C'est sur cette fatalité-là qu'il a chialé pendant des jours quand elle a éteint Skype pour la dernière fois.« Je sais même pas si je la reverrai un jour honnêtement, mais elle sera toujours importante pour moi. » il conclut simplement, avec un sourire. Il peut lui poser toutes les autres questions qu'il veut, Louis, ça l'embêtera pas, mais Cos, il vient déjà de lui déballer un bon paquet de trucs, sa petite histoire d'amour comme peu la connaissent ici, en dehors de Santo et surtout sur sa réelle manière de fonctionner à ce niveau-là, bien loin du gros chineur qui s'éclate à s'ériger un petit harem perso. « ça t'inspire ? » il le charrie en croisant les bras d'un air tranquille. Histoire qu'il arrête de casser un peu les couilles à Santo.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
Circles. (mercredi, 09h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Circles. (mercredi, 09h30) — Ven 26 Juin - 11:17

« Je connaissais pas cette technique. » il prétend avec son sourire qui en dit long. Louis il suffisait de le prendre en flag à dévorer Cami du regard depuis le début du jeu, et plus récemment il peinait à procéder à des réconciliations dans leur version la plus chaste. Des retrouvailles comme il préférait le dire, sauf qu’ils n’avaient plus dix ans et leur alchimie devenait difficile à gérer coincés à l’étroit entre les caméras du chalet. L’un comme l’autre ils tenaient à leur dignité, Louis il ne vendrait pour rien au monde cette part d’intimité aux caméras car il était trop rationnel pour ça. Cos il est prêt à donner du sien pour un discours de qualité, le genre personnalisé avec des envolées à l’italienne dans sa langue de romantique qui fera vriller n’importe quelle meuf dans l’assemblée. « Grazie. » il remercie dans un lyrisme italien, escaladant une mélodie improvisée. « Elles voudront toutes perturber notre plan de tables après ça. » il lâche l’air de ne pas le remercier pour la turbulence qu’il va créer, Louis il en vient même à se projeter l’image de Cos largué au milieu de leurs potes et de toutes les bombes israéliennes composant l’entourage de Cam et ça le fait marrer. « Cos elle me fait du chantage affectif je te jure c’est plus tenable. » Perfide. Il partage ce regard de ceux qui se comprennent au travers du miroir, le warning au fond des yeux avec ce néon clignotant un « help ». Costa il sera ravi d’apprendre qu’il l’a abandonné sur un problème de douche froide. « Désolé frère, c’est trop compliqué. » et de bonne guerre. Il manage son petit suspens pour plaquer sur la table sa connaissance du mariage de Cos et se délecte de la réussite de son effet de surprise. Louis il collecte ses petites infos qu’il préfère caler lorsqu’il éprouve l’impulsion de la balancer, et pour celle-ci il n’avait pas tant cherché à l’évoquer, partant du principe que son frère le ferait de lui-même si besoin. « C’était un festival. » il tient à lui préciser parce qu’il s’était indigné des infos qu’avait également balancé Cami à son sujet. « On peut pas les laisser seuls. » il souffle défaitiste. Quand le chat n’est pas là les souris dansent comme disent les grands de monde. L’italien entame son récit sur cette prétendue Lucia et il se glisse sur l’appui de l’évier, les pieds dans le vide et bien installé pour sa saga romantique. Il ricane en l’imaginant serial lover à ne pas lâcher le morceau par conviction. « Qu’est-ce que t’as pu faire de mieux que moi ? » il demande avec son air de défi, s’amusant de l’assurance du rital à l’égo démesuré. Il se fait l’image d’une intrépide caractérielle au travers de son récit, traçant les contours d’une relation avortée à contre cœur par son pote. « Du genre à provoquer des mecs plus gros qu’elle en sachant que t’assurerais derrière ? » Il essaie de se faire une image parce que ça l’amuse et qu’il a un côté ménagère du dimanche coincée sur son canap’ et avide de la suite quand il veut. « Ca t’a jamais mis dans la merde ? » Il demande en sachant pertinemment que Cos va lui sortir avec assurance que, non, il a toujours tout su gérer. Il le scrute de ses prunelles quand tombe le glas de l’évidence, la difficulté de la séparation. Ca lui fait un peu écho à Louis parce qu’il avait eu cette peur que Cam ne le suive pas dans son délire d’eldorado Corse, sachant que l’issue de leur relation en pâtirait de conséquences inévitables. « Et toi quand elle a pris la décision de ne pas te suivre ça t’a rien cassé ? » L’un comme l’autre ils devaient avoir eu l’espoir d’être plus important que ça aux yeux de l’autre, lui c’était comme ça qu’il le voyait avec son pur égoïsme et son manque de maturité. « Ouais. » il confirme. Il reste sur l’image du mariage Louis, trop maladroit concernant les relations pour piger qu’après cinq ans c’est raté. Il est naïf là-dessus. « J’avoue. » il songe même si dans sa tête ça aurait pu rester une évidence de se retrouver pour chacun d’eux. « Mais j’sais pas, enfin j’ai peut-être une version trop binaire, mais ça aurait pu être un but final, l’objectif qui te fait avancer t’sais. » Lui avec son amour unique il n’avait pas tant d’expérience sur la question, en revanche concernant l’égo ça il était bien calé. Il a l’image d’un Cos épanoui avec des mômes gravitant autour de lui, à mille lieux du mec de vingt-neuf piges qu’il côtoie dans le trou du cul de l’Autriche candidat d’une télé-réalité. « T’as fait un vrai plot-twist frère, il dirait quoi le Cos d’il y a cinq ans s’il te voyait exposer ta life dans une télé-réalité ? » C’était ironique que pour la plupart ils n’aient pas envisagé de participer un jour à cette émission lorsque certains tueraient pour un peu de fame et que ça se bousculait aux portes du casting. Il joue le désabusé mais Louis il n’achète pas. « Arrête, si tu rentres à Naples tu sais que tu vas la revoir. » A moins que cette fille n’y soit plus mais il l’imaginait mal résister à la tentation de la recontacter alors qu’elle pouvait se trouver à quelques rues de lui. Personne n’y résisterait. « Tu pourras pas y résister. » Il le voyait mal l’ignorer avec sa passion en toile de fond. « Ouais grave. » il était inspiré dans le genre prêt à proposer une série originale Netflix ouais. « La vérité vous me prenez la tête. » il soupire, ramenant ses genoux contre lui au max qu’il puisse coincé dans son smoking, confortablement perché. « C’est ma dernière cartouche, j’ai plus une thune. » Il avait décidé de lapider le peu qu’il avait, ne pouvant résister à investir cet argent à ses dépends.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: SALLE DE BAIN 5 ÉTOILES-
Sauter vers: