Partagez
 

 HAL 9000. (mercredi à 14h45)

Aller en bas 
AuteurMessage
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
HAL 9000. (mercredi à 14h45) Empty
Message (#) Sujet: HAL 9000. (mercredi à 14h45) — Lun 15 Juin - 19:47

@Carl

Jill, elle est en roue libre totale cette semaine depuis la disparition de sa baby-sitter attitrée pour l’aider à se canaliser. Y’a Louis et Cami qui testent des choses pour l’occuper, mais ils rament pas mal quand il s’agit de ralentir son évolution de bratie pour devenir une bitch de compétition. Elle en a un peu après tout le monde. Parfois y’a no reason derrière et à d’autres moments elle s’invente des trucs en interne pour justifier les crises qui se multiplient. Si les autres candidats ont déjà jugé bon de la désigner comme la meuf la plus injuste du chalet sur le dernier prime, ils ne sont clairement pas prêts pour la Jill 2.0 en pleine phase de rébellion. La môme, elle vient zoner dans le sous-sol pour barboter un peu dans l’eau de la piscine en solo alors qu’elle a réussi à échapper à la vigilance de ses parents adoptifs Louis et Cami. Elle arrive au niveau du bassin pour trouver Carl en errance totale dans cette partie du chalet. « Qu’est-ce que tu fais-là ? » elle demande quelque peu froidement, alors qu’il jure avec la déco du lieu. Sorry, mais cet abrutit, personne n’a envie de le voir flotter dans son slip de bain aussi riquiqui que sa fierté inexistante. « Tu comptes essayer de te noyer dans les quinze centimètres d’eau du pédiluve parce que Rosa a zappé de te dire bonjour aujourd’hui ? » Apparemment, les menaces au suicide, c’est devenu sa nouvelle spécialité pour obtenir l’attention de sa déesse d’après la chronique d’Elena. Jill, elle est tellement remontée, que s’il n’est pas là pour ça, elle est open anyway pour lui faire avaler la tasse une bonne fois pour toute. Carlito, il se contente de vivre sa petite life de candidat perturbé. Il ne fait rien théoriquement pour se mettre le public dans la poche avec toutes ses conneries, mais pour une obscure raison, ça a l’air de fonctionner. Jill, elle ne pige vraiment pas comment ce boulet international est parvenu à se hisser premier des votes des téléspectateurs, au point de réussir à éjecter des meufs comme Lejla et Aera. Avec sa logique toute pétée, la môme le tient responsable de l’éviction de sa copine. Ça semble évident que la prédisposition du garçon pour le drama lui a permis de se rendre indispensable pour générer de l’audience puisque tout le monde voue une fascination morbide à l’égard des accidents de la vie. Jill, elle trouve surtout regrettable que les téléspectateurs et la production semblent cautionner ce genre de comportement, alors que Carl mériterait qu’on le réexpédie à Brighton par le premier avion-cargo à disposition. Elle s’est montrée plutôt tolérante sur pas mal de points, mais là, ça devient franchement too much ses délires de bidouillé du cerveau. La gamine, elle a un humour assez dark et contestable. Le suicide, c’est un truc quel a déjà abordé à plusieurs reprises avec sa personnalité de Daria Morgendorffer/Wednesday Addams, mais le coup de Carlito à base de aime-moi ou je me jette du balcon ça ne passe pas du tout. « Ils t’ont dit quelque chose ou pas ? » Meaning la prod’ qui ferait mieux de l’envoyer fissa chez un psy vu comment il vrille de plus en plus du côté du cas clinique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
HAL 9000. (mercredi à 14h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: HAL 9000. (mercredi à 14h45) — Mar 16 Juin - 5:01

Carl il a des peurs un peu débiles en rapport avec les piscines et ça lui vient de deux épisodes de son enfance qui l'ont traumatisé, chacun à leur manière. Le premier est une histoire un peu ridicule qui remonte à ses années primaire, quand on l’avait foutu dans le groupe des losers aka les grenouilles et qu’il avait voulu impressionner la fille qui lui plaisait en tentant de passer du côté des dauphins. Y’avait quand même deux niveaux entre les plus forts et les plus faibles mais ça lui semblait crédible dans sa tête de môme déjà bien à l'ouest, jusqu’à ce que la supercherie soit découverte de la pire des façons : lui se noyant à moitié et le prof de sport plongeant pour le secourir devant toute sa classe. C’était déjà une arnaque l’irlandais à l’époque, essayer de se faufiler chez les meilleures nageurs quand on laisse franchement à désirer une fois foutu dans un mètre d’eau c’était soit carrément optimiste, soit carrément stupide. Le pire c’est qu’il a gardé le même niveau qu’à ses huit ans Carl, encore aujourd’hui il est pas super serein dans une piscine mais quand on lui demande il se garde évidemment bien de dire qu’il a pas achevé son apprentissage parce que son père a cessé de lui donner des cours du jour au lendemain car pour les gens soit tu sais nager, soit tu sais pas mais ça n’existe pas quelqu’un qui se situe entre les deux. Ce qu’il fait c’est que le plus souvent il reste près du bord et surtout, surtout, il évite de passer au-dessus des bouches d'évacuation parce qu’il a vu un reportage un jour sur un gosse qui avait été avalé dans la piscine d'un camping - le deuxième épisode qui l'a traumatisé. Il est tellement pas épais qu’il pourrait être aspiré en un coup Carl et non vraiment, ça lui dit rien de finir en charpie au fond d'un conduit. Il est encore en train de sonder la profondeur du bassin depuis le bord sans avoir mis un seul peton dans l’eau quand @jill débarque pour le toiser direct et lui demander ce qu’il fout là, positionné comme un gland. « Bonjour d'abord ? » Elle est sympa Jill mais il a pas le souvenir de lui avoir causé aujourd’hui, et quitte à se faire malmener il est pas contre conserver malgré tout certaines convenances parce que cet échange, là, il lui donne déjà plus envie de se barrer qu’autre chose. Et elle n’a formulé que cinq mots, ça promet. « J’sais pas trop, on fait quoi d’habitude dans une piscine ? » Indice : ça consiste à se déplacer dans l’eau à l’aide de ses bras et de ses jambes. Alors techniquement c'est pas encore ce qu'il fait mais c'est le projet en tout cas, et comme c'est parti on devrait le voir entrer dans cette piscine avant le prochain prime. Elle y va ensuite de sa petite allusion à Rosamie et sur le moment il capte pas pourquoi il irait risquer la noyade, Carl. « Quoi ? » Jill elle le cherche certainement sur l’histoire du balcon dont il a failli sauter alors qu’il était plus totalement en possession de son corps mais le lien a du mal à se faire là, en tout cas c’est définitivement pas le tact qui étouffe l’américaine. « T’es en retard parce que Rosamie c'est plus trop mon problème ici. » il se permet de glisser en supposant qu’elle doit quand même savoir qu’il s’est gravement frité avec sa princesse et que son idéalisation de la philippine est officiellement en train de s'effondrer. L’histoire s’achève dans la douleur avec pertes et fracas mais ça pouvait pas se terminer autrement à partir du moment où Rosamie était décidée à ne vraiment rien lui épargner. Son petit scénario c’est comme un joli plat qu’il aurait soigné pendant des semaines avant que quelqu’un vienne du jour au lendemain saloper tout l’assaisonnement pour en gâcher le goût, le visuel, tout. Il va certainement rien pouvoir sauver Carl dans tout ça mais c’est pas Jill que ça risque d’affecter, à la limite il lui dirait bien qu’elle avait raison sur pas mal de points mais là elle veut surtout savoir s’il s’est fait remonter les bretelles après son moment d'égarement à Graz. « Ouais mais ça me regarde, ça. » il la rembarre tranquillement parce que sa question elle est pas posée avec bienveillance il le sait, et il veut pas satisfaire sa curiosité malsaine sur ce coup-là. Elle doit se demander si on lui a filé des calmants, s'il a des rendez-vous secrets avec un psy ou s’il a enfin eu son deuxième avertissement mais il laissera filer aucune info, tout ce qu’elle est en droit de savoir c’est que la prod est pas restée sans réagir face à une énième connerie de sa part. Mais ça c’était à prévoir, il avait aucune chance de s’en tirer en partant à ce point-là à la dérive. « Genre ça t'intéresse en plus. » il balance dans un haussement d’épaules et c'est bizarre, il sent que Jill lui en voudrait presque d’avoir joué au con sur le balcon. À quel moment ça le concerne il sait pas, mais il la trouve un peu trop investie dans l’histoire pour mettre ça sur le coup d’une simple provoc' de plus. « Écoute j'suis au courant que c'était pathétique et tout donc pas la peine de revenir dessus, surtout que tu sais pas trop de quoi tu parles là. » Elle était pas dans sa tête à ce moment-là alors il apprécierait qu'elle s'abstienne de juger et par la même occasion de mettre des mots là-dessus à sa place. C’est pas ce qu’elle fait, pas encore du moins parce qu'il se méfie Carl avec les sous-entendus hyper lourds auxquels il a droit là. Il a entendu parler de chantage émotionnel dans une rubrique et il est même pas sûr de savoir ce que c'est, pour dire à quel point il est loin de tout ça. Ici on aime bien lui prêter des tendances perfides qu'il n'a pas, genre Carl qui n'est pas foutu de raisonner normalement serait un maître chanteur qui maitriserait des outils de manipulation ? On marche un peu sur la tête. « Bon y'a quoi Jill ? » il finit par lui demander en confrontant son regard parce qu’il la sent sous tension et il aimerait qu’on se défoule sur quelqu’un d’autre que lui pour une fois. C’est bon il a eu sa dose la semaine dernière, il veut pas être le pushing-ball de tout le chalet Carl. « Pourquoi t'es sèche comme ça, je t'ai fait quoi moi ? » Il pige pas trop si elle est juste gavée par le départ de sa pote et passe ses nerfs en mode random sur tous les candidats qu’elle croise ou si elle a vraiment un truc perso à lui reprocher qui demande qu’à sortir. Le fait de pas avoir honoré sa nouvelle habitude et de l'avoir laissée sans cadeau la semaine dernière par exemple, mais elle avait qu'à pas l'afficher sur sa page perso aussi, à quoi elle s'attendait franchement. À un moment donné Carl il fait plus trop d'efforts avec ceux qui le traitent comme une merde ici, il va d'ailleurs s'employer à être un peu moins gentil et conciliant quand la situation s'y prêtera pas parce qu'il faut bien que cette deuxième chance offerte par le public serve à quelque chose. Michaela a suggéré qu'il le prenne comme un nouveau départ et c'est sûrement ce qu'il va faire, de là à proposer une toute nouvelle version de lui-même faut pas rêver mais il gagnera déjà au change s’il arrête de se laisser piétiner et utiliser sans réagir par pur besoin d’attention et cruel manque de fierté.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
HAL 9000. (mercredi à 14h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: HAL 9000. (mercredi à 14h45) — Ven 19 Juin - 10:58

Jill, ce n’est franchement pas la meuf la plus aimable du chalet, donc elle ne s’embarrasse même plus des formules de politesses bonjour/merci/s’il-vous-plait/au-revoir entant qu’adolescente sauvage. Parfois, c’est un peu comme si elle comptait ses mots dans ses interactions avec les autres tellement ils la gonflent. Elle arque un sourcil lorsqu’elle se fait reprendre là-dessus par Carlito. lol. Dire que c’est ce boulet adepte de la violation de la vie privée sous toutes ses formes qui vient lui faire des leçons de civilité. Elle ne réagit pas trop, déjà soulée par les actes de rébellion du garçon qui ont de plus en plus tendance à se multiplier. Bref. Elle ne pige pas trop ce qu’il vient glander près du bassin. De ce qu’elle en sait, le milieu aquatique, ce n’est pas vraiment son terrain de prédilection. Cela dit, La zone terrestre, il ne la maîtrise pas non plus à 100% en toute honnêteté. « Excuse-moi, c’est qu’on est pas trop habitué à te voir dans le coin. » elle note dans un haussement d’épaules désabusé, même si la vrai question, ce serait peut-être plutôt qu’est-ce que tu fous encore dans mon espace vital et plus généralement dans l’émission ? Première fois qu’elle voit Carlito en maillot de bain btw et… Bah c’est comme elle se l’imaginait. Légèrement médiocre, mais updatable s’il essayait de travailler un peu sa posture au lieu de traîner partout les bras ballants comme un petit inutile donnant l’impression d’être là pour noyer sa dépression dans l’eau puant le chlore, puisqu’il ne peut pas le faire correctement avec ses verres de coca-cola. « Ah ouais ? » elle demande dans un petit sourire querelleur lorsqu’il lui annonce qu’entre lui et sa princesse, c’est définitivement terminé. « C’est parce qu’elle t’a nominé ? » Jill, elle aimerait bien piger les tréfonds de ses troubles de l’attachement tout chelou. Comment ça fonctionne ? Comment ça se termine ? Combien de temps ça dure ? etc. Cela-dit, elle s’y prend un peu comme une noob depuis le début de l’aventure avec son regard super judgy et un brin exaspéré face à tant de drama superflu. Le duo Carlito/Rosamie, elle n’a jamais pu l’encaisser. Ça lui tapait sur le système de voir tout le monde considérer cette relation comme normale, alors qu’elle était complètement fucked up dès le début. Jill, malgré tous ses soucis internes de gosse capricieuse et insensible, elle a souvent l’impression d’être la plus pertinente et normale du chalet. C’est pour dire dans quelle bande de tarés elle est tombée en s’inscrivant à l’émission. « T’es déçu ? » elle s’enquiert en enfonçant un peu plus le clou, n’en ayant rien à carrer de ce qu’il peut ressentir. Elle n’a pas tous les détails concernant la fracture officielle du pire binôme ever de TD toutes saisons confondues. Carl, il a juste l’air de péter légèrement son plomb (comme d’hab) en commençant à vouloir bully son ancienne déesse en rejetant toute la faute sur elle comme lors de la dernière chronique de Crystal. L’ironie du machin. Parfois, il lui fait grave penser à la petite blonde perchée au mono-sourcirl de Hé Arnold!. Helga, elle a beau posséder de nombreux sanctuaires dédiés à son crush, elle fait des trucs chelou par peur d’être rejetée, se montrant carrément cruelle et intolérante vis-à-vis d’Arnold. « Pourquoi ça ne m’intéresserait pas ? » Alors ouais, bien sûr, ça le regarde ce qu’il fait de sa carcasse de môme torturé, mais le sujet est suffisamment important pour que tout le monde puisse se sentir concerné par ses conneries. Elle ne réagit pas quand il lui balance qu’elle ne sait pas de quoi elle parle, se contentant de le fixer. Chacun débarque dans l’émission avec son propre historique. Jill, avec sa banlieue calme et huppée, elle n’est pas là pour s’inventer les mêmes problèmes que des gens comme Carl, Roma ou le duo Gomorra. Elle se doute que tout le monde doit la trouver illégitime quand il s’agit de se plaindre, mais faut pas croire que c’est tout le temps la fête dans sa life avec sa mère qui avale des antidépresseurs comme des bonbons parce qu’elle ne peut pas la supporter. Qu’il ne s’inquiète pas Carlito, même si elle ne dit rien, elle s’y connait suffisamment en chantage affectif/pseudo tentative de suicide pour avoir un avis sur le sujet. « T’es toujours là à te plaindre de tout le monde sans jamais te remettre en question. » elle lâche d’un ton ferme quand il lui demande quel est son problème. La gamine, dans le fond, elle agit exactement de la même manière, mais dans sa tête y’a quelque chose de divertissant dans son attitude de brat qui devient franchement angoissant lorsqu’on le transpose à l’autre puceau maléfique. « Boouh, Rosamine m’a déçue. Jill est méchante avec moi, Roma essaye de prendre ma tablette… » etc. Le gars, c’est une grosse blague à ne pas saisir que le problème vient surtout de lui. Jill, elle est légèrement bipolaire dans sa manière de traiter avec Carlito. Selon son humeur, soit elle le maltraite sévère, soit elle lui passe la brosse à reluire. C’est donc assez compliqué de la suivre. Elle ne comprend pas toujours son propre mode de fonctionnement, se laissant principalement aller à ses impulsions, mais là, l’éviction de Lejla, elle n’arrive toujours pas à la digérer quand elle voit ce boulet continuer à stagner dans l’émission. « Je comprends pas ton score sur le prime… » C’est là qu’on se rend compte, qu’il y a quand même un monde entre ce qu’ils vivent eux dans le chalet et ce que les téléspectateurs suivent à la télé. Carlito, c’est le premier à les avoir gonflé toute la semaine en disant qu’il allait sortir pour finir premier des votes au détriment d’Aera, pointure du jeu même si ça arrache légèrement Jill de l’admettre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
HAL 9000. (mercredi à 14h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: HAL 9000. (mercredi à 14h45) — Dim 21 Juin - 21:45

Carl il a la posture du gars pas du tout à l'aise et ça se comprend, les seules occasions où on peut le voir faire tomber le haut d'habitude c'est quand il se désape plus vite que son ombre pour sauter dans la douche, mais là dans son short de bain trop grand pour lui il se sent vraiment tout piteux. Que les caméras puissent capturer ce moment gênant ça lui fait pas grand-chose, c'est surtout qu'il pensait pas croiser quelqu'un ici avant d'avoir le temps de cacher la misère dans l'eau. En plus Jill elle pose bien les yeux où il faut pas, c'est bon il sait qu'il ressemble à rien donc le regard de l'américaine qui s'attarde sur ses cotes apparentes et sur ses cannes de serin ça lui donne limite envie de sauter dans le bassin sans checker au préalable la température et la profondeur. Elle accueille la nouvelle de son histoire terminée avec Rosamie dans un sourire bien à elle, et il se doutait que la Jill provoc n'était pas loin. « Non ça c’était la goutte d’eau on va dire, c'est à Graz que tout s'est vraiment ramassé la tronche. » il précise parce qu’à ce stade il est plus seulement question d’une nomination, il oublie pas tout ce qu’il y a eu avant le prime et cette révélation qui a juste fini d’achever le processus de désacralisation de sa belle enclenché depuis déjà plusieurs jours. Carl il a pas attendu qu’on lui apprenne qu’elle le nominait et lui foutait des haches pour amorcer son gros revirement, elle a eu des mots violents à son égard qui lui ont sûrement fait bien plus mal dans le fond que cette nomination apparemment pas si surprenante d’après certains. La cassure elle date de la semaine passée et elle suit tranquillement son cours depuis, ça prendra le temps qu’il faudra mais on sent que le bonhomme est déjà dans un tout autre délire qu'avant la séparation du chalet en deux. « Elle est décevante ouais. » Il va pas dire le contraire, ça lui reste en travers de la gorge et à ce stade il a vraiment plus la foi de s’accrocher à quoi que ce soit. Rosamie il la raye pas de son aventure non plus parce qu’il sait pas ignorer les gens Carl, et il a pas fermement rejeté l’idée que la philippine avait suggéré de s’éviter pour finalement tomber là-dedans maintenant que son idéalisation est tombée en lambeaux, il est quand même plus cohérent que ça. « Pourquoi ça t’intéresse plutôt ? » il lui retourne aussitôt car il estime que c’est plutôt à prendre dans ce sens-là. C’est à Jill de dire pourquoi elle a posé la question à la base, parce lui il voit pas en quoi ses éventuels déboires avec la prod sont d’un quelconque intérêt pour elle. À moins qu’elle se sente concernée vu qu’ils vivent sous le même toit mais pour l’histoire du balcon y’a que Rosamie qui peut éventuellement s’inclure, il croit pas devoir rendre de comptes aux autres. De toute façon Jill elle a aucune idée de ce qui lui grouille dans la tête et elle était même pas là pour le voir à l’œuvre. Il sait bien l’impression que ça donne quand on considère simplement la scène et il capte très bien comment ça a été interprété vu les questions ou remarques qu’il reçoit depuis, y’a personne qui le comprend mais il va pas faire l’étonné Carl, c’était à prévoir. Il peut pas faire ce genre de dinguerie et s’attendre à ce qu’on ne réagisse pas ensuite, ça en a choqué plus d’un ici et certainement dehors, aussi. Le sous-entendu initial de l’américaine lui plait pas des masses mais là c’est surtout le ton qu’elle prend qui a le don de le gonfler, parce qu’il en a plein le dos Carl de subir ses variations d’humeur. Elle débarque à peine qu’elle lui fonce déjà dessus, il va finir par faire sa vie et la laisser ronger son frein toute seule si elle est pas capable de contenir sa colère au lieu de la déverser sur les autres. Il se plaint beaucoup Carl, c’est pas nouveau mais c’est quand il a de bonnes raisons de le faire qu’on le lui reproche, bizarrement. « Okay donc j’suis censé me laisser attaquer de toutes parts sans rien dire en fait. » Jill c’est la première à envoyer des piques à travers des rubriques en plus donc il comprend même pas pourquoi elle lui fait ce numéro, là. Il se mange des réactions pas tellement justifiées ces derniers temps il va pas rester sans rien dire Carl, il a pas prévu d’endosser le rôle de l’éponge qui absorbera toutes les frustrations des autres sans réagir ni d’encaisser plus que ce qu’il doit. « T’es mauvaise quand même. » il note en vrillant son regard sombre et désenchanté vers elle, car s’il est vrai qu’il gagnerait à se remettre un peu en question parfois Jill n’est pas non plus en reste à ce niveau-là. « Je sais qu’il était pas dingue pour toi non plus ce prime mais c’est moche de se défouler sur les autres. Si on faisait tous ça, punaise. » Il est au courant Carl qu’elle a pas été gâtée non plus mais ça lui donne pas le droit de faire payer aux autres le départ de sa pote ou son crush déchu, dont ils n’ont pas parlé encore et franchement ça le démange sachant qu’elle était intervenue dans le sien, de crush. Y’a personne qui peut mieux la comprendre que Maci ou lui sauf qu’il va mettre sa compassion de côté Carl, elle est plus tellement dispo là tout de suite. « N’empêche tu t’es bien foutue de moi quand je m’accrochais pour rien à Rosamie mais t’es pas tellement plus considérée par ton crush. » il se sent obligé de lui faire remarquer dans une grimace, sans s’encombrer de la délicatesse qu’il n’a de toute façon pas. Il a même pas envie de le voir comme un coup du karma Carl alors qu’on le sait, il y accorde beaucoup d’importance et y croit profondément. Sa situation à Jill il est loin de s’en réjouir car c’est vraiment pas drôle surtout si elle y a cru de son côté, mais faut avouer qu’il trouve ça un peu ironique. C’est peut-être pire encore pour elle d’ailleurs parce que Rosamie il a bien capté qu’elle vivrait aucune histoire dans ce jeu donc il n’aura jamais eu à dealer avec cette image-là de son crush mais l’italien il tourne plus ou moins autour d’une autre et ça doit être sacrément compliqué à gérer pour Jill. Elle a un cœur malgré tout il en doute pas, ça devrait le toucher ce qu’elle traverse mais quand elle est aussi venimeuse il a plus trop d’empathie à revendre Carl. C’est aussi pour se protéger, et pas fendre systématiquement l’armure alors qu’elle le malmène en face. Finalement le problème c’est qu’il ait terminé en tête des votes dimanche, bon, au moins c’est clair. Carl c’est le premier à s’étonner du score qu’il a fait mais là ça sonne un peu comme un reproche, comme si Jill voulait le faire culpabiliser d’être resté et qu’il avait pas du tout le droit d’en être content vu qu’il faisait figure d’outsider sur ces nominations et parce qu’un mec comme lui qui termine premier des votes, ça fait forcément tâche. « J’sais pas quoi te dire vu que moi non plus je comprends pas. Le public est peut-être pas hyper fan du bashing, j’en sais rien. » il balance dans un bref haussement d’épaules, conscient d’avoir certainement bénéficié de la pitié du public. Ça craint la façon dont on s’est mis à le traiter ici, il la met pas dans le lot quoique, elle fait peut-être partie des candidats qui ont décidé de le nominer subitement il en sait rien. Pendant cinq semaines ils ont tous réussi à vivre avec le gars déjà bien perturbé qu’il était et d’un coup ce serait devenu trop gênant de l’avoir à leurs côtés, bof, Carl il y croit pas trop à cette overdose de sa personne manifestée à la fois dans les nominations et dans les haches. « T’aurais préféré que je sorte Jill ? » il demande, cash, histoire de savoir à quoi s’en tenir. Il veut pas entendre que ç’aurait été logique vu sa perte soudaine de popularité dans le jeu, c’est son ressenti à elle qui l’intéresse là. Il commence à se dire qu’elle s’en pète de lui et qu’il a ramé dans le vide pendant des semaines, si c’est le cas il économisera son temps et son énergie pour la suite comme il l'a déjà un peu fait avec ses cadeaux. « J’y peux rien si Lejla a pas été sauvée par contre. » et ça, il ressent le besoin de le dire parce qu’il tente de s’en convaincre depuis trois jours, idem pour Aera. La frustration de Jill il sait qu’elle vient principalement de là mais il endossera pas une responsabilité qu’il n’a pas pour lui faire plaisir, son rôle de bonne poire a quand même ses limites.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Jill
Voir le profil de l'utilisateur   
HAL 9000. (mercredi à 14h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: HAL 9000. (mercredi à 14h45) — Mer 24 Juin - 5:37

Carl, il a un peu pété son câble suite à ce que Rosamie a pu lui raconter à Graz. Jill, elle est grave dubitative pour avoir expérimenté le défi quatre vérités de la meuf. Franchement, elle a un peu du mal à se la visualiser suffisamment vindicative pour pousser le garçon à vouloir se jeter dans le vide une bonne fois pour toute. Non pas qu’elle soit insensible à cette tentation de tomber raide morte au cours d’une conversation avec Rosa pour échapper à sa connerie, mais elle a dû mal à se visualiser le délire. Là, mine de rien, elle aimerait bien gratter quelques infos, mais ça ne prend pas des masses alors que Carlito se montre sur la défensive vu comment elle a attaqué le sujet frontalement avec zéro subtilité/sensibilité. Derrière ses minis agressions verbales, elle reste curieuse. Jill, elle ne sait pas trop comment elle aurait réagi face au sketch du balcon de son côté. Avec sa tendance à bully tout le monde pour un oui ou pour un non, elle pourrait se retrouver confrontée à de drôles de surprises un jour, mood non-assistance en personne en danger. C’est Costa qui doit être dégoûté que sa méthode personnelle pour évincer les autres concurrents n’ait pas fonctionnée jusqu’au bout. Avec un Carlito en moins, ça aurait peut-être pu laisser de la place pour une semaine supplémentaire à une Aera ou à une Lejla qu’il aurait enfin eu l’occas de pécho en toute décontraction. La môme arque un sourcil lorsque le candidat enfonce le clou en soulignant à quel point son ex-déesse s’est avérée décevante. « C’est vrai que de ton côté, rien à te reprocher. » lol. Carl, il a atteint un tel level de mauvaise foi que même Jill se retrouve à prendre plus ou moins la défense de Rosamie. C’est là qu’on se rend compte d’à quel point il déconne dans sa vision de la situation. « Ce n’est pas quelque chose de suffisamment important à ton sens pour qu’on puisse vouloir en parler ? » elle demande en rivant son regard dans sa direction. Un peu question piège, là. C’est soit une grosse connerie destinée à servir de chantage affectif, soit un véritable problème qui devrait connaître le traitement qui s’impose. Carlito, il vit vraiment ses délires de mec tordu en parallèle des autres candidats. Là où tout le monde commence à se faire chier sévère, à tourner en rond, à répondre aux mêmes questions, il sort une tentative de suicide toute pétée de son chapeau. Il se fabrique en solo du drama digne d’un mauvais soap opera et personne ne pige ce qui se passe dans son cône tellement c’est wtf. « Tu penses quoi du fait que quelque chose de relativement grave et dangereux se retrouve traité comme un vague caprice négligeable pour faire marrer lors de la chronique d’Elena ? » C’est chaud quand même d’être considéré comme une grosse joke à ce point. Tout le monde s’en tape du gars, à part peut-être Jill qui est grave remontée pour tout un tas de raisons. Ca la blaze pas mal de voir tout le monde passer l’éponge sur l’affaire comme si de rien n’était. Carl, il se la joue crazy creepy depuis le début de l’aventure et personne ne trouve jamais rien à y redire. Il a enjambé une rambarde dans un moment de désespoir et tout va bien dans le meilleur des mondes. La môme, elle ne sait plus quoi en penser. Est-ce qu’il faut prendre le truc au sérieux ou juste partir du principe qu’il est teubé ? « Je suis mauvaise ? » elle répète légèrement dubitative, parce qu’elle ne pige pas l’adjectif-là. Elle est méchante ? Pas fair-play ? Injuste ? Un peu de tout ça à la fois ? Jill, c’est clair qu’à force de se regarder le nombril, elle a tendance à tout ramener à elle avec sa personnalité de petit tyran qui veut que tout se passe comme elle l’avait prévu. « Ok, t’as le droit de te plaindre de la manière dont je te traite. » elle veut bien lui accorder cette partie, parce qu’elle est loin d’être tendre avec lui depuis le début du jeu. « Mais c’est quoi ce bashing tout nouveau sur Rosamie ? » Il peut pas juste se la fermer et faire son deuil tout pathétique dans son coin en silence ? « C’est ton petit côté hater qui débarque IRL ? » elle demande en l’observant fixement, avant qu’il ne tente de l’attaquer sur un tout autre sujet. Jill, elle a un peu du mal à capter comment les autres considèrent ce truc avec Santo. Dans le fond, elle s’en tape royal du gars et elle a toujours été très claire à ce sujet. Son crush, c’est avant tout un délire super egocentrique où elle espère secrètement un move de sa part pour mieux pouvoir le jeter en petite queen dominatrice. La môme, elle est vraiment fucked up sentimentalement et ça ne l’intéresse pas du tout de se retrouver bloquée avec un mec auquel il manque un dent. Peut-être que s’il n’y avait pas Kara pour lui créer un complexe d’infériorité, ça ferait bien longtemps qu’elle l’aurait ghosté le rital. « Je m’en bats les reins de ce gars. » elle glisse dans un haussement d’épaule. « Il n’y aura jamais rien. Je ne suis pas venue ici pour m’attacher à la première bite venue. » On ne dirait pas trop comme ça, mais son petit harcèlement à l’encontre de Kara il la concerne surtout elle. Jill, elle se sent négligée. La jalousie, ce n’est pas un trait de caractère qu’elle assume avec son côté osef perpétuel. Elle ne veut pas donner de l’importance à Santo, mais c’est ce qui finit par arriver contre sa volonté, tout simplement parce qu’il a arrêté de la regarder comme il le faisait pendant la première semaine pour se laisser happer par sa pote boiteuse. Carlito/Rosamie, ça n’a rien à voir avec la storyline qu’ils partagent tous les deux. Il lui demande si elle aurait préféré qu’il sorte et elle le fixe pendant quelques secondes l’air de sincèrement réfléchir au plaisir que pourrait lui procurer son éviction du programme. « Non. » Jill, elle a toujours entretenu une relation un peu spéciale avec ce tordu. Ils se confient pas mal l’un à l’autre, même si la plupart du temps ça devient gênant à cause des révélations creepy de Carlito. La môme, elle ne l’a jamais nominé même s’il l’aurait peut-être parfois mérité. Sur les dernières éliminations, si on se fie à ses affinités avec les autres candidats, ce n’est pas trop compliqué de capter qui elle aurait voulu jeter à la place de Lejla. Et non, ce n’est pas le garçon aussi chelou soit-il. « Pour le public, ça doit quand même être plus fun de mater les aventures de l’accident ambulant de la saison que celles d’une candidate chill qui ne fait pas chier le monde. » Faut pas se leurrer. Carl, il bénéficie de l’effet curiosité malsaine de la part des télespectateurs qui doivent se demander quelle va être sa prochaine lubie de petit weirdo de compèt’. « Ça m’énerve qu’elle soit partie sans avoir eu le temps de faire certaines choses. » Et là, elle ne parle pas de l’autre gland de Costa. Lejla, elle a débarqué dans l’émission avec un but et des convictions au contraire d’une Jill qui se la joue grosse touriste avec son secret tout pété. « Je revis l’annulation de Pushing Daisies en milieu de saison 2. » elle se plaint un peu. Trop précipité et dénuée d’une fin correcte. Jill, elle se sent grave frustrée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
HAL 9000. (mercredi à 14h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: HAL 9000. (mercredi à 14h45) — Sam 27 Juin - 1:17

Jill lui demande s’il est déçu de la tournure des choses et il préfère tourner ça en mode Rosamie est décevante, c’est plus parlant comme ça et surtout plus réaliste. Parce que Carl il aime pas ce qu’il a découvert sur elle, ce qu’elle a pu dire et montrer pendant leur échange sur le balcon alors oui y’a de la déception, fallait au moins ça pour écorcher à ce point l’image de son ex princesse à ses yeux et ça n’a pas raté. Il voit bien que Jill tente de le faire passer pour le gars qui se croit irréprochable alors que c’est le cas, si elle faisait un peu plus gaffe à lui elle saurait qu’il s’auto-enfonce pas mal dans cette histoire et qu’il a jamais été question de foutre tous les torts sur Rosamie. Il a les siens Carl, ce qu’il a fait pendant des semaines c’est craignos et on l’entendra jamais dire le contraire. Par contre la notion de déception à son sujet elle est pas possible, et il se demande un peu si Jill fait exprès là ou si son mood fielleux de cette semaine ça lui fait un peu perdre le sens des réalités. « J’pouvais pas être décevant moi, y’avait zéro surprise de mon côté. » il lui rappelle sobrement pour casser sa raillerie qui l’atteint pas pour le coup. Alors bien sûr pour pas s’étonner de la non évolution du bonhomme annoncée depuis le premier jour il fallait ouvrir les yeux ça c’est la base, mais lui il y peut rien si Rosamie et peut-être d’autres ont choisi de considérer le problème avec un mois de retard. Un mec comme Carl ne pouvait pas non plus anéantir les espoirs placés en lui puisque si les gens sont logiques ils n’étaient pas censés miser une seule seconde sur un mec pareil dans cette aventure. On mise sur des candidats qui peuvent accomplir des choses et se révéler en tant que joueurs, notamment, mais Carl y’avait rien à en tirer et ça aussi c’était plus ou moins officiel depuis le début. Jill elle lâche pas l’affaire avec son moment de mental breakdown sur le balcon à Graz, et son insistance finit par convaincre l’irlandais d’en parler et d'y donner l’importance qu’elle semble juger nécessaire. « Bon. » Il soupire un coup, c’est fou l’influence qu’elle a sur lui quand même. Okay le sujet va être abordé sérieusement mais ça lui coûte à Carl de revenir dessus, on peut pas dire que ce soit son meilleur souvenir de son séjour en Autriche autant pour la discussion qui s’est tenue avant que pour le geste en lui-même, complètement what the fuck il est le premier à le penser. « J’fais un truc qui s’appelle la dépersonnalisation quand je stresse beaucoup et pas la peine de rajouter ça sur la liste de tous les trucs de taré que tu m’associes déjà, il paraît que plein de gens très équilibrés en font. » Un mécanisme de défense du cerveau ou un truc du genre en cas de forte angoisse, il est pas capable de placer le moindre jargon médical sur le phénomène mais si ça l’intrigue il précisera peut-être un peu plus les choses par la suite avec ses propres mots. Et pour le diagnostic en lui-même merci google évidemment « L’autre jour j’ai paniqué. Tout était en train de se casser la gueule, y’avait Rosamie qui me criait dessus et qui me menaçait, elle pleurait et elle était en colère en même temps, c’était le chaos total et surtout trop d’un coup alors j’ai vrillé et mon cerveau a pas voulu dealer avec ce carnage je crois. C’est là que j’ai commencé à me sentir détaché de mon corps, déjà qu’en temps normal je contrôle pas grand-chose mais alors là.. » Pire sensation du monde si on l’écoute et encore Carl il a jamais expérimenté la déréalisation qui se situe à un level hautement plus flippant encore. C’est tout un monde d’illusions qui s’est effondré autour de lui ce jour-là, à partir du moment où l’image de Rosamie s’est fissurée il pouvait plus rien sauver et le choc des mots a été trop compliqué à gérer. La cassure marquant la fin de l’idéalisation de sa belle c’est un moment qu’il a longtemps redouté parce qu’il savait que ce serait sacrément pénible à traverser alors quand c’est venu ça l’a fait vriller Carl, et il a eu la réaction que l’on connaît. La pire qui soit sans doute, mais pas du tout dans l’optique que l’on serait tenté d’imaginer. « Je voulais pas supporter ça plus longtemps alors mon réflexe ça a été la fuite. C'est bête mais c'est comme ça. J’avais les idées en vrac mais je crois pas que j’aurais vraiment sauté, ou peut-être que si j'sais pas vraiment mais pas avec le projet de mourir en tout cas. Genre vraiment pas. » Les gens peuvent penser que ça cachait un moyen de pression sur Rosamie ou une volonté de laisser sa peau cinq mètres plus bas, lui affirmera jusqu’au bout que c’était pas le cas. Il a juste pas réfléchi à ce qu’il faisait Carl, comme toujours. « Tu me crois si tu veux pour tout ça. » il conclut dans un haussement d’épaules et franchement Jill elle peut bien dire qu’il arrange la réalité à sa sauce si ça la démange, Carl il sait ce qu’il dit et il s’en fiche pas mal à ce stade qu’on se range de son côté ou pas. Si elle veut à tout prix se convaincre qu’il est suicidaire il pourra rien contre ça, c’est elle qui voit maintenant mais elle devrait savoir qu’il est plus réputé pour son honnêteté parfois déconcertante que pour l’inverse. « Tu trouves que c’est grave et c’est clair que ça craint pour le message que ça a apparemment envoyé. C’est dramatique le suicide et je rigole pas du tout avec ça hein, la prod non plus d’ailleurs d’après ce que j’ai compris. Bref j’suis pas fier de moi mais j’ai pas envie que vous planquiez tous les couteaux ou j’sais pas quoi, parce que ça va. » Si aller bien ça veut dire être encore capable d’affronter la vie aussi moche soit-elle et ne pas avoir d’idées noires alors oui, il va bien Carl. Il hausse simplement les épaules quand elle lui demande ce qu’il a pensé du traitement de cet épisode dans la dernière rubrique d’Elena. « J’en pense pas grand-chose. J’aurais préféré qu’elle en parle pas quoi, c’est tout. » Que la russe trouve ça aussi pitoyable que marrant ça le désole un peu, mais il préfère encore ça au fait d’être pris au sérieux sur une démarche qui n’était pas du tout la sienne. Y’a Jill qui réagit à l’adjectif qu’il emploie la concernant, et c’est pourtant pas faute d’avoir été clair là. « Ouais. T’es pas cool aujourd’hui. » il reformule avec simplicité. Apparemment il a le droit de se plaindre de la façon dont elle le traite, elle reconnaît donc qu’il prend cher avec elle et ce réalisme venant de l’américaine ça le dépite bien plus que ça le soulage Carl. « C’est vrai que t’es dure avec moi, même quand t’es dans ton état normal.. » il soupire en croisant furtivement son regard, comme s’il espérait obtenir une réaction à cette vérité brute qu’elle n’est plus en mesure de contester maintenant. Y’a des moments où ça va, Jill le considère presque comme un candidat lambda mais y’en a aussi beaucoup (trop) où l’irlandais se sent plus que négligé, à la limite d’être traité comme la chose la plus insignifiante de ce chalet. De son côté il a toujours placé Jill au même niveau que ses liens les plus positifs car il l’aime bien, et y’a même des chances qu’il ait déjà laissé échapper qu’il l’aimait beaucoup. Ça fait un peu pitié quand les choses sont aussi peu équitables mais il a l’habitude Carl de donner beaucoup plus que ce qu’il reçoit. Le mot bashing il est beaucoup trop fort là par contre, à tel point qu’il lui écorche même l’oreille car il a pas l’impression de s’acharner sur son ex princesse. « Je bashe personne, j’lui mets pas des nominations et des haches dans la tronche en l’occurrence. » À bon entendeur. Pas encore il pourrait préciser mais c’est pas son intention au départ et clairement si elle lui avait pas fait comprendre que tous les coups étaient permis il aurait continué comme un débile à la protéger malgré sa déception bien réelle. « Le reste c’est juste que j’ai ouvert les yeux mais j’comprends pas là, t’es pas censée me dire que t’avais raison et tout ? » Elle est où la Jill toute fière d’avoir anticipé le truc ? Celle qui comprenait pas ce qu’il lui trouvait de si extraordinaire, maintenant que lui aussi se le demande il croyait vraiment avoir droit à une leçon de morale dans les règles agrémentée d’une touche de moquerie terriblement Jilienne. « Et s’il avait été open ? » il la questionne au sujet de Santo dont elle se bat apparemment les reins. Qu’elle soit pas venue se trouver un gars okay il la croit mais y’a quand même eu un crush pour le blond, c’est qu’il l’a au moins un peu intéressée à un moment donné. Carl il juge pas car franchement il est pas trop autorisé à la ramener dans sa position, juste que ça l’intrigue quoi et que Jill, mine de rien, elle opère un virage à 360 degrés sur le gars après avoir tenté d’exister à ses yeux pendant des semaines. La gestion de leur crush déchu elle se ressemble, ils sont aussi contradictoires l’un que l’autre. « Accident ambulant. » il relève dans un soupir. Et après faudrait qu’il prenne confiance en lui Carl. « Louis m’avait prévenu que le public risquait de me sauver pour de mauvaises raisons. » En l’occurrence pour son histoire malaisante avec Rosamie qui doit bien faire jaser dehors mais ça l’entonnerait pas que ses frasques en général aient plus largement contribué à son sauvetage dimanche. C’est chaud parce qu’on se souviendra de lui pour ça et pas comme d’un grand joueur, mais c’était écrit de toute façon qu’il connaîtrait ce genre de destin foireux. « Elle reviendra non ? » Lejla il l’imagine bien prendre le premier vol pour Hallstatt dès que la prod aura ouvert les portes du chalet aux éliminés, surtout que le retour des anciens d’après ce qu’il sait c’est plus très loin. Carl il laisse couler l’allusion à Pushing Daisies vu qu’encore une fois il possède pas la ref, et préfère se concentrer sur un truc qui lui revient à l’esprit. « T’as vraiment pleuré Jill ? » il demande encore un peu déconcerté par la photo postée sur sa page juste après le départ de sa copine. Il s’attendait pas à ça Carl, il pensait pas que ça pouvait l’affecter à ce point-là et que les larmes seraient ainsi de sortie.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: PISCINE INTÉRIEURE-
Sauter vers: