Le deal à ne pas rater :
Pokémon EB06 : chez quels marchands trouver des coffrets Règne de ...
Voir le deal

Partagez
 

 Les choses. (mardi, 17h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Les choses. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Les choses. (mardi, 17h30) — Lun 15 Juin - 22:00

@cami

Pour s'empêcher de sombrer à nouveau dans ses problèmes compulsifs de jeu résultant systématiquement en une nouvelle humiliation à base de marmottes de merde, Costa s'est éloigné de la bibliothèque pour aller se percher sur le balcon, armé de ses clopes et de sa tablette. Avec les départs de Lejla et plus encore d'Aera, il se retrouve à devoir occuper les plages horaires qui leur étaient auparavant destinées. C'est vital, parce qu'il peut pas se retrouver sans rien branler plus d'une demi-heure, sous peine d'enclencher le mode relou de son cerveau, qui l'embrouille encore et encore et encore. Paradoxalement, Costa, il est fait pour réfléchir, mais pas pour penser. Quand il pense, ce n'est jamais à rien de bon, ça l'entraîne toujours sur des chemins sinueux et casse gueules, dans des bails sombres qu'il préfère s'épargner, c'est jamais contrôlé, jamais contrôlable, et Cos, quand il se contrôle pas, il peut très vite partir en couilles. Sa tablette, ça le distrait toujours un temps, mais au bout d'un moment, à scroller indéfiniment sur des photos et des commentaires qu'il a déjà vus, il finit par divaguer, par machinalement lancer son esprit sur des dédales dangereux pour un mec comme lui. Alors quand il sent qu'il flirte trop avec le côté non-bienvenu de son esprit, il switch le mode de contrôle pour se mettre à réfléchir et là, ce sont les nominations qu'il finit par décortiquer toujours un peu plus. il est toujours en train de sonder les différents binômes, en scrollant sans même plus regarder l'écran, quand la porte menant sur le balcon s'ouvre pour laisser entrevoir Camilla. Il réintègre la réalité une seconde après avoir levé les yeux vers elle et l'accueille finalement dans sa bulle avec un sourire. Il se décale pour lui laisser de la place sur le fauteuil qu'il a investi et balance sa tablette sur le côté, plus emballé par cette nouvelle occupation. « Dis donc, t'as reçu combien de cadeaux de Graz, toi » il remarque d'un ton faussement accusateur. Louis, évidemment, et Roma aussi. Manquerait plus que Jill ait fait l'effort de lui ramener un truc de leur patelin aussi. Lui, il a toujours pas retiré le bracelet à l'esthétique et l'intention franchement douteuses qu'elle lui a offert façon maître qui fout une puce électronique à son clebs, principalement parce qu'il a oublié qu'il était là, après un certain temps. Le ruban, par contre, il sait pas où il est. « Je t'avais ramené un truc aussi mais je sais pas si c'est très sain, tout cet amour » il s'amuse. Surtout pour Camilla l'handicapée sociale (soi disant, parce qu'elle s'en sort finalement pas si mal), faudrait pas qu'elle switch dans l'excès de confiance.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
Les choses. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Les choses. (mardi, 17h30) — Mer 17 Juin - 1:52

Elle débarque pour squatter Costa et lui voler quelques secondes de son attention. Il attise sa curiosité en lui parlant d'un cadeau ramené. Elle hausse des sourcils en mode petit suspens concernant le nombre indécent de cadeau : deux. « Pas assez » elle répond dans un sourire. Heureusement qu'il est là pour rémédier à tout cela. « Tu sais ce qu'il me manque ? » elle lui demande tout en sachant que non, il n'en n'a aucune idée, c'est bien ça qu'il faut mettre en lumière avec sa question. Ses prunelles captent son regard pour être bien sûre qu'il la suive ou au moins, ne l'écoute. La môme s'en va alors poser sa petite main à l'endroit où bat le coeur de Costa en fermant théâtralement les paupières pour lui faire comprendre qu'il ne lui manque plus que son petit palpitant pour la rendre accomplie. « Ca » elle glisse en mode baratineuse du dimanche, à force d'avoir côtoyée trois italiens soient disant grands amoureux des femmes, ça laisse des putains de sévices dans son niveau de bullshit romantique. « Bon aller, trêve de plaisanterie » elle dit en lui tendant une main pour réceptionner son gift bien mérité. Envoie la sauce, Costa maintenant que t'as teasé la chose. « Oublie pas que j'ai géré ton fratello pendant sept jours » elle lui annonce en comptant sur ses mains tous les jours de la semaine, dans un sourire, même si c'est plutôt l'inverse qui est vrai. Elle aime bien penser qu'elle lui a donné un petit goal à Santo cette semaine, s'occuper de la vrillée de service qui fatigue tout le monde avec ses questions, histoire qu'il ait également un aperçu de ce que subit Louis depuis un certain temps. « D'ailleurs t'avais pas trop l'air enthousiaste pendant nos retrouvailles... » elle annonce sobrement avec un air un peu contrit, la vérité étant que Costa avait eu son lot de bordel pendant le prime, mais quand même. Cami, c'est une bestiole qui flaire de loin les prémices d'un abandon ou de l'intérêt portée à une autre alors elle est déterminée à planter à nouveau des petites graines de sa présence dans son crâne. Elle s'en va même vérifier s'il porte encore son bracelet et heureusement pour lui, c'est le cas. Un bon point sur l'Italie, ça va. « Raconte, tu as fais quoi alors ? » elle lui demande dans un sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Les choses. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Les choses. (mardi, 17h30) — Jeu 18 Juin - 16:31

Il se retient de ricaner face à la robe de Cami qu'on voit traîner ça et là dès qu'elle passe quelque part, puisque sa traîne la suit toujours plusieurs mètres derrière elle. Pour une fois que c'est quelqu'un d'autre que lui qui se tape un gage à la con. Lui, c'est bon, entre la semaine à poil et parler à la troisième personne, il a donné. Au moins, lui, on laisse son corps d'italien full options panneau solaire absorber tout le début le farniente qu'il a à disposition. En tant que future mariée, c'est pas si déconnant qu'elle exige son lot de cadeaux de la part de tout le monde. ça l'étonne même qu'elle ait pas encore eu recours à cette stratégie-là pour lui soutirer un truc mais en même temps, Cami, elle dirait : donc tu ne m'aimes que quand je me marie, c'est ça ? Elle pose sa main sur son tee-shirt d'un air théâtral, après avoir laissé le monde en suspens et machinalement, il baisse les yeux sur le petit point de contact. « Y'a rien là, tu cherches quoi ? » il demande en lui offrant un grand regard innocent. Des côtes ? De la chair ? Un téton, à la rigueur ? Il n'a pas de cœur, Cos, c'est bien connu, c'est un affreux mafioso italien, criminel et hooligan. Cami, elle retrouve tout de suite le sens des réalités et la confiance qui va avec son statut de petite préférée qu'il a décidé de lui accorder au début du jeu et elle envoie sa main se planter sous son nez. « C'est dans ma chambre, je me balade avec toute la journée » il se moque gentiment en attrapant sa main pour la serrer de manière hyper formelle. C'est même pas planqué ni rien, elle aurait facilement pu le trouver en allant y faire un petit tour. Entre ça et le poster de Maci, Rosamie elle doit regretter la chambre immaculée de leur petit loft perso de Graz. « Un échange de bons procédés » il rappelle vu que lui, en contrepartie, il a géré son mec pendant le même laps de temps. Son mec et ses grands questionnements sur la vie et l'amour. ça l'a pas beaucoup changé de d'habitude vu qu'il passe de toute façon beaucoup de temps avec Loulou. « J'ai été la baby-sitter de la baby-sitter, il est où mon double salaire ? » Parce que derrière Louis, il y avait Jill. Sans compter Kara, tout aussi paumée en ce moment, et Carl en PLS après la découverte de la moitié de son secret. Bref, gardien de la paix à Graz, un job à plein temps, pendant que ça s'éclatait à Linz. « Il a pas fait de bêtises ? » il l'interroge quand même, tant qu'à faire. Autant avoir l'avis de l'expert temporaire de la situation Santo. Il a eu droit à pas mal de détails sur ce qu'il avait raté de l'autre côté de l'Autriche, mais toujours la version biaisée de son frère. Qui est tout sauf objectif et mesuré. Tel qu'il l'a présenté, il a quasiment mis Aera K.O. pendant leur confrontation et est tombé fou amoureux de Lejla dans la leur. « J'ai préféré te laisser bien t'entourer plutôt que t'imposer ma présence problématique, je me ramollis il parait » il explique en hochant la tête d'un air entendu. Costa il s'est retrouvé dans tous les dramas les plus futiles, durant le prime, et il n'aurait pas voulu pervertir quiconque de son aura noire et sombre. Même si elle est probablement plus flasque et négligeable maintenant, d'après Elena. « Bouge pas. C'est bien parce que tu vas te marier. » il finit par dire en laissant sa tablette sur place et en filant jusqu'à sa chambre pour lui rapporter la boite qu'il a ramenée de Graz. Un truc qu'il a trouvé par hasard en traînant en ville avec Kara, qui l'a fait exploser de rire et qu'il a acheté directement pour pouvoir le donner à Cam. Il referme derrière lui la porte du balcon, et lui tend le paquet. « Cadeau » il aligne un immense smile de petit con puis la contourne pour se rasseoir à côté d'elle et la laisser admirer à quel point il la connait bien et il l'écoute quand elle parle de ses passions. Finalement, elle l'invite à raconter sa semaine, tout ce qu'elle a loupé durant la semaine éloignés l'un de l'autre et il se cale contre le dossier du fauteuil. « J'ai trouvé le secret de Rosa. » Mais ça, elle le sait déjà, vu qu'ils ont eu droit à des images rediffusées de la révélation qui a lieu de leur côté. « Santo et Aera m'ont félicité sur le RS » il lâche l'air de rien. Clairement, il s'en branle qu'on le félicite, rien que le mot, ça le hérisse, mais Cami, elle a loupé une occasion de lui envoyer un petit mot gentil, là. « A part ça, il s'est rien passé, je me suis baladé, j'ai fait du shopping, j'ai pris des verres en terrasse... j'ai l'impression d'avoir été upgradé en classe moyenne et d'avoir pris vingt ans, je pige mieux les gens qui n'ont rien de mieux à foutre que de nous mater à la télé » il ironise, à moitié sérieux. Non, en réalité, il s'en est passé, quelques trucs, comme l'espèce de tentative de suicide de Carl, mais bon, globalement, ils ont passé une semaine assez tranquille. « Mais ça m'a fait un bien fou de bouger un peu d'ici, je commençais à péter un plomb » il admet toutefois. Comme ils en ont longuement parlé avec Louis, à plusieurs reprises. Pour des mecs comme eux, l'enfermement, l'absence de stimuli nouveaux et réguliers, c'est l'enfer. Costa, l'avoir balancé sans crier gare dans un nouvel environnement, avec un nouveau cadre de jeu, c'est le meilleur truc qui aurait pu lui arriver, après cinq semaines de routine. « C'est quoi tes astuces pour être toujours peace en toutes circonstances ? » il roule des billes vers elle avec un petit sourire.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
Les choses. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Les choses. (mardi, 17h30) — Sam 20 Juin - 16:19

Cami est là, à tater son torse avec sa petite main dans l'espoir de capter quelques battements quand il se la joue bad boy. « Ton corazon » elle minaude bien qu'il veuille lui faire comprendre que cet organe manque à sa collection. Please. La môme lui lance un regard affligé façon gosse qui ne sait pas trop comment gérer les tentatives d'humour de son daron devant tout ses copains. La honte. « Je ne te crois pas » elle glisse simplement en haussant les sourcils. Y a les deux cerveaux qui se félicitent de la garde de la moitié de l'autre. « On a bien bossé dis donc » murmure Cami dans un sourire. Elle est prête à lui faire son petit rapport sur son Santino chéri. « Je crois qu'il a pas mal kiffé la décoration du confess j'imagine » elle amorce.  « Un peu récalcitrant sur les tâches ménagères au début mais il s'est bien repris » elle invente.  « Mais adorable ton môme globalement » Cami conclut histoire de lui faire comprendre qu'il n'a pas fait de connerie le junior. En attendant, la parisienne met l'accent sur l'absence de passion du plus grand concernant leurs retrouvailles histoire de lui faire comprendre sa déception. « C'est une phrase de victime persécutée ça » elle lance lorsqu'il se déclare comme pote non désirable qui ne devrait pas faire parti de son entourage. « Bon du coup je t'ai manqué ? Parce que toi, grave » elle lance tranquillement. Costa se fait pardonner en allant lui chercher son petit gift.  « T'es trop un témoin d'exception » elle souffle, ouais parce qu'il est à elle direct, elle l'a shotgun quand elle a compris que Louis avait des intentions similaires. Ses opales se vrillent sur la boîte direct, oubliant immédiatement la présence de Costa. « Trooop bien, t'as pris la bonne écurie en plus » elle s'anime, ravie de ce cadeau super personnalisé. Quels sens du détail, ce Costa, ça fait plaisir, elle a au moins l'impression d'être écoutée quand elle s'assomme de paroles. Cami pose la boîte pour dessiner avec ses deux index un coeur dans les airs.  « On va pouvoir rendre le chat dingue avec ça » elle formente déjà en imaginant sa petite voiture télécommandée partir à la poursuite d'Alfred/Audimat. Bref, elle est trop contente mais ça l'empêche pas de se montrer faussement calme pour écouter la suite. Costa la rappelle discrètement à l'ordre. « Je préférais te le dire en vrai, ça vaaaa » elle se défend ayant bien compris qu'il soulignait son absence de réaction sur les RS. Il devrait savoir qu'elle est pas fan de ces trucs de manière général.  Elle lui claque un smack bruyant sur la joue. « Félicitations mon Coco pour la découverte d'un secret » elle ronronne. « Beaucoup trop fort » Cami, c'est la première fangirl de Costa depuis le début du game et surtout la plus désintéressée clairement. « On attend la suite, le but c'est d'arriver en demi sans plus aucun secret non ? » elle se moque parce qu'elle a bien l'impression que leur saison fait presque figure de record concernant les secrets éclatés. L'année dernière il n'y avait pas eu autant de révélations selon ses souvenirs. Peu importe, la parisienne se fait attentive lorsque son pote lui détaille sa semaine. « Je pense qu'on s'est tous laissé vivre » elle amorce pour lui dire qu'il n'est pas seul. La suite lui arrache une esquisse incompréhensible. « Qui te dit que je suis réellement toujours peace ? » Cami se contente de lui demander dans un sourire. Dans son monde à elle, la théorie des apparences compte, elle est beaucoup de chose qu'elle ne montre pas. « Je crois que je pète tellement des plombs pour des choses futiles que je n'ai plus de force pour le reste » lance distraitement la môme sans y croire, se retenant de lui dire qu'une fois qu'elle a tout perdu, elle se sent réellement peu concernée par des embrouilles de télé-réalité. Cami, à chaque fois elle s'est retrouvée à effriter ce qu'elle chérissait le plus alors forcément, maintenant elle relativise tout naturellement. Quand elle mise trop, tout s'écroule. Cami se refuse à jouer sur les prétextes classiques des huis clos pour justifier des réactions qu'elle n'aurait jamais eu à l'extérieur. « On est plus que des candidats de TR » elle lui rappelle en faisait echo à une de leurs premières conversations. « C'est qui la première personne que t'iras voir à l'extérieur ? » demande du coup la môme parce qu'elle se questionne en tentant de brosser un portrait de Costa dans cette jungle urbaine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Les choses. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Les choses. (mardi, 17h30) — Mer 24 Juin - 0:33

Cos, il balaie les doutes de Cami d'un geste vague de la main, comme s'il voulait chasser une mouche de devant son visage. Qui a le temps de s'occuper d'un cœur. Lui, il s'embarrasse pas de ce genre de détails. Ni le temps, ni l'envie, ni la possibilité. Des deux, le cœur, c'est Santo. Costa, c'est le cerveau. C'est pour ça que Santo peut se permettre d'être con et Cos peut se permettre d'être distant et froid. « Un peu trop d'indépendance à l'autre bout du monde et ça y est, on oublie toute éducation » il secoue la tête, au milieu de sa petite diatribe sur la semaine en colonie de vacances à Linz de son frère. Vivre parmi les ricains, ça ne lui a pas réussi. « N'oublie pas de me mettre 5 étoiles sur TripAdvisor. » Gosse sympa, distrayant, ne rote pas à table, s'intéresse aux secrets des autres, père génial, charismatique, drôle et intéressant. Package vivement recommandé, à tester très vite. « Le tien, rien à redire » il commente, pouce et index joints pour lui présenter un symbole de perfection. Chill, un peu relou à l'occasion mais toujours avec charme, toujours un peu partout car trop surexcité. Un délice. « Mais la prochaine fois, je vous prends en alternance, j'ai toujours voulu avoir une fille » il roucoule. Clairement, ici, il est le fier padre de ses trois mômes, dont deux singulièrement atteints du coup, et dont il ne préfère pas connaitre la nature de leur réelle relation. Mais il est persuadé qu'entre Santo et Louis qui passent leur temps à se bagarrer et à l'obliger à départager au pif qui a touché l'autre en premier avec son sabre laser en plastique, une petite Cami qui bouquine tranquillement dans son coin et qui le ferait galérer au moment de lui faire ses couettes, ça ferait son petit bonheur. Sa petite déclaration, il l'accueille avec un sourire amusé et un « tu m'as trop manqué, frangine » assuré. Dire que qui que ce soit lui a manqué, Santo mis à part, l'espace d'une semaine, ça serait mentir. La dynamique de groupe lui a manqué, le monde lui a manqué. Mais les gens en eux-mêmes, il est resté suffisamment détaché d'eux pour ne pas ressentir le manque et encore moins aussi vite. « Ah putain vous en êtes déjà là » il se marre. Témoin et tout. Il pose la main sur l'emplacement de son corazon, l'air touché par sa petite info qu'elle place l'air de rien, alors que c'est tout sauf rien. « ça y est, je crois qu'il revient » il fait mine de grimacer, dans la souffrance de la naissance brutale d'un nouvel organe dans sa poitrine. « J'ai déjà un costume de mariage, faudra que les autres s'accordent sur moi » il expose tranquillement les termes de ses engagements. Son costume, il a été fait exprès pour son propre mariage, qui n'a finalement jamais eu lieu, c'est un putain d'investissement taillé sur mesure, jusqu'à la longueur du pantalon et la couleur du tissu. Il déconne pas du tout avec son allure le jour j, et il promet à Cam et Loulou un spectacle à la hauteur de leur dream wedding. Faut juste que le reste de la clique suive. Là-dessus, il lui ramène son cadeau, qui faisait totalement tâche dans sa chambre. Il avait principalement pris ça pour déconner, Costa, évidemment, peu convaincu de l'utilité qu'elle pourrait avoir d'un jouet, mais elle a l'air sincèrement emballée par la voiture télécommandée qu'il a ramenée du fin fond de l'Autriche et l'air de rien, ça le satisfait. Cos, il a beau être hyper attentif aux gens qu'il apprécie, il n'a jamais été particulièrement doué en cadeaux. C'est juste pas son truc. Lui, il est trop habitué à aimer balancer des petites attentions occasionnelles, rarement sous forme de cadeau à proprement parlé, alors quand il se retrouve face à l'obligation formelle de devoir activement chercher un truc à offrir, il bloque. « Tu me prends pour un amateur ? » il sourit. Evidemment qu'il a pris la bonne écurie, il n'aurait pas risqué un incident diplomatique. Entre la surprise contente sur ses traits et le bisou qu'elle colle sur sa joue pour le féliciter de façon totalement spontanée, Costa, il prend ses aises et il apprécie totalement à quel point la gosse qui a manqué de lui retourner une droite quand il lui a fait un câlin surprise est loin, aujourd'hui. « Le but c'est que Santino et moi, on soit les seuls à balancer la sauce le soir de la demi, ouais, plus percutant » il lâche d'un air hyper sérieux, au-delà de son rictus amusé. Parce que le fait que leur(s) secret(s) soi(en)t noyé(s) au milieu d'une masse d'autres, ça ne les a jamais enchantés. Dans leur tête, ils n'imaginent rien d'autre qu'un théâtre exclusif, un parloir unique, les spotlights braqués sur eux et leur histoire, rien d'autre. Du coup, ils ont eu leur phase où ils ont tous les deux submergé les autres d'indices en tout genre, plus ou moins gros comme des maisons, pour avoir leur petit moment à eux en avant-première. Cos, ça lui est vite passé, le goût du challenge reprenant le dessus, et maintenant, le nouveau plan, c'est de se privatiser les demis-finales. « D'ailleurs, t'es la prochaine sur la liste » il lâche l'air de rien, à moitié sérieux. Il n'a rien eu de mieux à faire, à Graz, entre deux conversations banales, que de cogiter sur tout et tout le monde. Sa distraction principale, c'était de s'interroger sur les secrets des uns et des autres. Et l'autre binôme, forcément, il avait une place de choix dans son petit panthéon de recherche. Cami tout particulièrement. Il capte un regard sceptique et ça suffit à l'intéresser, quand elle le contredit. L'air de rien, Cami, elle en dit pas beaucoup sur elle. Elle parle de sa vie, de sa famille, de ce qu'elle aime, mais jamais vraiment d'elle-même, ou toujours avec la même distance dont lui s'auréole inconsciemment, quand il parle. Il y a un truc qui la rend un peu difficile à cerner. « Je trouve que tu réagis plutôt bien aux choses futiles ici » il remarque. Toutes les conneries qui sont lâchées à tout va, les pseudo dramas, les répliques hasardeuses des uns et des autres pour s'énerver mutuellement, les autres et leurs personnalités parfois cheloues. « Tu nous caches quoi d'autre ? » il s'amuse.   « C'est quoi qui te fait vraiment vriller, dehors ? » Il hoche finalement la tête. Ils sont plus que ça, oui. Costa, il ne s'est même jamais perçu à travers ça. Tout ça, c'est juste un moyen, et il est déjà bien trop de choses pour rajouter ça, plus personne ne s'en souviendra d'ici un an, quand il aura retrouvé sa vie. « Mon dealer » il répond sans hésiter. « Je tuerais pour un joint » il ajoute en s'étirant les bras au-dessus de sa tête comme un loir. ça commence à faire long, six semaines, pour lui qui fume trop, beaucoup trop, dans sa vie de tous les jours. Et très objectivement, c'est probablement le mec qu'il reverra en premier, puisqu'il doit de toute façon repasser par Londres avant de prendre son allé simple vers Naples. Il a gardé son appartement jusque-là juste au cas où l'un des deux se faisait virer du jeu plus tôt que prévu. « Ma sœur sûrement, et son fils, il est né après que je sois parti, pour l'instant, pour moi, c'est trois pixels sur un téléphone » il sourit en pensant à eux et surtout à elle, vu qu'il a moyennement eu l'occasion de bonder avec son neveu jusque-là, en personne du moins. « J'espère pouvoir la revoir. » il soupire, en se corrigeant machinalement. « L'après, c'est un grand mystère pour moi. Je vais être happé par pas mal de trucs. » Il sait pas trop comment transmettre cette idée-là aux autres sans leur dire cash qu'ils risquent de ne plus trop avoir de nouvelles de lui. Son futur, il est instable, imprévisible, lourd aussi. C'est pas grave, pour lui, il est prêt pour tout ça, il n'a qu'une hâte, c'est se jeter tête la première dedans pour embrasser sa vie au plus haut. Il n'a jamais eu peur, Costa. « Et toi, t'iras voir qui ? » il lui retourne naturellement la question en tirant son paquet de clopes de sa poche pour en caler une entre ses dents.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
Les choses. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Les choses. (mardi, 17h30) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: BALCON-
Sauter vers: