Partagez
 

 rambo (lun, 19h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
rambo (lun, 19h30) Empty
Message (#) Sujet: rambo (lun, 19h30) — Mar 16 Juin - 13:12

@Carl

Carl! Il n'allait pas l'esquiver, l'irlandais. Ils s'étaient pas captés depuis un bail tous les deux. En vérité ils s'étaient rarement vraiment captés dans cette aventure, se satisfaisant bien de la présence passive de l'autre sans chercher à trop provoquer des discussions. Santo observait Carl de loin, Carl observait sans doute Santo de loin, e basta. Même la petite amertume qu'il avait pu ressentir vis-à-vis de l'histoire Carl/Costa s'était envolée. Ca avait duré quelques jours, le temps d'essayer de comprendre pourquoi l'irish ressentait autant ce besoin de se fighter avec son frate, mais c'était de l'histoire ancienne. Son secret il avait eu le temps de le digérer pendant sa semaine d'isolement à Linz. En réalité Santo il était un peu loin du délire de cyber stalking, d'une part parce que ça ne lui parlait pas, et d'autre part parce qu'il n'y voyait qu'un symptôme d'un truc plus large que semblait se traîner historiquement Carl. Il n'avait jamais voulu s'en mêler, laissant Rosa gérer ses affaires avec lui sans y porter de jugement et il n'allait pas s'y attaquer aujourd'hui. Par contre, la prod les avait associés dans cette mission destructrice des nominations de la semaine. Et ça, pour Santo, c'était une raison suffisante pour secouer l'entente cordiale et détachée qui régnait entre eux. Viens, on va faire des photos. Avec le retour à la maison il avait aussi remis la main sur le fameux Polaroïd dont ils avaient discuté à la patinoire. Y'avait un soleil resplendissant aujourd'hui, de quoi lui foutre une pêche d'enfer à Santo. Je veux que du positivisme aujourd'hui. Clope au bec et yeux braqués vers le brun. Ils avaient tous compris que c'était pas évident de faire face à la révélation de son secret, right. Son crush envers Rosamie était en pleine chute libre, right. Mais ça Santo il s'en branlait un peu. Son rôle c'était pas celui d'une Aera ou d'une Maci. Ils n'allaient pas devenir meilleurs potes ou confidents en quelques jours, par contre ils pouvaient chercher à renverser les tendances. Comment on s'évite les nominations ? Il le défiait un peu de son regard gris, sourire au coin des lèvres et bras tendu pour lui filer l'appareil. Donne-moi cinq propositions. Santo il s'était à son tour transformé en mini-coach d'un jour. C'était un truc qu'il avait toujours kiffé faire ça, foncer sur le terrain, se confronter aux personnes, les pousser dans leurs retranchements, chercher à éveiller la folie, l'amusement, le bordel. C'était un gars du contact humain, même s'il ne laissait que peu de personnes franchir un certain cap. Avec Carl cet après-midi ils allaient au moins essayer de sortir leurs tripes pour s'éviter une part de fatalité.

_________________
rambo (lun, 19h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
rambo (lun, 19h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: rambo (lun, 19h30) — Mer 17 Juin - 20:42

Il se fait alpaguer par Santo au détour d’un couloir et se laisse entraîner sans poser de questions car ce sera pas compliqué de faire ce qu’on veut de lui ce soir, sans qu’on sache trop s’il est d’abord dans de bonnes dispositions ou d’abord trop crevé pour opposer la moindre résistance. Ça part en tout cas en soirée photos et pour le convaincre le blond sait s’y prendre puisqu’il a pris son fameux polaroid avec lui, celui dont Carl n’était pas sûr de voir la couleur un jour et clairement il aurait pas osé le relancer là-dessus. « Il fonctionne alors ? C’est trop cool parce que j’y pensais justement la semaine dernière. » Il s’était dit que Santo avait peut-être oublié ce dont ils avaient parlé mais il constate que non, et ça lui fout un gros coup de boost à Carl de savoir qu’il va avoir le fameux polaroid entre les mains ce soir. Santo annonce direct le mood à adopter : du positivisme sinon rien, il en prend donc note avant de se laisser traîner jusqu’au lac qui est sûrement son spot préféré à Hallstatt. Ses toutes premières photos c’est ici qu’il les a faites, et c’est aussi là qu’on trouve la plus belle vue du coin selon lui. Les nominations tardent pas à être évoquées et il capte que l’italien envisage pas un autre scénario que celui d’y échapper, Carl est d’ailleurs censé mener une réflexion interne dans cette optique. Cinq propositions de trucs à mettre en place pour leur éviter le prochain banc ? Il est pas sûr d’être équipé pour sortir cinq trucs pertinents l’irlandais. Santo il a l’air d’oublier que c’est lui, et pas Carl le cerveau de ce duo pour le moins improbable. « À part supplier William de te changer de binôme.. » Merde du positivisme on a dit ! Il secoue la tête et ouvre ses deux paumes face à Santo pour lui faire savoir qu’il va se reprendre et que cette réplique de craignos là, faut pas la calculer. « Bon, bon. Si je savais qui me nomine je pourrais être plein de gentilles attentions mais flemme de mener mon enquête là je t’avoue. » Genre blinder les boites aux lettres des candidats concernés de cadeaux évidemment pas anonymes pour gagner des points, ce serait une démarche très intéressée qui ne tromperait personne mais la subtilité n’a jamais été son fort en même temps. Sauf que comme il vient de dire à ce stade il peut que supposer qui le nomine (en dehors de Rosamie et Costa qui ont dû l’admettre dimanche) et ça l’avance pas trop. « Je peux refaire mes sandwichs sinon, hm. » il propose d’une voix manquant de conviction tout en checkant la réaction de Santo pour jauger si le projet a du potentiel ou non. Mouais, la dernière fois qu’il s’est ramené avec un plat de sandwichs c’était pour s’excuser d’avoir pété un câble pendant un prime et son initiative elle avait été snobée par 80% des candidats il s’en souvient très bien. Comment oublier un fail pareil. « C’est dur en vrai parce que ceux qui me nominent sont sûrement pas disposés à changer leurs plans comme ça et j’vais pas mentir, quand j’ai vu les binômes je me suis direct dit que t’étais ma seule chance d’éviter d’y repasser une deuxième fois. » C'est absolument pas garanti mais il se sent quand même plus safe avec un gars comme Santo plutôt que tout seul face aux votes même si le risque, là, ça reste qu'il entraine l'italien dans sa disgrâce. Il a officiellement ses détracteurs Carl, des candidats qui n’hésiteront sans doute pas à donner son nom jusqu’à la fin pour différentes raisons. Ceux qui ont un réel problème avec son secret et/ou son comportement, ceux qui se sentent pas proches de lui, ou encore ceux qui trouvent ça bien de suivre la tendance du moment et de tirer sur l’ambulance. Lui le perçoit comme un acharnement sur sa tronche entre ça et les haches qu’il reçoit depuis une semaine et quand il voit le score qu’il a fait dimanche il arrive à se réjouir mais avec retenue et une certaine culpabilité, aussi. Il savait qu'après ce sauvetage inattendu il redeviendrait le pestiféré de la bande Carl, c’est bien de se savoir soutenu dehors mais le plaisir il est pas aussi intense quand dans le jeu le soutien il est nulle part. En plus de ça certains camarades semblent lui reprocher d'être resté quand des candidates jugées plus méritantes que lui ont pris la porte, pas facile à gérer ça non plus. Enfin bon il est censé aborder les choses avec positivité là il oublie pas alors il tente de trouver ça en lui et de balayer les sentiments mitigés que tout ça lui inspire. « Tu sais je crois que certains partent du principe que vu comment je déconne je serais mieux dehors, pour ma santé mentale et tout, mais moi aujourd’hui c’est ici que j’me sens au plus proche d’être heureux. » Il irait pas jusqu’à dire que sa place il a fini par la trouver, ce serait risqué à avancer en ce moment, mais il vit beaucoup mieux le fait d’être ici que l’éventualité d’être renvoyé dans sa vie dehors où il n’a rien, où il n’est rien. Carl il le dit pas souvent mais il se plait bien dans ce jeu même si c’est pas facile tous les jours, il ressent d'ailleurs un truc qu’il connaît pas très bien en pensant aux six semaines déjà écoulées : un semblant de fierté. Il est allé déjà tellement plus loin qu’il le pensait c’est fou quand il reconsidère son état d’esprit démissionnaire du tout début, lorsqu'il pensait durer une semaine et se demandait franchement dans quoi il s'était embarqué. Les votes du public c’est pareil il misait pas du tout dessus et c’est pas faute d’avoir dit à tout le monde qu’il pensait sortir dimanche, ça motive quand même un peu pour la suite et ça donne envie de s’accrocher du coup. Ça tourne limite au challenge perso pour lui qui n’a pourtant rien d’un joueur, alors qu’au départ c’était juste censé englober quelques semaines de sa vie dans le meilleur des cas le temps de réfléchir à ce qu’il allait faire de sa peau. Il avait pas de réel goal en faisant cette aventure Carl, et maintenant il arrive à se trouver des raisons de vouloir rester. « T’as pas trop badé en découvrant ton binôme ? » il lance à l’Italien avec légèreté car il est parfaitement apte à entendre que se retrouver en binôme avec lui c’est comme hériter du plus gros boulet du game. Il a le droit d’être dégoûté Santo même si ce serait pas trop dans la vibe du jour de l'admettre et que c’est surtout pas l’impression qu’il donne là, et c’est bien pour ça qu’il suppose pas directement que ça a dû le flinguer comme nouvelle dimanche. On notera qu’il est loin d’avoir donné ses cinq arguments Carl mais c’est encore en réflexion là, ça mouline actuellement dans sa boîte crânienne.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
rambo (lun, 19h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: rambo (lun, 19h30) — Ven 19 Juin - 17:55

Ouais pardon j'avais zappé et vu qu'après y'a eu Linz et tout... Ses lèvres s'étaient déliées en un sourire avant de tendre la bête à Don Carlo. Santo franchement ça le faisait plus marrer qu'autre chose les pola. C'était le genre de trucs qu'il aurait bien aimé avoir à Naples, pour prendre des photos de cons avec ses fratelli. A Miami, l'achat s'était simplement fait sur un coup de tête. Il s'était dit que, pourquoi pas, ça pourrait servir au fin fond de son aventure. Histoire d'avoir quelques souvenirs de ces semaines en éclipse, à accrocher sur un mur un de ces jours. Mais depuis, il s'en était désintéressé aussi vite qu'il y avait vu un intérêt. Evidemment c'était toute une technique pour accrocher l'attention de l'irlandais et dérouler son petit jeu. L'étau s'était vachement resserré depuis les dernières éliminations et cette histoire de binôme arrangeait pas trop son affaire à Santo. Lui, il détestait dépendre des autres. Il avait toujours appris à gérer ses affaires à sa façon. Souvent conditionné par quelque chose de plus grand, un attachement à ses potes, aux petites choses de la vie, à un groupe. Mais au moins, il ne s'encombrait jamais du devoir, de la responsabilité de quelqu'un d'autre. Il croyait déjà suffisamment à Dieu et au destin pour ça. Alors Carl, il comptait bien le secouer. Et à ce stade ça tenait plus d'un petit délire perso que d'une réelle certitude de faire changer les tendances. Carl, je vais pas changer de binôme, donc switche direct de registre. Les deux ils se dirigeaient tranquillement vers le lac. Ca aussi, c'était volontaire. Il avait bien capté qu'il kiffait cet endroit, l'irlandais. Et avec le jour qui commençait à se coucher sur la surface brillante de l'eau, Santo il était persuadé qu'il finirait par avoir gain de cause. Il ne se prenait ni pour un Costa, ni pour une Mica, lui. Son monde c'était pas d'éduquer les petits jeunes pour leur faire ouvrir les yeux. Il était plus frontal, brouillon, il agissait selon son instinct et ses envies. Et franchement, il s'en battait bien les couilles que Carl rumine encore et toujours à la façon dont les autres avaient accusé le coup de son secret. Non je pense pas qu'être au service des autres ça nous aide, sinon aucun gars n'aurait été nominé la semaine dernière. Clair, net concis. Même si c'était nice le coup des sandwichs. Il lui accordait bien ça, d'un hochement de tête. Ses lèvres scellées sur sa cigarette, il analysait calmement ses réponses. Lui aussi, au début, il avait trouvé ça creepy comme intitulé. Au fond il n'avait jamais vraiment accordé d'importance aux agissements de Carl parce que ça n'entravait en rien son propre cheminement. Si Rosa lui en avait parlé directement il aurait peut-être fait un truc, mais comme elle semblait vouloir gérer le truc à sa façon Santo s'était contenté de naviguer en électron libre autour de cette histoire. La semaine à Linz lui avait d'autant plus permis de prendre du recul sur cette révélation. En parlant avec Aera, surtout, il avait saisi qu'ils étaient loin de comprendre les tenants et aboutissants de l'histoire. Et puis franchement, Santo il était bien assez focus sur son propre secret pour éprouver autant d'engagement envers celui d'un autre. Les doutes qu'il émettait, Carl, par contre, ils étaient légitimes. Tu penses que ceux qui te nominent veulent que tu sortes pour te faire soigner ? Il résumait. Si c'est ça, c'est du bullshit. Et les votes du public devraient un peu te faire capter que c'est pas le destin qu'on te prépare là-dehors. Il avait eu le max de voix. Au détriment d'une Lejla et d'une Aera dont Santo s'était grave attaché. Ouais, ça l'avait dégoûté sur le coup, parce que Santo c'était un sanguin et un émotif. Mais c'était aussi un joueur et un mec qui croyait à la finalité des choses. Si Carl était là c'était pour une raison, un truc que pour l'instant ils étaient tous trop cons pour saisir. Ta place elle vaut autant que la notre. Il avait braqué ses yeux gris vers lui. Si tu te sens heureux ici, pourquoi tu le montres pas ? C'était illogique, comme raisonnement. Carl il avait qu'à leur exprimer des trucs, ce qu'il avait au fond du coeur et de sa tête, plutôt que de tout faire passer par le prisme de ce secret qu'on lui collait à la gueule. Non, c'est le game. S'il faut que j'me batte je me battrai. Toi ou quelqu'un d'autre, le seul fait d'être associé à quelqu'un c'est quelque chose qui me plait pas, de base. Il s'était marré entre deux taffes, simplement pour faire retomber le poids de ces quelques infos qu'ils se balançaient en mode ping pong depuis quelques minutes. Par contre, rien à voir, mais j'ai pas capté le message de ton coloc sur ta page. Je croyais que vous vous entendiez pas trop. Il laissait ses pensées fuser au gré du vent, trop excité par ce début de semaine pour se restreindre dans ses questions. Tu peux lui envoyer un doigt d'honneur d'Hallstatt en polaroïd si ça te fait du bien. Ils avaient le décor parfait pour une petite dédicace en bonne et due forme. Le napolitain, au fond, ça restait un gamin. Et lui, ce qu'il voulait, c'était faire ressortir la petite étincelle chez Carl. Lui faire montrer ses tripes, quitte à ce que ça passe par un truc aussi con qu'une photo.

_________________
rambo (lun, 19h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
rambo (lun, 19h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: rambo (lun, 19h30) — Lun 22 Juin - 20:21

« Woow hyper classe. » Carl il affiche son regard de gosse émerveillé quand Santo lui met le polaroid entre les mains. Il ose à peine le manipuler parce qu’il sait que le truc vient de Miami ce qui l’impressionne déjà un peu sans raison et puis ça se voit que c’est pas de la camelote alors certaines précautions s'imposent là. « J’ai trop hâte de l’essayer ! » Il pourrait le faire dès maintenant mais il hésite, il veut pas que sa première photo instantanée soit prise à la va-vite. Carl il tient à faire les choses bien parce que c’est pas comme les photos de sa tablette qu’il peut se permettre de rater et d’effacer, et faut avouer qu’il a un peu perdu l’habitude de mitrailler avec autre chose que ces machins ultraplats. Son sourire lui dit clairement merci à Santo, et sa promesse de l’autre fois tient toujours à savoir qu’il va en prendre soin. Il se prend une porte par contre quand il suggère que l'italien sollicite William pour obtenir une révision de son binôme, il croit pas que les choses marchent de cette façon ici mais à ses yeux c’est le recours le plus safe s'il veut s'éviter la nomination cette semaine. La compo des binômes c’est encore un truc sur lequel ils n’ont aucun pouvoir en tant que petits pions de la prod et Carl ça lui fout un sacré stress de penser qu’il joue pas seulement son destin là, il peut très bien entraîner l’italien dans sa chute si la tendance de la semaine passée se confirme. Alors il est pas serein le bonhomme et c’est compliqué là tout de suite de se montrer optimiste quand il considère qu’à ce stade c’est un miracle qu’il leur faudra pour passer à travers les mailles du filet. Être au service des autres n’est pas la bonne stratégie à adopter d’après Santo, il note et étire au passage un sourire pour la remarque plutôt appréciée sur son initiative d’il y a un mois. « Ça me fait penser que j’en ai pas foutu lourd moi la semaine dernière. » Ça lui revient parce que Santo en parle et franchement il peut bien l’avouer, ça soulagera au moins un peu sa conscience. « Le partage des tâches il était pas très équitable à Graz. » il ajoute en grimaçant et on sent qu’il est pas fier de s’être aussi peu investi dans cette histoire de corvée commune infligée aux mecs par la miss Huntzberger car c'était pas très cool pour Louis et Costa, quand il y repense. On a bien essayé de lui mettre une éponge ou un balai entre les mains mais il était pas dedans Carl, alors les autres ont pas vraiment insisté. Il sait pas s’ils ont tenu à le laisser tranquille ou s’ils voulaient simplement pas se prendre la tête avec son manque évident de bonne volonté, en tout cas la mission elle a pas vraiment été honorée de son côté et il comprend pas qu’Ophelia ait laissé passer ça parce que c’était un peu abusé. Allez, il a peut-être fait une ou deux fois la vaisselle, mais c’est tout. Carl il sait pas trop dire quelle est la motivation des candidats qui le nominent car il suppose qu’elle diffère en fonction des personnes. Mais dans son esprit très parano il croit pas que la volonté de le faire sortir cache la signification que soulève Santo. « En fait non je le disais pas trop dans ce sens. J’pense surtout qu’on veut me jarter pour plus voir ni entendre parler de mes conneries, mais que mon problème soit traité c’est pas le dos de grand monde ici je crois. » Avec les gros revirements de ces derniers jours Carl il voit plus vraiment les camarades qui lui veulent du bien, il focus beaucoup plus facilement sur ceux qui cachent pas que cohabiter avec un gars aussi perturbé ça devient franchement lourd, et un peu flippant aussi. La vraie sympathie à son égard y’en a plus tellement si on l'écoute, quand on lui dit qu’il ferait peut-être bien de consulter il le reçoit pas du tout comme une main tendue ou un conseil bienveillant, dans sa tête c’est toujours interprété de la même façon : on le prend pour un taré alors on l’oriente vers la solution du psy pour pas avoir à dealer avec ses problèmes. Carl il a tellement l’impression de ne plus compter pour personne qu’il se dit qu’une fois tous sortis y’en aura pas un pour prendre de ses nouvelles et se soucier de l’évolution de son trouble. Et pour une fois il divague peut-être pas tant que ça. « C'est un peu normal de pas se sentir légitime quand on a un parcours comme le mien non ? » Il confronte le regard de Santo qui vient de dire que sa place valait autant que la leur, mais franchement il a des doutes. Carl il a jamais mis un pied dans la chasse aux secrets en tant qu'enquêteur, ça fait des semaines qu'il gonfle tout le monde avec son crush idéalisé et il a plus qu'une moitié de secret à défendre en plus maintenant, s'il marque les esprits cette saison on sait pour quoi ce sera. Et en même temps il a jamais vendu du rêve à qui que ce soit, c'était écrit qu'il serait ce genre de candidat davantage ancré dans les dramas que dans le jeu. Il espère encore évoluer positivement ici sauf que c'est pas gagné, et c'est peut-être paradoxal mais il parvient malgré tout à se considérer à peu près heureux ici. C’est clair que ça se voit pas, encore moins en ce moment mais il peut être sacrément expressif comme tout l’inverse l’irlandais, ça dépend beaucoup des options qu’on lui offre aussi. « Je sais pas trop comment vous le dire ou vous le montrer. Et je sais pas non plus si j'ai le droit de kiffer mon aventure en ce moment alors qu'on me reproche déjà un peu d’avoir été sauvé dimanche. » Son regard s’échappe sur le côté quand il dit ça car il en est à un point où il redoute même d’évoquer son sauvetage quand on l’y a pas invité de peur de passer pour un vantard ou de retourner simplement le couteau dans la plaie. Il a reçu le plébiscite du public au détriment de deux candidates bien plus appréciées dans le chalet, forcément ça a secoué du monde ici et ça n’arrange pas franchement sa popularité déjà en berne depuis quelques temps. Carl c’est le gars dont le départ n’aurait pas affecté beaucoup de monde, il serait même sorti par la petite porte et honnêtement c’est une idée qui lui allait bien. Santo a prévu de se battre pour sa place et c’est un état d’esprit qu’il n’a pas du tout eu la semaine dernière en s’avouant vaincu dès l’annonce de sa nomination. Quand il y pense Carl il se trouve ridicule à toujours prendre les choses en mode défaitiste comme si tout était joué d’avance et qu’une mise en danger ça signait forcément une condamnation à sortir. La preuve que non puisqu’il est encore là. « Ça va être facile pour toi de nominer deux binômes ? » il l’interroge en tripotant toujours le polaroid entre ses mains. « Moi j’vais mettre tellement de temps à me décider qu'à tous les coups je vais encore me prendre un coup de pression de William. » Un peu comme chaque semaine au final, au bout d’un moment le gars il en a marre de le voir hésiter comme s’il jouait la vie de ses camarades là-dessus, alors il finit toujours par les cracher ses noms mais dans la douleur. « J’ai pas compris non plus son délire à Boris. » il commente d’un air perplexe quand Santo fait mention de son coloc sans trop de rapport avec le reste. Le type a débarqué sur sa page pour y laisser un message bien hypocrite à l’image de ce qu’il est, Carl il a mis des jours à trouver quoi lui répondre tellement il pigeait pas ce que ça venait faire là. « Il a jamais pu m'encadrer donc je sais pas d’où il sort. Je verrai bien vu que je vais devoir repasser à l’appart mais pfou.. ça me motive pas. » Il a pas le choix va bien falloir qu’il aille récupérer son appareil photo et d’autres trucs laissés sur place dans la précipitation de son inscription au programme. Santo suggère une idée qui le fait rire même si on sent qu’il a du mal à se laisser aller à ce genre de délires l’irlandais. « Tu crois ? Ce serait pas un peu.. puéril ? » En soi c’est marrant mais il s’illustre déjà dans pas mal d’actes ou paroles immatures lui valant des remarques comme le fait qu’il faudrait penser à grandir, et puis y’a un autre truc qui le freine surtout. « Il me fait peur ce mec. » il avoue d’une voix qui part un peu en sucette. Boris c’est clairement le pire mais y’a Mark aussi qu’il pourra pas éviter en sortant, chaude ambiance en perspective. Limite Abdul c’était le plus cool des trois et ça le rassure pas trop que le gars soit déjà annoncé absent pour leur future discussion à l’appart parce qu’un tête-à-tête avec les deux autres british ça s’annonce un peu tendu. « T’avais déjà vécu avec Costa avant de venir ici ? » il demande sans trop réfléchir, inspiré par le fait que la conversation ait été subitement amenée à son coloc de Brighton. Là comme ça il est tenté de supposer que oui mais en vrai il en sait rien Carl, y’a tellement d’éléments qu’il ne possède pas sur leur histoire à tous les deux. C’est même sûr qu’il est le moins informé du chalet au final vu qu’il a perdu pas mal d’occasions de récolter des infos en vouant une haine injustifiée à Costa pendant un temps, et Santo c’est pas non plus le mec avec lequel il a le plus parlé en six semaines. Il se dit qu’il est jamais trop tard pour s’intéresser et c’est de la vraie curiosité, pas une question dans le vent pour combler un blanc qui n'existe pas.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
rambo (lun, 19h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: rambo (lun, 19h30) — Mer 24 Juin - 23:43

Santo il avait globalement décidé de ne pas lâcher Carl jusqu'à ce que sa session d'ego-boost leur permette de s'assurer un pied en semaine 7. La première étape c'était de motiver l'irlandais à coup de ce qui semblait être sa passion : la photographie. Le pola traînait dans sa chambre high standing depuis des semaines, se déportant simplement d'un pallier à l'autre au fil des déplacements de sac. Tranquille j'ai plein de recharges fais toi plaisir. A défaut d'être un adepte de la photo, Santo préférait le confier à Carl qui saurait immortaliser des choses plus utiles que lui. Le cheminement jusqu'au lac leur avait permis d'aborder le sujet fâcheux de la semaine, aka les prochaines nominations qui remballaient tous ses petits plans perso. Carl, il présentait ses petits projets comme si le truc se jouait au meilleur marchand du dimanche. A ce stade, à ses yeux, y'avait que le caractère qui pouvait jouer en leur faveur. En s'écrasant à la suite de son claquage de demi-secret Carl il avait perdu de la crédibilité auprès d'eux tous. Pas facile de dealer avec une telle situation, certes, mais au lieu de se morfondre il aurait du prendre le taureau par les cornes et affirmer la réalité de sa révélation. Pour Santo c'était un problème compliqué à saisir, il s'y connaissait pas des masses là-dedans et il ne faisait clairement pas partie des personnes les plus subtiles en matière de psychologie. Mais y'avait un truc dérangeant, à voir quelqu'un assumer une position de perdant. Et c'était tout ce qu'il ne voulait pas voir, en ce lundi de nouvelle semaine. Objectivement, s'il jouait à ce jeu là c'était bien plus pour se défendre lui-même. Cet esprit de duo allait clairement en sa faveur. Il était pas con, il savait que vue la manière dont s'était déroulée la négociation Adler par rapport aux Cliffords, Cos risquait d'être nominé. Être à deux sur ce banc, c'était hors de question. Honnêtement. Tes conneries elles ne concernent que toi, et à la limite Rosa. Nous autres, on peut voir ce qu'il se passe, mais franchement je pense pas être dans le faux en disant que ça n'impacte pas notre vie dans le jeu. Il fallait qu'il se sorte ça de la tête pour arrêter de se dégrader, Carl. Lui, mis à part quelques discussions avec Rosa où ils avaient vaguement mentionné ce phénomène sous le coup de la blague, il s'en branlait complet. Et même les Cos, les Mica, les Maci, ceux qui avaient pu être plus en confrontation avec les humeurs de Carl, ne devaient clairement pas faire passer cette histoire là au premier plan. J'sais pas. T'as peut-être pas attaqué, mais à ton niveau t'as défendu ton secret pendant quatre confrontations. C'est pas dégueu. Bientôt six, s'ils comptaient leurs buzz, à Cos et lui. L'italien lui avait lâché un sourire avant de se sortir une clope et de l'allumer d'un coup sec de briquet. Carl si tu continues à penser comme ça on va se retrouver nominés et franchement, si c'est le cas, c'est moi qui t'étriperai. Il ne pouvait pas être plus clair, Santo, il voulait un mental de gagnant parce qu'à son niveau c'était suffisamment difficile de gérer cette situation. Lui, il venait de se taper une confrontation de l'enfer avec Louis et il commençait à se sentir à bout de souffle, à force de défendre son histoire. Donner pour deux, c'était pas dans ses plans, il avait besoin qu'il joue aussi un peu le jeu, Carl. Y'a quoi, qui te rend heureux, dans la vie de tous les jours ? A l'entendre, rien ne tournait rond. Et c'était peut-être vrai, Santo il était bien placé pour comprendre que certains contextes rendaient la vie de tous les jours compliquée à affronter. Mais chez eux, ils avaient appris à se battre. A créer leur propre bonheur. Ses yeux gris s'étaient braqués sur le visage de l'irlandais, conscient de lui poser une colle, mais curieux de voir ce qu'il pourrait lui présenter. A un autre niveau, il captait sa préoccupation. Oui, ce serait compliqué de nominer. Mais ça le serait d'autant plus chaque semaine. Dans son scénario idéal, Santo il se voyait finaliste avec Costa. Mais ça impliquerait sans doute de taper sur des personnes qu'il estimait, d'ici là. Comme ça avait déjà pu être le cas. Ca va me faire chier, oui. Son regard s'était doucement détourné vers le lac. J'ai du mal à nominer. Lui, il n'avait pas le même désengagement que Costa. Santo c'était le facteur plus humain des deux, celui qui s'impliquait directement auprès des personnes. Il savait pertinemment que le jeu voulait qu'ils se mouillent et depuis le début il s'y donnait à coeur joie mais, là, ça commençait progressivement à se faire avec un peu d'amertume. En le voyant tripoter l'appareil photo il s'était directement rappelé de leur conversation de quelques semaines plus tôt et de la mention de son coloc. Subtilement, c'était aussi une manière de squizzer cette discussion pour quelque chose qui l'interloquait plus. Les nominations, au fond, elles se joueraient comme d'habitude avec leur propre conscience, ça ne servait à rien de débattre mille ans autour du sujet. Pourquoi il te fait flipper ? A travers son message l'ironie était difficilement décelable. Lui il avait limite cru que Carl l'avait mytho en le dépeignant comme un connard. Puéril ouais, mais ça fait du bien parfois. Ses lèvres s'étaient étirées en un sourire moqueur. Un peu comme les photos de culs qu'ils s'envoyaient quand ils choisissaient de se provoquer mutuellement, avec ses potes. Rien de très raffiné, mais toujours terriblement marquant quand on ouvrait le message. Allez. Vas-y, je prends la photo. Il prenait les choses en main le gars. Et après, tu la lui colleras à la gueule comme... ça. Il avait mimé sa paumé posée direct sur la face de Carl, en s'arrêtant à quelques millimètres de sa peau. On ne l'arrêtait plus trop dans ses idées débiles d'ado de 15 piges, Santo. Et même la question sur Cos, ou le regard gêné de Carl à la mention de ses colocs ne le perturbaient pas. Pas vraiment mais je squattais souvent chez lui quand j'étais môme. Chez moi la situation était parfois compliquée. Il avait soufflé ça en un haussement d'épaules, coinçant sa clope entre ses lèvres, prêt à dégainer sa photo. La notion de propriété et d'espace, dans notre quartier, elle était toute relative. Pour ne pas dire qu'ils se piétinaient tous plus ou moins dessus. C'était ça, qui rendait la ville belle. Ca frétillait dans tous les sens, et à la moindre galère ils savaient pouvoir compter les uns sur les autres, d'un simple regard.

_________________
rambo (lun, 19h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
rambo (lun, 19h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: rambo (lun, 19h30) — Sam 27 Juin - 20:53

Santo c’est un gars de parole, maintenant il sait que quand il promet un truc il s’y tient et franchement Carl il en aura douté jusqu’à la dernière seconde tout simplement parce qu’ici il sait plus trop à quoi ni à qui se fier. C’est débile parce qu’en soi personne lui a fait le coup de lui promettre un truc pour finalement pas l’honorer derrière, mais il a le sentiment de trahison facile l'irlandais on le sait y'a qu'à voir comment il a pris la nomination de Rosamie hier soir. Le polaroid ils en avaient vaguement parlé tous les deux avant la séparation et depuis Carl il s’accrochait fortement à l’idée de l’avoir au moins une fois entre les mains avant de quitter ce jeu. Pourtant il aurait jamais été relancer Santo, de peur de passer pour un forceur et de trop en attendre d’un mec dont il n’est pas très proche ici. Il peut être culotté quand il veut le bonhomme mais c’est pas un trait de sa personnalité qui peut ressortir avec tout le monde, en l’occurrence Santo c’est le mec insondable par excellence pour lui alors il sait jamais trop comment être en sa présence. À l’image du Costa des débuts il l’impressionne, et cette histoire de binôme elle l’arrange autant qu’elle le fout mal à l’aise. Le fait d’être associé à quelqu’un il peut dealer avec sans souci mais il a la place merdique dans cette configuration, clairement si la nomination leur pend au nez c’est parce qu’il est devenu quasiment persona non grata dans le jeu. C’est le gars dont le secret dérange et que la plupart des candidats n’ont plus aucune gêne à vouloir virer, un scénario pleinement attendu lors du dernier prime mais possiblement repoussé d’une semaine à moins d’un miracle. Pas facile à partir de là d’aborder les nominations sereinement surtout que Santo il lui met bien la pression en laissant entendre que tout repose à présent sur ses épaules, or Carl il est pas assez solide mentalement pour endosser une telle responsabilité pour deux. Il veut bien essayer mais les options lui paraissent aussi limitées que les esprits d’ici sont fermés par rapport à sa récente révélation. Santo il considère que les conneries du bonhomme ça les concerne pas et que la vie du chalet s’en est jamais retrouvée impactée, enfin des paroles sensées il y croyait plus. « J’suis grave d’accord mais pour des gens pas concernés je trouve que vous y réagissez beaucoup. » Pas Santo en particulier puisqu’il lui épargne des remarques ou des questions sur les trucs qu’il peut dire ou faire, le mec ne calcule pas tout ça et c’est le genre d’indifférence qu’il regrette de trop peu connaître ici. Car les autres c’est une autre histoire, la plupart ont pris l’habitude de revenir devant lui sur ces moments de perdition comprenant aussi bien le stalking de Rosamie que les dingueries du style de l’épisode du balcon. Y’a ceux qui s’inquiètent de le voir déconner à ce point et ceux qui sont pas capables de juger dans leur coin et qui se sentent obligés de lui mettre le nez dans son caca. Dans un cas comme dans l’autre c’est une attention dont il n’a pas besoin Carl car il a toujours dit que c'était son problème. C’est normal que ses agissements problématiques fassent parler mais comme dit Santo c’est sa vie, pas la leur, et il n'a effectivement pas l'impression d'empêcher qui que ce soit de vivre en faisant ce qu'il fait. Il peut même plus enjamber un garde-corps sans se manger un million de réflexions et de questions derrière Carl, c’est affolant cette importance qu’on accorde à la personne insignifiante qu’il est à la base. Santo lui rappelle qu’il a défendu son secret sur un total de quatre confrontations et il avait besoin qu’on lui mette ces données sous le nez pour vraiment s’en rendre compte. « C’est vrai j’avais pas trop vu les choses sous cet angle. » il avoue, néanmoins loin d’éprouver de la fierté pour ce qu’il considère pas franchement être un exploit. Son parcours de joueur il se limite donc à avoir enchaîné les entretiens dans le confess et à avoir au final perdu qu’une moitié de secret, pas dégueu certes mais pas folichon non plus. Il capte que sa façon de penser est pas celle attendue par l’italien qui prévient d’ailleurs que ça tournera mal pour lui si la nomination leur tombe dessus dans les prochains jours. Y’a des trucs qui ont envie de sortir à ce moment-là et qu’il décide de pas refouler, parce qu’il serait con de garder pour lui son ressenti sur la situation, Santo a le droit de savoir ce qu’il a vraiment dans la tête vu que cette semaine c'est à deux qu'ils l'affrontent. Et faut pas croire, derrière ses pensées insecure y’a aussi une profonde volonté d’échapper à son destin et de déjouer les pronos de tous ceux qui doivent se dire qu’ils ont pas réussi à le faire sortir dimanche mais que cette fois, ce sera la bonne. « En vrai j’veux croire que le jeu peut encore être un peu surprenant à ce stade, parce que sinon c’est assez triste. » il déclare avec un regard avide qu’il vrille vers Santo. À ses yeux les nominer c’est la facilité, c’est s’attaquer au faible de la bande qui connaîtra pas un deuxième coup de chance au niveau des votes et à son binôme relativement safe qui risquerait pas grand-chose une fois mis en danger. Non franchement avec un tel scénario annoncé Carl il va pas voir le film au ciné. « Quand tu sors tout juste d’un banc ta dernière envie c’est d’y retourner et j’te confirme que c’est pas du tout mon goal cette semaine. Je sais pas trop comment encore mais il faut qu’on s’en sorte. » Étonnamment ces derniers mots sont formulés avec un début de détermination dans la voix et ça y est, il en fait une affaire perso l’irlandais faut pas le pousser plus. Cette deuxième nomination il n’en veut pas et il estime que ce serait pas juste pour Santo qui se retrouve lié au mauvais gars, c’est bien simple il refuse de devoir assumer d’en faire un dommage collatéral de ses propres conneries donc va falloir que les autres se trouvent une autre cible cette semaine. L’italien le lance sur la vie de tous les jours et ce qui le rend heureux, et Carl il a pas trop besoin de réfléchir parce qu’il sait très bien à quoi il se raccroche pour faire une place à un bonheur illusoire dans sa vie dehors. « Savoir que mes proches vont bien et qu'ils sont eux-mêmes heureux, que mon frère a gagné son dernier match d’handibasket ou que ma maman a trouvé la force de mettre le nez dehors, des petites choses comme ça. Souvent ça va être suffisant pour sauver une journée qui partait mal. Ici c’est plus compliqué du coup comme j’ai pas trop de nouvelles d’eux alors je me concentre sur d’autres trucs. » Mais c’était pas la question alors il s’arrête là. Carl il est rassuré d’entendre qu’il est pas le seul à se faire des nœuds au cerveau avec les nominations, ça devient vraiment tendu de balancer des noms à William même si lui connaît des problèmes de conscience depuis la première semaine. Il est trop investi sentimentalement parlant pour prendre ce genre de décisions sans se taper des scrupules juste derrière et pourtant c’est l’occasion de rendre la monnaie de leur pièce à certains. Il a l’impression d’être l’un des derniers à raisonner en fonction de ses liens et c’est un truc qu’il emportera avec lui, il pourra dire qu'il aura écouté son cœur jusqu’au bout au moins. Pourquoi son coloc le fait flipper, c’est la question tout à fait légitime qu'il récolte après ça. Santo parait un peu sceptique et il a raison de l'être, avec Carl faut toujours s'attendre à tout. « Il regarde plein d’émissions de crimes avec des histoires super glauques, moi j’ai peur que ça lui donne des idées à force et d’ailleurs je comprends pas cette fascination. Le gars il doit savoir comment s'y prendre pour commettre le meurtre parfait t’imagines ? Va vivre sereinement avec lui après ça. » C’est quand même Carl, le mec franchement dérangé qui craint que son coloc vire psycho, plutôt cocasse quand on sait qu’il a notamment eu une période deep web et que ça allait chercher beaucoup plus loin que les petits visionnages du british. « Parfois je me demande s’il a toute sa tête.. » il se permet même de faire remarquer comme s’il était bien placé pour ça. Le coup du gros fuck en photo sur le moment ça le laisse perplexe mais Santo est beaucoup trop motivé par l’idée pour que ça le contamine pas très vite. « Okay t’as raison. » Ça va le défouler un peu le bonhomme, alors il prend approximativement la pose devant l’italien avec son majeur bien en évidence devant lui pour être sûr que c’est ce qu’on verra en premier. Faut pas que le message soit ambiguë, comme dit Santo faut que ça lui explose en pleine tronche quand il verra cette photo. « Alors ça rend comment ? Si elle est bien je crois que je résisterai pas à l'envie de la poster dès ce soir. » Sur sa page perso s'entend parce qu'il compte pas sur la prod pour expédier le truc à destination de Brighton. Et puis il a pas non plus envie d'attendre son retour en Angleterre pour ça, c'est maintenant qu'il est hypé Carl, ça le démange trop là alors ça va partir en petite mise en scène qu'il s'imagine déjà parfaitement dans sa tête. « Oh ouais nickel ! » il s’exclame carrément convaincu par la photo qui vient de sortir, pas sûr qu’ils arriveront à faire mieux aujourd’hui. « Merci Santo. » il reprend dans un sourire et ce merci il vaut autant pour l’appareil qu'il lui prête que pour la photo qu’il va pouvoir balancer à la tronche de Boris. Il enregistre que les fratelli ont autrefois cohabité mais que ça remonte à loin, et comme il sait pas dans quoi il est en train de mettre les pieds il préfère laisser couler. Sa curiosité s'arrête ici pour aujourd'hui, de toute façon là Carl il pense qu'à un truc c'est de lancer sa petite tombe sur Boris en rentrant. « Haha il va tellement rien comprendre à sa vie. » il commente dans un petit rire satisfait en quittant pas des yeux la photo entre ses mains. Il s'amuse d'un truc qui va peut-être retentir comme un énorme flop si son coloc choisit d'ignorer le message mais peu importe, sur le moment ça va lui permettre de décompresser et il a besoin de ça actuellement.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Rambo III [DVDRiP]
» [UploadHero] John Rambo [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo II : la mission [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: LAC HALLSTÄTTERSEE-
Sauter vers: