Partagez
 

 fuzzy world (ven, 00h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: fuzzy world (ven, 00h30) — Mar 16 Juin - 14:53

@Cami

Ca y'est. Il appuie un index accusateur vers elle. T'as retrouvé ton Louis et ton Costa et maintenant tu m'oublies. Cami, il lui avait balancé à la figure cette pseudo-jalousie digne d'une Jill en mal d'attention, avant qu'ils ne se décident à se traîner vers la mini-discothèque. Cami elle les survolait tous là, avec son top 1 de popularité et son duo gagnant. Au fond le napolitain il était grave gavé d'avoir été éjecté des radars cette semaine, mis à part pour alimenter la chronique d'une Elena en mal de rebondissements love. Il était piqué dans son égo, et le départ de Lejla qui avait gravité autour de lui toute la semaine à Linz y était sans doute pour quelque chose. Cam, c'était sa petite victime d'un soir. Il ne savait pas toujours sur quel pied danser face à ses questions déconnectées de sa réalité à lui, mais il s'était attaché à sa présence. Santo il avait envie de faire la teuf, il avait envie de boire à outrance, de prendre de la cocaïne et de se jeter dans un bain de foule avec de la grosse musique prête à lui écraser le corps. Il avait cette envie d'être fait comme un rat, comme ça lui arrivait si souvent à Napule et parfois à Miami. Ce soir, le calme l'oppressait. Surtout après l'annonce des nominations et toutes ces conneries. A deux ils n'allaient sans doute pas reproduire l'ambiance d'une boîte du bord de mer, avec ses néons et ses gin tonic trop dilués. On met quoi comme musique ? Il avait coulé un sourire vers elle. C'est la veille de ton mariage, tu choisis. Gratuit. Il n'était de toute façon pas certain que sa propre playlist ravirait ses oreilles parisiennes. Santo il était un peu atomisé par tous les drink qu'il avait dégommé à la soirée des Adler. Il avait eu le bon sens de se débarrasser de son déguisement pour enfiler son combo jean t-shirt, même s'il se tapait encore des marques de maquillage sur le visage. Il se sentait électrisé, ce soir. Elle avait intérêt à suivre le game, Cami. Alors on se sent comment la veille du mariage ? On stresse ? Ses yeux rougis s'étaient braqués vers elle et il lui avait sifflé son plus beau sourire communicatif de jeune adulte complètement out of the game.

_________________
fuzzy world (ven, 00h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: fuzzy world (ven, 00h30) — Mer 17 Juin - 18:00

Elle a ce sourire indéchiffrable aux lèvres lorsqu'il l'accuse de négligence sur sa personne depuis cette semaine. La môme pousse un soupir, désolée pour lui avant d'aller chercher des verres et de l'alcool fort histoire de s'en remettre à ça pour noyer la déception de l'italien qui aurait dû mettre des barrières. « Tu t'es attaché, c'est ça ? » amorce la parisienne. « Le business, c'est le business, Santo » elle lui claque d'un air moqueur histoire d'appuyer sa petite théorie de l'abandon en mode femme d'affaires parisienne qui n'a pas le temps pour ce genre de considérations trop sentimentales. En parlant de sentiments, il risque de lui déclencher une angoisse en lui parlant de son wedding forcé. « Ouais, en plus j'ai choisi Costa en témoin » elle appuie sur ce qui a été dit plus haut dans un léger sourire. « Cool, je vais mettre un slow, histoire de m'entraîner pour demain » elle ronronne parce qu'il est pas prêt Santo, elle va clairement le prendre au mot avec sa petite blague pété sur son mariage. Elle s'approche pour foutre sa musique romantico-depressive, perfect d'Ed Sherran, qui va très bien dans le thème. Cami se rapproche pour se mettre en mode slow avec Santo, ses petits bras entourant sa nuque pour se balancer doucement sur le rythme de la musique. « Tu sais, avant Louis j'étais avec quelqu'un qui voulait se marier avec moi, pas maintenant, mais c'était là qu'il comptait emmener notre relation » elle lui raconte en croisant ses prunelles. « Je faisais exprès de ne jamais me prononcer sur la question » amène Cami, pas mal douée pour enfumer les sujets touchy, faussement magicienne lorsque ça l'arrange. Y a que Louis qui est capable de repérer ce genre de move parce qu'il la connait bien. « Avant de comprendre que je ne devais pas l'aimer assez pour accepter l'idée même en projet lointain, et ça s'est finit un peu comme ça » conclut la môme. Ca n'avait pas tellement étonnée son paternel face à sa figure d'héroïne tragique incapable de se laisser saisir, alors que la réalité était juste tout autre pour elle. Quelques secondes s'étirent avant qu'elle ne croise son regard. « Tu te laisseras la chance ou la possibilité d'être heureux ? » demande t-elle sobrement Cami.  « Vraiment heureux, pas de façon superficielle » comme ce qu'il semble vivre à Miami. Il est tellement heureux qu'il n'en parle quasiment jamais, c'est dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: fuzzy world (ven, 00h30) — Jeu 18 Juin - 23:10

Il était déjà bien fait, Santino, mais la perspective de continuer à se la coller à base de vodka aux côtés de Cami lui plaisait bien. Lui, il n'avait jamais vécu cette veille de mariage fantastique dont tous les gens parlaient. Le genre où t'as l'estomac en vrac, si c'est ton mariage. Le genre où tu forces tes potes à vider le whisky, pour oublier l'angoisse, si t'es le témoin. Celle qu'il avait attendu pendant des mois elle avait fini par tomber à l'eau, éclatée par un départ trop rapide. Ou est passé ton coeur ? Il se plaignait, faussement, exagérément, avec ses yeux couleur perle qui suintaient l'alcool. Elle m'avait prévenue, Lejla, que tu finirais par m'abandonner. Alors même qu'il avait été exemplaire lui, dans son rôle de soutien omniprésent en l'absence de Louis. Le choix de Costa en témoin c'était la goutte de trop. Après tant de pizza et de plats de pasta. De pliage de tshirt et de recyclage systématique des détritus, sous son regard inquisiteur. Il allait continuer son récital de héros meurtri, sauf qu'elle l'avait complètement dérouté avec son choix de musique. Santo, à la base, il était plutôt parti pour un truc plein de puissance. Le genre à le faire évacuer ce trop plein d'euphorie et d'énergie. Je sais pas danser. C'était sa défense. Evidente. Claire. Nette. Mais apparemment le tyran était de sortie. Et Cam, avec ses grands yeux et sa voix toute douce, teintée de provocation, c'était difficile de lui résister. A vrai dire, à ce stade, Santo ce qui l'inquiétait le plus c'était de se prendre les pieds dans sa longue robe. Je croyais que la veille on faisait n'importe quoi, pour oublier le stress. On ne dansait certainement pas un sloooow. Mains posées sur ses hanches, il essayait quand même de se laisser porter par le truc - facile, avec ses 2g dans le sang. C'était un gars de ton petit monde ? Il avait posé ses yeux inquisiteurs sur elle. Malgré tout, ça continuait de fuser assez vite quand on lui filait des infos. Il prenait tout. Curieux, mais surtout captivé par ses petites histoires, à Cam. A force, c'était devenu un truc plaisant, ce décalage constant qu'il y avait entre leurs vies respectives, leur manière d'aborder leurs émotions, leurs ambitions, leur lendemain. Cami elle le déconnectait complètement de tout ce qu'il connaissait. Comment t'as su ? Il comprenait pas vraiment comment on pouvait, aussi jeune, se détourner d'une telle certitude. Santo il était irrationnel dans ses sentiments. S'il aimait, il aimait. Ca s'arrêtait là. Il venait d'un monde où on se mariait jeune, on avait des enfants jeunes et on allait travailler jeunes. Les perspectives elles se tournaient autour de cette construction identitaire là. Celle de la famille, d'un rôle au sein d'un groupe. Cam, depuis la première semaine elle s'était convaincue qu'il n'était pas heureux. Santo, ça lui foutait autant de frissons que de sourires. Un peu à la manière d'une Lejla, elle lui balançait quelques vérités qui le faisaient douter. Mais là, du haut de son sentiment de toute puissance alcoolisée, ça ne l'écorchait pas. J'ai été assez heureux pour compenser mes dix prochaines vies. Tellement, que ça lui avait éclaté le coeur, la tête, le corps. Il avait tout donné. J'ai atteint le pic trop vite. C'était ça, sa réalité. Maintenant il se conformait du reste, Santo. Il assumait et accusait les coups. Il avait parfois envie de penser à la reconstruite de son bonheur, mais ça lui semblait si casse gueule, si loin, qu'il se forçait à ne pas y croire.

_________________
fuzzy world (ven, 00h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: fuzzy world (ven, 00h30) — Dim 21 Juin - 16:48

Santo continue, peu crédible dans ce rôle qui ne lui sied pas au teint. L’israélienne le contemple d'un regard amusé lorsqu'il lui demande ce qu'il est advenu de son organe vital. Cami, ça toujours été plus le cerveau que le cœur. « C'est Louis me l'a volé. Je l'ai laissé faire parce qu'il ressemble en rien aux hommes que je connaissais » elle ronronne doucement moqueuse. C'est bon, Cami a décidé qu'elle aimerait les hommes autant que Santo Costa, Gianni assument que les femmes sont une vraie passion chez eux. Elle leur pique des bouts de phrases par-ci par-là. « Tu ne trouves pas que j'ai augmenté mes skills de baratineuse depuis que je vous connais ? » elle demande franchement, parce que Cami, c'est un bon caméléon de base, niveau adaptation de son environnement à force d'avoir bougé de partout. Elle lève les yeux au ciel lorsqu'il utilise le témoignage de Lejla pour étayer sa petite théorie foireuse de l'abandon. C'est pour ça que Cami décide de lui offrir un autre terrain de protestation : le choix douteux de sa musique du soir. La première remarque s'élève, toujours d'une mauvaise foi fascinante, comme s'il fallait un certain talent pour bouger en rythme sur une musique douce. « J'ai toute une playlist si tu ne te plies pas au jeu » elle le menace en s'approchant de lui pour s'accrocher à sa nuque tout en lui offrant une écoute distraite. « T'as l'air bien informé » elle se marre lorsqu'il émet une énième interrogation sur ce qu'il faut faire pendant les derniers préparatifs avant le jour J.  « Ça te branche les mariages ? »finit par lui demander Cami.  « On va dire que je n'aime pas faire comme tout le monde alors » elle lui sort si ça peut apaiser ses réflexions surex par l'alcool. A la place, elle lui raconte une  nouvelle anecdote. Parce que ça marche comme ça entre eux, ils se balancent sans trop prévenir des fragments de vie en observant de loin sa réception. « Je ne sais pas ce que tu appelles mon monde » elle commence simplement en croisant son regard parce que ça n'a aucun sens, son seul monde est dans son crâne. « C'était un parisien » elle lui répond. Rien de particulier. Il émet une nouvelle question. « Je me suis toujours dis que je serai capable d'accepter de marier, si je le faisais pour la personne que j'aimais » elle lui explique, parce que Cami a grandi avec des concepts de vie qu'elle s'est façonnée elle même. C'est comme ça qu'elle avait pigé que ça ne marcherait pas parce que leur histoire n'arrivait à tirer aucune concession de son côté et que c'était généralement mauvais signe. En parlant de mauvais signe, Cami, elle s'écorche aux mots/maux de Santo.« Tu ne peux pas dire ça, Santo » laisse simplement échapper Cami, parce que sa réponse, elle ne l'accepte pas en l'analysant avec l'once de pragmatisme qu'elle détient.  « Tu n'as que vingt-trois ans » elle siffle de sa voix fluette en soutenant ses opales grises enivrées. « Tu ne sais pas pas encore tout, tu ne connais pas encore tout, même si tu es persuadé du contraire » mais ce comportement, il est typique et ordinaire selon Cami. Tout le monde s'imagine à un moment avoir atteint ses limites, certain de ne pas pouvoir plus, ou de son destin, avant de se surprendre quelques années plus tard.  Santo, là, il décide de ne pas laisser de chance parce qu'il décrète en avoir eu assez. « On en reparlera dans dix ans, si on est encore de ce monde, toi et moi » finit par ajouter Cami dans un sourire en pensant ce rendez-vous incertain des deux cotés pour des raisons différentes. « Ça t'intéresse vraiment de vivre une vie juste tiède, par la suite ? » elle demande.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: fuzzy world (ven, 00h30) — Lun 22 Juin - 21:52

Elle pouvait décrocher des coeurs avec ces petits sourires enjôleurs, Cami. Santo il ne relevait même pas la moquerie cachée, tellement habitué à entendre ce genre de phrases d'amoureux de l'amour. Baratineuse ? Il s'était permis un haussement de sourcil, toujours planté sur sa position de faux vexé. Je te trouve hyper crédible. Son ivresse, à Santo, elle n'avait rien d'ostentatoire. Il était encore suffisamment dans le contrôle pour aligner des phrases cohérentes, mais suffisamment imbibé pour se laisser pousser des ailes. Ce soir, il était bavard. Elle pourrait bien saisir ça Cam. Il était prêt à la mitrailler de questions, à défaut de pouvoir la faire danser sur des grosses basses endiablées. T'es pas un peu comédienne, au fond ? Ses yeux rougis cherchaient les siens, sourire goguenard aux lèvres. C'est comme ça que tu nous fais faire ce que tu veux... Des pizza, des slows... Si on lui bandait les yeux elle serait certainement moins électrisante, l'israélienne. Mais là, avec son faux impératif, elle lui faisait penser à Luci. Lucia qui le menaçait parfois, lorsqu'il était un peu trop impliqué dans des histoires avec ses frères et qu'il l'oubliait, elle, le temps d'une demi journée. Finalement, il s'était laissé happer par la danse, luttant doucement contre l'ivresse qui lui tapait les tempes. Rire du faux mariage de Cam&Louis c'était facile, mais lui livrer ses petits secrets, nettement moins. Pourtant il lui avait déjà fait comprendre l'attachement qu'il avait mis aux préparatifs de celui de Cos. A demi-mots, certes, mais elle devait s'en douter, le connaissant. Santo il ne s'était jamais caché d'avoir une vision assez traditionnelle des choses, à ce niveau là. C'est génial les mariages. La promesse d'un amour éternel, à ses yeux y'avait rien de plus beau. Sceller ce pacte devant Dieu, devant sa famille, devant tous ses potes, Santo c'était un truc qu'il aurait aimé vivre une fois dans sa vie. A défaut, il reportait ses espoirs sur une hypothétique reconquête de Cecilia par Cos. Je sais pas, un gars proche de ta grande famille, hébreux comme toi. Il avait haussé les épaules, soudain plongé dans ses petites questions. Du coup tu pourrais te marier avec quelqu'un qui est pas de ta confession ? Il avait baissé les yeux un instant pour saisir son regard. Cam, elle s'était jamais cachée d'être pratiquante. Et pour un gars comme lui, bercé par la religion catholique, tous les interdits qui entouraient sa façon à elle de vivre la religion lui paraissaient ultra contraignants. Il s'était jamais lancé dans ce genre de débats, parce que Santo il savait pertinemment manquer de billes pour alimenter une telle discussion, mais ça l'avait pas mal intrigué. A côté, Louis, il n'avait jamais fait mention d'une quelconque foi religieuse. Mais c'était peut-être implicite, et vu que pour Santo le religieux c'était de l'ordre de l'intime, il n'avait jamais approfondi la question. Cam, elle s'emballait sur sa réponse carrément honnête à cette histoire de bonheur. Il captait pas vraiment pourquoi, parce qu'à ses yeux rien ne tenait du drame. Vivre ce qu'il avait vécu, en naissant là où il était né, ça tenait déjà de l'exploit. Je sais tout de Naples. Et ma vie, elle est là-bas. A ce niveau, il était plus catégorique, Santo. C'était pas une question d'âge. Moi les choses j'ai commencé à m'y buter très jeune. A sept ans il avait déjà assumé une certaine réalité. A treize il savait qu'il ne finirait par ses études. A seize il avait prôné haut et fort qu'il voulait vivre vite. Je connaîtrai jamais autre chose. Elle était là, son affirmation. Parce qu'il avait exclu de retourner aux US et qu'il avait exclu de se fritter à une quelconque autre destination. Demain, toujours, ce serait Napule. Et Napule, il l'avait dans sa peau. Pourquoi tu serais plus de ce monde ? Cette phrase lâchée en l'air l'avait fait tiquer. Lui, il avait sa propre certitude sur ses perspectives, mais Cam c'était différent. Pour elle c'était peut-être simplement une phrase anodine, mais pour Santo ça comptait beaucoup. Parce que derrière ses yeux à elle il voyait une Lucia, il voyait une Giulia, il voyait toutes les femmes qui gravitaient autour de lui. Et ça le rendait passablement mal à l'aise de se voir balancer à la figure une telle supposition. J'en sais rien, je veux juste vivre. Le bonheur, c'est quoi pour toi ? Ses traits s'étaient adoucis, ses lèvres dessinant un fin sourire. Il n'y comprenait pas grand chose, lui, à cette recherche éternelle d'un truc aussi immatériel.

_________________
fuzzy world (ven, 00h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: fuzzy world (ven, 00h30) — Mar 23 Juin - 19:31

Elle l'écoute d'une oreille distraite, sourire moqueur sur ses pulpeuses. « Une personne que nous connaissons tous les deux a dit que je manipule tout à ma guise » elle rapporte dans une certaine ironie, parce que Louis était particulièrement agacé quand il l'a balancé. « Mais j'pense que le mot est fort pour parler de préparation de pizza et de danser à accorder, non ? » elle souffle en l'entrainant sur du Ed Sheeran comme future musique de mariage. « T'étais pote avec la zouz de Costa d'ailleurs ? » elle demande en croisant son regard en repensant à sa dernière confession, sans être convaincue de sa véracité ni persuadée de son mensonge. Cami, elle n'oublie pas que la première semaine de jeu, Santo lui a assuré droit dans les yeux qu'ils ne se connaissaient pas avec Costa quand elle avait souligné leurs origines communes. Elle se contente de prendre les informations comme elles viennent. « Du coup tu comptes te marier quand tu seras in love ? » parce que c'est ça qui l'intéresse vraiment au niveau de l'information plutôt que sa réponse. « On ne traine pas qu'entre nous tu sais, c'est un peu un cliché ça » elle se marre lorsqu'il définit son monde comme ça. Cette question, elle l'a souvent eu sans comprendre pourquoi. Bizarrement, on la pose jamais à un catholique alors que c'est le même délire pour elle. « Oui, je suis pratiquante, pas rétrograde » elle lâche dans un léger sourire parce qu'elle a été éduquée par une famille d'intellectuels qui ne se balade pas en kippa constamment et qui ne s'enferme pas dans le noir pour Shabat en attendant que l'interdiction de vivre soit levée. « On m'a appris à tout remettre en question, à déconstruire pour mieux comprendre » souffle Cami. Que ce soit avec sa famille ou ses études de philo qui s'attaquaient à pas mal de concepts. « Si dans quelques années avec Louis, on a envie de se marier, on le fera en jean-baskets à l'autre bout du monde, entourés de ceux qui nous aiment et qui seront présents malgré l'invitation dernière minute » elle glisse, parce que c'est clairement comme ça qu'elle arrive à imaginer les choses, dans une espèce d'impulsion qui leur ressemble bien. Elle écoute les mots de Santo. Cami, elle évite de relancer sur Naples une énième fois parce qu'elle n'a aucune envie de titiller son côté fataliste plombé des seuls vérités qu'il connait. Y a son secret au milieu façon épée de Damoclès au dessus du nom de cette ville qu'elle ne peut plus voir, Cami en a assez de dealer avec le bullshit qu'ils peuvent lui sortir pour le protéger. « Tu comptes pas remettre un pied aux USA, c'est décidé ? » elle s'informe parce qu'il lui offre la version a une nouvelle fois changé. « Chez moi le bonheur, c'est intrinsèquement lié à l'espoir, aux rêves et à une infinie de possibilités » elle amène d'une voix douce. « et aux gens avec qui tu le partages » Sa mif, Louis, ses potes. Cami, au fond, elle était d'une simplicité déconcertante et elle estimait qu'avec Louis, ils s'étaient bien trouvés ce point. « Mon bonheur sous toutes ses formes est éparpillé à Tel Aviv, Paname ou Ajaccio » elle étire en haussant les épaules. Cami, elle s'est toujours sentie bien partout, sans mal du pays simplement parce qu'elle était portée par son entourage et ses souvenirs. « Mais ça m'empêche pas plus tard de vouloir m'installer en Argentine »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
fuzzy world (ven, 00h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: fuzzy world (ven, 00h30) — Ven 26 Juin - 0:03

Un peu fort, ouais. Il lui accordait bien ça en daignant dépeindre un smile sur son visage de mec bourré. Santo, il se laissait entraîner par les notes au gré des mouvements de Cami. C'était calme, doux, et d'un coup ça le foutait dans un tout autre mood. Il se retrouvait un peu catapulté dans ses moments de plus grosse vulnérabilité, face à la Lucia dont il était raide amoureux. Quand elle le gérait d'un claquement de doigts, quand il se retrouvait à ramper après avoir dit un truc qui la contrariait. A l'époque, il vivait aussi en grande partie pour elle. Santo, c'était le genre qui pouvait agir de façon totalement déraisonnée, parfois. Alors cette question sur Cecilia, sortie du chapeau, elle lui avait fait reprendre brusquement pied avec la réalité. Cos et Cecilia, c'était un peu la même chose. Deux caractères de merde, mais cette totale dévotion à l'amour qui faisait s'écraser leurs plus grands égos. Pote c'est un grand mot, elle était plus âgée que moi. Et j'avais pas vraiment de "potes" meufs. Ils vivaient dans ce genre de quartiers où les genres se séparaient beaucoup. Les groupes, ils se retrouvaient principalement à l'école, quand ils y allaient. Mais je la connaissais plutôt bien oui, parce qu'elle était importante pour Cos et qu'ils sont restés longtemps ensemble. Cinq ans, exactement. Santo il avait du passer toutes les petites étapes de préparation du mariage avec Cos qui lui racontait les envies de Ceci. Un délire. C'était une meuf qu'il estimait, qu'il estimait sincèrement. Si je suis in love, oui. Un putain de mariage. Il avait évasivement répondu à cette question du mariage pour ne pas retomber dans ce dont ils avaient pu discuter avec Lejla. Lui, il n'y croyait plus vraiment à cette perspective. Mais Cam risquait de lui répéter à nouveau qu'il était trop jeune pour affirmer ça et tout le toutim. C'était juste une réalité. L'évidence, elle lui semblait passée. Et Santo il était trop buté pour s'accorder l'éventualité de cette seconde chance. Il avait accueilli son explication sur le rapport à sa religion d'une oreille attentive. Sourcil levé, parce qu'il ne captait pas trop pourquoi elle lui balançait tout ça. Non, j'en sais rien, c'est juste que moi je me suis jamais vu évoluer avec quelqu'un de non catho. Parce que c'était évident, à Napoli. Autour de lui tout le monde pratiquait, tout le monde allait à la messe le dimanche, à Noël, à Pâques, se confessait régulièrement et apportait des bougies à la Madonna si besoin. Les statuettes de saints, elles ornaient les rebords de fenêtres de son quartier. Chez lui, chez ses grands-parents, y'avait une croix dans chaque pièce. C'était pas une question d'être rétrograde, mais simplement d'un contexte. C'est cool. En Argentine, à tout hasard ? Il avait braqué ses yeux gris sur les siens, à la fois curieux et amusé. Ce pays, il semblait aussi central dans leur relation que l'était Naples pour Cos et lui. Et pourtant, y'avait du level. Lui il était bien conscient de balancer l'Italie à toutes les sauces, mais en même temps son rapport à cette ville était beaucoup trop compliqué pour l'exprimer en quelques phrases. C'était quelque chose qui l'avait marqué au fer rouge, depuis toujours. Alors les US, là-dedans, ça lui semblait complètement secondaire. Mais comme il l'avait dit à Kara, il n'en avait surtout aucune idée à l'heure actuelle. Pas tout de suite, non. Mais ne jamais dire jamais, right ? Ses lèvres s'étaient déliées en un sourire de môme qui jouait au malin. Ca me ferait kiffer d'y retourner. Mais autrement. Sans le poids qu'il avait sur les épaules et sur sa conscience, à 18 ans. Santo, c'était pas un malade de voyages, mais celui-là il estimait quand même avoir le droit de se l'offrir un jour. Simplement pour avoir eu les couilles d'affronter ce pays hostile quand rien ne l'y projetait réellement. A quel moment il a foiré, ce bonheur que vous éprouviez là-bas ? Parce que Louis aussi lui parlait de l'Argentine avec son sourire de grand idéaliste. Le sourire de celui qui y avait vécu le plus beau, le plus fort, le plus enivrant bonheur. Sa version du retour pour fin d'études et fin de vacances, why not. Mais après ?

_________________
fuzzy world (ven, 00h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: MINI DISCOTHÈQUE-
Sauter vers: