Partagez
 

 CONFRONTATION LOUIS/CAMI

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Mer 24 Juin - 3:36

@Cami, au confessionnal !

APPARITION DU MAÎTRE SUR L’ÉCRAN DU CONFESSIONNAL.

Louis pense avoir découvert ton secret. @Louis, quel secret penses-tu avoir découvert ?
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Mer 24 Juin - 11:03

Louis il a eu sa petite idée de génie de buzzer Cami pour briser tous ses mythos bien ficelés qu’elle sert à l’audience depuis six semaines. Lui il suivait le mouvement sans rien contredire, se contentant d’adapter sa vérité, mais comme la fin approchait il voulait corser le jeu à sa façon et saboter ses plans trop tranquilles comme un bon troll. Le truc c’est que les autres ne semblent pas tous avoir capté l’idée le fond de l’entreprise là où il fallait y voir quelque chose de simple : son secret, il ne le connaissait pas. Enfin tant pis, ce qu’il y voit c’est aussi une occasion de retrouver sa belle en intimité après une semaine à flirter sur les ambiguïtés frustrantes. Posé dans le fond du siège il accueille sa petite rageuse un sourire aux lèvres. Elle va péter son petit câble et il s’en délecte d’avance, plongé dans son état de semi-euphorie trop fier de son initiative. « Je pense que Cami a été repérée par le Mossad notamment pour sa grande capacité à mentir, ce qui est la raison du départ de sa famille d’Israël. » Il articule ça les prunelles plantées dans les siennes, paupières mi-closes et tenant sa position hyper sérieusement le temps de quelques secondes. « T’en penses quoi ? » il demande en relâchant son sérieux, hissant un sourire sur son visage. « C’est une bonne théorie ? » Ca pouvait se tenir selon lui-même s’il n’en pensait pas un traitre mot. Malgré sa facilité à berner son monde il doutait que ça en soit arrivé jusque-là mais après tout, il avait ignoré beaucoup de choses pendant longtemps alors ça pompait dans une certaine logique. « Peut-être que ça aussi je l’ignore. J’sais pas. T’es un espion Cam ? » Le regard vif, il n’en fallait pas plus pour qu’il s’illustre sa petite scène. « Une Totally Spies. » il affirme complètement parti dans son délire, une paupière close et la pointant de son index, mains jointes tel un pistolet, dessinant un cercle autour d’elle en mode rouge à lèvres laser. Louis il avait un peu suivit les aventures des trois espionnes, calées avant Jimmy Neutron sur la plage horaire TFou.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Mer 24 Juin - 11:46

Cami, elle le prend plutôt mal son buzz foireux et encore plus lorsque sur son passage elle récolte quelques regards surpris teintés d'incompréhension. Elle s'auto-flagèle de devoir gérer son comportement d'impulsif chronique prêt à tout pour la mettre volontairement dans la sauce. La môme est déjà en train de se demander comment elle allait pouvoir rattraper sa connerie, encore une fois. Les traits fermés et la mâchoire serrée, elle rejoint le confessionnal et la vision d'un Louis bien posé dans son fauteuil accroit encore plus son agacement. « Cela fait six semaines que je me fatigue à faire croire à un secret en commun à tout le monde, j'espère que tu as une bonne raison » elle cale très sérieusement, avec une certaine distance. « Ça t'arrangeait bien d'ailleurs, il me semble » ajoute la môme en s'installant en face de lui, croisant les jambes. Cami, elle a toujours bossé pour deux sans qu'il n'ait rien besoin de lui demander. Son taff, c'était juste de la laisser faire, même ça, il n'en n'est pas capable. « Et t'as conscience que ma cagnotte est destinée à rembourser ton prêt ? » elle rappelle. La mécanisme huilée et formelle de cette confrontation l'irrite. Ses opales se posent sur le français dans l'attente d'une suite qui a intérêt à être à la hauteur. Louis commence à partir dans un délire d'espionne. La parisienne attend qu'il finisse son cirque. « Je pense que tu ne peux pas être sérieux ? » elle lâche simplement en soutenant son regard rieur. « Au Mossad, on enseigne des techniques de torture, tu veux qu'on essaie mes compétences ? » elle ironise bizarrement inspirée là maintenant sur ce qu'elle pourrait tenter sur le français. « Bon aller » Cami demande pour le calmer parce qu'elle voit bien qu'il s'éclate là. « Qu'est ce que tu veux ? » elle questionne en toute simplicité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Mer 24 Juin - 12:15

Il se fend d’un sourire parce que comme il s’y attendait elle débarque tendue comme une crampe et il s’en délecte, son amusement dépeint sur ses traits. Évidemment qu’elle ne comprend pas mais pour lui ça fait sens de sans cesse aller à contre-courant de ses initiatives, déjà parce qu’il est emprunt à un esprit de contradiction de base mais surtout parce que c’est sa guideline depuis le début de ce jeu. « La raison c’est mon secret Madame. » il étale un sourire. Ils n’avaient pas vraiment discuté de ce qui les amenaient ici, Louis il en avait une vague idée la concernant elle et son besoin d’émancipation grâce au pitch que lui avait vendu son pote qui lui avait soumis l’idée des castings, mais ça n’allait pas plus loin. « Oui, merci d’avoir fait tout le taff mon chaton. » il roucoule, empreint d’une humeur joyeuse invasive. Lui il n’était pas parti dans l’idée de mentir sur quoi que ce soit, dans l’idée son secret c’était un troll à l’image de l’intitulé ; il n’y mettait aucune valeur derrière. C’était un prétexte pour faire fonctionner toute la machinerie pouvant le conduire jusqu’à elle. Pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué après tout. Cam elle lance ses punchlines comme des couteaux et il a bien du mal à cacher qu’il adore ça quand elle sort ses petites griffes acérées. « Ouais je sais. Et t’as conscience que je vais peut-être partir dimanche ? » il coule avec un petit sourire en coin. Il a pensé à tout Louis et elle pourra affilier ça à du défaitisme mais lui il y voit de la stratégie. Le maillon fort du duo c’est elle alors dans un moment critique comme celui-ci il préfère prendre les mesures nécessaires. Il s’emballe avec son délire d’espion, embarqué dans ses images contextuelles mettant en scène une Cami en combinaison rouge et sac à dos propulseur. « Je suis sérieux. » il affirme en plissant l’œil resté ouvert, ramenant une corde invisible jusqu’à lui, l’intransigeance de son date ne le perturbant pas le moins du monde. Il est presque ravi de sa proposition de torture, lui. « Je nous ai créé ce moment d’intimité expressément pour ça. » Parce qu’il y a pensé à l’absence des caméras et à tout ce que ça pouvait impliquer. Louis il est à cran mais ça c’est pas nouveau. « Je veux qu’on parle de toi sans messages codés. C’est quoi l’histoire avec ta famille ? Tu t’es embrouillée avec eux ? » Il se fait soudainement plus sérieux parce que ce sujet c’était le dernier nœud à leur histoire et le plus gros. Il avait capté des allusions mais pas le fond. « Je veux savoir ce que ça implique de se remettre ensemble maintenant qu’on connait nos existences respectives. Maintenant que c’est exposé au monde entier, ça se passe comment ? »

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Mer 24 Juin - 13:28

Le français est au summum de sa connerie aujourd'hui et ça la tend encore plus que nécessaire. La môme se crispe, raide et digne. Son regard laisse transparaitre son courroux royal. Louis lui parle de sa sortie éventuelle dimanche, ça lui fait lever les yeux au ciel dans une certaine insolence/irritation. « J’espère que tu sais ce que tu fais Louis, je suis autant fauchée que toi maintenant » elle amène de sa voix fluette. Leurs cagnottes sont essentielles à ce stade. Elle retient un ricanement lorsqu'il lui parle avec fierté de ce moment d'intimité. « Je me retiens vraiment de t'arracher tous tes vêtements, ne me tente pas trop » elle minaude/roucoule amusée, le menton calé dans la paume de sa main en le dévisageant longuement de haut en bas comme pour jauger le désir qu'il lui inspire à cet instant. Louis évoque sa famille et elle n’arrive pas à retenir un sourire un peu triste face à l’étendu de ses dégâts à elle. La môme ne sait pas comment lui présenter son carnage, elle s'attendait pas non plus à ce qu'il s'attarde sur ce sujet. « On ne se parle plus » elle glisse sobrement dans une vérité compliquée même pour elle. Cami, elle plaisantait pas quand elle a dit une fois à Micha qu'elle se sentait profondément seule. C'est parce qu'elle l'est et ça l'épuise constamment de devoir parler de sa mif pour tous les noyer d'information sur leurs amours qui semblent s'être altérés. « Tu peux être content, le cordon ombilical est enfin coupé » la parisienne laisse entendre en cherchant ses prunelles, s'accrochant aux traits du minois du français qui lui fait face. « C’était toi ou eux » Cami, elle avance assez cash. C'était ce genre de dilemme qu'elle avait essayé d'esquisser pendant deux ans, dans un déni assez certain. « J'ai choisi, parce que je t'aime » elle glisse avec une nonchalance feinte. « Tu m’as largué juste après d’ailleurs » elle ironise dans une réalité assez pitoyable. La chronologie des évènements était ridicule. Cami, elle ne s'est pas encore remise de sa perte, de son univers qui s'est retrouvé sans centre de gravité. Elle est persuadée que Louis, c'est sa moitié d'âme même s'il n'est pas de son monde et qu'il n'en sera jamais. Elle a accepté l'exil sans hésiter sauf que c'était déjà trop tard lorsque la poupée avait essayé de revenir vers lui. « J'ai vraiment bien profité de mon retour à Paris » elle souffle. Louis, une fois au début, il avait sous-entendu qu'elle était en petites vacances à Paris après lui avoir demandé de dégager de la maison.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Mer 24 Juin - 15:19

Quand il est dans sa connerie rien n’est en mesure de l’arrêter, pas même les regards foudroyants de Cami. Il tique un peu quand elle prétend être aussi fauchée que lui mais son égo le pousse à la répartie. « Je te fais entièrement confiance pour garder ton secret jusqu’à la fin. » De toute façon il a bien capté que quelque chose lui échappait et c’était là tout le but de son buzz, de mettre au clair ce sujet pour savoir comment se placer. Il s’amuse du scanner qu’elle passe sur lui, esquissant un petit sourire amusé du fond de son siège. « Je t’offre un lap dance dès que j’en ai fini. » Il parait que c’est la tendance ici et c’est un écho parfait à leurs soirées un peu stupides où ils s’improvisaient dans des parades nuptiales morts de rire. L’ambiance légère change radicalement lorsqu’elle aborde sa situation de front et ça le fait doucement redescendre dans son euphorie, Louis. « Comment ça vous vous parlez plus ? C’est toi qui fait la gueule ou l’inverse ? » il demande confus en fronçant un peu les sourcils. A défaut d’avoir pu les rencontrer il avait compris que les parents de sa dulcinée et toute sa fratrie n’étaient pas dans la complaisance. Connaissant l’amour qu’elle leur portait et le mal qu’elle s’était donné pour les préserver, une solution aussi radicale ça avait de quoi l’étonner. Ça le contrarie cette réflexion qu’elle a sur sa potentielle réjouissance d’une telle nouvelle, durcissant ses traits dans un agacement palpable. « Je ne t’ai jamais demandé de faire un choix pour rappel. » Il note un peu sévèrement car ce n’était pas lui qui avait fait polémique en l’état de la religion. « Et tu m’as choisi moi ? » il demande confirmation forcément étonné avant qu’elle ne justifie son choix par l’amour. Une justification qu’il ne prenait qu’à moitié, la réciproque étant aussi valable pour ses proches. Après tous ces mensonges il a encore du mal à assimiler qu’elle ait vraiment pu le considérer comme autre chose qu’une distraction pendant tout ce temps. Il la fixe un moment lorsqu’elle expose la timeline dont il prend aujourd’hui connaissance, finissant par baisser machinalement le regard sur ses mains toutes fines comme s’il allait y trouver une réponse. Il ne tire aucune fierté de son comportement de l’époque, préférant s’arracher à ses opales, mis à l’étroit dans l’intimité de ce confessionnal faisant tomber les vérités. « Ils t’ont laissée te débrouiller seule ? » Il s’en étonne, Louis, car il n’avait appris que bien plus tard que Cam recevait des grasses aides de son papa chéri pour supporter sa « vie en autonomie ». « Et l’autre ? Le mec. » il demande en plantant ses prunelles dans les siennes. Le vrai sujet qu’il n’avait pu aborder jusqu’à maintenant. « Celui dont tu m’avais jamais parlé. » il assène sonnant le glas de son ultime rancœur. Son feuj, comme il l'appelait plus communément.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Jeu 25 Juin - 17:08

« Tu comptes aller jusqu’au bout de ton idée pétée ? » elle demande toute de même avant d’être déconcentrée par sa connerie latente. La môme lui envoie dans les airs un baiser moqueur pour lui signifier qu’elle a hâte de voir sa petite performance privée super sex. La suite, elle est bien plus plombante pour elle.  « C’est eux » répond Cami. Elle aurait été bien incapable de couper les ponts volontairement d’elle même. « Je leur ai dis que je comptais rester avec toi, même en cas de désapprobation » elle raconte en toute transparence. Cami, elle a toujours aimé pensé qu'elle était sous la coupe de ses parents lorsqu'il s'agissait de son avenir et avait décidé de se prendre en main brusquement. « Ils ont eu honte d'abord parce qu'ils se voyaient mal expliquer ça à leurs proches, surtout venant de leur petite dernière et après, c'est parti en vrille » mais Cami, elle s’y attendait à tout cela et capte très bien l’incompréhension de Louis concernant son monde contraignant et ses traditions. La cohabitation est impossible. D’ailleurs, elle ne lui demande pas de comprendre simplement d'arriver à l'entendre et à la croire. Louis ne peut pas s'en empêcher de se montrer un poil revêche lui faisant comprendre qu'il n'avait rien demandé et c'était un peu retrouvé au milieu de tout ce bordel religieux. « Je sais bien, Louis » elle souffle lasse qu’il soit sur la défensive à la moindre occasion qu’elle lui laisse.  « Ce n'est pas la question » elle ajoute. Louis, elle le sent plus que septique lorsqu'elle annonce avoir fait son choix. C'est lui. Ses opales le scanne quelques secondes, installant un silence éphémère. « Oui. Ça t'étonne ? » elle lance sobrement, la môme se demande simplement s'ils arriveront réellement à avancer si ne lui offre jamais un peu de crédit à chacune de ses affirmations. « Faudrait être carrément cinglée pour te courir après dans une télé-réalité si ma réalité à moi n'avait pas évolué dans mon côté et reproduire ce qu'on a déjà vécu » souffle Cami, placide en croisant ses opales. Depuis qu'elle le sait ici, la parisienne n'a cessé de vouloir se rapprocher de lui pour lui gratter son affection et le faire revenir sur ses positions. Cette fois, elle se permet d'être comme ça parce qu'elle se sait réellement libre à l'extérieur. « J'ai du trouver un appartement et un taff vu que je n'ai plus de back-up » elle s'était faite couper les vivres en bonne et due forme, dans une action s'inscrivant bien dans le côté extrême de sa famille. Cami, elle s'était prise une vraie gifle mentale en rentrant, obligée de squatter chez quelques amies le temps de digérer la situation et de se retourner pour réfléchir à ses options. Elle avait parée au plus pressé avec son taff dans l'ambassade qui lui assurait une certaine stabilité de fonctionnaire pour une rentrée d'argent aussi mince que certaine. Elle redresse son minois lorsqu'il aborde l'autre sujet sensible. Isaac. Cami le sait très attentif sur le sujet. « On s'est revu une seule fois chez mes parents au tout début » elle explique sans lui mentir. Elle lui devait des vérités à lui aussi parce qu'elle l'avait également laissé croire trop de choses avec la petite arnaque qu'elle avait été pendant deux ans. « Il s'en doutait déjà et j'ai pas nié en lui faisant comprendre que lui et moi, ça n'existait que dans les têtes de nos familles respectives » l'israélienne souffle en cherchant son regard. « Et ça s'est terminé comme ça » elle conclut. « Mes sentiments te concernant n'ont rien de fake » Cami ajoute.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Jeu 25 Juin - 18:04

« Bien sûr. » il pointe l’évidence, haussant les épaules les sourcils légèrement froncés. « C’est parfait pour les emmener sur une fausse piste, non ? » Parce qu’il avait beau être faire de sa petite idée d’intellectuel il se doutait que c’était à côté de la plaque. Cam elle avait beau lui avoir menti sur l’intégrité de sa vie, il ne lui associait pas un destin d’espionne internationale non plus. « Ils vont te sauter dessus avec ta cagnotte et t’as Costa sur le dos. » C’était la prochaine sur la liste, à l’approche des DF tout le monde allait partir en quête d’argent et vu la vergogne que l’italien avait mis à trouver le secret de Rosie, il était stratégique de lui faire perdre autant de temps que possible. C’est eux. Il s’en doutait un peu mais ça lui coupe le souffle, avide de la suite. « Mais pourquoi ? » Il ne comprend pas, sa désapprobation elle voulait dire ce qu’elle voulait dire : un non catégorique. Ca court-circuitait là-haut, c’était compliqué d’intégrer qu’elle l’avait choisi au détriment de ceux qu’elle lui avait caché pour les préserver. Louis il s’était senti mis sur la touche le jour où il avait découvert le pot-aux-roses, Cami lui exposant tous ses mensonges et stratagèmes et lui se retrouvant dans la position de mec complètement con qui ne s’était douté de rien. Elle ne l’avait pas trompé mais dans sa tête c’était tout comme, elle avait vécu une double vie. Lui il était l’option numéro deux : les vacances prolongées. Qu’elle lui affirme avoir perdu sa famille pour lui c’était une preuve beaucoup trop forte de la véracité de ce qu’il s’était buté à qualifier d’imposture. Il se l’était tellement répété qu’il avait fini par s’en convaincre. « Ils t’ont reniée parce que je ne suis pas juif ? » Goy. Il n’arrivait pas à l’articuler, cette appellation le torturait, emprunte d’un rejet qu’il ne savait pas gérer. « Ils pourront jamais passer au-dessus de ça ? » Faire passer l’amour après la religion, ou l’amour conditionné par la religion, c’était une notion abstraite pour lui et il s’en sentait profondément désolé pour Cam. Elle n’avait pas arrêté de parler d’eux ici, de ses frères, de ses parents… ils lui manquaient et cette bulle qu’elle se créait pour se réconforter il en percevait toute la douleur. « Oui. » il assène sans détour. Oui ça l’étonne qu’elle l’ait choisi. « Quand je t’ai demandé de partir c’était parce que je pensais que tu t’étais foutue de ma gueule depuis le début. J’ai été hyper transparent avec toi Cam, je t’ai donné des choses pour la première fois de ma vie avec une confiance aveugle. Je pouvais boire n’importe laquelle de tes paroles, t’aurais pu me sortir les pires atrocités j’aurais pris. J’étais comme un dingue d’avoir trouvé un alter-ego avec qui me projeter et ce jour-là, putain c’est dramatique de le sortir comme ça, mais je me suis pris une balle dans le cœur. » Dans l’intimité du confessionnal il s’ouvre à elle comme il ne l’a pas fait depuis des mois. Il réceptionne ce qu’elle lui raconte, sur son comportement assumé au regard de ses parents, sur sa galère sans back-up. Il ne s’exprime pas là-dessus Louis, trop secoué en interne. La suite de l’histoire il la connaissait, pour ce qui était du reste c’était difficile à ingérer, prenant conscience de sa part de responsabilité. L’épisode du feuj. Celui qui l’avait achevé. « C’était comment ? » il demande du tac-au-tac, avide de tous les détails sur leur rencontre. « Il était amoureux de toi ? » C’est con mais ça compte. « Ca impliquait des choses autres que des diners ? T’as un contact, vous avez genre des amis communs ? » Il balance toutes ses questions dans sa caractéristique de mec jaloux et ultra-possessif. Il en a encore des centaines des questions flashs en réserve. L’atmosphère de la pièce redescend et Louis il est abasourdi par la richesse de l’échange, assommé par ce qu’il vient de réaliser. Ca pèse lourd et il a du mal à la regarder dans les yeux, fautif de son chaos parisien. Suspendu à un point fixe pendant de longues secondes, il semblerait presque réfléchir alors que son cerveau fait un mind blown. « Pourquoi t’es pas revenue ? » il demande à voix basse, calmé de son énergie virulente. « T’aurais dû me le dire. » Et il sait. Il sait que ce jour-là il n’y avait rien eu à lui dire, que Cami elle bégayait et qu’il n’avait qu’un mot à la bouche, concis et violent : dégage. Il sent la craquelure s’étendre, creuser son chemin jusqu’à ses tempes. Posant ses mains sur le dessus de sa tête, le menton collé contre le haut de son torse, il expulse un long soupire pour contrôler sa perte de faciès. Il est mal et il a comme l’impression d’avoir largement provoqué leur propre perte pendant ces six mois. « Je suis désolé. » il souffle ému, pausant une longue seconde avant de remonter son regard sur elle. « J’ai merdé. » il ne l’avoue pas souvent, Louis, sa connerie. Il pince un peu ses lèvres sous la gêne, vrillant rapidement ses prunelles sur un nouveau point, la main portée sur le bas de son visage coupable.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Jeu 25 Juin - 19:37

Elle écoute le nouveau stratège auto-désigné du duo, un léger sourire moqueur sur ses pulpeuses. « Le mieux aurait été qu’ils continuent à chercher un secret en commun » elle rappelle simplement parce que c’était pour elle le seul moyen de les éloigner de sa famille. « D’ailleurs n’hésite pas à bien insister sur tes relations avec mon monde » la môme demande, pour finir le travail qu’elle avait commencé auprès des serial buzzer de la saison histoire de brouiller les pistes. Elle sait que le rital senior est sur son dos depuis cette semaine donc ses moves doivent être subtiles. Louis insiste sur des points qui sont évidents même pour lui. « Tu connais la réponse. Parce qu’ils ne me voient pas avec quelqu’un ne partageant pas notre culture, notre identité » elle laisse entendre. « Tous mes frères et soeurs sont avec une personne de confession juive, dans notre entourage, c’est la même chose. On a été éduqués comme ça depuis la naissance » elle explique sans justifier. Cami, elle avait dû faire du chemin avant que cela ne la heurte et qu’elle ne voit cette évidence comme une contrainte religieuse qui perdait son sens face aux sentiments. « Dans l’immédiat non, plus tard, je n’en n’ai aucune idée » Cami, ses certitudes ont déjà bien été bouleversées pour pouvoir se prononcer. « Actuellement je n’existe plus » elle souffle simplement. Elle, ça la tuait un peu leur facilité à la squeezer parce qu’elle s’écoutait pour une fois, dans sa vie. « J’ai envie d’espérer quand même » parce que ça lui parait impensable de rester dans cette situation. Louis, il avait échappé à deux ans d’histoire sur sa famille et ne pouvait mesurer l’amour qu’elle leur pote, à la hauteur de la souffrance qu’elle éprouve maintenant de se sentir pestiférée. Cette histoire de mariage d’ailleurs cette semaine ça l’avait bien éprouvé, quand elle s’imaginait sans personne pour la conduire à l’autel par exemple dans quelques années par exemple. Ça lui écorche le coeur ce qu’il lui dit, appuyant un peu plus sur sa culpabilité déjà trop présente. Ses opales se fixent à son visage, l’observant de sous ses longs cils. « Je ne savais plus comment te dire la vérité Louis, c’était déjà tellement trop tard, j’avais déjà fait n’importe quoi, je savais que t’allais me jeter. J’ai préféré retarder le moment » elle répond de sa voix fluette. Louis l’assène de pas mal de questions que les cameras lui ont interdit jusqu’à présent. La parisienne tente de choisir ses mots pour ne pas faire tout basculer. « C’est le fils d’un ami d’enfance de ma mère. On se connait depuis tous petits, il est venu à Paris après nous, pour ses études universitaires » elle pose les grandes lignes pour lui permettre de capter le contexte dans sa globalité. « Il était attaché parce qu’on se connaissait depuis longtemps, j’étais plus son repère que la femme qu’il aimait » ils avaient grandi ensemble, s’étaient retrouvés à Paris après, s’étaient fait les vacances ensemble au bled notamment. Ils avaient vécu des grandes étapes ensemble, elle ne peut le nier. Cami était persuadée qu’elle revêtait pour lui le rôle d’une amie proche dont la fréquentation était sur-validée par ses parents. La vérité est que depuis toujours, elle s’était faite hermétique à ses sentiments à lui, ne cherchant pas trop loin en jouant à la conne plongée dans l’ignorance. « Quand je revenais sur Paris, on se faisait des repas tous ensemble avec nos deux familles pour que j’ai le temps de voir tout le monde. C’était à peu près tout » elle précise parce qu’elle ne veut pas que Louis l’imagine dans le rôle de l’amante ou autre. C’était suffisamment glauque comme cela. « On a des amis en commun mais ils ont été suffisamment intelligents pour que l’on ne se croise pas peu importe la situation » elle amène une réponse qui lui plaira pas mais qui a le mérite d’être vraie. Cami, elle avait également eu l’occasion de faire des tris dans ses potes, se devant de jarter par la force des choses les moins ouverts d’esprit qui n’acceptaient pas un tel éloignement de son éducation. Louis se fait plus calme, plus plombé à son tour dans une fatalité qu’elle n’a jamais voulu lui mettre sur le dos. « J’ai essayé de revenir » Cami avance en croisant ses opales. Sauf qu’elle s’était pointée, plus fébrile que jamais dans leur maison dont elle se sentait étrangère, à devoir gérer son hostilité face à sa présence. Elle n’avait pas pu. « T’étais bien trop en colère ou écœuré pour m’entendre. Tu avais toutes les raisons de l’être, c’est aussi pour ça que j’ai pas insisté pour m’imposer une nouvelle fois » répond la môme. Il lui avait demandé de dégager, simplement et purement, se refusant à entendre sa défense pitoyable. C’était important ce qu’elle voulait lui dire. « Je m’étais dit alors que j’allais attendre que tu retombes un peu, que je devais prendre mon mal en patience » elle explique. Sauf que cela ne s’est pas passé comme prévu. « Je ne pensais pas que ça allait durer aussi longtemps » les mois s’étaient écoulés, accroissant son désespoir concernant une éventuelle fenêtre de tir pour s’expliquer. Elle s’était contentée de nouvelles interposées par leurs potes, de quelques messages se confondant d’excuses restés sans réponse de sa part. Cami s’était sentie profondément seule et déboussolée à Paris tout en ayant conscience que c’était mérité. « S’il n’avait pas eu Throw Dice, tu m’aurais complètement rayé de ta vie ? » elle demande très sérieusement, parce que cette émission avait complètement tout précipité, en lui créant une opportunité qu’elle n’aurait pas eu à l’extérieur. Cami, elle veut savoir s’il serait revenu vers elle en dehors de cette exposition médiatique ou si elle avait pu continuer à attendre encore un certain moment dans un espoir vain. Elle n’a pas le temps de s’attarder sur ce sujet qu’il s’excuse subitement, ses opales pas prêtes se vrillent directement sur lui sans comprendre le malaise ou la gène qu’il distille dans chacun de ses gestes ou dans son incapacité à la regarder. Ses sourcils se froissent. « Laisse tomber Louis » Cami amène avant de se lever pour s’accroupir face à lui, s’imposant entre ses deux genoux, s’appuyant sur ses jambes façon comptoir improvisé. Ses opales cherchent les siennes pour capter son attention. « Je t’aime » elle expulse sobrement, dans une simplicité nouvelle.  « Je continuerai à prendre mes décisions en fonction de cela, même si on est incapable de s’écouter ou de se comprendre au bon moment » la môme complète.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
CONFRONTATION LOUIS/CAMI Empty
Message (#) Sujet: Re: CONFRONTATION LOUIS/CAMI — Ven 26 Juin - 0:36

« Peut-être. Mais je sécurise la money baby. » il crâne avec son air de mafioso napolitain. « Oui bien sûr sans problème puisque j’ai l’air super pote avec ton frère. » Cam elle avait inventé tout un tas de mythos autour de ça, lui il se contentait d’approuver quand quelqu’un évoquait le sujet. Le frère allait être ravi de l’apprendre à la télévision, c’était sûr. D’ailleurs même sans les connaître il pouvait imaginer l’opinion de sa famille à son sujet après deux mois à se montrer exécrable à l’égard de leur ange déchu. Louis il préfère ne pas rebondir sur l’explication de leur éducation juive à tous, ces mots ne trouvant aucune justification à son oreille. Ce qui happait son intérêt c’était ce qu’elle avait vécu. Il voulait connaître chacun des moments qu’il avait raté. « Ils ont coupé les ponts du jour au lendemain ? » Il avait du mal à les imaginer abandonner leur bébé comme ça. La virer. Exactement comme lui avait pu le faire. Cami elle s’était fait chassée de ses deux maisons en deux jours et ça lui serrait le cœur d’avoir été celui incapable de la réceptionner lorsqu’elle était revenue. Il reste accroché à ses prunelles, elle qui raconte son histoire compliquée si simplement. Il ne s’était pas rendu compte de tout ça, Louis, à des lieux de pouvoir se l’imaginer. « Impossible. Ils doivent garder un œil sur toi. » il lâche ça sans aucune connaissance de cause, seulement au fait de la réactivité de la communauté juive parisienne. « C’est tes parents Cam ils reviendront. » Dans sa big picture à lui c’étaient comme ça que les choses se passaient, toujours basé sur ses idées simples. Il s’ouvre Louis, il s’exprime enfin calmement sur tous ces ressentis sur lesquels il arrive enfin à poser des mots. Ça avait été dur de les identifier, long de les canaliser. Il dégluti face à l’évidence des capacités d’anticipation de l’israélienne. Il réalise doucement que, oui, elle ne lui avait pas menti lorsqu’elle disait l’aimer pour se défendre d’une expulsion imminente. Pour une fois ses mots lui semblent transparents de vérité. « Le fait que tu ne me le dises pas ça m’a fait douter sur toutes tes bonnes intentions. » Mais elle avait raison, Cami, il l’aurait jetée quoi qu’il arrive. Il fonctionnait comme ça, lui et ses coups de sang. Le sujet du feuj c’est aussi un sujet susceptible de réveiller ses impulsions, alors il inspire bien lorsqu’elle lui dévoile qui est cet Isaac et quelle place il occupe dans sa vie. Il l’écoute religieusement, forcément tendu, concentré pour ne pas lui couper la parole. Ca l’irrite de savoir que ce mec n’était pas qu’un promis hasardeux mais un type qui a grandi avec elle et qui doit tout connaître de ce qu’elle était, d’une enfance et d’une adolescence sur lesquels elle lui avait menti à lui. « Son repère. » il répète plein de jugement. A d’autres. « Ca n’existe pas les repères garçon/filles c’est que dans les contes mais ok passons. » Il ne peut pas s’en empêcher, Louis, de caler ça avec son air mi-désabusé mi-agacé. Ce genre de bail, à l’adolescence, ça passait la barrière des enfantillages d’un côté ou de l’autre. Il pâlit à cette histoire de dîners de famille, lui ce qu’il y voit c’est comment il a pu être pris pour un con à l’imaginer en week-end entre filles à ces moments-là, intéressé par ses récits de retour d’aventure. « A peu près tout. » il répète avec un grand smile archi-tendu avant de lâcher un petit ricanement nerveux. « D’accord. C’est super dur d’entendre ça et tout ce que tu as fait dans mon dos Cam mais c’était ce que je voulais savoir. » il justifie pour qu’elle ne le prenne pas comme une agression, simplement parce qu’il entre en process pour digérer ces informations qu’il redoutait depuis déjà des mois. « T’as déjà fait un truc avec lui ? » il laisse tomber comme le glas de cette conversation, tripotant nerveusement ses doigts et serrant brièvement sa mâchoire avant de glisser son regard dans ses prunelles. Elle lui confie que le mec fait partie de son environnement, forcément, et ça rajoute encore plus à tout ce qu’ils ont pu partager. Il tente d’éteindre sa jalousie dont le compteur commence à imploser. « Super. » il marmonne, mécontent mais conscient de devoir accepter la situation telle qu’elle est. « Si un jour il est là ne me mens pas et dis-le moi s’il te plait. » Il veut juste savoir. Peut-être qu’il fera sa tête de con en exigeant de l’accompagner, peut-être qu’il voudra le rencontrer pour discuter, peut-être que rien. II ne sait pas. Il veut juste éradiquer le mensonge qui l’a tant fait souffrir. Il l’avait détestée pour lui avoir fait ça ce jour-là. Elle avait beau être revenue il ne pouvait rien entendre d’elle et il le sait, Louis, qu’il n’a rien à répondre lorsqu’elle lui expose les faits. « Je ne savais pas comment me calmer Cam, j’ai tout remis en question, plus le souvenir était heureux plus la claque était violente. T’imagines tout ce qu’on a vécu, j’ai eu l’impression d’avoir été pris pour un con tout ce temps. Je me suis demandé si ce que j’avais ressenti avait un jour été partagé. » Son premier amour, sa première copine. Dénué d’expérience la chute de sa seule référence avait été violente. « Je ne t’ai pas crue quand tu m’as dit que tu attendrais. » Il n’avait pas eu tous les détails à l’époque, parce qu’il n’avait pas voulu les entendre. « Je ne me suis pas intéressé à ce qu’il y avait derrière. » il avoue sa faute, désolé de ne pas avoir su l’écouter et de l’avoir laissée seule. Apprendre à l’époque ce qu’il entend aujourd’hui aurait probablement écourté sa colère. Cam elle lui pose la question à dix mille. Celle dont il n’a pas la réponse. « Je ne sais pas. » il avoue en toute transparence, peu fier de sa réponse, expulsant un soupire de résignation. « Je suis venu ici pour les mauvaises raisons Cam. Je voulais me venger. » Il ne peut pas lui mentir, pas lui. Il fallait qu’elle connaisse cette partie avant d’être livrée à ses révélations, qu’il la mette sur la piste pour qu’elle ne le découvre pas en même temps que les autres. « Je n’ai jamais cessé de t’aimer mais je t’ai diabolisée dans chacune de tes décisions. » il avoue. « Si j’avais appris que tu t’étais retrouvé quelqu’un ça m’aurait anéanti. J’avais beau camper sur mes décisions j’espérais tellement que ce qu’on a vécu n’était pas que du bullshit. » C’était ça, sa blessure. « Tu sais avec du recul quand je vois que j’ai été capable de venir te chercher devant le monde entier j’imagine qu’un aller-retour pour Paris aurait été possible. » C’était ce qu’il se disait pour se rassurer mais lui-même il était incapable de savoir ce qu’il aurait pu entreprendre à la place. « Je pensais trop à toi. » Trop pour ne pas devenir fou. Louis il aurait obligatoirement fini par craquer et là il craque, il se fissure dans une excuse qu’il admet face à tous ces faits qui l’incriminent. Fautif de son incapacité à manager ses émotions, fautif de ne pas avoir identifié sa détresse à elle. « Ça fait chier Cam. » il répond lorsqu’elle lui demande de laisser tomber. Elle sait ce qu’il insinue : ils auraient pu s’éviter tout ça. Il frissonne à ses trois mots. Cette formulation qu’il n’avait plus entendu de sa bouche depuis longtemps et qui le fait frémir. Un je t’aime rassurant, un je t’aime qui évoque leur suite. Son regard coule dans le sien, installée en appuis sur ses genoux. « Ca nous a coûté trop cher. » Il apprenait la leçon, là. « On va mettre du temps à se refaire confiance, tu le sais ça ? » Il ne pouvait pas entendre qu’elle ait peur de lui comme elle le lui avait sorti. Il glisse ses mains sur les siennes pour l’attirer vers lui et l’embrasser, y cherchant de l’amour et une assurance, intimant à son oreille un doux « Je t’aime. ».

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Gendarme à New York [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Gendarme et les gendarmettes [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Gendarme en balade [DVDRiP]
» [UploadHero] Les Aventures de Rabbi Jacob [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Des pissenlits par la racine [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CONFESSIONNAL-
Sauter vers: