Partagez
 

 hurricane (mer, 16h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
hurricane (mer, 16h) Empty
Message (#) Sujet: hurricane (mer, 16h) — Lun 29 Juin - 13:38

@Roma

Santo son objectif de la semaine c'était globalement de casser les ovaires à toutes les daronnes de l'aventure. Après l'objectif Mica, c'était Roma qu'il cherchait. Roma, c'était différent, ils jouaient à un petit jeu tous les deux depuis quelques semaines. Un jeu de fausse adversité et de vengeances. C'était un peu l'âme calme de leur équipe, la seule qui avait réussi à garder à 100% son sang froid pendant leur réunion Adler sans trop hausser la voix. Et Roma, lui, il l'aimait bien pour ça. Elle avait ce côté rassurant. Santo il n'irait jamais lui poser des questions sur son histoire ou son passé, parce qu'il ne s'estimait ni légitime ni assez connaisseur de la situation pour aborder une telle discussion sereinement, mais par contre il avait bien envie d'abuser de sa présence pendant quelques heures. Ciao Roma. Il s'était posé sur l'un des fauteuils, sa tablette à la main et sa casquette coincée en arrière, à la manière du parfait post-adolescent qu'il pouvait être. Santo, parfois, on zappait qu'il avait un môme de quasi 5 ans qui l'attendait en Italie. C'était à peu près l'âge des gamines de Roma, mais un monde les séparait tous les deux. Lui, même s'il crevait d'amour à revendre pour Miki et même s'il avait toujours assumé ses responsabilités en envoyant autant de tune que possible sur place et en gardant au maximum le contact avec Luci' et lui, il était aussi parfois rattrapé par son insouciance. En étant loin, il n'avait jamais vraiment pu assumer ce rôle là. Et ça créait un gap considérable de comportement, entre elle et lui. J'ai décidé de te libérer de tes responsabilités. Il faisait évidemment référence à ce qu'ils s'étaient dits au prime, concernant le malus qu'engendrerait une quote négative au questionnaire. Si... Evidemment rien n'était gratuit. Il avait de la suite dans les idées le blond. Tu me files des infos exclu sur Gigi. Bingo. On pouvait presque lire une petite étincelle illuminée au fond de ses yeux gris. A vrai dire, il savait que c'était peine perdue. Mais il faisait surtout ça pour accrocher son attention et la détourner de sa lecture, parce qu'on était mercredi après-midi et que la semaine passait relativement lentement. Un deal honnête, non ? Un sourire avait filtré sur ses lèvres. T'as pas d'argent pour buzzer toi, ça te sert à rien. Mais promis si ça m'aide je te file de quoi ne pas quitter l'aventure fauchée. Dans cet embobinage mental qu'il mettait à l'oeuvre il ignorait volontairement le fait que lui aussi lui devait un service. Ca, c'était à des kilomètres de ses pensées là tout de suite, à Santo.

_________________
hurricane (mer, 16h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
hurricane (mer, 16h) Empty
Message (#) Sujet: Re: hurricane (mer, 16h) — Lun 29 Juin - 22:13

Elle baille tranquillement, alors que ses doigts fins tournent les pages d’un roman qui ne la passionne pas plus que ça. Mais elle y reste quand même, lui donnant l’ultimatum du dixième chapitre pour se décider s’il mérite une vraie chance ou s’il finira dans la pile des non terminés. Après la fatigue et l’ennuie qui s’installe au coin de ses yeux, c’est un soupire qui fait vibrer ses pulpeuses, alors que le personnage principale se met encore dans une situation improbable. Ses pupilles sombres s’accroche à la silhouette de @Santo qui l’interpelle dans son italien habituel. « हैलो » elle prononce alors dans sa langue à elle, laissant retomber la couverture mole de son bouquin sur ses cuisses. Bien sûr, quand le petit napolitain est dans les parages, elle a ses sens en éveil. Parce qu’elle s’attend à tout de sa part, des petites vengeances à la sauce italienne. Elle doute qu’il va lui lancer un projectile mystérieux, parce qu’il est tout de même respectueux de l’aspect solennel d’une pièce comme celle-ci. Mais elle garde tout de même l’oeil vif, pour ne pas se laisser surprendre. Surtout qu’il a l’air tout sauf réglo là. Comme la fois à la piscine, elle avait sentit venir un mauvais coup. Il a le regard du gamin qui a quelque chose dans la tête, des idées folles dont la cible première semble être l’indienne. « Hm ? » Elle questionne alors, avant de comprendre qu’il parle de la faveur du prime, à propos de la mention négative qu’elle lui avait affublé pour le questionnaire de l’embrouille. Bien sûr le « si » arrive bien vite et le nez de l’indienne de retrousse, d’indignation. Que va-t-il lui inventé encore ? Un éclat de rire anime ses lèvres, parce que franchement l’idée de lui soutirer des infos sur Gianni elle est pas mal celle-ci. « Un deal honnête ? » Elle répète, alors qu’il précise qu’elle n’a plus d’argent pour buzzé et que dut coup ce serait que du positif pour elle, vu qu’il lui refilerait de la tune. « Hm. » Fait-elle, en mimant le fait qu’elle considère son offre comme sérieuse. « Déjà, j’ai de nouveau assez d’argent pour buzzé. » Il l’avait pas vu venir celle-là hein ? « Grace au grimoire magique. » Elle précise, dans un sourire satisfait. De toute façon, même si elle n’avait plus un sou dans ses poches, elle n’irait pas lui parler de trucs exclusifs sur Gianni, à moins que ça ne lui semble pas important comme une éventuelle aversion pour les cornichons. « Je ne dirais rien. » Muette comme une tombe. Elle zip ses lèvres, d’un mouvement de la main. Mais c’est bien tenté. « Par contre, moi je l’oublie pas la petite faveur. » Elle termine, l’air mystérieux dans le regard, sans s’être décidé encore sur quoi lui demander. Peut-être une info exclusive sur Gi ? Après tout elle n’est pas la seule à partager des moments avec lui. « Une info exclusive sur Costa ? » Histoire de lui renvoyer la balle. Parce qu’il est bien sûr évident, qu’il ne dira rien.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
hurricane (mer, 16h) Empty
Message (#) Sujet: Re: hurricane (mer, 16h) — Mer 1 Juil - 11:11

Santo il débarquait avec ses grands plans, à la manière du fin stratège qu'il prétendait être. Perturber la session lecture de Roma ça ne l'inquiétait absolument pas (franchement, à part Cami, qui lisait vraiment pendant Thrown Dice ?), parce que ses idées étaient toutes goupillées depuis une bonne demi-heure. Ca l'avait pris d'un coup, après une énième soirée passée avec Gi' et ses sous-entendus. Il savait que le pugliese ne comptait pas lâcher son secret avant la validation de sa cagnotte, mais pour Santo c'était impossible de se résoudre avec autant d'infos entre les mains. Il s'estimait bien placé dans l'enquête pour l'histoire de son compatriote, au même titre qu'une Roma qui lui avait tapé dans l'oeil depuis quelques semaines. L'indienne s'était évidemment marrée à l'écoute de sa petite proposition. Pas prête à jouer pour un sous. Attendu. Plus qu'honnête. Pour plusieurs raisons. Il ne lâchait rien, avec son sourire goguenard et ses mains qui s'agitaient devant lui. Mode baratineur des premiers instants. Il retrouvait sa douce nature de restaurateur et gérant de commerce, avec son assurance des plus beaux jours. D'abord, on va pas se mentir, tu crèves d'envie de savoir ce qu'il cache. Elle ne pouvait pas lui nier ça, et dans tous les cas si elle le faisait il ne la croirait pas. Deuzio. Ensuite, on a bien vu que les confrontations ça brise des relations... Regarde, Carl et Aera, Kara et moi, Rosa et Cos, Cam et Louis... Il enroulait ça autour de quelques mensonges histoire de tracer sa table arithmétique. Donc aucun intérêt que tu le buzzes. Son visage s'était retourné à 180° face à elle, après s'être auto-emballé dans son petit déroulé. C'est là où moi j'interviens. Evidemment. Santo il avait décidé de squatter le confess toute la semaine. Le canap' y était confort et ça commençait à lui manquer d'entendre William lui annoncer qu'il ne remportait qu'une demi-cagnotte. Son but, ça restait de gagner le jeu au nombre de secrets trouvés. Et même s'il considérait être à 1,5 - mathématiquement la prod lui avait fait un coup de pute en lui retirant le demi-secret de Kara, ce qui le foutait dans l'impossibilité de s'arrêter là dans ses recherches. C'était viscéral, Santo il avait la gagne. Et d'autant plus quand ça touchait à un pote comme Gi', qui lui filait des petites infos depuis quelques semaines. Si tu le fais pas pour moi, ni pour toi, fais-le au moins pour la team. On a bien capté que les confrontations ça nous faisait gagner des points. Voilà. Maintenant il la laissait dealer avec ce petit exposé en trois temps. Et s'il fallait vendre Costa pour choper des infos il n'allait pas franchement hésiter. De toute façon ils balançaient chacun des histoires touchy sur l'autre depuis des semaines. Tu veux savoir quoi ? Pas question de balancer avant d'avoir une possibilité de gratter quelque chose de son côté.

_________________
hurricane (mer, 16h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
hurricane (mer, 16h) Empty
Message (#) Sujet: Re: hurricane (mer, 16h) — Mer 1 Juil - 22:33

A chaque fois qu’il est dans les parages, elle est sur ses gardes, le sourcil arqué qui témoigne de sa suspicion. C’est qu’il est capable de lui en faire voir de toutes les couleurs. Et qu’il a le bagou nécessaire pour arriver à ses fins. Sauf que Roma, elle se laisse pas avoir si facilement. Bien sûr. Ce serait trop beau, s’il était tombé sur la nana manipulable de la saison. Elle a l’esprit beaucoup trop indépendant pour ne pas déceler ses petites entourloupes de commercial. Parce qu’il se lance dans son petit discours, essayant de lui prouvé par A+B que sa petite idée de buzzer Gi, grâce aux infos qu’elle allait lui donner était clairement la plus viable. « On va pas se mentir, c’est vrai. » C’est l’un des secrets encore en jeu qui l’intéresse le plus, pour des raisons assez évidentes. Mais ce n’est clairement pas suffisant pour lui donner des infos qu’il n’aurait balancé qu’à elle. Pour son second argument elle est plutôt dubitative. « Cami et moi on est peut-être encore plus proche aujourd’hui. » Elle lui rappelle et pourtant elles sont passées par deux confrontations, dont une qui n’avait pas été facile pour l’indienne. « Donc cet argument n’est pas valable, je suis certaine que si je me retrouvais en confrontation avec Gi, même si je le bousculait avec mes questions, on en sortirait pas fâché. » La preuve en est qu’ils sont passé facilement outre le petit « scandale » orchestré par la production. « Et puis Kara et toi sérieusement ? » Elle a pas vraiment l’impression qu’aujourd’hui ils se fassent la gueule non ? Elle ne revient même pas sur les Rosa, Costa, Cam, Louis… qui clairement sont juste là pour appuyer son propos. « Je ne suis pas convaincue. » Elle répond, même si c’est plutôt assez évident au vu de la tournure de la conversation. Même quand il met sur le tapis la team, qui serait certainement le meilleur argument qu’il avait en stock. « Tu n’as pas besoin d’une info de ma part pour ça, tu peux toujours aller buzzer un truc du genre « Je suis amoureux de mon huile d’olive » » Intitulé inspiré par une conversation avec Carl. Elle laisse échapper un petit rire. Parce que mine de rien, il mène bien sa petite barque le Santo. Malheureusement pour lui, elle se laisse pas si facilement impressionner Roma. Et elle alors, sa petite faveur on l’oublie ? Une info sur Costa peut-être ? Il semble enclin à lui raconter ses petits secrets, ce qui la surprend un instant. « Tu acceptes parce que tu sais que je ne dirais rien sur Gi ? » Elle le questionne du regard. Et que du coup, il ne dira rien sur Costa. Parce qu’elle le voit venir avec sa monnaie d’échange. « Raconte moi votre meilleur souvenir en commun. » Elle demande alors, sachant que ce n’était pas trop demandé et qu’il pourrait peut-être se laisser tenter par la nostalgie du souvenir pour lui raconter, même si elle ne dit rien à propos du troisième italien du chalet.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
hurricane (mer, 16h) Empty
Message (#) Sujet: Re: hurricane (mer, 16h) — Sam 4 Juil - 11:38

Evidemment son petit raisonnement fumeux il ne menait à rien. Santo il n'avait de toute façon par pour ambition de la faire flancher aussi facilement, Roma. Elle était joueuse, honnête et conciliante, mais pas débile pour un clou. Ce truc, c'était essentiellement du jeu. Sa façon toute en subtilité à lui de venir l'embêter pour épuiser son semblant d'ennui quotidien. Dans tous les cas ils savaient tous les deux que le secret de Gianni ne changerait pas grand chose à leur relation mutuelle avec lui. Du moins, Santo le savait et il s'imaginait mal Roma manquer d'une telle information. Ses petits ajustements point par point sur chaque duo de confrontation qu'il avait cité lui avaient arraché un sourire. Elle était millimétrique, Roma. Une vraie daronne habituée à expliquer à ses gamines par A+B le pourquoi du comment des choses. Pourquoi t'es si rationnelle ? Il lui demandait de raconter une histoire là, pas de confirmer ou réfuter une hypothèse scientifique. Mais soit, vu qu'elle ne mordait pas à l'hameçon il n'avait pas d'autre choix que de continuer. Une vraie machine à baratin, depuis ce matin. C'était la photo reçue de Luci' qui le rendait complètement euphorique. Ce petit bond express dans son histoire napolitaine le ramenait à la vie. Il était à la fois ultra inquiet et ultra heureux. Et à défaut d'en parler avec Cos, sa solution là-dedans c'était tout simplement d'ignorer les signaux et de s'enfoncer dans un état second le poussant à se focus à 100% sur les autres. Je dirais plutôt amoureux de mon vino. Mais ça ferait un peu trop d'alcooliques dans la saison avec Mica. Son sourire s'était élargi et finalement il s'était enfoncé sur son siège, profitant d'un moment de latence pour commencer à se rouler une clope. J'accepte rien. Mais c'est mon passe-temps préféré de raconter la life de Cos. Santo depuis le début du jeu dès qu'il s'agissait de détourner un peu l'attention de lui-même, il balançait des histoires random sur son frate'. A l'image de cette histoire de mariage avec Cecilia. Fallait bien qu'on vienne en partie le titiller, le brun. Il était trop tranquille dans sa position de stratège qui disait tout mais donnait l'impression aux autres de ne rien céder. La question de Roma par contre, il ne pouvait pas y répondre. Ses yeux gris s'étaient braqués sur son visage et il avait haussé les épaules, donnant rapidement suite à ses pensées. C'est trop intrinsèquement lié à mon secret. Donc dit comme ça, il ne pouvait pas satisfaire sa curiosité. Une autre question Roma ? Il la provoquait gentiment du regard, avec ce petit air goguenard de celui qui avait la fin de l'histoire. Mais un super souvenir c'est sans doute quand j'avais... 12 ou 13 ans. A ce moment là le Napoli jouait un match super important pour le championnat contre l'équipe de Rome, la capitale. Et tu sais y'a un énorme snobbisme des romains, parce qu'ils se sentent plus forts et légitimes que tout le monde. Nous, historiquement, on les déteste. Bref, on était au stade, avec tous nos potes, et nous les plus jeunes on était souvent missionnés pour aller balancer des pétards et fumigènes dans les gradins des supporters adverses. Du coup j'étais en pleine opé' quand le Napoli a marqué le 1-0 à quelques minutes de la fin. Ca a pété de tous les côtés. Tout le monde était fou. Cos nous a rejoins pour faire chier les autres supporters et ça s'est un peu envenimé. Mais sur le coup franchement on s'en foutait on était tellement euphoriques que ça en devenait risible. Je saurais pas te dire pourquoi mais simplement ce bordel qu'on a foutu c'était de la pure adrénaline et c'était génial. Elle ne pourrait sans doute pas capter Roma, parce que cette fierté et cet engouement et cette excessivité ça faisait entièrement partie de ce qu'ils étaient. Ca leur collait à la peau, de façon viscérale. A la manière d'un Cos qui s'était foutu à poil la semaine dernière après qu'ils aient trop picolé en discutant du match. Les napolitains, comme eux, des gars simples qui n'avaient rien connu d'autre que l'amour de leur terre, ils se contentaient de ça. Leur bonheur, c'était pas un truc qu'ils pouvaient intellectualiser. C'était factuel. Instinctif. Irrationnel. Mais y'en a des centaines d'autres. L'énorme teuf qu'on a fait quand j'ai su que j'allais devenir père, ça aussi c'était un putain de moment. Ca avait inquiété personne qu'il embrase cette direction à 17 piges, Santo. Pour eux c'était normal, évident, logique. L'amour pur et sincère se décantait de cette façon. T'as ressenti quoi, vraiment, quand t'es arrivée à Londres ? Parce qu'à défaut de l'interroger directement sur son histoire il pouvait au moins se plonger dans ces questions qui faisaient écho à son propre vécu. Tout quitter, se barrer, débarquer dans un pays de l'autre bout du monde. Le soulagement, l'appréhension, l'euphorie, les regrets. Tout ça, c'était à peu de choses près ce qu'il avait vécu, lui aussi. Mais l'écouter par le prisme de quelqu'un d'autre, c'était ça qui l'intéressait vraiment.

_________________
hurricane (mer, 16h) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
hurricane (mer, 16h) Empty
Message (#) Sujet: Re: hurricane (mer, 16h) — Jeu 9 Juil - 21:57

Il joue un jeu bien sûr, mais Roma ça l’amuse bien de démonter un par un ses petits délires. Pour lui prouver que même dans un moment où il tenterait vraiment ses petites combines de commerciales avec elle, ça marcherait pas. Et ça semble le frustrer qu’elle ne rentre pas dans le jeu, qu’elle lui lance pas de la poudre aux yeux avec une histoire grandiloquente à l’italienne. Pour simple réponse il aura un haussement d’épaule un petit sourire en coin. Elle ne l’est pas vraiment Roma, rationnelle, c’est juste qu’elle a tendance à se méfier de Santo, plus que de certains ici. Alors elle prend le pied de la lettre, la raison plutôt que le fantasque et l’imaginaire. Histoire de garder un oeil bien ouvert en cas de représailles. Vu la tendance de vengeance qui s’est installé dans leur relation. Elle veut bien lui donner des petites idées de secrets par contre, des délires d’huile d’olive. Son hypothèse à lui, sur le vin, ça semble pas mal aussi. « Tu oublies Aera et Ashley dans le club des alcooliques. » Elle ajoute d’un air entendu, parce qu’il faut dire qu’il avaient tous les deux marqués la saison pour leur amour du vin, et pas seulement pour ça bien sûr. Elle aurait pu aussi ajouter Louis dans le lot. Alors que l’indienne ne veut rien lâcher sur Gianni, se sentant pas tellement légitime de lui dire quoique ce soit de privé alors qu’ils ne sont qu’au début de quelque chose. Ce n’est pas comme lui et Costa, qui ont des souvenirs à la pelle ensemble. Des histoires certainement rocambolesque. Ce qui l’étonne assez, c’est qu’il semble enclin à lui révéler quelques trucs sur l’autre napolitain. Il tempère, disant qu’il n’accepte rien. C’est tout comme pourtant, lui qui aime parler de Costa, de leurs histoires. Et ça à quelque chose de fascinant dans les yeux de Roma qui les imagine à travers les âges avec toujours cette même complicité. Roma elle veut qu’il lui raconte leur meilleur souvenir ensemble, sans arrières pensées. Parce que l’idée de les imaginer courir à toutes vitesse dans les rues de naples, les genoux cabossés par leurs cascades de garçons qui n’ont pas froid aux yeux, les sourires de la jeunesse qui vient de faire une connerie comme étendard, ça lui plait bien. Elle ne pensait pas que ça pouvait être particulièrement lié à son secret, leur secret ? Elle afficherait presque une moue déçue en pensant qu'il ne va rien lui dire, s’attendant déjà à des détails qui la ferait rire aux éclats. Elle n’aura pas le meilleur souvenir, mais à défaut un super souvenir et ça lui convient parfaitement. Elle l’écoute, observe les expressions de son visage qui vit en même temps qu’il raconte cette histoire de match de foot contre Rome. Et elle sourit au fur et à mesure que l’image du petit Santo de 12 ans se crée dans son esprit. Machinalement elle fait un petit mix entre la photo de son fils qu’elle a vu passé sur le RS et l’homme qu’elle a en face de lui. Elle l’imagine avec les pétards à la main, l’excitation de la jeunesse lui pousser des ailes, et l’envie de bien faire devant les grands surtout. Et Costa qui marque à quelques minutes de la fin, les maillots qui voles, les embrassades, les engueulades. Elle imagine bien le tableau Roma. Et même si elle n’a rien de comparable dans sa vie à elle, pas de moment grisant comme celui-ci, entre la fierté, l’euphorie, l’interdit, ça ne l’empêche pas de comprendre pourquoi c’étaiti un super souvenirs pour tous les deux. « Le foot à vraiment une place importante dans votre vie à tous les deux. » Elle commence simplement, un petit sourire en coin. Un constat qu’elle avait fait il y a longtemps. Le foot, toujours le foot, depuis toujours. Elle voit encore leur regard de gosse qui passe leur temps à jouer sur des terrains poussiéreux. Il évoque une soirée quand il apprit qu’il serait père. Et elle hoche la tête à la positive, elle imagine très bien l’ambiance de cette soirée, par rapport à ce qu’il vient de lui raconter. « Parle moi de ton fils. » Ce n’est pas à prendre au pied de la lettre, il n’est pas obligé. Elle aimerait bien, se faire une idée de qui est cette petite tête blonde qu’elle a vu passer sur le RS. Londres ? Elle détourne un instant le regard pour se replonger dans des souvenirs pas si lointain. La peur, l’appréhension, cette hâte de voir ce qui pourrait s’offrir à elle maintenant qu’elle avait cette liberté presque étouffante. Son regard sombre retourne s’accrocher à celui plus clair de Santo. « La première chose que j’ai ressenti c’est des regrets, j’ai tout de suite voulu retourner en Inde. » Elle commence, ne se sentant plus vraiment coupable aujourd’hui d’avoir pensé un instant retourner à la simplicité d’une vie contrainte plutôt qu’à cet éventail des possibles qui s’offrait à elle. « Et puis j’ai regardé autour de moi, ça m’a donné le tournis. J’avais peur, j’étais terrifiée même, mais j’avais hâte de rencontrer des gens, de vivre ce qu’allait m’offrir cette nouvelle vie. Chaque matin était une nouvelle découverte. » Bien sûr c’était compliqué, elle lui épargne les détails sur l’hôtel miteux, les questions, les regards, les filles qui passaient leurs journées à pleurer, la fatigue. « Je suis passée par des phases de résignation, je pensais pas y arriver. Et puis j’ai rencontré les bonnes personnes. » Parce que si les journées étaient animées des pleurs de ses filles, c’était son tour la nuit. « Aujourd’hui je regrette pas. » Malgré tout. Elle regrette juste de ne pas avoir pu trouver une solution pour s’enfuir et en même temps garder le contact. Ce qui est utopique, bien sûr. Comme l’idée de compter sur une télé réalité pour se sortir de là ? Peut-être. « Pourquoi Miami ? » Elle lui demande alors, se souvenant qu’elle avait voulu lui poser la question assez souvent par le passé.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: COIN BANQUETTES & CHEMINÉE-
Sauter vers: