Partagez
 

 Red line. (mercredi, 14h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Red line. (mercredi, 14h) Empty
Message (#) Sujet: Red line. (mercredi, 14h) — Lun 29 Juin - 17:56

@kara

Cos, il est d'humeur un peu provocatrice depuis le matin, il s'est réveillé en se faisant royalement chier, et, chose improbable, il se dit qu'il aurait bien squatté un peu avec Jill pour se distraire. Sauf que forcément, elle n'est plus là. ça l'avait fait délirer qu'elle le désigne comme candidat qu'elle aurait aimé apprendre à connaître plus tôt - probablement par dépit - vu qu'il avait fait de même, animé depuis le début par le divertissement qu'elle représentait avec ses manières de dark princesse. Comme quoi, faut savoir la prendre, la gosse, suffit de lui parler de vieux rock et lui filer des techniques de meurtre. L'autre petit merdeux de la bande, c'était Louis, et lui aussi, il n'est plus à dispo et ça, pour le coup, ça l'emmerde particulièrement, parce que c'était son pote, un frère depuis le premier jour et leur camaraderie s'était construite aussi naturellement que s'ils avaient décidé un jour de taper un foot à l'extérieur. Loulou, c'était ce qui le rattachait le plus à l'extérieur, en dehors de Santo, tant il le ramenait à sa vie. bref, Costa, désœuvré, il s'élance dans le chalet, après avoir mangé, pour trouver un truc à faire, quelqu'un à envahir sans l'ombre d'une honte. Au bout d'un moment, il passe l'entrée du bar, attiré par le son diffus des notes du piano. La masse de cheveux qui trône face à l'instrument le renseigne directement sur la présence de Kara. « Salut frangine » il lance en se servant un verre au bar au passage, avant de la rejoindre et de lui tapoter l'épaule pour la faire glisser au bout du tabouret pour qu'il puisse s'asseoir à côté d'elle. « T'es une artiste toi, non ? tu sais jouer ? » Elle chante, ça il le sait, mais entre ceux qui chantent, ceux qui dansent, ceux qui jouent d'un instrument, il a un peu zappé qui était relié à quel talent. Lui qui n'en a aucun, au niveau artistique, il se contente de mater leur petit groupe hétéroclite de loin, fasciné par la façon dont l'humain peut à ce point s'illustrer dans quelque chose d'aussi futile. ça ne sert à rien, foncièrement, ça n'a aucune réelle utilité, et c'est pour ça que c'est beau. Pour une fois, il n'est aucunement question de profit, juste de beauté et de création. Juste de kif. « Alors, maintenant que t'as de nouveau 5k dans ta cagnotte, tu vas retenter ta chance ? » il s'amuse à la titiller un peu. Peut-être que c'est pas une banque qu'ils ont braqué. Mais la vérité, c'est que Cos, il n'a été buzzé qu'une seule fois de tout le jeu, par elle justement, et à ce niveau-là, il se fait profondément chier. Même Kara, en définitive, elle a abrégé assez rapidement leur petite confrontation à trois, si bien qu'il n'a pas eu grand chose à faire pour défendre ses positions. Il avait débarqué dans le jeu stimulé d'avance par le challenge de devoir garder un secret qu'il considère pourtant comme très peu secret, au regard de tout ce qu'il donne et ce qu'il incarne. Il a l'impression que tout son être crie ce qu'il a vécu, ce qu'il vit et ce qui l'anime, qu'il balance indice sur indice, mais au fond, c'est facile de se dire ça quand on connait déjà le secret et ça, il a fini par s'en rendre compte quand même Rosamie, armée de plusieurs indices officiels de la prod, s'est retrouvée à être quand même en galère. N'empêche que ça le frustre un peu. « Je te file une exclu, si tu veux. » Allez cadeau. Parce qu'il n'y a plus beaucoup de temps avant que la chasse aux secrets ne soit clôturée et que si elle veut se refaire une santé financière, c'est maintenant ou jamais. Lui, il veut juste un peu de challenge, pouvoir se plonger une dernière fois dans le jeu, à un stade où les gens se laissent davantage porter par les relations qu'ils ont tissées que par l'approche des demi-finales. « T'as eu raison de nous buzzer à deux » il dit finalement en étirant un sourire moqueur en pensant à toutes les fois où ils sont allés se péter la gueule sur Santo en solo pendant que lui observait de loin, les pieds en éventail, chaque épisode de sa petite série télé hebdomadaire. ça le faisait marrer de le voir se démerder avec toutes les confrontations. Lui qui voulait gérer les choses lui-même et être en charge, pour une fois, il avait été servi.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
Red line. (mercredi, 14h) Empty
Message (#) Sujet: Re: Red line. (mercredi, 14h) — Mar 30 Juin - 19:50

Le piano, ce n’est pas un instrument facile à manier. Rare sont les fois où j’ai touché à celui du chalet, comme si je n’avais aucune envie de l’inonder de ma médiocrité. Un si bel instrument, il n’a pas besoin d’être massacrée par des personne qui n’ont pas le talent nécessaire pour y jouer. Pourtant, je rejoue machinalement le seul morceau que j’ai appris à l’aide des musiciens de l'aventure. J’essaye de remettre en pratique les gestes que j’essaye de mémoriser depuis des semaines maintenant, le résultat est loin d’être dégueulasse. Je ne me tente pas à chanter en même temps, sûr d’être déstabilisée par plusieurs tâches à faire à la fois. Je me contente de répéter ce morceau, encore et encore. Une voix m’interpelle dans mon dos et je tourne la tête, sourire aux lèvres en reconnaissant rien qu’à l’énonciation du mot "frangine" de qui il s’agit. @Costa, qui ne peut pas passer à côté du bar sans se servir un verre au passage. Je lui décoche un petit sourire, alors qu’il me pousse presque pour s’installer à mes côtés au piano. Je le vois mal être musicien et me taper du Chopin en se bourrant la gueule, mais on finit toujours par être surpris ici que je préfère m’attendre à tout. Finalement, il me désigne comme une artiste, me demandant si je sais jouer au passage. Je pouffe de rire. « Je ne dirais pas artiste, parce que perso je me contente des chants de Gospel à l’église chaque dimanche et du Beyonce sous la douche. » La musique, c’est plus un passe-temps qu’une véritable passion, même si j’ai souvent droit à des personnes comme Aera qui veulent me pousser à envisager une carrière musicale. Je tourne la tête vers les touches du piano. « Je peux t’apprendre Are you sleeping brother John, mais mes talents de pianiste s’arrête là ! » La seule musique que je sais gérer en dehors de celle que j’ai appris ici, c’est cette comptine pour enfant qui doit avoir un équivalent dans son pays natal. Voilà qu’il aborde ma cagnotte qui de nouveau à atteint la somme requise pour buzzer. Je lui lance un regard amusé, parce que je sais bien où il veut en venir celui-là. « C’est mort, imagine si j’arrive à me hisser en demi-finale et je me retrouve avec un gros zéro niveau cagnotte ? » Je ne vais déjà pas aller bien loin avec 5 000£, mais c’est déjà un montant que je n’avais pas en arrivant ici. Ça équivaut à presque deux mois et demi de salaire, petite somme qui pourrait toujours aider mon père. Costa, il persiste en me filant une exclusivité. Je fais une petite moue pas intéressée, alors qu’en vrai, je me dis qu’un indice en plus pourrait vraiment finir par me donner la conclusion à ce satané secret que je n’arrive pas à débusquer. Sauf que quand il me dit que leur secret est bien un secret commun, je soupire en lui donnant une tape dans l’épaule. « T’es chiant, je le savais déjà ça. » D’ailleurs, je n’ai jamais compris tous les candidats qui continuaient à les buzzer individuellement alors qu’on a tous fini par comprendre qu’ils étaient liés. « En fait, t’es jaloux que ce soit toujours Santo qui soit buzzé et pas toi ? » J’ai mon sourire qui s’étire, amusée par la situation, lui pinçant la joue comme le ferait les daronnes avec leur môme. « Ce n’est pas beau d’être jaloux comme ça le rital. » Je finis par le lâcher, parce qu’il serait capable de m’en mettre une. « Tu te sens trop riche, t’as envie de me confier un peu de ton fric ? » Ça serait un énorme plaisir pour moi de lui prendre la coquette somme qu’il a surtout si on additionne ça à celle de Santo. Je reprends mon sérieux. « En tout cas votre secret est sûrement le plus attendu de cette saison. » Suffit de voir combien de fois ils ont été buzzé depuis le début de l’aventure sans avoir perdu ne serait-ce que la moitié de leur secret. On se sent frustrée de pas savoir, mais la fin approchant de plus en plus, je sais qu’il ne reste plus longtemps à attendre pour enfin savoir ce qu’ils cachent tous les deux.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Red line. (mercredi, 14h) Empty
Message (#) Sujet: Re: Red line. (mercredi, 14h) — Jeu 2 Juil - 1:13

Posé à côté de Kara, il analyse brièvement l'ensemble binaire de touches qui a toujours représenté une inconnue totale pour lui. Il n'a jamais eu la fibre artistique, Cos, même s'il a toujours su se servir de ses mains. Il n'a pas l'esprit qu'il faut, il est bien trop pragmatique et concret, sa créativité elle est tournée vers les enroules de la vie réelle. Il a un côté rêveur indéniable, parce qu'il a toujours eu énormément d'ambition et que c'est impossible d'être ambitieux sans être rêveur, mais pour lui, ce sont des objectifs, pas des rêves. « Are you sleeping brother John ? Connais pas » il réfléchit tout haut en répétant le nom de la chanson qu'elle lui balance. ça lui dit rien, il se souvient pas avoir déjà entendu ça quelque part, mais c'est peut-être une de ces chansons universelles ayant un nom différent en italien. Ou alors c'est une chanson de gospel afro américaine, du coup. « Mais je suis chaud, vas-y, montre-moi » il passe direct le mood compétition, le mood défi, le mood challenge qui peut le porter jusqu'à l'épuisement ou l'hosto, tellement il est intraitable sur le sujet, Costa. Là, il est parti, déterminé à maîtriser le truc sur le bout des doigts, peu importe ce que c'est, au point d'exploser Kara elle-même dans l'exécution de sa petite prouesse fraîchement acquise Mais il a aussi pas mal d'autres choses en tête, Cos, notamment une petite info qu'il n'a pas manqué de noter en fin de prime. Les cagnottes, il les enregistre toujours un peu machinalement, parce que c'est important pour lui de savoir à qui s'intéresser et de qui se méfier, surtout dans un jeu comme celui-là, où tu peux tout perdre en une seconde. Et Kara, il a bien vu le montant sur son compte virtuel et ça l'avait pas mal amusé. De tous ceux qu'il imaginait capables de pouvoir les débunker, avec Santo, il ne restait qu'elle. Aera, Louis et Lejla, ils ont été éliminés et avec eux, toutes les infos qu'ils avaient récoltées en confrontations ou au détour de conversations. Reste Kara. Et Rosamie, qui a décidé de se mettre en chasse aussi. « T'aurais pu être celle qui se plante » il fait remarquer, amusé, en levant machinalement le bras pour faire mine de se défendre alors qu'il la laisse lui cogner l'épaule. Après, faut qu'elle décide de le croire sur parole. Costa, ça l'amuse beaucoup de balancer tout et son contraire pour nettoyer un peu derrière Santo qui balance info sur info selon s'il est dans une phase où il veut être découvert ou non. Kara, elle fait mine de le provoquer mais il se contente d'étirer un sourire presque condescendant en attrapant son doigt pour le dégager de sa joue. Elle a rien compris, elle est complètement à côté, mais c'est pas grave, personne n'est pour l'instant capable de réellement saisir ce qui les lie, Santo et lui. Pas parce qu'ils sont stupides, juste parce qu'il leur manque trop de clefs, beaucoup trop de clefs. Costa, ça l'arrange pour plein de raisons que Santo soit ciblé et, surtout, ciblé seul. « Les gens persistent à n'enquêter que d'un seul côté alors qu'ils ont déjà obtenu de Santo tout ce qu'ils pouvaient obtenir, faut bien les faire capter où trouver le reste des infos. » Louis, Aera d'une certaine façon, Rosamie, ils vont tous ou ont tous été gratter chez Santo et y'en a pas un pour se dire que Costa, il a aussi sa part de réponses dans l'histoire. C'est pas du tout étonnant, tout ça, ça suit la logique de leurs deux caractères et de ce qu'ils ont toujours présenté aux autres et au reste du monde avant eux. Mais lui, ça le fait marrer de les voir patauger et s'épuiser et ça le fait encore plus marrer quand il croise Santo sortir d'une confrontation complètement mort et saoulé après qu'on lui ait pris la tête pendant une heure. « Mais c'est vrai que niveau buzz, je m'emmerde comme un rat mort » il étire un petit sourire. Pas quand c'est lui qui est du bon côté de l'alarme des secrets. ça, ça va, il fait son petit bonhomme de chemin. Par contre, la situation inverse, les candidats semblent avoir unanimement décidé de s'arrêter à ses embrouilles, même si parallèlement, il balance au moins autant d'indications valables et précieuses. Et là-dessus, il est un peu déçu. Il aurait kiffé pouvoir montrer l'étendue de ses capacités d'enroule. « Je te la file sans problème, ma cagnotte, si je la valide, du fric j'en ai déjà » il répond en haussant les épaules. Cos, il a l'avantage de bosser dans une grosse boite, pleine de gens bourrés de blé parce que l'industrie du pari sportif, ça brasse des sommes astronomiques voire indécentes. C'est pas nouveau. Lui, il a juste eu la bonne idée et surtout le culot suffisant pour se faire une place là-dedans, en alpaguant la personne qu'il fallait, au moment qu'il fallait et en lui disant les choses qu'il fallait. Maintenant, il gagne plus que bien sa vie, en plumant allègrement ses clients les plus naïfs, il peut payer les études de sa sœur, envoyer de l'argent à ses parents et à la mère du fils de Lupo, même si une fois sur deux, elle le lui renvoie. Lui-même, il n'a pas besoin de grand chose pour vivre. Il a ses petits plans et l'argent devient vite superflu, malgré son train de vie bien moins frugal qu'à Naples. Alors l'argent de sa cagnotte, dans le fond, c'est pas grand chose. Pas parce qu'il se fout du fric, bien au contraire, Cos c'est un mec foncièrement intéressé et bourré de vices, il ne l'a jamais caché. Mais c'est aussi le genre à dépenser sans compter pour tout et tout le monde. « Si ce que t'avais buzzé avait été correct, t'aurais réagi comment ? » il demande, curieux, sans trop la ramener sur l'intérêt notoire des autres sur leur histoire avec Santino, parce que c'est évident qu'un binôme attire toujours l'attention, comme Cami et Louis.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Kara
Voir le profil de l'utilisateur   
Red line. (mercredi, 14h) Empty
Message (#) Sujet: Re: Red line. (mercredi, 14h) — Mar 7 Juil - 23:17

Je propose à Costa de lui apprendre les notes hyper simples d’une comptine pour enfant sur le piano. Il ne devrait pas avoir beaucoup de problème pour assimiler les quelques touches à retenir, puisqu’elles se comptent au nombre de trois et sont répétitives. L’italien il répète le titre de la chanson, mais il n’a pas l’air de la connaître. Je suis plutôt surprise, je suis sûre qu’il existe une version de cette chanson dans toutes les langues. « Mais si tu dois connaître, sauf si t’as grandi avec du bon gros rap italien dans les oreilles. » Je le taquine, avant de me tourner vers le piano et de démarrer les premières notes. « Are you sleeping, Are you sleeping, Brother John ? Morning bells are ringing. Morning bells are ringing. Ding, dong, ding. » Je me tais, me reconcentrant sur le visage de Costa pour y déceler une information. « Alors, ça te dit quelques choses ? » Si ce n’est pas le cas, c’est que cette chanson n’est pas si internationale que ça finalement. Je détourne le regard pour regarder les différentes touches du piano. « Pour ce morceau, ce n’est pas compliqué. Avec ton doigt tu appuies sans arrêt sur cette touche là. » Je saisie sa main droite afin de poser son doigt sur la touche en question avant de reprendre. « Et avec ton autre main, tu n’as qu’à jongler entre ses deux touches l’une après l’autre. » J’attrape à son tour sa main gauche, jonglant d’une touche à l’autre pour qu’il puisse comprendre, bien que l’exercice soit plutôt facile et l’explication est claire. Costa, il a l’air d’avoir envie qu’on trouve son secret ou plutôt que la chasse au secret soit de nouveau lancée pour lui et Santo. Il me parle même de me filer une exclu. Je reste attentive, parce que même si je ne pense pas être celle capable de trouver ce qu’ils cachent les deux italiens, peut être qu’un indice supplémentaire pourrait me permettre d’enfin avoir une illumination. Malheureusement, l’information qu’il me donne est une info que j’avais déjà, bien qu’elle n’ait jamais été confirmé ni par lui ni par Santo jusqu’à présent. Du coup, je fais mine d’être déçue, lui tapant pas trop violemment le bras en affirmant que je le savais déjà. Costa, il essaye de se défendre en disant que j’aurais pu être celle qui se trompe. Un sourire en coin se dessine sur mes lèvres. « Tente pas de m’embrouiller, c’est logique que votre secret soit commun, vous n’auriez pas essayé de faire semblant de ne pas vous connaître au début sinon. » Si c’était un secret différent pour les deux, ils auraient très bien pu se la jouer Cami/Louis directement, quoique je reste persuadée qu’il s’agit d’un secret identique pour les deux français également. Je le titille avec une pseudo jalousie qu’il aurait envers Santo qui a jusqu’ici été buzzé par presque tout le monde, alors que lui de son côté, il n’a jamais été très inquiété même pas par mon buzz foireux. Sur le ton de l’humour, il avoue malgré tout qu’il s’ennuie de pas être buzzé. Par contre, mon sourire s’éteint complètement après sa réponse à ma petite boutade sur sa cagnotte. Quand il me parle de me confier sa cagnotte s’il la valide en demi-finale, je suis interloquée par ses propos. Je me mets à rire nerveusement. « Rigole pas avec ça, ça représente beaucoup d’argent, le genre de somme que la banque ne nous prêterait même pas à mon père ou à moi. » Heureusement que l’argent ne fait pas le bonheur, parce que sinon y a bien longtemps qu’on aurait à s’inquiéter. Mon père a toujours eu des problèmes d’argent, si bien que dès lors où on a tous eu l’occasion de bosser pour l’aider, on l’a tous fait sans réfléchir. Alors, le fait qu’il s’amuse à balancer ce genre de petite blague, ça me perturbe plus qu’autre chose. Il me demande comment j’aurais réagi si mon buzz avait été correct les concernant, c’est-à-dire qu’ils auraient tous les deux commis des braquages. Je hausse les épaules. « J’aurais surtout été triste pour vous que vous deviez en arriver à de tel extrême pour vous en sortir. » Je n’aurais sûrement émis aucun jugement, parce que chacun se débrouille comme il peut pour essayer de garder la tête hors de l’eau. Et lorsqu’on pense avoir essayé toutes les solutions, il ne reste malheureusement plus que ça. « T’as déjà tenu une arme face à quelqu’un ? » Faut avoir un sacré mental pour tenir une arme face à quelqu’un et savoir qu’une simple pression suffirait à lui ôter la vie.

_________________
❝ no more silence. Use your voice❞ this is america. don't catch you slipping' up. look at how i'm livin' now. police be trippin' now. get your money black man. you just a black man in this world. don't catch you slippin' up
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: COIN PIANO-
Sauter vers: