Partagez
 

 Keep it real. (mardi, 17h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Costa
Voir le profil de l'utilisateur   
Keep it real. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Keep it real. (mardi, 17h30) — Mar 30 Juin - 0:53

@santo

Comment Costa et Santo se sont retrouvés à mettre deux heures et demi pour crapahuter jusqu'au sommet du parcours de luge, trop occupés à s'arrêter en cours d'épopée pour taper un concours de celui qui marchera le plus longtemps sur les mains (remporté par Costa) ou s'affronter sur un pierre papier ciseau ultra serré pour décider lequel des deux allait s'installer à l'avant de la machine (gagné par Santo), c'est un putain de mystère qu'il ne faut pas chercher à comprendre. A la base de leur relation et de toutes les couches de complexité qui la constituent, il y a aussi et surtout ça, l'amitié profonde et sincère, les moments de candeur complètement désaxés dans monde qui ne l'est pas assez, suffisants pour leur rappeler à quel point leur vie est belle, sous le soleil. Au fond, dans leur vie de tous les jours, c'était surtout ça qu'ils partageaient, plus que les prises de tête géopolitiques qui n'en devenaient finalement que lorsqu'ils se retrouvaient, comme ici, à devoir expliquer leur univers à d'autres. Chez eux, ils mangent, ils fument, ils rient, ils escaladent, courent, tapent des foots, des courses en scooters, parient sur la prochaine loose sentimentale d'Ale, vont klaxonner sous les fenêtres, évitent les flics comme un jeu. Leur vie, elle est simple parce qu'ils la dessinent simple en refusant de se laisser noyer par les emmerdes de San Gio. Comme les deux mômes trop vite adultes, éternellement enfants, qu'ils sont, à naviguer sans boussole, à vouloir se saisir du plus grand tout en s'accordant le plus petit, incapables d'accepter que quelque chose ne soit pas pour eux. Et les gosses, ils réfléchissent pas, ils s'éclatent sans penser à rien d'autre. Comme cette fois-là, avec la brouette qui leur avait niqué quelques neurones au passage. Quand ils arrivent au départ du parcours, ni l'un ni l'autre ne sait plus pourquoi ils sont là et qui a eu l'idée à la con de se taper un petit sprint sur les rails. Le but, par contre, c'est de se taper le plus de bosses et de tournants en angle droit possibles, histoire de se faire un peu peur. Cos, il désigne le siège avant avec un sourire moqueur. « C'est bon, t'es le plus petit. » S'il se fout derrière Cos et son mètre nonante, il verra que dalle de la descente, alors que le senior, avec ses centimètres de plus, il peut toujours capter ce qu'il se passe par-dessus sa tête. Quand il doit se contorsionner pour rentrer dans le caisson, c'est archi humiliant mais il dit rien, Cos, se contente de boucler sa ceinture, en allant contre tous ses instincts, parce que flemme de se faire engueuler pour ce genre de connerie. « Tu gères les commandes, nous casse pas les bras, on va en avoir besoin. » Il a pas juste la bonne place, Santo, il a aussi le boitier pour contrôler les péripéties en cours de ride et clairement, faudra racheter un bouton quand ils auront terminé parce qu'ils vont passer plus de temps à le mitrailler qu'à mater autour d'eux ce qu'il se passe. « Ton premier Disney sera un Disney du shlag, mon fils » il ricane comme un con, parce que ouais, ils ont l'air bien cons, tous les deux.

_________________
Editer mon profil ZjbKsHQ
pour devenir un enfant j’ai mis dix ans. pour te mettre une balle dans la tronche, je mettrai pas plus d’une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
Keep it real. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keep it real. (mardi, 17h30) — Mer 1 Juil - 9:08

Elle semblait loin cette embrouille viscérale et guidée par leurs pulsions de la semaine dernière. Cos et Santo, après le retour officiel de Costa au chalet, ils avaient simplement retrouvé cette harmonie brute qui tissait leur relation. Ils enchaînaient les concours débiles, à la manière de leurs défis adolescents, quand Santo se laissait inévitablement provoquer par Costa et tombait tête la première dans ses pièges. Il avait grandi, maintenant, moins dupe et plus à même de lui renvoyer ses coups d'épaule au milieu d'un terrain de foot improvisé. Là, ils grimpaient vers les luges. C'était sa première fois, au blond. Il avait soigneusement évité d'y aller jusqu'ici, parce que ce genre de sensations il ne se voyait les vivre qu'avec un de ses frères. Santo, c'était pas un gars du lâcher prise. Il laissait très rarement sa liberté transparaître, cinglante, à vif. Elle était enfermée à double tour dans les murailles napolitaines, prête à être saisie d'un coup de bras à son retour au bercail. Mais aujourd'hui ils voulaient se concéder l'avant-goût qu'ils fantasmaient. Ca s'était déterminé à coup de pierre papier ciseaux, dans un combat de coqs qui n'avait pourtant rien de spectaculaire. Ils savaient, au fond, que Santo grimperait devant. Taille et connerie oblige. Pour que leur plan réussisse il fallait que le bouton soit actionné et contrôlé par le moins mesuré des deux. Il se connaissait, il savait frôler avec le toujours plus. Et Cos, dans ses sourires et sa moquerie désengagée, il lui laissait cette place du maître de cérémonie. Frate je vais la faire s'envoler cette luge. Casser des bras ou pas il s'en branlait. Santo il voulait toucher le ciel du bout des doigts. Voir Cos s'installer et clipser sa ceinture ça tenait de l'exceptionnel. Première fois de ta vie que tu respectes les règles, non ? C'était pas à Napule, quand ils grimpaient à 3 sur un scoot pimpé sans casque, qu'ils se formalisaient des dangers de la vitesse. Au contraire, à l'époque, ça les faisait complètement délirer de frôler avec quelque chose d'aussi superflu. Ils se sentaient si immortels, si inconscients de choses beaucoup plus grosses qu'eux, qu'un accident paraissait complètement futile. Jamais ça ne leur arriverait. Il s'était glissé à son tour sur la luge, laissant trainer ses pieds dehors le temps de suivre les directives de la prod et de boucler les règles de sécurité. Ride or die, c'est ça qu'on dit je crois. Coup de coude en arrière et il avait enclenché le bouton, avec son sourire de môme impatient. La mécanique déclenchée, la luge s'était lancé à une certaine vitesse, provoquant un à coup d'emblée avant de parcourir quelques dizaines de mètres au même rythme qu'un 125 trafiqué qui fuyait les flics. Allègrement grisant. Puis ils s'étaient enfoncés dans le tunnel qui, aux yeux de Santo, leur ouvrirait les portes du Paradis.

_________________
Keep it real. (mardi, 17h30) Hpic8mN
la paranza dei bambini


Dernière édition par Santo le Mer 1 Juil - 9:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   
Keep it real. (mardi, 17h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: Keep it real. (mardi, 17h30) — Mer 1 Juil - 9:08

Le membre 'Santo' a effectué l'action suivante : lancer de dés


'Bouton de commande' :
Keep it real. (mardi, 17h30) 92u75jvg_o
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: PARCOURS DE LUGE SUR RAILS-
Sauter vers: