Partagez
 

 now it's us, now it's we (lundi, 22h35)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
now it's us, now it's we (lundi, 22h35) Empty
Message (#) Sujet: now it's us, now it's we (lundi, 22h35) — Lun 13 Juil - 20:57


@rosamie
now it's us, now it's we


Carl a passé une bonne partie de la soirée dehors, en solo. Les camarades vraiment attentifs ont pu le voir s’éclipser à la fin du dîner mais il n’a dit à personne où il se rendait, pas plus qu’il n’a précisé à quelle heure il comptait rentrer. Ça n’intéresse plus grand monde ce qu’il peut bien faire de sa peau aujourd’hui tant qu’il ne retourne pas jouer les acrobates sur un balcon il le sait, et ça fait aussi un moment que le bonhomme ne ressent plus trop le besoin de rendre des comptes aux autres sur tout ce qu’il entreprend, estimant qu’il l’a trop fait au début et que c’était un peu comme tendre le bâton pour se faire battre. Pas d’énorme bêtise en vue ce soir le bonhomme part juste faire le point et quelques jolies photos autour du domaine, et puis il se ramène comme une fleur une fois la tête pleine de réflexions et d’images. La galerie de sa tablette commence à être full aussi, pour elle il est vraiment temps que cette aventure se termine. Il regagne paisiblement sa chambre et y retrouve Rosamie, pas encore en tenue pour dormir mais pourtant déjà dans son lit. Carl ça le fait sourire, et il sait pas vraiment pourquoi. « Ouh, digestion difficile ? » il demande alors qu’il accroche sa veste derrière la porte. S’allonger c’est personnellement ce qu’il fait quand il se tape un coup de barre après un repas un peu trop riche, même si on lui a toujours dire que c’était le dernier truc à faire. « Tu sais y’a quelques semaines j’aurais vendu un rein sans problème pour dormir dans la même chambre que toi. » C’est glissé d’une voix légère mais Rosamie sait qu’il blague pas du tout. Au début de l’aventure il jurait que par elle Carl au point qu’on lui a pas mal reproché de pas assez s’intéresser aux autres, il était transi d’amour pour sa princesse et c’est marrant, il a du mal à s’identifier à ce Carl-là comme si c’était un autre qui avait vécu tout ça. Il commence à prendre pas mal de recul et ça n’est officiellement possible que depuis qu'il a bien avancé dans son deuil. « Aujourd’hui je suis juste content parce que tu seras ma dernière coloc ici, on termine ce jeu comme on l’a commencé et c’est beau. » Il accompagne d’un sourire ces paroles et cette référence à leur lien du début auquel il a toujours cru. Son entrée dans le jeu avec Rosamie reste son souvenir le plus marquant d’ici, peu importe tout ce qu'il y a eu depuis ça n’a pas changé et ça ne changera plus. « T’as capté toi que sur les huit demi-finalistes y’a trois binômes de candidats rentrés ensemble le premier soir ? C'est dingue quand même. » Il trouve ça plutôt bien vu de la part de la prod, car là il songe à Costa et Michaela, et Gianni et Roma en plus d’eux deux. Si ce soir-là Santo et Cami étaient entrés ensemble ç'aurait été un carton plein, mais y'a sûrement des limites au fait d'être à ce point visionnaires. Il s’assoit sur le bord de son lit et se reconnecte au regard de la philippine, qu’il a lâché quelques secondes le temps de se défaire de ses pompes. « Me retrouver en demi avec toi j’aurais jamais pensé ça possible avant que Crystal l’annonce dimanche, et en fait je réalise pas trop encore je crois. C’est une histoire de fou nous deux j’trouve, on est même le drama officiel de la saison ! » Dixit les votants de la rubrique d’Ophelia donc un paquet de téléspectateurs il s’imagine. Étrangement ça l’a bien plus marqué que tous les autres trucs où son nom est ressorti, question d’habitude à un moment donné Carl il s’étonne même plus de diviser autant l’opinion publique. Le #teamrosamie / #teamcarlito ça l'a pas fait trop rire par contre dimanche, parce qu'il a jamais voulu qu'on l'oppose à Rosamie et encore moins qu'un affrontement de fans voit le jour sur les réseaux autour de leurs deux noms. C'est tellement pas ce qu'il a voulu déclencher Carl, ça l'attriste presque de réaliser l'ampleur que tout ça a pris dehors. « J’te parle à cœur ouvert ce soir vu que tout ça c’est bientôt fini donc désolé si je donne dans le pathos. » Il se marre doucement. Carl c’est un sentimental et savoir la fin si proche ça le rendrait presque profond le garçon. « Et euh.. j’ai un petit truc pour toi. Ferme les yeux. » il annonce en retournant vers sa veste accrochée et sort de l’une des poches un petit bouquet qu’il est allé cueillir pour elle pendant sa promenade de méditation. Il le place délicatement entre les mains de Rosamie et ne dit rien de plus, mais il espère qu’elle saisira le petit clin d’œil à ses cadeaux du début puisque lui déposer des fleurs dans sa boîte aux lettres c’était une habitude qu’il avait prise. Lui remettre ça en mains propres aujourd’hui c’est plus symbolique que ça n’y paraît peut-être, pour lui en tout cas c’est pas sans signification.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
now it's us, now it's we (lundi, 22h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: now it's us, now it's we (lundi, 22h35) — Mar 14 Juil - 20:41

t'es sans doute restée un peu trop longtemps au soleil après avoir dîner, parce que tu te retrouves avec un mal de crâne de tous les diables. tu grognes en t'allongeant sur ton lit sans prendre la peine de te déshabiller, t'es trop crevée et t'as trop mal à la tête pour réellement penser à faire quelque chose de positif de tes dix doigts là, maintenant. tu fermes les yeux, mais évidemment la douleur est trop forte pour te permettre de réellement penser à autre chose et pouvoir t'endormir comme tu le souhaiterais. de manière générale, t'es pas trop pour la prise de trop de médicaments, surtout quand une sieste ou une nuit de sommeil peut arranger le problème. tu rouvres les yeux lorsque Carl entre dans la pièce que vous partagez pour la semaine, tu tournes la tête vers lui alors qu'il émet une hypothèse concernant ta position actuelle, allongée sur ton lit encore habillée. tu n'es pas sans savoir que Carl connaît bien ton problème actuel, souvent sujet à des migraines. perdu, mal à la tête. tu rectifies d'une petite voix. tu refermes les yeux un instant, avant d'entendre sa phrase suivante qui t'arraches un rire que tu étouffes aussitôt. ça t'étonne pas tellement qu'il t'annonce un truc pareil, tu le crois sur parole. mauvaise idée, je suis pas indispensable à la survie, moi., tu souffles dans un sourire amusé. non parce qu'un rein, on peut certes s'en passer mais si celui qu'on a gardé déconne, ça reste la grosse merde. un rein malade, c'est jamais super fun. tu le laisses finir, il fait une comparaison avec aujourd'hui qui te fait tiquer. qui te dit que je suis ta dernière coloc ?, tu demandes en rouvrant un oeil. t'en reviens pas, Carl, il est en demi-finale et il n'imagine même pas l'espace d'un instant pouvoir faire partie du carré final. mais effectivement, c'est beau., tu souffles dans un sourire avant de te relever doucement pour t'asseoir sur ton lit. sa remarque te fait sourire, Carl fait attention aux détails. toi, t'as même plus souvenir de qui est entré avec qui, tu sais seulement que Carl était ton binôme, le reste tu l'as totalement zappé. vous êtes arrivés en fin de soirée tous les deux, alors t'as pas pu mettre les visages sur les noms dès le départ (de toutes façons, ça prend du temps pour toi). non, j'avais pas du tout remarqué. c'est dingue ! je sais même pas si c'est déjà arrivé ? t'en sais rien, t'as jamais vraiment fait attention et à la télé, ce que tu oublies, on te le rappelle à coup de voix off. ici, y'a pas de voix off et il faut faire l'effort de se souvenir. tu crois que la prod, au moment des castings, fait un peu comme dans la série Unreal ? tu demandes, parce que cette série t'as marqué par son prétendu réalisme. des candidats et des candidates poussés à bout par des producteurs qui font tout ce qu'ils veulent d'eux. des dés pipés dès le départ parce qu'ils choisissent par avance qui sera la wifey... bref, ça t'intrigue de savoir comment ça fonctionne dans les coulisses de cette téléréalité anglaise. t'aimerais bien (ou pas, selon ce que tu découvrirais) être une petite souris pour voir ce qu'il s'y trame. Carl s'assoit au bord de son lit pour enlever ses chaussures et te fait rire avec sa nouvelle remarque. tu vois, quand je te disais que tu m'avais rendue intéressante..., tu lâches. je pensais pas ça possible non plus, et pourtant, on est là., ton regard traverse la chambre. tu vas rester pour la semaine de la finale, si t'es éliminé dimanche ? ton regard s'arrête sur Carl. tu imagines que oui, mais d'un autre côté, tu imagines qu'il a d'autres choses à faire aussi et que fuir ce chalet peut l'aider à ne pas tomber fou amoureux d'une des filles encore dans la course ou de retour. sa remarque te fait rire. ça me dérange pas, de parler à coeur ouvert. tu souffles en lui adressant un sourire sincère. il t'annonce qu'il a quelque chose pour toi et tu fronces légèrement les sourcils. il te demande de fermer les yeux, alors tu t'exécute jusqu'à sentir qu'il place quelque chose dans le creux de tes mains. je peux ouvrir ? tu demandes avant de le faire. tu découvres un bouquet de fleurs et tu souris en levant les yeux vers lui. merci beaucoup Carl, c'est adorable., tu souffles parce que tu reconnais bien là une des petites attentions de Carl pour toi. tu veux voir quelque chose ? tu demandes en serrant délicatement ton bouquet entre tes mains. tu te lèves, à la fois pour trouver un contenant pour placer tes fleurs et pour lui montrer ce que tu veux lui montrer. tu files d'abord dans la salle de bain et en revient avec tes fleurs plongées dans un verre d'eau. tu poses le verre et les fleurs sur ta table de chevet et tu les contemples une seconde. tu te diriges ensuite vers ta valise avec un petit geste de la main, tu en sors un livre que tu ouvres machinalement à une page spécifique. j'ai gardé tous tes cadeaux. tu annonces tout en tournant les pages pour dévoiler une à une les fleurs qu'il t'a offert. entre la troisième de couverture et la dernière page, il y a le mot en forme de coeur qu'il t'a laissé dans ta boîte aux lettres. merci pour tout ça., tu souffles en l'attirant vers lui pour passer ton bras autour de ses épaules.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
now it's us, now it's we (lundi, 22h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: now it's us, now it's we (lundi, 22h35) — Mer 15 Juil - 23:19

Il a de suite songé à une digestion compliquée après le repas copieux de ce soir mais en fait pas du tout, elle se tape un bon mal de tête Rosamie et quand il entend ça le bonhomme se sent investi d’une mission. « Oh ! » Ni une ni deux il court jusqu’à sa valise et en sort le sac plastique contenant toutes sortes de médocs dont des anti-douleurs, qu’il déverse aussitôt sur le lit. « Regarde je me suis ramené avec toute une pharmacie ici, j’peux te filer un antalgique si t’en as pas déjà pris. » il propose tout naturellement, mais encore faut-il que Rosamie soit du genre à s’auto-médicamenter comme lui au moindre truc qui vient à déconner. Ce qui est sûr c’est qu’il lui filera pas sa boîte de triptans car c’est absolument pas recommandé. Ça c’est bon pour les migraines carabinées comme celles qu’il s’est longtemps tapé ici et qui dernièrement lui fichent un peu la paix pour une raison qu’il ignore. Rosamie prétend ne pas être aussi indispensable à sa survie qu’un rein, et franchement ce qu’il ne faut pas entendre. « Objection ! Le Carl d’il y a quelques semaines ne serait pas du tout d’accord avec ça. » Il se marre doucement en prenant là encore pas mal de distance avec son lui du passé, ce gars obsessionnel qui n’avait presque que le nom de Rosamie à la bouche. Il réfute pas du tout celui qu’il a été pendant des semaines Carl c’est vraiment pas l’idée, au contraire il assume ses délires et ses frasques, c’est juste important qu’il s’en détache pour pouvoir avancer. Et avancer vers quoi, malheureusement on le devine assez bien. Cette colocation qui serait d'après lui la dernière la philippine ne l’entend pas de cette oreille, et elle se demande ce qui justifie qu’il en soit aussi sûr. En réalité il ne l’est pas, il visualise juste pas trop de suite à tout ça pour lui au-delà du prochain prime. « J’sais pas. J’ai juste l’impression d’être arrivé au bout là en fait. » C’est pas de la fausse modestie après son score de dimanche qui aurait effectivement pu le rebooster un bon coup, mais pas non plus une énième démonstration de sa tendance défaitiste. Il est pas très doué pour sentir les choses Carl, mais là quelque chose lui dit de bien savourer sa place en demi parce qu’il a atteint le plus haut palier accessible à un mec comme lui. « J’suis vraiment content d’avoir été aussi loin dans un jeu où j’étais si mal parti, mais tu sais je me sens mal pour Maci. » Pour l’argent qu’elle a perdu, mais surtout pour le mood hyper triste dans lequel elle a quitté le chalet. Il sait qu’il y est pour rien mais il se sent quand même responsable, en tout cas il oublie pas ses mots Carl, que ce soit ceux qu’elle a eu envers lui pendant l’enchère interminable qui l’a opposée aux fratelli ou ce qu’elle lui a glissé juste avant de partir. « Je supporte vraiment pas de voir pleurer les gens. » il ajoute d’une voix un peu brisée et croise le regard de Rosamie qui saisira peut-être que ça s’adresse aussi à elle. Elle s’est retrouvée dans un état pas possible une fois par sa faute et plus il y repense, plus il se sent carrément minable Carl. « Mais si c’est autorisé de rêver encore un peu sache que ce serait incroyable pour moi qu’on aille en finale toi et moi, ensemble. De toute façon toi t’es dans ma finale idéale, c’est le cas depuis le début et ça n’a jamais changé. » Il esquisse un sourire aussi sincère que ses mots. Si elle va pas en finale il sera très déçu et il comprendra pas trop, non plus. À la place du public il offrirait direct sa place dans le dernier carré à la philippine quitte à ce qu’il aille personnellement se brosser, c’est franchement pas grave si à l’arrivée il peut juste espérer valider sa cagnotte. Le coup des trois binômes d’entrée retrouvés intacts en demi ça la subjugue Rosamie, et il a réagi pareil Carl quand il a capté le truc. Si c’est déjà arrivé il en sait rien par contre, c’est pas un fin connaisseur du programme l’irlandais. « Je peux pas te dire, j’avais quasiment jamais regardé cette émission avant d’y aller. » Il hausse les épaules avant de froncer légèrement les sourcils face à la question qui suit. « Euh.. c’est quoi encore Unreal ? » Après You et This is Us voilà qu’il découvre une nouvelle série Carl, qui ne lui évoque évidemment rien, même pas de nom. Du coup il peut pas dire si la prod s’en est inspirée ou non, et ça le frustre encore sacrément de pas détenir la référence. Bon, elle a le don de le faire soupirer Rosamie quand elle veut. « T’as jamais eu besoin de moi pour être intéressante Rosamie, s’te plait arrête de penser ça. » Il voit vraiment pas les choses comme elle Carl, parce qu’il a pas impression d’avoir contribué à la rendre très intéressante justement en l’idéalisant et en faisant d’elle une créature zéro défauts placée de force en tant que personnage principal de ses petites histoires. C’est en demeurant elle-même en dehors de tout ça, selon lui, que Rosamie était le plus intéressante et le fait que leur histoire soit aujourd’hui considérée comme le plus gros drama de cette saison il le comprend, mais il pense aussi que ça mérite pas tant d’importance. Il laissera personne réduire uniquement Rosamie à cette histoire en tout cas, car ce serait pas du tout juste à ses yeux de dire qu’elle n’a existé qu’à travers ça et à vrai dire il pense pas non plus que ce soit son cas à lui. Carl il est pas décidé sur le fait de rester ou non pour la dernière semaine en cas d’élimination. « J’y ai pas encore réfléchi, ça va probablement dépendre de qui va aller en finale et de qui va rester jusqu’à la fin, aussi. Si à ce moment-là on veut plus trop de moi j’aurai pas de raison de rester. » Il se comprend quand il dit ça Carl. « Et toi tu vas faire quoi ? » il lui retourne la question même si ça l’oblige du coup à considérer un scénario de finale dont elle ne ferait pas partie. Et puis ses fleurs tout juste ramenées des jardins elles font de l’effet à Rosamie, il regrette vraiment pas d’avoir pris un moment dans sa grosse réflexion pour constituer son petit bouquet. « Je suis rassuré qu’elles te plaisent, et désolé si elles sont un peu.. défraichies. Je les avais mises dans la poche de ma veste pour que tu me voies pas entrer avec. » Il tenait à lui faire la surprise pour bien marquer le coup mais forcément ses fleurs n’ont plus une très belle tronche, pourtant ça n’empêche pas Rosamie de s’empresser de les mettre dans l’eau et de les exposer fièrement sur sa table de chevet. Il est grave touché Carl quand il voit ça, et puis il ouvre de grands yeux curieux quand elle sous-entend avoir un truc à lui montrer. « Oui ! » Il veut voir de quoi il en retourne le bonhomme forcément, y’avait aucune chance qu’il réponde autre chose en lui présentant les choses comme ça. Alors il la suit jusqu’à sa valise qu’elle ouvre devant lui, et dont elle sort un bouquin contenant tous les petits cadeaux qu’il avait été déposer dans sa boîte au début de l’aventure. Elle dit avoir tout conservé et c’est effectivement ce qu’il constate. « Han ! Mais vraiment tous.. » Il en perd un peu la parole Carl, parce qu’il avait craint à un moment que ses fleurs aient fini au feu ou à la poubelle. Il pensait que Rosamie s’en était au moins débarrassé quand il y a eu la violente cassure entre eux mais même pas, ça dépasse tellement toutes les espérances qu’il a pu avoir. « Oh non ce mot.. » Il relit brièvement sa prose de gars désespéré mais il peut pas aller au bout, ça l’embarrasse beaucoup trop. Quelle angoisse. Il se sent pas capable d’assumer ça devant elle, parce qu’il se rappelle qu’il était passé en anonyme pour ça et franchement il a honte d’avoir joué les admirateurs secrets à deux balles pour attirer lamentablement son attention. « Avec le recul je me trouve un peu gênant et pathétique. » C’est du grand Carl ça, tourner en ridicule tout ce qu’il a pu faire pour mieux recommencer avec la prochaine, c’est bon la chanson on la connaît. À moins qu’il ne fasse en sorte de faire bouger les choses pour casser ce schéma répétitif qui le condamne pour le moment à enchaîner les épisodes et les désillusions. Et peut-être bien qu’en fait sa grosse réflexion tournait notamment autour de ça, tout à l’heure. « Je.. j'ai pris une décision Rosamie. » C’est annoncé d’une voix vraiment pas assurée car c’est tout récent, il sait pas dans quoi il est sur le point de s’embarquer le bonhomme ni s'il regrettera pas de s'être avancé là-dessus dès le lendemain. « Je vais me faire aider, finalement, je crois. » Il lâche ça comme ça, avec un regard anxieux posé sur Rosamie dont il attend la réaction forcément maintenant. Il y a un truc qui n’a pas changé par contre, et elle devine sans doute lequel. Quand il dit qu’il va se faire aider il envisage pas une seule seconde un traitement médicamenteux, c’est pas le genre d’aide qu’il veut recevoir car il sait très bien que ces trucs on en devient très vite dépendant pour le constater avec sa mère depuis qu’il est de ce monde. « Mais j’ai hyper peur d’y aller tout seul. » Parler de ce problème qui lui bouffe l’existence c’était déjà pas simple en visio skype dans le confort de sa chambre alors dans l’étroitesse d’un bureau face à un inconnu il est pas sûr d’y arriver Carl. On pourrait croire qu'après avoir vidé son sac devant des millions de gens pour lui tout sera plus simple mais ça n'a rien à voir, c'est même complètement différent. La démarche il se sent prêt à l’entreprendre là parce que ça devient un besoin à ce stade de se sauver d'une vie qui pourrait être éternellement régie par la maladie s'il fait rien, mais il prouve une fois de plus qu’avec lui y’a éternellement un mais.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Rosamie
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12050-rosamie 
now it's us, now it's we (lundi, 22h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: now it's us, now it's we (lundi, 22h35) — Dim 19 Juil - 18:38

quand tu apprends à Carl que tu as mal à la tête, sa réaction ne met pas longtemps à arriver. ça te fait sourire de le voir se précipiter vers sa valise pour en sortir un sac plastique qu'il vide sur son lit avant de chercher l'un des nombreux médicaments qu'il a emmené. il a raison de parler de pharmacie, parce que c'est effectivement ça. je te remercie Carl, mais il est 22h passé, je pense que la nuit va me permettre d'aller mieux., tu annonces dans un sourire. ça sert à rien de te bourrer de médicaments maintenant, surtout que ce mal de crâne commence à te fatiguer, tu vas sûrement dormir comme un bébé d'ici une petite heure, dès que tu auras fini de discuter avec Carl. je vais t'aider à ramasser tout ça., tu annonces en te levant pour venir l'aider. après tout, il a tout jeté sur son lit pour te venir en aide, c'est bien normal que tu l'aides à remettre tout ça dans sa poche. y'a une catégorisation ou...?, tu demandes dans un sourire en jetant un oeil aux différentes boîtes étalées sur le lit. tu te mets à rire lorsque Carl pose une objection sur la table. le Carl d'il y a quelques semaines, oui., tu confirmes dans un sourire en appuyant ton regard sur lui l'espace d'une seconde. le Carl d'aujourd'hui, il est d'accord avec mon affirmation, n'est-ce pas ? tu sais que c'est le cas, parce que Carl a l'air d'avoir fait son deuil de la femme dont il était fou amoureux. cette femme, c'était pas toi, c'était une idéalisation, quelqu'un d'autre. mais maintenant, Carl partage ta chambre, le timing est parfait et vous pouvez enfin discuter ensemble sans avoir de poids sur les épaules. c'est simple et c'est plaisant, cette nouvelle relation que vous entretenez. tu espères que les téléspectateurs préfèrent finalement ça à la relation toxique que vous aviez avant et t'espères aussi que Carl a toutes ses chances d'arriver en finale. pourquoi tu penses ça ?, tu demandes dans un léger sourire. pour toi, il mérite sa place. il continue de défendre son secret, encore et encore. il te parle ensuite de Maci et tu ne peux qu'hocher la tête. t'es d'accord avec ce qu'il te dit. toi aussi, t'es un peu triste que ça se soit terminé pour elle de cette manière, et surtout, tu trouves dommage qu'elle ai l'air de regretter un peu cette aventure qui était pourtant la sienne. Carl explicite légèrement en t'expliquant qu'il n'aime pas voir les gens pleurer et tu hoches légèrement la tête. je comprends tout ça., tu souffles. je suis triste pour Maci aussi, elle avait besoin de cet argent et c'était quelqu'un d'adorable qui s'est vraiment donnée dans cette aventure. et tu penses le moindre de tes mots. Maci, t'as toujours été sympathique avec elle, parce qu'elle méritait rien d'autre. elle a toujours été sympa avec toi également, même si elle avait l'air de penser que t'étais pas sincère envers elle et que tu passais ta vie à la nominer. il s'avère que t'as mis très longtemps à nominer Maci, tu l'as fait sur les dernières semaines, quand tu n'as plus eu d'autre choix possibles. tu souris, touchée par les paroles de Carl qui t'annonce qu'il serait ravi de poursuivre cette aventure en étant en finale à tes côtés. croisons-les doigts, alors. parce que t'es loin d'être contre passer une dernière semaine dans l'aventure avec Carl comme colocataire. elle est composée comment, ta finale idéale ?, tu demandes, intéressée par ses choix. Carl a lié des amitiés depuis le début de cette aventure, et le fait que tu t'y trouves, ça ne t'étonne pas outre mesure, mais c'est toujours sympathique de le savoir. ok, alors lui non plus ne sait pas si c'est déjà arrivé, d'avoir autant de binômes de départ dans l'aventure. perso j'ai regardé pas mal de saisons, mais j'ai jamais fait gaffe., tu annonces en essayant de chercher dans ta mémoire pendant une seconde avant de simplement laisser tomber. c'est pas hyper grave. Carl, il ne connaît pas Unreal et ça ne t'étonne pas plus que ça. c'est une série télé qui dépeint le quotidien d'une équipe de production sur une émission type Bachelor. et c'est assez dingue comment les producteurs poussent les candidats à bouts pour obtenir ce qu'ils veulent d'eux. tu annonces pour résumer un peu le sujet de la série. si t'as l'occasion de regarder... c'est une super série., tu tranches dans un sourire. vous êtes le drama de la saison, le gros drama de la saison. et tu mets en exergues le fait qu'il t'ai rendu intéressante, ce qui le fait soupirer. il pense pas la même chose que toi, mais toi, tu n'en démordras pas. oh tu sais, je doute que les téléspectateurs regardent Thrown Dice pour être avertis sur les changements climatiques à venir. eux, ils aiment le drama et ce qu'on leur a donné., enfin, surtout Carl. toi, t'as donné le clap de fin à ces dramas, surtout. de son côté, Carl ne sait pas s'il va rester pour la dernière semaine s'il n'est pas sélectionné pour la finale. je pense que je vais rester. dans le carré final, il y aura forcément des personnes que j'apprécie vraiment alors... tu n'imagines pas le carré sans Santo, Costa et Roma, alors ça vaut le coup de rester encore une semaine supplémentaire quoi qu'il arrive. toi, t'as pas envie de couper les ponts trop vite et t'as franchement envie de pouvoir vivre tes derniers instants à leurs côtés. tu sais, t'es pas persona non grata ici., tu préfères préciser parce que t'as laissé passer sa petite phrase sur le fait qu'il ne soit potentiellement pas voulu ici, mais tu ne l'as pas oublié et t'étais obligée de revenir dessus. il t'offre des fleurs et tu trouves ça adorable qu'il ai pensé à toi une fois de plus cette semaine, avec des intentions plus innocentes que lorsqu'il t'a offert les précédents cadeaux. mais non, elles sont très bien. tu annonces tout en te dirigeant vers la salle de bain pour les mettre dans un verre d'eau fraîche. ces fleurs, elles sont parfaites, qu'elles soient un peu défraîchies ou pas. toi, tout ce que tu vois, c'est l'attention derrière tout ça. tu lui proposes de lui montrer quelque chose et tu vois bien que Carl a les yeux qui brillent à l'idée de découvrir ce que tu as derrière la tête. tu ouvres le livre et il a l'air de réaliser quelque chose, que tu as bien gardé tous les cadeaux qu'il t'a fait parvenir. oui, tous. ils sont importants pour moi., tu souffles dans un sourire en tournant ton regard vers lui. sa remarque vis-à-vis de son propre mot te fait légèrement rire. mais non. honnêtement, quand tu seras dans une relation avec quelqu'un, j'espère que tu gratifieras cette personne de ce genre d'attentions., tu souffles dans un sourire. tu sais, tu m'as offert plus de cadeaux que tous mes copains réunis. et ça m'a toujours fait plaisir., il le sait déjà, que ses cadeaux ont toujours été apprécies mais juste pas de la manière dont Carl l'espérait. l'irlandais t'annonce avoir pris une grande décision à l'instant où tu refermes délicatement le bouquin dans lequel tu ranges toutes les petites attentions de tout le monde. tu lâches l'épaule de Carl et tournes ton regard vers lui. ah bon ? laquelle ?, tu demandes de manière totalement détachée. c'est là qu'il t'annonce qu'il aimerait se faire aider. c'est une super nouvelle !, tu t'exclames dans un large sourire avant qu'il n'introduise une nuance. tu hoches la tête. t'aimerais pouvoir l'aider, mais des Philippines, ça risque d'être difficile de pouvoir l'accompagner à ses séances en Angleterre. tu penses pas que ton frère pourrait t'accompagner ? peut-être qu'il aimerait faire ça pour toi, non ? tu demandes parce que tu sais qu'ils sont proches et qu'a priori, il a bien conscience de son secret. j'aurai aimé te proposer de t'accompagner, mais ça risque d'être difficile depuis Manille. et comme tu sais pas si tu pourras intégrer un parcours de formation dans une école de mode à la rentrée, ça semble difficile de se projeter plus que ça. et puis, le plus tôt sera le mieux pour Carl, il ne faut pas qu'il t'attende. qu'est-ce qui te fait peur ?, tu demandes finalement dans un sourire bienveillant en t'asseyant au bout de ton lit pour avoir cette discussion sérieuse avec Carl.

_________________
the past is gone
sing with me, sing for the year. Sing for the laughter, sing for the tear. Sing with me, just for today. Maybe tomorrow, the good Lord will take you away. Dream on!


Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
now it's us, now it's we (lundi, 22h35) Empty
Message (#) Sujet: Re: now it's us, now it's we (lundi, 22h35) — Mer 22 Juil - 2:32

« D’accord. » Il étire un sourire et imprime que vue l’heure Rosamie préconise plus le sommeil comme remède pour son mal de crâne que n’importe quoi d’autre. Et elle a raison, Carl il est bien placé pour savoir qu’il y a parfois rien de plus efficace pour casser une crise même si avant ça il aura avalé ses médocs comme des bonbons, lui. Malgré son état elle entreprend de l’aider à ramasser son bazar et il apprécie beaucoup cette petite entraide entre colocs. « Merci t’es un ange. » En deux temps trois mouvements sa petite pharmacie ambulante retrouve le sac duquel il l’avait sortie mais le bonhomme n’échappe pas à une question sur toutes ces boites qu’il trimballe avec lui. « Euuh bah en fait y’a quelque chose comme 80% d’antalgiques là-dedans, et puis le reste c’est en cas de nausées, d’infections urinaires ou d’états grippaux, ce genre de trucs. » Il a tout prévu le garçon, en tant que petite nature que la moindre douleur terrasse et hypocondriaque né il se devait de partir bien équipé mais là il a quand même vu sacrément grand, encore un peu et il dévalisait le pharmacien de son quartier. « Je voulais avoir des médocs pour tout et n’importe quoi sous la main ici, au cas où, tu vois ? Au final j’en ai pris beaucoup trop, résultat j’ai pas assez de place pour ranger mes cinq awards. » Il lâche un petit soupir contre lui-même, parce qu’il en a marre d’être comme ça Carl. Il sait pas juste être prévoyant, faut qu’il le soit dans un registre too much comme si en plus les médocs ça n’existait pas ailleurs dans le monde. La prod aurait pu le dépanner mais non, fallait bien sûr qu’il ait les siens, parce que c’est pas le genre à se contenter d’un générique quand un médoc au nom bien spécifique fonctionne sur lui par exemple. Pour les awards il aurait pas pu prédire le problème pour le coup, à la base c’était pas dans le scénario qu’il signerait la razzia de la saison. « Oui ce Carl-là est d’accord avec toi. » il confirme à Rosamie dans un sourire, parce qu’il a heureusement dépassé le stade où elle était sa raison de vivre ici. C’est bien allé jusque là, et il peine encore à se dire que la fille devant lui est celle qu’il a sacralisé et sans laquelle il se serait vraiment pas vu rester dans ce jeu il y a quelques semaines. C’est la première fois qu’il a l’occasion de côtoyer une ancienne proie sur les vestiges d’une obsession passée, et y’a pas à dire il se sent mieux aujourd’hui Carl. Ces rapports-là ça lui convient carrément plus parce qu’enfin il ne souffre plus, il n’attend plus rien de particulier, il ne ressent plus le besoin de l’épier et c’est libérateur pour tous les deux. Dommage que ce répit soit voué à ne pas durer, il est tellement bien quand il est dans cet entre-deux le bonhomme. Pour ce qui est de son éventuelle place dans le carré final il sait pas trop quoi dire sans risquer de passer pour quelqu'un d'encore super défaitiste, alors qu’il se considère surtout très lucide là. « Je me dis juste que la blague a peut-être assez duré. » il réplique dans un haussement d’épaules accompagné d’un sourire en coin. Comprendre ici que la blague c’est lui, mais ça n’étonnera pas trop Rosamie étant donné qu’il s’est dépeint comme un imposteur pas plus tard que la semaine dernière. Il veut bien qu’on soit tenté de le faire aller jusqu’en demi pour le fun et parce qu’il fait un peu pitié à se dévaloriser sans arrêt, mais la finale c’est du sérieux, c’est l’étape ultime avant la victoire et il voit juste sept camarades qui seraient bien plus crédibles et à leur place que lui dans ce dernier carré là tout de suite. D’ailleurs sa finale idéale il peut la filer à la philippine sans souci, c’est très clair dans sa tête à ce jour. « Micha, Roma, Cami et toi bien sûr, parce que je trouverais juste ça trop cool un quatuor 100% féminin en fait. Le dernier gagnant était un gars déjà je crois, et en plus ça ferait les pieds au gros macho qui présente la popu. » Et puis il trouve aussi ça plus glamour que de miser sur des candidats venus pour gagner que tout le monde s’attend à voir en finale, à côté le carré entièrement féminin il semble peu probable et c’est pour ça que lui décide d’y croire. Il vient de dire qu’il aimerait partager l’affiche avec Rosamie dans cette dernière ligne droite mais ça relève du rêve, et dans la réalité il s’attribue aucune place Carl, faut pas pousser surtout que la finale n’aura plus rien d’idéale si on y associe sa tronche. Elle lui speeche l'intrigue de la série Unreal et mis à part le type d’émission qui n’est pas le même il a du mal à pas faire le lien avec ce qu’ils ont vécu pendant deux mois. Le coup de la prod déterminée à obtenir tout ce qu’elle veut d’eux, ouais, ça lui parle à Carl. « Ça risque de m’être étrangement familier alors. » Il sait pas comment ils s’y prennent dans sa série mais il a pu voir qu’ici ils avaient aucun mal à créer les dramas qu’ils voulaient en arrangeant les primes dans cette optique. Il s’est senti utilisé plus d’une fois pour contribuer aux histoires qui feraient à coup sûr parler du programme et il a pas aimé du tout Carl, même s’il reconnait qu’il a le profil idéal pour se faire avoir par les petits plans de la prod comme pour se compromettre tout seul aussi. « J’ajoute ça aux séries que je vais devoir craqu.. euh regarder en sortant. Je dois me mettre à jour sur tellement de trucs ! » Déjà il va tâcher de trouver les épisodes de You sur internet car ça l’intrigue encore beaucoup aujourd’hui la comparaison avec Joe Goldberg à laquelle il avait eu droit au tout début. Il sait même pas quelle tronche il a ce type, mais dans sa tête il s’imagine déjà une sorte de jeune Charles Manson. Il note que Rosamie restera certainement jusqu’à la fin si elle n’intègre pas la finale, car elle est assez certaine de retrouver des candidats qui comptent pour elle parmi les qualifiés. Elle est un peu comme lui finalement, pas tellement pressée que tout ça se termine. « Ça doit faire quelque chose de quitter le chalet à la fin, et de se dire que personne y remettra les pieds avant un moment. » En dehors des équipes de nettoyage car ça paraît évident, mais les futurs candidats s’il doit y en avoir ce sera pas pour tout de suite. Et encore, Carl, il a même pas capté que le programme était délocalisé chaque saison dans un nouveau coin du globe donc les habitants d’Hallstatt verront sûrement plus la moindre caméra de télévision avant un bail. Il n’est pas persona non grata ici d’après Rosamie. « Plus. » il rectifie car pendant un moment ça a été le cas. Louis avait raison avec le temps ça a fini par un peu se tasser même si personne n’oublie quel gros creepy il a été, et que certains ont l’air d’avoir du mal à le percevoir autrement qu’à travers son secret et ses activités irl. Ses fleurs pour Rosamie c’est probablement le dernier cadeau qu’il lui remettra ici donc il a une certaine symbolique, tout comme cette colocation qui aurait pu tomber à tellement de mauvais moments et qui au final les réunit quand tout est enfin apaisé. Inutile de dire que là encore, Carl il s’en remet complètement à son cher destin. C’est mignon ce qu’elle lui dit Rosamie, et ça l’aide à réaliser qu’il a pas déconné sur les attentions qu’il a eu mais sur ce qu’il a pu en attendre, derrière. « Oui quand j’aurai enfin une petite copine je me ruinerai en cadeaux pour elle ! » il annonce avec son enthousiasme de noob qui a juste hâte de pouvoir se dire qu’il gâte sa chérie, et pas une fille qu’il convoite et avec laquelle il ne vivra jamais rien en dehors de sa tête. Y’a quelques semaines Carl aurait été fier comme un paon de surpasser tous les ex de Rosamie, mais aujourd’hui il trouve juste ça triste qu’elle ait jamais connu mieux qu’un mec comme lui. « Je trouve ça normal de couvrir d’attentions les personnes qu’on aime. Tu vois même des petits fleurs comme ça, c’est gratuit mais ça vient du cœur. » il complète dans un sourire. Il n’éprouve plus cet amour déraisonné qui l’a consumé pendant un mois à l’égard de la philippine mais tout ce qu’il fera pour elle ce sera éternellement avec son cœur, dans lequel elle conserve une place bien particulière. « Et tu sais bien, ce qui te fait plaisir me fait plaisir. » Ça idem c’est toujours valable, même sorti de son épisode. C’est le moment qu’il choisit pour balancer le fond de sa réflexion de ce soir, même si en fait ça fait quelques jours qu’il cogite sur une façon de se sortir de son problème Carl. Ce qu’il annonce à Rosamie là ça résulte d’une longue réflexion sur lui-même mais comme ça il donne certainement l’impression d’avoir décidé sur un coup de tête qu’il allait finalement se faire aider. Ça fait des semaines que tout le monde lui conseille avec plus ou moins de bienveillance d’aller voir un spécialiste et jusque là il avait pas voulu l’entendre, sauf que voilà le bonhomme a eu son déclic et la réalité est celle-là aujourd'hui : il a beaucoup trop peur de perdre dix ans de plus avec ce fléau qui lui gâche l’existence, donc il peut pas laisser faire. C’est pas en quelques séances que tout va se régler et il refuse toujours catégoriquement de prendre des médocs, mais discuter de ce qui lui passe par la tête ça peut peut-être déjà lui être bénéfique. Dans un premier temps il va aller voir le pote psy de Costa ou un autre gars, il sait pas encore, mais ce sera la première étape de sa prise en mains sachant qu’il a aussi parlé de se prendre un appart en solo histoire de devoir vraiment se gérer tout seul ce qu’il a pas eu l’occasion de faire une seule fois depuis qu’il a mis les pieds en Angleterre. Mais ça aussi c'est fragile, vu qu'à côté il exclut pas de retourner chez papa maman alors que ce qu'il lui faut c'est se démerder tout seul, avec le peu qu'il a pour tenter de redresser cette vie qui part de travers. Il a été logé, nourri et blanchi par ses familles d’accueil pendant deux ans et le fait d’avoir eu ses camarades sur le dos pendant deux mois dont certains qui ont clairement pris des libertés avec lui ça lui donne envie de ne plus compter que sur lui-même, et donc il va falloir faire plus que seulement l'envisager s'il le veut vraiment. Et puis il faut qu’il se trouve un boulot aussi Carl et un vrai, ça va bien de jouer les nourrices chez de riches familles anglaises mais sur un cv ça vaut franchement pas grand-chose. S’il conserve cette motivation il va se bouger les fesses dès qu’il va sortir et tenter sa chance comme vendeur ou autre chose, l’important c’est pas que ça paye bien mais que ce soit à peu près stable et si possible un minimum épanouissant aussi. Il a pas beaucoup d’exigences le bonhomme et en même temps vaut mieux, il est pas qualifié pour faire grand-chose et c’est un gagne-pain qu’il va devoir se dégoter, pas la vocation de sa vie qu’il aurait dû trouver il y a bien longtemps s’il en avait une. Il risque de vouloir mettre en place tout ça en même temps par contre, le souci avec l’irlandais c’est que quand il se chauffe on l’arrête plus et il peut rapidement se perdre dans tout plein d’idées et de projets qu’il est capable de foirer simplement par le fait de vouloir aller trop vite. Il serait déjà plus serein si pour la première séance quelqu’un l’accompagnait, ne serait-ce que pour rester avec lui dans la salle d’attente parce que son courage au départ il risque de pas tenir à grand-chose contrairement à sa volonté. Pour ça Rosamie propose direct son frère et évidemment c’est la première personne à qui il a pensé Carl, parce que c’est juste l’évidence pour lui et parce qu’il sait que Blake serait grave vexé de ne pas être considéré en premier. « Je crois qu’il aimerait oui, mais je sais pas si je veux le mêler à ça. Il est super jeune, et je peux pas savoir à l’avance ce que le spécialiste me dira. » Si Blake accepte de patienter en dehors du cabinet ça va, mais le connaissant il va plutôt faire du forcing avec son fauteuil pour prendre part à la consultation. Rosamie dit qu’elle aurait aimé l’accompagner bien que ce soit impossible vu la distance, et sur le moment ça lui coupe la chique au bonhomme. Il a manqué de gâcher toute son aventure avec ses conneries et elle est malgré tout prête à lui tenir la main sur la longue route menant possiblement à la résolution de son problème. C’est trop, et ça lui confirme une fois de plus qu’il méritait pas une nana pareille. « T’es juste.. trop gentille mais je t’aurais jamais demandé ça, non mais t’imagines.. » Il se racle la gorge, un peu sonné par ce qu’il vient d’entendre mais bien décidé à aller au bout des choses. « Je t’ai entraînée de force dans mes histoires ici, ce serait abusé de continuer dehors. Tu mérites d’avoir la paix, t’en as assez bavé comme ça. » Quand il prétendait que Rosamie avait eu la belle vie dans ce chalet tant qu’elle se trouvait dans le déni de ses actions il le pensait pas Carl, ça participait à son besoin de démolir l’image idéalisée de sa princesse. Bien sûr qu’elle a subi son obsession du premier jour jusqu’au dernier, y’a pas de débat possible là-dessus. « La possibilité d’un deuxième diagnostic. » il souffle le regard baissé pour signifier ce qui lui fait peur. « Si ça se trouve y’en a un ou une ici qui avait senti le truc et on va me trouver un deuxième trouble du genre bipolarité, autisme.. » En soi pas des trucs qui le tueront, donc y’aurait pas de quoi arrêter de vivre à partir de là sauf que Carl il a pas envie que la liste de ses tares s’allonge. Il sait pas comment il est censé s’en sortir s’il vient pour régler un problème et qu’au final on lui en trouve un autre, c’est pas l’objectif de sa démarche et pourtant c’est le risque, il le sait. « Et puis j’ai peur d’un traitement de choc comme devoir se couper des réseaux sociaux. Ce serait pas déconnant vu mon problème, mais je m’en sens pas capable. » Si on lui retire ses réseaux il est paumé Carl, en dehors de son problème d’obsession ça reste un truc qu’il checke par curiosité tous les jours et via lequel il parvient à s’évader de sa vie hyper fade. En plus ces réseaux ils trouveront une nouvelle fonction pour lui quand il sortira, qui le motive encore moins à s’en passer. « Comment je ferais pour savoir ce que vous devenez tous sans ça ? J’aurais trop peur de rater des trucs de fou en déconnectant quelques temps. » Son regard jusque là assez fuyant se raccroche à celui de Rosamie. Sa hantise autour des réseaux c’est finalement la même que celle avec laquelle il vit quotidiennement quand il fait ses épisodes et qu’il angoisse à l’idée de louper des moments cruciaux s’il garde pas un œil sur sa belle. Il sait pas décrocher Carl, et ça c’est sûrement l’un des premiers trucs que le spécialiste notera chez lui.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: CHAMBRES 5 ÉTOILES-
Sauter vers: