Partagez
 

 once you're past the blues (lundi, 23h45)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
once you're past the blues (lundi, 23h45) Empty
Message (#) Sujet: once you're past the blues (lundi, 23h45) — Mar 14 Juil - 1:32

ONCE YOU'RE PAST THE BLUES.
W / @Aera

Les journées avaient beau avoir rallongé depuis le début de l'aventure, elles ne lui avaient jamais paru aussi courtes qu'en ce début de semaine, alors que la demi-finale était dans tous les esprits et que la fin, elle, semblait chaque heure un peu plus proche. Il n'aurait jamais pensé qu'il ressentirait cette pointe de nostalgie à l'idée de bientôt devoir quitter l'endroit où il avait passé ces deux derniers mois, ni qu'il se surprendrait à vouloir profiter du chalet dans chaque coin duquel se trouvait forcément rattachés des souvenirs. Une partie de lui avait pourtant hâte de retrouver l'extérieur, et les personnes qu'il avait laissées derrière lui. Parce qu'avoir passé des semaines coupé de tout, ça lui faisait aussi réaliser qu'ils avaient parfois pu se fâcher pour des broutilles, ou prendre certaines choses à cœur parce que c'était leur façon de s'aimer, et de se montrer qu'ils comptaient les uns pour les autres. Il savait qu'il aurait des choses à leur dire, à son père mais aussi à ses sœurs qui devaient suivre l'aventure avec rigueur et se retenir d'assaillir le réseau social chaque fois que ça devait les démanger de laisser parler leur joie ou leur frustration face à certains événements dont il les imaginait débattre entre elles pour mieux le noyer sous leurs questions à son retour. Parce que cette aventure, elle avait changé pas mal de choses pour lui notamment grâce aux rencontres qu'il y avaient faites et aux relations qu'il y avaient nouées, l'histoire qu'il commençait à écrire avec Roma arrivant évidemment en tête, et c'était peut être bien parce qu'il avait l'esprit occupé par tout ce que la fin symbolisait que le temps lui semblait filer aussi vite. Il avait dîné, était parti faire un tour dehors et s'était surpris à constater qu'il était déjà tard, alors qu'il se serait bien vu traîner encore un peu. Il faut dire qu'ici son rythme de sommeil avait eu vite fait de se détraquer, et même si c'était agréable quand ça voulait dire passer plus de temps avec Roma, ça risquait de piquer un peu une fois dehors. Rejoignant le coin cheminée, il eut la bonne surprise de tomber sur Aera, assise sur l'une des banquettes. Elle faisait partie de ceux qu'il avait été vraiment content de voir réintégrer le chalet dimanche, même probablement celle qu'il espérait le plus revoir à ce moment-là, en partie parce que les choses s'étaient faites d'une telle façon lors de son élimination qu'ils n'avaient pas vraiment pu parler et notamment de cette histoire qui avait pris d’importantes proportions après son départ. Quelque part, il aimait mieux qu'elle ait échappé à tout ça, mais il avait regretté qu'elle ne puisse pas se défendre ni livrer ses vérités. Et Aera, c'était surtout quelqu'un qu'il appréciait et avec qui il appréciait de passer du temps. Ils avaient tous pu prendre du recul et ça ne rendait les choses que plus évidentes maintenant qu'ils se retrouvaient. « On a déjà du te le dire, mais elle te va bien cette nouvelle coupe. » Il s'annonça dans un sourire, et parce que c'était une chose qu'il était plus à l'aise de lui dire de vive voix que sur le réseau social, profitant de pouvoir passer un moment au calme après l’effervescence du prime de dimanche. On avait vu des soirées arrosées tourner plus mal que ça, à tel point que si elle n'avait rien dit, il aurait pu penser qu'elle avait consciemment voulu se couper les cheveux. Parce que tout le monde était amené à vouloir d'un peu de changement, et qu'en sortant d'ici ça n'aurait pas été si surprenant qu'elle ait eu envie de marquer un peu le coup. « Je suis content que tu sois revenue. » Il confia sincèrement, au moment de s'asseoir à coté d'elle. « Et si t'es là j'en conclus qu'on t'a manqué aussi. » Il lui lança un regard amusé, pas surpris que l'extérieur n'ait pas entamé sa volonté d'entretenir les liens qu'elle avait noué ici, et qu'elle développerait au-delà pour certains. Lui, il comptait toujours la revoir dehors. « Tu dois avoir des tas de choses à raconter. » Il effleura, de manière à ce qu'elle se sente libre de confier ce qu'elle voulait, conscient que tout devait aller plus vite à l'extérieur et qu'il y avait sans doute une partie de nous qui ne pouvait pas complètement se replonger dans sa vie tant que la page Thrown Dice n'était pas tournée.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
once you're past the blues (lundi, 23h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: once you're past the blues (lundi, 23h45) — Mar 14 Juil - 16:58

Il va lui falloir un petit moment, à Aera, pour se réhabituer au rythme étrange de l'émission. Le décalage horaire lui fait perdre tous ses repères, la nuit a forcément été courte entre les retrouvailles avec Kara et le peu d'heures de sommeil qu'elle a réussi à engranger, si bien qu'elle se retrouve en fin de soirée, assise sur l'une des banquettes près de la cheminée, partagée entre le besoin viscéral de dormir et celui de ne rien vouloir manquer des quelques jours restants dans l'aventure. La sienne, elle s'est terminée abruptement, et maintenant elle n'est plus là que pour profiter de la compagnie des gens qu'elle apprécie, s'accorder une pause dans le tourbillon qu'a été l'extérieur pour elle et retrouver un peu de sérénité. Les paupières à moitié closes, elle se laisse surprendre par la voix reconnaissable de Gianni s'approchant d'elle. Instinctivement, elle se met à sourire avant de même de rouvrir les yeux pour les poser sur lui. « Oui, mais c'est encore mieux quand le compliment vient de toi » elle répond spontanément avant de rire. C'est presque trop facile de retomber dans ce genre d'habitudes avec lui, comme s'il n'y avait pas eu ces deux semaines de bashing incessant autour de ce que l'extérieur a qualifié de #giannigate. Tant de bruit pour un pauvre baiser, à croire que les gens n'ont pas grand-chose de mieux à faire de leur vie pour accorder autant d'importance à celle des autres. Elle tourne la tête vers Gianni au moment où il s'assoit à côté d'elle et affiche un nouveau sourire, de ceux dont il a presque le monopole : rieur et mutin. « Je suis contente que tu sois content » elle renchérit, avant d'acquiescer à sa question. « Ca, et surtout la perspective d'alcool et de nourriture à volonté. C'était une offre que je ne pouvais pas refuser » elle s'amuse, même si ces paramètres ont eu nettement moins d'importance. En réalité, elle n'est pas tout à fait honnête, car son retour se produit dans un contexte un peu plus égoïste qu'il n'y paraît. Elle n'a pas de secret à dévoiler au prochain prime et elle aurait sans aucun doute pu attendre quelques semaines de plus et revoir les personnes avec lesquelles elle s'entend le mieux à l'extérieur. Son retour, il est davantage motivé par le besoin de sécurité qu'autre chose même si la compagnie des autres candidats est une autre motivation indéniable. « Toi d'abord » elle répond, parce qu'elle n'est pas certaine d'avoir vraiment envie d'aller sur ce terrain-là d'entrée de jeu. Sa vie dehors, elle a été un peu trop mouvementée à son goût, la conséquence de l'avoir exposée pendant plusieurs semaines dans un huis-clos où pas grand-chose ne pouvait vraiment l'atteindre. Elle en parlera, quand elle se sentira capable de le faire sans avoir envie de taper dans un punching-ball ou de fondre en larmes, et ce moment n'est pas encore arrivé. Et puis, il y a des choses qu'elle ne peut pas partager avec qui que ce soit d'autre que Costa, simplement parce qu'il a un degré supplémentaire d'informations sur elle qui rend les explications plus faciles à évoquer auprès de lui qu'auprès d'un Gianni. « J'ai cru comprendre que t'avais pris cher après mon départ ? » elle souligne, très consciente du bordel dans lequel elle a laissé les choses au moment de partir. A choisir, elle aurait évidemment préféré pouvoir rester et aider Gianni, mais cette opportunité-là ne lui a pas été donnée et elle a du se contenter d'assister à tout le déroulement de cette histoire depuis un écran d'ordinateur trop petit et sans rien pour contribuer. « Si ça peut te rassurer, on m'a fait pas de cadeau dehors non plus avec cette histoire. » Et le comportement de Maci n'a absolument pas aidé à dépeindre un portrait plus juste de toute cette situation. On ne parle que d'un baiser dont la signification n'a jamais été vraiment évoquée et qui, maintenant, n'a plus grand-intérêt : Gianni n'a plus d'yeux que pour Roma, et Aera... elle doit déjà gérer le cas Costa, c'est bien assez d'emmerdes pour pas vouloir en chercher davantage. « J'espère que t'as pas trop morflé malgré tout, j'avoue que j'ai pas pu tout suivre » elle reconnaît avec un sourire d'excuses. Il y avait déjà bien assez à faire à Séoul sans s'imposer le rythme effréné des quotidiennes et de la vie dans un jeu auquel elle n'appartenait déjà plus. « Mais visiblement il y a eu une belle récompense à la clé » elle fait avec un clin d'oeil, dans une référence pas bien subtile à Roma qu'elle pourrait également détourner en mentionnant sa place de demi-finaliste avec un secret suffisamment protégé pour pouvoir espérer valider sa cagnotte.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
once you're past the blues (lundi, 23h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: once you're past the blues (lundi, 23h45) — Jeu 16 Juil - 2:12

Depuis que les anciens avaient réintégré le chalet, c'était comme s'il ne s'était pas passé plusieurs semaines depuis leur départ, comme si tout avait repris exactement comme avant. Les dynamiques, les relations. Et dans le cas d'Aera c'était d'autant plus vrai qu'il était resté frustré par la façon dont son départ avait suivi toute cette histoire de baiser dont ils avaient à peine pu discuter ensemble, mais sur laquelle elle avait surtout été dans l'incapacité de s'expliquer comme elle l'aurait probablement voulu. Il la connaissait assez pour savoir qu'elle était droite, intègre, bien plus que certains semblaient s'en être convaincus sans qu'il se l'explique. Alors ça lui faisait sincèrement plaisir, à Gianni, de pouvoir non seulement à nouveau partager ce genre de moments avec elle mais aussi de laisser retomber ces histoires et les proportions assez délirantes qu'elles avaient pu prendre. Sa remarque, fidèle à ce qu'il connaissait d'Aera et au ton de leurs échanges, lui tira un rire irrépressible. « Combien de tweets assassins vont déferler sur le réseau social juste à cause de cette phrase ? Les paris sont ouverts. » Il s'amusa, comme s'il s'attendait à ce que le simple retour d'Aera offre un prétexte à certains pour déterrer cette histoire et en rajouter plus que ça n'avait déjà été le cas. Il voulait bien croire que certains n'aient tout simplement rien de mieux à faire de leur vie que d'y accorder de l'importance, cela dit. « C'est vrai que présenté comme ça, ça vaut bien de tous nous supporter une ou deux semaines de plus. » Il glissa dans un sourire amusé, pressentant qu'il y avait un peu plus que l'envie de retrouver ceux dont elle était la plus proche ou cet environnement, mais songeant qu'ils auraient l'occasion d'en parler s'il sentait qu'elle en avait envie. Le fait qu'elle élude légèrement sa prochaine remarque n'était pas vraiment pour le rassurer, mais Gianni avait aussi conscience qu'à la différence de lui, elle avait retrouvé sa vie et son intimité à l'extérieur et que c'était aussi son droit, de ne pas vouloir tout partager à peine revenue. « Je doute d'avoir grand chose à te raconter que tu saches pas déjà. J'espère que je passe bien à la télé, d'ailleurs. » Il eut un léger rire avant de secouer la tête, l'air un peu plus grave, lorsqu'elle mit le doigt sur ce qu'il hésitait un peu à évoquer – non pas parce qu'il avait pas envie d'en parler avec elle, mais parce qu'il voulait pas qu'elle se sente potentiellement coupable de l'avoir laissé affronter les répercutions de cette histoire alors qu'elle avait pas choisie d'être éliminée et que lui, inconsciemment, avait préféré que cette partie-là lui soit épargnée. « On peut dire ça comme ça, oui. Disons que certains ont un peu sauté sur l'occasion pour en faire le drame que ça a jamais été, et que ça m'a valu de donner certaines explications que j'étais pas toujours certain de devoir. » Elle devait avoir sa petite idée de l'échange auquel il faisait par là allusion, parce qu'il n'y avait vraiment qu'avec Maci qu'il s'était senti cloué au pilori et jugé comme si la teneur de leur relation pouvait justifier la virulence avec laquelle elle avait réagi, avant que les choses ne se calment finalement. « Mais c'était pas une semaine tellement évidente, avec ou sans ça. » Il ajouta simplement, et parce qu'il avait pas vraiment été entouré de bonnes ondes à ce moment-là entre Louis, Carl, et son anniversaire qui aurait aussi été un peu triste s'il n'avait pas pu le fêter auprès de certains. « Ton message pour mon anniversaire m'a vraiment fait plaisir, d'ailleurs. Je t'en aurais pas voulu si t'avais eu d'autres choses à l'esprit. » Il souffla dans un sourire, parce que c'était important pour lui de le lui dire autrement qu'en quelques caractères sur le réseau social, et que cette attention lui avait mis du baume au cœur à ce moment-là. D'autant plus que la remarque d'Aera confirma une partie des craintes qu'il pouvait avoir quant à ce qu'elle avait vécu à sa sortie. C'était rien de moins que ce qu'il ne voulait pas pour elle, et ça le faisait se sentir profondément impuissant. « Je suis vraiment désolé que ça se soit mal passé. » Il fit sincèrement, reposant un regard concerné sur elle. « Quel que soit le degré d'animosité auquel t'as pu être confrontée dehors, c'est pas tolérable et tu le méritais absolument pas. » Et si quelqu'un était convaincu du contraire, c'est qu'en plus de pas la connaître il avait aucune idée du mal que pouvaient faire ce genre de réactions virulentes sur quelqu'un qu'on relâchait dans la nature après des semaines à vivre coupée du monde extérieur. « Je sais pas si tu veux en parler, mais si c'est le cas je suis là. Ce soir ou à un autre moment. » L'idée c'était qu'elle pouvait lui en parler quand elle voudrait si elle en ressentait l'envie, ou ne pas le faire s'il était pas celui à qui elle avait envie de se confier. « Non, ça s'est finalement tassé presque aussi vite que ça a éclaté. Aussi parce que je savais avec qui j'aurai vraiment envie de m'expliquer et auprès de qui je m'épuiserai pas indéfiniment à me défendre. » Et si à ce moment-là il avait eu tout particulièrement à cœur de s'expliquer avec Roma et de la rassurer, c'est parce que sa réaction était la seule capable de vraiment l'atteindre et qu'entre elle et lui, beaucoup de choses avaient découlé de leur conversation dans la loveroom. Aujourd'hui, ce qu'ils écrivaient tous les deux comptait profondément et Roma savait ce que symbolisait pour lui de lui faire une place dans son cœur. Et c'était sûrement en partie de ça que voulait parler Aera, avec son air mutin qui valut à l'italien d'afficher une expression plus douce. « Mes sœurs doivent plus tenir en place. » Il souffla dans un sourire amusé, et parce que ça lui était pas difficile d'imaginer la réaction de ses sœurs devant son rapprochement avec Roma, qui les connaissant devaient se réjouir autant que regretter de pas l'avoir en face d'elles pour le noyer sous leurs bons conseils habituels. « Mais oui, je crois que j'étais loin de m'attendre à ce que cette aventure change autant de choses pour moi. J'étais ouvert à l'idée de me lier à certains d'entre vous, mais je pensais pas que je vivrais quelque chose comme ça quand je suis venu avec un secret à défendre. » Et il s'en était confié à Roma, ça avait pu lui faire peur lorsqu'il avait compris quelle importance elle était entrain de prendre pour lui et que le regard qu'il posait sur elle n'était plus amical depuis un petit moment – quand ce qu'ils partageaient avait déjà toujours été différent du reste. « Vous avez pu parler, avec Costa ? » Il demanda doucement, et parce qu'il n'avait pas de mal à imaginer qu'ils aient beaucoup de choses à se dire, maintenant qu'elle était de retour et pouvait avoir certaines discussions laissées en suspend.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
once you're past the blues (lundi, 23h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: once you're past the blues (lundi, 23h45) — Ven 17 Juil - 0:15

Elle laisse échapper un rire, Aera, même si dans le fond elle a aucune envie d'alimenter à nouveau la twittosphère pour un commentaire mal interprété. Elle est partagée entre l'envie de jouer dessus, juste pour le principe, et la certitude que rien de bon n'en sortirait et que ça ne vaut pas la peine de remettre de l'huile sur le feu juste par esprit de contradiction. « Je suis plus à ça près » elle se contente de répondre en feignant l'indifférence d'un haussement d'épaules. Mais elle prend la sage décision de rester en retrait sans en rajouter, même si à ce stade c'est surtout par respect pour ce qu'il vit avec Roma. C'est une chose de passer pour la salope de service à l'extérieur, elle voudrait réussir à préserver les liens qu'elle a créés ici avec les personnes qu'elle apprécie sincèrement et elle croit pas que l'Indienne aimerait la voir flirter ouvertement avec lui vu leur passif. « Clairement. Je coûte cher en alcool et en nourriture, et comme je suis partie sans argent je gratte tout ce que je peux gratter » elle s'amuse en jouant les fausses innocentes. C'est un des trucs qui l'a le plus déçue en quittant prématurément le jeu : partir en sachant qu'elle ne verrait jamais la couleur de sa cagnotte. Cet argent aurait été le bienvenu pour concrétiser certains projets nés de son aventure ici, peut-être pas immédiatement, mais au moins dans un futur plus ou moins proche. A défaut, elle devra faire avec le peu d'argent sur son compte en banque et la perspective de devoir retrouver rapidement un travail après s'être faite virer du sien (elle préfère voir ça comme une démission, même si pas entièrement de sa propre initiative) si elle veut continuer à vivre correctement. Nul doute qu'elle pourrait capitaliser sur sa notoriété actuelle, en donnant des interviews ou en s'autoproclamant influenceuse sur les réseaux sociaux, mais elle a jamais aspiré à ça Aera. La célébrité, surtout à ce point éphémère, ça lui monterait jamais au cerveau. Elle en parlait à Cami un peu plus tôt dans la journée : contrairement à ce qu'on pourrait croire, elle n'aime pas être au centre de l'attention et la fuit plus qu'elle ne la cherche. Capitaliser dessus, ça irait à l'encontre de tout ce qu'elle est, et elle a beau être cynique parfois, elle l'est pas encore au point de renier ses valeurs pour de l'argent. « Tu serais surpris, j'ai pas tant regardé l'émission que ça. Mais de ce que j'ai pu voir, tu passes aussi bien à la télé qu'en vrai » elle tente de le rassurer en glissant un clin d'oeil. Sans grande surprise, puisqu'il a été élu candidat le plus séduisant de la saison – un titre plutôt mérité si on lui demande son avis. Son sourire disparaît quand il évoque la semaine qui a suivi son départ et les conséquences de leur baiser. S'ils avaient su que ça foutrait un tel bordel, Gianni aurait peut-être réfléchi à deux fois avant de se lancer. Elle compatit à ce qu'il a du vivre ici, parce que le huis-clos dans une telle situation peut rapidement devenir intenable. Elle hausse un sourcil à la mention de ces fameuses explications qu'il ne pensait pas devoir et elle peut pas s'empêcher de suggérer un nom. « Avec Maci par exemple ? » C'est le truc qui l'a le plus blasée de tout ce qu'elle a pu voir, parce qu'elle n'a pas compris à quel moment Maci s'est sentie personnellement attaquée par un baiser qui ne l'affectait ni de près, ni de loin. Venant de Roma, elle aurait compris, mais Maci ? Du jour au lendemain, elle avait fait de Gianni et Aera les grands méchants de son aventure, pour un crush non-réciproque du côté de l'italien et de la maladresse du côté de la coréenne. Rien ne méritant le degré de reproches qu'ils s'étaient pris, par Maci dans le jeu et par son fanclub à l'extérieur. « Je suis déçue qu'elle soit partie avant que j'aie eu le temps de lui parler, mais en toute honnêteté je crois pas qu'elle aurait aimé notre discussion. » Elle peut prendre sur elle un temps, Aera, mais Maci n'a pas la moindre idée de ce que son comportement a engendré niveau conséquences à l'extérieur et combien la Coréenne aurait apprécié pouvoir se défouler sur quelqu'un histoire de mettre les choses au clair et définitivement enterrer tout ce drama incompréhensible. « Si j'ai pu contribuer à égayer ta semaine avec mon message, c'est tout ce qui compte » elle répond armée d'un nouveau sourire. Et oui, elle avait volontairement entretenu le doute à coup de petit flirt calé l'air de rien, mais à ce moment précis, elle était encore d'humeur à vouloir en jouer. Elle a commencé à déchanter juste après. Gianni est toujours d'une infinie douceur quand il s'agit de s'intéresser à son état d'esprit, pas le genre à vouloir forcer les réponses et elle apprécie, Aera. Parce que des choses à dire, elle en a des tas, mais qu'elle ne s'en sent pas encore vraiment capable. Elle le fera quand elle maîtrisera ses émotions là-dessus, ou qu'elle se sentira assez à l'aise pour accepter d'être un peu plus vulnérable, un peu plus ouvertement. En attendant, elle se contente de secouer la tête pour refuser doucement la proposition. « C'est gentil, mais j'ai pas trop envie de me répandre là-dessus pour le moment. Tout ce que je peux dire, c'est que je suis revenue ici pour vous revoir mais aussi parce que c'était un bon moyen de me couper de tout ça. » Elle laisse à l'italien le soin d'imaginer tout ce qu'on a dit à son sujet, et encore il serait sûrement loin du compte. Sa seule consolation, c'est la certitude que tout le monde va finir par passer à autre chose une fois le jeu terminé. « Tant mieux. Visiblement certaines étaient davantage ouvertes à tes explications que d'autres » elle s'amuse en pensant à Roma. Mais ça ne la surprend pas tant que ça, parce que Roma est d'une extrême bienveillance et tolérance, capable d'entendre et d'accepter des choses que beaucoup n'entendraient ni n'accepteraient. Ce sont deux qualités qu'elle lui envie profondément. Ils forment un joli couple, Roma et Gianni, peu importe ce que l'avenir leur réserve même si elle leur souhaite de voir l'idylle se poursuivre à l'extérieur. « C'est la beauté d'un jeu comme celui-ci finalement. On vient sans avoir la moindre idée de ce qui va nous arriver et on se laisse surprendre par l'intensité de nos liens. » Tout le monde en a fait l'expérience, à sa propre mesure, y compris ceux qui se persuadaient de ne s'attacher à personne. « Mais ça me fait réellement plaisir que vous vous soyez trouvés » elle confie avec tendresse. A la question de Gianni, elle secoue la tête en signe de dénégation. « Pas encore. » Principalement parce qu'elle s'est démerdée pour ne jamais le croiser depuis son retour la veille, sans que ce soit nécessairement volontaire. « Je sais pas trop quoi lui dire, en fait » elle reconnaît, un peu mal à l'aise. « Parce que d'un côté j'ai pas envie de rester sur des non-dits, d'un autre je suis pas sûre que ça en vaille la peine, c'est un peu trop tard maintenant. » Elle suppose qu'elle improvisera le moment venu, c'est ce qu'elle fait toujours de mieux.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
once you're past the blues (lundi, 23h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: once you're past the blues (lundi, 23h45) — Mar 21 Juil - 1:28

La réponse d'Aera lui tira un sourire doucement amusé. S'ils semblaient tous les deux d'avis qu'il valait mieux mettre ça derrière eux maintenant qu'ils en avaient l'occasion et ne pas accorder davantage d'importance à cette histoire que certains s'étaient déjà chargés de dramatiser pour eux, l’honnêteté qui sembla transparaître derrière sa remarque le laissa un peu inquiet. Il ne rebondit pas, pourtant, préférant lui offrir une autre occasion de se confier par la suite si elle en avait envie, et parce qu'il pouvait pas nier que c'était aussi agréable de retrouver le ton habituel de leurs échanges. « Avec Santo on a mis la main sur quelques grands crus savamment cachés par William, je dis ça je dis rien mais il doit y en avoir pour une petite fortune. » Il souffla dans un fin sourire rieur, repensant à ce moment dans le jacuzzi durant lequel Santo et lui avaient sifflé un millésime comme on en trouvait que dans les meilleures caves. Leur théorie, c'était que si quelqu'un avait laissé traîné cette bouteille dans un coin du bar, c'était forcément pour qu'elle soit bue. « Mais je suis pas le genre de type qui va te filer de mauvais conseils, et toi pas le genre de fille qui va les suivre. » Il lui lança un petit regard complice, parce que là encore il ne voyait pas de vol dans le fait de récupérer quelque chose qui était de toute façon mis à leur disposition depuis le début. Quant au reste, il avait encore un peu de mal à se faire à l'idée qu'Aera ait quitté le chalet depuis déjà plusieurs semaines et ait donc raté un certain nombre de choses, si tant est qu'on puisse rater quoi que ce soit avec les caméras qui ne rataient jamais une miette de ce qui se passait. Il pouvait comprendre, cela dit, qu'elle ait eu d'autres choses à faire dehors que se poster devant sa télé à suivre leurs aventures, d'abord parce qu'elle avait retrouvé sa vie et ses proches, et ensuite parce qu'il pouvait imaginer que la perspective ait eu quelque chose d'un peu douloureux, au moins au départ. Sa remarque lui tira cependant un sourire. « Et les infos sont aussi bien gardées qu'on le croit, dehors, ou t'as pu avoir accès à certaines exclues qu'on t'a interdit de nous répéter ? » Son regard s'illumina de curiosité, parce qu'il parlait de façon générale, aussi bien en terme de secrets, que des favoris de la demi-finale ou de choses encore plus confidentielles qu'on leur cacherait depuis le début. Gianni effleura ensuite les quelques jours qui avaient suivi le départ d'Aera et qui il est vrai n'avaient pas été sa semaine la plus tranquille dans l'aventure, en partie parce que se retrouver à devoir rendre des comptes dans des circonstances pas toujours justifiées, ça l'avait un peu plombé jusqu'à ce qu'il décide de laisser couler pour profiter du reste de son aventure. « Par exemple, oui. » Il acquiesça, au sujet de Maci. Il n'était pas surpris que de ce qu'elle avait potentiellement pu suivre de l'extérieur, cette entrevue entre l'américaine et lui ait retenu l'attention d'Aera. Il pouvait imaginer que c'ait été frustrant, d'y assister sans pouvoir ni intervenir, ni se défendre. A vrai dire ça l'avait aussi été pour lui, qui avait pris sur lui uniquement parce que ça lui ressemblait assez de vouloir arranger les choses. « J'aurais aussi préféré que vous puissiez vous expliquer, simplement parce que ça aurait été plus juste, que tu puisses donner ta version de l'histoire. J'ai jamais été fan de l'idée qu'on tape sur ceux qui sont pas là pour se défendre. » Et probablement que Maci s'en doutait, puisqu'avec lui elle avait évité d'impliquer Aera. Seulement il n'était pas idiot, il se doutait que le sujet avait été amené avec d'autres et ça lui déplaisait, quand la façon dont elle avait du quitter l'aventure dans la foulée de ces révélations était déjà cruelle en soi. « Je voulais te dire aussi... T'as pas à te sentir coupable, pour cette discussion entre Maci et toi quand on était à Linz. Je sais pas trop ce qui s'est précisément dit ce jour-là mais je suis sûr d'une chose, c'est que t'as toujours été bien intentionnée et que tu pouvais pas savoir ce qui se passerait ensuite. » Or dans cette histoire on avait un peu l'impression qu'Aera aurait abusé de la confiance de Maci en lui prodiguant des conseils pour la lui faire à l'envers. C'était pas ce qui s'était passé, parce que l'épisode du manège elle aurait pas pu le prévoir et que si une chose était profondément claire depuis le départ, c'est que personne n'avait jamais voulu blesser personne. Ils savaient tous les deux ce qu'il en était et que ça n'aurait jamais du prendre cette ampleur, mais ce sujet-là il ressentait le besoin de l'aborder. « Avec du recul je crois pas que t'aies bien fait de lui donner ces conseils, parce que je sais que y'aurait jamais rien eu entre Maci et moi et que si j'avais pu penser un instant que ça irait jusque là, tu sais que j'aurais fait ce qu'il fallait pour que ça dégénère pas. » Maci pouvait en douter, peut être parce qu'elle ne le connaissait pas si bien en définitive et ça pouvait se comprendre, mais pas Aera. « Mais c'est pas de ta faute, si elle a fini par être blessée. T'as voulu bien faire, et je sais que ça partait d'une bonne attention. » Et il n'imaginait pas Aera s'être réjouie une seule seconde de la tournure qu'avaient prises les choses lorsque Maci s'était retrouvée impactée par cette histoire. Quant à son message pour son anniversaire, il lui avait fait d'autant plus plaisir qu'il était tombé à un moment où il avait sûrement besoin de se changer un peu les idées. « Bon, si j'avais eu mon mot à dire j'aurais sûrement choisi une autre photo, mais je pouvais pas trop en demander... » Il plaisanta, rictus amusé au coin des lèvres, juste pour s'amuser de cette histoire et parce qu'il avait un peu la dégaine type de l'italien dans toute sa splendeur sur ce cliché et que ça avait aussi contribué à le faire rire, et donc, à lui faire oublier le reste. Et il avait comme le sentiment que pour Aera non plus, la semaine en question – et probablement même les suivantes – n'avait pas été des plus douces. Et ça lui pesait, à Gianni, de l'imaginer subir son après Thrown Dice quand la moindre des choses aurait été qu'elle puisse prétendre à la tranquillité et la sérénité qu'elle méritait. Il pressentait que c'était peut être pas à lui, ou pas comme ça du moins qu'elle aurait envie de se confier, mais il voulait qu'elle sache que ça lui serait possible si elle en ressentait le besoin. « Ça leur passera, tu sais. Aujourd'hui les gens se prennent de passion pour des choses qui n'auront plus aucune importance à leurs yeux d'ici quelques mois. Parce qu'ils nous auront oubliés, ou remplacés par d'autres, et alors tout s'apaisera. » Il la rassura d'une voix bienveillante, déposant simplement sa main sur son bras pour donner un peu plus de poids à ses propos qui, il l'espérait, aideraient à ce qu'elle se sente un peu moins oppressée par tout ça. « Ça veut dire que tu restes jusqu'à la fin ? » Il demanda, dans un sourire. Si elle avait besoin de se couper de l'extérieur, il était d'avis que ce serait une bonne chose pour elle et Aera savait qu'ils étaient plusieurs vers qui elle pouvait se tourner pour éviter de trop penser à tout ça. Sa prochaine remarque lui tira un rire amusé, et bien qu'il reste silencieux il n'irait pas nier qu'il se sentait infiniment plus léger d'avoir pu s'expliquer à propos de cette histoire auprès de Roma, quand bien même ça semblait presque anecdotique aujourd'hui. Parce que ça l'avait aidé à mettre des mots sur ce qu'il ressentait et sur ce qu'il voulait, surtout. « C'est ça. On peut pas s'imaginer en arrivant qu'on s'attachera réellement à des inconnus, et trois mois plus tard on se rend compte qu'on aurait pas pu l'éviter même si on avait voulu. » Parce que c'était inéluctable, et que dans son cas ça avait pris une tournure plus inattendue encore mais finalement pas désagréable du tout. « Merci. Je tiens vraiment à elle. » Il souffla dans un sourire, simplement parce qu'il avait le sentiment que ce serait pas surprenant pour Aera de l'entendre le formuler ainsi, et qu'il pouvait bien se montrer profondément transparent avec elle. « Et je sais que tu comptes beaucoup pour Roma. Et que cette histoire, ça n'y a rien changé. » Et il ne croyait pas se tromper, il savait comment était Roma et aussi que ces histoires n'avaient eu aucune raison d'entacher leur amitié. Il l'interrogea sur Costa, songeant qu'elle aurait probablement envie d'éclaircir certaines choses avec lui, puis secoua la tête. « Peut être justement que ça sert à rien d'y réfléchir maintenant, et que tu sauras ce que t'as envie de lui dire quand tu seras face à lui. » Parce qu'elle pourrait passer des heures à s'imaginer ce qu'elle lui dirait, ou bien se lancer et aviser ensuite. « Mais si ça doit effectivement être trop tard, je pense que tu regretterais d'avoir laissé passer l'occasion d'avoir une vraie conversation. Quoi qu'il se passe ensuite, on vit toujours mieux avec des remords qu'avec des regrets. » C'était sa conviction profonde, et il savait qu'elle se reprocherait d'avoir gâché cette chance si elle ne la saisissait pas. Comme il savait qu'elle l'aurait conseillé de la même manière si les rôles avaient été inversés. « Et je crois que t'as aussi besoin de ça pour aller de l'avant. » Il confia doucement, en croisant son regard. Il voulait pas forcément parler de manière générale, quoi qu'il soit convaincu que ça fasse partie des choses qu'elle avait besoin de régler en revenant et que pour ça, il lui fallait livrer ce qu'elle devait contenir depuis des semaines, quand l'occasion se présenterait de le faire.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Aera
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12083-aerahttps://www.throwndice.com/t12082-aera 
once you're past the blues (lundi, 23h45) Empty
Message (#) Sujet: Re: once you're past the blues (lundi, 23h45) — Jeu 23 Juil - 22:33

L'ébauche d'un sourire se dessine sur ses lèvres tandis que l'idée lui traverse sérieusement l'esprit. Est-ce que la prod' se rendrait vraiment compte de la disparition d'un millésime à plusieurs milliers de livres ? Mais Aera abandonne rapidement l'idée : elle n'a jamais été malhonnête et son argent, elle préfère ne le devoir qu'à elle-même plutôt qu'à la main leste. A défaut, elle peut toujours envisager de le consommer, histoire de savoir à côté de quoi elle est passée durant tout le jeu. « Pour qui tu me prends... » elle s'amuse en échangeant un regard complice, le sourire en coin accroché à ses lèvres. « Cela dit je m'y connais très mal en vin, il est encore temps de m'apprendre à les apprécier. » Il n'y a bien qu'à Gianni qu'elle pourrait demander ça, avec son expérience. Quoique Louis aurait peut-être été le choix le plus évident, à bien y réfléchir, même si elle ne mentionnera évidemment pas son nom face à l'Italien. Dans tous les cas, elle a encore matière à profiter du chalet et de ce qu'il a à lui offrir, de préférence en compagnie de quelqu'un qu'elle apprécie réellement. A la mention des infos qui circulent à l'extérieur, elle se contente d'une petite moue pour lui dire qu'elle sait des choses, mais qu'elle ne peut effectivement rien dire. « Il y a pas mal de choses qui circulent, forcément. Après je ne sais pas si elles sont vraies ou pas, il y a de tout. J'ai lu des théories amusantes sur toi. » elle lâche avec un clin d'oeil, histoire de teaser sur ce qu'il peut se dire de lui à l'extérieur. « Mais dans l'ensemble, je n'ai pas appris grand-chose que je ne savais pas déjà en partie. Et j'ai signé un NDA de toute façon, même si je voulais vous raconter ce que je sais, j'ai pas le droit » elle affirme dans un nouveau sourire. Ils sont pas cons dans la production, elle aurait été capable de balancer des petits trucs à droite à gauche, ils assurent leurs arrières en faisant en sorte que les anciens ne puissent rien dire même s'ils savaient quelque chose. Elle ne l'aurait de toute façon pas fait, par principe, pour ne pas leur gâcher la fin de leur aventure, mais c'était probablement plus prudent de le mettre noir sur blanc. Gianni confirme la référence à Maci et Aera laisse échapper un soupir blasé. Elle ne s'attendait pas à ça de la part de l'Américaine, ne pensait pas qu'elle ferait d'elle la méchante d'une histoire qu'elle n'a pas bien capté. Elle se demande même si Maci ne s'est pas mis en tête qu'elle avait fomenté tout un plan pour la blesser juste parce qu'elle avait fait tomber son secret, quand c'est précisément la raison pour laquelle elle s'est rapprochée d'elle. Jusqu'à ce que son secret tombe, Maci c'était la fille rigolote et un peu naïve, très bavarde, avec qui Aera ne pensait pas développer la moindre affinité. Deux semaines plus tard, elle commençait à la voir comme une personne qu'elle pourrait aller trouver spontanément juste pour parler, autant dire un exploit pour la Coréenne. Entendre Maci dire ce genre de trucs sur elle sans pouvoir se défendre en retour, sans pouvoir en parler directement avec elle, ça l'avait blessée plus qu'elle n'aurait voulu l'admettre. « Elle a du savoir que si on se parlait, je démonterais tous ses arguments les uns après les autres jusqu'à ce qu'elle n'ait plus rien de tangible à me reprocher, ça aurait clashé avec son objectif de faire de moi la grande méchante de son aventure » elle lâche, un peu amère de ne pas avoir eu cette possibilité. Aera, elle en fait une question d'honneur, de donner sa vérité même si maintenant tout le monde s'en tape dans ce jeu. C'est parce qu'ils n'ont pas idée de ce qu'elle a mangé pendant deux semaines et de la violence gratuite à laquelle elle a eu le droit, accentuée par le comportement de Maci. Devoir rester passive face à ce déferlement, ça l'avait bouffée, atteinte, rongée morceau par morceau, mais elle refusait de répondre sur les réseaux. Parce qu'il aurait fallu le faire auprès d'une, puis dix, puis cent, puis mille, ça aurait été inutile et sans doute plus dommageable que de se taire. Elle fronce les sourcils quand Gianni mentionne la discussion entre Maci et elle à Linz. Elle ne sait pas bien quoi répondre, Aera, surtout si l'italien n'a pas toutes les informations sur cette discussion. C'est a priori ce qui a cristallisé la virulence de Maci contre elle, en l'accusant à demi-mots de s'être foutue de sa gueule pendant leur virée au labyrinthe laser et c'est un truc qu'Aera, en plus de ne pas comprendre, cautionne pas. Elle est beaucoup de choses, beaucoup de choses discutables, mais certainement pas malveillante. « Je me sens pas coupable » elle confirme fermement. « La seule chose dont on peut m'accuser, c'est d'avoir été maladroite en abordant ce sujet. » Elle se sent un peu stupide d'expliquer ça à qui que ce soit, parce que ça contraste violemment avec tout le portrait qu'elle tente de vendre aux autres. « Je voulais simplement... je sais pas, partager un truc avec elle ? Je me disais justement que j'avais envie qu'on se rapproche elle et moi, qu'on développe un vrai lien et pas juste parce qu'on se croisait tous les jours. Parler de toi, c'était un moyen facile d'ouvrir cette porte, j'ai jamais imaginé qu'elle avait un tel faible pour toi. Si j'avais su j'aurais jamais rien dit... » Plus encore avec le baiser sur le manège et si Aera sait que Maci se plante totalement sur ses intentions, elle comprend pourquoi ça pourrait laisser penser qu'elle l'a fait volontairement, comme pour lui dire tu vois, moi j'arrive à le séduire. Mais tout ça, c'est uniquement dans l'imaginaire de l'Américaine, et cette idée ne lui aurait jamais traversé l'esprit, sous aucun prétexte. C'est pour ça qu'elle a d'autant mal vécu la véhémence de Maci à son égard, parce qu'elle faisait enfin un effort pour s'ouvrir à quelqu'un d'autre que son cercle habituel après des semaines à ne côtoyer assidûment qu'une poignée de candidats. « Je pensais juste qu'elle avait un petit faible pour toi sans aucune signification derrière, je lui disais simplement le genre de comportement qui te plaisait... c'était pour être sympa, y avait rien de plus derrière. » Elle ne lui a pas donné le mode d'emploi pour le séduire, ni forcé Maci à aller le draguer ouvertement, pour la seule raison qu'elle pensait pas que ça allait si loin. Gianni tente de la rassurer sur ce que l'avenir lui réserve et elle acquiesce doucement, le regard dans le vide. Elle le sait tout ça. La part la plus rationnelle du moins en a parfaitement conscience. Ca leur passera et elle aura le luxe de retrouver sa vie comme elle aspire à le faire depuis le départ. Mais ils n'ont pas la moindre idée de ce qu'elle a vécu pendant deux semaines, à un moment où elle était plus vulnérable que d'ordinaire, plus facilement atteinte par le flot continu de critiques. Bien sûr, il y a eu du positif dans le lot, du soutien, des gens qui se sont pris de beaucoup d'affection pour elle, mais même ça, ça la dérange. Elle n'a pas envie d'être soutenue par des inconnus, parce qu'elle n'a pas envie qu'on s'intéresse à elle sans la connaître véritablement, sans se forger une image claire de ce qu'elle est au-delà de son histoire. C'est d'autant plus paradoxal qu'elle fait toujours en sorte de ne pas laisser les autres en savoir trop à son sujet, mais c'est aussi pour ça qu'elle n'a pas un cercle étendu de relations à l'extérieur et se satisfait de leur bande de six et de quelques potes autour. « Je sais tout ça. Il faut juste le temps que je m'en remette » elle confie dans un souffle. Sa carapace se remettra naturellement autour d'elle le moment venu et tout ça ne sera plus que de l'histoire ancienne, une anecdote qui mérite d'en rire plutôt que de si mal le vivre. « Je suis pas encore sûre » elle répond à Gianni lorsqu'il l'interroge sur la durée de sa présence. Elle est revenue dans l'optique de rester les deux semaines entières, mais la vérité c'est qu'elle se sent étrangement hors de propos dans ce contexte où elle n'a plus vraiment sa place. Cette semaine lui semble évidente, pour finaliser certaines discussions, assister aux révélations et pouvoir les évoquer de vive voix. Au-delà... qu'aura-t-elle vraiment à apporter en restant ? Rien qui vaille réellement la peine de s'attarder. Il est temps pour elle d'accepter de reprendre sa vie. Gianni, lui, il a encore tout à faire ici, et elle peut imaginer sans peine que la présence de Roma est une motivation supplémentaire d'aller jusqu'au bout et de profiter de chaque moment avec elle dans leur petite bulle protégée de l'extérieur et des possibles répercussions de leurs secrets. « Certains s'attachent plus que d'autres » elle note d'un ton absent, sans vouloir aller jusqu'au bout de cette pensée. Mais de quelqu'un comme Gianni, ou Roma, ça ne la surprend pas parce qu'ils sont vrais, entiers, et que leur secret n'a pas d'impact sur les relations qu'ils peuvent forger ici. « Ca me rassure que tu me dises ça. Mais ça n'empêche pas que j'irai la trouver quand même pour m'excuser. » Ce qui ne devrait pas surprendre Gianni maintenant qu'il sait à peu près comment elle fonctionne. Il se montre également très perspicace, quoique subtil, sur le cas de Costa qui est forcément celui qui dérange le plus Aera. Elle sait qu'elle ira lui parler à un moment ou à un autre, parce qu'elle a attendu deux semaines de pouvoir le faire et qu'elle veut pas repartir du chalet sans avoir vidé son sac, mais elle aura aussi la tendance à enfouir la tête dans le sable aussi longtemps que possible pour s'épargner cette discussion. « C'est bizarre, j'ai à la fois l'impression de devoir m'excuser, et à la fois envie de lui dire que c'est lui qui a provoqué cette situation » elle reconnaît, un peu mal à l'aise d'en parler et surtout auprès de Gianni. « Ca aurait été beaucoup plus simple s'il n'y avait pas eu l'histoire de la loveroom. » Elle regrette pas, Aera, ne serait-ce que pour tout ce qui a précédé le baiser, mais ça a fait basculer plus ouvertement leur dynamique et ça l'a obligée à trop réfléchir. « Non de toute façon ce serait ridicule de prétendre qu'on n'a rien à se dire » elle admet avec un sourire. Elle a juste envie de pouvoir nier bloc son attachement, mais comme Gianni l'a si aisément fait comprendre, c'est presque impossible à faire dans ce jeu.

_________________
Alone again with demons, and pain whiling
Guess that's why you left my island
It's too rough out here, the island's drowning.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: COIN BANQUETTES & CHEMINÉE-
Sauter vers: