Partagez
 

 private traps (mercredi, 17h15)

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
private traps (mercredi, 17h15) Empty
Message (#) Sujet: private traps (mercredi, 17h15) — Mar 14 Juil - 18:16


@roma
private traps


Le prime d’il y a trois jours a apporté son lot de nouvelles en tous genres et Carl en est une nouvelle fois ressorti avec le cerveau essoré et les nerfs en pelote. Sa qualification, ainsi que celles de Micha, Rosamie et Cami.. mais Maci hyper affectée et ne désirant pas rester après son élimination. La promesse qu’il a obtenu des deux napolitains.. à la suite d'une enchère qu'il a perdue et qui aurait pu lui garantir la protection de son secret jusqu'au bout. Son nom évoqué dans pas mal de sondages tantôt positifs.. tantôt l’inverse. C’est parti dans tous les sens et chaque fois qu’il pouvait se réjouir d’un truc c’était sacrément atténué derrière par la réception d’une info pas très fun. Carl ça commence à sérieusement le fatiguer ces montagnes russes qu’il se coltine à chaque prime depuis maintenant deux mois. Y’a aussi eu ces statistiques jetées à divers moments du prime et sur lesquelles le bonhomme prévoyait pas trop de s’attarder sauf qu’au final ça l’a heurté, plus que réellement surpris. Le parallèle entre ses edelweiss donnés notamment à Rosamie et ce qu'il a piteusement reçu de son côté faisait un peu peine à voir, déjà. Il s'attendait pas à crever le plafond Carl mais ça lui confirme juste qu'il reçoit pas autant qu'il donne car trois pauvres edelweiss, si ça constitue vraiment son record dans l'aventure, c'est assez ridicule. C'est le max qu'un candidat peut attribuer à un autre sur une seule semaine donc ouais, ça craint que ce soit son max à lui en l'espace de sept semaines de jeu. Carl il a vraiment l’impression d’avoir fait son chemin dans l’aventure sans pouvoir compter sur de vrais gros liens, ou en ayant en tout cas toujours été au mieux le lien secondaire de quelqu'un, et il sait pas si c’est à voir comme un exploit personnel ou si ça fait juste de lui un sans amis hyper chanceux d’avoir le soutien du public à côté pour compenser. Il a aussi réalisé qu’en fait les candidats qui le nominaient étaient pas forcément ceux qu’il pensait, comme Roma et ses quatre nominations contre sa tronche qu’il a pas vu arriver. Son cœur en a pris un coup sachant qu'il l'estime et qu'il n'aurait jamais eu l'idée de mettre son nom avant d'en considérer un paquet d'autres avant. Une info pareille si elle était tombée il y a plusieurs semaines l’aurait certainement poussé à lui demander des explications mais à ce stade Carl il peut pas trop en vouloir aux gens alors que l’aventure se termine et que son esprit n’est plus entièrement dans ce chalet. C’est sûr qu’il est un peu dégoûté parce que c’est peut-être le dernier truc qu’il retiendra de Roma, mais ses états d’âme il les garde pour lui. Alors quand il la croise cet après-midi là dans les jardins il fait presque comme si de rien n’était, presque car son attitude distante et son sourire un peu faible le trahissent quand même. « Je me demande de plus en plus si je ferais pas mieux de retourner en Irlande. » il lance sans amorce alors qu’il vient se poser à côté d’elle, l’air pensif. Roma elle doit pas l’avoir vu venir avec ses interrogations de mec paumé et à vrai dire Carl n’avait lui-même pas prévu de l’embêter avec ça à la base, il se trouve que c’est sorti comme ça et qu’il est présentement plus à l’aise pour confier ses doutes que pour revenir sur cette histoire de nominations. « J’aime l’Angleterre et j'aime Brighton, mais je suis parti pour de mauvaises raisons et aujourd’hui je m’y sens vraiment très seul. » Plus il constate à quel point ses camarades sont entourés et attendus par masse de gens dehors, plus sa propre situation le secoue. Carl il se rend bien compte que cette solitude, sans l’avoir vraiment cherchée, il la doit à lui-même parce qu’il n’a pas été capable de garder les gens qui comptaient pour lui et pour qui il comptait dans sa vie. Ça l’étonne même pas que ses camarades n’aient pas l’intention de le revoir, il en a déçu ou dégoûté pas mal ici il le sait et il se trouve que c’est toujours de cette façon que ses relations se terminent. « Je sais pas quoi faire Roma. Où aller après tout ça, et quoi faire de ma vie. Je me pose trop de questions en ce moment, cette aventure ça me pousse à faire un truc que j’ai très peu fait jusque là en fait : réfléchir. » Ce qu’il a clairement omis de faire quand il s’est embarqué dans l’expérience au pair, mais aussi lorsqu’il a passé les castings pour ce jeu. Deux trucs décidés sur un coup de tête parce qu’il voulait fuir ses responsabilités dans une vie qui lui convenait plus trop. Mais c'était le but en même temps qu'il mène une profonde réflexion sur son existence ici, il s'y prend juste un peu tard Carl. Beaucoup de gens ont l’air de penser qu’il regrettera d’avoir fait cette aventure, et qu’il recevra aussi plus de haine que d’amour en sortant, et y’a sûrement du vrai dans tout ça même s'il a vécu des choses chouettes aussi ici, il peut pas tirer un bilan tout blanc ou tout noir d’une expérience qui a duré deux mois car ce serait vachement réducteur. Son regard s’égare un instant autour d’eux lorsqu’il lui semble entendre un bruit, puis il revient se poser sur Roma une fois qu’il s’est assuré que c’était rien de plus que le vent fouettant les feuilles. « Tu restes à Londres toi ou c’est prévu que t’ailles fabriquer de l’huile d’olive et du vin avec Gianni en Italie ? » Cette question elle est peut-être ultra hâtive mais il suppose qu’elle finira par se poser, vu qu’ils devront sûrement bientôt décider quelle suite donner à leur histoire naissante. Il est pas aveugle Carl, on se garde bien de le mettre au courant des choses mais il a capté que l’italien et elle étaient revenus changés de la loveroom l’autre jour.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
private traps (mercredi, 17h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: private traps (mercredi, 17h15) — Mar 14 Juil - 23:43

La chasse au secret c’était terminé pour Roma. Elle n’avait plus l’ombre d’une piste, aucun indices et une cagnotte pas assez conséquente pour qu’elle prenne le risque de buzz inconsidérés. Alors elle n’avait plus qu’à comblé ses journées de manière classique. Un bon livre à la main, son carnet de dessin près d’elle en cas d’envie ou d’inspiration soudaine. Les journées étaient toujours aussi longues et ça avait quelque chose de rassurant, quand la fin de l’aventure semblait arriver trop vite. Elle qui avait une sainte horreur des fins, des au revoir. Elle comblait l’angoisse par l’occupation de l’esprit. Par la musique, la littérature ou simplement une conversation avec un Santo surexcité. Elle apaisait ses craintes dans les bras d’un Gianni, au contact d’un sourire de Cami. En cette fin d’après-midi c’est le livre qu’elle avait choisit, roulant le coin des pages entre ses doigts. Sa concentration était à son paroxysme, quand Carl arrive près d’elle. Elle l’observe du coin de l’oeil, note le changement d’attitude en vers elle assez rapidement. Le comprend, l’analyse et trouve la source de tout ça dans le dernier prime et les statistiques. Parce qu’elle avait tout de suite pensé qu’il allait prendre les choses trop à coeur. Elle ne dit rien pour autant, referme son livre pour lui offrir toute l’attention dont il semble avoir besoin, alors qu’il se pose de manière nonchalante à coté d’elle. Il lui parle de l’Irlande et elle est assez étonnée qu’il considère un retour chez lui. Parce qu’elle avait cru comprendre qu’il se sentait bien à Brighton. Elle le laisse poursuivre sur l’Angleterre, sur Brighton justement et plus il développe plus elle comprend. La solitude elle l’a comprend, la partage aussi comme tout le monde. Elle croit bien qu’on passe tous par des moments de solitude dans la vie et qu’on est plus ou moins armé pour la surmonter. « Et qu’est-ce qui t’attend en Irlande ? » Elle demande alors pour comprendre un peu sa situation. Qu’elle transpose assez facilement à la sienne, elle qui est parti de chez elle et qui ressent encore aujourd’hui le manque de sa famille. « Ta famille te manque ? » Elle essaye de comprendre, sachant qu’il n’a pas un milieu familiale facile. Son père, sa mère et le petit frère qui fait des apparitions sur son RS. Elle esquisse un petit sourire attendri quand il lui parle de ses doutes, parce qu’il semble enfin se laisser porter par l’aventure et le faite que c’était le bon moment pour faire le point sur sa vie. Ils sont tous passés par là à un moment donné, Roma n’est d’ailleurs pas encore totalement sorti de ce moment là où elle a des doutes pleins la tête. Ce qui fait d’elle, certainement la personne la moins bien placée pour le rassurer. Mais avec sa bienveillance habituelle, elle trouvera les mots. Ou du moins elle tentera de les trouver. « Je crois que tu peux faire tout ce que tu veux Carl, il y a beaucoup de choses qui s’offrent à toi. Tu n’es pas obligé de retourner en Irlande si tu ne le souhaite pas. Ou de rester à Brighton parce que c’est l’autre solution. Je crois que c’est normal après une aventure aussi intense que celle-ci de se poser des questions, de plus trop savoir où est sa place. La morale, c’est que ta place tu peux la trouver partout. » Et elle en est convaincu. Peut-être qu’il ne fait pas toujours l’unanimité Carl, mais il n’en est pas moins quelqu’un d’important au sein de cette aventure, qui a réussit à trouver sa place de manière assez chaotique, mais qui l’a trouvé. Parce qu’elle est certaine que n’importe qui ici, dirait que la saison aurait été bien différente sans un Carl. Elle suit son regard qui semble s’égarer quelque part dans la végétation et note encore une fois qu’il n’est pas très serein. Elle se promet de démêler tout ça avant qu’il n’aille voguer vers un autre endroit du chalet. En attendant sa question lui arrache un sourire. « Je crois que ce sera Londres, même si l’idée de fabriquer de l’huile d’olive ou du vin est assez séduisante. » En Italie, sous des oliviers centenaires ? L’idée n’a même jamais été évoqué entre eux, alors c’est un peu hâtif d’en parler comme ça. De toute façon, ça lui semble assez improbable d’aller passer quelques vacances en Italie, pendant que ses filles restent à Londres chez tata Frances. « Carl. » Elle amorce un peu incertaine des mots qu’elle va choisir pour lui parler. « Tu m’en veux pour les nominations. » Elle choisit de parler clairement, de poser les choses à plat. Parce qu’elle le sait. « Ou tu es déçu, je ne sais pas, mais ce qui est sûr c’est que ça ne t’a pas fait plaisir. » Elle ajoute les mots se bousculent dans sa tête. Elle soupire, parce qu’elle aime pas l’idée de devoir se justifier sur ses nominations, mais encore moins celle qu’il a pu être blessé. Parce qu’elle pense à Maci aussi, par extension qui semble avoir passé le pire moment de sa vie avec eux. Elle culpabilise, parce qu’elle a la sensation de ne pas avoir fait assez tout en étant certaine de ne pas avoir eut un comportement désagréable. Habituellement elle sait plutôt bien gérer les sensibilités de chacun et se débrouille toujours pour ne pas blesser les gens qui l’entoure. « Les nominations c’est obligatoire et je peux te jurer que j’ai jamais nominé quelqu’un avec l’idée dans la tête que je le ou la détestais. Ou que je voulais le ou la voir partir. » Non c’était clairement pas l’idée. Encore moins pour Carl, qu’elle pense être certainement la personne qui a le plus besoin de cette aventure, pour s’épanouir, se comprendre, se retrouver. Elle inclus assez naturellement Maci dans son discours, même si elle n’est pas là pour l’entendre. « La première fois que je t’ai nominé, ça m’a brisé le coeur. » Elle n’exagère pas, elle avait été vraiment bouleversé de le faire. Et ça n’avait pas été plus facile les fois d’après. « C’est pas de toi dont je suis le plus proche ici, tu le sais bien. Et ça a souvent été déterminant dans le choix de mes nominations et l’idée de vouloir préserver un maximum mon équipe. » Elle pense à voix haute et elle ferait certainement les même choix si elle devait refaire l’aventure. « Je pense que tu me connais assez pour savoir que le délire des nominations, des haches c’est tout ce que je déteste dans cette émission, mais je m’y plie comme tout le monde et j’assume totalement mes choix. » Elle continue espérant que dans tout ce qu’elle lui raconte il y trouvera le réconfort nécessaire pour prendre les choses avec plus de légèreté. « Je crois que je penserais toute ma vie à toi quand je verrais un stand de confiserie ou quand je croiserais un gars un peu trop attaché à sa tablette. » Tout ça pour dire qu’il avait laissé son empreinte dans l’aventure de Roma, peut importe si elle avait donné quatre fois son nom pour les nominations. Elle ne réfléchissait pas ses nominations comme un acte de malveillance, ou comme un message à faire passé. Elle n’avait pas été double et c’est valable aussi pour Maci. « Comme pour Maci, je crois qu’à chaque fois qu’on parlera de la Californie aux infos je penserais à elle, ou quand je croiserais un petit chat qui ressemble à Alfred. » Elle ajoute, dans ses pensées. Ayant bien d’autre choses marquantes à dire à propos de la californienne, mais laissant le chaos de ses pensées prendre le dessus. Mais après tout elle n’est pas le sujet ici. « Ce que je veux dire, c’est que je t’apprécie vraiment. » Elle ponctue un peu maladroitement, espérant qu’il y trouvera toujours la même sincérité qu’elle a eut jusqu’ici. Qu’il ne se contentera pas de la regarder par le prisme de ces statistiques qui enfin de compte ne voulait pas dire grand chose compte tenu de l’affection qu’elle lui portait réellement.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
Carl
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12120-carlxphttps://www.throwndice.com/t12049-carl 
private traps (mercredi, 17h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: private traps (mercredi, 17h15) — Jeu 16 Juil - 7:49

Carl il a le chic pour aller s’incruster auprès de camarades jusque là très paisibles, et goûtant à un vrai moment de quiétude dans le chalet qu’il vient ruiner avec ses gros sabots de mec traînant derrière lui ses tourments partout où il passe. Il s’était juré de plus embêter les autres avec des problèmes qui le dépassent lui-même mais l’échéance qu’il peut presque toucher du doigt maintenant ça affole pas mal les quelques neurones qu’il a depuis trois jours, s’il en parle pas à quelqu’un il sait pas vers quoi il court mais il sent que ça va pas être très sympa à voir. Il accumule les doutes, les questions et les peurs alors ouais faut qu’il pose ça là, qu’il fasse un peu de place sinon il aura vraiment pas les idées claires au moment de sa révélation en fin de semaine et ça c’est pas trop souhaitable. Roma elle recueille ses interrogations pour l’après et se retrouve à devoir gérer un Carl sous tension et tout en réflexion alors que la pauvre n'a rien demandé. Il dit toujours qu’il réfléchit pas, c’est son excuse préférée pour justifier toutes les dingueries qu’il fait ou qu’il dit, mais dernièrement il a pas trop le choix s’il veut préparer un minimum la sortie et savoir quand même quoi faire quand il aura mis les pieds dehors. Il vit sûrement ses derniers jours dans ce chalet alors ça urge, il peut plus se permettre de remettre ça à demain en considérant qu’il a le temps car du temps il n’en a plus. Le retour aux sources aka le comeback en Irlande il est de plus en plus envisagé par le bonhomme et Roma est la première qui il en parle, la première aussi du coup dont il va récolter l’avis sur la question. Parce qu’elle est loin de l’envoyer bouler avec ses élucubrations, c’est une camarade à l’écoute et concernée qu’il a face à lui mais bon rien d’étonnant à ça. C’est Roma quoi. « Ma famille et mes repères. » il souffle en la laissant à peine finir de formuler sa question car la réponse est déjà toute trouvée. Les seules personnes dans ce monde qui attendent avec impatience qu’il sorte de là sont pas à Brighton, non, elles sont à Carrick et le fait d’en prendre vraiment conscience ces jours-ci ça le fait un peu revoir ses priorités. Pourquoi il irait reprendre sa petite vie insignifiante en Angleterre où il ne compte ni n’existe pour personne alors que des gens qui l’aiment y’en a en Irlande ? Vraiment, il se pose la question Carl. « Tu te souviens, je t’avais parlé de l’anniversaire de mariage de mes grands-parents. Je m’en veux tellement de l’avoir raté tu peux pas savoir.. C’était important et je n'étais pas là, et des trucs comme ça j’en rate plein depuis que je suis parti. Pour faire un job nul en plus, j’ai vraiment aucune excuse. » C’est aussi pour le peu d’opportunités qui l’attendent à Brighton et ses alentours que Carl envisage de revenir chez lui. Il pensait qu’au pair ce serait un truc qui durerait que quelques mois et qu’ensuite il se trouverait un vrai job au pays du thé, au final il a joué les nanny pendant deux ans en enchaînant les problèmes dans chacune de ses familles et tout ça pour quoi à l’arrivée ? Il n’a aucune piste, aucun contact qu’il pourrait faire jouer histoire de rebondir. Ça veut pas dire qu’il pense avoir plus d’avenir en Irlande, mais quitte à galérer autant le faire en étant bien entouré plutôt que tout seul, c’est un peu ce qu’il se dit. « Bien sûr. Ils me manquent tous. » il approuve dans un faible sourire car ça c’est l’évidence, la famille c’est tout aussi pour lui bien qu’il ait été capable de la quitter un beau jour pour un projet en carton. Même son père lui manque, c’est dire. Carl il en est rendu à un point où il préfère se coltiner le vieux Keefe et ses reproches silencieux plutôt que Boris son coloc antipathique à l’extrême. Roma elle s’en rend pas compte mais elle remue la plus grosse problématique de sa vie, dont il avait parlé à Santo il y a quelques semaines. « Justement ma place je l’ai jamais trouvée nulle part alors tu vois, j’me dis que je ferais tout aussi bien de rentrer au pays pour tenter de recommencer une vie là-bas. » Repartir de zéro c’est son rêve à Carl. Il est tellement pas fier de ce qu’il a accompli en deux ans en Angleterre qu’il aimerait aujourd’hui tout effacer et reprendre son existence depuis le début là où tout a commencé pour lui. Remédier dans un premier temps à son vide professionnel en se forçant à reprendre des études par exemple, il sait que son père approuvera. Le truc certain c’est qu’il va devoir charbonner car ses parents le laisseront jamais revenir à la maison pour glander, et c’est aussi clairement dans son intérêt de trouver quelque chose à faire car il a remarqué que son trouble prenait beaucoup de place quand il avait du temps à revendre - et forcément à passer sur les réseaux. Roma elle se voit pas trop quitter Londres de son côté, et il suppose surtout que la question n’a pas encore été évoquée avec l’italien du fait de leur histoire hyper récente. Il veut pas trop forcer sur le sujet Carl, même si en interne sa curiosité s'emballe vu qu’il manque encore de beaucoup d’infos sur le tout nouveau couple du chalet. La suite pour eux deux il se demande bien à quoi elle pourrait ressembler, en admettant qu’en fait il y ait une suite car même ça il en sait rien. « Et Gianni il pourrait quitter son Italie tu penses ? » Il n’ira pas poser directement la question au gars car flemme d’initier une conversation avec lui. Carl moins il se coltine Gianni, sa trop belle gueule et ses cheveux gominés et mieux il se porte. La voix de Roma retentit à nouveau dans les jardins et il se raccroche automatiquement à son regard quand il entend son prénom. Elle revient sur les nominations qu’elle lui a filé alors qu’il pensait pas que le sujet serait évoqué aujourd’hui, ça le prend de court et dans un premier temps tout ce qu'il peut faire c'est l'écouter. Il étire un faible sourire tandis qu’elle amorce la chose en supposant qu’il lui en veut, et il remue doucement la tête. « Juste un peu déçu. À ce stade j’en veux vraiment plus à personne. » C’est important pour lui de prendre le recul nécessaire sur tout ça sachant qu’il est en demi et que sa place aujourd’hui il la risque au même titre que n’importe qui. « Mais ça m’a fait un truc au cœur oui, j’te cache pas. » il précise car évidemment dimanche ça l’a heurté, principalement sous l’effet de la surprise car le nom attendu ce soir-là n’était pas du tout le sien. Venant d’un Costa ou d’un Gianni il aurait plus compris. « Je pensais pas que ton nom ressortirait quoi surtout, même si j’avais pas forcément conscience non plus que tu me nominais. En fait je sais pas trop, c’est pas le truc le moins logique du monde quand j’y pense et maintenant que tu me le dis mais je crois que j’aurais juste préféré pas le savoir. » Il entend bien qu’elle était pas mal intentionnée et franchement il n’en a pas vraiment douté, parce que ça reste Roma et que face à lui elle a toujours été bienveillante même lorsqu’elle a voulu lui confisquer sa tablette en endossant avec lui un rôle qui n’était pas trop le sien. Comme elle dit il la connaît assez bien pour savoir qu’elle se prête pas au jeu des nominations et du reste par plaisir. « On est pareils là-dessus Roma, j’ai vraiment détesté devoir nominer des gens chaque semaine. Donner des haches aussi, c’est l’aspect du jeu que j'ai le moins aimé. » Alors en ça il peut que la comprendre, et s’abstenir de juger car c’est beaucoup plus recevable pour lui que les arguments de ceux qui prétendent jouer mais le font avant tout sans le moindre scrupule. Roma elle laisse entendre un truc qui le cloue un peu sur place, une allusion au fait qu’elle se rappellera toute sa vie de lui. Ça le perturbe autant que ça le touche, en fait. « T’es en train de me dire que tu m’oublieras jamais ?.. » il demande d’une petite voix en osant à peine la regarder dans les yeux, de peur peut-être d’y lire qu’elle n’est pas vraiment sérieuse et de se faire encore tout un tas de films. Enfin sur le moment il veut quand même y croire, Carl. « Pour moi c’est pareil tu sais ! Je penserai toujours à toi quand je ferai des crêpes maintenant, d’ailleurs le truc de la fleur d’oranger je le ferai découvrir à ma maman quand je la verrai. J’espère lui redonner envie de cuisiner un peu. » Il affiche un air mi-amusé mi-triste en étant pour le coup hyper sérieux. Il gardera un truc ancré en lui pour toujours de chaque personne rencontrée ici, cette aventure elle continuera d'exister longtemps dans sa petite tête malade même une fois terminée et il n'oubliera rien ni personne Carl. C'était beaucoup trop intense comme expérience, il peut qu'être marqué à vie après tout ça le bonhomme. « T’es gentille de prendre le temps de m’expliquer Roma, t’étais pas du tout obligée de faire ça. » Et de son côté il ne serait pas venu les réclamer ces explications, il estime ne plus avoir trop le droit à ce stade de demander des comptes aux autres alors que l’enjeu c’est plus du tout les nominations qu’ils se sont mis dans les pattes aujourd’hui. « J’ai conscience d’avoir été un choix facile pour pas mal de gens surtout après ma demi-révélation, et aujourd’hui j’ai même plus besoin de faire la distinction entre ceux qui me nominaient un peu par dépit et ceux qui voulaient vraiment me faire sauter. Ça compte plus trop maintenant et je vais pas laisser la prod me retourner le cerveau avec ses stats hein. » C’était le but dimanche de les foutre encore dans le mal avec ces bilans mais Carl il en a marre d’être aussi bon client des actions sadiques de la prod. Il s'est trop laissé miner pendant des semaines, prime après prime, désormais il veut se tourner vers demain et pas vers des trucs sur lesquels plus personne n’est censé se justifier. À quoi bon, puisque c’est fait et qu’ils ne pourront rien y changer. « Je t’en veux pas, je le redis au cas où, et moi aussi je t’apprécie beaucoup. » il ajoute dans un sourire qui s’élargit alors qu’il improvise une petite étreinte avec Roma. Et ses yeux sont déjà un peu humides quand il se défait d’elle. « La vache je crois que je vais beaucoup pleurer quand il faudra tous vous quitter.. » il glisse dans un petit rire nerveux et d’une voix chancelante qui peut rompre à tout moment. Mais contre toute attente il prend de l’avance le bonhomme, l’instant d’après le voilà qui sanglote comme un enfant avant de craquer complètement et de vraiment tout lâcher. Il retient pas ses larmes Carl puisqu’elles sont là, il craint plus tellement à ce stade de sombrer devant Roma et de rappeler à tout le monde qu’il a pas les épaules pour surmonter les gros chamboulements comme ceux à venir. C’est que la deuxième fois en l’espace de huit semaines qu’il pleure devant quelqu’un, toutes les autres fois il l’a fait dans son coin sans témoin mais là ça sort trop vite, il a pas le temps de se soustraire à la vue de Roma pour déverser tout ça aux toilettes ou au confess. C’est des larmes de peur plus que de tristesse, parce qu’il commence à avoir vraiment la trouille en pensant à la sortie qui est si proche. Il est pas prêt Carl, cette aventure il a pas envie qu’elle s’arrête.

_________________
"Come on Superman,
say your stupid line"

Revenir en haut Aller en bas
Roma
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12051-romahttps://www.throwndice.com/t12053-roma 
private traps (mercredi, 17h15) Empty
Message (#) Sujet: Re: private traps (mercredi, 17h15) — Mar 21 Juil - 0:02

Elle était tranquillement entrain de lire quand Carl s’est installé à coté d’elle, mais pas pour autant réfractaire à une conversation. Après tout le livre lui serait toujours là, alors que d’ici quelques jours, semaines, ils ne seront plus en Autriche et n’auront plus le loisir de se voir tous les jours. Alors elle pouvait sans soucis quitter des yeux son bouquin pour se concentrer sur Carl qui semblait avoir envie de discuter. En plus, elle savait déjà qu’il avait encore le dernier prime en tête. Elle le voyait bien dans son attitude qui n’était plus vraiment la même, sans pour autant qu’il soit entrain de la fuir. Ce serait certainement l’occasion d’éclaircir certains points avec lui. Il lui parle alors de l’Irlande, de sa famille. Il envisage l’idée de revenir chez lui et elle est un peu étonné, parce qu’elle l’avait assez facilement imaginé comme l’électron lire de la famille qui tenté de s’émancipe d’un environnement pas vraiment facile. Alors elle le questionnait pour savoir ce qui l’attendait vraiment et si sa famille lui manquait. Il est perdu Carl. Elle le sent bien. Elle hoche la tête à la positive quand il remet sur le tapis cette histoire d’anniversaire de mariage de ses grands-parents. « Pourquoi tu est partis exactement ? » Elle ne croit pas en avoir parlé avec lui depuis le début. Peut-être qu’elle a loupé l’info après tout. Parce que l’histoire du job lui semble être que l’aspect émergé de l’iceberg. En ce sui concerne ses grands-parents elle est persuadée qu’ils ne lui en tiennent pas rigueur. « Tu sais en grandissant, en vivant notre propre vie, on finit toujours par manquer certaines choses. On ne peut pas être toujours présent, il faut faire des choix. Tu as peut-être loupé leur anniversaire de mariage, mais dis toi que c’était pour une bonne cause. Et puis je suis sûre que tu aurais l’occasion de partager d’autres moments importants avec eux. » Pas forcément un anniversaire, peut-être juste une journée basique qui aura le gout de l’exceptionnelle avec le temps. Il lui avoue qu’ils lui manquent tous. « Peut-être que tu devrais déjà leur rendre visite avant de te décider à retourner vivre avec eux pour de bon ? » Elle suggère, parce qu’elle aimerait qu’il puisse garder sa liberté si c’est ce qu’il souhaite. Elle essaye de le rassurer en supposant des choses qui ne sont peut-être pas vraie dans les yeux de Carl, mais elle elle l’a vu évolué depuis le début ici. Et même si ça n’a pas toujours été facile, elle ne doute pas qu’une fois dehors elle ne sera pas la seule à ne pas oublier Carl. Il a sa place ici, même s’il ne semble pas comprendre qu’il l’a trouvé, qu’elle était là devant ses yeux, qu’il n’avait qu’à la prendre et l’assumer. « Tu dis que tu n’a jamais trouvé ta place nulle part, pourquoi d’un coup tu la trouverais en retournant chez toi ? Je pense que c’est possible, si tu rentres par choix et pas part dépit. » Elle tente, sans trop avoir si elle choisit les bons mots pour lui donner le fond de sa pensée. « Tu es partis depuis quoi deux ans ? Je pense qu’il est important que tu vives ta vie Carl. Ne retourne pas chez tes parents simplement parce que c’est rassurant, que c’est plus facile que de persévérer tout seul. » Peut-être qu’elle est trop indépendante pour lui donner les bons conseils Roma. Peut-être qu’elle transpose trop à sa propre histoire et qu’elle le vivrait tellement comme un échec de retourner chez ses parents, ses filles sous les bras, ou chez son mari de nouveau la bague au doigt. C’est juste pas envisageable. « Je pense que t’as besoin de rentrer les voir oui, mais n’en fait pas quelque chose de permanent. Je suis sûre qu’il y a pleins de choses pour toi qui t’attendent dehors, peut-être pas à Brighton. Peut-être à Londres ? » Elle propose non sans une idée derrière la tête. Parce qu’elle pourrait être son repère, entre deux aller-retour chez sa famille pour se ressourcer. Sa question sur sa relation avec Gianni lui arrache un sourire. Bien qu’elle met en évidence certaines choses dont ils n’ont fait qu’effleurer pour le moment, vu le statut encore nouveau de leur relation. Est-ce que Gi pourrait quitter son Italie ? « Je sais pas, je lui demanderait pas de le faire en tout cas. » Elle veut pas le déraciner. Elle sait trop bien ce que ça fait. Et bien qu’elle a une vie bien à elle à Londres, elle comprend parfaitement ce que ressent Carl, parce qu’elle pense souvent à ses racines à New-Delhi. Et elle donnerait beaucoup pour pouvoir y retourner de temps à autre dans une famille apaisée. Elle finit par mettre sur la table le sujet des nominations. Elle s’imagine qu’il lui en veut ou du moins qu’il est déçut. Et il confirme tout en insistant sur le faite que ça lui a fait quelque chose de voir le prénom de Roma associée à la personne qui l’avait le plus nominé. Et bien sûr ça fait de la peine à Roma de l’entendre dire. Elle comprend, qu’il aurait aimé ne pas savoir. Mais elle ne l’a pas fait de gaité de coeur, même si elle ne le regrette pas parce qu’elle a fait ses choix avec sa conscience tout en s’imaginant que ça pourrait sortir à tout moment. Bien sûr elle n’avait pas vraiment conscience d’avoir proposé son nom aussi souvent aux nominations, parce qu’elle n’avait pas à coeur de s’acharner sur lui. C’était souvent un choix par défaut. Il n’a pas aimé devoir se farcir les nominations lui non plus. Il peut comprendre donc. Elle embraye sur des confessions désarmante dont elle a le secret. Le genre de trucs qui sort du coeur et qu’elle ne réfléchit pas vraiment, sans se dire que ça pourrait avoir un impact sur Carl. Elle le dit simplement parce qu’elle le pense, que l’image lui réchauffe le coeur. Et elle est un peu surprise qu’il soit étonné justement. Parce que bien sûr qu’elle ne l’oubliera jamais. « Comment veux tu Carl que je t’oublies ? » Impossible. « Tu n’es pas juste de passage. Tu es inoubliable. » Il n’a pas conscience du gars qu’il est ou qu’il peut être quand il met de coté ses obsessions pour des nanas aux longues gambettes. Elle est attendrit par ce qu’il lui dit par la suite, sur les crêpes, la fleur d’oranger et sa maman. « Je te donnerais mon numéro de téléphone, je veux absolument que tu m’envoies une photo quand tu referas des crêpes avec ta mère. » Elle lui dit sérieusement, parce qu’elle ne voudrait pas loupé ce moment, sans pour autant être intrusive. Elle aimerait qu’il l’a tienne au courant. S’il le souhaite bien sûr. « Je voulais pas que l’émission se termine et que tu penses que je t’ai jamais réellement apprécié. » Elle lui explique, même si elle a conscience qu’elle n’avait pas l’obligation de lui expliquer ses choix. Elle souhaitait le faire, parce que c’était important pour lui et que par extension ça devenait important pour elle. Et le but semble être atteint, parce qu’il ne compte pas se laisser retourner le cerveau par les statistiques de la production. « Ce qui compte aujourd’hui c’est que tu soi en demi-final, ce n’est pas rien non ? » Peut importe le nombre de nominations sur son dos ou par qui. Roma elle a toujours été entière ici et avec tout le monde. Elle l’accueil dans ses bras avec un petit sourire en coin. L’affection est partagée. Elle remarque ses yeux humides lorsqu’il se détache d’elle et ça la déstabilise un peu. Elle réagit toujours très vite aux larmes Roma, par des larmes encore plus nombreuses. Alors un voile ému se dépose dans son regard, qu’elle tente de contenir le plus possible. Mais quand il évoque la simple idée de pleurer quand il va devoir tous les quitter, elle a vraiment du mal à se retenir Roma. Et quand Carl il craque, elle se retient encore. Voulant être là pour lui, plutôt que de l’inonder à son tour. « Viens-là ». Elle murmure en le prenant dans ses bras, faisant un effort surhumain pour ne pas se mettre à pleurer de concert avec lui. « Si tout se passe bien pour moi, je serais ravie que tu viennes me voir à Londres quand tu veux. Ou bien je viendrais te voir où que tu sois ? Je suis jamais allée en Irlande, j’apprendrais des recettes indiennes à ta mère pendant que ton père auscultera les dents de mes filles ? » Elle se raconte une histoire dans laquelle elle arrive à s’encrée assez longtemps pour ne pas se laisser aller aux larmes. Elle tient bon, pour lui. « Et en attendant, l’aventure n’est pas encore terminée, alors on va profiter de chaque instant d’accord ? » Elle lui propose, caressant l’arrière de sa tête, laissant ses instincts maternels prendre le dessus. Elle s’écarte un peu de lui, prend son visage entre ses mains et à l’aide de ses pouces chassent ses larmes. « Alors chasses tes larmes, sinon je vais pleurer moi aussi. » Elle termine dans un sanglot controlé.

_________________
“Holy as the sunrise Clear as the water. I was so naive To think a man could be stronger than me. I am stronger, stronger.”
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: JARDINS-
Sauter vers: