Partagez
 

 a letter to my younger self (jeudi, 22h10)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
a letter to my younger self (jeudi, 22h10) Empty
Message (#) Sujet: a letter to my younger self (jeudi, 22h10) — Mar 14 Juil - 19:44

A LETTER TO MY YOUNGER SELF.
W / @Santo

Cette soirée improvisée avec Santo, elle avait commencé autour d'une bière dans le chalet et elle se poursuivait maintenant sur la place d'Hallstatt, où même deux grands garçons comme eux n'auraient pas pu résister aux senteurs qui émanaient du stand de confiseries, surtout cette semaine où ça pourrait très bien être l'une des dernières fois qu'ils y faisaient escale. Partant de là, ils pouvaient bien se faire un peu plaisir. « On fait quoi, des tonnes de provisions avant la fin ou on est gentlemen et on partage avec les filles ? » Il glissa dans un petit sourire, songeant que ce serait pas la pire raison de s'arrêter au stand de Klaus et que les filles, Roma et Kara en tête, n'iraient sûrement pas se plaindre qu'ils s'attardent un peu par ici si c'était pour revenir les bras chargés de trucs qu'ils regretteraient tous d'avoir mangé demain. « C'est dingue, ce village je pensais pas que ça me ferait quelque chose de devoir bientôt le quitter. » Il souffla pensivement, laissant son regard retomber sur le paysage. On parlait beaucoup du chalet, mais ce cadre il les accompagnait depuis le début et chaque fois qu'il observait ces rues et ces bâtisses, il se rappelait que des gens vivaient derrière ces murs bien avant qu'eux n'y mettent les pieds. « J'espère que l'émission fera bondir le tourisme dans le coin. Ce serait la moindre des choses après qu'une équipe de télévision les ait envahis pendant plusieurs mois. » Et Gianni, il était d'autant plus sensible à la question qu'il connaissait bien ce genre d'endroits, encore relativement épargnés par le tourisme de masse. Il l'avait dit à ses débuts dans l'aventure, par bien des aspects il lui rappelait celui où il avait grandi, parce que La Puglia, c'était une région encore préservée, qui n'avait pas grand chose à voir avec ces grandes villes qui attiraient des millions de visiteurs à l'année. Les gens venaient pour la mer, pour la beauté des paysages et l'histoire derrière chaque brique, et c'était un peu ce qui lui inspirait Hallstatt depuis qu'il avait posé un pied ici pour la première fois. « Encore bravo pour le secret de Micha, frate. Tu comptes finir en beauté et tenter un dernier buzz ? » Il croisa son regard avec malice, parce que c'était un petit jeu entre eux depuis plusieurs semaines. Gianni, il savait bien que Santo estimait manquer d'éléments le concernant, mais il savait aussi que ses talents d'enquêteur n'étaient plus à prouver et que pour ça il avait mérité de pouvoir buzzer sans trop se mettre de pression.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
a letter to my younger self (jeudi, 22h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: a letter to my younger self (jeudi, 22h10) — Jeu 16 Juil - 23:24

Il en était à peu près à sa dixième bière de la journée là le blond. Ca avait attaqué sec cet après-midi avec Louis au bord de la piscine, et une bière au soleil en appelant une autre l'histoire s'était perpétuée jusqu'à croiser Gianni. Sans trop savoir comment ils s'étaient retrouvés sur la place principale d'Hallstatt avec l'idée bien précise d'aller emmerder le vieux Klaus. Tu sais que je lui ai offert une bouteille de limoncello au début de l'aventure. C'était le genre de trucs improbables qu'il avait embarqué dans sa valise, au même titre qu'un pola chiné à Little Haïti la veille de son départ. En fermant le bar pour la dernière fois derrière lui il s'était dit que quitte à ramener une bouteille il marquerait le coup en ramenant une bouteille typiquement napolitaine. Et sans trop savoir comment, de fil en aiguille, il l'avait refilée à Klaus. Klaus tu nous sers deux verres ? Son sourire s'était agrandi dans la nuit autrichienne, alors même qu'il braquait son regard vers celui de Gianni. Frate, ce stand me rappelle tellement les bords de mer de chez nous. Il devait visualiser, Gi', les senteurs de noisettes caramélisées et le pétillant des barbes à papa. C'était typique des promenades le long des côtes, qui s'animaient au coucher du soleil. D'un endroit touristique à un autre endroit touristique, les références étaient semblablement les mêmes. Mais plongé dans le silence d'Hallstatt, avec les montagnes qui se dressaient en unique paysage, le décor avait effectivement son petit charme. Il avait levé son verre face à son pote, se délectant de l'idée de plonger ses lèvres dans la liqueur glacée. Dix jours et c'est fini. La réalité, elle était là. Santo il n'arrivait pas à se concentrer sur la beauté d'Hallstatt, sur la vie des villageois et sur les perspectives de développement du tourisme. Il était bien trop focus sur sa petite histoire, au milieu de tout ça. Tu fais quoi, tu restes, si tu passes par en finale dimanche ? La question était d'autant plus important que lui devait penser pour deux. Santo, si Cos passait mais pas lui, il aurait forcément la tentation de refoutre ses pieds en premier, en Italie. Histoire d'assouvir cette pulsion qui le guettait depuis cinq ans. Mais en même temps ils s'étaient plus où moins promis un truc, tous les deux. D'arrêter de se tirer dans les pieds et d'affronter leur vie ensemble. Alors ça l'attaquait, façon montagnes russes d'émotions. Et s'accrocher aux pensées de Gi' c'était aussi une façon de se déconcentrer des siennes. Surtout quand il le provoquait, comme ça, sans ménagement. T'attends que ça, non ? Son sourire s'était fait plus vif et il s'était sorti une clope, relevant assez vite les yeux vers le regard du brun. Je voulais pas trop tâter le buzzer en début de semaine, tu sais, pour laisser un peu d'espace aux autres... Il jouait la fausse ironie alors que c'était lancé dans une nonchalance évidente. Il savait pertinemment que ça les emmerdait, ces coups de buzz à répétition, mais il n'avait jamais empêché personne d'affronter le confess. Un dernier argument pour me faire flancher ? Lèvres pincées, il le provoquait à son tour. Un argument qui lie ce que j'ai déduit sur toi la semaine dernière, avec ce qui justifie la présence de ce monsieur, à Londres. Et là, il attaquait sec. Mais quitte à gratter du terrain il préférait abattre un peu de ses cartes, le blond. Comme il le faisait là, en déduisant le sexe de cette fameuse personne dont l'identité n'avait jamais été dévoilée. A voir si Gi' le suivrait, cette fois-encore.

_________________
a letter to my younger self (jeudi, 22h10) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Gianni
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t12109-giannihttps://www.throwndice.com/t12052-gianni 
a letter to my younger self (jeudi, 22h10) Empty
Message (#) Sujet: Re: a letter to my younger self (jeudi, 22h10) — Dim 19 Juil - 19:22

Gianni lança un regard amusé à Santo suite à sa confession, parce qu'il était bien celui qu'il imaginait le plus offrir une bouteille à Klaus à peine un pied posé à Hallstatt et que le commerçant, de son coté, n'avait sûrement pas du se faire prier pour l'accepter. « Et du coup je suis sûr qu'il attendait d'avoir l'occasion de te remercier en épuisant son forfait et en votant pour toi. » Il glissa dans un sourire en coin. « Hyper malin, frate. Je m'incline. » Il s'amusa, songeant que si c'avait vraiment du être une stratégie mûrie de longue date ça tiendrait du génie. Santo demanda alors à Klaus de leur servir deux verres de la bouteille en question, une proposition que Gianni n'irait pas décliner ne serait-ce que parce qu'il était trop content de retrouver un peu des saveurs de chez eux. Une pointe de nostalgie aussi entretenue par la prochaine remarque du napolitain, qui lui tira un sourire des plus doux. « Quand il fait beau comme ces jours-ci, la mer et les criques me manquent. » Il avait jamais caché qu'il s'y était toujours senti comme un poisson dans l'eau, littéralement, parce que nager lui procurait depuis gamin un bonheur et une sérénité particulières. Il avait appris à remplir sa vie d'autres choses et savait qu'il ne vivrait pas indéfiniment au bord de la mer, mais il se rappelait comme si c'était hier du jour où il avait eu son permis et s'était acheté sa première voiture rien que pour descendre à San Pietro et y nager quelques heures. « Tu ressens uniquement de l'impatience à l'idée de bientôt retrouver l'extérieur et tout ce que ça implique, ou y'a aussi un peu d'appréhension ? » Il demanda, en vrillant son regard au sien. Il savait bien que Santo avait hâte d'accomplir ce pour quoi il était venu et que s'il comptait les jours c'était pour cette raison, mais il se demandait s'il n'y avait vraiment que ça ou si quelque part, une partie de lui se voulait moins sereine face à cette fin inéluctable. « Oui, je pense. Si Roma passe en finale, je resterai pour la soutenir. » Et parce qu'après lui avoir promis qu'elle serait pas seule dehors, ce serait la plus belle preuve de soutien qu'il pourrait lui donner, de rester avec elle pour ses derniers jours dans l'aventure si elle atteignait cette finale. Il serait super fier, Gianni, et il savait aussi que ce serait pas déplaisant de rester un peu plus longtemps avant de quitter cet endroit pour de bon. « Toi, t'as réfléchi à ce que tu feras selon le cas de figure ? » Si Costa atteignait la finale et pas lui, ou si aucun ne se qualifiait. Il avait sûrement déjà retourné ça des dizaines de fois dans son esprit le connaissant, et rien que pour qu'il n'ait pas vraiment le choix Gianni espérait d'autant plus que Santo passe en finale et que la question se règle d'elle-même. « C'est quoi le plus important : que t'atteignes la finale, ou que Costa l'atteigne ? » Il l'imaginait facilement préférer que Costa se qualifie parce qu'il connaissait son attachement pour lui, mais d'un autre coté Santo était le candidat le plus joueur de cette saison. Sa détermination dans la chasse en secrets l'avait prouvé, et c'était aussi un trait de sa personnalité sur lequel Gianni jouait consciemment depuis quelques temps, en le mettant sur la piste de ce qu'il cachait et en s'amusant avec Santo des théories qu'il commençait à nourrir. « C'est que je me suis pris au jeu, tu comprends. » Il glissa dans un sourire entendu, et parce qu'il trouverait grisant d'être buzzé juste avant la fin, alors que son secret n'avait jamais été inquiété. « Moi je suis sûr que le buzzeur commence à te manquer, comme en plus tu sais qu'on risque pas de t'appeler au confessionnal cette semaine... » Grâce à cette enchère qui lui avait permis de se protéger d'éventuels derniers buzzs et lui garantissait ainsi de révéler son secret dimanche comme il devait l'espérer depuis le départ. « Ça doit être super grisant, de savoir que finalement ton secret tu l'auras protégé jusqu'au bout. » En dépit de l'attention qu'il avait suscité ces dernières semaines et que Santo avait entretenue, et les buzzs de Rosamie qui semblait détenir plus d'éléments que n'importe qui. La suite lui tira un petit sourire joueur. « On sait tous les deux que si y'a bien un lien, t'aurais aucune envie que je te facilite trop les choses. » Il glissa d'un air complice, pas surpris qu'à ce stade Santo avance ses pions plus frontalement et lui fasse part du sens que prenaient ses théories. « Tu penses que ce que t'as déduit est important, dans l'histoire ? » Ce qu'il avait soulevé et que Gianni n'avait pas nié, la semaine passée. Il savait que Santo s'interrogeait sur ce qui pouvait ou non être la clé de l'énigme entre ce qu'il commençait à percevoir du puzzle. « En tout cas t'as raison, c'est bien un homme. » Il releva son regard souriant vers le sien, content de pouvoir lui confirmer ce détail-ci, sans savoir si dans l'esprit de Santo il avait vraiment de l'importance ou s'il espérait surtout tester sa réaction. « Je dois en conclure que t'as laissé tomber la piste de l'américaine ? » Ça, c'était pour le taquiner gentiment, parce que c'était un sujet souvent revenu dans leurs échanges et qu'il savait que ça l'avait un peu perdu, cette histoire qui semblait à la fois essentielle et pas tout à fait reliée à sa vie d'aujourd'hui. Il pouvait voir dans le regard de Santo qu'il fourmillait d'idées, et ça le rendait irrésistiblement curieux.

_________________

☾ we’re all kind of weird
and twisted and drowning.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: STAND DE CONFISERIES-
Sauter vers: