Partagez
 

 flash (jeu. 15h00)

Aller en bas 
AuteurMessage
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
flash (jeu. 15h00) Empty
Message (#) Sujet: flash (jeu. 15h00) — Jeu 16 Juil - 19:56

@Santo
Il vient de se faire une petite tête dans la piscine, histoire de se rafraîchir des dernières chaleurs. Maintenant que sa présence n’implique plus aucun enjeu il se fait un peu chier Louis, n’ayant plus d’intérêt à jouer le jeu de la colo bon enfant. Il s’occupe avec Cam et forcément lorsqu’elle décide de vaquer à ses obligations de candidate encore en liste il se retrouve solo à se faire chier ou à squatter la compagnie de Lejla, Cos ou Santo. Celui-là même qui devait le rejoindre à la piscine incessamment sous peu dixit leur conversation du midi tels deux ados planifiant un aprem farniente dans le jardin de l’autre. S’extirpant de l’eau, il croise le regard gris du rital qui débarque. « J’allais me chercher une bière, t’en veux une ? » il propose en filant sans trop considérer sa réponse tellement elle lui semble évidente. De retour avec une bière fraiche décapsulées au préalable dans chaque main, il s’assoit tranquillement sur le bord de la piscine de l’eau jusqu’aux tibias avant d’assener son petit jugement. Une broutille mais il fallait bien que quelqu’un lui dise. « T’as craqué le frère. » il constate à l’égard de sa chevelure blonde rasée à l’arrache. Clairement l’hôpital qui se fou de la charité mais Louis, à la limite, c’était encore propre son affaire. Santo on dirait un gosse qui a volé les ciseaux de cuisine pour s’improviser coiffeur. « C’est pour te remettre dans un mood napolitain ? » Parce que la belle crinière d’or c’était un peu plus Miami bitch style que Napule la dangereuse. « Askip t’as eu peur pour tes fesses. » il note, faisant tinter sa bouteille contre la sienne. Louis il n’avait rien capté à leurs histoires de prime, ne l’ayant suivi que par les infos que Jill lui rapportait en direct et il avait cru comprendre en biais que Santo s’était arraché à un duel sans pitié pour immuniser son secret. Le seul moment où il s’y était réellement intéressé était lorsqu’était enfin venu le moment d’annoncer les demi-finalistes, instant très court puisque Cami avait rapidement été annoncée. Ah si, il s’était bien marré à regarder l’arrivée de Lejla comme si elle était devenue un personnage fictif télévisuel éloigné de sa réalité. « C’est pas avec Rosa que tu risques d’être en danger. » Ça l’avait fait rire de la voir s’activer au dernier moment alors que c’était à peine si elle avait retenu leurs prénoms en deux mois. Il laisse trainer un petit rictus, portant le goulot à ses lèvres. Louis il se sent le besoin de raconter n’importe quoi depuis qu’il est revenu, son tour dehors ça lui a donné de l’énergie à revendre à l’image de celle des premiers jours. « Jill t’embrasse bien tendrement au fait. » Absolument pas mais pour le peu qu’elle voit ça, partie à Londres, à Paris ou on ne sait où avec son mec kleenex tant réclamé, ça lui faisait plaisir au français.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
flash (jeu. 15h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: flash (jeu. 15h00) — Ven 17 Juil - 19:30

Elle passait beaucoup trop lentement, cette semaine. Malgré le retour des anciens et malgré le climat de fête qui se dessinait dans la baraque, un truc lui travaillait le mental. C'était sans doute à cause de sa châsse aux secrets qui s'était calmée, brutalement entravée par l'abandon du mystère Carl et le (pour l'instant) non-buzz de Gianni. Santo il perdait ce petit repère habituel qui avait marqué ses semaines. Y'avait aussi le fait de ressasser encore et encore son petit discours de dimanche. Ca le rendait aussi euphorique qu'appréhensif. A ce stade il avait du mal à imaginer que rien n'ait été compris ou anticipé, à Napule. Il était dans un état de suspicion permanent, le blond, un peu trop connecté à sa tablette, dans l'attente d'une quelconque mauvaise nouvelle qui viendrait redessiner leurs plans. Son visage s'était inévitablement fendu d'un sourire à la question de Louis, tandis qu'il se séparait de son tshirt, lâchement jeté sur un transat'. Il s'était rapidement glissé dans l'eau, réceptionnant la bière au bord de piscine, appuyé sur ses coudes, dans une position parfaite de bronzette passive. Ca fait voyou. C'était rétorqué avec son sourire de môme, regard clair braqué sur la gueule moqueuse de Louis. Dixit Lejla. Et l'idée lui allait bien. Santo il avait régulièrement flirté entre ses longs cheveux lisses et ce crâne de Hooligan, depuis son adolescence. On m'reconnaîtra moins dans la rue comme ça. Il jouait volontairement l'ambiguïté autour de cette fausse notoriété. Y'avait les petites meufs, celles-là mêmes qui crachaient la fierté napolitaine exacerbée. Mais y'avait aussi tout le reste. Et c'était un peu à tout ça qu'il pensait en avalant une gorgée de bière après s'être marré à la remarque du brun. Franchement être pépère la dernière semaine c'était pas de refus. Il avait moins peur de Rosa que d'un esprit revanchard made in Michaela, à vrai dire. Santo il savait qu'à ce jeu elle pouvait très bien décider de venir l'emmerder, la sud-africaine. Surtout avec sa somme de buzz gratuits à disposition et le seum pour sa cagnotte à sec. Ca nous laisse le temps de préparer le show. Et sur ça il déconnait qu'à moitié, le blond. Cos et Santo ils avaient toujours visualisé leur révélation comme un petit moment de théâtre, bien plus qu'une histoire à dérouler. Ce truc, ils le faisaient pour eux avant tout. Et ceux qui espéraient des réponses seraient forcément déçus. Le pourquoi ne serait jamais compris. Le comment serait sans doute jugé. Mais c'était clairement la moindre de leurs préoccupations. Et en parler aussi librement face à un Louis qui devait s'être résolu à comprendre le fond de vérité, ça le faisait limite marrer. J'aurais jamais pu te buzzer. Il avait lâché en écho à cette discussion sous-entendue. Pourtant c'était un petit pacte qui s'était tissé aussi naturellement que cette décision de venir chiller à la piscine. Elle revient dimanche ? La question se réduisait à ça. Franchement Santo il avait lâché l'affaire face à elle. C'était pas faute d'avoir cherché à atténuer sa petite haine gratos. Maintenant il s'en battait pas mal les couilles. T'as réussi à capter ce qu'elle cache ? Un lien avec la prod ? Le truc lui avait pas mal titillé l'esprit au fil des semaines mais il s'était retenu de poser n'importe quelle question parce qu'apparemment c'était mal vu, à ses yeux, d'être un minimum curieux.

_________________
flash (jeu. 15h00) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
flash (jeu. 15h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: flash (jeu. 15h00) — Sam 18 Juil - 10:56

Santo depuis le début il a cette fierté qu’il identifie, dans sa réalité à lui, à celle d’un mec de banlieue revendiquant fièrement les couleurs de son 9-insérez la variante. Louis il capte qu’il tire un certain plaisir à s’identifier voyou et ça le fait sourire parce que les voyous de Lejla et ceux de Santo ils ne doivent pas s’élever au même degré de criminalité. « Elle vit avec des poneys, un rien l’effraie. » il cale un peu railleur, sachant qu’il aurait dû esquive un coup de poing faiblard si la concernée avait été présente. « Y en a pas quarante des napolitains blonds aux yeux gris non ? » il relève avec un sourire en coin parce que la fame qu’ils expérimentaient tous à différents degrés et de différentes manières ce n’était pas un crâne rasé qui allait la lui faire éviter. D’autant plus qu’il avait procédé deux semaines avant que les caméras n’arrêtent de tourner, cqfd. « C’est contradictoire de vouloir passer incognito après une télé-réalité j’sais pas si t’es au courant. » il précise in case avec son pragmatisme de petit con. Santo il a pris un peu cher avec toutes ses confront’ en rafales, un prêté pour un rendu compte tenu de ses propres buzz. Même Rosa avait abandonné l’idée de Costa pour se mettre sur son dos. « Tu l’auras bien mérité. » et l’éclaboussure qu’il lui balance avec son pied aussi. Il ricane Louis, imaginant les deux napolitains en pleines répétitions sur le dialogue de leur révélation parce qu’il est sûr à 200% qu’ils en sont là. « Vous allez vous renvoyer les dialogues et tout ? » il questionne parce que ça le ferait marrer de les imagnier investis à ce point. « On aura le droit à une mise en scène ? » il braque son regard sur le frate, un petit sourire en coin. « Ou c’est trop dangereux ? » il enfonce le clou, Louis, ça l’éclate. Quant à lui il aurait bien aimé qu’on vienne le défier dans un confess’, peut-être qu’il avait été trop généreux ou que le manque d’indices en avait découragé certains. Il n’avait pas trop compris pourquoi il demeurait parmi les rares non-buzzés de la saison avec Cami alors que la piste de leur relation était le plus gros indice qui puisse avoir été donné, et ce d’entrée de jeu. Il avait pensé subir un énorme désavantage lorsque tout le monde avait enfin capté leur liaison mais que nenni. « Dommage. C’était facile. » il constate avec grande simplicité avant de ricaner doucement derrière le goulot qu’il porte à ses lèvres. « Même si je t’ai menti. Une fois. » Il glisse en écho juste pour s’amuser de la parallèle, coulant son regard sur le napolitain. Santo et Louis ils avaient eu une défense similaire dans différentes mesures, expliquer les choses en préservant les parts d’ombre, contourner les détails clés et balancer un mensonge décisif pour renvoyer l’autre à mille lieux. Si le français s’était buté à chercher le secret de Santo c’était incontestablement lié à son entêtement chronique, doué pour s’épuiser dans l’acharnement. « Normalement ouais. » Jill elle vivait sa meilleure vie de môme émancipée là, façon amourette estivale. « Mais qui sait. Elle a mis le grappin sur un pote, le gars s’est fait ensorceler j’ai pas compris ils sont en voyage je ne sais où. » il confesse dans un certain désabusement. « Tu la connais, p’tête qu’elle va décider que personne ne mérite son retour. » il ricane parce que c’est du brat level pro. « Elle lâche rien c’est une teigne. » le petit trio plagiste avait acté de ne pas se révéler leurs secrets, pour le plaisir du suspens et de la révélation, mais Louis ça ne l’avait pas empêché de creuser en espérant délier les langues au détour de quelques rhum/coke. « Mais j’pense pas qu’elle ait cherché à le cacher, juste qu’on en était super loin. A mon avis son secret c’est un truc random. » Parce qu’il avait capté que le secret de Jill il était de la même trempe que le sien et sûrement aussi de celui de Maci. Pas scandaleux, pas révolutionnaire. Y avait cette team qui s’était retrouvée là pour un intérêt délié de toute gravité et ça, en tant que concerné, il l’avait capté. « Tu l’imagines infiltrée ? » il demande, curieux d’une perspective à laquelle il n’avait pas du tout songé de son côté. « Envoyée pour t’emmerder. » il se marre parce que le pauvre il a pris cher.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Santo
Voir le profil de l'utilisateur   
flash (jeu. 15h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: flash (jeu. 15h00) — Lun 20 Juil - 22:13

C'était cool de retrouver cette légèreté des premiers jours, en bord de piscine, avec Louis. Un remake en duo de la préparation de la grande opération Roma-gate et des multiples jets d'eau qui s'en étaient suivis. Santo il essayait de faire en sorte que le temps s'écoule plus vite, mais à force de parler de l'après, de tirer le bilan de son aventure et de voir Costa s'enfermer dans ses réflexions, le temps se faisait long. Voir la gueule d'un Louis ça le faisait direct graviter à quelques mètres du sol, dans un semblant d'euphorie non dissimulé. Et ouais, ça le faisait marrer de traiter de sujets aussi simples qu'ils pouvaient être sérieux, au fond. Tu sais pas, peut-être que c'était la débauche son bled. Santo il avait des infos sur Lejla que les autres n'avaient pas et il souriait calmement de cette ambiguïté. Effectivement, j'suis une race rare. Et ça le rendait fier maintenant, le blond. Mais t'inquiètes qu'avec une cagoule, blond ou pas j'ai l'air tout aussi napolitain qu'un autre. Sourire braqué sur la gueule brune du parisien, il jouait clairement de tout ce dont on l'avait affublé. A ce stade Santo il s'en branlait pas mal de faire des sous-entendus douteux. T'en penses quoi je me les teins en vert du coup ? Kara doit bien avoir deux trois colorations en stock. Histoire de jouer encore plus sur la discrétion. Au fond, la discrétion c'était pas du tout ce qu'ils cherchaient, Cos et lui. En bons napolitains ils avaient tout de l'arrogance non dissimulée, parfois étouffée au sein du jeu, parfois éclatante comme depuis quelques jours. L'idée de rentrer au pays, ça lui faisait pousser des ailes. Stronzo. Sa main s'était abattue sur l'épaule de Louis pour feindre de le pousser, après s'être tapé son éclaboussure à la gueule. Mais la guerre d'à qui réussirait à noyer l'autre n'était pas encore déclarée. Là ça tapait d'abord une bière pépère. Non frère mais préparez-vous ça va être long. On a plein de trucs à raconter. Et sur ça il déconnait pas vraiment. Les deux ils avaient cherché un peu dans tous les sens à réduire leur histoire, mais c'était inévitable... Tu nous connais, on est des romantiques, quand on commence à parler de Napule on s'arrête plus. Il avait fait pression sur ses bras pour s'assoir à son tour sur le bord de piscine. T'as vu Cos aujourd'hui ? Bah non, trop occupé à répéter ses tirades. Un vrai homme de théâtre, le frère.  Au fond ils savaient très bien tous les deux que Santo finirait par s'emballer quand lui détaillerait les événements avec une minutie scientifique. Et c'était pour ça qu'ils avaient plus ou moins décidé de qui dirait quoi, comment et à quel moment. Moi aussi c'était facile. Ses lèvres s'étaient plissées, plutôt amusé de cette confession. Ils s'étaient tous pris des murs en cherchant à tisser les liens d'une histoire qu'ils ne comprendraient jamais. Alors que la réalité était simplement criante. Et c'était limite si Santo l'avait pas déjà balancé à voix haute, son secret. Tu m'as menti quand ? En disant que t'avais proposé TD ? Il avait joué à son même jeu, Louis, en lui lâchant une petite chronologie fumeuse sans lier les événements entre eux. Sans expliciter son ressenti à chaque étape de l'histoire. Entre lui et Cam il s'était cramé des neurones, Santo, parce qu'ils jouaient un jeu radicalement différent. Quand Cos et lui s'évertuaient à raconter inlassablement les mêmes histoires avec ce même timbre de voix et cette même fougue palpable, le français et l'israélienne dissimulaient des bribes d'informations dans une nonchalance en miroir. Et c'était trop loin des comportements qu'il connaissait, Santo. C'était trop loin de l'attitude qu'adoptaient ses propres frères. Il s'était assez vite résolu à ne pas saisir l'évidence. A l'image d'une Jill, qui les avait menés en bateau dès le premier jour. Bonne chance à lui. Il avait tendu son paquet de clopes à Louis avant d'en choper une à son tour. J'ai pas compris, la confront' ça l'a fait vriller. Après ça elle m'a juste répété en boucle que je m'intéressais à elle que pour son secret. Et ouais, il pouvait renvoyer des messages contradictoires avec ses buzz à tout va, mais Santo il s'était jamais caché de vouloir jouer. Ca l'empêchait pas de se servir de cette châsse aux secrets pour simplement fouiller sa compréhension des autres. Il agissait comme ça, maladroit et obstiné. Enfin bon j'suis content qu'elle revienne. Et ça lui foutait pas le moindre malaise de balancer ça, tête brûlante sous le cagnard. Alors, vous foutez quoi après ? Ca va vendre moulte vino pour repartir en Amérique du Sud ? C'était cool de les revoir en duo, Louis et Cam. Depuis quelques jours ils se montraient comme ils ne l'avaient pas fait depuis le début du jeu. Et peut-être que ça aussi, ça faisait partie de leur petit deal, mais en tout cas ça leur réussissait bien. Il se rappelait encore de leur discussion au resto, quand le français lui avait avoué sa maladie d'amour post départ de Cam. Qu'une histoire se finisse positivement ça lui allait bien, à son grand coeur de napolitain amoureux de l'amour.

_________________
flash (jeu. 15h00) Hpic8mN
la paranza dei bambini
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
flash (jeu. 15h00) Empty
Message (#) Sujet: Re: flash (jeu. 15h00) — Jeu 23 Juil - 14:59

« Ouais p’tête. » il hausse les épaules en portant le goulot à ses lèvres histoire de clôturer le sujet. Ça le frustrait de ne pas connaître l’entièreté de l’histoire de Lejla, il estimait qu’ils avaient passé un cap avec ces secrets et c’était son idée à elle de les préserver jusqu’à dimanche. Maintenant qu’il n’était plus en course ça avait tendance à le gonfler tous ces mystères, dans son impatience chronique il voulait aller droit au but. Dans le genre, et un contexte tout à fait différent, il y avait aussi Santo. Il ne lui faut pas plus qu’un sourire et un air provocateur pour qu’il rétorque, Louis. « Sur ton scooter, un flingue dans le froc ? » il demande en braquant à son tour son petit sourire sur le blond pour embrayer sur cette dynamique de défi mutuel qu’ils ont eu dès les premiers échanges. « Vert ça fait joker viteuf, plutôt rose pour la version caïd couture dans l’air du temps. » il cale ça là en référence aux mecs supralookés croisés dans le Marais, cheveux teints et rasés. « French touch. » il ajoute simplement. Il se marre de la facilité de leurs échanges, Louis, hochant la tête sur l’idée du roman que les napolitains se préparent à leur conter. « Ouais ça j’avais bien capté. » Il l’avait compris qu’il y avait une masse d’informations importantes dans leur récit, des histoires dans l’histoire. Il avait déjà ouvertement qualifié Santo de dramaturge, en dédicace à toutes ces fois où il avait raconté sa ville en s’enflammant avec un certain romantisme. Ça le butait, Louis, ce côté latin lover présent chez eux qui balançait avec leur individualisme latent. « J’ai cru que j’allais finir par la vomir votre Napule. » il avoue simplement parce que, putain, il en avait bouffé des conversations sur la Napolitaine pour tenter de débusquer ce foutu secret. « C’était aussi votre excuse pour nous tenir à distance, non ? » Lorsqu’une question se faisait trop perso, hop, ça rebasculait sur Naples et sa beauté. « J’suis sûr qu’il répète même la gestuelle et tout. » il se marre, Louis, agitant ses bras comme un grand orateur pour illustrer ses propos. Cos il allait leur sortir un grand discours débordant de charisme et d’assurance, il le voyait d’ici le frérot. Il esquisse un sourire en biais à l’idée de cette pseudo facilité. « J’en ai bien l’impression, ouais. T’as bien joué pour la dernière confront’, c’était kiffant de jouer contre toi. » il tient à lui dire parce qu’avec du recul il avait compris où s’était situé le fameux mensonge et jouer face à un mec qui avait le même jeu, admettant plutôt que de tenir la négation, ça l’avait électrisé Louis. Au fond s’il était dégoûté c’était principalement pour son égo, s’imaginer récupérer une voir deux cagnottes et perdre tout sur une élimination ça l’aurait rendu fou. Au moins il était parti avec une cagnotte à zéro. Santo il capte directement là où lui s’est fait duper et ça l’avait buté, le français, de devoir s’initier à un gros mytho d’autant plus qu’il ne sait pas y faire, trop transparent dans ses expressions. « Ouais. Je l’ai pas proposé, je l’ai imposé. » il glisse avec un petit sourire dans une honnêteté qui ne fléchit pas depuis le début. « Tout le reste c’était vrai. Paris, l’Argentine, la Corse. » il précise car il l’avait senti tiquer là-dessus et ça l’avait fait marrer qu’il se questionne sur le non-sens de son parcours qui n’avait de justification que ses petites lubies perso. « Vous avez confondu pour le baratineur. » il expulse dans un rictus, faisant référence à cet award gagné. S’il s’amusait à raconter des conneries par-ci par-là pour se divertir il n’avait jamais menti à proprement parler, une fois à Santo par nécessité et une autre fois grossièrement à Gianni pour le plaisir de l’emmerder. Pour tout le reste il s’était contenté de laisser les autres reconstituer les bouts de leur histoire sur la mélodie composée par Cami. D'ailleurs, parlant de baratin. « Au fait c'était moi, quand Kai est venu t'emmerder pour ses caleçons. » il glisse dans sourire amusé, parce que y a prescription depuis le temps mais ça l'avait rendu hilare que l'hawaiien ait couru aller régler ses comptes avec Santo. Tirant un cylindre du paquet de clopes qu’il lui tend, la coinçant entre ses lèvres en le remerciant et chopant le briquet pour brûler l’extrémité, il se marre à la réflexion de Santo. « J’crois qu’il a pas capté qu’elle allait lui flinguer le cerveau. » Il fallait un mental d’acier pour survivre à Jill, il l’avait prévenu Val mais c’étaient pas ses affaires, qu’il se démerde. « Meilleur moyen de t’éloigner de son secret, du coup. » Elle avait une stratégie de brat bien rodée et efficace, Louis quand il s’y était essayé ça l’avait saoulé à tel point qu’il avait fini par hausser le ton pour lui signifier qu’elle était chiante. « J’crois surtout qu’elle est beaucoup plus perspicace que ce que t’avais pressenti. Tu voulais lui péter son secret, non ? Normal que ça l’ait saoulée de se faire utiliser. » il glisse en défense pour sa brat de môme. « C’est pas cool de jouer avec les sentiments des gens. » Pour lui en plus d’être super perspicace, Jill avait une des meilleures stratégies parce qu’à l’heure actuelle personne n’y comprenait toujours rien. Et surtout, personne ne savait quoi comprendre. « J’suis sûr qu’elle est saucée là. » il vrille son regard vers une caméra en dédicace à Jill qui doit capter cette petite déclaration affective de la part de Santo. Le napolitain il balance la question à dix mille, celle dont il n’a pas la réponse. Il est un peu paumé Louis l’air de rien mais il fait genre de rien parce que comme d’habitude il finira par trouver un plan. C’était ça son rôle dans leur couple : guider leurs aventures. « C’est l’idée ouais. Je kiff ma dolce vita corse mais c’est peut-être trop pépère pour l’instant, le jeu ça nous a redonné la bougeotte. » Résumé plutôt simple d'une formule compliquée. « Y a tellement à capitaliser dehors et ça va à une vitesse folle, c’est comme si financièrement y avait un champ des possibles qui s’ouvrait. » Il était incapable d’estimer une quelconque temporalité et pour autant tout semblait possible. « Vous allez vraiment pas comprendre, y a comme une frénésie à la sortie. » C’était assez fou ces gens qui les reconnaissaient, les interpellaient, venaient les voir, postaient sur leurs réseaux. « Il faut rester focus pour par perdre les pédales. » et pour un mec avec des enjeux précis comme Santo ça devait sûrement compter ça.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: PISCINE EXTÉRIEURE-
Sauter vers: