Partagez
 

 cumbia (mer. 20h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: cumbia (mer. 20h30) — Lun 27 Juil - 13:22

@Cami
Il s’est réjoui de la place en finale de Cam, bien qu’il n’en doutait pas une seconde en tant que principal supporter. En plus de cet accomplissement elle avait validé la plus grosse cagnotte du jeu sans que personne ne se soit acharné sur son secret, elle l’avait récupérée par la force de ses déductions et de son jeu et ça le rendait tout fier Louis. Le seul détail qui le gonflait c’était de devoir rester une semaine de plus enfermé alors qu’il était théoriquement libre de tout mouvement, et notamment de retourner à ses affaires qui n’attendaient pas. Il tournait en rond comme un lion en cage, impatient de retourner dans la réalité mais contraint par ses engagements. Il avait promis de rester à ses côtés et, évidemment car ils étaient comme ça, il allait s’y tenir car c’était éternellement eux versus le monde et leur entité prévalait sur le reste. Il s’est posé dans la bulle détente, tablette de Cam en main, pour gribouiller ses prévisions dans les notes pendant que madame prenait sa douche. Il relève la tête sur sa silhouette approchante comme s’il était convenu qu’elle viendrait le retrouver après avoir indiqué sa localisation à son acteur stratégique aka. Roma. « Tu me cherches ? » il demande avec un grand sourire. « Alooors je nous ai fait un planning. » il amorce en vrillant ses prunelles sur l’écran pour refaire le point. « On arrive lundi à Paris. Trois jours sur place ça te va ? On retourne jeudi à Ajaccio genre. » Ouais ça matchait bien ses prévisions d’une vie à mille à l’heure. « Enfin tu peux faire plus mais moi j’ai pas le time. » Elle va le traiter d’arrogant comme d’habitude quand il lui expose ses impératifs qu’elle ne considère pas mais il s’en branle. « Juste le temps de te déménager, de voir un peu tout le monde et de se faire un Terra. » il glisse en haussant les sourcils un petit sourire en coin. Ce resto ils en avaient déjà parlé et bien qu’il soit abordable l’addition avait toujours été un problème pour qu’ils conviennent à s’accorder ce genre de plaisir. « Et après retour chill au soleil. On se fera le weekend tranquille, juste toi et moi, les autres ça attendra. » Il a pris en compte leur conversation de la semaine passée concernant ses craintes sur le jugement qu’elle allait subir par leur entourage. Il omet volontairement d’évoquer ses parents et ses potes parisiens, rendez-vous qu’il fera en solitaire. « Tranquilles. » il répète avec un regard plus insistant et un petit smile taquin, tendant sa jambe pour appuyer légèrement son pied contre sa cuisse comme un gosse demandant à jouer. Il avait hâte, Louis, de se débarrasser pour de bon de toutes ces caméras. « T'as vu comment j'suis devenu carré. Alors t'en dis quoi ? » son bordel il avait été contraint d'apprendre à l'organiser avec la gestion de la boutique, il en venait même à anticiper un planning c'est pour dire.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Lun 27 Juil - 19:54

Elle se pointe avec nonchalance dans la bulle détente, constatant un Louis super chillax. « Je te cherche tout le temps » elle ronronne faussement loveuse dans un sourire avant de faire la diva pour se poser juste à côté de lui, fraiche et parfumée de sa douche. D’ailleurs ; « Je pensais que t’allais me rejoindre mais j'ai l'impression que tu t'es déjà lassé » elle râle en bonne drama pour le principe en cherchant ses opales avant de déposer ses chevilles déjà croisées sur ses genoux. Cam, elle fait toujours ça pour réclamer des caresses ou des massages d’une façon assez implicite. En général, ça marche lorsqu’il est dans un bon mood. Elle lui chope sa tablette pour libérer ses mains afin qu’il ne puisse plus ignorer sa demande. Elle se fait assez attentive lorsqu’il lui annonce leur futur programme. « Le temps de me déménager ? » elle relève la formule plus que maladroite. « J’suis vraiment ton boulet quoi » Cam glisse avant qu’il ne se montre un brin autoritaire, lui donnant envie de « feuler » un instant. « Non non, je te suis » elle glisse direct dans l’évidence parce qu’elle a des angoisses de l’abandon maintenant après avoir essuyé deux rejets immenses en moins d’un an, elle balise. « Qu’est ce que tu veux que je fasse à Paris sans toi sérieux ? » Cami lui demande histoire qu’il se souvienne ce qui lui attendait dans leur capitale : pas grand chose. « Faut juste que je donne mes préavis avant de partir » elle est rappelée par un certain pragmatisme qui manque peut être à certains, parce que Cam, elle a un taff en sortant d’ici et des obligations à honorer. « Imagine je dois rester travailler un ou deux mois à Paris, on sera comme ces gens qui vivent à distance et qui se contentent de FaceTime et des sms » elle émet cette position en s’imaginant coincée dans son 16ème avec l’image en tête d’un Louis s’éclatant en Corse, ça la rend presque déjà malade, dans l’excès qui la caractérise. « Je me tue » elle annonce franchement en croisant ses opales, l’air très sérieux. Dans tous les cas, Louis est plus qu’organisé. « On aura le temps de se faire un apéro sur les quais voir même une petite cave ou c’est complexe vu ton emploi du temps de chef d’entreprise ? » elle se permet de demander en souriant. Il lui promet un week end que tous les deux, et elle dodeline de la tête façon môme trop satisfaite de son cadeau de Noel, rien qu’à l’idée. « T’as rangé la maison d’ailleurs ? » Cami le questionne en bonne psychorigide de son bordel à lui. Le sien, ça ne compte pas. Elle lui a déjà fait des tirades sur le fait que ses jeans sur le sol, c’était comme un manque de respect alors qu’elle en fait de même, Louis, il la connait trop bien pour en prendre ombrage maintenant. La môme profite d’un instant de flottement, vérifiant façon inspectrice du travail qu’il soit bien à l’oeuvre sur l’un de ses mollets pour préparer un post pour le RS, surement le dernier de l’aventure. « Sinon j’ai décidé de m’ouvrir un compte Instagram à la sortie, j’y ai pris goût ici, t’en penses quoi ? » elle amorce en levant le nez de sa tablette. « J’ai plus rien à cacher maintenant » elle lance avec une nonchalance qui va sûrement irriter Louis mais c’était aussi pour ça qu’elle n’avait jamais céder aux RS dans sa vie, pour pas être traquée en permanence par les uns et les autres. « Je sais déjà quelles photos en bikini poster » Cam ajoute, en pleine provocation gratuite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Mar 28 Juil - 0:55

« Impossible. » il lâche avec un petit sourire en coin, visiblement bien luné. Comment se lasser de Cam qui a toujours un caprice, une minauderie, une demande, dans son sac. « Ils diffusent vraiment tout, avec les sous-titres quand y a besoin et tout. » Lui le novice de la télé-réalité ça l’avait halluciné parce que, bien sûr, il avait checké comment avait été retransmise la scène de la douche. Pour un peu il avait espéré que ce ne soit pas sélectionné pour la diffusion mais évidemment c’était tout le contraire, et tout le contraire de ce qu’il voulait offrir à ces pourris qui se faisaient de l’argent sur le voyeurisme pour lequel il avait signé. Il ne réagit pas volontairement à sa demande subtile, contraint par la force des choses par le tyran qu’elle est lorsqu’elle lui chipe la tablette. Ça n’y changera rien, il refuse de s’y coller pour l’emmerder et le fait qu’elle l’embrouille pour une raison qu’il ne saisit pas n’aidera en rien. « Tu préfères le faire toute seule ? » il menace avec une pointe de perplexité. Cam elle était assistée quand ça l’arrangeait, la preuve soi-disant qu’elle n’avait plus rien à faire sur Paris sans lui alors qu’elle y avait toute sa vie. « J’sais pas, voir Juliette, tes potes et tout ça. » et tout ça. Sa mif, le feuj, tout ça. Il lui a dit qu’il ne l’enfermerait pas, il voulait juste savoir à défaut de la dernière fois. Il ne mentionne pas directement le sujet, Louis, conscient de la complexité que ça va représenter une fois à l’extérieur. Ils étaient trop calés là pour s’aventurer dans cette discussion sur laquelle elle n’avait de toute façon aucune portée en étant enfermée ici. Ils devaient être encore plus vénères qu’à l’initiale, les vieux de Cam, après leur grand n’importe quoi médiatisé. « Ah ouais. » il note, le préavis de rupture de contrat étant une notion lui échappant il n’y avait évidemment pas pensé. « Bah on s’en fou non ? Tu pars, balec, après on bosse ensemble et on devient riche il est où le problème ? » Il propose avec un grand sourire, sachant pertinemment qu’elle va le rembarrer dans sa conception trop épicurienne des choses et complètement idéaliste. Il cache malgré tout un semblant de sérieux sous paroles et ça elle le sait, lui y croit dur comme fer à leur future indépendance financière. « Tu l’es déjà d’ailleurs. » cqfd, elle n’était pas obligée de tout liquider dans son prêt à lui. « Trop chiant. » il geint dans une grimace à l’idée de vivre une relation à distance, tout ce qu’ils avaient évité depuis le début. « Imagine un TD bis. » il rajoute pour fixer une échelle temporaire qui lui donne déjà la flemme. Cam, elle, ça lui évoque des envies directement plus sombres en bonne dramaqueen qu’elle est. Il hausse les sourcils, Louis, pas trop paniqué par la perspective parce qu’il la connait dans ses exagérations toujours plus poussées. « Bah super tous nos efforts pour rien. » Il se retient de dire qu’en plus de ça il sera radié des obsèques donc tant qu’à faire autant vivre. « Tu me laisserais tout seul à Ajaccio ? Sans rien d’autre que le soleil, les plages et notre maison vide ? » il soutient ses opales, la provoquant pour titiller sa possessivité tranquillement. « Mmmh. » il fait mine de réfléchir sur son planning le nez en l’air quelques secondes. « On aura le temps de tout ce que tu veux. » il tranche en abaissant son menton, un petit smile sur le faciès. Il est ouvert à tout mais ce qu’il préfère, lui, c’est la perspective d’enfin se retrouver dans leur petite bulle de soleil et d’air iodé. « C’était rangé jusqu’à ce que je laisse le double à Jill, ouais. Ce sera la surprise. » ou comment remettre la faute sur la benjamine au passage. Jill la star du web qui a donné de l’inspiration à Cami pour sa nouvelle lubie. « Pour quoi faire ? » il demande du tac-au-tac en stoppant les papouilles qu’il s’était mis à faire sans s’en apercevoir. Cam elle ne s’est jamais intéressée aux réseaux, c’était la première à les dénigrer et à ne pas en avoir pour ces mêmes raisons. Louis, dans sa naïveté, il n’a pas voulu croire à la théorique de son besoin de rester incognito alors forcément quand elle avoue que l’explication se trouve justement là, il a les sourcils qui se froncent, le front qui se plisse et il monte direct dans un mécontentement palpable. « T’es sérieuse ? » Ca le rend ouf quand elle se donne l’air de se payer sa tête sur ce sujet. « T’as raison ça te sera utile maintenant, c’est le meilleur moyen pour donner des nouvelles. » il pique comme à son habitude lorsqu’il est pris de court en évoquant ceux avec qui elle a perdu contact/qui ont coupé les ponts. Elle se prend trop vite au jeu, Cam, avec son idée de photos en bikini. Il sait ce qu’elle est en train de faire et malgré ça il court, comme d’habitude, lorsqu’elle appuie sur sa faiblesse. « Ouais super pour attirer tous les chiens en DM. » il râle, plantant ses prunelles dans les siennes. « Fais ce que tu veux. » il grogne en feintant un je-m’en-foutisme qui pue le seum, reprenant la tablette comme le jouet qu’on lui a volé. « Ca fera moins de vues que ça. » il déclare formel en retournant l’écran pour lui montrer la photo qu’elle vient de poster. Évidemment que non, les meufs à poil ça récolte un max de likes sur instagram. « Tu veux devenir influenceuse ? » il demande plus sérieux. « Comme Rosie ? » il ne choisit pas son exemple au hasard, Louis, tentant de s’immiscer dans son esprit pour l'influencer directement.

_________________

bonjour bonsoir.


Dernière édition par Louis le Mer 29 Juil - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Mar 28 Juil - 18:08

Cam, elle aime bien de temps en temps se la jouer femme dépassée qui n’attire plus son homme simplement pour l’observer rouler des billes face à sa nouvelle invention, généralement cette connerie lui permet de récupérer toute l’attention du français. « Ah ouais ? » elle se marre lorsqu’il lui signale comment sont montés les passages. C’est vrai qu’elle a pris l’habitude de le squatter généralement sous l’eau faisant toujours attention à ne pas dépasser les limites qu’ils s’étaient tacitement imposés tous les deux pour repartir avec une dignité intacte. « On a rien fait t’inquiète, si on ne peut même plus prendre de douche à deux pour économiser de l’eau afin de préserver l’environnement, où va t-on » elle glisse dans une mauvaise foi palpable en haussant les épaules. Louis la menace et elle râle encore plus à l'idée de faire ses cartons solo. « Non, je veux bien que tu m’aides, tu verrais le palace que c'est » elle répond docilement façon première de la classe qui s’est emballée avec une première réponse trop impertinente. « C’est avec toi que je veux passer du temps maintenant » elle lui signale simplement parce qu’elle s’en fout un peu de Juliette et des autres actuellement. Louis, c’est sa priorité. « Histoire de rattraper les six mois qu’on vient de se faire » elle glisse plus insécure que jamais finalement. « Ma cagnotte, c’est aussi ta cagnotte tu sais. Et une fois qu’on ne sera plus étouffé par les échéances, on se fera un voyage, à l’ancienne, toi et moi histoire de pas trop continuer à se sacrifier » elle glisse dans un sourire en reprenant une partie de ses termes. « T'aimerais partir où ? » elle lui demande comme si tout était possible avant que la bonne l'humeur ne file rapidement. Cam, sous la pique, elle lui retire ses jambes pour les replier contre elle même avant de l’observer d’un air plus que courroucé face à l’attaque bien trop basse et facile qu’elle vient de subir. Généralement deux options s’offrent à elle : feuler mais risquer de faire basculer la conversation sur un ton qu’elle n’assumera pas sur la longueur ou laisser couler pour qu’il se retrouve con dans son agressivité soudaine. Elle décide en quelques secondes de calmer le jeu, ne voulant pas s’enfoncer dans une embrouille inutile qui pourrait mal finir connaissant leur tempérament respectif. « Pardoooon ça va » elle glisse en se lovant contre lui pour lui offrir un bisou timide sur un bout d’épaule, prudente. La suite lui arrache un sourire amusé lorsqu’il n’accroche pas à l’idée du RS à l’extérieur, c’est marrant parce qu’au bout il trouvait ça suspect qu’elle soit complètement déconnectée. « J’ai besoin d’être inspirée en drague de beauf pour pouvoir continuer à te séduire, tu n’es pas acquis » elle continue tranquillement d’un air plutôt ironique en s’affaissant encore plus contre lui sans trop de dignité. La parisienne voit le move de loin. « Non » elle déclare sobrement pour pas tomber dans son piège trop grossier. Cam, c’est elle, de base, qui maîtrise ce genre de petites manoeuvres, qu’il ne l’oublie pas. Sa main se glisse dans une des siennes pour l’emprisonner. « Etre influenceuse, ça veut rien dire, je vais pas me mettre à vendre des blanchiments dentaires ou des thés qui font maigrir, please » elle le recadre doucement. Cam, elle a pas dans l’idée de faire comme les meufs de télé-réalité du sud de la France. « Ma Queen sur le sujet, c’est Jill » elle lui rappelle d’un air faussement sérieux en mode gros troll de l’internet et ses posts bourrés d’ironie et de cynisme. Cam n’est pas du genre à s’exposer gratuitement façon meuf qui s’adore pour poster dix milles selfies d’elle et infliger une heure de photos à Louis pour lui trouver l’angle parfait. D’ailleurs la plupart des photos mal cadrées qu’il détient d’elle, elle est ignoble et parfois pas mal enivrée. « Mais ça pourrait être une bonne occas pour mettre encore plus la boutique en valeur, tu ne penses pas ? » elle sait se faire raisonnée et raisonnable surtout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Mer 29 Juil - 0:13

« Le monde s’égare, Cam. » il ajoute à sa petite tirade de sauveuse de l’environnement dans une théâtralité façon grand sage. « Mh ouais j’imagine très bien, environ 60m2 c’est ça ? La taille d’un appart’ classique et décent. » pour ne pas dire minuscule et insalubre. « Quel étage ? » Il demande parce que faut pas déconner avec ça, c’est une question très sérieuse concernant la pénibilité de la tâche pour laquelle il s’engage. « Avec ou sans ascenseur ? » Deuxième question clé. Il est un peu coincé Louis, parce qu’il ne sait pas trop si ses potes parisiens seront emballés à venir l’aider, déjà qu’il les sentait moyen chauds sur sa décision de réintégrer Cam dans sa vie. « C’est vraiii ? » il étire avec un sourire de mignon pour lui jouer son petit tour de mims. Il le sait qu’il est sa priorité, encore plus qu’avant, et il ne l’avouera jamais que ça lui plait comme ça. Il tique un peu à sa réflexion sur leurs six mois de non-lieu, parce qu’il sent ce qu’il y a derrière et il ne veut pas que ça devienne la motivation de tout. « Oublie ces six mois y a rien à rattraper. Juste à continuer là où on en était en mieux. » il glisse un sourire qui se veut optimiste. Il le sait que ce ne sera pas simple de laisser tout ça derrière eux, déjà parce que lui le premier est emprunt à une confiance variable et pleine d’incertitudes contre laquelle seul le temps peut lutter. « T’as mal interprété ce que j’ai dit. » sec, il fronce les sourcils comme à son habitude lorsqu’il se contrarie. « J’voulais pas parler du fait de construire tous les deux. » il préfère remettre les choses au clair puisqu’elle le lui avait reproché la dernière fois. Il en devient presque prévisible, Louis, à s’emballer pour un oui ou pour un non. Il switch pour le vrai sujet de cette conversation : leur prochaine destination. Il y a déjà pensé bien évidemment. « J’ai grave envie de changer de continent et de faire genre l’Egypte ou l’Iran. Ça te chauffe ? » Ne sait-on jamais si elle a une remarque particulière à émettre mais malgré que ces pays ne soient pas backpackers friendly lui il a surtout envie de se faire gifler par la beauté des paysages et l’immersion dans une nouvelle culture complètement étrangère. « On ferait des p’tits treks entre les pyramides là. » il mime dans une gestuelle de cartoon en mode je la montagne hyper déter. Leur moment de légèreté est vite amorcé par la pique de Louis, dorénavant reconnu pour ses micro-colères de dix secondes top chrono. Cam se ravise et lui offre un regard digne d’une veuve noire made in Kill Bill et il maintient le sien inflexible l’air de dire qu’elle a dépassé les bornes et qu’il n’est pas prêt à s’excuser. Elle fléchit la première et il l’accueille avec froideur pour marquer le coup « Mh. » il grogne s’affirmer avant d’abdiquer et de l’enlacer. « Pardon ? T’insinues que suis un des leurs ? » L’insulte ultime pour Louis. Il était très sérieux lorsqu’il qualifiait Gianni de beauf, pour lui c’était vraiment la pire espèce de mecs : gras, limités et inconscients de leur condition. Une opinion toute somme très radicale et surtout très parisienne qu’il assumait entièrement en répétant ça à tout va à qui collait à l’étiquette selon ses critères. « Askip je suis plus plouc que beauf. » il dit ça l’air de rien avec une pointe de fierté simulée. Il n’y avait qu’à demander confirmation à Bratie, dont il a une vision d’horreur lorsque Cam l’érige en modèle à suivre. Louis il a un mauvais souvenir de ce qu’il a vu à Ajaccio, certes son compte était défendable et drôle, mais lui il avait assisté au behind the scenes. Et il avait dû y participer, surtout. « Tu te débrouilles solo pour tes TikTok je te préviens. » il se désolidarise d’emblée, catégorique sur le sujet. « Oulala tu deviens une business woman. » il est trop fier Louis, posant un baiser sur son épaule en resserrant son étreinte. « Hmmm mais tu sens bon. » il étire en calant une colonie de bisou sur sa nuque avant de relever le nez. « Et t’as déjà des idées de comment faire ? » Parce qu’il la connait à balancer des trucs pour le convaincre de quelque chose et d’abandonner par flemme ensuite. « Je sais ! On va se … » il commence dans l’idée de se briefer avec le contenu qu’ils ont à disposition, déverrouillant la tablette sur l’actualisation du fil d’actualité exposant une tête de tigre colorée au stabilo. « C’est quoi ce gribouillis de gosse ? » Il demande perplexe face au dessin de Santo qui lui explose les rétines en mode black and yellow black and yellow. Il lâche un rire Louis, parce que le contraste avec la dramaturgie de leur statut de meurtrier et cette pièce d’art plastique de 6e il est comique un peu. « Tu crois que le but c’était d’effrayer quelqu’un ? » il demande en retournant la tablette pour recueillir l’avis, sans doute tout aussi doux, de Cam. « Attend j’vais laisser un com. » il déclare tranquillement en faisant comme chez lui, lâchant son petit commentaire inutile pour le plaisir de balancer sa réflexion qui va bien sous l’identité de dame Cami. « Bon on en était où ? Ah oui. Fais voir si t’as le bon angle. » Il joint ses lèvres en une moue qu’elle lui connait bien, le genre qu’il fait à chaque fois pour la caricature, haussant la tablette entre leurs deux visages pour improviser son portrait beaucoup trop zoomé. « Fais voir en mode: tu préfères le rouge ou le blanc ? » Il est prêt à donner une chance au truc Louis mais ça se lit sur son visage qu'il n'est pas satisfait de ses shots. Sûrement parce que sa prise de vue est pourrie. « En vrai t'es tout aussi sexy quand tu parles de politique qu'une meuf qui fait la pouf sur insta. » il retente, in case, même si l'idée qu'elle trouve une position dans leur buisness n'est pas pour complètement lui déplaire -et qu'il n'a jamais rien pigé quand elle s'embrasait dans ses plaidoiries.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Mer 29 Juil - 14:25

Louis tombe trop juste dans ses question visant à évaluer l’effort qu’il va devoir fournir pour l’aider à fuir Paname. Elle s’octroie quelques secondes pour enjoliver la situation. « Un spacieux 18m2 mais avec vue sur un mini bout de la Tour Eiffel ce qui fait apparemment tout son charme au sixième étage sans ascenseur » elle lui vend toujours du rêve. « Mais je ne me suis pas vraiment installée donc y a pas grand chose dedans t’inquiète, le strict minimum » elle tempère avec honnêteté. Juste des fringues. Ça la fait toujours sourire quand il s’essaie au rôle de l’innocent en copie quelques une de ses mimiques bien rodée. « Oui, c’est toi ma priorité, tu me diras ça ne change pas vraiment si ce n’est que je risque de te coller encore un peu plus » elle minaude parce que Cam, elle n’est jamais trop loin de Louis. Habiter, bosser et sortir ensemble. Parfois ça gonflait un peu leurs potes de les voir toujours l’un avec l’autre en s’étonnant que ça se clashe pas véritablement entre eux. « Tu m’as donné de trop mauvaises habitudes » la poupée étire, complètement injuste comme s’il était responsable de sa propre dépendance. Cami l’observe, décryptant trop facilement ses humeurs vacillant trop facilement depuis quelques minutes. Ses sourcils se froissent un moment quand un silence s’étire lorsqu’il la recarde une nouvelle fois lui faisant comprendre qu’elle est dans l’erreur concernant ce qu’il lui a dit la semaine dernière. Elle pousse un soupir désespéré tout en s’accrochent fermement à sa statut de glace. « Qu’est ce que tu as ? » elle demande franchement. Histoire de savoir ce qu’il a. « On dirait que tout est prétexte à ce que tu t’énerves aujourd’hui » elle lui explique parce qu’il manie l’irritation et la froideur depuis tout à l’heure alors que de son côté, Cami prend vraiment sur elle pour ne pas céder à ses mauvaises humeurs trop faciles de gamine. Surtout qu’il est schizo en ce moment puisque la seconde d’après il sait être tout doux.  « Chill non ? » elle questionne simplement parce qu’il est du genre à lui balancer ce genre d’évidence lorsqu’elle monte en pression. « La vie est trop belle pour s’irriter, regarde on est ensemble, tu m’aimes, moi je t’apprécie bien, tout va bien » elle ronronne pour lui arracher un sourire amusé avant de frôler du bout des doigts un de ses avants bras. Cam lui donne une nouvelle fois tout pouvoir concernant leur prochain trip si bien qu’il décide d’abandonner le côté latino qui les a initialement réuni. « Ça me dit vraiment bien l’Egypte. Je te ferai visiter Israël aussi un jour, c’est objectivement très beau » elle lui répond de sa voix blanche dans un sourire qui s’étire sur ses pulpeuses. Louis skipe rapidement de sujet pour la déclarer dans le business. « J’ai appris des plus grands » elle annonce faussement mielleuse. « Je voyais bien des concours pour faire gagner des visites dans certaines vignes qui te fournissent, des trucs comme ça tu vois » elle propose avec un air interrogateur pour lui demander ce qu’il en pense sauf qu’il n’est pas vraiment là. Et ça, ça l’agace. Louis s’amuse à clasher l’oeuvre de l’italien junior. Cami, lèvres pincées, l’observe l’air de dire « tu sais très bien que je m’en fous » assez explicite. Elle est à deux doigts de faire un caprice parce qu’il a l’attention trop versatile selon elle. Louis se met à la prendre en photo de trop près, tournant en ridicule son idée en se foutant ouvertement de sa gueule, elle balise la parisienne. « Lâche ça » elle glisse en reprenant son bien pour le balancer avec habileté pour une fois sur le siège le plus loin de lui, hors de portée de son français beaucoup trop distrait à son goût ce soir. Très fière de son lancé de basketteuse, c’est tout sourire qu’elle se tourne vers sa moitié. « Occupe toi de moi  » la môme réclame sincèrement dans son exigence habituelle en cherchant ses prunelles. Cam, elle veut tout, la discussion et son entière personne. Elle roule des billes avec insolence. « C’est bon t’as gagné, tu m’as dégoutée de l’idée, pas envie que tu me vois comme une pouf sur les RS cimer l'image en plus » elle amène en faisant peser sur lui la disparition de sa lubie du jour. « J'utiliserai ton compte, c'est plus simple et ça me permettra de regarder qui sont les forceuses aussi » elle cale ça là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Jeu 30 Juil - 18:30

« Je le savais. » il déclare avec défaitisme en secouant sa tête de gauche à droite. Le coup de l’appart’ sous les toits dénué de toute commodité il l’avait senti venir en bon local qu’il était. « T’inquiète regarde comment j’ai pris en masse. » Il lui tend son bras avec son air plein de fierté pour qu’elle tâte d’elle-même son biceps de Schwarzy qu’il sait inexistant. Quitte à être dans la légèreté il lui sort son petit numéro de mims digne d’une Cam récompensée et ça marche plutôt bien voir même un peu trop. « C’est possible ça ? » il demande l’air assez étonné qu’elle ait encore une marge pour le coller un peu plus que ce n’est déjà le cas. Bien sûr elle remet la faute sur lui, un grand classique pour lequel il connait la parade. « Voilà ce qui arrive à force d’être gentil je me fais piéger. » Lui aussi il sait renverser les rôles, long débat que de savoir qui est la victime de qui au sein de leur duo. « Ca me retombe toujours dessus de toute façon. » Il hausse les sourcils l’air de dire I’m done with that shit sis, dans une imitation très réussie de Jill. Louis il s’irrite assez facilement façon premier degré lorsque Cami lui balance ses répliques faisant référence à un quelconque passif qu’il essaie d’occulter tant bien que possible pour passer outre sa rancœur. Cette dernière qui se pointe pour piquer dès qu’il se met sur la défense et c’est un concours de dos rond qui se met en place. C’est incontrôlable, il agit sous ses impulsions tolérées par le soudain laxisme du camp adverse sauf que Cam elle ne reste pas bien longtemps sans rien dire et il lui faut ça, à Louis, pour se reprendre en main comme un gosse qui teste les limites pour voir jusqu’où il peut être emmerdant. « Mais je suis calme. » il se justifie sur une défensive contradictoire. « Je remets juste les choses au clair c’est tout. » Il reste un peu sec sans trop s’en rendre compte mais il abdique, levant les paumes en l’air pour de dédouaner de toute mauvaise foi -sa spécialité. « Chill. » il répète en forçant le trait pour s’inciter lui-même à calmer la dose avant de se faire arracher un rire silencieux qui le fait redescendre comme elle seule sait le faire. Elle avait les techniques Cam depuis le temps qu’elle était en charge de le désamorcer pour le bien être d’une soirée ou d’un date, là c’était du niveau débutant comparé à ce qu’il lui avait déjà fait subir. « On est complètement alignés. » il s’en amuse, lève les yeux au ciel et pose un baiser en toute légèreté sur ses lèvres. « C’est bon je me calme pardon. » qu’il glisse avec un petit sourire, ça va devenir son plaisir coupable de la prendre par surprise avec des excuses comme ce jour-là dans le confessionnal. Ils vrillent sur un sujet plus sympa, celui du voyage qui les fera renaître une bonne fois pour toute et un large sourire s’étire sur ses lèvres lorsqu’elle évoque Israël. « Alors Égypte puis Israël. » il glisse en rapprochant son visage pour lui réclamer un bisou. « J’aurai mon guide personnel quel luxe. » Il aime bien l’imaginer prendre les choses en main pour rythmer leurs journées, Cam c’était pas son délire mais lui il ne demandait que ça juste pour avoir le plaisir de la voir jouer l’entrepreneuse. D’ailleurs, parlant de ça, il semblerait qu’elle soit inspirée pour la suite et même s’il ne cautionne pas cette idée de vitrine à bikinis c’est une perspective qui lui plait bien qu’elle se mette à initier ses propres projets. « Grave c’est une bonne idée ça. » il glisse avec un sourire d’amouraché, replaçant ses cheveux en les divisant sur ses épaules avec les idées qui planent ailleurs. Il feinte l’idée de génie, Louis, reprenant possession de la tablette dans un petit numéro qui part dans tous les sens. Encore une fois il se fait recadrer et il s’indigne comme un môme de cinq ans, littéralement. « Eh ! Mais on peut plus rigoler ? » il se marre, l’observant balancer la tablette comme s’il s’agissait du démon menaçant leur équilibre. « D’accord ma chérie je vous suis tout ouïe. » et dévoué, ça il allait l’ajouter mais c’était trop dangereux de lui balancer ça. Il fixe ses prunelles pleines de confiance et provocatrices dans les siennes comme s’il attendait la suite avec suffisance. « J’ai gagné. » il répète avec un grand smile qu’il avait de nombreuses fois glissé dans ce chalet pour agacer ses interlocuteurs. « Trop tard j’en ai déjà supprimé une bonne partie avant de revenir. » il glisse exprès pour l'agacer. Louis, comme Jill qui était avec lui à ce moment-là, il s’était pris une rafale de DM qu’il n’avait pas bien compris en réactivant son compte. Pour lui ça relevait d’un truc vraiment pas anticipé, c’était à peine s’il avait pu retrouver les messages échangés avec ses potes et s’il arrivait à distinguer leurs commentaires des trucs chelous qu’on lui laissait comme s’il était une forme d’être fictif. « J’dec, les forceuses je leur réponds pas. » Il préfère préciser, au cas où. « Fais ce que tu veux j’vais pas t’interdire de créer un insta. » ça aussi il précise histoire de pas se retrouver avec des assos féministes au cul l’affublant de paternalisme ou bail du genre. « J’aime bien l’idée que tu trouves ta place dans le projet. T’as sérieusement plein d’idées ? » A vrai dire s’équilibrer à deux sur un projet commun lui semblait parfait et beaucoup plus logique que leur dynamique précédente. « En plus t’es clairement devenue notre capital sympathie. » Cam avec son minois de poupée et sa douceur elle avait conquis le public et ça l’avait choqué, bien que pas étonné, en le constatant par lui-même. « Tu sais qu’ils t’adorent dehors ? » Il ignore s’il a le droit à ce genre d’infos à l’approche du sacre mais ils s’en fou un peu, et puis ça lui semble logique. « Quand tu sortiras du terminal à CDG y aura des fans qui seront là avec des pancartes : Caaam Caaam » il s’époumone dans un chuchotement en agitant ses mains pour imiter les potentielles groupies. Il fabule un peu mais c’est pour l’idée. « et moi je serais là en mode groom à porter tes valises » il imite maintenant un vieux avec une canne. « pendant que toi tu feras la diva genre » il claque des doigts, faisant semblant d’enfiler des lunettes fictives « Qui sont ces relous qui me cassent les oreilles ? Fais-moi un chemin, homme » il s’érige en duchesse Cam, lui inventant une attitude de petite peste. « et là je te ferais la plus belle haie d’honneur et on partira en Uber comme le font les gens importants. » Fin de l’histoire. « Pfou quelle vie nous attend. » il se laisse tomber dos contre le dossier, épuisé de sa connerie.

_________________

bonjour bonsoir.


Dernière édition par Louis le Ven 9 Oct - 10:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cami
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Ven 31 Juil - 1:14

L’israélienne affiche un air plus que surpris lorsqu’il s’excuse parce que c’est bien trop rare, il l’a habitué à d’âpres négociations où il fallait lui démontrer par A et par B ce qu’il faisait avant d’espérer de vagues regrets ou de lointaines excuses balancées dans une mauvaise foi latente. Pour célébrer ce petit miracle, elle dépose une fois ses lèvres sur ses siennes, deux fois puis trois fois pour l’empêcher de parler et de revenir sur ce qui a été dit. C’est ce qu’elle fait toujours et ça marche pas mal. Ils dealent sur l’Egypte en s’autorisant de glisser après vers elle. « Trop hâte que tu vois mon pays »  elle souffle sincère avant d’être rapidement coupée dans son élan par un Louis qui se détourne d’elle. « T’es pas concentré » elle balance sobrement. Cam, ça l’agace de le voir se focus sur les RS des autres en se permettant des petits commentaires alors qu’elle essaie d’avoir une conversation avec lui. Même dehors, c’est la même exigence quand elle finit par lui prendre son tel lorsqu’il a le malheur de répondre à un texto pendant un resto, il lui en faut peu pour se tendre. « Pourquoi tu ne me prends jamais au sérieux ? » elle geint dans un sourire pour réclamer son attention. Elle tapote ses lèvres d’un index impérieux plusieurs fois afin qu'il s'exécute. « Aller, aller, tu as dit que tu étais tout ouïe, Monsieur » Cam lui rappelle en lui lançant un regard aussi amusé qu’insolent. La môme finit par abdiquer simplement peu adepte de passer pour une zouz écervelée des RS et surtout de recevoir des commentaires/critiques par des personnes lambda dont elle s’en fout, peu importe qu’ils aient voté ou non pour elle. Cam, elle veut s’éloigner de cette aura de meuf de télé-réalité dès qu’elle le pourra ou au moins transformer cette influence en un truc positif pour Louis et elle. Par contre les bombas d’instagram qui le DM, ça, elle n’est pas prête à l’accepter. « Tu es trop mims pour les laisser indifférence j’imagine, j’accepte de porter ce fardeau » elle se marre en haussant les épaules. « Par contre y a intérêt à ce que je vois pas un bout virtuel de boobs ou quoi je te préviens » elle fait genre de menacer avant qu'il ne peigne tableau de leur vol retour dans une exagération qui lui ressemble bien. Louis est à fond au niveau de ses imitations et de son imagination. Cam, fascinée, l’observe faire son cinéma, les yeux grands ouverts du genre « ah oui ? Tout ça ? t’es sur ? », le regard de la bonne fangirl qui ne veut pas casser un délire mais qui ne rentre pas totalement dedans. « On va échapper à 1h30 de rer, quel luxe » elle roucoule simplement en haussant les épaules. « Quand je t’ai dit que j’étais complètement fauchée, ce n'était pas une blague par contre, tu verras » elle glisse dans un sourire distrait. Si Cam avait toujours bien vécu son côté étudiante toujours backupée par ses parents, la réalité était tout autre désormais. Elle lutte contre le fil rouge de ses propres pensées qui la plombent et elle ne veut pas infliger ça à Louis mais ça ne loupe pas. « Ils me manquent, Louis, vraiment » elle laisse échapper plus sérieuse, se refusant à se complaire dans une certaine légèreté qui l’écorchait désormais. C’était la première fois qu’elle le concrétisait à voix haute en s’affranchissant des frustrations du jeu et de la compétition. « Je n’ai pas envie de m’habituer à cette sensation » annonce simplement Cami en cherchant ses prunelles. La môme savait qu’il n’est pas forcément super disposé sur le sujet mais il n’y a qu’à Louis qu’elle peut en parler. La parisienne ne voulait pas que cela devienne un sujet tabou entre eux. « tout comme je n'ai pas envie de finir complètement cinglée en étant sur ton dos en permanence parce que t’es l'une des seules personne que j’aime qu’il me reste » elle souffle en encadrant le minois du français de ses paumes. Elle se contente de le contempler silencieusement pour lui faire comprendre, ses opales soutiennent les siennes avant qu’elle n’achève l’échange tacite en déposant ses lèvres sur les siennes avec douceur comme si elle avait peur de le briser. Cam, elle sait qu’elle risque d’être souvent sur son dos pour s’accrocher aux moindres de ses faits et gestes en voulant s’immiscer à peu près partout par peur d’être oubliée ou laissée sur le côté. « Ce n’est pas sain ce qu’on a pu vivre et faut pas qu’on s’inscrive dans cette lignée pour la suite » Au début ça peut paraître mignon Cam qui lui déclare qu’il est sa priorité, mais ils ont déjà testé tous les deux la limites de cette théorie auparavant. « J’ai l’impression de devoir jouer à être la grande, je suis super nulle dans ce rôle » elle souffle sincèrement. Cam, c’est une plaie quand il faut réellement se débrouiller ou simplement faire attention à ce qu'il l'entoure pour se protéger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Louis
Voir le profil de l'utilisateur   
cumbia (mer. 20h30) Empty
Message (#) Sujet: Re: cumbia (mer. 20h30) — Dim 2 Aoû - 17:08

Il sourit et l’embrasse pour ce progrès qu’ils ont récemment acquis par l’affrontement des mensonges permanents. Il veut bien croire à ces projets de voyages, Louis, ceux qu’ils montent comme ils l’auraient fait il y a quelques mois. Il a toujours cette idée derrière la tête, celle qu’à l’époque il se projetait sur une réalité erronée qui n’avait toujours existé que dans son imaginaire, de la même façon qu’il pensait dorénavant le faire sur une base saine. Elle était là la réelle difficulté, celle qui allait prendre la forme d’épreuve à la sortie. Si Cam sait aborder ce sujet avec son sérieux, lui il est beaucoup plus dissipé. Le français il ne sait lus contenir son impatience de retrouver l’extérieur une bonne fois pour toute. « Mais si. » il justifie pourtant après la reproche mais il se sait entièrement démasqué. « Je tiens plus en place. » il confesse en guise de circonstance atténuante. Il reprend un air un peu plus sérieux avec sa tête de faiseur de morale à deux balles histoire de remettre les pendules à l’heure. « Je suis la personne qui te prend le plus au sérieux que ce soit dans ce chalet ou sur l’entièreté de cette planète. » et il dessine un monde avec ses mains traçant un arc de cercle. Il était convaincu de l’être en plus de ça, l’aventure le lui avait bien prouvé car Cam elle avait tendance à attirer l’affection et la sympathie mais personne ne la prenait au sérieux lorsqu’elle avançait des sujets un peu plus lourds ou intellectuels. Il l’avait souvent fait remarquer auprès des candidats, avançant qu’ils la jugeaient trop sur son physique et ses minauderies. Impossible de se focaliser pour Louis, il a parfois ce syndrome de l’enfant hyper-actif qui a mis des années à savoir se canaliser. Il simule un peu, histoire de faire plaisir à Madame qui sait toujours le rappeler à l’ordre pour ses actes manqués. « Ok ok. » il abdique en ouvrant grand ses orbites pour lui faire plaisir avec toujours cette pointe de moquerie. Elle s’inquiète autant que lui panique sur l’idée qu’elle puisse ouvrir un instagram aka. la porte ouverte à tous les charos du coin, car il ne faut pas rêver il les voit bien les propositions indécentes ou ces mecs qui pensent u’elle va rejoindre leur cercle de beaufs de la télé-réalité. Il tient quand même à la rassurer parce que, oui, il a déjà reçu des trucs chelous mais c’est pas comme si ça l’intéressait et au contraire il trouve plutôt ça flippant. Il a même déjà commencé à chercher des solutions pour filtrer ces conneries. « Il n’y a que ceux-là qui m’intéressent. » il glisse ses mains le long de son échine, hissant un petit sourire malicieux dans un instant de complicité. « Mais t’sais que c’est un grand n’importe quoi dehors, y a des meufs qui sont prêtes à organiser des castings pour être la première fois de Carl. » Ça l’avait buté comment chaque candidat était glorifié à l’extérieur alors qu’il y avait des choses vraiment pas nettes chez 80% d’entre eux. Typiquement, Louis il ne s’en remettait pas qu’on laisse un assassin accéder à la finale comme s’il était normal de laisser un mec annonçant un coup d’Etat à la télé gagner le chèque final pour que, sans doute, l’argent serve à faire couler du sang. Si encore il n’y avait qu’à l’extérieur, l’indifférence générale à ce sujet au sein du chalet l’avait scotché. S’il appréciait Cos et Santo en tant que personnes, il ne cautionnait pas leurs actes et ne s’en fascinait pas comme le faisaient leurs camarades -ce qui l’amenait à justifier que 80% d’entre eux étaient dingos- malgré qu’il soit à même de distinguer leurs réalités très éloignées. Il s’emballe dans un scénario d’arrivée à Paris digne d’une sitcom diffusée à 15H45 sur M6 pour divertir la ménagère, pris dans une interprétation digne des Cours Florent. « Et pas d'escaliers avec les valises, c'est une vie qu'on enterre là. » il accentue la caricature avant de lâcher un soupire sur le rappel de Cam. « On s’en fou depuis quand c’est quelque chose d’important ça. » Avec ou sans argent ça ne changeait rien à leur réalité, il s’était toujours considéré comme le moins avantagé du duo à ce niveau-là alors il avait appris à dédramatiser la chose. La légèreté de la situation retombe brutalement lorsque Cam change de mood et il sent qu’elle lui balance ce qui lui portait au cœur pendant tout ce temps. Il vrille ses prunelles sur elle sans rien dire juste pour lui offrir simplement son écoute. Il la laisse faire et aller au bout de sa confession sans l’interrompre comme si l’instant n’était pas prêt de se reproduire. La sortie elle rimait aussi avec le deal de sa famille. Il s’étaient affichés, sans doute qu’ils le détestaient dorénavant au-delà de son statut de goy, et Cam s’était exposée à tous les principes inverses aux leurs. Louis il ne pouvait pas se prononcer sur le sujet car il lui manquait beaucoup de clés et son avis manquait cruellement d’objectivité quant à cette famille entière l’exécrant mais il savait se montrer d’un soutien pour sa douce. Elle communique sa fragilité par tous ses gestes, par ses mots, par son regard. Il sort sa carte rassurante, Louis, celle du mec pragmatique qui considère que tout est possible à qui se donne les moyens d’y arriver. « Ecoute mon amour » il commence par formuler en la serrant un peu plus contre lui, le bout de son nez frôlant le sien. « On ne s’enfermera pas tous les deux dans une dynamique malsaine comme ça a pu l’être. Déjà parce qu’on s’y refuse mais aussi parce qu’on ne va pas reproduire deux fois nos erreurs, ok ? » il affirme en plantant ses prunelles dans les siennes pour s’assurer de son alignement sur la question. Le problème n’était pas eux, du moins ce n’était pas le plus gros. « Ca va être difficile tu le sais mais s’il faut forcer les choses on les forcera. Je te l’ai déjà dit je ne t’impose rien, je serais là en backup de chacune de tes décisions. » Tout ce qui évoquait un contact avec sa famille représentait pour lui une menace mais il pouvait toujours s’en accommoder en serrant les dents tandis qu’il ne pouvait pas la voir souffrir d’une séparation aussi brutale. Si elle avait peur de jouer à la grande alors il l’aiderait dans l’ombre, Louis il s’attendait déjà à devoir la ramasser à la petite cuillère tant sa famille était inflexible mais il se butait à penser qu’ils ne pouvaient pas tirer un trait sur leur petite dernière aussi facilement. « Tu vas trouver un équilibre Cam, pas besoin de mensonges tu verras. » il glisse dans un sourire qui se veut rassurant avant de poser ses lèvres sur les siennes. Il se laisse retomber sur le dos du fauteuil, l’entraînant avec lui dans une étreinte. « Tu dois leur manquer autant qu'ils te manquent. » Au-delà de leur colère il n'arrivait pas à imaginer qu'ils puissent réellement la renier. La notion le dépassait lui et sa petite vie tranquille. « Je te l'ai déjà dis: on ne peut pas se passer de toi. C'est trop difficile. » il lâche un petit rire en calant son menton sur le haut de son crâne, lovés l'un contre l'autre.

_________________

bonjour bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: JARDINS :: BULLE DÉTENTE-
Sauter vers: