Le Deal du moment : -43%
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris ...
Voir le deal
599 €

Partagez
 

 young blood, 02/08 - 13h19

Aller en bas 
AuteurMessage
Jan
Voir le profil de l'utilisateur   
young blood, 02/08 - 13h19 Empty
Message (#) Sujet: young blood, 02/08 - 13h19 — Dim 2 Aoû - 18:29


w/salomé
Il a faim, son ventre le tiraille, alors Jan décide de quitter le sommet du château où il s’est aventuré quelques minutes auparavant. Faut croire que son estomac fait bouclier contre sa volonté, puisqu’il avait envie d’admirer la vue, mais son estomac est là pour lui rappeler qu’il n’a pas le droit de se trouver sur des toits ou des sommets en tout genre, puisque ça peut être vite dangereux compte tenu de son handicap. Il a quand même réussi à tomber de sa chambre quand il était ado, alors que la seule sortie possible était une fenêtre, il est donc tout à fait possible qu’il tombe dans le vide s’il n’y a pas de barrières suffisamment hautes pour le protéger. Alors Jan décide de faire demi-tour rapidement, il reviendra ici une autre fois, quand il sera accompagné. Il appuie frénétiquement sur le bouton de l’ascenseur, comme à son habitude, sauf qu’après une bonne dizaine de minutes à l’attendre, celui-ci ne se montre toujours pas. Bon. Jan décide d’opter pour les escaliers, même s’il sait qu’ils lui sont déconseillés. Tant pis, il a trop faim pour attendre indéfiniment l’ascenseur. Il va faire attention, voilà tout. Et ça marche pour le premier tiers des escaliers, il prend son temps, une marche après l’autre, en s’appuyant sur la barrière. Il est lent, mais il y arrive. Et puis, quand il attaque la suite de l’escalier, voilà qu’il manque la première marche qu’il n’a pas vue, et Jan trébuche dans une chorégraphie digne des meilleurs bêtisiers, descendant les escaliers en boule, pour finalement s’écraser la tête la première contre le mur en face du second tiers de l’escalier. Quelle idée de faire des escaliers ainsi, aussi, ils pouvaient pas faire un truc qui tourne, plutôt que de faire un truc en plusieurs parties entrecoupé de passages où il faut faire deux pas avant de rejoindre la suite des escaliers ? Pff. N’importe quoi. Râlant silencieusement, Jan finit par se redresser difficilement pour s’asseoir sur l’une des marches, tandis qu’il passe sa main droite sur son visage et qu’il sent un liquide imprégnant ses doigts. Seconde bonne nouvelle. Il a déjà été deux fois à l’infirmerie la semaine dernière, c’est pas pour remettre ça cette semaine. Or, il ne va pas avoir le choix s’il veut se faire recoudre l’arcade. Pour l’instant, un peu sonné, il se contente d’essuyer le sang avec sa manche de pull et d’appuyer celle-ci contre sa blessure, en attendant d’y voir suffisamment clair pour tenter de se relever. Chaque chose en son temps. Et voilà que Salomé arrive depuis le rez-de-chaussée, et il soupire légèrement. Sa réputation de gaffeur ne va pas s’arrêter aujourd’hui, c’est certain. « Ah, tiens, salut Salomé. » Il la salue en affichant un maigre sourire. Pourtant, il est ravi de la voir, il adore Salomé, mais il est encore un peu sonné et pas très réceptif. « Tu me portes malheur je crois, il m’arrive que des ennuis quand t’es dans le coin. » Il poursuit après un instant de silence, toujours avec un maigre sourire aux lèvres, tandis qu’il fait référence à leur semaine d’isolement et ce jour où elle l’avait attaquée avec une espèce de noix, geste qui lui avait valu un bleu sur le nez durant quelques jours. « Euh, je plaisante. Tu me portes pas vraiment malheur, j’espère que tu le sais, hein. » Qu’il se reprend toutefois, peu à l’aise à l’idée qu’elle pense qu’il lui en veut pour une raison ou pour une autre, alors qu’il a conscience qu’elle n’est absolument pas responsable de son petit accident du jour, c’était simplement une tentative d’humour pour se changer les idées et pour suivre les conseils d’Isidore. « Oh, d’ailleurs je te rappelle que tu dois faire parvenir tes nominations et ta popularité au maître, hein ! » Il continue d’une voix qui se veut autoritaire, mais qui ne sonne absolument pas comme telle tant il n’a pas l’habitude. C’est juste qu’il veut s’assurer qu’elle n’oublie pas cette semaine, afin qu’elle ne soit pas nominée une fois de plus. « Ah, et je suis désolé pour ta nomination, j’espère que ça va... mais t’as pas de soucis à te faire, t’as été vachement soutenue hier, donc ça va aller, tu verras. » Elle est arrivée seconde des votes, peut-être pas loin devant Lajak et James, mais tout près aussi d’Ali, et loin devant Léo ou Gatsby. Elle n’a donc pas de soucis à se faire de ce côté-là. Et cette fois-ci, il lui offre un sourire qui se veut sincère et réconfortant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Salomé
Voir le profil de l'utilisateur   
young blood, 02/08 - 13h19 Empty
Message (#) Sujet: Re: young blood, 02/08 - 13h19 — Mar 4 Aoû - 0:55

Le Fish&Chips était un plat absolument délicieux, mais qu’on avait tendance à regretter aussitôt après l’avoir mangé. Ou alors, son estomac de Serbe n’était pas apte à digérer ce genre de nourritures. Pourtant ils avaient leurs propres spécialités, elles aussi bien lourdes dans leur genre, mais là, elle devait reconnaître que son organisme avait du mal à absorber ce qu’elle venait de s’enfiler à généreuses bouchées. Mais elle avait passé un bon moment avec James,  moment qui lui avait réchauffé le cœur et égayé l’âme. Elle se dirigeait à pas paisibles vers la sortie du château avec dans l’idée d’aller se trouver un coin à l’ombre pour une bonne sieste méritée, quand un bruit assourdissant retentit dans le couloir. Elle se figea, tendant l’oreille, cherchant inconsciemment quelle pouvait être l’origine d’un tel bruit. Une chute. Oui, définitivement. Elle savait encore reconnaître le son d’une méchante chute quand elle entendait une, et celui ou celle qui avait provoqué ce bruit tonitruant ne devait pas en mener large à l’heure qu’il était. Elle fit aussi demi-tour et partit à grands pas vers l’origine du bruit, juste à temps pour trouver un Jan sonné qui s’asseyait avec peine sur une marche. « JAN! Mon Dieu, tu vas bien ? » Une sorte d’instinct protecteur, presque maternel, prit le dessus et elle se précipita près de lui. « Ah, tiens, salut Salomé. » Bon, déjà, il parlait. Elle le força sans écouter ses faibles protestations à soulever la manche de son pull qui arborait maintenant une belle couleur cramoisie. Respirer profondément. Elle détestait le sang, mais elle devait s’assurer qu’il allait bien. Elle s’évanouirait plus tard si elle en trouvait le temps. Elle examina avec un courage qu’elle s’ignorait la coupure, et constata avec soulagement qu’elle semblait superficielle. « Tu me portes malheur je crois, il m’arrive que des ennuis quand t’es dans le coin. »  Elle s’écarta légèrement de lui, surprise, puis un sourire amusé étira ses lèvres. « Euh, je plaisante. Tu me portes pas vraiment malheur, j’espère que tu le sais, hein. » Elle rit légèrement, et répondit dans la foulée, taquine : « Tu devrais plutôt me remercier, je suis toujours là pour venir à ton secours. » Elle chercha autour d’elle ce qui pourrait être plus pratique que la manche de son pull pour éponger la blessure. « Et puis je te comprends, j’étais comme ça aussi avant. Enfin, encore maintenant, mais je fais semblant d’être normale. Et ma fille… Une vraie Little Miss Catastrophe ! » Elle lui adressa un clin d’œil complice. S’il savait seulement combien cette description était insuffisante pour la décrire. S’il y avait un accident à avoir, une chute à faire, une faille à exploiter, sa fille serait toujours la première à y arriver, ce qui avait le don de la paniquer profondément. « Oh, d’ailleurs je te rappelle que tu dois faire parvenir tes nominations et ta popularité au maître, hein ! » Elle jeta un regard amusé à son ami, retenant difficilement un large sourire. « Chef, oui, chef ! » mima-t-elle en riant de bon cœur. Au moins il avait eu la gentillesse de s’en souvenir. Elle était trop tête en l’air pour son bien, et Sa Majesté lui en avait fait payer le prix fort. « Ah, et je suis désolé pour ta nomination, j’espère que ça va... mais t’as pas de soucis à te faire, t’as été vachement soutenue hier, donc ça va aller, tu verras. » La gentillesse de Jan avait toujours le don de faire ressortir ce qu’il y avait de plus… sympathique chez les gens. Même William serait incapable d’en vouloir à Jan, elle en était persuadée. « T’es gentil, mais il ne faut pas trop t’en faire. Si je pars, eh bien voilà, je retournerai vivre au cirque ! » Elle lui sourit, mais c’était une mimique triste, qui manquait de conviction. Elle approcha un peu son visage du sien pour le regarder droit dans les yeux, cherchant dans le regard un peu penaud de son ami le moindre signe d'un début de commotion. Pas qu'elle soit médecin, mais elle travaillait dans un cirque, alors des méchantes chutes qui se finissaient plus ou moins bien, elle en avait déjà vu. « Tu es sûr, ça va ? Pas le tournis, rien ? Il faut le dire hein, sinon je te porte tout de suite à l’infirmerie. » Puis elle s’écarta, les sourcils froncés. Il avait quand même plongé dans l’escalier la tête la première, il avait eu une sacrée veine d’en sortir aussi indemne. « Mais au fait, comment tu as fait ton compte ? » Non, parce que dans un escalier étroit elle pouvait encore comprendre, mais cet escalier était si large qu’elle aurait pu y faire passer leur éléphante facilement. Alors elle était un peu curieuse de savoir comment Jan avait réussir à presque se tuer dans un escalier large comme une péniche.

_________________

Living like we're renegades

Long live the pioneers, rebels and mutineers. Go forth and have no fear, come close and lend an ear. (...) It's our time to make a move, tt's our time to make amends, it's our time to break the rules. Let's begin... ©️ (sign) anaëlle (texte) x ambassadors • renegades.
Revenir en haut Aller en bas
Jan
Voir le profil de l'utilisateur   
young blood, 02/08 - 13h19 Empty
Message (#) Sujet: Re: young blood, 02/08 - 13h19 — Mer 5 Aoû - 0:01

Bon. Les escaliers, c’est vraiment pas une bonne idée. Il ferait mieux d’écouter sa mère, même si elle n’est pas à ses côtés dans cette aventure. Mais il y a une raison pour laquelle elle le couve et qu’elle lui interdit d’utiliser les escaliers, il vient d’en faire l’amère expérience. Ça faisait bien longtemps qu’il avait pas fait une aussi mauvaise chute. Enfin, dans les escaliers, parce que des chutes, il en fait à la pelle, faut voir avec quelle difficulté il rejoint parfois les cottages, au milieu de la nuit. Il s’écrase la tête la première, parce qu’il n’y a pas de demi-mesure avec lui, et il met quelques instants avant de reprendre ses esprits, s’asseyant sur une marche plutôt que poursuivre son chemin. Salomé accourt et même s’il apprécie, ça ne l’arrange pas vraiment qu’elle le découvre dans une telle situation, même si son premier réflexe et de s’inquiéter et non de se moquer. Elle essaie d’apercevoir sa blessure, mais il émet quelques protestations. « Ça va, ça va, je t’assure. » C’est qu’un demi-mensonge. La situation n’est pas de plus plaisantes, mais des chutes, il en fait par dizaines à la maison, en fait, dès qu’il est seul et perdu dans ses pensées, il a tendance à se mettre dans des situations pas possibles. Et là, il peut s’en prendre qu’à lui-même puisque c’est son idée de prendre les escaliers alors qu’il sait pertinemment qu’ils lui sont déconseillés. Mais bon, Salomé ayant l’air décidée, ça ne sert à rien de contester son geste. Il lui fait une réflexion sur le fait qu’elle porte malheur, avant de rapidement se reprendre parce qu’après tout, c’est pas vrai, hein, c’était juste pour plaisanter, il veut pas qu’elle se fasse de fausses idées. Sauf qu’il devrait plutôt la remercier. « Oui, c’est vrai, on peut aussi voir les choses comme ça. » Il acquiesce avec un léger sourire. Maintenant qu’elle le dit, c’est vrai que c’est une façon de voir les choses, oui. « Alors merci ! » C’est vrai que ça lui fait plaisir de ne pas être seul en vue de la situation, donc il peut légitimement la remercier. La jeune femme lui avoue qu’elle comprend, vu qu’elle était tout autant maladroite que lui, et sa fille semble avoir pris le relai. « Oh, tu as une fille ? Je savais pas ! Elle s’appelle comment ? Elle a quel âge ? Mais t’es mariée alors ? » Ça lui parait logique qu’elle le soit, c’est sa vision d’une famille, mais il peut se tromper. Il se montre peut-être trop curieux, mais c’est un détail important sur la jeune femme, détail qu’il ignorait jusqu’à présent, et il est toujours partant pour en apprendre plus sur les gens qu’il apprécie. Et puisqu’il apprécie Salomé, il tient aussi à lui rappeler qu’elle doit faire parvenir ses nominations et sa popularité à William, afin d’éviter d’être pénalisée une semaine supplémentaire. Elle acquiesce dans un geste presque théâtral, ce qui le fait sourire, avant de préciser qu’il est désolé pour sa nomination, même s’il se fait pas trop de souci pour elle. Salomé semble être moins optimiste que lui puisqu’elle parle déjà de retourner vivre au cirque. « Mais j’ai pas envie que tu partes… » Il a donc toutes les raisons de s’en faire, vu qu’elle fait partie des personnes qu’il apprécie le plus ici, et qu’il ne veut clairement pas devoir lui dire au revoir à l’issue du prime de samedi. « D’ailleurs, le cirque où tu travailles il fait le tour du monde ? Ou vous restez sur un même continent ? » Il la questionne, un peu curieux. Il y connait rien en cirque, en sortant d’ici il compte bien rattraper le temps perdu et profiter d’un maximum d’activités, cirque y compris. Alors si, une fois, à tout hasard, le cirque dans lequel travaille Salomé fait une halte en Suisse, il aimerait bien le savoir. Mais peut-être qu’ils vont pas dans des pays aussi petits. Jan a par la suite un mouvement de recul tandis que Salomé s’approche pour l’observer, tandis qu’elle souhaite s’assurer que tout va bien. « Me porter jusqu’à l’infirmerie ? Je suis pas sûre que t’auras assez de force… » Il est pas lourd Jan puisqu’il n’est pas un bloc de muscles comme James ou Isidore, il est sûrement le plus maigrelet des garçons, mais de là à ce que Salomé parvienne à le porter, il a des doutes. Et il veut même pas qu’elle essaie, en fait. « J’ai un peu le tournis, oui, mais ça va passer, c’est pas la première fois. Et c’est pas une grosse coupure, j’irais à l’infirmerie quand j’oserais me lever. » C’est juste l’histoire de trois ou quatre points de suture, voire moins, c’est pas grand-chose pour lui, c’est presque la routine, en fait. « Euh… j’ai loupé une marche. » Qu’il répond par la suite à son interrogation, baissant un peu la tête, car c’est pas vraiment glorieux comme chute. Il a vingt-trois ans, presque vingt-quatre, il devrait être en mesure de descendre un escalier sans louper une marche. « Je suis très maladroit. » Ultime tentative pour ne pas passer pour le boulet ultime, il essaie de mettre ça sur le compte de sa maladresse même si elle n’est pas la seule responsable de sa chute.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Salomé
Voir le profil de l'utilisateur   
young blood, 02/08 - 13h19 Empty
Message (#) Sujet: Re: young blood, 02/08 - 13h19 — Jeu 6 Aoû - 0:52

A le voir comme ça, par terre et tout sonné, Salomé sentit son cœur qui ratait un battement. Jan comptait parmi les rares personnes qu’elle appréciait réellement dans cette aventure, et pendant l’espace d’une demi-seconde, elle s’imagina le pire. Mais en le voyant se relever tant bien que mal, un soupir de soulagement qu’elle ne s’était pas rendu compte d’avoir retenu lui échappa. Malgré les faibles protestations de Jan et sa propre peur des blessures, elle jeta un regard à la plaie. Bon, en surface, plus de peur que de mal. Mais ce qui l’inquiétait davantage, c’était sous la peau. Elle le surveillait de près, et il était hors de question qu’elle le laisse tout seule dans les minutes voire les heures qui allaient suivre. Sur quoi il l’accusa, tout à fait à tort, de lui porter malheur. Quoi ? Alors qu’elle était celle qui venait toujours à son secours. Mais l’un comme l’autre plaisantaient, ce que Salomé ne put s’empêcher de prendre comme un signe de bonne santé. Mais en dépit du faible rire de Jan, elle ne pouvait empêcher l’inquiétude de lui serrer le cœur. Et puis une phrase sur sa fille lui échappa. Et évidemment, comme c’était l’un des rares sujets dont elle ne parlait jamais, ou très peu, Jan s’enthousiasma littéralement. « Oh, tu as une fille ? Je savais pas ! Elle s’appelle comment ? Elle a quel âge ? Mais t’es mariée alors ? Elle rit doucement. « Oui, j’ai une fille, elle s’appelle Levna. Elle vient tout juste d’avoir quatre ans. » Mais son sourire se figea légèrement quand il aborda l’épineux sujet de son mariage. Elle ne portait jamais son alliance, ce que Vedel lui reprochait toujours à grands cris, et parfois plus. Elle détourna le regard et répondit, évasive. « Oui, je suis mariée. Depuis quelques années. » Mais aussitôt le souvenir du sourire de sa fille vint effacer l’amertume de sa vie conjugale. Elle tourna de nouveau son regard clair vers Jan, et un sourire doux venait plisser le coin de ses yeux. « Elle t’adorerait, tu sais. Levna. » Elle ne pourrait pas l’exprimer en mots, mais Jan lui faisait en fait beaucoup penser à sa fille. Elle y avait chez elle une infinie candeur qui avait le don de bonifier toutes les personnes dans son entourage immédiat. Jan eut d’ailleurs  la grande bonté de lui rappeler ses devoirs de candidate auprès du Maître. Elle ne voyait pas un possible retour à la maison comme la fin du monde, mais ce n’était visiblement pas l’avis de son ami, et elle le remercia dans un souffle. On ne dirait jamais assez l’importance de mots simples venus de personne que l’on appréciait. « D’ailleurs, le cirque où tu travailles il fait le tour du monde ? Ou vous restez sur un même continent ? » Elle sursauta légèrement, ses pensées avaient dérivés. « Oh, on voyage un peu dans toute l’Europe. On a même été jusqu’en Espagne, une fois ! Mais ça dépend beaucoup des frontières, et de qui nous laisse passer. » Elle retint une mimique agacée, parce que les préjugés entourant des tsiganes venus des pays de l’Est étaient si inombrables que plusieurs générations encore en souffriraient. « Tu aimes bien le cirque ? Tu devrais venir nous voir une fois. Je te présenterais Levna, et elle serait très contente de te faire rencontrer Monsieur Nežan. » Un sourire que seule la tendresse d’une mère pour sa fille pouvait dessiner sur un visage étira ses traits. Jan, lui, doutait de sa capacité à le porter jusqu’à l’infirmerie. Elle lui jeta un regard empli de défi et de malice. « Tu serais étonné. Ce n’est pas parce qu’on ne ressemble pas à Monsieur Muscles qu’on ne peut pas soulever des montagnes… et des Jan ! » Il insistait que ce n’était rien, mais elle n’était pas convaincue. Pas du tout, même. « Eh bien moi je ne suis pas convaincue. Alors on ira ensemble quand tu seras prêt, mais il est hors de question que je te laisse comme ça. » Elle ne le laisserait que quand elle le saurait sain et sauf, et avec le coup qu’il venait de prendre sur le crâne, il était loin de l’être. D’ailleurs comment avait-il fait son compte ? Lui prétextait la maldresse, mais l’escalier était large et les marches profondes. Elle ne pouvait pas mentir, sa curiosité était piquée, mais elle n’était pas du genre à forcer la confidence. « Ce n’est pas bien grave. Ça arrive à tout le monde de tomber. Le plus important c’est que tu n’ais rien de grave ! » Elle lui sourit gentiment. Le reste importait peu, qu’il soit maladroit ou qu’il s’agisse d’autre chose. Il allait bien, alors c’était le principal.

_________________

Living like we're renegades

Long live the pioneers, rebels and mutineers. Go forth and have no fear, come close and lend an ear. (...) It's our time to make a move, tt's our time to make amends, it's our time to break the rules. Let's begin... ©️ (sign) anaëlle (texte) x ambassadors • renegades.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
young blood, 02/08 - 13h19 Empty
Message (#) Sujet: Re: young blood, 02/08 - 13h19 —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISONS 5 A 10 :: Huitième Saison-
Sauter vers: