Partagez
 

 heart and soul, 08/09 - 14h35

Aller en bas 
AuteurMessage
Jan
Voir le profil de l'utilisateur   
heart and soul, 08/09 - 14h35 Empty
Message (#) Sujet: heart and soul, 08/09 - 14h35 — Lun 7 Sep - 1:55


w/mo
Jan ne sait pas vraiment ce qui lui a pris. La cour intérieure, c’est pas le genre d’endroit qu’il a l’habitude de fréquenter. Enfin, il ne s’est rendu ici qu’une seule fois : pour faire une partie de football avec les autres. Ou plutôt, arbitrer la partie de football des autres. Car il avait mis les choses au point dès le début de celle-ci, il est incapable d’exercer la moindre activité physique. Il peut pas courir, ses jambes ne sont pas coordonnées, il a déjà suffisamment de peine à marcher, alors s’il ne voulait pas prendre le risque de se casser une jambe, il fallait mieux qu’il se tienne éloigné du terrain et surtout du ballon, et qu’il se contente de regarder le tout depuis le banc de touche. Mais aujourd’hui, une idée saugrenue lui hante l’esprit depuis ce matin. Il a cette soudaine et irrépressible envie de … marquer un but. Oui, marquer un but. Il sait pas vraiment pourquoi. Peut-être parce qu’il est libéré d’un poids, peut-être parce qu’il a la satisfaction d’être en finale alors qu’il ne s’y attendait clairement pas. C’est une sorte de rêve pour lui, le vilain petit canard de sa famille, incapable de faire quoi que ce soit par lui-même. Alors il faut fêter ça. Et à défaut de boire, il se dit que marquer un but, c’est symbolique. Et même sans raison, il aimerait bien jouer au foot l’espace de quelques instants. À la maison, il aura plus le droit à ce genre de folie, autant qu’il en profite tant qu’il le peut encore. Il se met en route pour rejoindre la cour et c’est le sourire aux lèvres qu’il découvre un pauvre ballon de foot lâchement abandonné par les sportifs du château. Il peut pas se résoudre à le laisser ainsi. Mais il commence à se raisonner, à se dire que c’est pas une bonne idée, qu’il va se faire mal. Mais c’est plutôt habituel, chez lui. Alors bon, il est plus à une blessure près, après tout. Il tâte le pour et le contre. Et puis, de son bout de terrain, il regarde son pied, réfléchit, et essaie de s’élancer sans trop savoir comment faire. Et ça se voit, car il fait à peine trois pas avant de s’écrouler par terre, en se rattrapant à l’aide de sa main droite, ce qui n’est pas pour faire du bien à son poignet. Pfff, il se désespère tout seul, parfois. Faut qu’il se fasse à l’idée, le sport c’est pas pour lui. Décidant de s’écrouler sur le dos tandis qu’il pose délicatement son poignet sur son torse, il préfère observer le ciel, c’est mieux, le ciel. Sauf quand on a trop d’idées qui se chamboulent dans son esprit. Il pense à son futur retour. Il se demande comment il va être accueilli à la maison. Et surtout, si ses parents ont réussi à réparer les pots cassés. Et puis, alors qu’il avait fermé les yeux, une ombre le cache de la lumière et il ouvre à nouveau ses paupières pour découvrir Mo. « Salut. » Il lance dans un premier temps, avec un léger sourire, en tentant de se remettre en position assise, mais aussitôt qu’il a appuyé son poignet contre le sol, il se ravise. Il est bien, couché, aussi. Et puis, soudain, en se remémorant une vieille conversation avec le jeune homme, il se dit qu’il serait le temps de lui fournir une réponse. « Tu te souviens quand tu m’as demandé ce qui me terrifiait le plus ? » Ce jour-là, au train fantôme, alors que Mo avait réussi à convaincre Jan de s’installer dans le wagon alors même qu’il s’agissait d’un truc qui lui faisait particulièrement peur. La question de Mo avait été légitime, mais ce n’était pas le train fantôme, ni la réponse à laquelle s’attendait le britannique. « C’est pas ma sœur… c’est que mes parents divorcent. » Il répond en haussant les épaules, d’un air perdu. Ça le terrifie, c’est le cas de le dire, car il serait aussitôt jugé responsable, et il n’est pas certain de pouvoir porter une telle responsabilité sur ses frêles épaules. « Je pouvais pas le dire avant parce que… bah c’était un peu lié à mon secret, mais je peux maintenant. » Il est libre de parler comme il le souhaite, sans faire attention à dévoiler trop d’informations quant à son secret, ce qui a été sa plus grande crainte durant l’aventure, puisqu’il a tendance à blablater plus que la normale, ses camarades ont pu en faire les frais lors de sa révélation. « Hé, dis-moi… T’es pas infidèle, toi ? Tu vas être gentil avec Salomé ? » Il demande, un peu curieux. « Je pense pas que tu sois comme ça, mais vu ton travail, je me pose la question, faut pas mal le prendre, hein… D’ailleurs c’est original comme entreprise, même si c’est pas très sympa pour ceux qui sont trompés. » Il pense à voix haute. Mais il faut de tout pour faire un monde, pas vrai ? Il est pas trop d’accord avec ça parce que c’est pas très gentil pour les compagnons des infidèles, mais Mo est son ami, quand même.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mo Sharif
Voir le profil de l'utilisateur  http://madebyumita.tumblr.com 
heart and soul, 08/09 - 14h35 Empty
Message (#) Sujet: Re: heart and soul, 08/09 - 14h35 — Mar 8 Sep - 8:28

Tranquillement installé au salon après manger Mo ne faisait à vrai dire rien de précis en ce début d'après-midi, profitant encore de ce que sa digestion l'empêche de se concentrer sur une quelconque activité à trouver pour s'occuper l'esprit pendant la seconde partie de la journée. Parce qu'il n'avait jamais regardé l'émission avant il ne savait pas trop à quoi s'attendre avec ce dernier prime, ce qui s'y passerait, ni même s'il se tiendrait dans ce salon comme tous les autres ou non ... Et en même temps il essayait de ne pas penser à ça, parce que s'il avait hâte de retrouver l'extérieur, sa famille, son boulot, ses potes, il savait qu'il aurait du mal à faire ses adieux à cet endroit et une petite voix dans un coin de sa tête commençait déjà à le titiller à ce sujet. Et puis tout serait différent une fois dehors, il savait d'avance qu'il ne reverrait probablement jamais une bonne partie des candidats qu'il avait rencontré ici, même s'il en appréciait la plupart, et que bientôt tout cela ne se résumerait plus qu'à se souhaiter machinalement un bon anniversaire une fois par an sur facebook ou twitter, comme cela pouvait être le cas avec certains anciennes connaissances de lycée que l'on gardait dans sa précieuse liste d'amis simplement pour pouvoir savoir ce qu'ils devaient et éventuellement commérer à ce sujet avec les connaissances communes qu'on pouvait rencontrer. Soupirant parce qu'il recommençait à avoir le blues en pensant à la fin de la semaine, Mo avait fini par se lever et jeter machinalement un regard par la fenêtre, pour apercevoir Jan allongé dans l'herbe de la cour intérieure. Ayant besoin de compagnie il avait donc ni une ni deux quitté le salon et rejoint l'extérieur, s'avançant jusqu'à cacher partiellement le soleil au rouquin pour lui faire remarquer sa présence « Salut. » que celui-ci avait d'ailleurs fini par lui lancer en ouvrant un œil tandis que Mo demandait avec curiosité « Qu'est-ce que tu fais là tout seul ? » S'asseyant dans l'herbe à côté du suisse, il l'avait regardé se mettre en mouvement pour semble-t-il se rasseoir, avant de se raviser en traitant son propre poignet comme un animal blessé « Qu'est-ce qui t'arrive, tu t'es fais mal ? » Mo fronçait les sourcils, pas pour avoir l'air sévère mais avec questionnement, tandis qu'il attrapait l'autre main de Jan sans lui demander son avis, pour l'aider à se remettre en position assise. Semblant réfléchir un moment le jeune homme avait d'ailleurs rapidement changé de sujet pour lui poser une question « Tu te souviens quand tu m’as demandé ce qui me terrifiait le plus ? » Il se souvenait, oui, et d'ailleurs il avait répondu en secouant la tête de manière affirmative avant de laisser Jan aller au bout de son raisonnement ; Parce qu'il ne lui demandait sans doute pas cela sans raison. « C’est pas ma sœur … c’est que mes parents divorcent. » Il avait marqué une courte pause, avant d'ajouter « Je pouvais pas le dire avant parce que … bah c’était un peu lié à mon secret, mais je peux maintenant. » Mo avait penché la tête sur le côté, une expression triste mais néanmoins attendrie sur le visage en écoutant le candidat lui faire son aveu. Il trouvait cela triste parce que Jan donnait vraiment l'impression de porter tout le poids de cette éventualité sur ses épaules, et Mo trouvait ça injuste. « Mais c'est normal ça, tu sais. » qu'il lui avait finalement répondu d'un ton bienveillant, en passant un bras autour de ses épaules. Mo non plus n'aimerait pas que ses parents en viennent à une telle éventualité, surtout qu'ils étaient un tel modèle de réussite en terme de couple à ses yeux ... Mais ce qu'il voulait dire c'est que c'était une peur que probablement tous les enfants de parents non-divorcés pouvaient avoir à un moment ou un autre, Jan n'était pas tout seul. « Mais il faut pas écouter ce que te dis ta sœur, ce qui se passe entre tes parents c'est à propos d'eux deux, c'est pas à propos de toi ... Rester avec quelqu'un ou pas c'est une décision qui prend plein de choses en compte. » Alors certes, Jan était peut-être un élément parmi d'autres, mais selon Mo cela ne pouvait pas être suffisant. « Et puis hey, je suis sûr que ta famille doit être admirative de savoir jusqu'où tu es allé ici, et tu as fais plein de choses que tu avais jamais fait avant, tout ça ... ils vont avoir droit à un nouveau Jan, quand tu vas rentrer ! » Il avait sourit à nouveau légèrement, et fini par retirer son bras des épaules de Jan non sans préciser ensuite au cas où cela n'aurait pas été très clair « En tout cas en attendant tu es le bienvenu chez moi autant de temps que tu veux. » Et puis mine de rien cela lui ferait une compagnie aussi, parce que Mo appréhendait un petit peu le retour à son train-train quotidien après avoir vécu deux mois et demi dans cette gigantesque colocation. Cela allait lui faire bizarre de ne plus avoir des candidats partout, et une source intarissable de personnes avec qui passer du bon temps ... Il risquait d'avoir un peu le blues, dehors, alors quelque part il n'était pas mécontent de ramener momentanément un colocataire d'ici chez lui. Se laissant finalement à son tour tomber dans l'herbe Mo s'y était allongé en observant avec curiosité la forme des nuages autour d'eux, comme s'il y cherchait un nuage qui pourrait ressembler à quelque chose, n'importe quoi, lorsque changeant à nouveau de sujet Jan avait repris « Hé, dis-moi … T’es pas infidèle, toi ? Tu vas être gentil avec Salomé ? » Il avait quitté les nuages des yeux pour tourner à nouveau son regard vers le suisse « Je pense pas que tu sois comme ça, mais vu ton travail, je me pose la question, faut pas mal le prendre, hein … D’ailleurs c’est original comme entreprise, même si c’est pas très sympa pour ceux qui sont trompés. » Mo était habitué à ce genre de questions, parfois même elles étaient posées de manière beaucoup moins aimable et avec un tact pratiquement inexistant, alors que Jan se rassure il en fallait désormais bien plus que cela pour qu'il soit vexé « Ce n'est pas très sympa, non ... Mais je ne pousse personne à quoi que ce soit, tu vois ? Les gens qui se payent nos services ont déjà pris leur décision, sinon ils ne seraient pas là. Et j'ai pris le parti de ne pas me poser de questions à ce sujet, les motivations des uns et des autres ce n'est pas mon problème ... ça ne me regarde pas. » La société était ainsi faite, c'était un simple constat que Mo ou n'importe qui d'autre était capable de faire. Il suffisait de voir la façon dont l'adultère se montrait fièrement sur les panneaux publicitaires du métro, à la télévision ou à la radio, et même dans les journaux ... Mo n'était pas le seul à avoir décidé d'exploiter ce filon, et lui partait du principe que chacun agissait selon sa propre conscience. « Et même si je sais pas trop où on va et que ça me fait un peu flipper, faire du mal à Salomé c'est vraiment la dernière chose dont j'ai envie. » Il avouait ça d'un air un peu moins assuré que précédemment, pas parce qu'il n'était pas sûr de lui mais parce qu'il se sentait encore un peu paumé face à cette situation qu'il ne contrôlait pas et qui lui faisait l'effet d'un grand plongeon dans l'inconnu. Il avouait ses doutes à demi-mot à Jan uniquement parce qu'il lui faisait confiance, même si du point de vue des relations amoureuses on se doutait bien que Mo n'attendait pas de conseils de sa part. Peut-être qu'il avait seulement besoin de faire part de ses doutes à quelqu'un, en fait.

_________________

- the more you sweat in practice,
the less you bleed in battle. -
Revenir en haut Aller en bas
Jan
Voir le profil de l'utilisateur   
heart and soul, 08/09 - 14h35 Empty
Message (#) Sujet: Re: heart and soul, 08/09 - 14h35 — Mer 9 Sep - 0:03

Il avait espoir, Jan, de réussir à marquer son but, afin de prétendre savoir jouer au foot, ou du moins, se vanter d'avoir essayé. Mais c’est peine perdue, il s’écroule après une poignée de pas, et bien évidemment, Jan étant Jan, il n’arrive pas à reprendre son équilibre sans passer par la case chute. Et celle-ci est douloureuse, sans quoi ce ne serait pas drôle. Son poignet endolori lui dessinant une grimace sur le visage, il décide donc de se coucher sur le dos et d’attendre que la douleur passe avant de se relever, car elle passera bien à un moment ou à un autre, pas vrai ? Et puis, il fait pas trop froid encore, il peut bien rester allongé sur cette pelouse quelques minutes, ce n’est pas comme s’il risquait de geler sur place dans les minutes qui viennent. Malheureusement pour lui, alors qu’il aspirait à la tranquillité, de nombreuses idées se bousculent dans son esprit, principalement en lien avec son retour imminent chez lui. Il va bien faire un détour chez Mo, à Londres, avant de prendre l’avion (ou plutôt le train s’il veut sauver la vie du Révolutionnaire, car il compte toujours l’embarquer avec lui) pour la Suisse, mais il ne pourra pas repousser éternellement ce moment. La vérité, c’est qu’il appréhende. Il a certes montrer qu’il pouvait se débrouiller mieux que ce que sa famille peut penser, mais il n’a toujours pas pu prouver qu’il était véritablement quelqu’un de confiance, qu’on peut bien le laisser seul plusieurs heures, se débrouiller, avoir un vrai travail, bénéficier de la possibilité de se balader hors des murs de sa maison quand il le souhaite. Et il a conscience qu’il n’arrivera jamais à prouver cela, qu’avec son handicap, il n’arrivera probablement jamais à être pleinement indépendant. Par conséquent, il se dit que sa situation nécessitera toujours une certaine vigilance que devra lui accorder sa mère, au détriment du reste de la famille. Et ce n’est pas une idée qui lui plait, car ce n’est pas une idée qui aidera son retour, si elle est ancrée dans l’esprit de sa famille autant que dans le sien. Il pousse un soupir, ferme les yeux, tente de faire le vide. Ça devrait pas être difficile, il y a pas grand-chose là-dedans, avec son demi-cerveau, hm. Mais alors qu’il parvient enfin à se détendre quelque peu, une silhouette vient lui faire de l’ombre et quand il ouvre les yeux, il a l’agréable surprise de découvrir Mo penché sur lui. Le saluant avec le sourire, son camarade ne tarde pas à lui poser une question tout à fait légitime. Et alors qu’il tente de s’asseoir pour lui répondre, la douleur provoquée par l’appui de sa main sur le sol se propage sur l’ensemble de son avant-bras, avant de se concentrer dans son poignet, et il abdique, tandis que Mo reprend la parole en voyant la scène.  « Euh… J’ai voulu jouer au foot, oui je sais c’était pas une très bonne idée, et c’est le cas parce que ça m’a pas trop réussi. Ça va passer, au pire je connais le chemin de l’infirmerie depuis le temps. » Voilà, Mo connait la raison de sa présence ici, tout seul, mais également celle derrière son poignet douloureux. Tandis qu’il se retrouve tiré en avant sans trop réaliser pourquoi, le voilà finalement assis face à Mo, un peu sceptique. Il a pas tout compris, mais c’est pas grave, il est désormais assis et c’est un peu plus civilisé que d’être vautré par terre, pour tenir une conversation. Se remémorant une conversation qu’il avait plus ou moins laissée en suspens il y a quelques semaines de cela, Jan se décide enfin à fournir une réponse à la question que Mo lui avait posée lors de leur petit tour de train fantôme. Ce qui lui fait peur, c’est pas sa sœur, même si cela pourrait être le cas. Non, c’est que ses parents divorcent, et qu’il soit considéré comme étant la cause de cet échec. Et quand Mo lui dit que c’est normal, Jan relève la tête, un peu sceptique. Il a un peu de la peine à considérer que tous les parents puissent se séparer parce que leur enfant devient un poids si important qu’il en provoque régulièrement des conflits. Mais il est vrai qu’il n’a pas osé préciser qu’il en prendrait directement la responsabilité. Il apprécie les efforts de Mo pour le réconforter, mais il ne partage pas son avis, pour avoir vécu la situation de près, les premières disputes, les réflexions, il a bien compris qu’il était impliqué dans la décision de son père. Décision pas forcément irrévocable, il l’espère. « Il y a pas qu’elle qui dit ça… et je sais pas trop, pour ce que j’y connais en relations amoureuses, j’ai aucune idée des raisons qui peuvent pousser au divorce, mais ils se disputent surtout à cause de moi. Je suis quand même un problème, sinon je serais pas venu ici. » Il lance en haussant les épaules. S’il n’avait pas été un facteur à prendre en compte, il n’aurait eu aucune raison de participer à cette émission puisque son secret était directement lié aux raisons de sa venue. Et si c’est sa sœur qui l’a aidé durant la phase des castings, son frère n’était pas contre l’idée qu’il vienne ici, lui-aussi étant d’avis à éloigner Jan des parents durant un certain laps de temps. Le rouquin esquisse toutefois un sourire à la prochaine réflexion de Mo. « Je pense pas que mes parents regardent du coup, et mon frère et ma sœur ils sont pas mal occupés… Mais j’espère qu’ils regardent de temps en temps et qu’ils sont quand même contents de moi, surtout que j’ai respecté ma part du marché, et que j’ai réussi à rester ici durant deux mois. » Alors, il espère qu’ils ont aussi fait un effort de leur côté, ça lui ferait plaisir de savoir qu’ils l’ont suivi, même de loin. L’émission ne passe pas en Suisse, mais ils doivent pouvoir la suivre depuis Internet. « Et puis même s’ils regardent pas, je compte bien leur prouver que je suis un peu différent, parce que je compte bien continuer mes efforts. » En suivant les nombreux conseils qu’on lui a donnés ici, il est probable qu’il continue sur cette lancée, à comprendre un peu mieux les autres, le comportement à adopter en société, le second degré et l’humour. « Euh, je pense pas que tes parents regardent l’émission, mais tu dois être trop une star auprès de tes potes, enfin, j’imagine. » Il a cru comprendre que les parents de Mo sont assez stricts dans leur genre alors il ne pense pas qu'ils regardent cette émission, mais sans trop savoir pourquoi, Jan imagine les amis – et associés, du coup – de Mo être assez à fond dans ce genre d’émission. Peut-être parce qu’ils ont sûrement le même âge que son camarade et qu’il imagine le public de Thrown Dice être assez jeune. « C’est vraiment sympa, Mo, je me répète, mais j’ai trop hâte de visiter Londres ! » Mo doit le savoir maintenant, mais il se répète, parce qu’un séjour comme celui-ci dans la capitale anglaise est une aubaine pour un Jan qui ne sort que très rarement de sa chambre. « Bon, j’espère que j’y prendrais pas trop goût non plus sinon je vais m’ennuyer, de retour chez moi. » Dans son petit patelin dont la moyenne d’âge s’approche plus de la soixantaine que de la trentaine. « Et toi, d’ailleurs, si tu veux venir te perdre au milieu des montagnes, hein. » Bon, ça risque de le changer de Londres, mais ça a son charme aussi. « Seul ou avec Salomé. Avec Salomé, j’espère, en fait. » Ça voudrait dire qu’ils sont toujours ensemble. Parce qu’ils le sont, pas vrai ? Peu importe, deux pour le prix d’un, ce serait un réel bonheur pour Jan qui espère bien revoir ses camarades une fois cette aventure terminée. Et, en parlant de Salomé, voilà que Jan change de sujet pour rebondir sur le secret de Mo, notamment sur le fait qu’il s’occupe de dissimuler des infidélités, s’il a tout compris, ce qu’il ne garantit pas. Il veut pas se montrer vexant, loin de là, mais il est vrai qu’il veut s’assurer que Mo n’agit pas comme ses clients, et qu’il va pas agir de la sorte avec Salomé. Parce que ça le perturbe un peu son secret, il comprend pas trop comment on peut tromper son amoureux ou son amoureuse, mais c’est certainement parce qu’il a une vision très traditionnelle du couple, puisqu’il se contente de celle enseignée par sa mère, elle-même influencée par la religion. Il adore Mo, il adore Salomé, il veut que tout se passe bien entre eux. Et quand Mo se défend après que Jan ait évoqué le côté ‘pas sympa’ de la chose, le rouquin doit bien admettre que son camarade marque un point. « Oui, je vois, et je sais que tu y es pour rien, hein, je me doute bien que tu dis pas aux gens ‘hé faut tromper ton amoureuse’, mais je trouve ça triste pour eux justement, mais bon, c’est le problème des méchants de l’histoire, ceux qui payent pour tes services… Enfin, bon, ça te fait du boulot c’est sûr et c’est cool pour toi, mais c’est pas des gens sympas, moi je trouve, parce que quand tu as un ami qui t’énerve et que tu apprécies plus, bah t’arrête de le voir, donc ça devrait être pareil, je crois, quand t’es plus trop amoureux. » Il blablate, un peu pensif, avant de secouer machinalement la tête. « En fait je comprends rien, c’est compliqué les relations amoureuses. » Il conclut, en fronçant les sourcils. Ouais, non, il sait ce qu’est l’infidélité, mais il voit pas trop pourquoi les gens le sont, alors il se perd dans des explications et ça sert à rien qu’il se lance sur le sujet, au final, parce que ça l’embrouille plus qu’autre chose. Et donc, Mo ne compte pas agir de la sorte avec Salomé, ce qui dessine un sourire sur les lèvres de Jan. Il se doutait de la réponse, comme il l’a dit il ne pense pas que ce soit le genre de son ami. « Bon, comme je te dis j’y connais pas grand-chose, mais vous êtes mignons, je trouve. Et Salomé est vraiment géniale. » C’est une façon de lui dire qu’il n’a pas besoin de flipper. « Tu m’inviteras à votre mariage, hein ! » Il lance joyeusement, avec un grand sourire, avant de se dire que ça doit juste doublement faire flipper Mo. « C’était une blague, hein. J’y arrive pas encore très bien. » Mais là aussi, il compte pas cesser ses efforts. Il arrivera bien à avoir un certain sens de l’humour à force d’entraînement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mo Sharif
Voir le profil de l'utilisateur  http://madebyumita.tumblr.com 
heart and soul, 08/09 - 14h35 Empty
Message (#) Sujet: Re: heart and soul, 08/09 - 14h35 — Ven 11 Sep - 21:31

C'était une tâche encore plus difficile que les premières semaines de trouver de quoi s'occuper, surtout pour Mo qui n'était pas réputé pour sa capacité à savoir s'occuper tout seul. Et en même temps c'était leur dernière semaine ici, alors ce n'était pas le moment de perdre son temps en restant assis sur un canapé du salon en attendant que le temps passe, raison pour laquelle il avait décidé de sortir s'aérer un peu. Idée qui s'était d'autant plus imposée à lui qu'en regardant par la fenêtre il avait reconnu Jan, allongé dans l'herbe, et s'était empressé de le rejoindre pour s'installer à côté de lui après lui avoir fait remarquer sa présence. Un coup d’œil lui avait d'ailleurs suffit pour réaliser la façon peu naturelle dont le suisse tenait son poignet « Euh … J’ai voulu jouer au foot, oui je sais c’était pas une très bonne idée, et c’est le cas parce que ça m’a pas trop réussi. Ça va passer, au pire je connais le chemin de l’infirmerie depuis le temps. » Ça oui, il avait pu comprendre qu'à défaut d'y avoir seulement déjà fait une visite comme un certain nombre de candidats, lui semblait y avoir une carte d'abonnement. Même si bon, Mo était d'avis que les bobos n'étaient pas forcément une mauvaise chose, et d'ailleurs haussant les épaules il avait fait remarquer « On progresse rarement dans un sport sans quelques bobos, ceci dit. » Ce qui ne voulait pas dire qu'il devait absolument s'estropier s'il ne se sentait pas, mais bon Mo n'était pas vraiment du genre maladroit et des chutes, des bleus et des articulations maltraitées par le football il en avait eu aussi. En fait tout était une question de point de vue, et Mo appliquait simplement comme d'habitude sa théorie du verre à moitié plein et du chaque problème possède une solution, comme lorsque Jan lui avait ensuite avoué que sa plus grande peur résidait en fait dans l'éventualité du divorce de ses parents et que Mo avait tenté tant bien que mal d'essayer de le rassurer et de lui démontrer avec plus ou moins de succès que lui, avec sa petite tête de rouquin, ne devait pas porter le poids de cette éventualité sur ses seules épaules comme s'il en était la cause unique, peu importe ce que sa sœur pouvait en dire. « Il y a pas qu’elle qui dit ça … et je sais pas trop, pour ce que j’y connais en relations amoureuses, j’ai aucune idée des raisons qui peuvent pousser au divorce, mais ils se disputent surtout à cause de moi. Je suis quand même un problème, sinon je serais pas venu ici. » Il avait penché la tête sur le côté, l'air un peu dubitatif. Surtout parce qu'il trouvait ça un peu égoïste de la part des proches de Jan de le rendre responsable de tout ce qui pouvait aller de travers ... Il avait bien vu Mo, que Jan n'était pas ce qu'on pouvait appeler autonome, mais il ne le voyait pas non plus comme un môme de trois ans dont il fallait surveiller les moindres faits et gestes pour éviter qu'il ne mette n'importe quoi dans sa bouche ou qu'il n'essaye de voir par curiosité l'effet que ça faisait de poser ses mains sur le grill du barbecue. « Je pense pas que mes parents regardent du coup, et mon frère et ma sœur ils sont pas mal occupés … Mais j’espère qu’ils regardent de temps en temps et qu’ils sont quand même contents de moi, surtout que j’ai respecté ma part du marché, et que j’ai réussi à rester ici durant deux mois. » Et c'était un peu cruel de penser que Jan n'était pas là de son propre chef à la base mais uniquement parce que ses frère et sœur avaient envie de se débarrasser de lui provisoirement. « Et puis même s’ils regardent pas, je compte bien leur prouver que je suis un peu différent, parce que je compte bien continuer mes efforts. » Et cette fois-ci un sourire durable s'était installé sur le visage de Mo parce que c'était un peu tout ce qu'il voulait entendre, et que ça le satisfaisait un peu de savoir que même de nouveau perdu dans ses montagnes Jan ne comptait pas totalement se laisser faire « Voilà, ça c'est une résolution qui me plait ! » qu'il s'était d'ailleurs exclamé pour témoigner son enthousiasme. Et franchement si la famille de Jan ne prenait même pas la peine de s'intéresser un minimum à ce qu'il faisait ici et s'il parvenait à se débrouiller sans eux, ils étaient totalement inconscients. « Euh, je pense pas que tes parents regardent l’émission, mais tu dois être trop une star auprès de tes potes, enfin, j’imagine. » Il avait laissé échapper un rire d'abord, parce que le terme de star le faisait marrer et lui semblait un peu ridicule sur le fond, bien que sortant de la bouche de Jan ce soit surtout mignon. Haussant néanmoins les épaules il avait répondu « Oh, ils ont l'habitude de mes lubies, je suppose qu'ils ont regardé un peu pour pouvoir me charrier à ma sortie mais c'est pas vraiment le genre de télévision qu'ils affectionnent ... » Ce n'était pas vraiment celui de Mo non plus à vrai dire, et même encore maintenant autant il ne regrettait pas les semaines passées ici autant il ne regarderait probablement pas la saison suivante. « Et je suppose que ma mère a du zapper de temps en temps dessus, parce qu'elle est quand même du genre mère poule et que ça a du être difficile pour elle de ne pas avoir de mes nouvelles pendant aussi longtemps ... Mais bon j'espère qu'elle s'est juste contentée de ça, zapper. » Parce que y'avait quand même certains trucs qu'il ne voulait pas imaginer comme étant passés sous les yeux de sa mère, notamment sa petite escapade dans la salle de bain avec Holly, hm. Quoi qu'il en soit, si les uns et les autres n'avaient pas été assez curieux pour jeter un oeil Mo se ferait un plaisir, et même un devoir de leur présenter Jan et Salomé une fois dehors. Quoi que présenter Salomé le rendait un peu nerveux aussi, mais c'était une autre histoire, pour Jan en tout cas il ne s'en faisait pas et il était même content - et quelque part soulagé - de savoir qu'il n'allait pas transiter directement de cet immense château à la solitude et au silence de son appartement lorsqu'il rentrerait chez lui. « C’est vraiment sympa, Mo, je me répète, mais j’ai trop hâte de visiter Londres ! Bon, j’espère que j’y prendrais pas trop goût non plus sinon je vais m’ennuyer, de retour chez moi. » Et lui risquait de s'ennuyer lorsque Jan repartirait, probablement qu'il irait passer quelques jours chez Jay ou Azide, parce qu'il se doutait que quand bien même ce n'était pas l'envie qui lui manquait il ne pourrait pas compter systématiquement sur la présence de Salomé ... Elle avait sa fille, pour commencer, et probablement d'autres trucs à gérer dont il n'était pas forcément au courant. « Et toi, d’ailleurs, si tu veux venir te perdre au milieu des montagnes, hein. Seul ou avec Salomé. Avec Salomé, j’espère, en fait. » Il avait esquissé un sourire. Avec Salomé il espérait aussi, parce que cela voudrait dire que les choses se goupillaient bien pour eux, et quoi qu'il en soit la proposition de Jan n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd « Ouiiii, en plus la montagne, la neige, ça doit être trop beau ! Enfin j'ai déjà vu de la neige, c'est pas comme la mer, mais bon quand il neige à Londres c'est plus de la bouillie qu'autre chose ... » De la bouillie qui avait vite fait de devenir marronnasse une fois tombée, surtout dans un quartier aussi fréquenté et peuplé que celui de Mo. Et puis la neige à Londres ce n'était quand même pas souvent. « Et puis oui je suppose que ... enfin on n'a pas vraiment encore réfléchi à comment on va gérer les choses dehors, mais ça serait chouette. » Il se sentait toujours un peu entre deux eaux lorsqu'il était question de Salomé, parce qu'il n'était pas habituée au côté sérieux et officiel qui allait avec le fait d'être dans une vraie relation, et il ne savait du coup pas trop ce qu'il était en droit de vouloir ou d'attendre, ou non. Il se demandait d'ailleurs si c'était cette hésitation qui avait poussé Jan à le questionner à propos de ses intentions envers Salomé ou bien si c'était uniquement l'effet de son secret. Et qu'on se le dise Mo était habitué à entendre tout un tas de commentaires à propos de son secret, du bon comme du mauvais, du nuancé comme du plus virulent. Il n'était pas méchant pourtant, ce n'était pas ainsi qu'il envisageait son entreprise, comme un reflet de ce qu'il pouvait y avoir de mauvais chez certains et certaines « Oui, je vois, et je sais que tu y es pour rien, hein, je me doute bien que tu dis pas aux gens ‘hé faut tromper ton amoureuse’, mais je trouve ça triste pour eux justement, mais bon, c’est le problème des méchants de l’histoire, ceux qui payent pour tes services… Enfin, bon, ça te fait du boulot c’est sûr et c’est cool pour toi, mais c’est pas des gens sympas, moi je trouve, parce que quand tu as un ami qui t’énerve et que tu apprécies plus, bah t’arrête de le voir, donc ça devrait être pareil, je crois, quand t’es plus trop amoureux. » Mo avait sourit d'un air un peu triste face au raisonnement de Jan, et tandis que ce dernier concluait par « En fait je comprends rien, c’est compliqué les relations amoureuses. » Oh ça, Mo avait peut-être plus d'expérience que Jan concernant les femmes, mais il n'était en revanche pas beaucoup plus avancé que lui pour ce qui était de comprendre les relations amoureuses. Ce qu'il savait c'était simplement que chaque situation était différente et connue parfaitement uniquement des principaux concernés, et l'air un peu hésitant il s'était contenté de commenter « C'est pas toujours aussi simple que tu le dis, je crois. » Quitter quelqu'un si on ne l'aimait plus, plutôt que d'emprunter le chemin de l'infidélité. Oh Mo n'était pas dupe, il savait bien qu'une bonne partie de sa clientèle était probablement constituée de personnes volages où dont les sentiments pour leur moitié officielle s'étaient étiolés avec le temps, mais il n'en oubliait pas non plus d'où il venait. Dans la communauté de Mo, et même s'ils tendaient à diminuer, les mariages de raison étaient encore chose commune et pouvait-on réellement reprocher son infidélité à quelqu'un qui ne s'était pas marié par amour ? Mais en ce qui le concernait non, il n'était pas du genre à courir eux lièvres à la fois, même si en réalité il avait eu trop peu de relations véritablement suivies pour que la question se soit déjà posée « Bon, comme je te dis j’y connais pas grand-chose, mais vous êtes mignons, je trouve. Et Salomé est vraiment géniale. » Il avait souri, avant de manquer s'étrangler quand le rouquin avait rajouté « Tu m’inviteras à votre mariage, hein ! » parce qu'autant avec certains candidats la plaisanterie ne faisait aucun doute, autant Jan ne l'avait pas vraiment habitué à ça alors c'était à se demander s'il parlait sérieusement ... « Cétait une blague, hein. J'y arrive pas encore très bien. » Immense soupir de soulagement, qu'il n'avait pour une fois même pas eu besoin d'exagérer, tandis qu'il avouait « Bon sang tu m'as fait flipper. » Et puis, réalisant que sa réflexion pouvait être un peu mal interprétée suivant la manière dont on la comprenait, il avait rajouté rapidement « Enfin je suis pas en train de dire que Salomé mérite pas que ... c'est juste que, enfin c'est un peu compliqué et puis, hm ... » Il était sans doute préférable qu'il se taise et qu'il arrête d'aggraver son cas à mesure que les mots sortaient de sa bouche. Tentant maladroitement de se raccrocher à quelque chose d'autre pour se donner une contenance il avait d'ailleurs fait remarquer « Mais bien joué du coup ... c'est hyper crédible ton second degré, comme personne on s'y attend pas. » C'était ça surtout le piège, ça ne durerait qu'un temps mais si il recommençait avec autant d'aplomb avec quelqu'un d'autre il allait peut-être finir par provoquer un ulcère ou une attaque chez quelqu'un, hm. « Tu comptes faire quoi avec l'argent du chèque, si tu gagnes ? » A son tour il passait du coq à l'âne, retrouvant un ton plus calme et repliant une de ses jambes contre son torse d'un air pensif. Il avait l'impression d'être le seul des finalistes à ne pas du tout y avoir réfléchi, peut-être parce qu'il n'avait jamais eu aucun motif financier à sa participation.

_________________

- the more you sweat in practice,
the less you bleed in battle. -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
heart and soul, 08/09 - 14h35 Empty
Message (#) Sujet: Re: heart and soul, 08/09 - 14h35 —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISONS 5 A 10 :: Huitième Saison-
Sauter vers: