-29%
Le deal à ne pas rater :
Les Apple Airpods 2 avec boîtier de recharge en soldes sur Cdiscount
127 € 179 €
Voir le deal

Partagez
 

 The world is mine. (10/05, 09H04)

Aller en bas 
AuteurMessage
Shaun
Voir le profil de l'utilisateur   
The world is mine. (10/05, 09H04) Empty
Message (#) Sujet: The world is mine. (10/05, 09H04) — Mar 3 Mai - 0:00

@Lara

Je termine de manger quand Lara se pointe dans la cuisine. Alors je m'attarde, perché sur le plan de travail, ma tasse presque vide de café entre les mains. Je la fais rouler distraitement entre mes doigts, étrangement calme. C'est pas un jour particulier pourtant. J'ai pas mieux dormi qu'un autre jour, le café était pas meilleur. J'suis juste tranquille. J'ai pas d'étaux sur la poitrine quand je respire, je suis pas à l’affût de la moindre embrouille, je reste pas sur mes gardes comme 95% du temps, que ça soit ici ou à l'extérieur. On parle, pas en continu, parce que je reste pas du matin. Puis j'ai toujours préféré les conversations où je dois pas être actif sans interruption. J'ai pas l'attention pour ça. Et Lara, sans que je sache si elle est toujours comme ça ou si j'ai juste un talent pour tomber sur elle quand elle est dans ses phases smooth, elle a un truc d'apaisant. J'ai jamais ressenti cette rogne endormie qui gronde au fond de ma gorge, en traînant avec elle. P't'être qu'elle le fait pas exprès, ou que mon instinct débile a décidé qu'elle avait absolument rien de tordu et pas net qui nécessite que je m'embrouille. Du coup, quand elle termine, je suis toujours là et on finit par se retrouver debout dans le hall comme deux cons. « On va visiter » je lui dis alors, en fourrant les mains dans mes poches et en sortant dans les jardins. Bon, j'imagine qu'elle capte où je compte aller. Il n'y a pas trente six nouvelles pièces de dispo dans le coin. La suite prestige, elle m'attire pas du tout. Je comptais pas vraiment m'y attarder, ni même aller jusque-là parce qu'au fond, c'est rien d'autre qu'une chambre d'hôtel de film de gonzesses. Un baisodrome à l'allure un peu classe, quoi. Rien qui m'intéresse dans l'absolu, du coup. Mais comme on fait partie de la même équipe, elle comme moi avons gagné l'accès (merci Titiou pour ce cadeau génial). « Combien de chances qu'on tombe sur Hélio et Genevieve ? » Sans rire, ça me ferait tellement marrer. Pas cool pour eux, mais simplement distrayant pour nous. Puis j'tape des noms au hasard, aussi, parce que j'en ai pas la moindre idée de s'ils s'entendent ou pas. Si ça se trouve, ils se calculent pas du tout depuis trois semaines et on a plus de chance de trouver William et Wes qu'eux deux. Pour la première fois, on passe l'entrée de l'hôtel qui ne servait jusque-là qu'à exhiber tout le fric que la BBC a à gaspiller et on escalade les escaliers le nez en l'air (moi en tout cas), jusqu'au dernier étage. Sans faire dans le drama, j'ouvre grand la porte et j'entre dans la fameuse suite sans m'annoncer et comme si j'étais chez moi. Ben ouais, on doit être six ou sept au max à avoir l'accès alors c'est comme si c'était chez moi. « Déception » je fais genre, en constatant qu'il n'y a personne. Malgré moi, je peux pas m'empêcher de détailler la pièce, tournant au milieu de la chambre, avant de me laisser tomber sur le lit, un pied dans le vide et les bras écartés. Putain c'est pas de la merde le lit, là. J'pensais qu'on avait eu le top du top avec les lits du château mais c'est carrément le next level. « C'est des chambres comme ça sur ton bateau ? » je demande alors en ramenant mes mains dans ma nuque. J'ai jamais vu un bateau de croisière en vrai. Si ça se trouve, ce sont des chambres merdiques et toutes petites pour les trois quarts des gens qui peuvent à peine se payer le ticket pour grimper sur le bateau.

_________________
Let's all go on an urban safari
The world is mine. (10/05, 09H04) Tumblr_mk30d43JZ41qzh4aso2_250
now he's just another poster boy
for David Cameron's broken Britain
Revenir en haut Aller en bas
Lara
Voir le profil de l'utilisateur   
The world is mine. (10/05, 09H04) Empty
Message (#) Sujet: Re: The world is mine. (10/05, 09H04) — Lun 9 Mai - 1:23

Les écouteurs branchés aux oreilles, ma tête penchait de droite à gauche alors que je nouais mes cheveux en un chignon histoire de ne pas avoir trop chaud. Il était assez tôt, mais étrangement, je ne me sentais pas plus fatiguée que ça. La nuit n'avait pas été particulièrement agitée, et si mes huit heures de sommeil n'avaient pas été de trop, j'avais rapidement retrouvé mes horaires habituelles, celles qui rythmaient mon quotidien à l'extérieur du château. Cette notion d'intérieur / extérieur m'intriguait d'ailleurs toujours autant, comme si inconsciemment, ici, nous nous retrouvions en captivité. A mes yeux, ça n'était pas le cas et je savais bien que si je le souhaitais, je pouvais tout à fait partir d'ici à n'importe quel moment. Rien ne me retenait, seulement mes envies du moment. Et pour le moment, je n'avais tout bonnement aucune raison de capituler, de toute façon, ça n'était pas pour ça que j'étais ici, qu'on se le dise. Arrivant dans la cuisine, je me servais un verre de jus d'orange, sur des airs d'Arcade Fire, alors que mes courbes s'agitaient de droite à gauche, lentement. Rien de bien sauvage, non, simplement un moyen comme un autre de me sentir bien dans mon corps, d'embrasser cette nouvelle journée. Et puis de toute façon, ça n'était pas comme si sur le moment, je me rendais compte de quoi que ce soit. Avalant quelques cachets, je remarquais finalement la présence de Shaun un peu plus loin, et un léger sourire étirait avec un automatisme presque dérisoire mes lèvres. Pas besoin d'en dire plus, non. Terminant mon verre, je le passais quelques coups à l'eau, accompagné de quelques caresses de l'éponge avant de le laisser sécher, des gestes mécaniques qui ne me demandaient aucun effort de réflexion. Finalement, alors que nous arrivions tous les deux, et sans nous concerter dans le hall, il me proposait d'aller visiter. Evidemment, je voyais bien de quoi il parlait. Il y avait de ça une semaine maintenant, nous avions gagné un accès à la "suite prestige" mais pour tout vous dire, je redoutais plus qu'autre chose cet endroit là, m'imaginant que tout le monde allait y passer pour régler certains de leurs besoins primaires. Laissant l'écouteur droit branché à mon oreille, l'autre retombait contre ma poitrine alors que nous arrivions au niveau de l'hotel et que le jeune homme plaisantait sur ce que nous pourrions y découvrir. « Après toi alors. » Je n'avais tout bonnement aucune envie de tomber sur qui que ce soit, et même si l'idée avait de quoi m'amuser, je préférais encore que mes yeux ne s'entachent pas d'une telle image. Me connaissant, je serais capable de m'en rappeler à chaque fois que j'en viendrais à croiser les candidats en question, hm. Arrivant dans la suite, Shaun se laissait tomber sur le lit, après avoir marqué son avis. « Oh non, on n'a pas accès aux suites des passagers. Pour le personnel, c'est lit une place et chambre de bonne. Enfin, elles sont tout de même bien équipées, et on a quelques privilèges, mais rien comparé à ça. » Clairement, cette chambre était probablement celle dont j'avais rêvé étant gamine. Du moins, elle l'aurait été si d'autres personnes n'y avaient pas accès. « Tu prends toute la place. » soufflais-je en le poussant légèrement pour m'allonger à mon tour sur le matelas. « C'est comment chez toi ? » Et vivait-il seul ou en compagnie de sa famille ?

_________________
    sun will always shine on me
    'Cause I'm a redneck woman
    I ain't no high class broad
Revenir en haut Aller en bas
Shaun
Voir le profil de l'utilisateur   
The world is mine. (10/05, 09H04) Empty
Message (#) Sujet: Re: The world is mine. (10/05, 09H04) — Mar 10 Mai - 21:10

J'essaie de me représenter son environnement, son bateau, sa chambre de bonne qui doit pas mal ressembler à la mienne, et les suites aussi, le hall super moderne, la piscine immense, et la coque blanche colgate. En fait, je vois l'intérieur du Titanic dans un bolide pointu et tout vitré façon carte postale. Un palace sur hélices, super luxueux, qui brille, tout ça, avec pas un pet de poussière ou pas une pièce un peu naze. Rien à voir avec ce dont elle me parle, en fait. J'sais pas, ça semble logique que les employés aient pas des belles suites comme ceux qui claquent du bif pour mais en même temps, dans ma tête, ça pouvait pas exister, des piaules minables dans des bateaux pareils. Mais bon, le seul bateau sur lequel j'ai jamais foutu un pied, c'était un rafiot dégueulasse où vivait mon pote et son père. Une petite péniche déjà bien foutue et qui puait la mort et les algues. J'dois pas être en bonne position pour savoir à quoi ça ressemble un vrai beau bateau. Je fais mine de grogner avant de me bouger un peu pour lui laisser de la place puis je l'observe une seconde, avant de détourner la tête vers le plafond, quand elle me parle de chez moi. Y'a pas grand chose à dire, vraiment. « C'est un vieil immeuble avec plein d'apparts minuscules. Enfin, c'est plus des chambres avec une douche et trois plaques de cuisson. » Je crois qu'on peut considérer que je vis aussi dans un genre de chambre de bonnes. J'dois avoir neuf mètres carrés, dans ces eaux-là, et j'dois évoluer là-dedans, faire tout là-dedans. Puis le bâtiment, il est merdique aussi. C'est une vieille résidence taguée de partout qu'est pas loin de tomber en ruines. Mais c'est tout ce que je pouvais avoir, alors je m'en contente. « J'y suis pas depuis longtemps, quelques semaines, alors c'est pas vraiment chez moi. » Et ça le sera toujours pas dans quinze ans, parce que je compte pas m'attarder là-bas. C'est temporaire. Je sais pas comment je vais faire pour avoir autre chose, pour me tirer de là, mais ça va arriver. Je bosserai, je piquerai ce qu'il me faut, je trouverai une nana chez qui crécher, j'en sais rien, mais à ce stade, je passe la plupart de mon temps dehors pour voir le moins possible cette chambre. Je l'ai déjà trop vu. « Y'a pas vraiment d'endroit que je considère comme chez moi. » À une époque, il y avait l'appartement de mes parents mais ça remonte à quand j'étais gamin, tout gamin. Puis ma mère a tout foutu en l'air et j'ai plus jamais eu la sensation d'être chez moi, là-bas. J'étais un intrus, un étranger et depuis, chez moi, ce sont les rues où je zone parce qu'aucun de mes points d'encrage n'en est vraiment un. Depuis mes dix ans, je suis juste de passage, squattant l'appart familial comme un parasite mais sans y être légitime, parce que c'est comme ça que je me sens, un parasite au crochet de ma mère qui avait pas le choix face à mon chantage, qui pouvait pas parce qu'elle me voyait partir en vrille, passer de Shaun le gosse turbulent à Shaun l'atrocité. « Ça te manque jamais la terre ferme ? » Elle a jamais envie de se poser quelque part ? Je sais pas si je pourrais mener la vie qu'elle a, en permanence en mer. J'crois que je pourrais facilement m'adapter si j'étais tout le temps en vadrouille, tant que je reste sur terre, que je croise des gens, que je peux me déplacer quand je veux, où je veux, mais être coincé sur le bateau ? Je deviendrais dingue.

_________________
Let's all go on an urban safari
The world is mine. (10/05, 09H04) Tumblr_mk30d43JZ41qzh4aso2_250
now he's just another poster boy
for David Cameron's broken Britain
Revenir en haut Aller en bas
Lara
Voir le profil de l'utilisateur   
The world is mine. (10/05, 09H04) Empty
Message (#) Sujet: Re: The world is mine. (10/05, 09H04) — Mer 11 Mai - 16:33

Lorsque j'y repensais, je n'avais pas vraiment d'endroit à moi. Je suppose que ça avait été le cas, autrefois, mais qu'aujourd'hui je ne pouvais tout bonnement pas dire que c'était le cas. Et je ne savais pas si ça me dérangeait. En fait, si, peut-être. Plus jeune, j'avais rêvé d'avoir ma propre maison, je m'étais même mise à tenter de deviner les différents rideaux qui ornerait les ouvertures de l'extérieur sur mon salon, et dieu sait que j'en avais eu des idées. Aujourd'hui, je me contentais d'une simple chambre, de draps blancs et d'un design moderne, mais lisse. Il ne me ressemblait pas, non, mais je n'avais pas forcément pu en choisir les moindres détails. Ça n'était que passager, oui, voilà ce que je me répétais pour me sentir mieux. L'appartement de Shaun, il était apparemment minuscule, mais quelque part il avait la chance de posséder quelque chose, même si là encore ça n'était que provisoire disait-il. « Eh, au moins t'as les trois plaques de cuisson en plus. » m'amusais-je en lui donnant un léger coup de coude. Moi, il n'y avait pas de cuisine dans les chambres, il s'agissait d'un restaurant général. Alors certes, ça avait plus de gueule, mais nous étions ainsi forcés à manger assez rapidement, et souvent à l'abris des regards. Oh, on ne nous maltraitait pas, non, le personnel était toujours agréable et j'avais même fait la connaissance de quelques autres personnes. Disons que tout le monde savait que nous ne resterions pas longtemps ici. « Pas vraiment ? » Ce qui laissait entendre qu'il y avait tout de même quelques endroits qu'il voyait comme son propre foyer, ce qui n'était plus vraiment mon cas. Et là dessus, je me rendais compte que ces réflexions tournaient souvent dans mon esprit, par ici. Alors oui, peut-être que ça me manquait. Il faut dire que beaucoup se demandaient comment il était possible d'avoir aussi peu d'attache, comme si la vie sur un bateau était si différente. Lorsqu'il me demandait si la terre ferme me manquait, un léger sourire venait étirer mes lèvres alors que ma tête basculer pour l'observer une courte seconde. « Qu'est-ce qu'il y a à manquer ? » soufflais-je en pleine réflexion « Des villes sentant l'essence, des personnes qui ne m'ont jamais franchement apporté quoi que ce soit. » Je pouvais paraitre légèrement pessimiste, mais je ne l'étais pas tant que ça au final, il ne s'agissait que de la réalité. Ma réalité. « Ça fait bien quelques années que je n'ai pas réellement parlé à mes parents. » lui confiais-je alors, comme s'il s'agissait réellement d'une continuité à notre conversation. Je supposais que la terre ferme me ramenait forcément à eux, comme s'il s'agissait d'une ancre qui avait fini par être lacérée par l'eau au fil du temps. « Ils ne sont pas mauvais en soi... juste tellement différents de moi. » Nous n'avions pas du tout la même vision du monde et des choix que l'on était capable de faire. « Je me demande quelle a été leur réaction en allumant leur télé, et en m'y voyant. » Avaient-ils étaient surpris ? Ou au contraire, en avaient-ils ri ? Du moins, si Tamara ne les avaient pas averti avant. Non, elle aurait certainement évité le sujet. Je m'imaginais facilement comme la bête noire des repas de famille, celle que l'on n'ose plus évoquer.

_________________
    sun will always shine on me
    'Cause I'm a redneck woman
    I ain't no high class broad
Revenir en haut Aller en bas
Shaun
Voir le profil de l'utilisateur   
The world is mine. (10/05, 09H04) Empty
Message (#) Sujet: Re: The world is mine. (10/05, 09H04) — Ven 13 Mai - 0:00

Je souris. Pas faux. J'imagine que ça pourrait être pire, que je pourrais être à la rue ou un truc comme ça. J'ai un toit, même bancal, j'ai un pieu, de quoi me laver, j'ai de quoi manger. Je me suis jamais vraiment plaint de la promiscuité, des habitations crados de Thamesmead. Quand j'étais môme, j'en avais pas grand chose à faire. J'avais mon frère et mes sœurs, j'avais mes parents, c'était tout ce que je voulais. Puis ça s'est cassé la gueule petit à petit, et c'est devenu une saloperie à balancer à ma mère en plus, même si je le pensais pas vraiment. Ça a pris de l'importance parce que c'était ça en plus du reste, mais vivre avec tout juste le strict minimum, je peux le supporter sans problème. Je sais gérer, j’ai mes combines. Alors en soi, que mon appart soit petit et pas pratique, c’est plus un constat, pas vraiment un problème. De toute façon, là ou ailleurs, c’est rare quand je traîne dans ma piaule. Soit je bosse, soit je suis en vadrouille. Ça m’arrive de pas y foutre les pieds pendant des jours. « Y'avait l'appart de ma famille avant, mais plus maintenant. » Plus depuis un moment, même. Même pas la moitié de ma vie. Pas pour les raisons qu’on pourrait croire, parce que j’me suis tiré façon mec indépendant ou je ne sais quelle connerie. Non, c’était bien avant ça. Mais je m’évite d’y penser, j’essaie d’arrêter de me tourmenter avec ça. Je le fais déjà trop, beaucoup trop, mais j’ai l’impression que j’en reviens toujours à ça, à eux, à ma famille, à ma vie. Alors je songe à elle, à Lara, à son quotidien sur son bateau, et ça me semble tellement bizarre que je parviens pas à imaginer à quoi ça doit ressembler. Parce que c’est pas comme mon pote dont la péniche restait toujours au même endroit, jusqu’à ce que les flics viennent les virer. Lui il sortait pas de Londres, il vivait comme tous les autres, à part que sa baraque était sur l’eau et pas dans la rue. Mais Lara, elle est jamais à terre, elle a pas vraiment de pied à terre. Est-ce qu’on peut considérer que ses collègues, c’est comme mes potes, mes voisins, les gens que je vois tous les jours et que j’aime bien ? Est-ce qu’elle a seulement des amis, dans le lot ? Et tous ces gens qui se succèdent en croisière, comme un décor amovible et régulier ? « Je sais pas, j'crois que j'aurais l'impression de pas exister pour de vrai, si j'étais tout le temps en mer » je pense tout haut. Ça peut paraître con, mais c'est comme être toujours parti, donc ne jamais être là. T'es en permanence quelque part entre plusieurs endroits, comme si t'étais perdu au milieu de l'espace. Mais pour elle, ça doit être normal, ça doit être une sorte de liberté, alors que moi, qui suis coincé dans la même ville depuis vingt-cinq ans, c’est comme si j’étais en prison. Je tourne la tête vers elle en dégageant une main qui échoue sur mon abdomen, quand elle évoque ses parents. Oui, moi, c’est pareil. Ces quatre dernières années, j’ai dû parler deux fois à ma mère et encore moins à mon beau-père. C’est de ma faute évidemment, même si la plupart du temps, je refuse de l’admettre. J’crois que pour moi, ma mère sera toujours la fautive, et son mec, qui m’a élevé comme un fils, c’est un malheureux dommage collatéral.  « Pourquoi ? Ils sont comment ? » Je suis curieux, je le suis toujours quand ça me parle famille. Probablement que paradoxalement à ma situation de merde, je suis un mec qui est profondément branché famille. C’est ce que j’ai de plus précieux, ça l’a toujours été. Je roule la tête pour perdre mon regard dans le plafond ridiculement kitsch – même le plafond putain – parce que j’ai pas besoin d’imaginer mes parents, actuellement. Je sais parfaitement quelle réaction ils ont eue en me voyant à l’écran. « Mon père saurait même pas que c'est moi » je lâche d’une voix blanche, en haussant les épaules, incapable de retenir ma main de se refermer cependant. Ouais, clairement, il pourrait même mater un gros plan de ma gueule avec mon prénom écrit en-dessous qu’il serait pas foutu de me reconnaître. Faut dire qu’il avait jamais prévu que j’existe. J’devrais même pas exister. « Et ma mère, elle doit pas louper une miette de l'émission » j’ajoute en me marrant légèrement. Je la connais par cœur, mine de rien, et je sais que dès que ma sœur lui a dit que j’allais participer, elle a suivi minutieusement absolument tout ce qu’il s’est dit sur le jeu. Et tous les samedis, elle aura chargé Jess de faire manger tout le monde pour pouvoir mater la télé. « Ma sœur a dû lui dire que j’étais là, alors elles regardent sûrement ensemble. » Ouais, Lauren lui a dit, j’en suis certain. Au moins à elle. Curtis, Cass et Jess ont dû le découvrir d’eux-mêmes parce que je suis un constant sujet d’engueulades entre eux et Lauren, mais pas sûr qu’ils matent pour autant. Les filles peut-être, mais Curtis certainement pas. Il s’abaisserait pas à ça.

_________________
Let's all go on an urban safari
The world is mine. (10/05, 09H04) Tumblr_mk30d43JZ41qzh4aso2_250
now he's just another poster boy
for David Cameron's broken Britain
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
   
The world is mine. (10/05, 09H04) Empty
Message (#) Sujet: Re: The world is mine. (10/05, 09H04) —

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISONS 5 A 10 :: Neuvième Saison :: SUITE PRESTIGE-
Sauter vers: