Partagez
 

 let the sunshine in. (vendredi s2, 10h05)

Aller en bas 
AuteurMessage
Erica
Voir le profil de l'utilisateur  https://www.throwndice.com/t9173-erica 
let the sunshine in. (vendredi s2, 10h05) Empty
Message (#) Sujet: let the sunshine in. (vendredi s2, 10h05) — Mar 12 Sep - 0:31

@Rainer

Ce matin, un rayon de soleil semblait percer à travers les nuages gris, ces mêmes nuages gris qui semblaient être le décorum attitré de l’île depuis quelques jours. Dès que j’ai pu constater que l’astre souhaitait nous inonder d’un peu de chaleur, ma journée était faite et mon programme tout décidé. De bonne heure, j’étais descendue en pyjama engloutir un bol de céréales petit-déjeuner avec du lait dans la cuisine avant de presser le pas pour aller me changer, enfiler un pantalon long, un pull en doudoune et des bottes en cuir. Il devait être dix heures quand j’ai pointé le bout de mon nez en dehors du château pour goutter à ces quelques rayons de soleil caressant ma peau. J’étais maintenant dehors, un large sourire étirant mes lèvres et exposant mes quenottes au monde entier. Lors de mon passage dans la chambre pour choisir mes vêtements, mon regard avait été attiré par un petit carnet qui dépassait du tiroir de ma table de chevet et je l’avais, sur un coup de tête, emmené avec moi. D’un pas décidé et remplie d’une motivation qui ne m’avait encore jamais gagnée de la sorte depuis le début de l’aventure, je prends la route vers la forêt. Quel plaisir de sentir le soleil filtrer sur mes joues au travers des branches et des feuillages tandis que mes bottes résonnent sur la terre damée du petit chemin. Il me suffit d’un peu de soleil pour me sentir revigorée: c’est ça, les gens du Sud. Je vagabonde gaiement dans les fourrés tout en admirant la flore et en priant pour tomber sur un spectacle d’oiseaux à admirer ou un nid d’insectes à passer à la loupe. Malheureusement, rien d’intéressant sur mon chemin jusqu’à l’endroit où se tenait une grande tente, ce que les autres appelaient tipi. Dans ma conception des choses, un tipi était plus haut, moins large et dans un style beaucoup plus indien que la tente qui se présentait devant moi. Cette tente avait tout d’une tente berbère ou quelque chose qui ressemblait à ça, au niveau du nom. Le soleil, même si toujours timide – faut pas trop lui en demander au soleil écossais – irradiait l’orée du bois où était installé le tipi. Heureuse, je m’installe dans la tente, où sont disposés quelques coussins et quelques couvertures. Allongée sur un des matelas recouvert d’une toile orange sanguine, je sors mon petit carnet de ma poche et commence à le feuilleter. Quelques minutes plus tard, aidée par le petit vent frais et la cordialité du soleil, je m’assoupis, mon carnet glissant sur mon ventre rythmé par mes respirations lentes et régulières.

_________________

how do i be? how do i be a lady?
Revenir en haut Aller en bas
Rainer
Voir le profil de l'utilisateur   
let the sunshine in. (vendredi s2, 10h05) Empty
Message (#) Sujet: Re: let the sunshine in. (vendredi s2, 10h05) — Sam 16 Sep - 23:35

Ça fait un moment que je suis levé. Quand je suis sorti de mon lit, le château était encore noir et silencieux, n'abritant qu'un escadron de marmottes endormies, et moi, qui déambulais seul, comme ça m'arrive souvent. Être le premier réveillé est une habitude, peu importe où je vais et avec qui, alors je trouve des occupations, des moyens de faire passer le temps, jusqu'à ce qu'il soit enfin l'heure d'interagir avec un autre être humain. Aujourd'hui, j'ai juste choisi de lire. J'ai récupéré Kafka et je me suis calé dans la bibliothèque. Ce n'est que longtemps après que j'ai entendu du mouvement dans les couloirs, me faisant délier mon corps trop long pour aller graviter autour des bruits de vie. Au final, après une dose de socialisation, ma situation n'a guère changé : d'un pas tranquille, je fends l'herbe de la forêt pour rejoindre le coin tipi. Un coup d’œil rapide m'informe la présence d'une Erica somnolente. Aussi, je m'efforce de rester le plus silencieux possible en m'installant sur un fauteuil et en me replongeant dans mon livre. J'étais sur le point de terminer, lorsque des sons étouffés de coussins attirent mon attention. Compréhensif, je ne dis mot, peu désireux de la brusquer à son réveil, sauf qu'évidemment, elle remarque rapidement ma présence. « Salut » je souffle tranquillement, en sortant une seconde le regard de mon bouquin pour l'observer. Elle a beau être plutôt grande pour une femme, elle avait presque l'air d'une enfant, allongée là, l'air serein, l'ombre d'un fin sourire aux lèvres. Et maintenant, avec ses grands yeux qui s'ouvrent, c'est encore plus flagrant. Quel âge elle a, cette gosse ? Probablement pas beaucoup moins que moi, quelques années tout au plus. Pourtant, si elle a définitivement perdu ces allures dégingandées et juvéniles caractéristiques de l'adolescente, elle a quelque chose de pas encore complètement adulte, comme un être intemporel qui n'avance pas vraiment. « J'aimerais pouvoir m'endormir aussi facilement que toi. » Moi j'aurais plutôt à tendance à être l'exact opposé : le sommeil me fuit un peu trop régulièrement, si bien que je galère à m'endormir la nuit et que je me réveille complètement alerte bien plus que tôt que je ne le voudrais, parfois. Du coup, en plus d'être (très) pâle de nature, ce n'est pas rare que je porte haut et fort les couleurs du manque de sommeil sous la forme de grosses cernes violettes. Je gère sans problème la fatigue et je n'ai pas besoin d'énormément de repos, étant assez dynamique de nature, mais l'image de vampire que je me tape, c'est autre chose. Ouais, ça, c'est un truc qui revient souvent. Ma pâleur. La vérité, c'est que vu le temps que je passe dans le Proche et Moyen Orient, je pourrais franchement demander réclamation à mon patron pour l'absence totale de changement notable dans la pigmentation de ma peau.  Sentant que je me perds dans les méandres de mon propre esprit trop énergique, ce matin, je secoue mentalement la tête pour disperser les pensées parasites. « C'est tombé pendant que tu dormais » je signale alors en attrapant son carnet et en le lui tendant. Fermé. Je n'y ai pas touché outre pour le ramasser et le lui rendre, bien sûr. Aussi,curieux, je ne peux m'empêcher d'ajouter « tu dessines ? Écris peut-être ? » Ou autre, j'imagine qu'il y a une infinité de façons différentes d'utiliser et de remplir un petit carnet tel que celui-là.

_________________
He said, "Son, when you grow up, would you be the savior of the broken, the beaten and the damned?"
let the sunshine in. (vendredi s2, 10h05) Tumblr_oktyhyK4zf1uqxhf5o2_1280
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 13 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISONS 5 A 10 :: Dixième Saison-
Sauter vers: